• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > La crise financière est de retour

La crise financière est de retour

Le professeur d’économie Eberhard Hamer s’insurge « Dans un jeu, il ne faut pas se faire refiler les mauvaises cartes. Dans le grand poker des monnaies, il ne faudra pas rester assis sur l’argent déprécié quand surviendra l’implosion du système monétaire de l’euro (1).

Ces temps-ci, c’est la clique italienne autour de Draghi, banquier arnaqueur de Goldmann-Sachs qui est le plus grand fraudeur contre les marchés. Selon la constitution de la BCE, le comité doit garantir la stabilité de l’euro. Ceci signifie ne pas gonfler la masse monétaire plus que la productivité, donc maintenir la balance entre la valeur de la monnaie et la valeur des biens. La BCE fait exactement le contraire :

–  Elle a gonflé le volume de la masse monétaire sans égard. Elle l’a multiplié par rapport au volume des biens et ainsi, elle a créé un énorme potentiel d’inflation, contre lequel on fait maintenant barrage de manière très artificielle.

–  La BCE n’a le droit de financer ni la dette grandissante des États ni les banques arnaqueuses. Depuis une année, la clique autour de Draghi fait l’un et l’autre, en s’endettant de plus en plus, avec 60, et bientôt avec 80 milliards d’euros par mois, sans en obtenir l’impact voulu sur la conjoncture. 1,74 billion d’euros ont été distribués comme aide, sont restés comme dette et sont partis en fumée sans effet.

–  Avec l’intérêt zéro, la BCE a dépouillé les instituts d’épargne et leurs clients de plus de 34 milliards d’euros par an. Elle les a trompés et les a poussés dans des situations personnelles difficiles. Mais elle n’a pas répondu à sa tâche de maintenir le taux d’intérêt en tant que prix de marché d’une monnaie solide. » (1)

 

Arrêtons-nous ici pour questionner l’auteur de cette diatribe ; pourquoi Draghi fait-il tout le contraire de ce qu'il faudrait faire selon l’économiste ? Draghi est-il méchant ou mécréant ? Est-il incompétent ? De fait, le banquier Draghi est un pantin qui ne contrôle rien, et comme ses amis de la FED (qui ne contrôle rien), il utilise les outils inefficaces que le mode de production capitaliste en cavale lui offre dans sa besace.

Le professeur d’économie poursuit « Maintenant, il faut assumer les négligences du manque de gestion de la crise de l’euro après 2008, celle-ci ayant provoqué endettement débridé et spéculation. Au lieu de cela, on a continué les errements de l’endettement grandissant des États en faillite et des banques arnaqueuses au détriment de l’Allemagne, avec le cautionnement financier global de Mme Merkel sous forme du Mécanisme européen de stabilité (MES).  »

Il est tout à fait exact que suite au krach boursier de 2008 rien n’a changé. Mais pourquoi rien n’a changé ? Parce que personne ne peut changer les lois de l’économie politique capitaliste. Selon l’amer monsieur Hamer, tous ces gens seraient suicidaires ! Ou alors, ce sont des désespérés, qui ne l’écoute pas, lui qui sait et qui conseille comme vous le lirez plus loin.

L’économiste enclenche « Les problèmes dus au gonflement sans limites de la masse monétaire ont grandi au même degré. Ainsi, la nécessité d’une correction est beaucoup plus grande qu’en 2008. Comme l’apprenti-sorcier, la BCE ne peut plus reculer sans explosion du système monétaire. Elle ne peut augmenter les intérêts pas mêmes de 1,0% sans pousser les États de l’Europe du Sud, en manque de liquidité et en faillite, parce qu’ils se retrouveraient devant des intérêts plus élevés pour leur dette astronomique et devraient assumer de nouvelles dettes plus chères, ce qui dépasserait leurs possibilités. »

Donc, les chefs d’États du Sud européen comme ceux du Nord européen sont coincés, fous, incompétents ou suicidaires selon l'analyste ? Ou alors, eux aussi sont des désespérés qui ne peuvent rien changer sur le bateau ivre en train de sombrer corps et biens et sur lesquels nous sommes tous naufragés.

L’analyste ne décolère pas « En plus, la troupe de Draghi est soumise au syndicat financier américain et n’a pas le droit d’augmenter les intérêts en Europe sans l’autorisation du FED. Ce dernier ne la donnera pas, parce qu’autrement l’euro serait plus rentable pour les spéculateurs que le Dollar ce qui provoquerait un drain massif de dollars en dehors de l’Europe. Et ceci aurait pour conséquence le défaut de paiement de l’empire américain du dollar, qui est également éclopé et surendetté.  »

Mais, monsieur Hamer vous avez écrit précédemment qu’une hausse de la valeur de l'euro, ou du taux d’intérêt rétribuant l’euro, entraineraient de facto la faillite du système monétaire européen, ce qui entrainerait par ricochet la faillite du dollar américain, deux monnaies de l’impérialisme mondial intimement imbriquées. Faudrait savoir, on réévalue où on dévalue les monnaies pour sauver le rafiot qui prend l’eau ? La réponse, ni l’un ni l’autre. Dans les deux cas, le désastre sera aussi grand.

Poursuivons la lecture de l’opuscule « Normalement un trop de liquide, dû à une augmentation débridée de la masse monétaire, a pour conséquence une inflation. Les banques spéculatrices empêchent ceci, sur ordre de la BCE, parce qu’ils ne dirigent pas l’argent emprunté à un intérêt de 0% dans l’économie réelle, dans des investissements, dans un surplus de productivité et dans des postes de travail. »

C’est tout à fait exact. Mais pourquoi les banques européennes, américaines, canadiennes, australiennes, japonaises, etc. ne dirigent-elles pas les surplus monétaires vers des investissements profitables, valorisants, lucratifs, productifs et dans des postes de travail payant monsieur le savant ? Parce qu'il n'y a pas de marché où écouler cette surproduction supplémentaire qui sortirait de ces usines mort-nées. Présentement, il y a suraccumulation de capital et trop de marchandises sur le marché malgré les pénuries relatives et malgré les famines qui ravagent plusieurs parties du monde, et malgré les millions d’Occidentaux qui fréquentent les soupes populaires, les restos du cœur et les friperies dégarnies.

« Par contre, les banques desservent pratiquement exclusivement la dette des États en faillite par exemple la Grèce. Ceci est sans risque pour les banques, car ce ne sont pas les États en faillite seuls qui assument la responsabilité pour cette dette, mais par le biais du MES, entre autres l’Allemagne. Depuis que la BCE pompe chaque mois 60, maintenant déjà 80 milliards d’euros dans la dette étatique, elle ne produit pas de croissance économique, mais une redistribution non productive, financée avec des dettes :

–  Avec le cautionnement des États solides, les États peu sérieux du Sud européen peuvent continuer à se faire le coup de leurs bureaucraties étatiques gonflées et de leurs systèmes sociaux. –  Les banques arnaqueuses ne doivent pas se consolider, mais peuvent attiser encore plus la bourse et la spéculation avec l’argent gratuit de la BCE. –  Même des pays qui étaient une fois économes ont maintenant suffisamment d’argent pour inviter tous les pauvres du monde comme visiteurs perpétuels du système social. Ces pays se chargent d’obligations sociales que personne ne pourra jamais payer après la fin de la crue monétaire de la BCE. » 

Le professeur d’économie a-t-il songé que les États payeurs du nord de l'Europe aimeraient ne pas renflouer les États faillis du Sud, Madame Merkel le répète à l’envi. Les États bourgeois du Nord européen préfèreraient conserver leurs deniers pour leurs banquiers et leurs manufacturiers. Alors la question est bien, monsieur le juriste, de savoir pourquoi ces États à peine moins endettés ont-ils endossé les emprunts des états à peine plus endettés ? Parce qu’ils n’ont pas le choix, ils sont tous enchainés les uns aux autres ces banquiers, ces créanciers, ces milliardaires, ces monopoles multinationaux dans la même galère qui a nom « Mode de production capitaliste en faillite ».

Quelles alternatives pour la BCE ?

« Pour les raisons mentionnées, la BCE ne peut augmenter les intérêts, sans risquer la faillite d’États et de banques. Elle ne peut pas non plus arrêter la crue monétaire, sans provoquer des faillites avant tout des États de l’Europe du Sud. La BCE a dépassé le point de non-retour. Elle n’a pratiquement plus de chemin de retour, sans provoquer un crash de l’euro. » Ce que nous disons depuis le début de cet article pathétique.

Autres alternatives ?

« La FED a gonflé la masse de dollars à tout va comme la BCE. Ainsi, elle a financé les États-Unis avec des dettes et en plus, elle a créé des bulles financières immobilières, des dérivés, et encore d’autres. Si une de ces bulles éclate, c’est le dollar qui éclate et avec lui l’euro et tout le château de cartes monétaire occidental. Donc une crise économique mondiale pire que celle des années 1930. Mais il se peut aussi que la clique de Draghi prépare elle-même une correction de la monnaie. La promotion de l’abolition de l’argent en espèce signifie qu’il n’y aurait plus que la monnaie digitale dans les ordinateurs des banques, entreprises et comptes privés. Alors, une dépréciation ou une réforme totale de la monnaie pourrait s’effectuer par simple clic de souris, sans devoir imprimer ou frapper de l’argent. Donc une affaire de quelques secondes. »

De fait, la question n'est pas de savoir SI la bulle financière éclatera, mais QUAND elle éclatera... et inutile de quitter le bateau de l'euro au milieu des flots déchainés, pour épouser une nouvelle fiancée (franc, mark, couronne, livre sterling, etc.), le naufrage sera pour tous les passagers ceux d’une frêle esquif à la dérive et pour ceux du Titanic transatlantique. Une confidence à vous tous, chacune des banques centrales prépare une dévaluation de sa monnaie... puisque ce sera la seule "solution" après la déflation et la Grande dépression que nous annoncions dans un article précédent (2).

Monsieur Hamer poursuit son apocalypse « Ce serait également une nouvelle redistribution, car des valeurs monétaires seraient anéanties, mais les valeurs réelles seraient toujours présentes. Mais les États, à la place d’une cure d’amincissement draconienne sur eux-mêmes, pourraient essayer de confisquer les valeurs réelles de leurs citoyens. Tout en prétextant le principe de l’égalité-équité, mais en vérité parce qu’ils ne sauraient supporter politiquement des mesures draconiennes d’économie. » Vous avez une bonne intuition, monsieur l'économiste, c’est bien ce que préparent les banques centrales.

« Il faut donc voir la politique de l’intérêt zéro de la BCE comme le dernier tir d’un bateau de guerre qui est en train de couler. C’est un signe qu’il est pour nous urgent d’agir et de transformer l’argent en valeurs réelles. »

J’aime votre métaphore du Bismarck en perdition, mais un doute m’assaille, n’avez-vous pas écrit professeur Hamer qu'il a dix ou cent fois plus d'argent (virtuel) en circulation qu'il n'y a de marchandises disponibles sur les marchés – comment transformer ce trop d'argent en marchandises juste à temps ? Autre doute qui me trouble, les États capitalistes laisseront-ils leurs sujets déguerpir avec leurs devises ? Et pour aller où au juste ? Le mode de production capitaliste décadent est prtout hégémonique. Enfin, pour la plupart des pèquenots que nous sommes, nos épargnes, ce sont nos logements, ou ce qu’il en reste, ainsi que notre fonds de pension qui est administré en fiducie, intouchable et irrécupérable ! J’ai bien peur que votre solution désespérée soit impraticable monsieur le juriste (3).

En conclusion, malgré les rêves de la gauche bourgeoise – réformiste - il est impossible d'échapper à la crise économique systémique du mode de production capitaliste en restant à l’intérieur du système capitaliste – et ce n'est pas pour M. Draghi et sa clique faute d’essayer par tous les chemins maritimes minés, ils sont tous enferrés des deux côtés de l'Atlantique et le problème c'est le Titanic (ou le Bismarck) et non le capitaine en panique qui a déjà quitté le paquebot, rescapé sur un rafiot qui prend l'eau.

 

Références

  1. Titre original : Intérêt 0,0% – la crise financière, mise en arrière-plan, est de retour ! Par Eberhard Hamer, juriste et professeur d’économie. 10.05.2016. Source URL : http://www.horizons-et-debats.ch/index.php?id=4901
  2. R. Bibeau 27.04.2016. Déflation, le dernier tourment avant la Grande dépression http://www.les7duquebec.com/7-au-front/deflation-le-dernier-tourment-avant-la-grande-depression/
  3. R. Bibeau 4.05.2016. Quel est le problème avec les profits extravagants ? http://www.les7duquebec.com/7-au-front/quel-est-le-probleme-avec-les-profits/

Moyenne des avis sur cet article :  3.67/5   (3 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • alinea alinea 14 mai 2016 21:07

    Ah, les petits matins qui chantent après le grand soir ! je rêve de voir ça !
    C’est pas toutes les générations qui assistent à la fin d’un empire, à la fin d’une civilisation, on a du bol au fond ; on vit une époque formidable, depuis le temps qu’on le dit !


    • phyto 15 mai 2016 00:54

      Très bon article, le dollar est une montagne de dette, l’euro pas mieux...


      • Mao-Tsé-Toung Mao-Tsé-Toung 15 mai 2016 09:34

        « La crise financière est de retour » !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
        °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
        Comment est-ce possible ?
        Elle n’est jamais partie... !!!

        Schizophrénie générale, dont l’auteur de cet article n’est mème pas conscient ; sans parler de ses référents... !

        Kali-Yuga : grille de lecture : on ne peut plus d’actualité !

        Merci

        CQFD CQD


        • Robert Bibeau Robert Bibeau 15 mai 2016 13:10

          @Mao-Tsé-Toung
          Vous devriez prendre la peine de lire l’article Mao Tsé-Toung... Vous auriez lu qu’au delà du titre - nous soulignons effectivement que la crise économique est permanente - mais ses diverses manifestations (ici la crise boursière) s’accentuent -s’approfondissent ou se calme temporairement (ce qui fut le cas dans le domaine boursier ou quelque remontées des titres et des actifs ont temporairement laissés croire à une accalmie) mais cette accalmie boursière - au milieu de la crise systémique de l’ensemble de l’économie politique est terminée. Je pense que votre RÉFÉRENT mystique parrain, très eu féru d’économie-politique prolétarien (le mandarin MAO le TSÉ-Dong) obscurcit vos capacités mentales. Évitez d’exposer ainsi votre ignorance sur la place publique mon ami.Robert Bibeau http://www.les7duquebec.com/&nbsp ;&nbsp ;


        • Mao-Tsé-Toung Mao-Tsé-Toung 15 mai 2016 14:35

          @Robert Bibeau

          Jeune présomptueux, parlez sans vous émouvoir :

          J’ÉCRIS SUR LA CRISE DEPUIS 1987 !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

          Extraits :

          http://www.agoravox.tv/actualites/economie/article/japon-l-heure-de-verite-est-proche-46661

           L’heure de Vérité est proche : faillite annoncée par l’effondrement du yen ! Le Japon est la 3ème puissance économique mondiale ; conséquences catastrophiques imprévisibles sur le reste du monde !
          par Mao-Tsé-Toung
          samedi 13 septembre 2014

          En 1989, le Japon est la première capitalisation mondiale ! L’indice significatif est le Nikkei 220 :

          1 ) 1989 : le Nikkei 220 cotait environ 39000  !

          2 ) 2014 : le Nikkei 220 cote environ 15000 ( indice pourtant boosté par 9 QE déjà !!! ) !

          Les investisseurs attendent toujours pour retrouver leur mise ! Ils risquent d’attendre encore longtemps !

          Olivier Delamarche et Pierre Sabatier font le point sur BFM Business ce lundi 8 septembre 2014

          Rappel de ma présentation sur le Japon avec lien :

          --------------------------

          Faisons le point sur le Japon

          1) Préambule
          ... avant et au début du KRACH , je me souviens qu’une multitude de GÉRANTS , de boursicoteurs étaient très enthousiastes !
          Deux quotidiens les tenaient en haleine , sans compter les hebdomadaires !
          Place Maillot se tenait le Salon de la Bourse : il affichait plein :
          Une grande entreprise japonaise affichait alors un PER (Price Earning Ratio) = 270 que la plupart trouvait « normal »

          2 ) le KRACH
          La Volatilité monstre et l’inversion de la courbe des taux m’impressionnèrent beaucoup .

          Faillites à gogo ,suicides ...vont s’ensuivre !...et aussi des opportunités pour les plus malins ! ,
          exemple : le fameux Carmignac alors agent de change associé fera fortune alors que le « patron » fera faillite !

          3 )1989
          La CAPITALISATION boursière du Japon dépassa celle des States !
          le JAPAN NIKKEI AVERAGE ( 225 ) indice vedette , dépassa les 39000 , aujourd’hui à 15050 ; c’est à dire 25 ANS après calculez la gamelle !
          Il faut savoir que le discours vendu à tous les investisseurs du monde entier est que le placement ACTIONS est le plus rémunérateur LONG TERME !
          Il devrait CHUTER encore lourdement ; il est maintenu ,comme les autres indices mondiaux sous PERFUSION !

          4 ) la réaction de la FED et des autres banques centrales :

          Retour aux fondamentaux :
          Le système capitaliste fonctionne par le PRÊT : ON VIT à CRÉDIT ; et si on ne vit pas soi-même à crédit , l’état qui nous chapeaute le fait !
          Un tel système fonctionne NECESSERAIMENT sur la CONFIANCE entre le PRÊTEUR et l’Emprunteur !
          Or dans les moments de crise comme celle que nous vivons la CONFUSION s’installe !
          On voit des professeurs « UNIVERSITAIRES » comme Jacques Sapir propager , sans retenue ,sans vergogne des appels à la SPOLIATION DES
          PRÊTEURS par un tour de passe passe juridique !
          Qu’on me comprenne bien ,je considère notre système vérolé : je le dis et l’écris par ailleurs , mais ça ne me fait pas perdre la RAISON !
          Je comprendrais mieux Sapir et Co s’ils demandaient la SORTIE du CAPITALISME qui serait lui un acte RÉVOLUTIONNAIRE ;donc nul besoin de
          passer alors par le Droit Français qui serait alors le premier aboli !

          En suivant ma présentation on comprend de suite la politique monétaire de la FED ( les autres sont des suiveuses ) : les fameux TAUX très bas et autres QE !!!
          La FED veut éviter à tous prix le scénario Nippon qui menace la Planète et qui sonnerait le GLAS du CAPITALISME , pour le moins sous sa forme actuelle !!!
          La Vérité est là , le reste n’est que tchatche !

          Depuis le KRACH de 1987 les choses étaient claires pour moi : le monde capitaliste donc le monde tout court allait s’écrouler et le signal viendrait de la BOURSE  !

          Nous y sommes !

          Merci

          --------------------------------------

          CQFD


        • Robert Bibeau Robert Bibeau 15 mai 2016 15:08

          @Mao-Tsé-Toung
          Je ne puis que vous félicitez d’écrire sur la crise depuis 1987. Je ne puis que vous admirez d’avoir compris la situation économique au Japon (selon le texte que vous présentez ci-haut. Loin de moi l’idée de désavouer votre colère de maoiste face au tchatche (! !!!!!!??????) Je me permettrai cependant une remarque générale. Comme tous les maoïstes et comme toute la gauche bourgeoise - ce fléau contre le prolétariat - vous abordez ces questions de crises économiques systémiques d’un point de vue idéaliste-métaphysique anti matérialiste dialectique -qui est le point de vue prolétarien. Ainsi vous écrivez ci-haut cette phrase : « Il faut savoir que le discours vendu à tous les investisseurs du monde entier est que le placement ACTIONS est le plus rémunérateur LONG TERME !
          Il devrait CHUTER encore lourdement ; il est maintenu ,comme les autres indices mondiaux sous PERFUSION ! » Dans cette phrase vous semblez accusé une sommité de vendre un discours mensonger aux investisseurs qui seraient ainsi victimes d’une arnaque de la part... DE fait, Monsieur MAO le mode de production capitaliste en est rendu la dans son agonie - les investisseurs ne se dirigent pas vers les actifs boursiers parce qu’on les y incite mais parce que tout le reste est léthargique et que la seule fumiste porte de sortie est la-bas - ils s’y engouffrent en sachant parfaitement que tout va s’effondrer mais ils savent aussi qu’ils n’ont aucun autre choix. EUX savent que leur monde est fini et ils espèrent tous qu’ils feront parti des quelques rescapés en fin de dramaturgie - Illusoire méprise que vous ne devriez pas accréditer.Ils crouleront tous et c’est tant mieux - et surtout aucune tentative pour les sauver - Nous y sommes comme vous dites et préparons le mode de production suivant Robert Bibeau Producteur http://www.les7duquebec.com/


        • rhea 1481971 17 mai 2016 11:49

          La décision de Nixon en 1973 de ne plus accrocher le dollar à l’or a ouvert la voie à la politique finançiaire que nous vivons de nos jours , il faut savoir que notre corps contient naturellement une très petite quantité d’or, ce n’est pas pour rien que dans un passé récent la politique monétaire des nations avait pour référence l’or.


          • Robert Bibeau Robert Bibeau 17 mai 2016 14:51
            @rhea 1481971

            Pas certain que notre teneur en OR ait quelque chose à voir avec la contrainte de NIXON d’abolir les accords de Bretton WOODS en 1971

            Mais vous avez raison l’abrogation de Bretton Woods fut la décision politique - financière la plus importante de l’après guerre - notez bien qu’ elle s’imposait économiquement sans cela la grande dépression aurait eu lieue bien avant. Grâce à cette décision courageuse de NIXON la crise a pu se prolonger d’une cinquantaine d’années.

            Robert Bibeau Les7duQuébec.com

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès