• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > La crise de recrutement de professeurs des écoles s’aggrave (...)

La crise de recrutement de professeurs des écoles s’aggrave encore...

C'est peut-être une bonne nouvelle pour les gourous du libéralisme triomphant, qui ont fait du "dégraissage" de la fonction publique leur dada pour baisser les impôts des rentiers. Le mammouth de l'éducation nationale, déprime oblige, n'en finit plus de maigrir tout seul. D'après café pédagogique, il manquera 1200 postes d'institutrices à la rentrée dans les écoles primaires, faute de candidats aux différents concours de recrutement...

Source : http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2018/05/24052018Article636627432071031697.aspx

La nouvelle est plus mauvaise pour les parents d'élèves, en particulier pour ceux qui ont fait des enfants par choix et qui considèrent l'école autrement que comme une simple garderie pour encaisser des allocations. Pour les plus pauvres, c'est la certitude d'être livrés à eux-mêmes et, dans certains quartiers, de voir leur éducation prise en charge par les "associations communautaires" ou par les trafiquants de cages d'escalier. A défaut de faire d'excellents français (Maurice Chevallier), cela fera d'excellents consommateurs (Joey Starr), ce que le système ultra-libéral attend d'eux.

Vous objecterez que le problème n'est pas nouveau. Pour l'académie de Créteil, il y a eu 1379 candidats admissibles pour... 1450 postes. Du classique, car on ne bouscule pas pour aller tenter d'enseigner dans les territoires perdus de la république, dans une région où il est devenu quasiment impossible de se loger correctement, niveau des prix de l'immobilier oblige.

Il y a toutefois une inquiétante nouveauté dans ces statistiques : les académies de province sont elles-aussi touchées par la crise du recrutement d'enseignants du primaire. Ainsi, l'académie de Nantes, autrefois "préservée", devra recruter 80 contractuels à la rentrée 2018 pour occuper les postes vacants en Loire-Atlantique. Autrement dit, même en zone rurale et côtière, les diplômés ne sont plus attirés par le "plaisir d'enseigner". Certes, le niveau trop élevé de recrutement (master 2, bac+5) freine les candidatures, pour des étudiants qui visent autre chose que d'aller réciter des comptines avec des bambins d'école maternelle. Emigration oblige (programme Erasmus), beaucoup partent vers des cieux plus cléments et plus attrayants que la morosité hexagonale, ses maigres salaires et ses logements coûteux, sans parler de ses problèmes de violence dans les établissements scolaires.

C'est toutefois une question de civilisation qui se profile si rien ne bouge. On notera la volonté du gouvernement de mettre en place la prime de 3000 euros par an pour les enseignants de REP+, ce qui n'est pas un luxe en région parisienne notamment. Mais tant que les professeurs d'école n'auront pas retrouvé leur autorité d'antan et qu'ils se retrouveront à la merci de gamins désocialisés, de parents immatures et d'une hiérarchie infantilisante, rien ne changera. 

On attend les propositions de nos "analystes" du CAC 40, pourfendeurs de la fonction publique symbole de l'état républicain, pour instruire, éduquer et même soigner notre jeunesse. Car là où on manque de profs, on manque aussi de professionnels de santé. L'instruction des enfants et leur bonne santé, cela passe avant les profits de quelques rentiers !

 


Moyenne des avis sur cet article :  2.88/5   (26 votes)




Réagissez à l'article

40 réactions à cet article    


  • Gabyshka Gabyshka 5 juin 09:22

    J’ai 26 ans un diplôme d’école de commerce et je prépare le CRPE 2019 à côté de mon boulot. 

    Comme je suis dans une petite ville de province, je suis déjà peu payée (1700 net) relativement à mon diplôme (mes camarades parisiens sont plutôt à 3 000 net, voir plus, à cet âge). Donc le gap salarial entre mon métier actuel et le métier d’enseignant sera moindre et rattrapé en 2 ans (je n’ai pas de gros besoins), mais je comprends que dans certaines régions et en particulier dans les grandes villes, le calcul soit plus compliqué. 


    • Christ Roi Christ Roi 5 juin 11:25

      Cette crise de recrutement de professeurs des écoles est une excellente nouvelle. J’ai des enfants à l’école : leur enseignement est une montagne de mer2, une fosse d’aisance de propagande s.oniste, LGBT, darwiniste, américaniste, sataniste, etc. 

      Cet article nous montre que l’oligarchie a du mal à recruter ses soldats pour pourrir la tête de nos enfants : c’est une EXCELLENTE NOUVELLE ! smiley


    • Alren Alren 5 juin 16:23
      @Christ Roi

      Ne croyez pas que le privé catholique prendra la relève !!! Il n’y aura pas de miracle, « Christ-roi » !

      D’autre part, vous êtes bien incapable de définir un enseignement alternatif de qualité (hormis, j’imagine, d’ânonner le catéchisme à longueur de journée !).

      Que font vos enfants dans l’enseignement public si vous le détestez tant ?

      En fait, ce manque de candidats, la première fois dans l’Histoire, remarquons-le, n’est pas une aussi bonne nouvelle que ça pour les rentiers tant que l’enseignement sera obligatoire de 6 à 16 ans (sans compter le projet de le rendre obligatoire dès 5 ans), car il faudra aligner les salaires des Français sur ceux des voisins du nord, autrement dit les augmenter de façon significative. Or vu le nombre de professeurs des écoles en France, cela fera une somme rondelette, car on ne pourra pas payer davantage les nouveaux arrivants et laisse à la portion congrue les enseignants expérimentés.

      Une des raisons au refus de devenir enseignant polyvalent du primaire, c’est la perspective d’une retraite à soixante-deux ans.
      Faire la gym et surtout toute la journée être « sur le coup » à soixante-et-an, c’est autre chose que d’être au calme et au chaud dans un bureau, un bureau par exemple de l’Éducation Nationale !

      Beaucoup d’étudiant(e)s malgré leurs intérêt pour les jeunes enfants l’ont bien compris et refusent cette éventualité. Bien sûr, elles pourront partir avant mais leur retraite subira une telle décote qu’elles rejoindront les rangs des retraités pauvres. Alors que d’autres, de même niveau universitaire, auront des retraites de cadres, souvent de cadres supérieurs.



    • foufouille foufouille 5 juin 16:40

      @Alren
      "

      Une des raisons au refus de devenir enseignant polyvalent du primaire, c’est la perspective d’une retraite à soixante-deux ans.
      Faire la gym et surtout toute la journée être « sur le coup » à soixante-et-an, c’est autre chose que d’être au calme et au chaud dans un bureau, un bureau par exemple de l’Éducation Nationale !"
      on dirait du rosemar.
      instit est très très loin du BTP ..............


    • Alren Alren 5 juin 19:38
      @foufouille

      Vous comparez la vie d’un maçon, métier très honorable mais demandant un CAP et une professeur des écoles qui a un master, de bac + 5.

      Moi je compare la vie d’une PE à celle d’une bureaucrate de niveau d’études comparable : 5 ans de fac.

    • mmbbb 5 juin 20:17

      @Christ Roi mais tes gosses dans une ecole coranique ou dans un lycee Turc En Turquie le darwinisme n est plus enseigne Un grand bon en avant ! Tant d amalgame en peu de mots , pauvres enfants ils ont un pere aussi obtus que leurs professeurs


    • Pere Plexe Pere Plexe 6 juin 17:48

      @mmbbb
      ...surtout ne lui dit pas que la crise de vocation de l’EN n’est rien par rapport à celle de l’église.

      La fin de l’impunité pour les prêtres pédophiles sans doute ?

    • nemuyoake nemuyoake 6 juin 23:23

      @Gabyshka
      C’est triste à dire, mais le salaire est une des raisons qui m’ont poussé à aller enseigner au Japon. 4 mois de salaire de prime par an sont les bienvenus. Bien sûr on travaille plus, techniquement parlant car on doit rester au lycée de 8h à 4h30, et on a moins de vacances. Mais les gamins ne sont pas des petits monstres agressifs donc ce n’est pas aussi fatiguant qu’en France. Et pourtant, j’enseigne dans un lycée populaire rural, avec des gamins de niveau socio économique faible. On a des cas mal éduqués, c’est sûr, mais on les fait changer et ils deviennent parfaitement agréables. Je crois que ce sont ces deux points qui font la différence pour moi.


    • Arthur Gohin 10 juin 13:29

      @Christ Roi
      Je partage votre jugement. Pour ma part je n’ai pas pu être accepté en tant qu’enseignant dans le secondaire, à une époque pourtant pas encore aussi dégénérée qu’aujourd’hui.


    • jef88 jef88 5 juin 11:01
      Dégraisser la fonction publique !
      Quel bel objectif ! ! ! !
      Mais pas en s’attaquant à ceux qui travaillent POUR et AVEC le public ....
      En s’attaquant aux pondeurs de paperasse qui noient leurs services et le pays tout entier ............

      • @jef88
        Il n’y en a quasiment plus ! Désormais les ordinateurs font le travail... L’informatisation des services date des années 2000. Dans les rectorats et inspections académiques les effectifs ont fondu en vingt ans. 


      • hunter hunter 5 juin 15:58

        @France Républicaine et Souverainiste


        N’exagérez pas, ce ne sont pas les ordinateurs qui pondent à la chaîne, des réglementations à la mord-moi-l’noeud, pour faire chier tout le continent !

        Ce sont d’abord des ronds-de-cuir européens, ensuite relayés par les ronds-de-cuirs locaux, bien content de dorénavant pouvoir s’abriter sous le prétexte UE, pour continuer à faire ce qu’ils ont toujours fait de tous temps, nous faire chier et nous faire cracher au bassinet !

        Ils ne créent plus dorénavant, ils transcrivent !

        L’IA n’en est pas encore là...ces emmerdeurs ont de beaux jours devant eux !

        Et je ne parle pas que des fonctionnaires de base, je parle surtout des politicards (qui sont aussi des fonctionnaires non ?), et de toute cette ribambelle de crétins malfaisants qui feraient mieux de se dégorger le poireau au lieu de se branler la cervelle à pondre leurs lois et règlements, pour voir comment ils vont réussir à emmerder le plus possible les soumis !

        Parce qu’ils sont arrivés à un tel degré de perversité, qu’il n’y a plus que ça qui les fait reluire !

        Adishatz

        H/

      • foufouille foufouille 5 juin 13:17
        un contractuel est moins cher qu’un fonctionnaire .................


        • Pere Plexe Pere Plexe 6 juin 17:57

          @foufouille
          il est surtout, le plus souvent, moins diplômé.


        • foufouille foufouille 6 juin 18:06

          @Pere Plexe

          pas forcément, certains ont le CAPES, font des remplacements dix ans mais ne deviennent jamais « fonctionnaires » puis laisse tomber.


        • njama njama 5 juin 14:19
          Il suffirait d’augmenter le salaire des fonctionnaires pour fabriquer les vocations... quand l’État arrêtera de vouloir fonctionner comme une entreprise et d’employer les même méthodes de management ça devrait aller un peu mieux ...

          y a pas trop de fonctionnaires ...


          • zygzornifle zygzornifle 5 juin 15:05

            @njama
             

            Dans le commerce on est jaloux des salaires des avantages et des vacances des prof .... 

          • hunter hunter 5 juin 16:10

            @njama


            Oui, augmenter le salaire des enseignants, et que les parents paient aussi leur part !
            L’éducation gratuite, pour entretenir des petits branleurs qui ne veulent rien apprendre et passent leur journée sur le smartphone, ça a fait son temps !

            Si les parents payaient, et qu’ils voient que leur rejeton ne branle rien ou fout le bordel, ils corrigeraient le rejeton, parce qu’ils en auraient marre de payer dans le vide !

            Ou alors ils le sortiraient du système et l’enverraient bosser dans un champ, ça économisera des heures de tracteur et de fioul (c’est bon pour la planète, pour les bien-pensants écolos) !

            Quand le petit jean-foutre aura passé une semaine à désherber manuellement (ça évitera d’engraisser Bayer/Monsanto...ça aussi c’est bon pour la planète), de l’aube jusqu’17h30, il comprendra vite qu’il a peut-être plus intérêt à apprendre ses maths et sa grammaire, le cul vissé peinard sur sa chaise en classe !

            Là évidemment c’est facile, les parents sont déresponsabilisés, et si quelqu’un a le malheur de vouloir arrêter le branleur fouteur de merde, les parents montent à l’assaut et rossent l’enseignant/proviseur/surveillant (rayez la mention inutile).

            C’est triste à dire, mais les gens ne comprennent que quand on tape dans leur portefeuille, alors qu’ils paient pour l’éducation de leur super progénitures ( à écouter les gens qui ont des chiards autour de moi, ce seront tous des Einstein ou Montaigne), et si le « génie » se révèle être un moins que rien (comme dirait le banquier), eh bien au champ, 200 balles par mois d’indemnités, et en voiture Simone !

            allez, vous pouvez moinsser, je pense que j’ai du bien choquer là...et non, ce n’est pas de la provoc’, c’est ce que je pense vraiment.

            Adishatz

            H/

          • Yanleroc 5 juin 16:58

            @hunter
            Il faudrait déjà leur supprimer le portable toujours plus néfaste : nos portables sont en permanence sur écoutes ( à travers FB etc..)


          • hunter hunter 5 juin 18:24

            @Yanleroc


            Bien d’accord avec vous, mais bon, vous allez déclencher des émeutes...on ne prive pas un addict de sa came comme ça !

            Et les parents vont crier à l’atteinte à la liberté, aux droits de l’homme bafoués, enfin toutes les conneries de l’époque....

            C’est vrai enfin, les cours c’est fait pour faire du fesse de bouc bien entendu.....

            Le mieux, ce sont des brouilleurs qui neutralisent les machins, en loucedé et l’affaire est réglée.

            Adishatz

            H/

          • Yanleroc 5 juin 23:49

            @hunter, tu es pour les solutions radicales smiley bonne idée.


          • mmbbb 10 juin 10:41

            @hunter exact beaucoup de parents ne peuvent assurer une bonne education Vaste probleme Nous sommes passe d une extreme a une autre . Quoi qu il en soit les pedagos ont une tres grande responsabile mais ils s en défendront évidemment . La mixite sociale est une problematique assez recente . Quant a l augmentation des salaires, allez discuter avec les inspecteurs de finances En prélèvements obligatoires, nous sommes au taquet , la marge de manoeuvre est faible.


          • zygzornifle zygzornifle 5 juin 15:04

            Sous l’occupation d’Hollande et de ses brèles Cazeneuve Valls on nous bassinait que les migrants étaient « des chances pour la France » , que c’était des médecins , des ingénieurs tous avec des QI a rendre jaloux de sans dents illettré de la France du bas , hé bien parmi tous ces brillants étrangers il doit y avoir une chiée de profs a recruter en plus des escaladeurs d’immeubles ....


            • hunter hunter 5 juin 15:50

              @zygzornifle


              Oui, c’est vraiment bizarre...d’ailleurs c’est la même chose chez Tata Merkel, la convertie au MultiKulti de 2015 (qu’elle avait violemment dénoncé en 2010....), ils ne trouvent pas tous ces brillants cerveaux sur diplômés parmi les nouvelles CPA ( Chances pour l’Allemagne) !

              Par contre au niveau violeurs, voleurs, trafiquants, là je crois qu’ils ont des prix Nobel !

              Comme ici, comme en Italie quoi !

              Adishatz

              H/

            • Buzzcocks 5 juin 16:43

              @hunter
              Au lieu de raconter des conneries en boucle, vous prenez n’importe quel annuaire de labos de recherche scientifique français (CNRS par exemple) et il y a des noms qui vous feront mal aux yeux. Bon, le Nobel est souvent attribué au grand pacha qui règne mais les mecs qui manipulent, font les expériences et trouvent les choses les plus intéressantes, ce n’est pas vous en tout cas (ni moi d’ailleurs).

              Allez, un petit exemple pour l’annuaire de mon ancien labo de quand j’étais jeune

              http://www.cran.univ-lorraine.fr/listeindividupublic.php?codelangue=FR


            • foufouille foufouille 5 juin 17:15

              @Buzzcocks

              rien ne dit qu’ils sont étrangers et qu’ils font la prière cinq fois par jour.
              aucun pourcentage de muslim doctorants non plus, ni de noirs africains.


            • hunter hunter 5 juin 18:28

              @Buzzcocks


              C’est sur qu’une source comme le CRAN, c’est forcément super objectif !

              Foufouille vous a répondu parfaitement, je n’ai plus qu’une chose à ajouter, allez vous faire enculer par vos muzz bien-aimés !

              A l’attention des lecteurs, M Buzzcock étant toujours le premier à verser le premier sang question insultes, je suis désolé pour la vulgarité, mais il n’y a donc plus de raisons que je me gène !

              Je ne suis pas un tiède bien-pensant à la Fergus.

              H /

            • mmbbb 10 juin 10:55

              @Buzzcocks allez dans le 9 3 cette problematqiue sera reelle Vous devriez évier aussi d ânonner n importe quoi Autre problematique
              https://www.laprovence.com/article/edition-marseille/4592162/.html
              il doit raconter n importe lui aussi Ne melangez pas tous les problemes.


            • Raymond75 11 juin 09:09

              @zygzornifle
              Vu le niveau de vos commentaires et de vos connaissance de la société réelle, vous n’avez pas dû non plus bénéficier d’études solides, Sans doute êtes vous une victime de la société !


            •  C BARRATIER C BARRATIER 5 juin 19:05

              Le phénomène n’est pas nouveau. Dans le passé, l’Etat instituait des recrutements sur concours, leur donnant droit à un salaire pour toute la durée de leurs études en échange d’un engagement de 10 ans de servir.
              Il y avait une formation pédagogique qui accompagnait les études théoriques, les diplômes.

              Ecole normale, laïcité sociale, J Palmero, j Tirman http://chessy2008.free.fr/news/news.php?id=279

              • @C BARRATIER
                Il me semble que c’était cinq ans et non dix...

                Rappelons que le professorat des écoles a été crée vers 1990 suite à la pénurie de recrutement d’instituteurs, déjà à l’époque...

              • Montdragon Montdragon 5 juin 19:35
                On a volontairement favorisé l’immigration pour étendre le nombre de fonctionnaires de façon artificielle, les personnes à revenu moyen et intégrés étant moins « consommateurs » de service publique.
                Double effet kiss-cool pour du clientélisme électoral, suivez mon regard.
                MAIS, ouvrir toujours grand les frontières et baisser le nombre de fonctionnaires, c’est vouloir un Armageddon social.

                • waymel bernard waymel bernard 5 juin 21:19

                  Est-il raisonnable d’exiger un niveau bac+5 pour le recrutement des instituteurs rebaptisés professeurs des écoles ?


                  • Montdragon Montdragon 5 juin 21:37

                    @waymel bernard
                    Non, on vous demande désormais d’être formaté dans un certain système pédagogique : si c’est pour être instruit, compétent, honnête homme, passez votre chemin on ne veut pas de vous.


                  • Venceslas Venceslas 7 juin 03:22

                    @waymel bernard
                    A mon avis, non, absolument pas. 


                  • Raymond75 11 juin 09:05

                    @waymel bernard
                    Bien sur que non ; ce qu’il faut c’est une solide formation dans les écoles normales comme jadis, quand l’enseignement était de qualité.


                  • Aristide Aristide 11 juin 09:16

                    @Raymond75


                    Ah comme la nostalgie arrange bien des choses. Voilà donc que nos professeurs des écoles seraient des ignares comparés aux instituteurs ...




                  • titi 10 juin 21:27

                    Quand je faisais mes études, l’IUFM était accessible après le DEUG.

                    Et très franchement ce n’étaient pas les meilleurs qui prenaient cette voie.

                    Maintenant il faut un master… très franchement très peu de ceux que j’ai vu aller en IUFM après un DEUG, étaient capable d’obtenir un master.

                    En fait c’est pas les candidats qui manquent : ce sont les candidats sérieux qui manquent.


                    • Raymond75 11 juin 09:03
                      Voilà un cas d’école ( ! ) de la différence entre la parole et les actes : le ministre a vraiment la volonté de corriger les carences de l’enseignement primaire (enseignement du français, CP dédoublées, etc ... ) mais la profession est toujours très mal rémunérée, et les jeunes professeurs sont systématiquement envoyés au casse pipe dans les ’zones’ difficiles par leurs anciens.

                      Cette profession est mal considérée, mal rétribuée, féminine à 95 % (quelle est la vraie motivation ? ’amour’ des enfants ou congés et facilités d’absences, congé de maternité, sécurité de l’emploi ? ), 25 % des enfants ne maitrisent pas la lecture et le calcul en 6ème, les orthophonistes sont débordés par les appels des parents ... Mais le privé lui fonctionne bien !

                      Le mal français c’est l’inertie des structures administratives.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès