• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > La démocratie, l’argent et la crise : un système savamment (...)

La démocratie, l’argent et la crise : un système savamment organisé

Si les États membres de l’Union européenne continuent d’appliquer les politiques d’austérité, il pourrait y avoir entre quinze et vingt-cinq millions de nouveaux pauvres. Un nombre équivalent à celui des citoyens européens vivant actuellement aux Pays-Bas ou en Autriche… Cette inflation de la misère ferait grimper le nombre de pauvres à quelque 146 millions, soit plus du quart de la population européenne.

C’est l’avertissement lancé par Oxfam, confédération d’ONG luttant contre la pauvreté et l’injustice dans le monde, dans son rapport intitulé : « le piège de l’austérité – l’Europe s’enlise dans les inégalités  ». Lequel conclut que les politiques d’austérité menées par les États membres pour surmonter la crise de la dette souveraine et accéder aux programmes de sauvetage n’ont réussi ni à réduire le coût de la dette, ni à favoriser la croissance.

« En Afrique, en Asie et en Amérique latine, certains pays ont mis vingt ans pour revenir aux niveaux d'avant la crise. En Europe, ces politiques minent de façon irréversible les caractéristiques du modèle économique et social européen tel qu'il s'est développé au cours du XXème siècle. Notre analyse indique que les effets de ces politiques empêchent les plus pauvres de se ressaisir, y compris lorsque la croissance sera de retour en Europe », explique Maurizia Iacchino, présidente d’Oxfam Italie.

Le rapport d’Oxfam souligne que les mesures d’austérité favorisent la concentration des richesses aux mains des 10 % les plus riches, alors que les inégalités ne cessent de se creuser dans les pays qui les ont adoptées. De même, sans l’adoption urgente de mesures de relance de la croissance, sans investissement dans les services essentiels, sans lutte contre l’évasion et la fraude fiscales, l’écart entre les riches et les pauvres au Royaume-Uni ou en Espagne pourrait dans les dix prochaines années devenir similaire à celui du Soudan du sud ou du Paraguay.

Il est intéressant de constater que certaines institutions internationales traditionnellement engagées en faveur de politiques d’austérité commencent à revoir leur copie. Le FMI s’est dernièrement livré à une étude de l’impact des politiques dites de consolidation budgétaire, et son rapport est sans ambiguïté : l’austérité réduit plus fortement que prévu l’activité économique et donc les rentrées fiscales, provoquant un creusement des déficits. Ce point de vue est également partagé par d’éminents économistes tels que le professeur Joseph Stiglitz, prix Nobel d’économie en 2001. Pour lui, « la raison pour laquelle l’austérité est particulièrement mauvaise, c’est le problème sous-jacent du manque total de demande. Lorsqu’il y a austérité, la demande chute. Et quand la demande chute, la croissance recule et le chômage augmente. Lorsque le chômage augmente, les salaires baissent en raison de la compétition pour les emplois, et les services sociaux sont réduits. Tous les aspects de l’inégalité sont donc exacerbés  ». CQFD.

Le rapport d’Oxfam est accompagné d’une étude de cas, pays par pays. L’étude pour la France montre que les politiques d’austérité y ont un impact sur les niveaux de pauvreté et d’inégalité. Le pouvoir d’achat a diminué d’1,2 % en 2012 (la plus forte baisse depuis 1984), tandis que dans le même temps, les coûts de l’électricité, du gaz ou du pétrole augmentaient. La dette publique a crû de 3 % depuis 2011, creusant encore le déficit budgétaire. Si l’on fixe le seuil de pauvreté à 60 % du niveau de vie médian, 7,8 millions de personnes (soit 13 % de la population totale) étaient considérées en 2006 comme pauvres en France. En 2010, ce chiffre est passé à 8,6 millions (14 % de la population), dont 2,7 millions d’enfants. Cela représente une augmentation de près de 800.000 pauvres en moins de cinq ans…

Cette augmentation de la pauvreté a particulièrement touché les familles monoparentales, les retraités, les femmes et les jeunes de moins de 18 ans, parmi lesquels le taux de pauvreté a atteint 19,6 %. Entre 2009 et 2010, les salaires au sein des 20 % des personnes les plus pauvres ont diminué de 1,3 %, alors qu’ils ont augmenté de 0,9 % pour les 20 % les plus riches.

Entre 2000 et 2010, le revenu moyen des ménages faisant partie des 10 % les plus pauvres a augmenté de 5,3 % (soit 400 €), alors que celui faisant partie des 10 % les plus riches a augmenté de 18,9 % (soit 8.950 €). En 2010, la partie la plus pauvre de la société a gagné sept fois moins que la partie la plus riche, contre 6,3 fois en 2000.

Au sommet de la pyramide des revenus, ceux issus des placements financiers représentent une part importante des ressources. Si certains se plaignent des effets de la crise, la fortune des super-riches a connu la plus grande augmentation au cours de la période 2004-2010. Les 10 % les plus riches ont augmenté leurs revenus de près de 7 %. Quant au cercle hyper restreint des 0,01 % les plus riches, il a vu sa fortune croître de 32,3 % !

Plus que jamais, l’État représentatif moderne est l’instrument de l’exploitation du peuple par le Capital. Dans la république dite démocratique, la richesse exerce son pouvoir d’une façon indirecte mais d’autant plus sûre, à savoir l’alliance entre le gouvernement et l’argent. Aujourd’hui, dans les régimes que nous connaissons en Occident, la domination des banques a développé jusqu’à en faire un art peu commun les moyens de défendre et de mettre en œuvre la toute-puissance de la richesse. La république démocratique est alors la meilleure forme politique possible du capitalisme ; le Capital, après s’en être emparé, assoit son pouvoir si solidement, si sûrement, que celui-ci ne peut être ébranlé par aucun changement de personnes, d’institutions ou de partis.

Dans le contexte, le vote, par son inutilité, ne devrait pas apparaître comme un enjeu central, les représentants élus ne représentant qu’eux-mêmes et leurs intérêts de classe. Alors que 2014 sera marquée par les élections municipales et européennes, il semble indispensable de réfléchir aux limites de la « démocratie » dans sa forme actuelle… et aux moyens d’abattre le système qui s’en prévaut.

Capitaine Martin

http://www.resistance-politique.fr/article-la-democratie-l-argent-et-la-crise-un-systeme-savamment-organise-121107202.html

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.53/5   (68 votes)




Réagissez à l'article

59 réactions à cet article    


  • Albar Albar 14 novembre 2013 09:24

    Il ne faut pas se leurrer, l’objectif premier de la création de l’UE est (contrairement à l’adage du ’’diviser pour régner’’ propre à une société monolingue) d’unir des peuples multilingues, afin de mieux les asservir, serviables et corvéables à merci ; Il est une frange qui ne connait pas la crise.


    • philippe913 14 novembre 2013 09:31

      Baser des conclusions sur une politique d’austérité en France alors qu’il n’y a pas de politique d’austérité chez nous, c’est assez fort je trouve.


      • Jaggyfree 15 novembre 2013 01:21

        Moi, depuis au moins 5 ans je suis augmenté moins que l’inflation. C’est aussi le cas de tous les fonctionnaires depuis 20 ans. Les hausses de TVA, les augmentations des impôts locaux et salariaux (on les a tous senties passer), les nouvelles taxes (souvent « écologiques » c’est toujours pour notre bien), les radars sur les routes (800 M€ en 2013 encore pour notre bien), les déremboursements (médicaments, etc.), les baisses des prestations sociales (bizarre, on paye toujours plus d’impôts pourtant...), le recul de l’âge de la retraite (qui va permettre de baisser les retraites car on n’arrivera pas à faire toutes les années), vous croyez que c’est quoi ?

        Avez-vous juste pour rire, essayé de comparer le logement que peut se payer un salarié français moyen aujourd’hui en région parisienne, par rapport à ce qu’il pouvait prétendre avoir il y a 20 ans ? Depuis 10 ans, en capacité à me loger, j’ai certainement régressé ! Plus les années passent, moins on peut se loger !
        Alors on y est déjà, dans l’austérité. Et l’avenir sera plus sombre, puisque les intérêts de nos dettes ne cesseront d’augmenter. Cela ne s’arrêtera jamais. 
        Jusqu’à ce qu’il y ait une révolution peut-être... smiley 

      • spartacus spartacus 14 novembre 2013 09:47

        Le communisme c’est tout le monde égalitairement pauvre. Il n’est que l’expression de la culture de la jalousie.

        Avec le sel de la dictature du capitalisme d’état et la privation des libertés individuelles. La négation des talents et de la nécessaire différence.

        On trouve principalement les communistes dans les secteurs protégés et les professions qui limitent l’individualisme et n’exigent pas de challenges ou d’ambition pour gagner plus. 

        C’est l’absence de perspectives et l’impossibilité de dépasser un revenu limité structurellement et limité à leurs choix individuel d’enfermement dans des professions rassurantes mais en même temps pénalisante par l’entrave a la liberté et l’individualisme qui les rend jaloux maladivement des autres qui ont la liberté de choix d’exprimer leurs talents.
        Les communistes sont in finé des frustrés.

        Une autre statistique indique que dans les 5 régions ou on trouve le plus de millionnaires aux USA, comme Bill gates, Waren Buffet ou Jobs, sont les régions les plus inégalitaires en pourcentage entre le plus riche et le moins riche, d’ou sont sorti ces statistiques, mais paradoxalement se sont aussi les 5 régions ou les bas revenus sont en valeur absolue les plus élevés de tout les USA....
        Jalouser les autres ne rend pas plus riche. 

        • L'enfoiré L’enfoiré 14 novembre 2013 16:12

          Sparta,

           Une preuve qui date déjà de 3 ans..

        • Pyrathome Pyrathome 14 novembre 2013 19:12

          Jalouser les autres ne rend pas plus riche.
          .
          Le monde de spartacul se résume à ça...
          D’un côté il y a les vampires pleins aux as et de l’autre il y a les jaloux qui voudraient bien prendre leur place....
          Punaise, j’aimerai pas habiter dans ta tête, c’est insalubre.......


        • Pepe de Bienvenida (alternatif) 14 novembre 2013 23:17

          Spartacul, on t’offre le billet pour les USA, et surtout ne reviens pas. Pour ta gouverne, je considère l’appât du gain comme une maladie. Dans ce pays que tu idolâtres et je le connais bien), la seule motivation est l’argent, toujours l’argent. On peut trouver un autre sens, plus noble, à ses actes.


        • bubu123 14 novembre 2013 23:37

          en fait Spartacus voit des communistes partout, ça en devient maladif, il est en boucle la dessus mais rassure toi l’ami, la paranoïa se soigne !


        • cardom325 cardom325 16 novembre 2013 20:17

          Spartacus c ’est notre Obélix, tombé dans la marmite capitaliste en étant petit, il en veut toujours plus . Son baratin, toujours le même . Donnez plus de pognon aux riches, les miettes seront nombreuses .
          Je suis d’accord avec les autres pour participer au billet d"avion pour l’envoyer aux states ....aller simple bien sûr


        • jeanpiètre jeanpiètre 17 novembre 2013 12:58

          jalouser les riches ne vous rends pas plus riches, mais bosser aveuglément pour leur cause , vous rend il moins pauvre ?



        • macha macha 14 novembre 2013 09:52

          D’accord avec votre article :

          - L’Europe ne devrait pas accueillir autant de pays,
          - L’Europe devrait être plus économique que politique
          - Les européens doivent pouvoir élire les représentants du conseil à Bruxelles.


          • L'enfoiré L’enfoiré 14 novembre 2013 17:10

            Bonjour Macha,


             Juste une question, n’avez-vous pas, en France, les élections européennes l’année prochaine ?

          • cardom325 cardom325 16 novembre 2013 20:21

            Pas d’accord, l’ Europe devrait être plus politique qu’économique , si c ’est pour en faire une simple zone de libre échange ........passez votre chemin


          • Pepe de Bienvenida (alternatif) 14 novembre 2013 23:19

            Maintenant TOUT est problème.


          • Piotrek Piotrek 14 novembre 2013 12:42

            C’est pas organisé mais c’est opportuniste.

            La seule croissance possible possible dans une économie de service, c’est de rajouter des intérmédiaires entre production et consomation* : résultat quelques intérmédiaires s’enrichissent et le gros des consommateurs en payant plus s’appauvrit (et/ou consomme des ersatz). C’est simple et mécanique.

            * : Assurance, Transports, Publicité, Stockage, Logistique informatisée, Organisme de formation pour le type de la boite de pub, Assurance du type qui bosse pour le péage.... bref le tout se répercute sur le prix final


            • Pepe de Bienvenida (alternatif) 14 novembre 2013 23:22

              « Les distinctions sociales ne peuvent être fondées que sur l’utilité commune » (déclaration des droits de l’homme et du citoyen). Si on l’appliquait vraiment, ça ferait un sacré ménage chez les intermédiaires et autres parasites ! (et tant pis pour leurs emplois de m...)


            • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 16 novembre 2013 01:55

              @ Piotrek, 


               NON. En fait, c’est exactement le contraire. Mais je n’essayerai pas de l’expliquer ici, je vous invite a lire l’article en lien et tous les suivants ....


              PJCA

            • ETTORE ETTORE 14 novembre 2013 12:42

               la raison pour laquelle l’austérité est particulièrement mauvaise, c’est le problème sous-jacent du manque total de demande. Lorsqu’il y a austérité, la demande chute. Et quand la demande chute, la croissance recule et le chômage augmente. Lorsque le chômage augmente, les salaires baissent en raison de la compétition pour les emplois, et les services sociaux sont réduits. Tous les aspects de l’inégalité sont donc exacerbés  ». CQFD.


              franchement ;; ;; est il nécessaire d’être prix Nobel pour arriver à sortir ça ??
              dans ce cas , Pôle Emploi est une pépinière de gens qui se mettent sous auto médication d’inégalité économique juste pour voir les effets ? 

              • Le printemps arrive Le printemps arrive 15 novembre 2013 08:59

                Conclusion simple, mais pas diffusée. C’est la diffusion de l’information qu’il faut obtenir.
                Or qui détient les médias les plus diffusés ?
                Internet et ses outils sont un canal de diffusion et de compréhension. Nos cordes vocales en sont un autre.


              • Captain Marlo Fifi Brind_acier 14 novembre 2013 12:49

                « Réfléchir aux limites de la démocratie... » Il faudrait surtout réfléchir à sortir de cette usine à gaz au plus vite...

                Fut un temps où le PCF analysait très bien l’origine de l’ UE....

                « Quelle était l’analyse du PCF de l’ Europe, de 1947 aux années 80 »

                Vous n’êtes pas gêné de faire la liste de tous les malheurs qui s’abattent sur les populations, tout en voulant qu’ils y restent ?


                • CN46400 CN46400 14 novembre 2013 21:43

                  Dans sa période de construction il était normal que le PCF soit critique par rapport à l’UE puisque c’était la bourgeoisie qui organisait, dans ses intérêts, ce super état.


                  Désormais, l’économie de tous les états est trop imbriquée pour pouvoir s’en dégager sans risquer de gros dégâts qui seraient, évidemment, payés par les prolos. La marche de l’histoire ne va pas vers le rabougrissement des espaces économiques, mais plutôt vers leur extension. Lutter contre le capitalisme au niveau de l’Europe n’est en rien contradictoire avec cette lutte lorsqu’elle est menée au niveau national. Par contre la lutte contre l’entité Europe s’apparente toujours plus à la lutte contre les moulins à vent.

                  Le jour approche où les peuples de l’est feront le bilan de leur ralliement au mirage européen qui les a séduit en provoquant la chute de l’URSS post stalinienne. La lutte contre le capitalisme y trouvera une nouvelle jeunesse parce qu’à la concurrence, avec l’ouest, voulue par la bourgeoisie, succédera la solidarité prolétarienne, qu’elle ne pourra éternellement entraver.

                • Pepe de Bienvenida (alternatif) 14 novembre 2013 23:25

                  Solidarité prolétarienne. Réveille-toi, on n’est plus dans les collectifs d’Aragon pendant la révolution sociale de 36. Aujourd’hui, l’ennemi c’est le voisin. Bien joué les riches !


                • Captain Marlo Fifi Brind_acier 15 novembre 2013 18:24

                  CN46400,

                  Il a dû vous échapper que TOUS les pays du monde, en dehors des pays de l’UE, sont des pays indépendants et souverains. Seuls les Palestiniens et les Européens vivent colonisés.

                  Les pays d’Amérique du sud et les BRICS passent des accords de coopération entre eux, mais se gardent bien de reproduire les pertes de souveraineté qu’induisent les Traités européens.

                  Chacun garde sa monnaie, sa banque centrale, ses lois, ses frontières.
                  Chavez ne faisait pas un discours sans parler de patriotisme, il a dévalué le bolivar 4 fois en 14 ans pour ajuster sa monnaie.

                  Mais je comprends votre fascination pour l’ UE, c’est ce qui ressemble le plus à feu l’ URSS :
                  pas de démocratie, une riche oligarchie, et des millions de pauvres...

                  La liberté des peuples à disposer d’eux mêmes est une notion qui vous échappe complètement, vous ne rêvez que de diriger des Empires...

                  « Le Venezuela avant et après Chavez ».


                • CN46400 CN46400 15 novembre 2013 22:11

                  1- Si l’oligarchie soviétique avait été aussi riche que vous le dites, elle n’aurait pas éprouvé le besoin de troquer son système contre le capitalisme sauvage !


                  2- De qui et de quoi parle-t-on lorsqu’on parle de souveraineté ? De la bourgeoisie (ceux qui vivent du travail d’autrui) ou des prolétaires (ceux qui doivent travailler pour vivre) ? La souveraineté ne dit pas la même chose pour tout le monde. Sous Louis le 14°ou le 15° ou le 16° ou le la France était indépendante et les prolos étaient affamés !

                  3-La richesse d’un pays ne se mesure pas au nombre de dévaluations de sa monnaie, mais à sa balance import-export et surtout à la qualité de vie qu’il assure à la population la plus démunie.

                  4-L’URSS n’était ni un paradis ni un empire puisque le peuple dominant (russe) ne vivait pas mieux que les autres. Rien de comparable avec, par exemple, le rapport France-Algérie..... 

                • Captain Marlo Fifi Brind_acier 16 novembre 2013 07:35

                  CN46400,
                   
                  La balance commerciale est directement liée à la valeur de la monnaie.
                  Avec un euro 30% trop cher par rapport au dollar, tout ce que vous pouvez faire, c’est de baisser les salaires de 30% ou les aligner sur ceux du Bangladesh...

                  C’est d’ailleurs ce que proposait l’an dernier Goldman Sachs, diminuer de 30% les salaires en France.

                  L’évolution d’une partie de la Gauche est assez étonnante.
                  Jaurès disait : « La Nation est tout ce qui reste à ceux qui n’ont plus rien ».

                  L’internationalisme « Prolétaires de tous les pays unissez-vous ! » n’a jamais signifié la fin des Nations, ni des frontières, ni l’obligation des peuples à vivre dans le même Empire, sans tenir compte de leur avis, qu’on ne leur d’ailleurs jamais demandé.

                  A aucun moment, on a demandé aux Européens s’ils étaient d’accord pour vivre dans le même Empire. Le Traité de Rome s’est fait sans referendum, le Traité de Maastritch portait sur l’élargissement, et celui de Lisbonne sur la Constitution européenne....

                  Laissez donc les peuples décider de leur avenir !

                  Et occupez vous des intérêts des Français, au lieu de dispenser vos bons conseils politiques à l’Europe entière.

                  Le FN a bien compris que vous ne vous intéressiez ni à la France , ni aux Français, belle réussite que de retrouver au FN une partie de l’électorat de Gauche !

                  « Pas de Nation, pas de Patrie, pas de frontières, l’internationalisme des imbéciles »

                  Le titre n’est pas moi, mais il peut s’appliquer à tous ceux qui défendent une vision internationaliste qui est exactement celle de la mondialisation :
                  « Fin des Nations, fin des Patries, fin des frontières ! »


                • CN46400 CN46400 16 novembre 2013 19:49

                  Avec ou sans Europe, la bourgeoisie trouvera toujours que les salaires sont trop chers....


                  La surface d’exploitation capitaliste dépend essentiellement de l’état de développement des forces productives. Il y a mille ans la France n’existait pas, rien ne permet d’affirmer qu’elle existera encore dans mille ans. Quand Marx parle du dépérissement de l’état, il sous entend, du même coup : dépérissement des nations..... 

                • Captain Marlo Fifi Brind_acier 17 novembre 2013 08:37

                  CN46400,

                  Vos voeux vont être exaucés, les plans de Merkel vont augmenter le contrôle de la Commission européenne :

                  « S’ils sont adoptés, ils vont changer fondamentalement l’UE. L’objectif est d’atteindre un vaste contrôle communautaire des budgets nationaux, de l’endettement public dans les 28 capitales et des réformes nationales visant à accroître la compétitivité et la mise en oeuvre de réformes sociales. »

                  La Commission pourra imposer aux 28 Etats, par exemple, les Lois Hartz ?

                  Encore moins de pouvoirs aux Etats, et encore plus de pouvoirs aux Commissaires européens non élus issus de chez Goldman Sachs..., cela ressemble de plus en plus à l’ URSS, vous serez comblés !

                  « Les Grands projets d’Angela Merkel pour l’Europe » site contrelacour


                • Ronny Ronny 14 novembre 2013 13:06

                  Soyons clairs. Depuis la chute du « mur », le capitalisme s’est trouvé sans doctrine opposée et sans nécessité de présenter un visage acceptable. Il s’est débridé (on dit aussi « décomplexé »), les libéraux pouvant enfin mener à bien les « réformes » qu’ils appelaient de leurs voeux. Pour simplifier sans caricaturer, il s’est agi simultanément de faire croire au gens que l’Etat était le problème et pas la solution, qu’ils vivraient mieux et plus « libres » dans des démarches individuelles (voire individualistes) plutôt que collectives, et que le « marché » allait tout résoudre en « s’autorégulant ». Nous sommes également passé d’un capitalisme productiviste à un capitalisme financier, avec les dérives que l’on sait, et en particulier la double privatisation des biens et services publics, des bénéfices, tout en, conservant la mutualisation des pertes.

                  Vingt ans plus tard, aucune personne sensée ne peut être dupe des « résultats » obtenus que je résume comme suit : c’est une « crise » qui dure mais ce n’en pourtant pas une. Pourquoi :

                  1. parce que nous ne sommes plus dans une démocratie mais dans une oligarchie, où le pouvoir et les moyens de décision ont été confisqués au peuple et donnés aux financiers, aux multinationales, aux spéculateurs et aux hommes et femmes politiques qui les soutiennent ;

                  2. parce qu’une crise, cela a un début et une fin. Pour le moment, il y a eu un début et il n’y a pas et il n’y aura pas (sauf si nous changeons de direction rapidement et fortement) d’issues. Ce n’est pas l’intérêt des oligarques qui nous gouvernent !

                  3. parce que l’appauvrissement généralisé, la précarité, et ce que j’appelle la société de la peur - dont les libéraux n’ont pas le monopole, il suffit pour s’en convaincre de regarder ce que disent et font les extrémistes écologistes qui dévoient ce que devrait être l’écologie - font que nos concitoyens sont complétement paralysés et qu’ils ne se bougeront qu’en tout dernier ressort, c’est à dire lorsque la pression de viendra insoutenable.

                  On assistera alors à une explosion sociale, dont personne ne peut dire où elle nous conduira. Mais compte tenu de la récupération constante et croissante des thèses les plus répugnantes de l’extrême droite par les partis en place, y compris jusqu’au PS, il est à craindre que nous nous retrouvions ramenés presque 80 ans en arrière, dans une situation encore plus grave, dans laquelle - ne nous inquiétons pas pour eux - les banques, les multinationales et les spéculateurs trouveront de toutes façons toujours leurs comptes. 


                  • Stof Stof 14 novembre 2013 13:19

                    L’austérité c’est un peu comme un régime alimentaire. : Appliqué aux obèses, il est très bénéfique, appliqué aux maigres, ils en meurent.
                    L’austérité appliqué aux plus riches pourrait être une bonne chose. En combattant la fraude fiscale, les rémunérations exorbitantes et les petits privilèges de classe (en matière d’impôts, par exemple).


                    • Tipol 14 novembre 2013 15:23

                      Les Français sont une grosse corporation d’idiots incompétents, et égoïstes.
                      Toujours à défendre des intérêts particuliers.
                      Mal déguisés en pères Noël Ils s’attaquent à des ossatures métalliques, des moulins à vent qui reviendront s’installer en force, évidemment, plutôt que d’user de coupe-couilles avec les anciens responsables spécialistes en toutes corruptions à tous niveaux pour qu’ils ne se reproduisent plus.


                      • colza 14 novembre 2013 16:04

                        Si les élections ne servent plus qu’à désigner des responsables politiques ne représentant qu’eux-mêmes et leur classe sociale (ce que je crois aussi), je ne vois plus que la révolution pour tout remettre à plat.

                        On ne nous propose plus que de choisir le fouet avec lequel nous seront de toutes façons battus. C’est du sadisme du côté des possédants et du masochisme de notre côté de cautionner cet état de fait.


                        • Pepe de Bienvenida (alternatif) 14 novembre 2013 23:30

                          En effet, les élections sont plus que jamais des pièges à c... . D’ailleurs, l’isoloir finalement ne porte-t-il pas bien son nom ?


                        • Le printemps arrive Le printemps arrive 15 novembre 2013 09:12

                          révolution /ʁe.vɔ.ly.sjɔ̃/ féminin

                          (Astronomie) Retour d’une planète, d’un astre au même point.

                          Une évolution est indispensable, il faut faire un saut (quantique) pour passer à l’étape suivante, pas de revenir sans arrêt au point de départ avec la révolution.

                          Je parle d’évolution de la conscience d’être responsable (mais pas coupable !) de sa vie.


                        • non667 14 novembre 2013 16:55

                          le fn seul parti en position d’abattre « démocratiquement » le système .
                          pour le reste marine en hitler fasciste et raciste ,il faut être i..... i ..... c ..... j ... etc ...... pour croire cette propagande mondialiste !
                          et puis le démocrate malek boutith l’a dit : si le fn passe on le renversera  !
                          alors là : tout les possibles seront ouvert ! 6° république ! ....etc .... il faudra veiller à ce que le « système » ne revienne pas masqué s’étant fait refaire une virginité ! 


                          • Captain Marlo Fifi Brind_acier 14 novembre 2013 17:36

                            non 667,
                            Pour l’instant le FN perd 9% dans les sondages en Novembre, la baisse spectaculaire de popularité de Hollande ne lui profite pas.
                            Sondages


                          • Captain Marlo Fifi Brind_acier 14 novembre 2013 17:37

                            non 667,
                            Pour l’instant le FN perd 9% dans les sondages en Novembre, la baisse spectaculaire de popularité de Hollande ne lui profite pas.
                            Sondages


                          • Luc le Raz Luc le Raz 14 novembre 2013 17:02

                             Sujet parallèle Voir ici


                            • Ruut Ruut 14 novembre 2013 17:23

                              Avec de l’argent qui n’existe pas il est facile de tout posséder.
                              Surtout lorsqu’on le fabrique soi même ce faux argent.
                              C’est la conséquence de la virtualisation de l’argent.
                              La virtualisation permet de transformer du faux en vrais. (des dettes en bénéfices)

                              Le problème, c’est que jamais il n’y as de contrôle sur la masse totale en circulation.
                              Bilan tous les abus sont faits.
                              Et tout s’emballe.


                              • ETTORE ETTORE 14 novembre 2013 17:39

                                Pour ce qui est de la fausse monnaie, oui, idem pour les dealers de banquiers qui ont toute la science pour donner corps au virtuel et blanchir celui qui est sale.

                                mais peut être que d’autres pays en auront marre de jouer au monopoly avec le dollar PQ
                                Quand les containers pour le stocker coûtent plus cher que ce qu’il y a dedans, on peut ésperer que tout ce papier inutile marqué du signe dollar finisse en superbe autodafé .
                                Et tant qu’à faire un feu de joie, faisons y rôtir les gras et gros pourvoyeurs de cette arnaque mondiale.

                                • eau-du-robinet eau-du-robinet 14 novembre 2013 17:39

                                  Ce plan d’austérité est un plan machiavélique savamment orchestré par l’oligarchie pour supprimer tout simplement la démocratie. Nous vivons désormais dans un système 100% oligarchique ! Il n’y à plus de démocratie.

                                  L’oligarchie et les parties politiques ainsi les grands médias portent l’entière responsabilité des conflits violents voire très violents qui pointent à l’horizon.

                                  L’ultra-libéralisme voire capitalisme sans contrôle politique touche le fond et les peuples européens doivent faire face à trois fronts :

                                  1. Le combat contre le monde de la finance

                                  2. Le combat contre le monde politique qui ont trahi les peuples car les hommes politiques servent l’intérêt financier et non l’intérêt général.... et ils continuent à nous trahir chaque jour plus !

                                  3. Le combat contre les grands médias qui ne sont qu’un outil de manipulation des masses et de désinformation servent eu également à l’oligarchie.

                                  Cette grande trahison et la corruption généralisé doivent cesser !

                                  Programme de Libération Nationale - UPR


                                  • Captain Marlo Fifi Brind_acier 14 novembre 2013 17:48

                                    Sauver l’euro nous coûte un bras...

                                    Jacques Sapir analyse tous les avantages qu’il y aurait pour la France de sortir de l’ UE et de l’euro, avec un retour au franc et 25% de dévaluation.

                                    * Plus besoin de donner 50 milliards aux entreprises pour compenser l’euro fort et la différence de compétitivité avec l’ Allemagne.

                                    * Le déficit budgétaire serait ramené de 3,7% du PIB à 1,2%

                                    * Entre 1 et 2,5 millions d’emplois créés.

                                    * Les recettes fiscales augmenteraient, plus besoin de pressurer les citoyens.

                                    * Le coût de l’énergie importée augmenterait, 6%, mais modérément, l’essentiel du prix étant des taxes. etc, etc

                                    «  Une situation dégradée.. les solutions existent. » Jacques Sapir


                                    • CN46400 CN46400 14 novembre 2013 21:14

                                      Mais Sapir n’explique pas pourquoi les état européens qui ne sont pas dans l’euro (exemple la GB) ne sont pas mieux lotis que ceux qui y sont.....


                                    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 15 novembre 2013 07:26

                                      CN 49400

                                      Les pays hors zone euro sont mieux lotis que ceux qui y sont. Chiffres de l’INSEE et d’ Eurostat :

                                      Chômage dans la zone euro pour 2013 : 12,2%

                                      Chômage en Islande : 5,1%
                                      En Suisse : 3,4%
                                      En Norvège : 3%
                                      En Russie :6%
                                      En Turquie : 8%


                                    • CN46400 CN46400 15 novembre 2013 08:23

                                      Pouvez-vous compléter votre réponse en fournissant les prix de la force de travail pratiqués dans ces pays SVP ? Quand à la Suisse, je n’ait jamais entendu quelqu’un proposer la transformation de la France en paradis....fiscal !


                                    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 15 novembre 2013 18:36

                                      Sur les salaires, vous pouvez regarder l’exposé d’Olivier Berruyer, puis celui de Philippe Murer :

                                      « Y-a-t-il une vie dans l’euro ? Et une vie après l’euro »

                                      L’euro ne peut pas être dévalué, Montebourg est en train de s’en rendre compte.

                                      « Dévaluer l’euro, facile à dire, (quasiment) impossible à faire »

                                      L’euro, au lieu d’aider à faire converger les économies de la zone, a provoqué des divergences qui vont provoquer l’éclatement de la zone euro :

                                      « Pourquoi l’Europe se dirige lentement vers l’implosion »


                                    • millesime 14 novembre 2013 20:28

                                      Paul Jorion a écrit un livre intitulé « Le capitalisme à l’agonie » publié chez Fayard en 2011
                                      il dit encore et toujours que rien n’est à changer dans son livre.. !

                                      Pour sortir de la crise (et ne plus y revenir)
                                      lire :
                                      http://millesime.over-blog.com


                                      • Captain Marlo Fifi Brind_acier 15 novembre 2013 18:45

                                        millesime,
                                        Jorion propose des mesures très intéressantes, mais strictement interdites par les Traités européens.

                                        Elles ne peuvent être mises en oeuvre que dans un pays qui contrôle sa monnaie, son taux de change externe, ses frontières, le contrôle des capitaux, les taux d’intérêts à appliquer aux profits des banques, y compris laisser des banques faire faillite, comme l’ont fait les Islandais.

                                        Tout cela fait partie désormais des « compétences exclusives de Bruxelles » , dirigée par des non élus souvent issus du sérail de Goldman Sachs.

                                        Vous pouvez toujours rêver que cette faune lève le petit doigt contre la finance...

                                        Retrouver la souveraineté, suppose qu’on se débarrasse aussi du personnel politique européiste en France, celui qui a mis en place cette pompe à phynances européenne, et continue à la faire fonctionner..., grâce à l’austérité.


                                      • Chris De Baün 14 novembre 2013 20:46

                                        « À ceux qui sommeille et aux naïfs dans le monde »Vive la révolution, Viendra le jour où..... ! « Image de la femme symbole de la révolution »

                                        « Détruire l’ambition démesurée des dirigeants pour libérer les peuples »
                                        « Le jour de la révolution est arrivé »

                                        Viendra le jour où... L’échine courbée tête en sol le regard en bas. Cesserons ces attributs. disait-on. Prolétariat vaincra. Viendra. Où. Peur au ventre retournée la peur au ventre. Retourné l’angoisse promise du dit laquais. Renversez. Le temps où les mauvais rejetons malmené(e)s cesseront de chuchoter. Où voix basse encore. Entamer. Situation retournées. Viendra même de nuit. Viendra la sécession de salive ravalée. Nous pauvres dans société grasse. Prendrons l’arme en main. Cesserons de la retourner contre nous. Pauvres comme on peut. Pâles face en places habités nous occuperons. Organisé. L’atome des villes explosé. Rendu comme. Commun pour. Mieux se retrouver. Sans sanglots étouffés sans retenu apprivoisée cent mille sur les parterres dessoudés. Il n’y aura plus de désolés. Plus de matin où se lever. Pour les biens que l’on prive. Si privé de vie nous étions. Arme en main nous la prendrons. Vitres teintées démasqués patrons avec et sans pardon. Viendra le livre gratuit viendra servez vous la valeur annulée. Les portiques et les denrées partagées. Démasqués. Les leurres mis au jour et les sourires mis à noir. Chanterons les barreaux tombés en main les bourreaux au loin. Courrez ou libérez. Les rues accueillantes de leurs bras de fer les orphelins. Ces coins ou nous retrouverons la joie de l’expropriation. Curées laïques, monnayeurs de cœurs, démocrates fascistes, vendeurs de mort : tremblez, Viendra votre jour finira. Le vieux monde tremblera d’entendre murmurer les âmes en peines et les solitaires assemblés. Reprendre l’arbre par l’arme. Viens. Comme cette vieille luge abandonnée je t’emmènerais bien danser. Sur les ruines de leurs transparences brisées. Démasqués. Les paroisses de trajectoires lasses. La grande vitesse déraillée. Le plomb et l’amiante de la modernité retournée. Vers. Par et pour. En échantillons de ce qui vient quelques colis piégés. Devenir le paquet incertain. Notre jeunesse ne sera plus le mutin et vos coffres seront nos butins. Ce qui vient c’est une course à pied. La machine est faire de la chaire de vos mains. Donner son temps c’est encore assurer le maintien. Combien as-tu donné à ces échangeurs de misère. Comment as tu failli à ce qu’il te restait de lendemain. Nous y sommes. Le bas peuple des incertains se soulève. Mondialiser la révolte tu l’as pensé. Viendra le jour viendra le jour. Viens reprendre l’arbre. Et le lendemain....
                                        Un illettré. France, décembre 2011. smiley


                                        • lambda 14 novembre 2013 21:43

                                           N’est il pas clair pour chacun que tout est fait à Bruxelles par les dirigeants (non élus) pour mettre à bas l’Europe ??? 


                                          Ca crève les yeux car ils ne se cachent même plus !

                                          Comment peut on encore penser, croire, qu’un bulletin de vote peut changer une politique qui a été élaborée par des groupes occultes (Bilderberg - Cfr - Trilatérale - ) et appliquée à la lettre par ceux qui ont été mis en place pour faire ce travail

                                          C’est pourtant tellement évident que la question ne se pose même plus 

                                          Les fondations de ce désastre datent des années 1947-1950




                                          • Captain Marlo Fifi Brind_acier 15 novembre 2013 07:39

                                            La méthode Coué utilisée par les dirigeants européens et par Hollande cache de plus en plus mal qu’ils utilisent l’austérité pour sauver l’euro et les banksters, et qu’ils ne savent plus quoi faire d’autre...

                                            « Pourquoi l’Europe se dirige lentement vers l’implosion ? » Atlantico

                                            « Zone euro, la crise acte III » Journal économique La Tribune

                                            Rien de ce qu’ils essaient ne fonctionne, mais ils continuent à s’accrocher à l’euro comme des moules à leur rocher...

                                            Montebourg demande que l’euro soit dévalué, hélas « Dévaluer l’euro, facile à dire, quasiment impossible à faire »


                                            • Dominique TONIN Dominique TONIN 15 novembre 2013 09:16

                                              bon article, cependant vs ne pouvez pas défendre une démocratie réelle en faisant partie d’un parti politique qui a vécu, fusse-t-il le PC ou tout autre parti politique en lice actuellement, c’est un non sens.

                                              Rebâtir sur des ruines n’est pas la bonne solution.
                                              C’est pour cela que nous avons créé ; www.democratie-demos.eu

                                              • lambda 15 novembre 2013 09:37

                                                @ dominique Tonin


                                                vous dites « Rebâtir sur des ruines n’est pas la bonne solution. »
                                                 mais trouvez vous que créer un parti de plus est la solution à la crise sans précédent qui a justement pu être possible parce que des Partis sont aux manettes ?

                                                Un Parti politique ne peut exister que par la grâce des élites dirigeantes

                                                C’est le Peuple qui doit organiser son destin 
                                                Il n’est plus possible de confier l’avenir de nos enfants à des dirigeants politiques

                                                Inspirons nous d’E.Chouard




                                              • Captain Marlo Fifi Brind_acier 15 novembre 2013 18:47

                                                lambda,
                                                Inspirons nous de Chavez !


                                              • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 15 novembre 2013 16:16

                                                Vous remarquerez que le président TOTO a quand même réussi a infléchir non pas la « courbe du chômage » en cette fin d’année 2013 comme il l’avait promis mille fois, mais il a fait plus que cela, il a réussi a infléchir la volonté de 24 chefs d’État européens à accepter malgré leur emploi du temps chargé une conférence-couscous à l’Élysée !

                                                Il parait que des milliards ont été débloqué pour aider les jeunes ... Attention aux fuites !


                                                • BA 15 novembre 2013 17:20
                                                  Andrew Huszar est un membre de Rutgers Business Schools, ancien gérant de Morgan Stanley. Entre 2009 et 2010, il a géré le programme de rachat d’obligations douteuses de 1 250 milliards de dollars de la Réserve Fédérale Américaine. A propos du Quantitative Easing (QE), il écrit que la banque centrale des Etats-Unis achète chaque mois 85 milliards de dollars d’obligations :

                                                  - 45 milliards de dollars d’obligations de l’Etat US

                                                  - 40 milliards de dollars de titres adossés à des crédits hypothécaires immobiliers.


                                                  La Fed possède une machine à faire des bulles. La Fed souffle, souffle, souffle, et elle crée des bulles, notamment des gigantesques bulles obligataires.

                                                  Il y a une gigantesque bulle obligataire aux Etats-Unis. La dette publique des Etats-Unis est de 17 140 milliards de dollars.

                                                  Il y a des gigantesques bulles obligataires en Europe. La dette publique des 28 Etats de l’Union européenne est de 11 280 milliards d’euros, soit 15 166 milliards de dollars.

                                                  Il y a une gigantesque bulle obligataire au Japon. Fin septembre 2013, la dette publique du Japon a atteint 1 011 200 milliards de yens, soit 10 300 milliards de dollars. D’après le FMI, en 2014, la dette publique du Japon sera de 242,3 % du PIB.

                                                  Quand ces gigantesques bulles obligataires éclateront, tous ces pays connaîtront un effondrement économique et financier.

                                                  Ce sera le temps des saignées.

                                                  Le livre de l’année 2013 : « La grande saignée » de François Morin.



                                                  • lloreen 16 novembre 2013 10:26

                                                    Il existe un système dans lequel aucune des dérives liées à l’ argent n’ existe puisque ce venin en a été extirpé : c ’est le contributionisme, qui fonctionne de façon excellente.

                                                    http://www.ubuntuparty.org.za/p/contributionism-part-1-introduction.html?m=1


                                                    • Xenozoid 16 novembre 2013 18:47

                                                      « Les citoyens n’agissent pas ; ils jouent le rôle de soutien du »peuple« dans le grand opéra qui est à l’État ».

                                                      Une fois, nous avons vécu par la simplicité glorieuse du vote. Coulée un bulletin de vote a été le seul devoir patriotique qu’un citoyen pourrait effectuer, une affirmation de tout ce qui a lieu de cher et de vrai. Aujourd’hui, nous vivons dans la nation de l’électeur en voie de disparition. Alimentation a été coupée tellement loin des gens par ceux qui ont l’argent et l’influence que la plupart voit le vote comme une perte de temps. Ajoutez à cela la commande croissante des outils de vote et dépouillement par les sociétés a actions partisanes et vous comprendrez que la voix du peuple n’a jamais été que de la cendre sous le feu.

                                                      Nous devons nous dégager de l’idée que nos institutions, nos traditions, les barrières qui nous protègent contre les pouvoirs absolus et autoritaires, ne peuvent pas être décomposées. Ils sont démantelées une brique à la fois. La séparation des pouvoirs a déjà été anéantie. C’est un fascisme chuchoté, pas encore en marche dans votre rue et qui cogne à votre porte au milieu de la nuit. Mais il est lá, et il jette des racines profondes. Nous devons écouter au-delà du fascisme chuchoté d’aujourd’hui et entrevoir le fascisme triomphant de demain. Nous devons aller au-delà des mensonges


                                                      • Captain Marlo Fifi Brind_acier 17 novembre 2013 08:45

                                                        Xenozoïd,

                                                        Quand les plans de Merkel, si elle y arrive, seront mis en place, on n’aura plus besoin d’électeurs du tout, elle prévoit d’augmenter encore les pouvoirs de la Commission européenne où les membres sont cooptés et jamais élus...

                                                        « Les grands projets d’Angela Merkel »

                                                        Plus besoin de passer à une VIe République, ni de tirage au sort, le contrôle communautaire finira d’achever le peu de pouvoirs qui restent à nos marionnettes....


                                                        • Guyver Guyver 17 novembre 2013 22:13
                                                          Les causes de notre déclin sont simples, mais tellement peu médiatisées :
                                                          - la dette souveraine, qui est une haute trahison mise en place par Giscard d’Estaing, ancien employé de la maison Rothschild. Aujourd’hui, cette dette est permise par l’article 123 du traité de Lisbonne, contre lequel nous avions pourtant voté en référendum.
                                                          - cette trahison est permise par la corruption jamais sanctionnée de nos dirigeants, car ils n’ont aucun contre-pouvoir (rôle normalement dévolu à la Constitution). La solution est simple : réclamer une assemblé constituante tirée au sort (car des élus ne feront jamais des lois qui leur seront défavorables).
                                                          - par ailleurs, notre système dysfonctionne à cause du besoin permanent de croissance (pour honorer les intérêts vus précédemment), et à cause de la chimère du plein emploi. À l’heure du chômage technologique, il faut adapter notre structure sociale. Le revenu de base, actuellement promu par une Initiative Citoyenne Européenne, est une voie d’avenir. À terme, l’argent n’est plus un outil pertinent de gestion de nos ressources et de nos activités.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès