• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > La criminalité rattrape les écoles de la Mission française au (...)

La criminalité rattrape les écoles de la Mission française au Maroc

Aux hurlements de la foule de jeunes qui a encerclé sa voiture en lui criant au visage « quel âge tu as ? », on comprend qu’elle conduisait sans permis ! Ce qui est très grave aussi, d'autant plus que pour échapper à la horde d’excités elle n’a rien trouvé de mieux à faire que d’écraser le champignon en fonçant dans le tas sans faire de victimes. Fort heureusement…

Les écoles et lycées hors de France, ceux de la mission française à Casablanca sont-ils en train de basculer dans la délinquance et la violence ? On sait déjà depuis longtemps, que le parvis du fameux lycée Lyautey de la Mission française à Casablanca et les trottoirs alentour sont jonchés de seringues douteuses, une situation dont se lave les mains la direction française de l’établissement qui se défend en déclarant n’être responsable et comptable que de ce qui se passe intra-muros ; au-delà des murs, le problème relève de la compétence des autorités locales. Ce qui n’est pas faux. Seulement ces autorités locales sont dépassées par le phénomène. Mais il n’y a pas que le fumette, la piquette et la snifette pour ternir l’image de marque des établissements scolaires de la mission française, dont les frais d’inscription élevés coûtent pourtant la peau des fesses aux parents marocains des élèves qui y sont scolarisés. Il y a pire. Lundi 9 octobre dernier est une ligne rouge qui a été franchie. À quelques mètres de l’entrée principale de ce lycée très convoités par les familles marocaines bling-bling (Porte Baulieu), des témoignages concordants et confirmés par Mme Leila Idrissi de l’ARPULL (Association pour le respect et la protection des usagers du lycée Lyautey) font état d’une tentative de kidnapping de trois jeunes filles. Sans l’intervention de l’agent de sécurité en faction devant l’établissement, l’agression se serait terminée dramatiquement. Bien que le brave vigile de l’établissement ait été violemment pris à partie et blessé par des voyous totalement ivres et armés d’un couteau et d’un tesson de bouteille, il a pu miraculeusement empêcher l’irréparable si bien que quelques heures après ce grave incident, la police annoncera trois arrestations grâce à la vigilance et la présence d’esprit du garde qui malgré le coup de tête que lui a asséné l’un des malfrats a réussi à noter le numéro d’immatriculation de la voiture à bord de laquelle les agresseurs ont pris la poudre d’escampette. Un communiqué de la direction de la police nationale parlera de « l’arrestation de trois individus pour leur implication présumée dans une affaire de coups, blessures, ivresse publique, conduite en état d’ébriété et possession de comprimés psychotropes, type ecstasy. » Certains récits de témoins évoquent quatre agresseurs. Enfin…

SNIFETTE, PIQUETTE, FUMETTE, RAPT, SEXTAPE, VIOL

Quelques jours avant ce très grave incident de tentative de rapt et de viol, une vidéo qui a fait le tour des réseaux sociaux. Elle montre une scène hystérique devant un autre établissement scolaire de la Mission française. Il s’agit du Groupe scolaire Louis Massignon niché du côté de la forêt de Bouskoura à une dizaine de kilomètres au sud-est de la même ville de Casablanca. La vidéo où l’on voit une fille, apparemment âgée de 12 à 14 selon les commentaires, au volant d’une Porsche Panamera, a suscité un vif débat et émoi sur les réseaux sociaux entre défenseurs de la « fillette » et indignés de son comportement. Aux hurlements de la foule de jeunes qui a encerclé sa voiture en lui criant au visage « quel âge tu as ? », on comprend qu’elle conduisait sans permis ! Ce qui est très grave aussi, d'autant plus que pour échapper à la horde d’excités elle n’a rien trouvé de mieux à faire que d’écraser le champignon en fonçant dans le tas sans faire de victimes. Fort heureusement… Notre propos n’est pas d’égrener ici toutes les scandales et faits divers qui ont rangé l’enseignement de la Mission française au Maroc au rang d’établissements scolaires sordides. En mai 2014 le même lycée Lyautey a été secoué par scandale sexuel. Depuis plus d’une semaine, un mystérieux compte « Instagram » terrorise et scandalise les élèves du Lycée Lyautey, à Casablanca. « Chaque jour, un inconnu publie une à deux photos de lycéens ou lycéennes dans des positions compromettantes. Pour accéder à ces clichés qui flirtent avec la pornographie, l’intéressé doit envoyer une demande à l'administrateur du compte. Ce dernier est anonyme et fermé au public. Mais cela n’a pas empêché les médias marocains et la majorité des élèves du Lycée d’accéder à cette mise en scène sordide. » écrivait le 29 mai 2014 le site Yabiladi.com. Ces incidents et bien d’autres plus ou moins mineurs commencent à inquiéter sérieusement les parents d’élèves admis et scolarisés dans les établissements de la Mission française. Certains parents pensent retirer leurs enfants des écoles française pour les réinscrire ailleurs, à la Mission belge ou à l’académie américaine, par exemple. Mais est-ce un bon choix ? Peut-être. Mais une chose est sûre quelque « 13% des élèves consomment des drogues en milieu scolaire au Maroc » !

http://chankou.over-blog.com/2017/10/l-image-des-ecoles-francaises-au-maroc-ternie-par-la-delinquance.html


Moyenne des avis sur cet article :  3.75/5   (4 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • Alren Alren 14 octobre 15:37

    Est-on sûr que ce phénomène ne se produit pas devant toutes les écoles payantes ?
    Il m’apparaît étrange que seuls les établissements français connaissent ces dérives ...


    • Abdelkarim Chankou Abdelkarim Chankou 14 octobre 16:15

      @Alren

      Je n’ai pas dit que le phénomène est une exclusivité des établissements français, même les écoles payantes marocaines sont touchées ( voire référence à une enquête en fin d’article : « 13% des élèves consomment des drogues en milieu scolaire au Maroc » !) Mais les lycées français ont étéun peu les précurseurs en matière de drogue

    • aimable 14 octobre 23:58

      @Abdelkarim Chankou
       « pauvres petits » ,il n’ont pas d’avenir ou plutôt leur avenir les fait déprimer alors ils cherchent a s’étourdir dans le présent  smiley


    • Abdelkarim Chankou Abdelkarim Chankou 15 octobre 00:21

      @aimable
      Pas tout à fait, du moins sur le plan matériel ils en sont pas vulnérables, s’inscrire à la Mission française c’est pas à la portée de n’importe qui 


    • Sozenz 16 octobre 09:50

      @Abdelkarim Chankou
      Mais les lycées français ont été un peu les précurseurs en matière de drogue

      vous seriez aimable d etre un peu ^plus explicite . et de donner les raisons pour lesquels les lycées français auraient ete les précurseurs ...

      je ne suis pas chez vous au maroc ; je pense que les Français commencent à en avoir marre de prendre sur son dos tous les bugs du monde et des gens ...
       alors des faits des dates . et des causes .

      votre un peu .. ; ça ressemble , à je veux dénoncer ce qui se passe , mais pas trop me mouiller quand même , les autres sont pareils , mais je veux montrer du doigt juste l école française ...

      ne vous étonnez pas qu ’une certaine colère monte .


    • Abdelkarim Chankou Abdelkarim Chankou 16 octobre 13:21

      @Sozenz
      C simple dans les années 80 et 90 fumer du cannabis ou avaler des psychotropes était un crime sévèrement puni que les élèves des familles pauvres des écoles marocaines n’osaient pas commettre ou alors très loin des écoles et en cachette, mais les élèves des écoles de la mission dont les parents sont assez aisés pouvaient se permettre ce genre de délit sans trop craindre d’être ramassés par le panier à salades. Monsieur ou Madame ne croyez pas que je suis un de ces anti français 


    • Sozenz 21 octobre 19:25

      @Abdelkarim Chankou
      j aimerais vous faire remarquer que ce statut d intouchables quand on a de l argent est adaptables à tous les pays .

      fils ou fille de sont mieux immunisés quand papa à une place decisive sur une ville , une region ou un pays ...

      C simple dans les années 80 et 90 fumer du cannabis ou avaler des psychotropes était un crime sévèrement puni que les élèves des familles pauvres des écoles marocaines n’osaient pas commettre ou alors très loin des écoles et en cachette,

      apres vous admettez que les enfants mème pauvres étaient et sont des consommateurs .
      donc leur perversion ne vient pas de l école .

      je vous trouve donc d une assez grande malhonnêteté ..mais, je pense que vous n en avez pas conscience vu la réponse que vous me donnez ..


    • bob14 bob14 14 octobre 17:14
      Réseaux pédophiles au Maroc ?
      A en croire une télévision francophone, la justice marocaine se montre peu sévère envers les malades sexuels, les « touristes » pédophiles ont un relatif sentiment d’impunité...
      A l’entrée de la ville d’Azrou, sur le boulevard Hassan II, la scène choque : deux jeunes filles ne dépassant pas 14 ans, arrêtent les voitures de luxe et proposent aux proprios un catalogue de jeunes filles, de l’ambiance charnelle et surtout une maison de passe pour se protéger des yeux gênants...
      A l’entrée de la ville d’Azrou, sur le boulevard Hassan II, la scène choque : deux jeunes filles ne dépassant pas 14 ans, arrêtent les voitures de luxe et proposent aux proprios un catalogue de jeunes filles, de l’ambiance charnelle et surtout une maison de passe pour se protéger des yeux gênants...
      A l’entrée de la ville d’Azrou, sur le boulevard Hassan II, la scène choque : deux jeunes filles ne dépassant pas 14 ans, arrêtent les voitures de luxe et proposent aux proprios un catalogue de jeunes filles, de l’ambiance charnelle et surtout une maison de passe pour se protéger des yeux gênants... !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires