• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > La crise énergétique en Chine menace l’économie mondiale

La crise énergétique en Chine menace l’économie mondiale

La Chine traverse l'une des plus graves crises énergétiques : la pénurie d'électricité dans le pays conduit à l'arrêt d'entreprises industrielles, et l'approvisionnement des immeubles résidentiels en électricité est régulièrement limité. Cette situation est survenue à cause d'une reprise rapide en Chine après la pandémie, et la demande d'électricité a dépassé l'offre. 

JPEG

Il n'y a pas si longtemps, c'est les défauts de paiement des compagnies chinoises endettées qui étaient considérés comme le risque principal pour l'économie mondiale, mais maintenant ce sont les problèmes d'énergie qui passent au premier plan. Les pertes éventuelles des entreprises à travers le monde à cause d'une nouvelle perturbation dans les chaînes logistiques mondiales sont déjà estimées à des dizaines de milliards de dollars, et les espoirs d'une substitution rapide en Chine du charbon par l'énergie "verte" semblent de plus en plus illusoires. 

Les appels du parti communiste et du gouvernement adressés à la population et aux entreprises à économiser l'électricité étaient un fond permanent de l'actualité chinoise depuis des mois. Mais fin septembre, les problèmes ponctuels d'électricité ont dégénéré en crise à grande échelle : les coupures d'électricité sont devenues régulières en affectant les plus grandes régions industrielles du pays. 

Dans le sud-est de la province Jiangsu, l'une des plus riches du pays, presque 150 entreprises ont été arrêtées, et pour plus de 1.000 usines et fabriques a été instauré un régime d'économie d'électricité de "deux heures - deux heures". Les entreprises d'une autre région primordiale pour l'économie chinoise, Guangdong, ont été confrontées à des restrictions d'électricité, alors que dans les provinces du nord-est Heilongjiang, Jilin et Liaoning les coupures ont principalement affecté les quartiers résidentiels, malgré un refroidissement notable. 

Dans l'ensemble, la crise énergétique est survenue dans au moins vingt régions de la Chine qui représentent les deux tiers du PIB du pays. Selon l'agence Bloomberg, les problèmes ont touché les secteurs tels que la construction automobile, la production de l'électronique, la métallurgie, l'industrie chimique, l'industrie du meuble, etc. La pénurie d'électricité se reflète déjà sur les statistiques d'exportation de la Chine pour les produits énergivores. Ainsi, les exportations d'aluminium de Chine, au cours des huit premiers mois de l'année, ont diminué de plus de 10%, alors que les exportations entre avril et août ont chuté de presque 8 à 5 millions de tonnes. 

Maintenant, les communiqués rapportés du front énergétique créent une image de mobilisation d'urgence. La semaine dernière, le vice-premier ministre chinois Han Zheng, lors d'une réunion extraordinaire, a appelé tous les hauts fonctionnaires responsables et les entreprises publiques à tout faire pour un approvisionnement stable du pays en électricité. La même rhétorique a été tenue par le Conseil chinois pour l'électricité, qui a déclaré il y a quelques jours que les livraisons de charbon dans le pays seront augmentées à tout prix. 

Mais la Chine n'a plus accès au charbon en provenance d'Australie à cause d'un conflit politique avec ce pays : l'an dernier, les autorités chinoises ont renoncé à ses importations au profit des livraisons en provenance d'Indonésie, de Russie, des États-Unis, du Canada et d'autres pays. Au final, en huit mois, les importations de charbon en Chine ont diminué de 10% en glissement annuel, et maintenant il faut en chercher littéralement dans le monde entier. 

La situation semble d'autant plus dramatique que l'économie chinoise reste en otage du charbon, qui représente près de 57% de la production d'électricité dans le pays, alors que la pression internationale sur les autorités chinoises exigeant de réduire les émissions de gaz à effet de serre grandit constamment. 

La crise énergétique actuelle a clairement montré qu'il serait possible de remplacer rapidement et relativement sans problème les centrales de charbon par des éoliennes et des panneaux solaires en Chine. Les indicateurs absolus de la mise en service de sources d'énergie renouvelable (SER) sont effectivement impressionnants. Selon la direction nationale de l'énergie de la Chine, des centrales éoliennes d'une capacité totale de 71,67 GW ont été construites dans le pays. De plus, en 2020, la Chine a installé des panneaux solaires d'une puissance de 48,2 GW. 

La construction de nouvelles centrales nucléaires et de barrages pourrait permettre de sortir de l'impasse actuelle, et la Chine planche effectivement sur des mégaprojets dans ces segments énergétiques. 

Mais pour l'instant, ce sont des projets relativement à long terme sur fond de crise énergétique, qui a pris au dépourvu plusieurs analystes mondiaux. Ces derniers mois, les experts parlaient activement des problèmes des grandes entreprises chinoises, comme le promoteur immobilier Evergrande, qui se sont retrouvées au bord de la faillite risquant d'affecter toute l'économie mondiale. À présent, les analystes jugent tout à fait réelles les perspectives de ralentissement de l'économie chinoise à cause des problèmes énergétiques et la propagation d'effets toxiques bien au-delà de la Chine. 

Parmi les segments de la production chinoise les plus touchés par les coupures de courant, les analystes parlent de puces électroniques, dont le déficit sur le marché mondial n'est toujours pas surmonté. En outre, la pénurie d'électricité a sérieusement impacté la production de l'électroménager, des vêtements et des jouets. Si les perturbations d'électricité duraient plus d'un mois, cela pourrait affecter de nombreuses compagnies qui s'empressent aujourd'hui de faire les stocks de marchandises avant la saison des ventes de fin d'année.

Alexandre Lemoine

Les opinions exprimées par les analystes ne peuvent être considérées comme émanant des éditeurs du portail. Elles n'engagent que la responsabilité des auteurs

 

Source : http://www.observateurcontinental.fr/?module=articles&action=view&id=3182


Moyenne des avis sur cet article :  2.64/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • Schrek Docteur Faustroll 9 octobre 10:25

    il faut bien chauffer l’« atelier du monde » (ou plutôt des mondialistes).


    • Florian LeBaroudeur Florian LeBaroudeur 9 octobre 14:49

      Il n’est pas dit que la Chine a passé son pic de production de charbon en 2014.


      • Ouallonsnous ? 11 octobre 09:38

        @Patrice Bravo

        Il faut cesser, dans vos articles, de donner suite à toutes les fakes news qui déferlent sur la Chine, depuis l’échec de l’attaque aux virus de l’oligarchie mondiale !


      • Berthe 11 octobre 22:30

        @Ouallonsnous ?
        ok avec vous... c’est complètement ahurissant ... on aurait jamais véhiculé tant d’inepties comme pour la 5g d’ailleurs. Ce qui n’a pas empêcher de l’adopter.
        A l’époque, on a pollué le monde pendant près de 70 ans, la Chine n’a jamais écrit autant de bêtises sur nous ; .Il y a une jalousie morbide a voir un pays dit « tiers mondistes » à passer au rang de puissance mondiale parce qu’elle maitrise la nouvelle technologie...C’est dingue la mauvaise foi... 


      • zygzornifle zygzornifle 9 octobre 15:53

        S’il y a une crise économique en Rance elle ne menacera que les plus pauvres ....


        • sylvain sylvain 9 octobre 16:07

          en tout cas le covid aura montré que tout ça se dérègle pour un rien


          • Xenozoid Xenozoid 9 octobre 16:21

            @sylvain

            il a surtout montré le niveau de la propagande,et les limites de l’info...cela ressemble plus a big brother qu’une chasse au virus


          • ETTORE ETTORE 10 octobre 23:17

            Pourtant, par rapport à nous, la Chine à arrêté très peu de temps de pédaler.

            Elle dit avoir réglé le problème de la Covid, en moins de temps, que mets notre Monarc à pondre un mensonge.

            Que nous soyons tous, la bouche ouverte à gueuler « moi, moi, moi, je veux » je n’y crois pas trop.

            Facile à constater dans les super marchés, où rien ne manque, si ce n’est les clients

            ( sur 30 caisses alignées, 5 sont ouvertes, et pas de file monstrueuse devant )

            Alors il est ou ce leurre, du rayon vide ?


            • nemesis 11 octobre 10:00

              Mais la Chine n’a plus accès au charbon en provenance d’Australie à cause d’un conflit politique avec ce pays : l’an dernier, les autorités chinoises ont renoncé à ses importations au profit des livraisons en provenance d’Indonésie, de Russie, des États-Unis,


              De quoi, la Chine se ravitaille aussi auprès de la Russie et, les E-U jouent le jeu... ?!

              C’est le Tartarin de Tulle qui a l’air fin avec ses 2 Mistral... (ou Mistraux ?) mais pas autant que l’agriculteur français.

              Rappel : Pour « moins pire » la BNPParibas a lâché 8,9 Milliards de $ bien utilisés pour rééquiper la police New-yorkaise...

              Ah la France, la plus belle serpillère de la Planète...


              • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 11 octobre 22:39

                On sait pas d’où viennent ces nartics sur le media si moyen. Total aujourd’hui trois cents commentaires par un vingtaine de charentaises .

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Patrice Bravo

Patrice Bravo
Voir ses articles



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité