• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > La confusion de deux sommités : confondre le sort individuel d’un (...)

La confusion de deux sommités : confondre le sort individuel d’un électron avec une foule

 

Rappelons d’abord le sottisier des idées fausses les plus courantes :

 

  1. Un électron, c’est vachement petit, c’est pratiquement un point, c’est une petite bille verte et ça orbite autour d’un noyau mauve. Mais c’est vrai, croyez le mes enfants !

  2. Même dans le vide, un électron ça marche en zigzags imprévisibles, ça patrouille en tous sens comme un jeune chien. Mais c’est vrai, croyez le mes enfants !

  3. Si l’électron garde toujours la même charge électrique, c’est parce qu’il est très petit, très concentré donc hors d’atteinte derrière ses parois vachement dures. Mais c’est vrai, croyez le mes enfants !

  4. L’atome c’est pratiquement que du vide, entre les électrons. C’est comme en astronomie, que du vide entre les planètes, et entre les étoiles. Mais c’est vrai, croyez le mes enfants !

  5. Si on ne raconte pas aux débutants qu’un électron c’est un tout petit corpuscule, ils seront perdus, ils ne vont rien y comprendre ! Mais c’est vrai, croyez le mes enfants !

  6. A la trentième centésimale, un médicament homéopathique est toujours efficace. Mais c’est vrai, croyez le mes enfants !1

  7. Un chat peut être simultanément mort et vivant. Mais c’est vrai, croyez le mes enfants !

  8. Le comportement des particules, c’est juste un mystère de dieu, et ce serait péché d’orgueil que de prétendre comprendre ça. Mais c’est vrai, croyez le mes enfants !

  9. Pour tuer le tigre quantique, qui est un grand tigre tout flou, Monsieur Tompkins doit tirer de nombreux coups de fusils dans toutes les direc­tions. Mais c’est vrai, croyez le mes enfants !

  10. La lumière, c’est le choc de petits grains, appelés frottons, heu non ! Les faux thons ! Heu non, les photons. Mais c’est vrai, croyez le mes enfants !

  11. Ceux qui ne sont pas d’accord avec nous c’est rien que des colonels de cavalerie retraités, et ils veulent retourner à la physique classique. Ils commettent là un péché mortel.

  12. Tant que vous ne maîtriserez pas les opérateurs hermitiens sur les espaces de Hilbert, vous n’avez rien à faire en MQ !

 

Que le lecteur se rassure : de toutes les affirmations listées ci-dessus, il n’en est pas une de juste.

 

La sottise n° 2 est écrite dans le Landau et Lifchitz, tome 3.

La sottise n° 4 est professée par Jean Bricmont et bien d’autres encore.

 

Et à présent la parole à un sachant, mais aveuglé de communautarisme, Layly Victor :

- … il y a presque autant d’interprétations de la MQ qu’il y a de physiciens.

La MQ, en effet, n’est pas une théorie, c’est un modèle. Aussi bien l’équation de Schrödinger que celle de Dirac n’ont aucune base théorique, si ce n’est des principes élémentaires de statistique et de symétrie. Chacun est libre d’interpréter ce modèle comme il l’entend, pourvu que, dans son travail, il en respecte les règles, auquel cas, les prédictions sont étonnamment bonnes.

Ainsi, sur la définition d’un état quantique. Ce n’est pas la peine de faire du baratin. Un état quantique, c’est une fonction propre de l’équation de Schrödinger, et une observable, c’est un opérateur qui agit dans un espace fermé d’état propres. Ce sont donc des applications mathématiques du modèle. Point final. Les livres comme celui de Messiah, Cohen-Tannoudji et al, et Landau et Lifchitz traitent avec une grande rigueur (et une grande modestie) de tous ces aspects et de leur lien avec la notion de mesure. Mais c’est profond : quand j’étais étudiant (dans les années 60-70), j’avais passé trois semaines pour lire 20 pages du Landau sur la notion de mesure.

… Fin de citation.

 

LV venait d'avouer que "la MQ n'est pas une théorie", bien que la plupart de ses thuriféraires soient convaincus du contraire. Il ne s'agit que d'une phénoménologie mathématique, rien de plus, plus ou moins bien fagotée. Quant au Landau et Lifchitz, hé bien j'en pense plutôt du mal : presque partout, et surtout dans les tomes 3 et 4 qui nous concernent ici, est à l'œuvre le célèbre sadisme de Lev Davidovitch Landau, qui faisait exprès d'être obscur et le moins utilisable possible. Alors que, toujours aux éditions Mir, j'ai au contraire énormément de bien à dire de la Physique atomique de Chpolski, des deux volumes d'Optique de Sivoukhine, ou des Fondements de la physique des cristaux, de Sirotine et Chaskolaskaïa. Quant aux vingt pages sur la notion de mesure, il s'agit des paragraphes 1 et 7, pages 9 à 14, 32 à 36, dix pages en tout, mais embellies par le souvenir héroïque. Depuis le début, je vous expose que si la MQ classique est si obscure et difficile, c'est qu’elle est corpusculiste à cœur donc contradictoire avec le formalisme qui est ondulatoire et déterministe, et que par conséquent ça n'a ni queue ni tête ; il n'y a aucune "subtile profondeur à comprendre", mais un salmigondis bon à jeter, pour reconstruire à zéro sur des bases saines ; même si la phénoménologie mathématique et le formalisme sont corrects, la sémantique dont ils l'enrobent est à jeter aux poules.

 

Cet ingénieur-docteur ne rend guère service aux illustres défunts, Landau et Lifchitz, car on leur donne un tour de manège. En bas de la page 12 et début de la page 13, 3e édition (1975) :

"Soient effectuées dans des intervalles de temps déterminés Δt les mesures successives des coordonnées de l’électron. En général leurs résultats ne viendront pas matérialiser une courbe régulière. Au contraire, plus les mesures seront précises, plus les résultats révèlent un cours chaotique, des ressauts, la notion de trajectoire n’existant pas pour l’électron. Une trajectoire plus ou moins continue ne s’obtient que si l’on mesure les coordonnées de l’électron avec un faible degré de précision, par exemple par condensation des gouttelettes de vapeur dans la chambre de Wilson.

Mais si, tout en conservant la précision des mesures, l’on réduit les intervalles Δt des mesures voisines donneront, bien entendu, des valeurs vosines des coordonnées. Toutefois, les résultats d'une série de mesures successives, bien que situées dans une petite région de l'espace, seront dispersées dans cette région d'une manière absolument chaotique, ne s'alignant pas sur une courbe régulière. Notamment, faisant tendre Δl vers zéro, les résultats de mesures voisines n'auront nullement tendance à s'aligner sur une droite.".

Fin de citation.

Les auteurs ont intégralement confondu le sort d’un seul électron avec les propriétés d’une foule d’électrons dont on ne maîtrisera jamais les conditions initiales, ni finales non plus. Chaque électron de la foule a des conditions initiales et finales chaotiques, sous l’emprise du bruit de fond broglien, qui nous échappe à jamais.

Leur affirmation de la trajectoire individuelle de chien fou, est un bluff éhonté, aucune expérience de ce genre sous idéologie corpuscu­lariste ne peut se réaliser. Ils ont juste parié qu'aucun étudiant ne sera assez audacieux pour demander des preuves. La conservation de l'impulsion appliquée à une particule relativiste sortant de l'accélérateur et d'une collision lui interdit le comportement erratique postulé par Landau et Lifchitz, et les lois de l'optique physique de Fresnel (1819) l'interdisent aussi.

 

- Et vous avez une preuve ?

 

- Dites ! J'y étais en fins de nuits au CEA à Saclay, à dépouiller les photos prises dans la grande chambre à bulles Gargamelle. Je vous certifie n'avoir jamais vu de zigzagodromie, mais au contraire des trajectoires remarquablement fines et tendues. Du reste le logiciel chargé de valider mes pointages n'admettait aucune zigzagodromie, rien que de beaux arcs tendus.

Image reportée à la fin.

Mais alors que reste-t-il de juste dans la parole des deux illustres, cités ci-dessus ? Éventuellement que si on pouvait scruter le début de chaque bulle dans l'hydrogène liquide de la chambre à bulles, chaque ion formé partant d'un côté, et chaque électron arraché partant de l'autre, initiant chacun un petit début de bulle légèrement écarté de la trajectoire de la particule ultra-relativiste. Sauf qu'on n'a guère de moyen expérimental pour ne saisir que ces amorces de bulles par ionisation. Les sommités ont donc bien écrit du bluff et des sottises, sur des présupposés corpuscularistes que rien n'a jamais justifiés.

 

- Et vlan ! Vous venez de flinguer deux sommités de l'édition scientifique : Landau et Lifchitz !

 

- Landau et Lifchitz devaient être sous l'influence de la théorie cinétique des gaz. En vrai dans les gaz les molécules ont des trajectoires erratiques, de choc en chocs.

- Affirmatif : c'est une explication vraisemblable.

Sur le plan de la compétition en contes de fées présentés comme sémantiques alternatives à l'interprétation strictement copenhaguiste, l'offre est large.

Franck Laloë n'en finit pas de présenter et de présenter encore l'interprétation des "Mondes multiples" d'Everett avec une complaisance attendrie. Ça n'est pas innocent, c’est une vraie ruse de guerre : l'idée d'Everett est tellement folle qu'elle ne peut faire ombrage aux contes de fées des copenhaguistes. Elle leur sert au contraire à dénigrer implicitement tout ce qui n'est pas eux. Liens :

http://www.phys.ens.fr/cours/notes-de-cours/fl-mq/mq.PDF&nbsp ;

http://arxiv.org/pdf/quant-ph/0209123v2.pdf

 

Telle est la concurrence des contes de fées.

Et vous gobez tout ça...

 

1 Le grand public n’a toujours pas assimilé la constante d’Avogadro-Ampère, qui relie notre monde macroscopique à la limite atomique. Il y a six cent deux mille deux cent quatorze milliards de milliards de molécules d’eau H2O dans 18,0153 g d’eau (une mole). Les charlatans abusent de cette ignorance du public. Pis : bien des sommités de la quantique ont encore du mal avec ça : il confondent les ondes individuelles de la quantique, qui chacune ont un seul émetteur et un seul absorbeur, avec nos ondes macrophysiques, telles qu’ondes de gravité en mer ou dans une cuve à eau, qui elles se dispersent et s’absorbent sur un très grand nombre d’absorbeurs.

 

 

Précédents articles :

Coluche nous avait expliqué pourquoi l’expérience de Gouanère & al. ne sera jamais refaite

https://www.agoravox.fr/culture-loisirs/culture/article/coluche-nous-avait-explique-154321
 

Quand des sommités niaisent à pleins tubes

https://www.agoravox.fr/culture-loisirs/culture/article/quand-des-sommites-niaisent-a-154357
 

Contrafactualité, Penrose, Elitzur et Vaidman

https://www.agoravox.fr/culture-loisirs/culture/article/contrafactualite-penrose-elitzur-155565
 

Postulats hérités du copenhaguisme, et qu’on n’admet plus en physique quantique transactionnelle (TIQM)

https://www.agoravox.fr/actualites/technologies/article/postulats-herites-du-copenhaguisme-162467
 

Comment devient-on incroyant au mythe de la Sainte Dualité 

https://www.agoravox.fr/actualites/technologies/article/comment-devient-on-incroyant-au-166289
 

Les Nobels de Physique 1933 : P.A.M. Dirac et E. Schrödinger

https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/les-nobels-de-physique-1933-p-a-m-167160
 

Le bruit de fond Dirac-de-Broglie, et l’impossibilité de délimiter un système quantique

https://www.agoravox.fr/actualites/technologies/article/le-bruit-de-fond-dirac-de-broglie-176013
 

Les ravages du postulat anti-relativiste sur l’enseignement de la quantique

https://www.agoravox.fr/actualites/technologies/article/les-ravages-du-postulat-anti-178635
 

Quinze postulats hégémoniques, subreptices et injustifiables, en quantique anti-transactionniste

https://www.agoravox.fr/actualites/technologies/article/quinze-postulats-hegemoniques-189425
 

Exemple de l’impasse Göttingen-København depuis 1927

https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/exemple-de-l-impasse-gottingen-193976

Quantique : dix ans jour pour jour

https://www.agoravox.fr/actualites/technologies/article/quantique-dix-ans-jour-pour-jour-200052

Les fardeaux sont pour les épaules capables de la supporter...

 

 


Moyenne des avis sur cet article :  2.75/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

29 réactions à cet article    


  • Areole 17 mars 23:13

    Au fond vous expliquez bien que Landau explique mal, sans jamais rien expliquer...J’ai bien compris ?


    • JC_Lavau JC_Lavau 17 mars 23:39

      @Areole. I don’t think so.

      J’ai expliqué en long et en large qu’ils ont gourré leur self dans les grandes largeurs, car jamais expérimentateurs.

    • JC_Lavau JC_Lavau 19 mars 11:52

      @JC_Lavau. En particulier aucune expérience personnelle de la spectrographie.

      Test : cherchez vous même ce mot dans l’index.

      Or la finesse et la stabilité des spectres à travers tout l’univers contredit définitivement le mythe des électrons corpusculaires mais zinzins.

    • sleeping-zombie 19 mars 14:04

      @Areole
      Il a juste oublié de conclure son article par « c’est vrai, croyez-le mes enfants ! »


    • JC_Lavau JC_Lavau 19 mars 14:16

      @sleeping-zombie. N’hésite pas à exposer ton expertise, comme quoi tu as compris ce dont tu causes ! 


    • JC_Lavau JC_Lavau 19 mars 14:29

      @sleeping-zombie. Contredisent..

      Je suis vraiment trop distrait.

    • sleeping-zombie 19 mars 20:33

      @JC_Lavau

      J’avoue que je ne sais rien à la mécanique quantique.

      Par contre, j’ai 5 ans de maths post-bac, et ça m’a permis de voir qu’il existe des domaines récurrents qui attirent étrangement une foule de charlatans. La mécanique quantique en est un.

      Mon filtre pour détecter les charlatans : se qui se conçoit bien s’énonce clairement. C’est vrai dans tous les domaines : si c’est flou, il y a, au mieux une erreur, au pire une arnaque.

      Le coté extrêmement peu construit de cet article déroute, mais pas suffisamment longtemps pour oublier qu’il n’y a aucun contenu (comme un journal télévisé). Mais je vous laisse le bénéfice du doute, ça doit être une erreur.

    • JC_Lavau JC_Lavau 19 mars 20:55

      @JC_Lavau. Un seul point à la fois est abordé : le présupposé corpusculariste, tel qu’il s’incarnait aussi chez ces deux auteurs. Je les mets en confrontation avec leurs contradictions, et en contradiction avec les faits expérimentaux connus.

      J’ai donné les liens avec les articles précédents, notamment les 15 postulats clandestins qui sont au pouvoir depuis nonante ans, après deux assassinats scientifiques ciblés.

      Si tu as un argument pour sauver la description en jeune chien fou, écrite par ces deux illustres défunts, n’hésite pas.

    • sleeping-zombie 20 mars 08:22

      @JC_Lavau

      enfumage, comme je l’ai dis, ma compétence ne porte sur la méca quantique, mais sur la capacité à reconnaître une charlatanerie.
      Comme par exemple, savoir qu’en science, il n’existe pas d’autorité. Les règles physiques énoncées par Newton ne sont vraies parce qu’énoncées par un illustre grand homme, mais tout simplement parce qu’elle donnent les clés d’un système de prédiction efficace.

      La meilleur preuve qu’un système est obsolète, c’est d’en utiliser un autre qui marche mieux. Pas de le faire reconnaître, non, juste de l’utiliser. Et le temps le validera.

    • JC_Lavau JC_Lavau 20 mars 09:49

      @sleeping-zombie. Dans tous les laboratoires, le règlement s’applique :

      Article 1. Le chef a raison.

      Article 2. Le chef a toujours raison.

      Article 3. Dans tous les autres cas, c’est l’article 1 qui s’applique.

      Aussi Dan Shechtman, futur prix Nobel de chimie (Nobel en 2011) pour sa découverte des quasi-cristaux, a d’abord été viré de son laboratoire.

       

      Exemple de conséquence :

      Dans les articles les plus sçavants du BUP, la force des marées est enseignée comme celle d’Isaac Newton : purement gravitationnelle. Toutefois, il y 330 ans, l’illustre Isaac avait des excuses : les mathématiques de l’inertie ne furent développées qu’au 19e siècle, notamment par Elie Poinsot et Gaspard de Coriolis, et au 17e siècle Newton n’en pouvait rien soupçonner.
       
       
      Depuis Laplace, la pratique des calculs de marée consiste à ne plus tenir compte du tout de cette théorie désastreusement fausse, mais de se contenter de faire une analyse harmonique par composantes astronomiques périodiques. En particulier pour les marées strictement solaires de Tahiti, ou lunisolaires du golfe du Tonkin.
       
      Mais en classe et entre profs ils maintiennent l’ineptie.


    • Dudule 18 mars 04:48

      Vous avez quand même tendance à vous en prendre à tout le monde...

      J’avais écrit il y a quelque mois dans un commentaire que je n’étais pas choqué par l’indétermination quantique, mais par le mélange onde/corpuscule, les physiciens ayant un peu tendance à prendre ce qui les arranges quand ça les arrange, (je parlais en l’occurrence de physique des semi-conducteurs), et j’ai eu droit à une volée de bois vert dans un commentaire de votre part... Et voilà que vous écrivez, entre autre, plus ou moins la même chose que ce que vous aviez critiqué.

      La dualité onde corpuscule est la pilule que je n’ai jamais avalé depuis la fac. L’indétermination, ça passe très bien.

      Landau et Lifchitz sont effectivement assez imbitable et n’apporte pas grand chose à la méca Q. Par contre, les travaux de Guinzburg et du même Landau en thermodynamique sont remarquables. J’irai même jusqu’à dire que leur théorie des transitions de phase et peut être la seul avancée en physique théorique de la 2ième moitié du XXième siècle (les autres découvertes de cette période ne faisant que ressasser les modèles mathématiques déjà considérer comme opérationnels depuis les révolutions quantiques et relativistes). On ne peut pas être bon partout... Landau et Guinzburg ont fait de la vrai physique en thermo. Au point que ça peut s’expliquer au profane sans maths, « avec les mains », c’est à ça qu’on reconnait la bonne physique...

      Que pensez vous des travaux d’Alain Aspect ? En ce qui me concerne, je trouve que son approche est la bonne : il faut pousser les modèles quantiques aux limites par l’expérimentation. Il n’y a que comme ça qu’on pourra voir si ça déconne. Si on suit aveuglément les modèles théoriques avec le papier et le crayon, on ne peut arriver à rien, à par des spéculations. Même si évidemment, les maths ont leur utilités ; les maths doivent être un outil pour le physicien. C’est un excellent outil, mais la physique, ça n’est pas les mathématiques (même s’il en faut beaucoup dedans).


      • JC_Lavau JC_Lavau 18 mars 09:26

        @Dudule. Le 12 août 1997, Alain Aspect me répondait que la physique théorique, ça n’est pas son truc.

        Les mystères de la médiatisation font que de nos jours, il est le porte-parole public du délire standardisé.
         
        Quant à l’arriéré de querelle, je ne vois pas.
        https://www.agoravox.fr/commentaire4937687 ?
        Il faudra détailler mieux.

      • Jean Roque Jean Roque 18 mars 08:59

        L’épouillage bourrin des traces de collisions (photo) ne fait appel qu’à de la mécanique newtonienne basique en champ électromagnétique. A la rigueur à un peu de mécanique relativiste de terminale pour le tps propre.
        Ce travail simpliste et besogneux est donc réservé au physiciens gochistes gateux 68ards pas très fute fute par tautologie. Au CERN tout le monde sait ça. smiley


        • JC_Lavau JC_Lavau 18 mars 09:29

          @Jean Roque. Le monde se compose de deux classes :

          La classe supérieure, c’est toi,
          La classe inférieure : tous les autres.

          J’ai bon ? J’ai compris la subtilité de ta pensée ?

        • JC_Lavau JC_Lavau 18 mars 12:38

          @Jean Roque :
          On peut même mettre la question au vote :

          Pour une séparation de la physique entre une toute petite partie noble, accessible seulement aux théologiens agréés, 
          et une grosse partie ignoble, délaissée pour les colonels de cavalerie en retraite, qui sert toutefois à construire les accélérateurs de particules, les télescopes et les microscopes, les barrages, les locomotives, les stations d’épuration de l’eau, les alternateurs, et qui fournit les biologistes et les agronomes en outils fiables.

          Contre cette sécession, pour l’unité de la science.

        • JMBerniolles 19 mars 17:18
          Victor va être fier de figurer dans un article auprès de Messiah et des frères Cohen-Tanoudji qu’il a eu l’occasion de voir de près au CEA pendant sa thèse.... 

          Oui pour l’unité de la physique et pour l’unicité qui motive les recherches sur l’amélioration des connaissances actuelles depuis assez longtemps finalement. 

          • JC_Lavau JC_Lavau 19 mars 18:10

            @JMBerniolles. Depuis qu’il est chez moi, au prix fort de 195 F, le tome 8 de L & L « Electrodynamique des milieux continus » me laisse perplexe. En principe il recoupe bien des sujets communs à la physique des milieux condensés, mais avec des présupposés fort étranges. Les phonons, les plasmons et les électrons de conduction sont inconnus au bataillon. Les dislocations, voire les mâcles et les joints de grains encore bien davantage. Oui, il y a bien le § 38 sur les groupes spatiaux en magnétisme...

             
            Zéro recoupements expérimentaux. Zéro valeurs expérimentales. Voilà qui est violent.

          • JMBerniolles 19 mars 18:49
            @JC_Lavau

            Effectivement à ce niveau il y a le développement de concepts spécifiques.... les vibrations de réseaux, .....  Dans le combustible nucléaire en fait il y a des données expérimentales :
            * le grossissement de grain * les recompositions géométriques, violentes pour un combustible rapide * les formations de bulles dans un combustible à partir d’émission d’atomes dits gazeux à la suite de fission * les relâchements de produits de fission ...... * le rôle d’atomes localisés aux joints de grains d’un acier dans les effets de l’irradiation par des neutrons à haute énergie....  

            Là dessus on bâtit le plus souvent des Lois semi empiriques..... 

          • Layly Victor Layly Victor 20 mars 13:44

            @JMBerniolles

            Salut Jean-Marie, merci de m’avoir tenu au courant de ce texte, dans lequel je suis d’ailleurs traité de « comunautariste farouche ». Comme tu me connais, ça doit bien te faire rire. L’auteur lui aussi me connait car il m’avait contacté par téléphone et, s’il était tant soit peu honnête, cet entretien aurait du le convaincre du contraire de ce qu’il affirme me concernant.
            Comme tu le sais, j’ai quitté Agoravox depuis longtemps car j’en avais marre de dépenser de l’énergie en pure perte. Et la fréquentation des abrutis genre Cabanel et de leurs apôtres finissait par me lasser.
            Monsieur Lavau n’a rien compris aux sciences physiques (j’en suis d’autant plus triste que nous avons eu les mêmes profs, notamment le regretté professeur Castaing) et à la méthode scientifique appliquée aux sciences physiques.
            Cette méthode est extrêmement modeste. Elle stipule qu’aucune théorie physique ne peut être démontrée (Einstein, Etudes Scientifiques). Ce qui compte, pour Einstein et les autres, c’est si cette théorie permet de faire des prédictions reproductibles. Personne n’est capable de démontrer l’équation de Schrödinger et ses conséquences, ou l’équation de Dirac, et pourtant ces équations n’ont jamais été contredites par aucune expérience, et leurs applications dans tous les domaines de la vie courante se passent de commentaires.
            De la même façon la théorie de Newton ne peut pas être démontrée, et pourtant elle permet de poser une sonde sur Venus au jour et à l’heure prévus après un voyage de plusieurs années et de milliards de kilomètres dans l’espace. Elle permet de prévoir et de contrôler les trajectoires de la sonde Gaïa sur son orbite autour du point L2 de Lagrange (tu te souviens que mon fils a travaillé sur ce problème).
            De même, la relativité générale est une théorie géométrique modèle, mais elle a des applications pratiques dans la vie courante, par exemple le positionnement GPS.
            Le développement de ces théories quelque peu « arbitraires » demande un arsenal de calculs très lourds avant de pouvoir les confronter à l’expérience (voir le livre de Messiah que j’ai effectivement bien connu puisqu’il était directeur de la physique au CEA), et c’est tout le courage des physiciens.

            Monsieur Lavau fait partie des gens qui veulent donner une explication mécaniste aux théories physiques. C’est un projet que je respecte, même si je ne crois pas à son succès. Ceci ne l’autorise pas à manquer de respect à de grands physiciens, des géants de l’histoire humaine, comme Lev Landau.

            Pour terminer, qu’est-ce qu’un électron ? Comme toutes les particules, elle est identifiée par sa masse (0.5 Mev) , son spin (1/2) et ses nombres quantiques dans la classification standard, baryonique, leptonique, couleur, charme.
            Qu’est-ce que la masse ? C’est la longueur du quadrivecteur énergie-impulsion, et la théorie de la relativité stipule que c’est un invariant, une propriété de chaque particule qui ne dépend d’aucun référenciel. Il s’agit de la masse inertielle.
            Cependant, les résultats récents du CERN conduisent à s’interroger sur d’éventuelles différences entre la masse inertielle et la masse gravitationnelle. C’est une histoire sans fin.

            Quand aux « électrons verts », cette escroquerie sans nom des gangsters de l’électricité verte, il s’agit de courant acheté par ces gangsters à EDF à un tarif très avantageux, en profitant de réglementations bien adaptées à ce trafic, et revendu au prix fort aux crétins de consommateurs, bien travaillés au corps par les média, « pour sauver la planète ». 


          • pemile pemile 20 mars 14:11

            @Layly Victor « Quand aux « électrons verts », cette escroquerie sans nom ... »

            Dommage de conclure votre réponse sur ce genre de digression smiley


          • JC_Lavau JC_Lavau 20 mars 15:02

            @Layly Victor. Nonante ans de propagande hégémonique ont produit un sacré désastre dans la tête de ceux qui croivent la communauté hégémonique.

             
            Cette croyance corpusculariste et hégémonique a fait prédire par Landau et Lifchitz qu’un électron est un jeune chien fou, patrouillant en tous sens. 
             
            Pas de chance ! L’expérience ne confirme pas. Bien au contraire.
             
             La croyance hégémonique a exigé de chaque étudiant qu’il confonde les propriétés d’une foule d’électrons (ou photons, ou toute autre « particule ») avec celles d’un seul individu. Bien sûr, les résultats expérimentaux protestent, mais on assomme les étudiants d’un « Taisez vous et calculez avec le principe de cruelle incertitude de l’immortel Prophète ! ». 
             
            Exemple de ce que dessinent les sommités au dessus de tout soupçon  :
            Et Greiner avait publié les mêmes sottises avant eux.
             
            Le médiatiquement immortel Stephen Hawking avait publié qu’un électron entre le canon à électrons et l’écran ou le microchip à graver, prend le temps d’aller explorer jusqu’au delà de la planète Jupiter
             
            Quant à Linus Pauling et Bright Wilson Jr. dans leur emballement corpusculariste, ils sont allés jusqu’à réécrire la loi de Bragg en corpusculaire, mais à condition que l’impulsion linéaire soit quantifiée... ce qui ne résiste à aucun changement de repère, et a toujours été infirmé par l’expérience.
             
             Toujours les effets psychotoxiques de la propagande hégémonique : Layly Victor a accusé « Monsieur Lavau fait partie des gens qui veulent donner une explication mécaniste aux théories physiques ». C’est le délire complet, mais le délire à la mode dans la tribu. La tribu ne s’occupe vraiment que d’une seule chose : défendre les frontières de son territoire contre les incroyants. 
             
            perpétrés par Niels Bohr il y a nonante et un ans et nonante ans, bien sûr Layly Victor a déjà oublié qu’un électron a aussi deux fréquences intrinsèques qui jouent deux rôles majeurs en quantique : la fréquence de Broglie mc²/h, et la fréquence Dirac-Schrödinger 2 mc²/h. Faire de l’optique électronique en l’oubliant, c’est de la grosse merde.
             
            Cet éditeur en ligne d’Agoravox est sévèrement bogué et épuisant, alors je coupe court.

          • Layly Victor Layly Victor 20 mars 19:24

            @JC_Lavau

            Avant de jeter l’anathème sur les ouvrages de Landau, et de crier au complotisme des tenants de la physique théorique, vous auriez été bien inspiré d’essayer de comprendre.
            Or, malheureusement, je crois que vous n’avez pas compris. Dans les passages sur lesquels vous revenez sans arrêt, Landau et Lifschitz posent le problème de la localisation.
            Ceci vous fait bien rigoler, alors que l’intrication quantique est à l’origine de grands progrès sur le calcul et la sécurisation de l’information.
            De même, les équations de Maxwell, dont la fermeture repose sur la polarisation du vide (courant de déplacement), doivent vous faire bien rigoler, et pourtant elles nous permettent de maîtriser les ondes électromagnétiques, si utiles dans la vie de tous les jours et dans la recherche.

            Ce que vous n’aimez pas dans les livres de Landau et Lifschitz, c’est qu’ils sont très rigoureux, appliqués, et modestes, mais que leur lecture demande beaucoup d’efforts. Ce n’est pas, comme vous dites, parce qu’ils font exprès d’être incompréhensibles, c’est parce que la Science est un art difficile. Ils ne font pas, c’est vrai, souvent référence aux expériences, se contentant d’utiliser les données, car leur cours s’intitule « Cours de Physique Théorique ».
            Certains physiciens que j’ai eu l’honneur de côtoyer, comme Claude Itzykson et Edouard Brézin, qui étaient des pionniers dans leur domaine au niveau mondial, avaient une révérence toute particulière pour ces ouvrages.

            Peut-être parce que pour vous et vos amis, ces gens font partie des « charlatans » ?

            Revenons sur les équations de la physique. Elles contiennent, gravé dans un marbre qui n’est pas immuable, l’état de notre compréhension actuelle du monde. Disons plutôt l’état de notre connaissance des lois de conservation qui nous permet de faire des prédictions.
            Ce n’est rien de plus.
            Alors, les charlatans, c’est qui ?

          • JC_Lavau JC_Lavau 20 mars 19:26

            @Layly Victor. La science est fondamentalement un acte irrespectueux, fondé sur la croyance que les experts sont faillibles, que les traditions peuvent charrier toutes sortes de fables et d’erreurs, et qu’il faut vérifier, surtout avec des expériences.


            Cette révolution culturelle n’a pu se produire, après 1492, que parce que les princes du 16e siècle ont eu besoin d’ingénieurs voire scientifiques, pour leurs armées permanentes, leurs forteresses et leur poliorcétique, au point d’oser utiliser des savants que l’église romaine aurait bien voulu réduire au silence.
            Toutefois tant la Curie que les princes ont constamment tâché de remilitariser les savants et les enseignants, en refaire des valets en livrée.
            Par ailleurs les crédits du prince ont des limites, et la concurrence est féroce entre les équipes, pour gagner et conserver des crédits. Aussi, bickering and backstabbing...
            Actuellement la physique fondamentale bénéficie de l’espoir irrationnel des politiques, qui espèrent récolter une nouvelle bombe atomique.

            Dans la férocité des moeurs de bickering and backstabbing, le minoritaire doit vérifier et revérifier trente fois plus que le majoritaire : aucun grief, fondé ou infondé, ne lui sera épargné.

            J’ai un avantage déloyal : j’ai une formation professionnelle complète de trouveur professionnel. Or l’heuristique, en fac de sciences dures, ils en ignorent jusqu’à l’existence. Alors la pratique...
            Et un deuxième avantage déloyal : je suis multiculturel. Cela me permet à présent faire la synthèse de plusieurs vies professionnelles. Le nez dans le guidon, tant de spécialistes demeurent des messieurs qui savent beaucoup de choses sur peu de chose, et à la limite tout sur rien du tout.

            Spécialistes de la théorie, Landau et Lifchitz sont demeurés nuls en vérifications expérimentales. Cela se voit tout au long de leur enseignement.

          • JC_Lavau JC_Lavau 20 mars 19:35

            @Layly Victor : « Landau et Lifschitz posent le problème de la localisation », avec un présupposé corpusculariste clandestin, ils se condamnaient à déconner. Ne pas s’ébahir s’ils déconnèrent.

            Leur confusion entre l’individu et la foule est citée textuellement ci-dessus. Ce n’est pas une erreur de traducteur. Ils ne l’ont du reste pas inventée, cette confusion est au pouvoir depuis 1927, par violence pure.


          • JC_Lavau JC_Lavau 20 mars 23:05

            @Layly Victor. Accusation délirante standardisée : « De même, les équations de Maxwell, dont la fermeture repose sur la polarisation du vide (courant de déplacement), doivent vous faire bien rigoler ». Bah wi, dans les sectes et les meutes, on adore ce genre d’accusations préventives, décollées de toute réalité.

            Les sectes, ça endommage le cerveau.

          • JC_Lavau JC_Lavau 23 mars 10:27

            @Layly Victor. Rappel :

            Mais attention, nous soutient le clergé autorisé : tout ça vient des électrons complètement zinzins qui zinzinnent en tous sens autour du noyau comme de jeunes chiens fous, individuellement dispensés de toutes lois physiques !
             
            Pis Jean Bricmont dans Li Monde ironise de tout son mépris contre le grand public qui ne sait même pas qu’un atome c’est tout du trou, parcouru juste par des électrons complètement zinzins qui zinzinnent en tous sens sur les orbites et autour...

          • JC_Lavau JC_Lavau 2 avril 08:22

            @JC_Lavau : «  9 192 631 770 périodes de la radiation correspondant à la transition entre les deux niveaux hyperfins de l’état fondamental de l’atome de césium 133 », certes.

            Toutefois cet étalon varie avec l’altitude dans un champ de gravitation, il varie si l’horloge atomique est placée dans un avion, selon qu’il effectue une circumnavigation vers l’ouest ou vers l’est, aura varié si on le place sur la Lune ou en apesanteur en orbite...
             
            Le dieu d’Isaac Newton, chargé de tout voir simultanément, n’existe pas. Le temps d’Isaac Newton, supposé paramètre universel et ubiquiste, n’existe pas non plus. Tout au plus des macro-temps locaux, simples émergences statistiques locales.

          • JC_Lavau JC_Lavau 22 mars 16:36

            Un défi : revisitons la résonance Mössbauer, qui a permis de prouver la Relativité Générale à Harvard, sur 21 m de dénivelé.

            14,40 keV, raie gamma du noyau 57Fe, cela fait 0,861 Å de longueur d’onde, ou en femtomètres, unité naturelle d’un noyau atomique : 86100 fm. Voilà qui est énorme comparé au noyau de fer à l’état de base, et même comparé à l’état excité. Donc pour capturer ce photon, le noyau de fer 57 va devoir le faire converger sur lui, et sur un temps long pour un noyau (3 à 10 ns typiques), vu que c’est un photon d’excellente définition en fréquence, donc de grande longueur, ici de l’ordre du mètre. Voilà qui échappe à leur doctrine anti-transactionniste d’artilleur de la guerre de 14-18, ou de carpet-bomber américain : cette convergence ne se traite qu’en physique transactionnelle. Cette capture n’a rien de magique, mais repose sur une résonance fréquentielle.

            Les calculs sont impossibles à reproduire dans l’éditeur SPIP.

            Quelle est sa largeur à mi-dénivelé de la tour de Harvard dans l’expérience de Pound et Rebka ?

            2z = = 26 µm soit cinq milliards de fois le diamètre d’un noyau de fer.

            Quel est le demi-angle au cône tangent, à proximité de l’émetteur ou de l’absorbeur (noyau de fer 57) ?

            = = = rad = 2,48 . 10-6 rad.

            Je mets les anti-transactionnistes au défi d’en faire autant, ou de trouver une erreur.


            • JC_Lavau JC_Lavau 24 mars 14:20

              9 192 631 770 périodes de césium 133 pour une seconde.

              Voilà, c’est intégré au chapitre 12, commencé par l’apologie du Landau et Lifchitz par VL.
              Dans la version anglaise du manuel, j’ai allégé et son intervention et les délires poétiques d’Antoine Moreau.

              Il y a pire : grâce au maser à hydrogène, on sait avec une grande précision la valeur de la différence de fréquence intrinsèque entre les deux états 1s : 1 420 405 751, 768 Hz, à la précision du dernier chiffre significatif.

               
              Et tout ça parce que des électrons complètement zinzins zinzinabulent sans lois dans du grand trou... Du moins à ce que disent les zautorités zautorisées.

              On sait de plus que la transition est officiellement dite "fort improbable", la durée de vie de l’état F = 1 étant de l’ordre de 3,5 . 10^14 s, soit de l’ordre de 100 000 ans.
              Mais même sous la torture, ils ne vous révéleront pas l’ordre de grandeur de la durée du photon émis à cette fréquence, correspondant à cette raie très scrutée par les radio-astronomes, à 21 cm. C’est que dans la tribu Göttingen-København, il a été admis au début du 20e siècle que les photons sont des grains, instantanés, et les électrons aussi des grains, ponctuels.

              Si on a un peu de pratique de la physique des lasers, on sait quand même qu’aucune cavité n’est construite ni même définissable avec cette précision dimensionnelle, 10^-13, loin s’en faut. C’est donc bien le collectif en photons qui a intrinsèquement une très grande définition fréquentielle, donc chaque photon est fort long : à un milliard de périodes, il dure environ 0,7 s, sur une longueur de l’ordre de 210 000 km, voilà l’ordre de grandeur vraisemblable. En effet, la "très longue durée de vie" de l’état à spins parallèles implique une excellente définition en énergie et en fréquence, du dit état initial ; quant à l’état final, lui n’a guère de menaces sur sa durée de vie - au moins égale - ni donc son excellente définition en fréquence. Tous deux ont une définition en fréquence meilleure que le milliè­me de hertz. La durée du photon nous donne un minorant de la durée du libre parcours moyen dans ce genre de gaz interstellaire, émetteur sur 21 cm.

              Cordialement.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès