• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > La couleur de la peau ne définit pas une race, car cette notion (...)

La couleur de la peau ne définit pas une race, car cette notion n’existe pas

En constitutionnalisant la notion de « race », cela participe à reconnaître et légaliser une notion récusée par les scientifiques qui n'existe pas. Cela implique aussi des risques de théorisation, sous entendu, entre les supérieures et les inférieures, avec les effets que cela produisit, de sinistre mémoire…

Par la lutte contre la formulation « racisme »paradoxalement, ne justifie t-on pas une notion qui n’existe pas ?

Les manifestations actuelles sont une réaction à une sorte de mélange explosif dus à certains dérapages violents de policiers que l’on estime non sanctionnés ou pas suffisamment, en regard de la faute commise ou des propos tenus, ainsi que des discriminations due au « faciès », c’est à dire à la couleur de la peau où à l’origine territoriale. Mais lorsque l’on s’oppose et lutte contre cela en utilisant le verbiage de « racisme » ne justifie-t-on pas, par là même, l’existence de la notion de « races humaines » qui n’existe pas. En réalité on soutient et lutte pour les droits des personnes qui sont victimes de discrimination à cause de la couleur de leur peau ou de leur origine territoriale. Mais la couleur de la peau, ou l’origine territoriale ne définissent pas une notion de race, car la notion de « races humaines » n’existe pas.

Il y a des problèmes dans des quartiers urbains, certes, mais qui n’ont rien à voir avec une quelconque notion de « races humaines »

On ne peut nier l’existence des problèmes existant dans des quartiers urbains, dont certains sont devenus de véritables zones de non droit. L’économie parallèle de la drogue et trafics divers règne en maître, le tout aggravé parfois par l’influence des radicaux de l’islam. La tache des forces de l’ordre n’y ait donc pas aisée. Dans ces quartiers on a concentré une population défavorisée, essentiellement issue de l’immigration où l’on retrouve une forte concentration des personnes de couleur noire et d’origine maghrébine que l’on a ghettoïsée. Ces « laissés pour compte » sont à la fois victimes des violences qui règnent dans ces quartiers et des discriminations liées à la couleur de leur peau, ou de leur origine territoriale, avec un taux de chômage qui est souvent le double ou le triple de la moyenne nationale. Cette situation leur impose une solidarité qui leur permet de survivre, mais les guétoise toujours un peu plus et les communautarise avec les violences qui vont avec, accompagnée parfois les dérapages inacceptables de policiers… Mais tout cela n’a rien à voir avec une quelconque notion de « races humaines », sinon que c’est un problème de surpopulation et de densification de l’habitat urbain en regard de l’espace minimum correct pour permettre à chaque individu d’avoir un cadre de vie correct.

Ne dites plus « racisme », il s’agit de discrimination au faciès et de xénophobie

Il faudrait désormais ne plus utiliser la formulation de « lutte contre le racisme » car cela ne contribue qu’à théorisait une notion qui n’existe pas d’un point de vue biologiste. Mieux vaut donc utiliser la formulation « lutte contre les discriminations au faciès » lorsqu’il s’agit de la couleur de la peau ou de xénophobie et qui doivent être lourdement sanctionnées, car c’est bien de cela qu’il s’agit quand les personnes noires ou d’origine maghrébine sont contrôlées entre 6 à 8 fois plus que les autres.… Sans compter la discrimination à l’embauche qui est une réalité. D’où que l’on soit issus et quelle que soit la couleur de notre peau, nous appartenons tous à la même espèce humaine.

Il faut bien comprendre que le mot » racisme » reste lourd de sens et le maintien de son inscription dans le marbre Constitutionnel Français ne peut qu’avoir des conséquences que l’on peine à imaginer. Vu la situation sur le plan international et l’arrivée possible au pouvoir de personnalités issues de certaines sensibilités politiques sensibles aux théories sur l’inégalité des races, telles qu’elle furent développées par le comte de Gobineau (1816 – 1882), avec son essai sur l’inégalité des races, mieux vaudrait le supprimer par une réforme constitutionnelle qui, aujourd’hui, s’avère urgente.

Supprimé de la constitution par les députés en 2018, cependant le mot « race » y figure toujours

Comme premier changement au projet de révision de la Constitution, les députés ont symboliquement supprimé, jeudi 12 juillet 2018, à l’unanimité (les députés RN étaient tous absents), le mot « race » de l’article 1er, une mise à jour depuis longtemps réclamée outre-mer mais sans faire consensus jusqu’à présent. Hollande voulait aussi le supprimait , mais avec les manifestations contre le mariage pour tous et d’autres qui suivirent il ne l’avait pas fait.

Malgré sa suppression de la Constitution de 1958, le mot « race » reste bien présent dans notre législation. La raison de cette non-révision est en fait d’un autre ordre. le terme reste (et restera) inscrit, à deux reprises, dans un autre texte à valeur constitutionnelle, le préambule de la Constitution de 1946 (https://www.conseil-constitutionnel.fr/le-bloc-de-constitutionnalite/preambule-de-la-constitution-du-27-octobre-1946 ) . Au premier alinéa (« … le peuple français proclame à nouveau que tout être humain, sans distinction de race, de religion ni de croyance, possède des droits inaliénables et sacrés ») et au 16e alinéa (« La France forme avec les peuples d’outre-mer une Union fondée sur l’égalité des droits et des devoirs, sans distinction de race ni de religion »).Selon le Palais Bourbon, « il n’est pas envisagé de modifier en ce sens le Préambule de 1946, car il s’agit d’un texte « historique », au même titre que la DDHC de 1789, dont les termes n’ont donc pas vocation à être révisés. La Constitution de 1958, en revanche, reste un texte « vivant », susceptible d’évolutions »… Cet argument est pour le moins très controversé et ne devrait pas résister à une volonté politique de supprimer le mot »race » de la Constitution. Certes avec la crise sanitaire du Covid-19 il y a d’autres urgences … Mais cette volonté politique existe t-elle ?

Une inscription dans la constitution qui ne date que depuis la quatrième république de 1946.

L’inscription de la dénomination « race » ne fût inscrite pour la première fois dans une Constitution, qui, rappelons le, est l’organe supérieur du Droit, qu’en 1946, lors de la rédaction de la Constitution de la quatrième république. Cette dénomination fût reprise en 1958 lors de la rédaction de la Constitution de la cinquième République qui est actuellement en vigueur.

Dans son article 1er, la Constitution de 1958 déclare :

« La France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale. Elle assure l'égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d'origine, de race ou de religion. Elle respecte toutes les croyances. Son organisation est décentralisée.

La loi favorise l'égal accès des femmes et des hommes aux mandats électoraux et fonctions électives, ainsi qu'aux responsabilités professionnelles et sociales ».

Le Mot race n’avait jamais été inscrit dans les Constitutions précédentes à celle de 1946

A noter que la déclaration des Droits de l’homme de 1789 à laquelle se réfèrent les rédacteurs de la constitution du 27 octobre 1946 et de celle de Septembre 1958, en son article premier il est écrit : « Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droit. Les distinctions sociales ne peuvent être fondées que sur l’utilité commune » (https://www.quelsdroitsfacealapolice.be/IMG/pdf/ddhc_1789-08-26_fr.pdf )... Ainsi nous naissons libres et égaux et nous pouvons être considérés en Droit « supérieurs » ou « inférieurs » les uns par rapport aux autres en fonction de notre utilité sociale. Si la République justifie ainsi l’inégalité sur le plan social, en aucun cas elle n’évoque celle des races. Même si on pourrait éventuellement suspecter les constituants de 1946 (comme ceux de 1958) d’avoir transposé une interprétation de texte qui justifie une distinction sociale fondée sur « « l’utilité commune » en distinction de races, car les unes et les autre n’auraient pas « la même utilité commune »… Ne perdons pas de vue qu’en 1946 (comme en 1958) la société Française est coloniale et pour les responsables politiques, les populations autochtones des colonies (inférieures) n’ont pas la même utilité commune que les populations coloniales (supérieures)…

Pour rappel, la Constitution du 22 Frimaire an VIII (13 décembre 1799) en son Article premier précise seulement que la République française est une et indivisible. Son territoire européen est distribué en départements et arrondissements communaux. Certes, cette constitution qui apparaît comme taillée pour Bonaparte, bien qu’il n’y ait pas de référence à des droits et des libertés, certains droits y sont toutefois affirmés dans les dispositions générales, comme l'inviolabilité du domicile, la sûreté des personnes et le droit de pétition (art.76, art.83, 84-87)… Mais il n’y aucune référence à la notion de race.

Quelles peuvent être les motivations des rédacteurs de la constitution de 1946 pour avoir inscrit le mot « Race » dans la constitution ?

On peut s’interroger sur les motivations qui ont conduit les rédacteurs des constitutions de 1946 à graver le mot « race » dans le marbre du Droit Français que représente la Constitution, alors que ce concept n’existe pas d’un point de vue scientifique, et n’a aucun justificatif anthropologique…

Si l’on considère les premières lignes du préambule de la constitution de 1946, on peut comprendre qu’il ait eu une volonté forte de vouloir dépasser le traumatisme post-Nazisme subit par les populations du aux thèses raciales criminelles qui n’ont cessé de progresser et s’amplifier, notamment, depuis que le comte Arthur De Gobineau édita son essai sur l’inégalité des races humaines en 1853-1855. Le développement de sa thèse qui inspirant, entre autre, les dirigeants du régime Hitlérien et leurs collabos Français leur a servi de référence afin de justifier des massacres épouvantables et ainsi de déculpabiliser la race « supérieure » blanche.

En 1946 la France est un empire colonial qu’il faut à la fois tenir sous bonne garde. Mais aussi auquel l’histoire contraint de reconnaître des droits minimum fondamentaux à ses populations, sans pour autant rejeter la notion de race … Car, la catégorisation, puis la hiérarchisation des groupes humains a servi de justification aux colonisateurs européens pour annexer de nouvelles terres (notion de « races inférieures » chère à De Gobineau ). L’expérience de leur rencontre avec des cultures autochtones fut rapportée en métropole de manière particulièrement partiale : les terres colonisées étaient présentées comme remplies de sauvages incultes, inférieurs à tout point de vue au colonisateur qui, bon et généreux, se dévouait pour leur apporter les lumières et les bienfaits de la civilisation… Ces histoires nourrirent les théories racistes et justifièrent les discriminations dont étaient victimes les peuples colonisés. Il s’agit là du racisme colonial.
Le même usage a été fait en Allemagne nazie de façon beaucoup plus violent puis ensuite en Europe, sous sa domination, visant cette fois les juifs, tziganes, slaves, qu’il s’agissait d’exterminer pour faire de la place à la « race aryenne » dite supérieure. Autrement dit de l’eugénisme.

Pour les scientifiques, la notion de race n'existe pas

Certains chercheurs tentèrent de conférer une valeur scientifique à la notion de race. A l’instar du comte De Gobineau qui dans son « Essai sur l’inégalité des races humaines », où il décrit différentes caractéristiques telles que couleur de la peau, couleur et texture des cheveux, forme et taille du crâne, qu’il met en concordance avec les caractères psychiques, intellectuels, moraux, etc. ces théories conduisent à une hiérarchisation de valeur des races ou groupements humains, certains distinguent plusieurs dizaines voire des centaines de « races » mais tous accordent dans leurs descriptions une place particulière à de grands ensembles en nombre limité, le plus souvent basés sur la pigmentation de la peau.

Le caractère de scientificité de la biométrie, pratique purement descriptive des caractères apparents, n’a guère été reconnu que par ceux qui en étaient convaincus. En revanche cette discipline a largement nourri les discours et politiques racistes. La période du nazisme vit ainsi se multiplier des expositions détaillants des caractères physiques, pour « apprendre » à reconnaître « les races humaines », en particulier les Juifs, mais aussi les Tziganes et bien d’autres. Des populations qui payèrent un très lourd tribut à cette folie raciste des Nazis…

André Langaney qui est un généticien, spécialiste de l'évolution et de la génétique des populations, montre que, génétiquement, la notion de race est infondée car elle suppose une classification arbitraire des hommes. Pour lui : on peut tout au plus parler de fréquence de certains gènes dans une zone géographique donnée.
L'existence de caractères raciaux génétiquement repérables n'a jamais pu être démontrée scientifiquement. Se fondant sur les travaux des biologistes, il affirme : « qu'il n'y a pas de marqueur génétique de la race et que les races humaines ne sont donc qu'un concept culturel ». Il a écrit dans un ouvrage paru en 1992 « Tous parents, tous différents » ( en collaboration avec N. Hubert Van Blijenburg et Alicia Sanchez-Mazas), Paris, Muséum national d'histoire naturelle (ISBN 2877490343) publié à l'occasion de l'exposition qui s'est tenue au Musée de l'Homme Paris en 1992) : « Au début des recherches en génétique, les scientifiques, qui avaient en tête des classifications raciales héritées du siècle dernier, pensaient qu’ils allaient retrouver des gènes des Jaunes, des Noirs, des Blancs… Et bien, pas du tout, on ne les a pas trouvés. Dans tous les systèmes génétiques humains connus, les répertoires de gènes sont les mêmes. »

Claude Levi-Strauss (1908 - 2009) affirmait que si les groupes humains se distinguent, et pour autant qu’ils sont à distinguer : « c’est uniquement en termes de culture ». En effet, c’est uniquement par la culture que les groupes humains ou sociétés se départagent et se différencient, pas selon la nature que serait la nature biologique. C’est à dire que s’il y a bien lieu de maintenir les distinctions, le phénomène n’est en aucun cas naturel. Il ne relève pas de l’étude de la biologie, mais de l’anthropologie au sens large. Le racisme consiste précisément dans le contraire, soit à faire d’un phénomène culturel, un phénomène prétendument physique, naturel et biologique ».

Les différences morphologiques sont souvent expliquées par des adaptations à l’environnement. Autrement dit, les groupes humains primitifs n’ont pas échappé à la sélection naturelle favorisant, pour un groupe social déterminé, un certain nombre de caractères spécifiques adaptés aux conditions d’environnement propres à une région donnée. Néanmoins, compte- tenu de la durée nécessaire pour acquérir divers caractères physiques sous la pression de la sélection naturelle, les migrations humaines de l’Histoire et de la Préhistoire qui se sont traduites par des déplacements de population, à raison d’une moyenne estimée à quelques dizaines de Kilomètres par génération ont entraîné un brassage génétique important, affectant les peuples de quasiment toutes les régions du globe.

Le généticien Albert Jacquard (1925 – 2013) soulignait notamment que la notion de « race » est obsolète et n'a aucun fondement biologique  : « Les individus de l'espèce humaine sont fort différents les uns des autres] il est impossible de tracer des frontières permettant de regrouper ces populations en classes distinctes »  autrement dit, il n'y a qu'une seule race humaine, dans laquelle se fondent plus de sept milliards d’individus. Selon Albert Jacquard : « pour parler de race, il faudrait qu’un groupe reste isolé un nombre de générations égal au nombre d’individus qu’il comporte ; ainsi, un groupe de 200 personnes devrait rester isolé 4 000 ans (si l’on compte 20 ans par génération) pour devenir une race. Ce chiffre est à comparer aux 20 000 ans qui ont été nécessaire pour séparer Canis lupus, (le loup) des différentes races de Canis familiaris (chiens). Peu de races de chiens sont interfécondes avec les loups ». Et de rajouter : « Ni la génétique, ni l’anthropologie, ni l’ethnologie, ni l’Anthropomorphie (biométrie), ni les découvertes récentes n’avalisent l’idée de l’existence de races humaines. Parler plutôt de groupe de populations correspond à une réalité scientifique, dans la mesure où l’on retrouve des gènes proches qui eux ont une signification et une pertinence médicale. Il paraît évident que la notion de race humaine sous toutes ses formes, a servi de prétexte à un racisme latent et qu’elle est à l’origine des plus gros crimes qu’ait connu l’humanité !!!! Le concept de race est une idéologie dont les fondements sont arbitraires, discriminants et dont l’objet est de justifier une différence culturelle par une différence physique... »

Expurger le mot « races » de la Constitution, c’est reconnaître officiellement et définitivement son inexistence. 

La dénomination « race » expurgée de la constitution c’est reconnaître l’inexistence de cette notion, avec tout ce que cela comporte, notamment, en regard de la xénophobie qu’elle renforce et qui est souvent plus profonde et plus ancienne encore que le racisme. Par ailleurs, accepter le principe d’une dénomination qui n’existe pas dans le cadre de la biologie c’est aussi dissimuler les mécanismes psychologiques, historiques, politiques qui sont à l’œuvre dans le « racisme ». Déconstruire à partir de la biologie une notion telle que celle de race est nécessaire, mais cela n’aura qu’un effet limité sur ses aspects dévastateurs si grâce à la connaissance et au savoir la culture des individus ne change pas radicalement dans ce domaine. 

Pour conclure

Si on considère également qu’avec la bombe démographique l’on va vers un effondrement rapide des ressources, de la production alimentaire et industrielle par tête d’habitants, il y a urgence de bannir cette notion de « races humaines » de notre culture, alors qu’elle n’existe pas biologiquement. Du fait de la surpopulation, la planète pourrait, peut être, dans les perspectives les plus favorables, faire vivre 10 à 12 Milliards d’individus à l’horizon 2050… Avec le niveau de vie actuel d’un habitant pauvre du Bangladesh… Mais guère plus de deux milliard au niveau de vie actuel d’un Européen…avec le confinement Covid-19... Les thèses portant la notion de « races humaines » qui n’existe pas et la xénophobie qui l’accompagne, ont peut imaginer les conséquences…


Moyenne des avis sur cet article :  3.31/5   (35 votes)




Réagissez à l'article

156 réactions à cet article    


  • berry 8 juin 16:17

    Le gauchisme est une maladie mentale


    • xana 8 juin 16:44

      @berry
      C’est bien possible. Ca m’est égal, je ne suis pas gauchiste...


    • berry 8 juin 16:51

      Il y a bien des différences entre les groupes humains, les scientifiques l’ont prouvé.
      C’est une simple constatation, il faut toute la bêtise et la mauvaise foi de la gauche pour oser prétendre le contraire et vouloir en faire un délit d’opinion.
      https://www.intelligence-humaine.com/causes-des-differences-raciales/
      https://www.intelligence-humaine.com/intelligence-est-genetique/


    • Florian LeBaroudeur Florian LeBaroudeur 8 juin 19:19

      @berry

      Le Q.I est une mesure de l’intelligence purement théorique qui ne reflète en rien les capacités d’une personne qui varient d’une personnalité à une autre.
      Et être intelligent n’est pas toujours un avantage, peu de liens sociaux, peu d’amis, peu d’enfants, peu d’épanouissement, peu d’insouciance, peu de surprises, faiblesse physique, tendance à l’inquiétude.
      Qu’on soit intelligent ou bête, il n’y a pas d’avantages sans inconvénient


    • Sozenz 9 juin 12:44

      @berry
      l intelligence est dû pour beaucoup à l éducation .

       il y a une part innée certes mais je pense que l intelligence est partagé de façon équilibrée sur l ensemble de la planète afin que chaque pays puisse trouver des solutions pour son évolution ;

      je pense plus au terme de race ; quand on voit les physiologie des personnes et là ; on ne peut que constater ;
      couleur de peau , forme du visage ; proportion des corps ;
      qu on le veuille ou non ; il y a des différences que l on peut appeler race, perso , je ne vois pas le problème ; il n y a que les esprits tordus qui ne veut pas appeler un chat un chat. 

      comment les gens font des circonvolutions pour éviter une discussion simple 

      l humain accepte de dire qu’ il y a plusieurs races chez les animaux ; mais ne veut surtout pas parles de races chez les humains ; mais quelle hypocrisie ;
      et comme il est dit ; il y a espèce et race .
      nous avons l espèce humaine . et il y a des races humaines point .
      et toutes les lois du monde n y changeront rien ; c est ainsi

      et dans ces races humaines , il y a encore d autres types qui font que l on sait de quel pays ou région viennent les ethnies ;

      que chacun soit content de la couleur qu’ il a , de toute façon il ne peut pas changer , il faut qu’ il fasse avec ; alors autant bien vivre avec ce que l on est


    • Et hop ! Et hop ! 9 juin 14:25

      @berry

      C’est juste du fanatisme, persister avec aveuglement dans des croyances dont la fausseté est avérée.

      Est-ce que pour lui les hommes seraint le seul mamifère qui ne comporterait pas de races, ou est-ce qu’il nie aussi que les vaches ou les chiens n’ont pas de races ?

      Il suffit d’aller en Afrique pour constater qu’il y a des races humaine, de très belles races d’ailleurs, tous les Africains le savent et ça ne pose pas de problème pour eux.

      Peut-être qu’il confond race et espèce, il n’y a en effet qu’une espèce humaine.


    • Djam Djam 9 juin 14:33

      @berry
      Bien dit smiley


    • vesjem vesjem 10 juin 18:27

      @berry
      le gauchiassemisme est race pure


    • vesjem vesjem 10 juin 19:35

      @vesjem
      les noirs sont de meilleurs coureurs à pieds que les blancs ; mais ils sont moins bons nageurs ; de même que pour la pédale, ils sont moins bons (bon, là, çà se discute)
      les jaunes, par contre ont un sourire plus fréquent, alors que leurs yeux sont quasiment inexpressifs, et on dit qu’ils ont une petite zigounette (çà, je demande à voir)
      les rouges, à défaut d’avoir une plume dans le ...,(ce qui leur permettrait quelques envolées) l’ont sur les tifs...

      on peut disserter longtemps sur les caractéristiques particulières des populations ; il est évident quand même, qu’il y a des tendances générales chez les humains selon leur apparence, morphologie, couleur ; alors qu’on appelle çà race (mot tabou des gauchiasses et antifas), çà n’a d’importance que pour ceux qui, sans le savoir, ont une part de racisme en eux ;

      le philosophe « Alain » formule l’idée selon laquelle l’homme redoute l’aspect d’un semblable dont il sent avoir lui-même la particularité ; alors va savoir ce qu’un noir inspire inconsciemment à un blanc, et vice-versa ?


    • xana 8 juin 16:23

      C’est exact, la notion de « race » en politique est sans objet puisque notre espèce ne comporte qu’une seule « race ».

      Mais le racisme, lui, existe et continue de prospérer dans les milieux peu ou mal éduqués, et cause des millions de victimes dans le monde. Le racisme est condamné par la loi, et il me semble correct de traiter de « raciste » toute personne exprimant des considérations a-priori basées sur une soi-disant appartenance à une « race », évidemment considérée comme supérieur (la « race » blanche) ou inférieure (toutes les autres « races »). Traiter de « racistes » ces gens-là ne les corrigera pas, mais permettra de mettre sans hésitation leur comportement dans le registre de la criminalité. Un raciste est un criminel, un point c’est tout.


      • xana 8 juin 16:41

        @Cadoudal
        S’il n’y a pas de race, il ne peut pas y avoir de sous-race. Autant pour les gauchistes, qui qu’ils puissent être.
        Tu ne devrais pas t’inspirer de sombres crétins.


      • gnozd gnozd 9 juin 09:11

        @xana

        Qu’est-ce que ça veut dire que les races n’existent pas « scientifiquement » ?

        A un moment donné de l’histoire humaine, et pour des raisons diverses, des groupes humains se sont différenciés, selon une distribution géographique.

        Les raisons ? Peut-être climatiques, alimentaires, génétiques évidemment de toutes façons.

        Au bout du compte, il n’en reste pas moins qu’il existe des différences d’apparence : c’est pour donner un nom à cette notion que les peuples, dans leur infinie sagesse et infinie connerie, ont inventé le mot « race ».

        Et ces caractéristiques physiques se transmettent de façon héréditaires : c’est donc une réalité génétique.

        Il y n’y a aucune chance qu’un couple de chinois donne un blond aux yeux bleus, exemple caricatural, certes, mais qui illustre bien l’idée.

        Un couple mixte noir/blanc donne des enfants café au lait. Hé oui, c’est comme ça, et tout ceci se transmet de façon génétique.

        Alors on peut toujours changer les mots, dire qu’il n’existe qu’une race humaine, ok pourquoi pas ,

        N’empêche qu’il existera quand même des « types » physiques humains différents, et que par conséquent on trouvera toujours des abrutis coupables de « typisme »

        PS : message déjà envoyé plus bas.


      • gnozd gnozd 9 juin 09:16

        @gnozd

        Alors certains pourraient imaginer que si un jour, après plusieurs siècles de métissage, l’humanité ayant partout la même apparence, ça nous ferait un prétexte de moins pour nous taper sur la gueule.

        A ceux-là je réponds que quand j’étais môme, au début des années 60, on se tapait copieusement dessus à la récré et on était tous de bons petits blancs !!!

        Voili voilou. Ca m’amuse toujours ces intellos de gauche qui prétendent changer la nature humaine...


      • gnozd gnozd 9 juin 09:22

        @Cadoudal

        Le racisme, ou racialisme, est l’idée qu’il existerait une différence qualitative entre les groupes humains d’apparence différente, sur le plan de l’intelligence.
        Le vrai raciste considère qu’il y a des races supérieures, et donc des races inférieures.
        Le raciste est donc fondamentalement débile.

        Par contre le fait de considérer qu’il existe des races n’est pas du racisme. C’est juste du bon sens !


      • berry 9 juin 13:51

        @gnozd
        C’est contradictoire ce que vous dites, s’il y a des différences, il y a forcément des différences qualitatives.
        Tout dépend de l’unité de mesure utilisé pour établir les différences, le résultat n’est pas le même si on retient les résultats des concours d’accès aux grandes écoles ou les performances au sprint sur 100 mètres. A chacun de voir ce qui est le plus utile pour la vie en commun dans une société technologique, en 2020. 
        La gauche refuse de voir la réalité en face, elle donne donc le bac à tout le monde et elle a commencé une politique de discrimination positive dans les facs pour favoriser sa clientèle immigrée. 
        Il faut que la réalité se plie à son idéologie égalitariste, et pas l’inverse ; elle n’en démordra pas, tant que la France ne sera pas devenu un shit hole du tiers-monde à part entière.


      • Et hop ! Et hop ! 9 juin 14:34

        @xana

        Vous confond race et espèce, il n’y a en effet qu’une espèce humaine.

        Il suffit d’aller en Afrique pour constater qu’il y a des races humaine, de très belles races d’ailleurs, tous les Africains le savent et ça ne pose pas de problème pour eux.

        Est-ce que vous croyez que les hommes sont les seuls animaux qui ne comporterait pas de races, ou est-ce que vous niez aussi aussi que les vaches ou les chiens ou les canards n’ont pas de races, qu’un couple de dalmatiens peut avoir des chiots qui ont le physique de teckels, et qu’un couple de vaches normandes peut avoir un veau charolais ?

        Après, la question de savoir si il y a des races qui ont de meilleures aptitudes héréditairs que d’autres, c’est une autre question. Les Peules sont d’infatigables marcheurs et coureurs de fonds, les asiatiques ont de meilleurs aptitudes scolaires en France que le reste des élèves, c’est une constatation statistique qu’on peut faire.

        Une autre quetion est de savoir si il y a des races plus dignes que d’autres, et là la réponse est non.


      • gnozd gnozd 9 juin 18:21

        @berry

        Je pense pas être en contradiction.
        Je dis simplement que quelque soit la couleur de peau, on a tous les mêmes potentialités, et je dis ça pour l’avoir vécu, ayant notamment vécu 20 ans dans le 93, de 1980 à 2000 à peu près...
        J’habitais un immeuble à Pantin où vivaient des antillais, des kurdes irakiens, des espagnols, des portugais, des français bien blancs, et des juifs.

        Et j’affirme que tout est dans l’éducation et la culture : mon fils avait un pote de collège d’origine marocaine, ainé de 3 frères, élevés par une mère seule, femme de ménage, et vivant à 4 dans un hôtel.
        Eh bien je peux vous dire que ces gamins étaient loin de l’image actuelle de la racaille, abrutie au rap revanchard et au salafisme. Et leur mère, pour nous c’était une copine.

        Idem pour nos voisins kurdes irakiens qui fuyaient le régime de saddam : des mecs super éduqués, parlant au moins 4 langues, bossant 10 heures par jour.

        Et je me souviens aussi de potes antillais au bahut, dans les années 60/70, mais putain y’avait pas de problèmes.

        Les problèmes sont liés à l’éducation, et aussi à la culture. Et aussi au niveau social mais pas que...

        Alors des exemples de personnes extra européens qui tiennent la route, j’en ai à la pelle, et j’ai aussi des exemples des mêmes qui sont des vrais cons : notamment un pote algérien avec qui j’avais fait les 400 coups dans les années 78/79, et qui est devenu en l’espace de 3 ans un vrai connard barbu, parce qu’il faut pas oublier que dans ces années-là, après la révolution islamique en Iran, les différentes factions musulmanes se sont senti le vent en poupe et les Frères Musulmans, pour ne nommer qu’eux, bien avant de faire du prosélytisme dans les cités ou au zonzon, eh bien ils ratissaient dans les facs, notamment Vincennes et ensuite Saint-Denis...
        Alors voilà. Tout n’est pas tout noir ou tout blanc, on a évidemment tous les mêmes aptitudes, mais les histoires, personnelles, communautaires, l’Histoire aussi, jouent leur rôle.
        Et bien sûr la politique, politicarde, comme maintenant, parce que toute cette agitation, aussi bien aux USA qu’ici, c’est évidemment pas gratuit.


      • foufouille foufouille 9 juin 18:24

        @gnozd

        sauf que en afrique, ça évolue très peu = toujours pas juste des routes partout donc on peut se poser des questions.


      • gnozd gnozd 9 juin 19:06

        @foufouille

        C’est une question de contexte local. regardez ces femmes, noires américaines dans les années 60 qui ont été recrutées par la NASA pour monter un système informatique, ou un truc dans le genre, y’a eu un film sur le sujet « Hidden figures », je crois.
        Tout dépend du contexte. Et aussi de la culture d’origine. Et de l’histoire.

        Ceci dit je me pose des questions : au milieu des années 70, je crois, ou dans ces eaux-là, on a accueilli 125000 boat people asiatiques (viet-namiens, cambodgiens, laotiens, thaïs, chinois...) et on les a parqués dans le 13eme arrondissement de Paris entre l’avenue de Choisy et l’avenue d’Italie, dans un ensemble de tours qui n’avait rien à envier à Sarcelles au niveau architectural.

        Eh bien ces gens ont fait en dix ans de ce quartier affreux un des endroits les plus vivants et les plus dynamiques de l’arrondissement.
        C’est sûr, ils ont leurs systèmes, leurs « gestions », leurs « maffias » aussi, mais voilà, ils montent des entreprises, paient leurs impôts et font pas chier le monde.

        Alors oui je me demande aussi pourquoi ce qui marche avec les asiatiques ne marche pas avec l’immigration africaine.
        Mais en tout cas, c’est pas un problème d’intelligence.


      • gnozd gnozd 9 juin 19:51

        @berry

        ...et je rajouterais qu’il existe des différences qualitatives entre personnes d’une même « race » !!!


      • Et hop ! Et hop ! 11 juin 09:10

        @gnozd

        C’est pas parce que l’éducation est très importante que les races n’existent pas, ça n’a rien à voir, il y a des gens honnêtes et des criminels dans tous les pays.


      • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD 8 juin 16:34

        La notion de race existe car la bible en parle. Il y a notamment des races de vipères, une race fausse et perverse, une race bénie, une race indocile et rebelles, une race dont les yeux sont hautains, une race méchante, des races de géants, une race élue, une race royale, une race sainte.

         

        La notion de race existe car tous les français instruits à qui on parle de race, comprend ce que nous voulons dire.

         

        Et nous les Français de France, nous sommes très doués pour reconnaître les races car même les scientifiques n’y parviennent pas, mais nous, qui sommes très doués, y parvenons au premier coup d’œil.

         

        Tenez, mettez les Français de France à l’épreuve sur ce chapitre pour vérifier si c’est vrai. Ils sont nuls les scientifiques.


        • xana 8 juin 16:46

          @Daniel PIGNARD
          Pignard, ici c’est une discussion sérieuse. Alors remballe ta bible et tes vêtements de prophète si tu veux t’exprimer.


        • Gollum Gollum 8 juin 17:00

          @Daniel PIGNARD

          Vous avez oublié celle dont vous êtes membre, la race des sacrés cons..


        • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD 8 juin 17:58

          @xana

          Dieu est raciste et il en dit la raison :

          « L’Ammonite et le Moabite n’entreront point dans l’assemblée de l’Eternel, même à la dixième génération et à perpétuité, parce qu’ils ne sont pas venus au-devant de vous avec du pain et de l’eau, sur le chemin, lors de votre sortie d’Egypte, et parce qu’ils ont fait venir contre toi à prix d’argent Balaam, pour qu’il te maudisse. Mais l’Eternel ton Dieu , n’a point voulu écouter Balaam ; et il a changé la malédiction en bénédiction parce que tu es aimé de l’Eternel ton Dieu. Tu n’auras souci ni de leur prospérité ni de leur bien-être, tant que tu vivras, à perpétuité.

          Tu n’auras point en abomination l’Edomite car il est ton frère, tu n’auras point en abomination l’Egyptien, car tu as été étranger dans son pays : les fils qui leur naîtront à la troisième génération entreront dans l’assemblée de l’Eternel. » (Deu 23-3)


        • berry 8 juin 18:07

          @Daniel PIGNARD
          Et Asselineau a dit :
          « Le sodomite tu ne haïras point ».


        • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD 8 juin 18:12

          @xana

          «  Le droit du sol est l’absurdité qui consiste à dire qu’un cheval est une vache parce qu’il est né dans une étable » (Montesquieu)

          « Le droit du papier est l’absurdité qui consiste à dire qu’un cheval est une vache parce qu’il vit dans une étable avec un marquage de vache sur l’oreille. » (Daniel PIGNARD)

          « Nous sommes avant tout un peuple européen de race blanche, de culture grecque et latine et de religion chrétienne. « (De Gaulle)


        • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD 8 juin 18:27

          @berry

          Comment faire confiance à Asselineau, qui considère que Mohamed Lahouaiej-Bouhlel auteur de l’attentat de Nice revendiqué par Daech ayant fait 86 morts et 458 blessés en juillet 2016, n’est pas un terroriste islamiste ?

          Ecoutez sa conférence suite à l’attentat de Nice à ce propos.

          Vous faites : Asselineau attentat de Nice et vous tombez dessus.


        • xana 8 juin 16:42

          Pignard, si ce n’est pas du second degré, tu sais où tu peux te la mettre, ta bible ?


          • Yann Esteveny 8 juin 17:18

            Message à Monsieur Daniel Martin,

            Je poste ce même message sur Agoravox qu’il y a deux jours car il est encore mieux adapté à votre prose dont la simple lecture des conclusions m’a largement suffit.

            "En France, il est interdit d’établir des statistiques par race. D’ailleurs dans la pratique, le mot race pour les hommes devient interdit dans la langue française médiatique. En revanche, il est politiquement très rentable de parler à tort et à travers de racisme. Cette diversion permet de conquérir un électorat de « bien-pensant » et de masquer les vrais maux de notre société."

            Respectueusement


            • Yann Esteveny 8 juin 17:33

              Message à tous,
              En complément, voici une leçon d’honnêteté et de courage face à cette race de vipère :
              www.youtube.com/embed/5IfztZpgxow


            • berry 8 juin 19:00

              @Yann Esteveny
              Not Found



            • uleskiserge uleskiserge 10 juin 13:31

              @Yann Esteveny

              La crainte de l’exposition de la vérité du racisme, des discriminations, du sort cruel et injuste qui est fait aux minorités émanant des rédactions des médias français, principalement de droite et d’extrême droite, celle de la "fausse gauche" aussi, une presse dans le déni (celui de leurs propriétaires qui n’appartiennent pas à des minorités méprisées, sans oublier des préoccupations idéologique, communautaire et géo-politique)... de Marianne au Figaro en passant par Charlie Hebdo, le webzine Causeur et Atlantico... cette crainte, cette réticence est tellement patente... c’est le déni de toute une classe médiatique, politique et économique pour laquelle la racisme passe après toute autre manifestation de la détestation de l’autre ; d’où cette complaisance - et parfois même cette complicité – des médias avec les acteurs médiatique et politique du racisme en France ( Zemmour, Finkielkraut, E. Lévy, MLP et une partie de LR...).

               


            • Doume65 8 juin 17:23

              La race existe en ce sens qu’elle a une signification pour celui qui emploi le mot. Qu’elle n’existe pas scientifiquement n’y change rien. C’est un concept, de même qu’une ethnie. Vouloir faire diminuer le racisme avec cette négation est vouée à l’échec. Un mec raciste, si tu essaie de lui faire comprendre qu’il n’y a pas de race, il en conclura seulement que les noirs (par exemple) n’existent pas et qu’il peut donc les négliger. Mais si tu arrives à lui faire comprendre que l’homme qu’il réduit à son appartenance ethnique (qu’il appelle race) n’est pas pire ni meilleur pour cette seule appartenance, là tu pourras marquer un point.


              • foufouille foufouille 8 juin 17:37

                @Doume65

                quand 2 blancs à 100 % pourront avoir uniquement des enfants noirs ou asiatiques, les poules auront des dents.


              • berry 8 juin 17:44

                C’est quoi « Black Lives Matter » ?

                C’est une opération de propagande du Parti Démocrate une fois tous les quatre ans, juste avant les élections. La preuve avec les occurrences de recherche sur Google :

                https://trends.google.com/trends/explore?date=today%205-y&geo=US&q=black%20lives%20matter


                • foufouille foufouille 8 juin 17:45

                  il existe bien des différences génétiques liées au physique que ça plaise ou pas.

                  aucun gène non plus de néandertaliens chez certains peuples.

                  une race n’est pas une espèce.


                  • xana 8 juin 17:50

                    Aux yeux de la loi, un raciste est un criminel.

                    Au moins sur ce point, la loi est bien faite.


                    • berry 8 juin 17:53

                      @xana
                      tdc
                      Vous voulez nous exécuter immédiatement ou simplement réouvrir les goulags ?


                    • foufouille foufouille 8 juin 17:57

                      @xana

                      pas dans ta version de la loi.


                    • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD 8 juin 18:03

                      @xana

                      La loi, la voici :

                      ART. 10. — Nul ne doit être inquiété pour ses opinions, mêmes religieuses, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l’ordre public établi par la loi. (Droits de l’homme de 1789)

                       

                      Non mais !


                    • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD 8 juin 18:34

                      @Cadoudal

                      Pour les indigènes, c’est le couplet 3 de Notre Merveilleuse Marseillaise qui nous guide :

                       

                      « Quoi ! Des cohortes étrangères

                      Feraient la loi dans nos foyers !

                      Quoi ! Des phalanges mercenaires

                      Terrasseraient nos fiers guerriers ! (Bis)

                      Dieu ! Nos mains seraient enchaînées !

                      Nos fronts sous le joug se ploieraient !

                      De vils despotes deviendraient

                      Les maîtres de nos destinées ! »

                       

                      Et comme on a un fond chrétien, on fait nôtre les paroles du Christ :

                      « Il n’est pas bien de prendre le pain des enfants, et de le jeter aux petits chiens. » (Mt 15 :24-26)


                    • Goldored Goldored 10 juin 08:38

                      @berry
                      « @xana
                      tdc
                      Vous voulez nous exécuter immédiatement ou simplement réouvrir les goulags ? »
                      Bof. Ça vaudrait bien les sévices dont vous rêvez pour les étrangers.


                    • popov 8 juin 18:01

                      @Daniel MARTIN

                      Ne vous fatiguez pas autant à démontrer que vous n’êtes pas raciste.

                      Cela ne convaincra pas les « anti-racistes ». Pour eux, vous êtes blanc, donc vous êtes raciste, même si vous vous agenouillez devant un noir en demandant pardon comme un veau pour des fautes que vous n’avez pas commises.


                      • Fergus Fergus 9 juin 11:32

                        Bonjour, popov

                        « Le bon sens est la chose la mieux partagée du monde ». Avec le racisme !
                        Les deux concepts  bon sens et racisme  concernent, qu’on le veuille ou non, toutes les populations de la planète, mais heureusement pas tous les individus qui les composent !


                      • Fergus Fergus 9 juin 11:34

                        Heu... j’ai posté trop vite : « heureusement » pour la racisme, évidemment pas pour le bon sens.


                      • popov 9 juin 12:01

                        @Fergus

                        Ce qui m’interpelle, c’est que l’anti-racisme fonctionne sur les mêmes préjugés que le racisme : t’es blanc, donc...
                        C’est un peu comme l’anti-colonialisme claironné par ceux qui colonisent la France.
                        Mais l’idéologie de la gauche bobo n’est pas à une contradiction près.


                      • Goldored Goldored 10 juin 08:40

                        @Fergus
                        « Le bon sens est la chose la mieux partagée du monde ».

                        La connerie surtout. La connerie.


                      • uleskiserge uleskiserge 10 juin 13:32

                        @popov

                        Mépris, discriminations, violence à leur encontre... à l’aune de l’opposition dont les minorités font tous l’objet, puisque cette opposition politique et médiatique n’a qu’un souhait - le retour des minorités visibles à l’invisibilité des années 60 et 70, tête baissée, reléguée aux tâches les plus ingrates -, laissons tous ces Français issus de notre ancien empire colonial s’organiser car personne ne fera rien pour eux ; personne ! En cela, les 50 dernières années leur donnent raison aujourd’hui encore......... et chacune des interventions des médias et de leurs lecteurs apporte la confirmation de cette nécessité urgente.


                      • popov 11 juin 09:05

                        @uleskiserge

                        Je reconnais l’existence de ces problèmes de classes. Mais ce n’est pas l’« anti-racisme » la solution. L’« anti-racisme » dit : tu es blanc, donc t’es raciste.
                        Regardez à quelles extrapolations cela conduit (eh oui, pour les Africains noirs, les habitants du Maghreb sont des blancs).


                      • popov 11 juin 11:28

                        @Cadoudal

                        Bonjour

                        Les rivalités entre ethnies africaines, ce n’est pas nouveau. Maintenant, avec l’antiracisme, c’est à dire le racisme anti-blancs, il y en a qui s’en prennent au Maghreb, peut-être pour oublier un peu leurs querelles ethnique et s’unir contre un « ennemi commun ».


                      • foufouille foufouille 8 juin 18:06

                        il faudrait que le bourgeois parte vivre chez les pauvres pour voir que les blancs vivent aussi dans les cités.


                        • rogal 8 juin 18:09

                          « La notion de race n’existe pas ».
                          Sans doute vouliez-vous dire que la chose (la race) n’existe pas. Il est évident que la notion existe.


                          • foufouille foufouille 8 juin 18:14

                            @rogal

                            non il veut dire qu’il peut avoir un enfant de toutes les couleurs, etc sans ascendance génétique. et un singe aussi.


                          • berry 8 juin 18:24

                            @foufouille

                            A une autre époque, il aurait soutenu les impostures de Lyssenko.


                          • foufouille foufouille 8 juin 19:04

                            @berry

                            mais ils l’ont fait sauf quand un médecin avait une tronche de pas normal.


                          • Daniel MARTIN Daniel MARTIN 8 juin 19:13

                            @rogal
                            Oui bien sur.


                          • Fergus Fergus 9 juin 11:39

                            Bonjour, rogal

                            Vous avez parfaitement raison. 
                            A cet égard, il faut considérer le mot « race » comme une convention de langage destinée à désigner des caractéristiques physiques identifiables.
                            A cet égard, il n’est pas plus choquant de dire « un Noir » ou « un Blanc » qu’« un blond » ou « un roux ». Le racisme n’est pas dans ces mots, mais dans les éléments d’appréciation qui peuvent leur être adjoints !


                          • HELIOS HELIOS 9 juin 12:02

                            @Daniel MARTIN

                            ... moi qui pensait qu’un ecolo comme vous acceptait la notion de diversité... vous réduisez l’humanité a une seule race ? mmhhh et la diversite ?


                          • Slipenfer 1er Slipenfer 1er 8 juin 18:09

                            Je n’ai pas de problème avec les gens de couleur,la preuve

                            j’adore les Schtroumpfs.


                            • foufouille foufouille 8 juin 18:17

                              pour info la « biométrie » concernait aussi les blancs.


                              • Decouz 8 juin 18:35

                                Pour les religions voici ce que j’en ai retenu  :

                                Ce qui prime c’est le caractère humain (par rapport aux animaux).

                                On a beaucoup reproché aux Chrétiens autres biblistes l’histoire de la malédiction de Cham qui expliquerait prétendument le sort des Noirs, mais il y a bien d’autres histoires de discriminations plus ou moins justifées par les textes entre les peuples et les ethnies.

                                Le Coran parle, mais positivement, de différences de couleurs et de langues, ces deux termes étant liés dans l’expression.

                                En Inde on parle de « varna », couleur, mais il semble que cela concerne plutôt les castes, il peut y avoir des castes supérieures dans les différentes « races », la caste prime sur la race. 

                                Le noble primait sur le bourgeois, le bourgeois sur le paysan. Il y avait des nobles et des caégories inférieures aussi bien chez les Asiatiques que ches les Noirs.

                                Dans l’ésotérisme chrétien, en liaison avec le symbolisme des éléments, eux mêmes liés aux 5 sens, il y avait quatre races, la race originaelle au centre.Aucune supériorité absolue d’une race sur l’autre, mais une supériorité relative en fonction de grands cycles temporels, chaque race étant amenée à dominer les autres dans un ou l’autre des quatres grands cycles.


                                • JC_Lavau JC_Lavau 8 juin 19:40

                                  Sauf que dans l’eau douce, il y en a qui coulent ; surtout les africains.


                                  • Jonas Jonas 9 juin 00:20

                                    « La couleur de la peau ne définit pas une race, car cette notion n’existe pas ».

                                    Ça ce n’est vrai que depuis la loi contre le racisme en 1972 et la loi Gayssot en 1990.

                                    Orwell avait expliqué dans son livre révolutionnaire « 1984 » que pour éliminer un concept qui fait barrage à l’endoctrinement d’une idéologie, il fallait supprimer du vocabulaire la notion de ce concept.
                                    Comme il n’existe plus dans le langage, il est alors plus facile de faire accepter l’endoctrinement.

                                    En éliminant la notion sémantique de « race », le gouvernement espère faire accepter le grand remplacement des Français par une population du tiers-monde sans douleurs. Plus de races, ça veut dire qu’on est tous pareils, et qu’on est tous interchangeables.

                                    Les races n’ont jamais posés problèmes dans l’enseignement des sciences et l’anthropologie pendant des siècles, il suffit de lire par exemple « Races et histoire » de Lévi-Strauss, elles étaient mêmes très détaillées et expliquées scientifiquement dans le Larousse 1976.


                                    • Goldored Goldored 10 juin 08:44

                                      @Jonas
                                      Donc ça vous suffit à valider l’existence de races ?
                                      La science depuis le 19e a toujours été profondément raciste (eugénisme, hygiénisme, phrénologie, génétique...).
                                      Les sciences médicale continue à faire du modèle masculin blanc de 30-50 ans leur modèle principal, bien que la physiologie change selon le sexe, les régions, les âges...
                                      Et que dire du fait que cette science réac’ a attendu cette décennie pour faire une réelle description du clitoris ?


                                    • ERANOVA 9 juin 00:23

                                      L’auteur écrit : « Ne perdons pas de vue qu’en 1946 (comme en 1958) la société Française est coloniale et pour les responsables politiques, les populations autochtones des colonies (inférieures) n’ont pas la même utilité commune que les populations coloniales (supérieures)… ».

                                      Voilà bien une erreur de lecture et de compréhension de la constitution de 1946, laquelle reprend et entérine la loi Lamine-Gueye :

                                      Loi n° 46-940 du 7 mai 1946,
                                      tendant à proclamer citoyens tous les ressortissants des territoires d’outre-mer.

                                      Article unique.

                                      À partir du 1er juin 1946, tous les ressortissants des territoires d’outre-mer (Algérie comprise) ont la qualité de citoyen, au même titre que les nationaux français de la métropole et des territoires d’outre-mer. Des lois particulières établiront les conditions dans lesquelles ils exerceront leurs droits de citoyens.
                                      La présente loi, délibérée et adoptée par l’Assemblée nationale constituante, sera exécutée comme loi de l’État.
                                      Fait à Paris le 7 mai 1946.
                                      Félix Gouin.

                                      La Constitution de 1946 pose la création de l’Union française, ensemble fédéral, en préambule et dans ses articles 80 et 81 :

                                      Préambule :
                                      La France forme avec les peuples d’outre-mer une Union fondée sur l’égalité des droits et des devoirs, sans distinction de race ni de religion (...). Écartant tout système de colonisation fondé sur l’arbitraire, elle garantit à tous l’accès aux fonctions publiques et l’exercice individuel ou collectif des droits et libertés proclamés ou confirmés ci-dessus.

                                      Article 80 :
                                      Tous les ressortissants des territoires d’outre-mer ont la qualité de citoyen, au même titre que les nationaux français de la métropole ou des territoires d’outre-mer. Des lois particulières établiront les conditions dans lesquelles ils exercent leur droit de citoyens.

                                      Article 81 :
                                      Tous les nationaux français et les ressortissants de l’Union française ont la qualité de citoyen de l’Union française qui leur assure la jouissance des droits et libertés garantis par le préambule de la présente Constitution.

                                      Ces lois furent et sont encore contournées ou entravées. La Constitution audacieuse de 19’§ resta une utopie : après le Débarquement, le Gouvernement provisoire, créé à Alger le 3 juin 1944, s’installa à Paris et, progressivement, réalisa le programme de rétablissement de la légalité républicaine qu’il s’était fixé. Mais il s’agit aussi de tenir les engagements du discours de Brazzaville et ceux de l’article 4 de l’ordonnance du 7 mars 1944 qui avait promis la nationalité française aux musulmans d’Algérie.

                                      L’Assemblée constituante approuva ainsi, le 25 avril 1946, un projet de loi, à l’initiative de Lamine Gueye, député du Sénégal, octroyant la pleine citoyenneté — mais on l’a vu, il n’en est resté qu’une citoyenneté à deux vitesses — à tous les ressortissants de l’empire colonial. La Constitution de la IVe République inscrit en son article 80 la substance de cette loi, que l’on a comparée à l’édit de Caracalla ; mais l’Empire romain n’élisait pas un Parlement au suffrage universel !

                                      L’attribution des droits politiques à tous les sujets de l’Empire devait donner à leurs représentants la majorité à l’Assemblée nationale. La IVe République répondit à ce défi en instituant l’inégalité du suffrage : les « autochtones », ayant conservé leur statut personnel, n’avaient pas un nombre de représentants correspondant à leur poids démographique. Par exemple, selon la loi du 5 octobre 1946, la Métropole envoie 544 députés à l’Assemblée nationale, l’Algérie 30, également partagés entre citoyens d’état civil français et citoyens de statut local, et le reste des colonies 34 députés seulement. Autre exemple, le statut de l’Algérie, établi par la loi du 20 septembre 1947, institue une Assemblée territoriale de 120 membres, dont 60 sont élus par les Français d’état civil français et par certains citoyens de statut local distingués par leurs titres ou leurs mérites, et 60 sont élus par les autres citoyens de statut local, la grande majorité. La Ve République répondit à ce défi par l’institution de la Communauté et rapidement par la décolonisation.

                                      Le déni de citoyenneté française aux citoyens français d’outre-mer instauré par la mise place du statut de citoyen de droit local engendra un immense dépit sur fond de gestation des nationalismes d’outre-mer et résulta en l’abandon du modèle français par les populations et en l’effondrement de l’empire français. Le Tonkin ouvrit la marche, l’Afrique du Nord suivit. C’est qu’on avait beau avoir versé son sang pour la France, on restait un « indigène » de la République (façon politiquement correcte de dire un « étranger »).

                                      On sait aujourd’hui quelles erreurs historiques la France commit en abandonnant le modèle politique économique et social novateur amorcé par les lois de la Constitution de 1946. Si elle avait conservé cette architecture, elle serait aujourd’hui forte de plusieurs centaines de millions de citoyens et n’aurait pas à batailler au Mali ou à Djibouti : elle serait présente sur les cinq continents avec une structure stratégique hors du commun. Mais Napoleon n’avait-il pas cru malin de vendre tout à l’ouest du Mississipi (22,3 % de la superficie actuelle des USA !) pour une bouchée de pain (il est vrai que c’était enclavé, mais il fallait vraiment être occupé en Europe, pour croire que les les USA étaient autre chose qu’une extension de la thallassocratie anglaise) ? 

                                      La france n’a mérité qu’un joli, mais miniuscule hexagone — et encore, il faudra voir à ce que les Allemands lui reprennent l’Alsace-Moselle (et plus si affinités)…

                                      Il faut croire que le racisme, l’ostracisme et d’autres mesquineries civilisationnelles l’ont emporté et qu’il resta préférable selon ceux qui les portaient en bandoulière, avec l’écharpe et la cocarde, qu’elle restât petite et bornée plutôt que puissante, vaste et ouverte. Le fond raciste français perdure, systémique, jusque dans la lecture de la Constitution de 1946 et suivante.

                                      La pirouette consistant à effacer le mot « race » du vocabulaire des bien-pensants ne permet pas d’effacer la mémoire des centaines de millions de citoyens français auxquels on confisqua définitivement la qualité de Français dès 1958, avec les effets que nul n’ignore ni la vraie raison d’une telle mutilation ; à savoir qu’il était impensable entre Français racinés que les lois nationales soient écrites par une majorité de députés d’outre-mer (façon politiquement correcte de dire « nègres, bridés et bicots »)…

                                      Pour rappel, la Ve République de 1958 court toujours : si ce n’est pas du racisme (ou de la discrimination, pour rester politiquement correct), qu’est-ce que c’est ? De l’hypocrisie, peut-être…
                                      Le racisme n’est pas qu’un mot : c’est une maladie honteuse.


                                      • caillou14 rita 9 juin 06:32

                                        Les races n’existent pas, mais le racisme oui ?

                                        Cherchez l’erreur ?

                                         smiley


                                        • caillou14 rita 9 juin 08:30

                                          @rita..Un premier « raciste » me moinsse ?
                                           smiley


                                        • Ethnologie et Linguistique : le débat sur l’inégalité des races et des langues.

                                          Hé oui, c’est ballot de mentir pour récupérer politiquement les évènements .
                                          Mais cette volonté est bien française, sournoise, vicieuse , infecte .

                                          Au lieu de prendre la distance intellectuelle , le politique nourrit le débat en suscitant la haine de l’autre . Adolphe n’a pas fait mieux ... L’état jacobin dans toute sa splendeur .


                                          • gnozd gnozd 9 juin 09:04

                                            Qu’est-ce que ça veut dire que les races n’existent pas « scientifiquement » ?

                                            A un moment donné de l’histoire humaine, et pour des raisons diverses, des groupes humains se sont différenciés, selon une distribution géographique.

                                            Les raisons ? Peut-être climatiques, alimentaires, génétiques évidemment de toutes façons.

                                            Au bout du compte, il n’en reste pas moins qu’il existe des différences d’apparence : c’est pour donner un nom à cette notion que les peuples, dans leur infinie sagesse et infinie connerie, ont inventé le mot « race ».

                                            Et ces caractéristiques physiques se transmettent de façon héréditaires : c’est donc une réalité génétique.

                                            Il y n’y a aucune chance qu’un couple de chinois donne un blond aux yeux bleus, exemple caricatural, certes, mais qui illustre bien l’idée.

                                            Un couple mixte noir/blanc donne des enfants café au lait. Hé oui, c’est comme ça, et tout ceci se transmet de façon génétique.

                                            Alors on peut toujours changer les mots, dire qu’il n’existe qu’une race humaine, ok pourquoi pas ,

                                            N’empêche qu’il existera quand même des « types » physiques humains différents, et que par conséquent on trouvera toujours des abrutis coupables de « typisme ».


                                            • gnozd gnozd 9 juin 09:54

                                              Et il faut réfléchir un minimum par soi-même, et essayer d’être logique.

                                              En biologie, on a la notion de « génotype », qui définit les caractéristiques de l’espèce : ça veut dire que deux individus ayant le même génotype sont de la même « espèce », et peuvent donc se reproduire.

                                              C’est le génotype qui fait que quand un homme féconde une femme, il nait immanquablement un être humain, et non pas un lapin ou une poule.

                                              A l’intérieur de l’espèce, il existe des différences d’apparence, qui étaien à un moment donné de notre histoire distribuées géographiquement.

                                              Les biologistes appellent « phénotype » cette caractéristique, c’est à dire l’ensemble des faits observables.

                                              Et ces caractères sont transmissibles...génétiquement. Hé bé oui, forcément !!!


                                              • HELIOS HELIOS 9 juin 11:59

                                                @gnozd

                                                ... les types se sont formés et développés selon ce que vous decrivez : region, climat etc...

                                                Ce raisonnement est-il valable pour l’acquit culturel ? il y a-t-il un type « occidental », par exemple, indépendant de sa couleur de peau, mais different des types « orientaux », « africains » etc ?... un « occidental » fait-il des enfants occidentaux ?
                                                il y a-t-il des « type » stables, comme la couleur et des types fugitifs soumis aux conditions locales et provisoires (un occidental en afrique se comporte-il en africain ?).
                                                Une religion et son comportement culturel est-il un type, et y a-t-il un lien, une prévalence entre un type et une religion ou une culture -independament- du lieu ?

                                                J’y vois là beaucoup de questions et de paradoxes gommant la certitude du racisme ou de l’antiracisme.

                                                Tout cela n’est que blabla, ce qui compte c’est le regroupement humain, consecutif, permis et maintenu par la règle que se donne cette societé et ce qui génère tous les problemes, ce sont ceux qui -quel que soient les raisons se trouvent en défaut, exterieur a cette règle commune et qui ne souhaitent pas l’accepter.

                                                Le communautarisme comme l’integration ne sont que des illusions nocives, il n’y a que l’assimilation qui peut fonctionner, le vivre ensemble est impossible, d’autant plus qu’il est imposé avec sa cohorte de problèmes.

                                                Quand on aura compris cela, le racisme disparaitra, sauf pour la medecine et la génétique qui nous soignent.


                                              • gnozd gnozd 9 juin 19:31

                                                @HELIOS

                                                C’est clair : le problème est avant tout culturel et/ou politique.

                                                Cultulitique ou politurel, en somme !


                                              • Quand les jacobins (F-mac) embrayent sur la terreur ils veuillent passer au rasoir national toutes les races(familles) de curés, de Nobles et autres bourgeois, ainsi qu’une parti du peuple renégat....

                                                Ils trouveront pour exterminer une parti du peule un crétin de service nommé Bonaparte. Qui tuera à tour de bras le petit peuple GJ de l’époque .

                                                Pour s’approprier le pouvoir ultime.

                                                Danton sera parmi les victimes de cette terrorisation de la France mené par cette race de jacobin . Hahahaaaaaaaaaaaa.... !

                                                En fait la politique c’est comme la comptabilité de cavalerie .... ON génère de la peur avec de la peur pour arriver dans l’ impasse de la dictature.

                                                La France est elle raciste ?
                                                Pour sûr, les politiciens sont racistes..


                                                • Napoléon a rétablit l’esclavage me semble t il ? N’est ce pas ..... Les socialistes et d’autres ont spéculé sur le communautarisme pour accéder au pouvoir . Communautarisme qui est une forme de racisme politique. Les zélotes ont bénéficié de lois protectrices . Vouloir déboulonner des statues pourquoi pas mais qui va renverser le tombeau de Napoléon et quel est le nom du politicard qui va abroger toutes les lois communautarismes ? Le vent l’emportera Tout disparaîtra Le vent nous portera..........


                                                • Pimpin 9 juin 10:57

                                                  Je cite : « La couleur de la peau ne définit pas une race, car cette notion n’existe pas ». 

                                                  Vous n’avez rien compris à la méthodologie scientifique ! Cette notion comme vous dites existe puisqu’elle est la base de toute étude scientifique qui consiste à observer. 

                                                  Quand des scientifiques se trouvent en présence d’une population, que ce soit des êtres vivants ou des cailloux, ou n’importe quoi d’autre, ils commencent par les trier en fonction de leur aspect (je me rappelle pendant un TP avoir passé de longs moments à trier des grains de sable sous une loupe binoculaire).

                                                  Quand on applique cette démarche de base à l’espèce humaine, on ne peut que constater qu’il existe des caractères communs à certains, dont la couleur de la peau. On peut donc former des groupes, ce sont les races. Races qu’on retrouve d’ailleurs dans les études génétiques, mais on les appelle alors « clusters » !

                                                  En effet les scientifiques vont nous dire que les races n’existent pas ! d’abord parce qu’ils n’en ont rien à faire, mais surtout parce qu’ils y risqueraient leur carrière ! Quand on met un tel poids dans des accusations, il ne faut pas s’étonner de la réponse unanime ! C’est comme les aveux sous la torture.

                                                  Il n’empêche que ces races sont visibles par tous, tout le monde est capable de faire la différence entre un Africain, un Asiatique, un Esquimau, etc. ... 

                                                  Alors quand un noir délinquant meurt sous les coups d’un policier blanc dont c’est le boulot d’arrêter les gens violents en leur opposant une violence plus importante, et que des gens « oublient » le côté délinquant et ne voient que le noir et le blanc il font immédiatement une classification en races et s’en servent comme argument pour foutre le bordel .

                                                  La majorité des meneurs dits anti-racistes n’en ont rien à faire de ces histoires de races, ils s’en servent juste pour atteindre leurs buts : soutenir la délinquance et tenter de casser notre société. 

                                                  Parce que le vrai problème n’est pas la classification des races qui est tout à fait scientifique, mais ce qu’on en fait .

                                                  Certains s’en sont servis et s’en servent encore à des fins de domination des peuples, au hasard : les nazis, les anti-racistes.


                                                  • gnozd gnozd 9 juin 11:29

                                                    @Pimpin

                                                    Entièrement d’accord avec votre post, y compris sur le côté délinquant de George Floyd.
                                                    Ceci dit, était-ce une raison pour le buter ???


                                                  • Pimpin 9 juin 11:38

                                                    @gnozd
                                                    Etait-ce volontaire ? ou une manoeuvre d’un flic qui en avait ras le bol des rebellions incessantes et des réactions violentes à chaque fois qu’il lâchait du lest ? Comment maîtriser un individu aussi costaud qui se débat sinon en lui appliquant des prises qui peuvent être mortelle ?
                                                    C’est aux délinquants d’assumer leurs actes !
                                                    Vous regardez à la TV les reportages sur les interventions de la police et de la gendarmerie ? Vous voyez à quoi ils doivent résister ? comment font-ils pour garder leur calme ? et aussi, on ne peut que constater de l’origine majoritaire des délinquants violents.
                                                    Moi je pense aux victimes de ce genre de voyous.


                                                  • gnozd gnozd 9 juin 11:55

                                                    @Pimpin

                                                    Il me semble que pendant les 8 minutes en questions, le flic et ses 3 collègues avaient largement le temps de passer les pinces au mec...


                                                  • Pimpin 9 juin 13:57

                                                    @gnozd Oui, mais même avec des pinces certains arrivent à résister, surtout quand on est costaud comme Floyd ! Il faut bien utiliser des moyens de plus en plus contraignants donc de plus en plus dangereux. Toutes les erreurs, tous les abus conscients ou pas sont possibles. C’est aux voyous d’assumer les conséquences de leurs actes, pas aux policiers.


                                                  • Goldored Goldored 10 juin 08:45

                                                    @Pimpin
                                                    « Moi je pense aux victimes de ce genre de voyous. »
                                                    Moi je pense à TOUTES les victimes.
                                                    Trop subtil pour vous ?


                                                  • uleskiserge uleskiserge 10 juin 13:30

                                                    @Pimpin

                                                    La gestion par l’Elysée et Matignon de la crise sociale incarnée par les Gilets Jaunes nous a rappelé à toutes fins utiles qu’il n’y a pas de police républicaine a priori (répression dans le sang des soulèvements ouvriers  ; Seconde guerre mondiale et Collaboration ; massacres dans les colonies ; guerre d’Algérie et exécutions sommaires sur le sol français - aujourd’hui, 50% d’entre eux votent RN)... car, dans les faits, il n’y a que des gouvernements républicains et une chaîne de commandement du même nom ; de là, par voie de conséquence, des ordres et des comportements républicains ou non.


                                                  • Pimpin 10 juin 14:05

                                                    @Goldored
                                                    Quelles autres victimes ? les voyous ? ils ne sont que les victimes de leurs propres actes !


                                                  • Pimpin 10 juin 14:14

                                                    @uleskiserge
                                                    Le problème des manifestations (gilets jaunes) est un autre problème qui génère des violences de masse et donc des répressions de masse.
                                                    Je ne vais jamais dans les manifestations, ça ne sert à rien et ça risque de dégénérer.
                                                    Je ne vois pas le rapport avec le RN , ni d’où sortent vos 50 % ! Surtout que ceux que vous citez ne doivent plus être très nombreux ! En plus le vote actuel n’a sans doute rien à voir avec ce qui c’est passé des dizaines d’années avant dans des conditions totalement différentes. Il ne faut pas tout mélanger !
                                                    Dans n’importe quel système, républicain ou autre, le rôle de la police (de la force publique) c’est de faire respecter l’ordre, en opposant une violence plus importante à ceux qui sont violents. Il faut juste le comprendre et agir en conséquence.
                                                    Cette violence policière est évidemment la hantise des voyous, c’est pour cela qu’aidés des habituels idiots utiles gauchistes il font tout pour tenter de neutraliser cette police, histoire de continuer tranquillement leurs exactions. La soi-disant lutte contre le racisme n’est qu’un levier parmi d’autres, une escroquerie.


                                                  • Goldored Goldored 11 juin 08:56

                                                    @Pimpin
                                                    Savez pas lire ?


                                                  • Pimpin 11 juin 11:07

                                                    @Goldored
                                                    Lire quoi ? 


                                                  • Goldored Goldored 11 juin 22:02

                                                    @Pimpin
                                                    Savez pas lire, donc !


                                                  • Pimpin 12 juin 10:23

                                                    @Goldored
                                                    Vous ne savez pas expliquer vos pensées ? vous ne savez qu’intervenir par allusions ? 


                                                  • Goldored Goldored 12 juin 19:03

                                                    @Pimpin
                                                    Y a pas grand chose à expliquer en l’espèce...
                                                    Vous voulez pas aussi que je vous aide à trouver votre propre trou de balle ?


                                                  • Pimpin 12 juin 23:39

                                                    @Goldored
                                                    Si ! expliquez votre comportement ! Si vous avez quelque chose à dire dites le clairement ! Arrêtez de faire l’idiot ça nous fera gagner du temps !


                                                  • gnozd gnozd 9 juin 11:57

                                                    Sans faire de jeu de mots par rapport au débat, rien n’est ni noir ni blanc !

                                                    Délinquant, sans doute, mais le flic en question a l’air d’être un sacré connard.


                                                    • Pimpin 9 juin 13:59

                                                      @gnozd Des connards il y en a partout ! face à la police, un seul comportement : surtout ne pas résister, ne pas s’opposer. Les explications se font après.


                                                    • Goldored Goldored 11 juin 13:39

                                                      @Pimpin
                                                      Le diagnostic vous concernant n’est pas encourageant...


                                                    • Pimpin 11 juin 15:54

                                                      @Goldored
                                                      Pourquoi ? 


                                                    • ERANOVA 9 juin 13:30

                                                      « Si l’on considère les premières lignes du préambule de la constitution de 1946, on peut comprendre qu’il ait eu une volonté forte de vouloir dépasser le traumatisme post-Nazisme » : voilà un autre glissement.

                                                      La volonté exprimée par la loi Lamine Gueye et la constitution de 1946 était d’engager l’intégration des territoires d’outre-mer et TOUTES les populations de l’Union française dans un ensemble fédéral fonctionnel. Évidemment que la contribution des corps d’armée d’outre-mer à l’effort de guerre contre les nazis avaient été stimulée par la promesse de l’État français de la disparition du statut d’« indigène » au profit de la pleine et entière citoyenneté française sur tous les territoires de la République. C’est visionnaire. Mais la perspective d’un contact autre que d’intérêt (pour la défense dut territoire) avec des populations que la culture avaient depuis le dépbut de la colonisation décrites comme frustes et inférieures rebutait la bien-pensance traditionnelle. L’Inconcevable, c’était quand même la participation de ces populations à l’élaboration de la culture française et à l’établissement de ces lois. C’était une question irréductible d’ethos ; question que l’on somma de contourner par la ruse de la création d’un citoyenneté bistre. Il y aurait d’un côté les vrais Français (devant tout de même, pour en posséder l’état, justifier de la continuité de leur lien avec le sol de la métropole et avec le le sang de la nation initiale) et les pseudo-français ( tous les autres, à jamais incapables de produire ces preuves et seulement intégrables au prix de quelque exploit individuels sur le champ de bataille, tels que ceux de l’inoubliable Capitaine Charles N’Tchoréré, héros africain français des deux guerres, exécuté d’une balle dans la tête par les Allemands pour avoir seulement prétendu être officier français).

                                                      Pour prendre la mesure de la détestation raciste en France, revenons aux sources de la littéraire humaniste du XIXe siècle. Même Victor Hugo, dont on a encore aujourd’hui en mémoire, l’engagement humaniste contre l’ostracisation et la répression des classes populaires dites dangereuses (les pauvres, les « sans dents » d’alors) en métropole, avait défendu une vision colonialiste et raciste de la société française :

                                                      « La Méditerranée est un lac de civilisation ; ce n’est certes pas pour rien que la Méditerranée a sur l’un de ses bords le vieil univers et sur l’autre l’univers ignoré, c’est-à-dire d’un côté toute la civilisation et de l’autre toute la barbarie […] Quelle terre que cette Afrique ! L’Asie a son histoire, l’Amérique a son histoire, l’Australie elle-même a son histoire ; l’Afrique n’a pas d’histoire. Une sorte de légende vaste et obscure l’enveloppe. Rome l’a touchée, pour la supprimer ». Un certain petit Nicolas sut s’inspirer de ces mots.

                                                      Schoelcher — oui, l’abolistionniste — venait tout juste en gusis d’introduction du fameux « Discours sur l’Afrique » d’arguer de la visée civilisatrice et compassionnelle de la colonisation : «  »La cause des Nègres que nous soutenons, et envers lesquels les nations chrétiennes ont tant à se reprocher, devait avoir votre sympathie ; nous vous sommes reconnaissants de l’attester par votre présence au milieu de nous. Cher Victor Hugo (...), quand vous parlez, votre voix retentit par le monde entier ; de cette étroite enceinte où nous sommes enfermés, elle pénètrera jusqu’au cœur de l’Afrique, sur les routes qu’y fraient incessamment d’intrépides voyageurs, pour porter la lumière à des populations encore dans l’enfance, et leur enseigner la liberté, l’horreur de l’esclavage, avec la conscience réveillée de la dignité humaine.«  Les historiens spécialistes de la nature brutale et raciste du régime colonial français apprécieront…

                                                      L’exploitation sans scrupules des populations et des ressources africaines venait de trouver les chantres les plus illustres dans les rangs des soi-disant humanistes. L’Afrique ne s’en remit jamais… On notera au passage le régime particulier souhaité pour le continent noir (au déni d’ailleurs des exactions que la France exerçait, mine de rien, sur tous les continents).

                                                      Et l’inarrêtable, l’immortel Hugo — le Ténardier des civilisations noires — d’enfoncer le clou : 

                                                       »Le flamboiement tropical, en effet, c’est l’Afrique. Il semble que voir l’Afrique, ce soit être aveuglé. Un excès de soleil est un excès de nuit. […] Eh bien, cet effroi va disparaître […] Comment ? […] Déjà les deux peuples colonisateurs, qui sont deux grands peuples libres, la France et l’Angleterre, ont saisi l’Afrique ; la France la tient par l’ouest et par le nord ; l’Angleterre la tient par l’est et par le midi. Voici que l’Italie accepte sa part de ce travail colossal […] Cette Afrique farouche n’a que deux aspects : peuplée, c’est la barbarie ; déserte, c’est la sauvagerie ; mais elle ne se dérobe plus ; les lieux réputés inhabitables sont des climats possibles ; on trouve partout des fleuves navigables ; des forêts se dressent, de vastes branchages encombrent çà et là l’horizon ; quelle sera l’attitude de la civilisation devant cette faune et cette flore inconnues ?" On sait aujourd’hui la réponse.


                                                      • Aimable 9 juin 14:33

                                                        L ’espèce humaine, a , en fonction de son lieu de naissance sur la planète , reçu au fil des millénaires une ou plusieurs particularités génétiques compatibles avec toutes celles de son espèce quelque soit son lieu de naissance .


                                                        • Djam Djam 9 juin 14:49

                                                          Il y a beaucoup de confusions dans tous les débats sur les races, l’antiracisme, le délit de faciès... autant de mots et de formules qu’adorent utiliser les gens qui croient « penser bien et bon ».

                                                          Nos sociétés en déclin final ont inventé un truc qui marche du feu de Dieu... les débats stériles fait pour occuper les masses qui n’ont rien compris à l’ingénierie sociale dont elles font l’objet depuis toujours.

                                                          Il y a bien une espèce humaine, parmi laquelle on a nommer « race » des groupes ayant des différences d’apparences. C’est nous qui investissons les mots d’interprétations qui d’ailleurs varient selon les époques et les idéologies. En revanche, il y a bien aussi et surtout des cultures différentes.

                                                          Et... il y a toujours eu des cultures plus dominantes que d’autres. Fut un temps où c’était la culture bistre (Moyen Orient) qui était puissante, puis il y eut plus blanc avec les cultures romaines-latines, puis franchement décolorée smiley avec les gens du nord de l’Europe. Dans ces groupes, il y a des cultures et tout cela regroupe une seule espèce : les humains.

                                                          Ce ne sont pas les races qui posent problème, ni même les cultures pourtant toujours chamailleuses parce que constamment à se comparer. Non, ce qui pose un réel problème c’est l’espèce humaine dans sa totalité. Plus primaire que cette espère on a toujours pas trouvé dans notre galaxie !

                                                          Si quelque part vivent d’autres espèces et si elles apparaissent comme plus avancées (si on se réfère aux manifestations d’ovnis...) on comprend qu’elles n’aient pas du tout envie de venir partager un verre avec nous !


                                                          • gnozd gnozd 9 juin 15:51

                                                            @Djam

                                                            C’est pas faux !


                                                          • popov 9 juin 15:23

                                                            Après les horreurs du nazisme, il était normal de chercher à réorienter les opinions dans la direction opposée. Les recherches ont donc visé à dénier l’existence des races. Et on a trouvé des arguments en analysant la génome humaine.

                                                            Mais la génome humaine est une chose très compliquée et on n’en n’a qu’une connaissance très limitée.

                                                            Il est extrêmement probable que si, au contraire, on avait cherché des arguments en faveur de l’existence de races humaines à partir de l’analyse de la génome humaine, on en aurait trouvés.

                                                            Il est clair que si un chercheur essayait aujourd’hui de définir des races humaines, il serait immédiatement cloué au pilori quelle que soit la qualité de sa recherche.

                                                            Il ne suffit pas de répéter Pour les scientifiques, la notion de race n’existe pas pour en faire une vérité. Il faudra sans doute attendre quelques décennies pour que les têtes se refroidissent et qu’on puisse entamer des études scientifiques dépassionnées sur cette question.


                                                            • foufouille foufouille 9 juin 15:29

                                                              @popov

                                                              ben non, en fait il existe plusieurs différences génétiques entre les humains comme des gènes néandertaliens et les haplotypes mais dans ce cas plus ethnique.


                                                            • popov 9 juin 15:35

                                                              @foufouille

                                                              Je serais plus prudent. La génétique n’en n’est qu’à ses débuts.


                                                            • foufouille foufouille 9 juin 15:43

                                                              @popov

                                                              non c’est prouvé et les asiatiques ont aussi des restes de leur Néandertal.


                                                            • popov 9 juin 15:49

                                                              @foufouille

                                                              Oui, les Européens ont des gènes du Neandertal alors que les Africains n’en n’ont pas. Mais cela ne constitue pas une définition précise d’une race.


                                                            • berry 9 juin 16:07

                                                              @popov
                                                              Les études scientifiques ont été faites depuis longtemps aux Etats-Unis
                                                              https://www.intelligence-humaine.com/accreditation-scientifique/
                                                              La liberté d’expression est encore une réalité la-bas, ce n’est pas seulement un slogan électoral vidé de son sens comme en France.


                                                            • foufouille foufouille 9 juin 16:27

                                                              @popov

                                                              ce sont des marqueurs génétiques donc si mais pas pour la lactase qui est une évolution sans croisement.


                                                            • foufouille foufouille 9 juin 16:34

                                                              @berry

                                                              ça ne vaut pas grand chose car l’école est payante.


                                                            • foufouille foufouille 9 juin 16:38

                                                              @berry

                                                              par contre, j’ai des différences de comportements entre races de poules industrielles et naturelles donc la conclusion reste possible.


                                                            • Decouz 9 juin 16:54

                                                              @berry
                                                              Tout dépend de qui définit les critères, laissons alors à chaque groupe s’exprimer sur la question et définir ce qu’il entend pas intelligence.
                                                              QI ? Intelligence analytique ? Synthétique ? Artistique ? Politique ? Sagesse ? Etc


                                                            • Decouz 9 juin 16:58

                                                              @Decouz
                                                              Si on fait un « concours » il faut un arbitre neutre et des règles, des définitions acceptées pas tout le monde.
                                                              Certes une intelligence qui est capable de concevoir des armes pouvant détruire toute la planète est performante, mais contre productive si elle n’a pas de principe directeur que les seules analyses scientifiques ne peuvent lui donner.


                                                            • Goldored Goldored 10 juin 08:46

                                                              @popov
                                                              « Il ne suffit pas de répéter Pour les scientifiques, la notion de race n’existe pas pour en faire une vérité. »
                                                              Et l’inverse est tout aussi vrai.


                                                            • popov 11 juin 06:22

                                                              @Goldored

                                                              C’est bien ce que je dis.
                                                              L’étude de la génome humaine n’en n’est qu’à ses débuts et il ne faut pas se précipiter tête baissée sur des conclusions hâtives qui pourraient être démontrées fausses demain, que ces conclusions aillent dans un sens ou dans l’autre.
                                                              Mon impression est que, après les horreurs du nazisme, les recherches sur l’existence ou non de races humaines ne peuvent se faire sereinement. Le sujet est politiquement trop brûlant.


                                                            • Decouz 9 juin 16:48

                                                              Si on admet l’hypothèse non pas d’un seul Adam, ou d’un seul couple originel, mais de plusieurs couples apparaissant dans le temps et dans l’espace, il peut très bien y avoir une relation entre la génétique et les races, qui elles mêmes se seraient subdivisées en ethnies, tribus, clans, familles.

                                                              Les races remonteraient alors à ces premières communautés qui auraient gardé leurs caractères particuliers, sans mixage, d’une part du fait de leurs distances mutuelles au début, mais aussi ultérieurement par le jeu attraction/répulsion envers ce qui est perçu comme étranger, et qui fonctionne aussi bien avec les entités plus petites mais repérables comme les ethnies.

                                                              Bien entendu si on parle espèce, il s’agit toujours d’une même espèce, mais les subdivisions animales sont inférieures à l’espèce également.


                                                              • Decouz 9 juin 16:50

                                                                @Decouz
                                                                Plusieurs couples ou communautés apparaissant en des temps et/ou dans des lieux différents.


                                                              • Esprit Critique 9 juin 17:27

                                                                L’accouplement de Saint-Bernard ne donne pas de Chihuahua et réciproquement.

                                                                Mais les races n’existent pas. Le Montagne des Pyrénées est plus gros que le Cocker, ça se voit a l’œil nu, mais le dire serait très mal aux yeux de certaines victimes graves d’idéologies abrutissantes. C’est difficile d’échanger avec des personnes qui nient existences des réalités.


                                                                • Decouz 9 juin 18:11

                                                                  @Esprit Critique
                                                                  C’est exact, mais deux animaux de même espèce peuvent se rapprocher, voire se reproduire.
                                                                  Pour la couleur, quelqu’un avait proposé à la police d’utiliser un nuancier genre peinture ou papier peint avec uniquement des codes numériques correspondant aux teintes de la peau, comme ça il n’auraient pas dit « de type maghrébin ou de type asiatique », projet qui n’a pas abouti.
                                                                  Quant aux formes on peut toujours les nier en disant que ce n’est pas scientifique, c’est sans doute plus imprécis, c’est une combinaison qui est plus esthétique et globale qu’une longueur d’onde pour les couleurs (mais la couleur de la peau est assez complexe, chez le « blanc » par ex ce sont des oranges, des blancs, des rosés, des rouges, des jaunes, avec toute une gamme de teintes), neanmoins il y a des types avec évidemment tous les types intermédiaires et les métissages.
                                                                  Sinon pourquoi certaines asiatiques voudraient t elles changer la forme de leurs visages, nez, contour des yeux etc et pourquoi certains noirs américains prendraient t ils des cours pour avoir le type d’élocution des blancs, qui ne leur est pas naturel ?


                                                                • gnozd gnozd 9 juin 19:10

                                                                  @Decouz

                                                                  J’ai des potes antillais qui s"expriment comme vouzémoi, et ça a bien l’air de leur être naturel !!!


                                                                • Claudec Claudec 9 juin 18:12

                                                                  Pourtant, le métissage existe bel et bien !

                                                                  Toujours le même déni de réalité – au service d’une compassion dévoyée – qui n’a pourtant rien de plus que d’affronter les réalités de la conditions humaine.


                                                                  • Goldored Goldored 10 juin 08:47

                                                                    @Claudec
                                                                    C’est quoi le métissage ?
                                                                    Un enfant brun avec les yeux bleus quand un de ses parents est blond et l’autre brun ?


                                                                  • Goldored Goldored 10 juin 13:30

                                                                    @Cadoudal
                                                                    Je souhaitais une définition scientifique, rationnelle. Pas un de vos délires néonazis...


                                                                  • Goldored Goldored 11 juin 08:46

                                                                    @Cadoudal
                                                                    Le Bras est un menteur et un crétin capable de dire que Nantes ville bretonne est une invention du 19e...
                                                                    Quant à votre avenir, je le souhaite le plus sombre possible, effectivement.


                                                                  • Decouz 9 juin 18:19

                                                                    En Amérique du Sud il y a du métissage, même si les Indiens sont socialement défavorisés, en Amérique du Nord, pas ou peu, ni avec les Indiens, ni avec les Noirs, entre Indiens et Noirs je ne sais pas.


                                                                    • gnozd gnozd 9 juin 19:15

                                                                      @Decouz

                                                                      Y’a eu du métissage forcé dès le début de la traite négrière.
                                                                      Pendant les semaines de traversées, vous croyez que les matafs se la faisaient à la veuve Poignet ?
                                                                      Non, ils n’avaient qu’à descendre à fond de cale...et là, je pense pas qu’ils étaient racistes...


                                                                    • gnozd gnozd 9 juin 19:25

                                                                      @gnozd

                                                                      Tina Turner, métis black/cherokee...et c’est pas la seule.


                                                                    • Decouz 9 juin 19:47

                                                                      @gnozd
                                                                      les militaires avaient aussi leurs maitresses en Afrique, ils ont y ont laissé des enfants.
                                                                      C’était aussi une manière d’accueil d’offrir des femmes à ses hôtes, (en admettant que les Européens fussent admis comme tels, ce qui était aussi le cas, il a bien fallu des collaborateurs)


                                                                    • gnozd gnozd 9 juin 20:07

                                                                      @Decouz

                                                                      En ce qui concerne la traite transatlantique, il faut bien se dire que les marchands d’esclaves n’allaient pas chasser les esclaves dans la brousse : ils étaient déjà pré-emballés dans les ports d’Afrique Occidentale par leurs« frères » africains.

                                                                      C’était en général des prisonniers de guerre, et le système était rodé depuis la plus haute antiquité.
                                                                      Ces « braves » africains, qui sont tellement « gentils », comme tout homo sapiens qui se respecte, se faisaient allègrement la guerre comme partou ailleurs sur la planète, et avaient pour coutume de vendre leurs prisonniers aux plus offrants.

                                                                      Ca a commencé dès le début des grandes civilisations, les Assyriens, les Egyptiens, les Perses, les Phéniciens, les Grecs, les Romains, les Germains, les Normands, les Arabes, et en derniers les Européens après la découverte des Amériques.

                                                                      Ben oui : le système était plus que rodé !

                                                                      Et faut pas oublier que c’est nous, les Français, qui avons été les premiers à abolir l’esclavage...même si dans les faits, bon ben...ouais, c’était pas toujours super respecté...mais bon, ne pas oublier non plus que la situation du monde paysan européen aux 18ème et 19ème siècle, c’était pas terrible non plus !


                                                                    • berry 9 juin 18:30

                                                                      L’antiracisme permet aussi de se faire du fric.

                                                                      Gilles Clavreul, l’ancien délégué de la DILCRA, s’est fait 82 000 € grâce à une mission commandée par la mairie d’Argenteuil.

                                                                      http://www.fdesouche.com/1385177-argenteuil-95-la-mairie-a-commande-une-enquete-non-publique-payee-82-000-e-a-gilles-clavreul



                                                                      • Goldored Goldored 10 juin 08:49

                                                                        @berry
                                                                        Et ?
                                                                        Vos copains fachiottes ne feraient/font pas la même chose ?
                                                                        Combien d’affaires comme celle-ci a-t’on vu avec le FN/RN ?


                                                                      • gnozd gnozd 9 juin 19:23

                                                                        Plus sérieusement, ce qui me gonfle dans tout ce qui se passe actuellement en France, c’est que cette hystérie revancharde qui secoue les noirs en France n’est dirigée que contre les français « blancs », les frangaouis quoi...

                                                                        Jamais il ne viendra à l’idée d’un africain, ou descendant de, vivant en France, de questionner ses petits camarades rebeus des cités sur la traite négrière arabo-musulmane du Sahel à Zanzibar, et ce pendant 10 siècles...

                                                                        Et ça, ça me gonfle grave, parce que que les européens aient fait des saloperies, certes, mais on est ni les premiers, ni les seuls.

                                                                        Et tous ces braves gens, y compris nos politicards, semblent l’oublier...


                                                                        • uleskiserge uleskiserge 10 juin 13:26

                                                                          @gnozd

                                                                          Racisme policier reflet du racisme de la société française et de l’Etat français car, qui ne dit mot consent...

                                                                           

                                                                          Il y a manifestement des candidats qui n’ont qu’un désir lorsqu’ils postulent dans la police : casser du Noir, de l’Arabe, du Musulman, du sans-papiers, du Jeune lycéen protestataire, du « populo » mécontent !

                                                                          Notez que la police, historiquement, s’est toujours comportée d’une manière la plus condamnable qui soit face à plus faible qu’elle ; et si en Mai 68 elle a fait preuve de retenue (étudiants du Supérieur) c’est pour une seule et unique raison : ce sont les fils et les filles de la bourgeoisie qui lui faisait face : les fils et filles de l’électorat de de Gaulle...

                                                                          Sinon... répression dans le sang des soulèvements ouvriers ; Seconde guerre mondiale et Collaboration ; massacres dans les colonies ; guerre d’Algérie et exécutions sommaires sur le sol français ; lycéens humiliés ; Gilets jaunes éborgnés, mains arrachées...

                                                                          La tentation fasciste est tellement patente dans ce corps ( il suffit de se reporter aux cibles qui sont les leurs) sans oublier une culture du mensonge qui a pour origine une solidarité indéfectible...

                                                                          Ce qu’il faut dénoncer c’est l’incompétence des recruteurs ou bien le refus d’aller chercher chez un candidat ses motivations réelles.

                                                                           


                                                                        • uleskiserge uleskiserge 10 juin 13:24

                                                                          Que la couleur de peau ne soit pas une race n’explique rien du racisme ni n’excuse rien de ce même racisme...

                                                                          La question c’est le racisme qui n’est pas négociable tout comme l’antisémitisme... il n’y a pas de « OUi mais... » et c’est pas  Zemmour, Finkielkraut et E. Lévy qui me contrediront, n’est-ce pas ? 


                                                                          • uleskiserge uleskiserge 10 juin 13:48

                                                                            @l’auteur....

                                                                            Votre article c’est de l’enfumage pseudo-savant et pseudo-libéral...

                                                                            Avec le racisme, il n’y a pas de « oui mais... »...


                                                                            Le racisme existe bel et bien en tant que tel ; il a une histoire. Le racisme en France, Monsieur l’écolo, est vécu comme tel par des millions de nos compatriotes issus de notre « ancien » empire colonial ; racisme qui a pour conséquences des discriminations sans nombre : logement, emploi, droits, intégrité physique...


                                                                            Et puis aussi, la parole : ce qui sera permis de dire dans les médias à propos de telle ou telle population — Arabe, Africain d’Afrique noire, Musulman ; chez Ruquier des années durant avec Zemmour ; sur France Culture avec Finkielkraut ; chez Charlie Hebdo semaine après semaine : une parole d’une violence et d’une permissivité sans précédent... 


                                                                            Le racisme de et dans la police n’est que le reflet du racisme de et dans notre société jusqu’au sommet de l’Etat car qui ne dit mot consent... qui laisse dire consent... qui refuse de sanctionner consent...


                                                                            • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD 10 juin 15:40

                                                                              @uleskiserge

                                                                              Pourtant, toutes les générations ont eues à se plaindre des Juifs ; Auraient-ils changés ?

                                                                              https://www.agoravox.fr/commentaire5656939


                                                                            • amina99 amina99 10 juin 14:19

                                                                              Il existe autant de dispersion génétique à l’intérieur d’une prétendue race qu’entre deux soit-disant races. La notion de race n’a aucune base génétique, pourtant cette idiotie est vaporisée à plein nez par les tous les médias dominants.

                                                                              Le communautarisme made in USA par contre existe bien, et prospère partout. Il est très utilisé par les gouvernements autoritaires et les nobles (les politiques et les ultra-riches) pour diviser et opposer.  


                                                                              • Hervé Hum Hervé Hum 10 juin 15:22

                                                                                @Cadoudal

                                                                                Quelle que soit la base génétique affirmant la notion de race et du QI, il est une mesure qui lui est infiniment supérieure et pour laquelle, le QI est secondaire, c’est ce qu’on appelle la conscience.

                                                                                Cette dernière ne s’évalue pas en raison du niveau du QI (partant d’un seuil minimum de 62), mais en raison de la sociabilité, c’est à dire, en raison du sens que la personne donne à sa vie dans ses relations avec autrui, car c’est bien celle là qui régie les relations sociales et non pas le QI. Ce dernier étant une mesure de capacité humaine et non de qualité humaine (bonne ou mauvaise selon le référentiel choisi), qui repose sur la conscience.

                                                                                Autrement dit, le QI est le moyen, quand la conscience détermine la finalité de l’être et donc de savoir à quoi va servir le QI.ou encore, le QI est le marteau, mais ne détermine pas l’utilisation que va en faire l’humain qui le tient, cela, seule la conscience le peut.

                                                                                Voyez vous, une personne peut être doté d’un QI de 160 et avoir une conscience d’un pervers,d’un psychopathe et dans ce cas là, son QI servira ses fins, c’est à dire, nuire aux autres. A l’inverse, une personne peut avoir un faible QI et une grande conscience empathique. Mais toutes les combinaisons sont évidemment possible.

                                                                                Bref, je préfère mille fois plus une personne avec un QI de 62 et doté d’une conscience empathique élevé donc, honnête, qu’une personne doté d’un QI de 200 avec une conscience totalement tocqué, c’est à dire, totalement malhonnête et manipulatrice.

                                                                                Mais le comble de l’absurde, c’est lorsqu’une personne doté d’un relatif faible QI, mais d’une conscience sociale perverse, peut manipuler et utiliser à ses fins des personnes dotés de très fort QI. Autrement dit, où le génie du village peut être au service de l’idiot !!!


                                                                              • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD 10 juin 16:17

                                                                                @amina99

                                                                                Eh oui, nous les Français de France, nous sommes très doués pour reconnaître les races, car même les scientifiques n’y parvenaient pas, mais nous, qui sommes très doués, y parvenions au premier coup d’œil. Bon, les scientifiques viennent timidement de rattraper leur retard comme nous le dit ce lien fourni par Cadoudal ci-dessus.


                                                                              • Hervé Hum Hervé Hum 10 juin 21:46

                                                                                @Cadoudal

                                                                                Reich, se fourvoie totalement sur une base élémentaire indigne d’un généticien de Harvard, en affirmant que l’environnement n’est pas le facteur déterminant du QI, sauf s’il croit que l’humain a été crée par Dieu avec Adam et Eve. Mais tu seras d’accord avec moi qu’on est pas dans la science, seulement dans une forme d’idéologie qu’est la religion. Mais s’il faut croire en la théorie de l’évolution, alors, seul le rapport à l’environnement peut expliquer les différences génétiques à l’intérieur de l’espèce humaine, tout comme à l’extérieur du reste. Il oubli seulement, ce « célèbre » généticien, qu’une photo instantanée ou un court extrait, ne peut rendre compte de toute l’histoire d’un film. Pour finir, je ne suis pas sûr que Reich, tout généticien qu’il soit, ait réellement compris à quoi servait la génétique !

                                                                                Sinon, je ne vois pas pourquoi je lutterai contre internet, puisque je m’en sers.


                                                                              • Krokodilo Krokodilo 10 juin 20:04

                                                                                Très bon article, à chaud ! Manque peut-être un chapitre sur les races des animaux, qui entretient chez certains l’idée que cette notion existe et le mot reste nécessaire. A force de sélectionner tel ou tel critère physique par l’élevage et la reproduction, on affectivement obtenu des « races » aussi différentes qu’un dogue et un chihuahua, pourtant tous deux des chiens !

                                                                                La notion de groupe ethnique, quoique pas facile non plus ( regroupe le physique, la langue et le milieu culturel), ne comble pas l’évidence de groupes ayant plusieurs caractères physiques en commun : les Asiatiques ont une couleur de peau et un visage reconnaissables, de même que la plupart des Africains sont noirs (plus ou moins en fait). On pourrait croire qu’il manque un mot pour ça, mais un homme « jaune » et aux yeux bridés né en France n’est pas un Asiatique ! Seulement d’ascendance asiatique. On a des identités multiples, même si le communautarisme et la méfiance envers « les autres » est un réflexe naturel, en tout cas commun à toutes les civilisations ; Et le métissage a augmenté à mesure des échanges commerciaux et des migrations.


                                                                                • zak5 zak5 10 juin 21:21

                                                                                  Pourquoi on peut parler de races chez les animaux et pas chez les hommes qui sont aussi des animaux ? Il n y a qu’une seule espèce chez l’homme mais les races d’hommes existent, et il n y a que ceux qui ne sont pas fière de leur race qui disent le contraire, ces gens là, on les trouvent surtout chez les blancs qui se culpabilisent (c’est a peine s’ils ne s’excusent pas d’être blancs)

                                                                                  Je ne comprends pas très bien cette logique des gauchistes et des verts qui d’un côté luttent pour préserver la diversité dans le règne animal mais nie cette diversité chez les hommes (qui fait partie de ce règne animal)


                                                                                  • Hervé Hum Hervé Hum 10 juin 22:34

                                                                                    @zak5

                                                                                    la logique de ceux que vous appelez les « gauchistes » et « verts », c’est celle du complexe de supériorité, tandis que la logique de ceux que vous pouvez appeler les « droitistes », c’est la fierté de supériorité.

                                                                                    Cela dit, vous commettez un contresens, car vous confondez race et espèce, alors que juste avant vous précisez parfaitement bien la différence.En effet, défendre la diversité des espèces ne parle pas de la diversité des races, qui est une sous catégorisation à l’intérieur d’une même espèce. Si l’humain fait partie du règne animal, c’est en tant qu’espèce à coté d’autres espèces et non pas race et donc, la logique des « gauchistes » est valable. Ils nient la sous catégorisation de l’espèce humaine en race, mais pas entre espèces. Mais je n’écris pas que vous avez tort quand au fait qu’on peut diviser l’espèce humaine en race, surtout si comme votre commentaire le laisse penser, cette catégorisation n’a pas pour but d’établir une hiérarchisation sociale.

                                                                                    Le problème dans la catégorisation de l’espèce humaine en race, c’est la discrimination sociale, qui n’existe pas chez les animaux, vu que la question n’a de sens que pour l’humain quand à la manière de l’exploiter. Mais qui devient primordiale vis à vis de lui même, puisque le problème de l’exploitation humaine est au coeur de la lutte à l’intérieur de l’espèce.


                                                                                  • zak5 zak5 11 juin 06:12

                                                                                    @Hervé Hum
                                                                                    Si l’humain fait partie du règne animal, c’est en tant qu’espèce à coté d’autres espèces et non pas race et donc, la logique des « gauchistes » est valable

                                                                                    ben non, l’humain fait partie du règne animal en tant qu’espèce et races, puisque dans le règne animal nous parlons d’espèces et de races.

                                                                                    Selon la logique des « gauchistes » (je mets des guillemets, car ils ont muté), on ne devrait plus parler de races au sein d’une même espèce animal, ça n’existe pas. peut-être faudrait-il , pour être parfait,

                                                                                    supprimer le concept de genre au sein de l’espèce aussi, qu’en pensez vous ?

                                                                                    est-ce que le faite de dire péremptoirement qu’il n y a plus de genre résoudra le problème de la discrimination des femmes, de la violence sur les femmes ?

                                                                                    Le racisme est une affaire sérieuse, qui n’a absolument rien a voir avec la notion d’espèces et de races ou de genre (en Russie par exemple, et je peux vous citer une foultitude d’exemples, les esclaves étaient des blancs exploités par des blancs) et je ne pense pas que vos caprices de petits révolutionnaires a la noix, qui ne pensent qu’a une seule chose, se distinguer du commun avec, si le faut, du ridicule, puissent arranger les choses, bien au contraire.


                                                                                  • Hervé Hum Hervé Hum 11 juin 08:57

                                                                                    @Cadoudal

                                                                                    bref, vous êtes restez avec votre agressivité naturelle dont vos pitbulls ne sont que le reflet, parce qu’un pitbulls n’est pas plus agressif qu’un autre chien, son « maître » lui, si.

                                                                                    Autrement dit, ce n’est pas les pitbulls qu’il faut mettre derrière un grillage, ou avec une muselière, mais vous et ceux de votre espèce. Comme il n’en est rien, les gens de votre espèces bouffent tout ce qui se trouve sur leur passage et s’il faut mettre un grillage pour protéger les peuples autochtones, c’est pour éviter que les enragés de votre espèce n’aille les bouffer, comme vos pitbulls avec les chihuahuas pour vous faire plaisir. Car c’est sûr que si vous aviez une nature paisible, jamais vos pitbulls n’auraient eut l’idée de bouffer les petits chihuahuas

                                                                                    Quand à venir vous faire « chier », je crois que vous préférez surtout aller déposer la votre chez les autres.


                                                                                  • Hervé Hum Hervé Hum 11 juin 10:02

                                                                                    @zak5

                                                                                    affirmer, n’est pas démontrer.

                                                                                    L’humain fait partie du règne animal seulement en tant qu’espèce par rapport aux autres, la race étant une sous catégorisation à l’intérieur de chaque espèce, elle est propre à chaque espèce et on ne compare pas une race chevaline avec une race de chien, seulement l’espèce. Sauf si vous me prouvez que vous pouvez utiliser un chien (le monter par exemple) comme un cheval et inversement. Ici, ce n’est pas une logique gauchiste ou droitiste, mais causale. Vous pouvez vous référer à la théorie des ensembles entre autre.

                                                                                    Ensuite, le racisme dans son sens premier à tout à voir avec la notion d’une catégorisation d’une espèce et comme vous dites, le nier ne résoudra pas le problème. Ainsi,jouer sur la confusion des sens des mots est une manière de nier le racisme comme découlant d’une catégorisation de l’espèce , mais toujours comme vous le dites, cela ne fait que rendre plus difficile la compréhension et attiser la violence. Cela vaut pour la notion de genre.

                                                                                    De là, réduire une personne à l’état d’esclave n’a rien à voir avec la racisme et pour en avoir la preuve, suffit de connaître un peu l’histoire, c’est à dire, qu’une personne pouvait passer d’un statut social élevé à celui d’esclave et ce, soit en raison de la guerre (prise de guerre), soit en raison d’une dette non payé (notamment dans la Grèce antique) soit encore, parce que vendu par ses parents ou son « roi » comme monnaie d’échange. L’esclavage porte donc sur le statut social et non sur la race. Statut social aussi pire que le racisme (et pouvant être confondu), puisque cela ramène l’esclave au statut d’animal domestique pouvant être vendu ou prêté, mais pouvant évoluer du tout au tout, alors qu’un noir reste noir, sauf pour Michael Jackson ! Statut social qui d’ailleurs perdure sous une forme plus insidieuse.

                                                                                    La preuve en est que la catégorisation en race des animaux (surtout domestiques) porte sur leur utilité respective, en aucune manière dans une hiérarchisation discriminatoire. Ainsi, pour reprendre le commentaire de cadoudal, sa femme valorise la race des chihuahuas, alors que lui valorise celle des pitbulls. En fonction de leur utilité par rapport à eux. Sauf que, parlant de l’humain, il ne peut y avoir de discrimination sociale liée à la race que pour celui qui se considère d’une espèce supérieure et non d’une race supérieure,qui n’existe pas. C’est sur cette base que la colonisation s’est faites, en considérant les peuples amérindiens comme des animaux non humain qui n’avaient pas d’âmes, mais, dès lors où leur nature animale humaine a été reconnue, la discrimination ne reposait plus sur la race, mais sur le statut social. Maintenant, la confusion des mots où le mot racisme à servie comme théorie pour valider la discrimination sociale fondé sur la culture est si profondément ancré, que c’est comme le mot communiste, sa seule évocation met en oeuvre des réflexes pavloviens parfaitement conditionnés, comme pour les pauvres pitbulls de cadoudal conditionnés à êtres agressifs. Dans son sens moderne, le racisme porte donc bien sur la discrimination sociale, ethnique, certains parlant même de « racisme anti jeune », mais plus du tout sur la catégorisation de l’espèce humaine en race.

                                                                                    Voili, voilà, vous pouvez toujours considérer mon avis comme une noix, mais cela n’a pas de valeur argumentaire.

                                                                                    Aussi, si j’ai eut a courtoisie de vous répondre cette fois ci, ce sera la dernière fois.


                                                                                  • Hervé Hum Hervé Hum 11 juin 10:45

                                                                                    @Cadoudal

                                                                                    je ne connais pas ce fameux Maurras, sinon en mal il me semble la plupart du temps, mais là, je suis d’accord avec ce que tu en rapporte ici !

                                                                                    Pour ce qui est de la classification, mon idée est que l’humain étant un règne animal à lui tout seul, la catégorisation en race n’est pas pertinente, il convient en fait de parler de classification en différentes espèces, mais avec la différence fondamentale d’avec le règne animal inférieur, que l’aspect morphologique, donc racial est secondaire, accessoire. L’aspect fondamental étant la nature d’être, soit donc, parasitaire, charognarde, carnivore et enfin herbivore (qui ici, peut manger de la viande du règne inférieur !). Nature d’être que l ’on retrouve dans toutes les cultures humaines, donc, races. Natures que la condition humaine, c’est à dire, la puissance de son cogito va exacerber à l’extrême dans des comportements paranoiaque, psychotique, pervers, etc pour ce qui est du pire.

                                                                                    Bon, je ne vais pas développer plus....


                                                                                  • Hervé Hum Hervé Hum 11 juin 11:04

                                                                                    @Cadoudal

                                                                                    Merde, je m’étais pas rendu compte que la France était passé sous gouvernance de la « Ligue de Défense Noire Africaine » !

                                                                                    J’ai dû louper quelque chose entre hier et ce matin, heureusement que tu es là pour me le signaler. Je vais venir t’acheter un pitbull du coup !

                                                                                    Sinon, faudra leur explique qu’on se défend d’une agression et non d’une volonté de conquète et donc, qu’il devraient s’appeler « Ligue de Conquète Noire Africaine ». T’es vraiment un comique toi !

                                                                                    Bref, tu n’aura pas de mal à convaincre quelqu’un qui à la phobie des souris quelle va le bouffer, mais pour les autres, ce sera un peu plus difficile. J’en conclu donc que tu as pris et élève des pitbulls pour te défendre des chihuahuas ! t’as pas l’impression que c’est un peu démesuré ?


                                                                                  • Hervé Hum Hervé Hum 11 juin 11:13

                                                                                    @Cadoudal

                                                                                    T’as usé combien de fonds de culotte sur les bancs de l’école Taubirienne ?

                                                                                    je suis trop vieux et trop libre d’esprit pour cela !

                                                                                    Et puis, ce n’est pas un pipeau, c’est un saxo.

                                                                                    Quand à Maurras, autant que Taubira ouou n’importe qui d’autre, je m’’en fous...


                                                                                  • Hervé Hum Hervé Hum 11 juin 13:17

                                                                                    @Cadoudal

                                                                                    non, l’ignorance rend esclave de celui qu’on gobe comme les mouches, c’est surtout cela qui est connu. C’est la forme d’ignorance la plus perverse et que toi même dénonce plus haut sans te rendre compte que tu la subit aussi. C’est celle de la fausse connaissance, celui qui croit savoir, être instruit, alors que sa pseudo connaissance n’est que celle qu’on lui imprime dans le cerveau pour mieux le manipuler.

                                                                                    Le biniou, j’ai jamais essayé, cela dit, il ne suffit pas d’avoir beaucoup d’air en réserve pour le cerveau, encore faut il avoir un cerveau qui fonctionne. Mais là, je te dirai pas d’essayer !


                                                                                  • arthes arthes 11 juin 07:16

                                                                                    L humain fait partie du genre animal maintenant ?

                                                                                    Lol

                                                                                    Et pourquoi pas par extension du règne végétal et minéral ?

                                                                                    Puisque il est constitué de tout cela ?

                                                                                    Hors, si l on distingue l humain des autres genres , ne peut on pas tout simplement considérer des "types’ plutôt que des races ?

                                                                                    Type asiate, africain, caucasien etc ..

                                                                                    Parler de races, c est vouloir faire oublier l humain, le considérer comme un animal, et exacerber les différences , tout en voulant les gommer, les araser artificiellement, par de la morale et des textes de loi et des sanctions .

                                                                                    Ca marche pas.

                                                                                    Mais on va encore vers des textes de loi à la con, liberticides , sur fond d ideologies, d abstractions, qui vont exacerber les rancœurs .

                                                                                    Le terme race, c est un peu épidermique, en fin de compte.


                                                                                    • eau-pression eau-pression 11 juin 08:23

                                                                                      @arthes

                                                                                      L’égoïste tient davantage à sa peau que l’altruiste. J’ai aussi connu des peaux de vache qui avaient la peau d’orange.


                                                                                    • Decouz 11 juin 09:37

                                                                                      @arthes
                                                                                      oui animal dans le sens de pouvoir se mouvoir, Aristote disait animal doué de raison, minéral, végétal, animal, chacun des règnes comprend les précédents.

                                                                                      l’homme est une espèce, les races sont des subdivisions à l’intérieur des espèces.
                                                                                      Le terme race est rejeté parce qu’il a servi à fonder des discriminations, mais si on avait utilisé dans le même but « type » ce serait le mot « type » qui serait rejeté.

                                                                                      Alors on dit pas scientifique, c’est pour cela que je dis esthétique, ce sont des formes perçues, comme on perçoit les styles architecturaux, personne ne niera qu’il y a des styles différents mais ce sera peut-être difficile d’en donner une définition stricte, « scientifique » au sens mathématique et quantifiable, pareil pour n’importe quelle forme d’art ou même pour certaines sciences non quantitatives.
                                                                                      Maintenant si les formes existent, mettons grand ou petit, gros nez ou petit, oreilles menton comme ceci ou comme cela, il faut bien qu’il y ait une programmation, on ne sait pas il me semble à l’heure actuelle comment est conditionnée la forme exterieure des corps (on connait pour la peau), mais elle est forcemment d’ordre biologique.
                                                                                      Cela vaut tout autant pour les individus que pour les groupes, et sans doute heureusement on ne sait pas comment faire pour produire un individu jugé socialement beau ou intelligent, mais les avancées de la science et la volonté des hommes offrent de plus en plus de possibilités d’eugénisme.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité