• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > La Démocratie il y a 2400 ans et la nôtre

La Démocratie il y a 2400 ans et la nôtre

De la Démocratie.

 

Extrait de « Histoire de la guerre du Péloponnèse »

 

Texte rapporté par Thucydide , livre II paragraphe XXXVII.

 

Adresse de Périclès, fils de Xanthipos aux Athéniens à l’occasion des funérailles consécutives à la première année de la guerre du Péloponnèse (431 - 404 Av. JC).

 

Le texte en gras est l’adresse originale, le texte en commentaire est la manière suivie par la Démocratie Française.

 

Notre constitution politique n’a rien à envier aux lois qui régissent nos voisins ; loin d’imiter les autres, nous donnons l’exemple à suivre.

Il est connu que la verticalité du pouvoir exécutif jusqu’aux magistrats législatifs et judiciaires est un système qui fait de nombreux envieux.

La Chine, la Turquie et la Fédération de Russie nous précèdent encore néanmoins. 

 

Du fait que l’Etat, chez nous, est administré dans l’intérêt de la masse et non d’une minorité , notre régime a pris le nom de Démocratie.

Dés lors que la majorité qualifiée de masse est progressiste de gauche, mondialiste, Européiste, membre d’un groupe influent dans les structures de l’Etat ou écologiste de racine citadine, le tout de préférence parisienne, bien évidement nous sommes une Démocratie.

 

En ce qui concerne les différents particuliers, l’égalité est assurée à tous par les lois ; mais en ce qui concerne la participation à la vie publique, chacun obtient la considération en raison de son mérite, et la classe à laquelle il appartient importe moins que sa valeur personnelle

Etre membre de la majorité qualifiée du paragraphe précédent constitue un avantage incontournable pour bénéficier des lois. Une autre condition sociale faisant plutôt bénéficier du droit de se faire oublier sauf courir le risque d’ennuis personnels significatifs.

 

Enfin nul n’est gêné par la pauvreté et par l’obscurité de sa condition sociale, s’il peut rendre des services à la cité.

Sous réserve de soumission aux autorités, il n’y a effectivement pas de problèmes et cela dans la règle des priorités aux amis et la limite des places disponibles (rares).

 

La liberté est notre règle dans le gouvernement de la République et dans nos relations quotidiennes la suspicion n’à aucune place ; nous ne nous irritons pas contre le voisin, s’il agit à sa tête.

C’est une évidence chez nous à l’exception d’opinions qui mettent en doute la justesse des idées du premier magistrat. Dans ce cas il y a une qualification de complotiste d’extrême droite qui n’est pas couverte par la règle.  

 

Enfin nous n’usons pas de ces humiliations qui ,pour n’entrainer aucune perte matérielle, n’en sont pas moins douloureuses par le spectacle qu’elles donnent.

L’usage de qualificatifs et de noms d’oiseaux par le premier magistrat envers les citoyens tels que :

« Gaulois réfractaires » , « analphabètes » et « séditieux » ne rentrent pas dans ces critères pour notre Démocratie.

 

La contrainte n‘intervient pas dans nos relations particulières ; une crainte salutaire nous retient de transgresser les loi de la République.

Une crainte salutaire qui est appuyée par des lancers de balles de défense dans les visages ou l’asphyxie par des gaz lacrymogènes et suivies par des sanctions judiciaires immédiates et des plus sévères.

Tout ceci étant le lot de la minorité séditieuse, il va sans dire.

 

Nous obéissons toujours aux magistrats et aux lois et, parmi celles-ci, surtout à celles qui assurent la défense des opprimés et qui, tout en n’étant pas codifiées, impriment à celui qui les violes un mépris universel.

Principalement si les opprimés en question sont des proches ou des amis politiques et des protégés du premier magistrat.

 


Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

16 réactions à cet article    


  • Clocel Clocel 28 juillet 10:14

    L’intérêt de la masse...

    Si on retire, les femmes, les esclaves, les métèques, on doit arriver au niveau de performance de notre démocrassie actuelle, soit 20% qui pète dans la soie et le reste qui s’écharpe et s’aliène pour ne pas crever.

    Les concepts, c’est comme la vaisselle d’époque, vient le moment où sa place est au musée et pas ailleurs.


    • Opposition contrôlée Opposition contrôlée 28 juillet 10:18

      @Clocel

       A son apogée, Athènes comptait au total environ 90 000 citoyens libres, y compris les femmes et les enfants, Plus 365 000 esclaves des deux sexes et 45 000 métèques - étrangers et affranchis. Pour chaque citoyen libre, on comptait donc au moins 18 esclaves et plus de deux métèques. Le grand nombre des esclaves provenait du fait que beaucoup d’entre eux travaillaient ensemble, sous le contrôle de surveillants, dans des manufactures, dans de grands ateliers.

      L’origine de la famille, de la propriété privée et de l’Etat, Friedrich Engels



    • pipiou2 28 juillet 12:28

      @Clocel
      « soit 20% qui pète dans la soie et le reste qui s’écharpe et s’aliène pour ne pas crever. »

      ça tombe bien : en tant que Français tu fais partie des 20% les plus riches de la planète, profite.


    • Clocel Clocel 28 juillet 10:17

      Encore une fois, lire l’État de Charbonneau, qu’on avance, un peu.


      • Séraphin Lampion 28 juillet 10:31

        « La démocratie est-elle une entrave à l’autorité ? »

        lien


        • sylvain sylvain 28 juillet 12:08

          la démocratie athénienne n’était pas mieux que la notre . Aucune grosse société n’a eu un fonctionnement très démocratique, et cela semble quasimment impossible a une telle échelle de population .

          Mais ce qui se passe actuellement n’est plus vraiment du registre de la démocratie ou non, c’est de l’ingénierie sociale au niveau mondiale, visant a amener la société vers un état ou l’humain n’a plus vraiment sa place et ou celle ci pourra se dégrader a volonté


          • Florian LeBaroudeur Florian LeBaroudeur 28 juillet 12:57

            On ne peux pas comparer des cités de quelques milliers de personnes à de vastes territoires de plusieurs millions de personnes.

            L’expérience athénienne a été sortie du placard par les lumières qui recherchaient l’esthétique idéal pour habiller le nouveau modèle.


            • eddofr eddofr 28 juillet 13:52

              La Démocratie se mérite.

              Il ne saurait exister de démocratie pour un peuple qui ne soit lui-même démocratique dans ses usages, ses modes de pensée et son comportement.

              Je n’ai pas l’impression qu’un seul peuple, dans toute l’histoire de l’humanité ait jamais mérité la démocratie.


              • Yann Esteveny 28 juillet 17:26

                Message à avatar eddofr,

                La démocratie exige déjà de tous à la fois le sens du devoir pour donner sa vie pour sa patrie et une morale très élevée. Par conséquent parler de démocratie en République maçonnique ne sert qu’à tromper le client électoral.

                Respectueusement


              • Xenozoid Xenozoid 28 juillet 17:32

                @Yann Esteveny

                parlé de démocratie en république, est un oxymore


              • Yann Esteveny 28 juillet 17:45

                Message à avatar Xenozoid,

                La confusion entre République et Démocratie est volontairement entretenue par les Régimes totalitaires qui fonctionnent par tromperie.

                Respectueusement


              • chantecler chantecler 28 juillet 18:17

                @Yann Esteveny
                Encore que sous L’état Français le mot démocratie , et bien d’autres , avait été banni... !
                Mais on n’avait pas encore inventé la novlangue .
                Resp...Pas de quoi !


              • Yann Esteveny 28 juillet 19:38

                Message à avatar chantecler,

                Prétendre à la démocratie lorsque le pays est occupé n’est possible que dans un Régime qui fait du double langage sa norme. Quant à la novlangue, il suffit que le Régime instaure le mensonge permanent pour que le peuple n’en ait plus conscience. Vous avez cette réalité sous les yeux.

                Respectueusement


              • chantecler chantecler 28 juillet 19:53

                @Yann Esteveny
                Toutafés .


              • eddofr eddofr 29 juillet 11:30

                @Yann Esteveny

                J’eusse préféré que vous prôniez le sens du devoir pour donner sa vie pour sa nation.
                Ne serait-ce que parce que la patrie c’est littéralement « le pays des pères » c’est à dire un concept patriarcal et figé dans un passé idéalisé.
                La nation c’est le peuple tout entier, la culture, le territoire, les lois et les institutions, au présent. 

                Par ailleurs, je ne vois pas bien que le franc maçonnerie vient faire là dedans.

                Toutes les élites ont toujours abrité en leur sein des coteries qui se sont associées pour pervertir le système à leur avantage (maçons, religieux, nobles, bourgeois, banquiers, militaires, ...)

                La maçonnerie en tant que concept ne me semble pas plus intrinsèquement néfaste que l’église catholique.

                Ceci dit vous avez raison sur un point, la maçonnerie devrait être chassée du pouvoir comme l’église romaine en a été chassée en 1789. Si une élite perdure trop longtemps au pouvoir, elle fini par pourrir et par gâter le fruit.


              • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 29 juillet 12:32

                @eddofr
                 
                 ’’J’eusse préféré que vous prôniez le sens du devoir pour donner sa vie pour sa nation.’’
                 
                Attention : « On croit mourir pour la patrie ; on meurt pour des industriels » Anatole France

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité