• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > La démocratie aux États-Unis. Les mascarades électorales

La démocratie aux États-Unis. Les mascarades électorales

 

 

 Prenant pour exemple l’interminable campagne électorale étatsunienne de 2016, nous démontrons, preuves à l’appui, que les élections « démocratiques » bourgeoises – peu importe qu’elles soient orchestrées et manipulées discrètement ou ostensiblement – sont fondamentalement anti-ouvrières...

 

VIENT DE PARAÎTRE

 

SUR NOTRE WEBMAGAZINE :  http://www.les7duquebec.com/7-au-front/la-democratie-aux-etats-unis-les-mascarades-electorales/

                              

 

La démocratie aux États-Unis Les mascarades électorales

 

ROBERT BIBEAU

ISBN : 978-2-343-14467-2

17 € • 156 pages 

                                            RÉSUMÉ

Prenant pour exemple l’interminable campagne électorale étatsunienne de 2016, nous démontrons, preuves à l’appui, que les élections « démocratiques » bourgeoises – peu importe qu’elles soient orchestrées et manipulées discrètement ou ostensiblement – sont fondamentalement anti-ouvrières et ne visent qu’à renforcer « l’État providence » pour les riches. Elles ne visent qu’à désarmer et compromettre la classe prolétarienne et l’inciter à remettre son sort entre les mains de l’État fétiche, l’état-major central du grand capital. Nous verrons que la démocratie électorale bourgeoise est un leurre pour distraire la classe prolétarienne de sa mission historique.

________________________________________________________________________________________

L’AUTEUR

Robert Bibeau fut militant dans des groupes de gauche dans les années 70-80, puis militant syndical dans les années 90. Il est aujourd’hui l’éditeur du webmagazine international http://www.les7duquebec.com et a publié plusieurs ouvrages dont Question nationale et révolution prolétarienne sous l’impérialisme moderne (L’Harmattan, 2017). COMMANDER SUR AMAZON 

__________________________________________________________________________________________

SOMMAIRE

Prologue

Chapitre 1 : L’Amérique – un pays continent déclinant
Chapitre 2 : Mascarades électorales au pays des yankees
Chapitre 3 : Une nouvelle « révolution » américaine ?
Chapitre 4 : Comment « instrumentaliser » une potiche capitaliste ?
Chapitre 5 : Un président ordinaire, Donald s’en va-t-en guerre
Chapitre 6 : « America comes first again ! » éventualité ou billevesée ?
Chapitre 7 : L’assermentation controversée de Donald Trump !
Chapitre 8 : Comment imposer la guerre à qui ne veut pas la faire ?
Épilogue La première manche du cirque électoral français terminée quel bilan tirer ?

Notes

_______________________________________________________________________________

 

COMMANDER DÉMOCRATIE AUX ÉTATS-UNIS  directement chez votre libraire habituel

ou encore sur notre site internet HARMATTAN : http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=59199

COMMANDER SUR AMAZON : https://www.amazon.ca/démocratie-aux-Etats-Unis-Robert-Bibeau/dp/2343144672/ref=sr_1_1?ie=UTF8&qid=1521149336&sr=8-1&keywords=robert+Bibeau&dpID=41f0Kjchz1L&preST=_SY264_BO1,204,203,200_QL40_&dpSrc=srch

______________________________________________________________________________________

 

EXTRAITS

Une campagne électorale pour les présidentielles américaines débute officiellement en février de l’année d’élection alors que le scrutin a lieu en novembre. Une kermesse électorale commence toujours par la mise en condition de l’électorat par les machines électorales des principaux candidats, les tiers partis servant de faire valoir ou de repoussoir. Une campagne électorale ne vise pas à laisser choisir un candidat par les électeurs, mais à indiquer aux électeurs quel candidat sera leur choix. Pour y parvenir, un imposant arsenal de propagande est mis en branle dans lequel plusieurs centaines de millions de dollars sont dilapidés. Nul ne sera étonné d’apprendre qu’« un sondage Gallup effectué en février 2016 indiquait que 76 % des Étatsuniens étaient insatisfaits de la façon dont la politique se déroule dans leur pays  », euphémisme pour décrire la hargne convulsive qu’éprouve les Américains aussi bien de la classe bourgeoise déjantée ; de la petite bourgeoisie paupérisée ; de la classe prolétarienne précarisée ; que des couches pauvres et déshéritées de la société. (…)
Être spolié par un maître prospère qui laisse tomber de sa table de charité quelques miettes à partager ça peut toujours se tolérer, mais être exproprié par un banquier endetté, prétentieux, arrogant et incompétent, c’est vexant. Les alliés d’hier se démarquent de plus en plus ouvertement et prennent la pose qui leur sied, celle de prétendant à la curée. La défection affichée, ou cachée, des alliés voilà ce qui se dessine à l’horizon. La clique militariste trumpiste est censée y mettre fin. (…)
Ce qu’ils leur restent à découvrir, à ces prolétaires de la misère, c’est que si un soupirant de l’establishment, qui semble différent, parvient au nirvana de la présidence, à la Maison-Blanche, dans le Bureau ovale, il ne pourra rien changer, ni rien régler des problèmes du capitalisme en faillite. En effet, les problèmes de l’Amérique et du monde capitaliste ne sont pas causés par la mauvaise gouvernance d’une équipe démocrate comparée à une équipe républicaine, ou encore sociale-démocrate (Bernie Sanders), socialiste ou même communiste (!) comme l’ont démontré tant d’élections truquées dans d’autres contrées. (…) l’establishment du Parti démocrate n’a pris aucun risque et les organisateurs ont truqué les résultats des primaires en faveur de leur favorite. C’est sur le flanc droit du cirque électoraliste que s’est produite la rixe. Un candidat, soi-disant atypique, a fait des siennes et s’est emparé du poste de candidat à la présidence sans s’être soumis au directoire de la faction républicaine, l’autre face de la farce électorale d’alternance.



Moyenne des avis sur cet article :  3.86/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

18 réactions à cet article    


  • Clocel Clocel 31 mars 11:57

    https://www.youtube.com/watch?v=KVW5ogGDlts Vieille histoire...

    Nulle part le peuple a le pouvoir, la démocratie, telle qu’on la fantasme est une escroquerie pour attardés chroniques...

    Ce système préserve notre estime de soi et nous exonère d’en inventer un autre, sortie par le haut pour des egos étriqués qui n’ont plus qu’à méditer sur le contenu de leur caddie ou la couleur du futur papier peint.


    • Allexandre 31 mars 14:09

      @Clocel
      Et il ne faut pas oublier le dernier Ipad ou autre tablette, outils technologiques pour abrutis incapables de penser et de poser les bonnes questions aux bonnes personnes. Ajoutons y les journaux télévisés d’un grand nombre de chaînes, privées ou publiques, et vous avez toute la propagande et la manipulation mentale que les dites démocraties possèdent pour être des dictatures sans en avoir le nom.

      Il faudrait obliger les lycéens à lire et étudier le livre diabolique de Edward BERNAYS, neveu de S. FREUD, Propaganda. Goebbels s’en est inspiré pour la propagande du III ème Reich. Tout est dit !!

    • Robert Bibeau Robert Bibeau 31 mars 17:46
      @Clocel

      bis je suis d’accord et justement Macron nous en donne une démonstration toute récente


    • Robert Bibeau Robert Bibeau 31 mars 17:49

      @Allexandre

      Simplement un ajout à votre recommandation de lecture

       Pour les lycéens plus contemporain que Bernays ou Gobbels 


    • velosolex velosolex 31 mars 12:57

      Elections truquées, preuves à l’appui ?...Est il besoin de prouver qu’un léopard a des taches ?...Quand bien mal elle ne le seraient pas, dévoyées encore un peu plus par l’apparition de la main invisible des trolls, la notion de vote libre, dans un pays libre est liée à la capacité ou non des gens à comprendre les enjeux, et même de parvenir au niveau d’information nécessaire. 

      Et surtout d’une capacité mature à dépasser ses propres intérêts, dans un monde hédoniste. 
      D’où la démagogie matoise des candidats, Trump en étant l’illustration, quand il remet en marche le charbon, l’isolationnisme, dans un monde où pour le meilleur et pour le pire, tout est maintenant connecté. 
      Pas un choix politique, mais un aboutissement commercial, engendré en grande partie d’ailleurs par les states, tout technologique, et économique ; une course plus ou moins mortifère, débouchant tôt ou tard vers l’homme augmenté, l’intelligence artificielle, c’est à dire notre disparition, sur un mode bien plus soft et insidieux que celle des oiseaux, et des espèces en général.
       Et j’en entend benoîtement, même parmi les scientifiques se féliciter que l’homme n’a jamais vécu dans un tel espace de paix. 
      La pensée du vieux Toltstoï avait du bon qui prônait le développement de micro sociétés, respectueuses les uns des autres. C’est dommage de parler à l’imparfait dans le monde présent, imparfait. Certains reviennent à Walden, la vie dans les bois, où ce qu’il en reste. 

      • bob14 31 mars 13:37

        Venir sur agora pour vendre son bouquin...


        • bob14 31 mars 15:25

          @bob14...heu..j’ai une roue de vélo à vendre... smiley


        • Robert Bibeau Robert Bibeau 31 mars 17:55
          @bob14
          Pas intéressé par ta roue de vélo mais aurais tu une idée - une idéologie, un concept, à proposer je pourrais être preneur 


          Merci pour ton pot très intéressant - enrichissant pour tous smiley


        • Jean Roque Jean Roque 31 mars 13:55

           
          Trump est remonté de 7pts à 42%
           
          ça fait chier les gocho-le-collabos négriers et les journalopes merdiatiques de l’establishment Goldman-Sachs
           
          « Ceux qui contrôlent les manettes du pouvoir à Washington, le font pour ces intérêts particuliers globaux, ils travaillent avec ces gens qui n’ont pas votre bien à l’esprit.
          (...] C’est une structure de pouvoir mondialisé qui est responsable de ces décisions économiques qui ont volé la classe des travailleurs, dépouillé notre pays de sa richesse, et placé l’argent dans les poches d’une poignée de grands trusts et lobbies politiques[...] Hillary Clinton rencontre secrètement des banques internationales pour comploter à la destruction de la souveraineté américaine, afin d’enrichir ces puissances financières mondialisées, ses amis des intérêts particuliers, et ses donateurs. »
          Trump


          • bob14 31 mars 15:28

            Trump : « Sans moi, les médias mettraient la clef sous la porte »

             

            Selon l’institut de sondage Rasmussen Reports, Donald Trump a atteint le 23 février 2018 sa plus forte cote de popularité depuis avril 2017 avec 50 % d’avis positifs. Il dépasse Barack Obama qui, à la même date de son second mandat, était à 45 %....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès