• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > La démocratie « participative » … un piège à « gogos » (...)

La démocratie « participative » … un piège à « gogos » ?

 

 La démocratie « participative » … un piège à « gogos » ?

 

Depuis quelques années un concept se répand : celui de démocratie « participative ». Auquel les juristes (au moins ceux qui jonglent avec des théories, imaginent des concepts en changeant de vocabulaire, ou simplement se mettent au service d’autrui), commencent à conférer une existence (1) .

 

Les citoyens qui souffrent des conséquences de la mise en place (méthodique) par les élites de la nouvelle société obéissant à la loi du marché (Maastricht, Lisbonne et quelques autres traités) et pratiquant de nouvelles conceptions de l’Homme (mode de gestion de ce dernier par l’élite, transformation de ses rapports avec l ‘Etat, rapports des individus entre eux) (2) voient de plus en plus qu’on les prend pour des sots. Surtout que les techniques de manipulation sont utilisées par les gouvernants en place de manière si visible, (v. pendant la « crise » du covid), que les citoyens - même non lecteurs d’E. Bernays ou de quelques autres spécialistes de ces techniques-, s’en rendent compte.

 

Par ailleurs, les gens ont fini par constater (avec une résignation au moins provisoire) que les élus, une fois qu’ils ont le poste, font tout autre chose que de se comporter en mandataires des citoyens (3). Et que la démocratie « représentative » connaît de ce fait une pratique qui tient de la farce. 

 

L’idée de « créer » ce qui serait une troisième forme de démocratie, la démocratie dite « participative », et d’y faire croire, est donc astucieuse.

Parce qu’elle procure à des individus savamment recrutés, et censés être représentatifs de ce que pensent ou penseraient les citoyens dans leur ensemble, des espaces de défoulement : « grand débat », « assises de … », « Etats généraux de … », « carrefour de … », « conférence sur … », « CNR » (sic) (4), « convention citoyenne », etc …

Espaces qui sont moins dangereux pour les tenants du régime en voie d’installation, que la descente dans la rue ou l’occupation des ronds points. Et dans lesquels les gens conviés, calmes, polis et ayant accepté le rôle, sont fiers d’avoir été choisis. Et sont contents de s’exprimer (surtout si le président de la République est présent à ce moment là et peut s’y faire applaudir en déclarant à ces fins ce que l’auditoire attendait d’entendre). Participants qui sont ravis de croire que leur bonne volonté et leurs propositions orales ou écrites serviront à quelque chose.

 

Bien évidemment, les questions mises à l’ordre du jour de ces rassemblements portent sur des questions secondaires. Et jamais sur la remise en cause des règles sociétales de Maastricht ou de Lisbonne - et issues également d’autres traités -, pas plus que sur les décisions prises, comme par exemple celles portant sur la transformation en cours des services publics. Et, d’autre part, les organisateurs se réservent évidemment la liberté de traduire ou non en décisions (décrets ou lois) ce qui a été évoqué dans ces espaces.

 

Il ne s’agit donc pas de démocratie (qui suppose des décisions voulues et décidées par et pour le peuple), mais de la banale mise en œuvre d’une technique de manipulation … A ajouter aux autres (5).

 

Le président de la République, qui organise à la chaîne ce genre réunions (il a d’ailleurs déclaré qu’il s’y lançait « à gogo »), a manifestement vu le profit qu’il pourrait tirer de l’exploitation du concept.

 

Peu nombreuses à ce jour sont les personnes conviées à ces opérations qui se sont rendu compte du rôle qu’on voulait leur faire jouer, et qui ont décliné l’invitation à y participer.

 

L’avenir dira si l’astuce « marchera » ou si elle contribuera au contraire à inciter un peu plus de citoyens à la réflexion.

 

 

Marcel-M. MONIN

m. de conf. hon. des universités.

 

 

(1) Comme ils l’ont fait avec le « droit d’ingérence », trouvaille des supporters et des agents des USA. USA qui avaient besoin, pour leurs affaires et leurs manoeuvres, de ne pas respecter les principes du droit international ( - principe du respect de la souveraineté des Etats et - principe de la non ingérence dans leurs affaires intérieures).

(2) Si l’on relie diverses réformes entre elles, on s’aperçoit que les élites installent, entre autres, une conception très nouvelle de l’Homme, de sa « gestion » … rationalisée ( « passe sanitaire », dossier médical sur internet, etc… ) , et même de sa vie : un enfant né garçon peut réclamer être fille (et vice-versa), des personnes de même sexe peuvent juridiquement engendrer, une femme a le droit de décider d’avorter d’un enfant viable ; on pourra bientôt liquider un être humain à la seule condition que celui-ci le demande, ou, demain, … ne s’y oppose pas. Ce qui, dans la gestion de la vie et de la mort, , s’ajoute (dans la même logique) aux refus des services d’urgence de transporter ou d’accueillir des personnes, au motif que ces dernières ont dépassé un certain âge.

(3) Ce qui est le cas -caricatural- depuis 1992, puisque les élus (président de la République, parlementaires) ont l’obligation de mettre en œuvre des règles qui mettent nécessairement en place une société d’un genre nouveau puisque cette dernière doit être régie par la loi des marchés. Faux « représentants » qui sont en droit et en fait (sans quoi ils ne seraient pas soutenus dans leurs campagnes électorales) les mandataires de ceux pour lesquels ces règles ont été rédigées.

(4) Le controversé président de la République actuellement en place a d’ailleurs déclaré qu’il s’y lançait « à gogo » (d’où le titre). Selon l’opinion de certains, il ne fallait pas « manquer d’air » pour utiliser pour une de ces opérations, le même sigle que celui du CNR de la « Résistance ».

En revanche, le terme de « refondation » nous paraît fort bien choisi. Puisqu’il ne s’agit pas de revenir au passé : le terme « refondation » serait le cas échéant inapproprié et la dénonciation par les dirigeants des « nostalgiques du passé » (ceux qui voudraient revenir à l’état de la société d’avant Maastricht), n’aurait pas de sens. Il s’agit nécessairement d’asseoir la société actuelle sur des fondations (autres) et à … préparer à travers ce genre de débats (ou ce tour de passe-passe) , la population à cette substitution.

(5) Ce qu’il convient de distinguer des initiatives prises par certains maires qui ont la volonté, ainsi que leur conseil municipal, de décider « juste » en consultant les administrés concernés par une question. Voire en déléguant à ces derniers des sommes à gérer.


Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

63 réactions à cet article    


  • Clark Kent Clark Kent 15 septembre 11:51

    La démocratie « représentative » ne serait elle pas également un piège ?

    A gogos ou à autre chose ?


    • Aristide Aristide 15 septembre 11:54

      @Clark Kent

      Ahhh, ouai, ces gogos qui ne sont pas vos semblables ?


    • Clark Kent Clark Kent 15 septembre 13:27

      @Aristide

      Jaloux !


    • Clocel Clocel 15 septembre 15:06

      @Aristide

      On est con mais pas au point de voter.


    • Fergus Fergus 16 septembre 12:41

      Bonjour à tous !

      Au risque de me répéter, je le redis ici : ce n’est pas la « démocratie participative » qui pose problème  c’est le moins mauvais des systèmes  mais l’absence de véritables contre-pouvoirs dans certains pays, y compris le nôtre.


    • Fergus Fergus 16 septembre 12:43

      @ Marcel MONNIN

      « les gens ont fini par constater (avec une résignation au moins provisoire) que les élus, une fois qu’ils ont le poste, font tout autre chose que de se comporter en mandataires des citoyens »

      De quels élus parlez-vous ? Plus on s’éloigne de la présidence et plus on s’approche de la commune, plus les engagements sont respectés !


    • Fergus Fergus 16 septembre 12:46

      Oups... erratum :

      Remplacer ci-dessus « démocratie participative » par « démocratie représentative » !


    • troletbuse troletbuse 15 septembre 13:13

      Bonne description de notre inculte le Poudré par Philippe de Villiers

      https://crowdbunker.com/v/5Z339bYdEX


      • Étirév 15 septembre 13:13

        La Démocratie, qu’elle soit participative ou pas, est un leurre.

        Ainsi nous assistons, périodiquement, à l’« humaine comédie » des élections où le citoyen « souverain », « libre » et « indépendant », vote et s’agite pour la gauche, la droite ou le centre, alors qu’en réalité il baigne à son insu dans les idées massifiantes de cosmopolitisme et dans l’indifférence pour toutes les valeurs, poison qu’il absorbe en doses toujours plus grandes jusqu’à l’engourdissement de son esprit, pauvre pantin qui se déplace dans le cercle tracé préalablement par des meneurs occultes, avec tout ce que cela comporte, et dont témoigne tragiquement la quotidienneté européenne et même mondiale.

        NB : La démocratie avilit en abaissant les bons, c’est une tyrannie qui s’exerce par un mouvement de traction morale, de bas en haut ; elle fait descendre, elle empêche les meilleurs de s’élever, elle abat les têtes qui dépassent le niveau des médiocres, empêchant ainsi l’éclosion des types supérieurs, elle supprime le respect et rend les petits insolents. C’est pourquoi la démocratie est intimement liée à la conception « égalitaire » si chère à notre monde actuel, c’est-à-dire à la négation de toute hiérarchie : le fond même de l’idée démocratique c’est qu’un individu quelconque en vaut un autre, parce qu’ils sont égaux numériquement, et bien qu’ils ne puissent jamais l’être que numériquement. Ce n’est donc pas pour rien que « démocratie » s’oppose à « aristocratie », ce dernier mot désignant précisément, du moins lorsqu’il est pris dans son sens étymologique, le pouvoir de l’élite. Une élite véritable ne peut être qu’intellectuelle ; c’est pourquoi la démocratie ne peut s’instaurer que là où la pure intellectualité n’existe plus, ce qui est effectivement le cas du monde actuel.

        Toute élévation du type humain demande un régime aristocratique.

        Blog


        • Lucadeparis Lucadeparis 18 septembre 12:31

          @Étirév
          Et comment décide-t-on des meilleurs intellectuellement ? On met au pouvoir les QI les plus élevés ? Ceux qui ont le plus de diplômes ? Ces meilleurs peuvent être des sadiques, des psychopathes, et chacun a tendance à abuser de son pouvoir, comme l’écrivait Montesquieu.
          Pourquoi se soumettre, s’assujettir à ces supérieurs intellectuellement ? Pourquoi ne pas laisser chacun participer également aux décisions qui vont avoir des effets sur leur vie ?


        • Jean-Luc Picard-Bachelerie 21 septembre 13:23

          @Étirév
          Aujourd’hui, nous ne sommes pas en démocratie la démocratie représentative n’étant qu’une forme hybride d’une aristocratie. Une aristocratie doublée d’une oligarchie qui fait que nos élites sont décidées par l’argent. On voit le résultat : disparition du vivant et réchauffement climatique. Car nos élites à l’esprit élevé ont décidé un jour que le capitalisme était la meilleure solution et que lorsque ce système fait la preuve qu’il n’est pas pérenne, ces élites ont la bonne idée de le faire perdurer à travers le néolibéralisme qui revient à passer la 6e vitesse pour aller toujours plus vite dans le mur. Comme le demande un autre de vos interlocuteurs : comment choisit-on ces élites ? 
          D’autre part, il ne vous a pas échappé que nos élites actuelles nous demandent constamment de nous adapter à leur monde disruptif alors même qu’il nous envoie dans le mur, d’où quelques réticences à nous adapter d’autant qu’il génère beaucoup de mal être. Cela veut dire que nos élites sont soit des abruties, soit des gens qui se contentent de tirer leurs marrons du feu et pour les autres, démerdez vous, on en a rien à foutre.
          Vous ne comprenez pas que :
           Les décisions des élites ne sont pas en adéquation avec la réalité parce qu’elles sont dans un autre monde. 
           Ceux qui décident, le font à leur mesure dans un monde qui colle à leur réalité. Quand ce sont les élites qui décident, elles mettent en place un monde pour les élites et pas pour les autres. Quand c’est le peuple qui décide, il conçoit un monde adapté à tous. 
           Lorsqu’on est plusieurs à réfléchir, c’est l’intelligence collective qui se met en action et que celle-ci tire chacun vers le haut. Il ne s’agit pas d’instinct grégaire, celui-ci étant le fait de gens qui ne réfléchissent pas. Il y a bien une élévation d’ensemble pour un monde en parfaite adéquation avec le vécu des gens et le respect de l’environnement.
           La démocratie réelle développe l’intelligence collective et des liens sociaux forts. Rien de tel pour développer un monde harmonieux. 


        • ZenZoe ZenZoe 15 septembre 14:26

          Cohn-Bendit, qui ne vit même pas en France, tiré au sort parmi 50 miliions d’électeurs pour participer à la consultation citoyenne sur l’écologie !!!

          Ah ah ah, c’est du foutage de gueule pour parler poliment.


          • Clark Kent Clark Kent 15 septembre 14:30

            @ZenZoe

            clairement



          • Lynwec 15 septembre 16:26

            @ZenZoe

            Plus c’est gros, plus ça passe...^^


          • eddofr eddofr 15 septembre 15:43

            Le démocratie participative ... Ne serait-ce pas une oxymore ?

            Quelque part, le « participant » n’est pas décideur.

            Quelque part, le « participant » se plie aux règles de l’organisateur.

            Quelque part, le « participant » est entendu, mais pas forcément écouté.

            Non, franchement, je préfère la démocratie directe.

            Techniquement on sait faire.

            Et si vous craignez que le « peuple » ne prenne de mauvaises décisions (par émotion, pas vue à court terme, par « réaction »), dites vous que :

            1. Le peuple à toujours raison même quand il à tort.
            2. Le peuple à le droit de se tromper et de changer d’avis quand il s’en rend compte.
            3. Au moins, s’il se trompe, il ne pourra s’en prendre qu’à lui-même.

            • sirocco sirocco 15 septembre 19:07

              @eddofr
              « ...franchement, je préfère la démocratie directe. »

              Vous êtes donc partisan du RIC qui est, comme vous ne l’ignorez pas, la meilleure forme d’expression de la démocratie directe dans notre société et une revendication fondamentale des Gilets jaunes.

              Alors on vous verra à la manif des Gilets jaunes ce samedi 17 à 14:00 Place du Palais Royal à Paris !


            • Fergus Fergus 16 septembre 12:49

              Bonjour, sirocco

              J’ai personnellement toujours été favorable au RIC, mais certainement pas sur tous les sujets !
              Certains sont beaucoup trop complexes pour donner lieu à référendum. Idem pour les questions qui touchent à la sécurité de la Nation et aux affaires étrangères.


            • waymel bernard waymel bernard 17 septembre 16:09

              @Fergus Et la question de l’invasion migratoire, peut-elle être soumise à référendum ?


            • Eric F Eric F 17 septembre 19:29

              @Fergus
              Vous excluez du RIC les questions relatives aux affaires étrangères, mais le referendum de 2005 sur la constitution européenne était de cette catégorie. L’appartenance à l’OTAN pourrait de la même manière être concernée par une votation populaire.
              En outre, les décisions prises en notre nom et qui impactent très fortement notre vie quotidienne, telles que les sanctions économiques et rétorsions qu’elles entrainent devraient justement être validées par les citoyens. On peut du reste noter que ces points n’introduisent pas des dépenses supplémentaires pour le budget (et dans l’exemple cité, c’est même le contraire), ce qui facilite la mise en application du résultat du vote.


            • chantecler chantecler 18 septembre 07:30

              @Fergus
              Faut confier ces sujets la à des assemblées de Fergus ...
              Franchement imaginer que la majorité des politiques sont compétents (et non corrompus ... !)


            • Legestr glaz Legestr glaz 18 septembre 08:30

              @chantecler

              Hors sujet, mais simplement pour vous informer. Théorie quand tu nous tient !

              ... « Les radicaux libres et les oxydants jouent un double rôle en tant que composés à la fois toxiques et bénéfiques, car ils peuvent être nocifs ou utiles pour le corps. Ils sont produits soit à partir de métabolismes cellulaires normaux in situ, soit à partir de sources externes (pollution, fumée de cigarette, radiations, médicaments). Lorsqu’une surcharge de radicaux libres ne peut être détruite progressivement, leur accumulation dans l’organisme génère un phénomène appelé stress oxydatif. Ce processus joue un rôle majeur dans le développement de maladies chroniques et dégénératives telles que le cancer, les maladies auto-immunes, le vieillissement, la cataracte, la polyarthrite rhumatoïde, les maladies cardiovasculaires et neurodégénératives. Le corps humain dispose de plusieurs mécanismes pour lutter contre le stress oxydatif en produisant des antioxydants, qui sont soit produits naturellement in situ, soit fournis de manière externe par des aliments et/ou des suppléments. »...
              ... «  L’implication du stress oxydatif dans l’étiologie de plusieurs maladies chroniques et dégénératives suggère que la thérapie antioxydante représente une voie de traitement prometteuse. À l’avenir, une stratégie thérapeutique visant à augmenter la capacité antioxydante des cellules pourrait être utilisée pour renforcer le traitement efficace à long terme. Cependant, de nombreuses questions sur les suppléments antioxydants dans la prévention des maladies restent sans réponse. Des recherches supplémentaires sont nécessaires avant que cette supplémentation puisse être officiellement recommandée comme traitement adjuvant. En attendant, il est rappelé qu’éviter les sources d’oxydants (cigarette, alcool, mauvaise alimentation, stress, etc.) doit être considéré comme aussi important qu’une alimentation riche en antioxydants. En effet, notre santé dépend aussi de notre choix de vie. »...

              ... « Il est maintenant généralement admis que le vieillissement est lié à la désorganisation cellulaire par le stress oxydatif causé par les radicaux libres et autres espèces réactives de l’oxygène (ROS), conformément aux théories publiées indépendamment par Harman et Gerschman, ainsi que le rôle clé du génome des mitochondries des cellules différenciées comme cible principale des ROS, selon la théorie du stress oxydatif/lésion mitochondriale proposée par l’auteur de cette revue. »…
              https://www.elsevier.es/es-revista-revista-espanola-geriatria-gerontologia-124-articulo-integracion-teorias-del-envejecimiento-parte-13084824


            • Lucadeparis Lucadeparis 18 septembre 12:32

              @Fergus
              Il valait mieux les guerres en Irak en 1991 et 2003, décidées par des élites à partir de mensonges ?


            • Eric F Eric F 18 septembre 17:51

              @Legestr glaz
              ’’le vieillissement est lié à la désorganisation cellulaire par le stress oxydatif...’’
              Au fur et à mesure du renouvellement cellulaire (*), des anomalies dans les gènes se produisent de manières cumulatives, d’où la dégradation physique et physiologique, plus ou moins rapide et accentuée, mais inéluctable. Je suppose que le stress oxydatif que vous évoquez est un facteur d’accentuation de ces anomalies de renouvellement cellulaire ?

              (*) nous avons environ 30 000 milliards de cellules, en dix ans il y a un renouvellement (plus ou moins rapide selon l’organe) d’un nombre équivalent de cellules.


            • eddofr eddofr 19 septembre 11:32

              @sirocco

              Je ne manifeste pas.

              Je ne me mets jamais en colère.

              Je ne « gueule » jamais.

              Je n’avertis jamais.

              Tant qu’on n’outrepasse pas ma « ligne rouge », je supporte en silence.

              Et quand vous passez ma ligne rouge, « tant pis pour vous ».


            • Lynwec 15 septembre 16:25

              La démocratie, on ne sait pas faire, au contraire !

              La démocratie participative ...

              Problème, la démocratie n’ayant jamais été mise en œuvre, ne reste que la participation .

              Participez, braves gens, on fera ensuite comme on veut, mais si ça vous rassure un peu...


              • Clark Kent Clark Kent 15 septembre 17:18

                Au fil du temps, un mot ou une expression peut prendre un sens différent de celui d’origine, ce qui donne forcément lieu à des quiproquos ou des incompréhensions entre locuteurs. C’est le cas pour le mot « démocratie » et ses dérivés « démocratique » et « démocratisation ».


                Par exemple, il n’est pas rare de lire que le golf ou le ski ont été « démocratisés », ce qui veut dire que leur pratique est devenue accessible aux personnes ayant des revenus plus modestes que les pratiquants d’origine, et non pas que tous les membres du club peuvent se présenter à la présidence et voter pour un candidat, ni que les clients peuvent contrôler les comptes.


                Démocratisé" peut aussi être entendu comme « social », mot dont le sens a évolué lui aussi pour signifier "bénéficiant d’une aide, d’une subvention« , et non plus »constituant d’une société" : ce mot a d’ailleurs lui aussi des sens différents dans des expressions comme « à caractère social » ou même "le social« (assistanat), »statut social« (classe), »homme social" (panel sociologique).


                « Démocratique » est devenu synonyme de « populaire » et « démocratie » équivaut à « pays dont le gouvernement est élu » (même s’il s’agit de monarchies comme le RU ou de pays pratiquant l’apartheid et autres joyeusetés).


                Alors, si chacun met dans un mot quelque chose de différent, comment se comprendre ?

                A moins que ce soit sur un malentendu universel que tout le monde finisse par s’accorder ?


              • pollux yvon-bruno 15 septembre 19:14

                « Le gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple » ( art 2 de la constitution de 58) : démocratie participative , au mieux une redondance et plus probablement une contradiction dans les termes....

                 On a vu ce que valait ce principe suite au rejet référendaire de 2005.


                • sirocco sirocco 15 septembre 20:17

                  @yvon-bruno
                  « On a vu ce que valait ce principe suite au rejet référendaire de 2005. »

                  C’est vrai. Franchement rejetée par le peuple en 2005, la Constitution européenne a été adoptée par les parlementaires français quelque temps plus tard...

                  Curieusement, très peu de monde en a tiré la conclusion définitive qui s’imposait : les députés et les sénateurs ne représentent pas le peuple ni leurs électeurs. La « démocratie représentative » française n’est qu’une farce et une escroquerie.

                  Et si cette truanderie avait déjà cours en 2005, on imagine la situation de nos jours quand les politiques ne s’intéressent plus qu’à leur enrichissement personnel dans un système où la corruption emporte tout.


                • germon germon 17 septembre 07:31

                  @sirocco

                  CONCLUSION ?

                  Paris ? Capitale mondiale des homos

                  La France ?

                  gouvernée par des homos

                  dirigée par des homos

                  exploitée par des entreprises privées au mains des homos

                  enrichie par des travailleurs réduit en esclavage sexuel par les homos.


                • germon germon 17 septembre 08:05

                  @germon

                  Ouf ! remplacer homos par « homosapiens ». Genre humain inconnu dans l’antiquité mais nouvelle humanité formatée par big brother.


                • Hervé Hum Hervé Hum 15 septembre 21:08

                  Vous écrivez en marge


                  Comme ils l’ont fait avec le « droit d’ingérence », trouvaille des supporters et des agents des USA. USA qui avaient besoin, pour leurs affaires et leurs manoeuvres, de ne pas respecter les principes du droit international ( - principe du respect de la souveraineté des Etats et
                  -  principe de la non ingérence dans leurs affaires intérieures).


                  Il convient de faire attention de ne pas tomber sur une forme d’inversion manipulatoire consistant à confondre l’utilisation frauduleuse d’un concept éthique avec le concept lui même et ainsi de « jeter le bébé avec l’eau du bain ».

                  En effet, le droit international stipule deux choses à priori contradictoires, la souveraineté des Etats et les libertés individuelles définies dans la déclaration universelle des droits de l’homme.

                  Ici, vous ne prenez que le respect de la souveraineté des Etats, sauf que se pose la question des libertés individuelles à l’intérieur des Etats face à ceux qui ont le contrôle de l’appareil d’Etat et en use pour violer voir interdire toute les libertés individuelles, donc, où la non ingérence liée au respect de la souveraineté des Etats interdit toute action pour rétablir ou établir les libertés individuelles pour tous les pays faisant partie de l’ONU.

                  La réponse étant que dans ce cas, pratiquement aucun pays ne ferait partie d’une telle organisation internationale.

                  En réalité, cela montre une chose, c’est qu’aucun pays quel qu’il soit ne peut user légitimement du principe du droit d’ingérence, car ce droit portant sur les relations internationales, ne peut être légitime que par une communauté internationale donnant à l’ONU la détention de la force supérieure pour s’imposer à tous ses.membres sans exception aucune, donc, y compris les USA qui sont alors comme peut l’être un Etat à l’intérieur des USA face au pouvoir fédéral.

                  Ceci étant dit, la démocratie n’admet pas la tutelle ou régence du représentant sur le souverain sans que cela signifie pour ce dernier la privation de fait de sa souveraineté et la tutelle est de fait une dictature où le souverain est déclaré soit sénile, soit immature. En démocratie, le représentant agit pour un mandat impératif et n’a rien à promettre, seulement soumettre une action dont il ne peut pas se défaire ni détourner sans en référer et demander l’autorisation au peuple souverain.

                  Toutefois, un peuple peut faire le choix de la dictature de manière démocratique, sous l’expresse condition qu’il soit parfaitement informé et non pas ignorant se croyant informé, mais totalement manipulé par ceux qui détiennent les moyens d’informations. Tant au niveau de l’Etat que du privé.




                  • Hervé Hum Hervé Hum 16 septembre 09:03

                    Vous écrivez en marge


                    Si l’on relie diverses réformes entre elles, on s’aperçoit que les élites installent, entre autres, une conception très nouvelle de l’Homme, de sa « gestion » … rationalisée ( « passe sanitaire », dossier médical sur internet, etc… ) , et même de sa vie : un enfant né garçon peut réclamer être fille (et vice-versa), des personnes de même sexe peuvent juridiquement engendrer, une femme a le droit de décider d’avorter d’un enfant viable ; on pourra bientôt liquider un être humain à la seule condition que celui-ci le demande, ou, demain, … ne s’y oppose pas. Ce qui, dans la gestion de la vie et de la mort, , s’ajoute (dans la même logique) aux refus des services d’urgence de transporter ou d’accueillir des personnes, au motif que ces dernières ont dépassé un certain âge.


                    Ici, vous exprimez une opinion sous forme de procès d’intention. Ce n’est pas impossible, mais là encore, il faut faire attention de ne pas soi même dériver vers une forme de lois liberticides de sens contraire.


                    En effet, le principe de liberté individuelle consiste à considérer que chacun est le souverain absolue de son propre corps et le propriétaire de son temps de vie. Que l’on définit par l’expression « la liberté de chacun s’arrête là où commence celle d’autrui » ou plus précisément, « la liberté de chacun s’arrête là où se pose celle d’autrui ». Autrement dit, tant que la question ne se pose pas où est négative, alors, la liberté de chacun doit être pleine et entière, quelle que soit son choix.


                    De fait, un enfant né garçon peut réclamer non pas être fille, mais mettre son corps en accord avec son être. De même, une personne peut demander à mettre fin à sa vie lorsque celle ci a perdu tout sens, mais en aucun cas cela vaut pour dire qu’on puisse décider pour lui comme vous le laissez supposer en disant "ne s’y oppose pas’. Idem pour le ffait d’avoir dépassé un certain âge, cela vaut uniquement pour les personnes étant grabataire, mais cela ne vaut pas du tout pour une personne même centenaire qui reste parfaitement consciente et ayant toujours goût à la vie. Le seul cas qui reste litigieux est celui de l’avortement. Selon le principe de la souveraineté de l’être sur lui même, la limite se situe au moment où l’enfant in utéro acquiert l’état de conscience d’être. A ce moment là, il n’appartient plus totalement à la mère, avant cela, si.


                    Entre parenthèse, la contrainte vaxxinale du covid est totalement liberticide, car le non vaxxiné ne viole pas ni de près ni de loin la liberté d’autrui.


                    • zygzornifle zygzornifle 16 septembre 10:00

                      La démocratie est une vue de l’esprit, la réalité c’est autre chose ....


                      • zygzornifle zygzornifle 16 septembre 15:39

                        La dictature bien souvent se pare des attributs de la démocratie pour tromper son monde ..... 


                        • zygzornifle zygzornifle 16 septembre 15:40
                          La dictature parfaite serait une dictature qui aurait les apparences de la démocratie, une prison sans murs dont les prisonniers ne songeraient pas à s’évader, un système d’esclavage ou, grâce à la consommation et au divertissement, les esclaves auraient l’amour de leur servitude.
                          Aldous Huxley

                          • Fergus Fergus 16 septembre 16:19

                            Bonjour, zygzornifle

                            Vous aurez remarqué qu’Huxley s’exprimait au conditionnel. Pour une bonne raison : cette société n’existait pas à son époque. Et elle n’existe toujours pas, même si quelques nations sont tentées par ce modèle.

                            Ajoutez à cela que ce qui compte pour chacun d’entre nous, ce n’est pas la réalité que nous vivons, mais la représentation que nous en avons !


                          • LeMerou 17 septembre 07:37

                            @zygzornifle
                            N’est ce pas le cas actuellement ?


                          • Eric F Eric F 17 septembre 14:33

                            @zygzornifle
                            La démocratie parfaite est illusoire parce qu’il est impossible d’avoir un consensus à plusieurs millions de citoyens (voyez déjà dans un couple : un sur deux divorce faute d’entente). 
                            Dans la vraie vie, il nous faut trouver le moins mauvais système, en cherchant à s’approcher du meilleur possible. Il y a au moins un critère, c’est la pluralité du choix politique. Les média et commentateurs ’’alignés’’ pleurnichent du fait de l’existence en France d’une gauche radicale et d’une droite radicale ; mais au contraire, c’est le signe du pluralisme. L’Unanimisme, c’est la dictature camouflée.

                            Ceci étant, la ’’marge de manoeuvre’’ d’un état dans le monde actuel est de plus en plus faible, et si on sort de l’UE, on reste dans le capitalisme financier mondialisé. Même ce que pouvait faire Mitterrand en 1981 n’est plus accessible (notamment la plupart des banques et entreprises ne sont plus françaises mais multinationales, et toutes sont soumises au vent de la concurrence planétaire, sinon on ne peut ni vendre ni acheter).


                          • lecoindubonsens lecoindubonsens 17 septembre 07:16

                            Il me semble évident que

                            1. le système actuel de démocratie représentative ne convient pas car

                              . élus pour quelques années sur un programme souvent conçu juste pour recueillir des voix au moment de l’élection
                              . aucune action possible si programme non respecté
                              . les élus se prennent plus pour des chefs que pour des gestionnaires nous représentant
                              . vote pour des hommes ou des partis plus que sur des orientations sur les vrais sujets de notre vie

                            2. le RIC ou similaire présente des dangers car attention aux mouvements d’humeur qui ponctuellement peuvent faire passer n’importe quel texte
                            3. les commissions genre « actions pour le climat » sont des caricatures car facile de manipuler quelques personnes tirées au sort, faisant ensuite croire que leurs propositions sont représentatives de l’ensemble des français

                            Alors que faire ?

                            Cf. ce que j’ai déjà formalisé en 2016.http://lecoindubonsens.unblog.fr/

                            et rappelé ici sur l’eemple des présidentielles https://www.agoravox.fr/actualites/citoyennete/article/une-democratie-permanente-prenons-237839

                            Le principe =

                            • système informatisé sécurisé permettant à TOUS les citoyens de s’exprimer en permanence sur TOUS les sujets. Chacun participant selon son choix a ce qui l’intéresse, et selon ses priorités/informations du moment. Avec possibilité de changer d’avis à tout moment
                            • suivi de tous ces avis et aussi de leurs évolutions pour mettre en évidence les tendances ...
                            • les « décideurs aux manettes » sont tous élus et révocables. Et pas seulement dans les mairies ou niveau départemental/national/+, mais aussi dans les grandes entreprises car, soyons lucides, ces grandes entreprises ont maintenant plus d’impact sur nos vies que les simples « politiques »
                            • le rôle de ces décideurs est de s’inspirer des avis et tendances exprimés par les citoyens, sinon exit et remplacement par d’autres.
                              Bien sûr, tout cela pas avec une gestion « à la petite semaine » sous le coup d’une émotion ponctuelle, mais dans la durée, avec des délais se chiffrant en mois. Suffisant pour éviter la gestion par l’émotion, mais suffisamment court pour permettre de corriger le tir en quelques mois en laissant à chacun le temps de s’informer et de prendre parti.

                            • Lynwec 17 septembre 08:41

                              @lecoindubonsens

                              Dès le moment où vous employez le mot « élus », vous favorisez les procédés de sélection qui permettront à nouveau que le système fonctionne non pas pour l’ensemble de la population, mais pour sa fraction la plus influente .

                              C’est une faille qui sera toujours exploitable, quels que soient les garde-fous que vous mettrez en place . Qui dit « élus » dit « éligibles », « campagnes », pognon par conséquence...Révocables n’y changera rien, puisque les remplaçants viendront du même système instable .

                              Seul le tirage au sort intégral garantira l’absence de triche, dans la mesure où toutes les garanties de surveillance du procédé seront prises .


                            • Lynwec 17 septembre 08:43

                              @Lynwec
                              @lecoindubonsens

                              Mon commentaire se référait bien sur à « élus » dans votre phrase :
                              les « décideurs aux manettes » sont tous élus et révocables

                              .


                            • lecoindubonsens lecoindubonsens 18 septembre 07:11

                              @Lynwec
                              Vous ne connaissez sans doute pas mes propositions : ce n’est pas un reproche smiley

                              mais je ne peux être d’accord avec vous.

                              Soyons logiques : l’ensemble des citoyens ne peut être aux manettes en permanence pour prendre toutes les décisions du quotidien dans tous les domaines, il faut donc « des gestionnaires du quotidien » qui devraient gérer selon les souhaits et grandes orientations des citoyens

                              Il faut donc 2 choses

                              1. un système pour désigner ces gestionnaires du quotidien
                              2. un système pour que les citoyens puissent s’exprimer sur les choix de société et les grandes orientations

                              mes propositions répondent à ces 2 besoins.

                              Concernant le choix des gestionnaires, vous préconisez le tirage au sort intégral. Cela me semble totalement utopiste et dangereux. Ce tirage au sort peut désigner des personnes non intéressées par la fonction, incompétentes, etc

                              Il me semble plus raisonnable qu’elles soient choisies (élues) non par la fraction la plus influente, mais par la fraction la plus nombreuse (c’est le principe même de la démocratie). Et si vous connaissiez mes propositions, vous verriez qu’avec le numérique et l’expression permanente ainsi possible, plus de campagne électorale avec les pbs que vous évoquez (pognon, triche, ...)


                            • Lynwec 18 septembre 07:53

                              @lecoindubonsens

                              "Concernant le choix des gestionnaires, vous préconisez le tirage au sort intégral. Cela me semble totalement utopiste et dangereux. Ce tirage au sort peut désigner des personnes non intéressées par la fonction, incompétentes, etc"

                              Reprenons point par point :
                              -d’abord, je ne parle pas de tirage au sort intégral, il est acceptable de ne pas intégrer dans les candidats au tirage les repris de justice, les personnes non intéressées, les personnes déjà précédemment tirées au sort par exemple (liste d’exemptions non exclusive, tout peut être discuté quand on a la volonté de le
                              faire .

                              -ensuite, parlons d’élus et d’incompétence . Je ne prendrai qu’un seul contre-exemple : un certain ex-ministre de l’Agriculture devenu ministre de l’Économie, assurant fermement sa certitude de détruire l’économie de la Russie en quelques mois... On a vu... 
                              Allez-vous persister à me dire que l’élection garantit la compétence ? Par ailleurs, je n’ai jamais dit que les tirés au sort prendraient leurs décisions sans l’aide de personne . Il existe bien actuellement des cabinets ministériels avec des gens qui préparent les dossiers, non ?

                              -avec le numérique (qui peut être une aide, mais surement pas une garantie), vous avez par exemple des tricheries électorales comme Biden, Macron etc... donc, argument très douteux .

                              -enfin, je n’ai jamais pensé que l’ensemble des citoyens puissent être consultés en permanence, d’une parce qu’ils manquent de temps et d’information impartiale, de deux parce que le numérique est source de tricheries potentielles, et pour d’autres raisons invocables que je ne détaillerai pas ici . A défaut d’une organisation infaillible, ce n’est pas réalisable, possible, mais difficile à appliquer correctement .


                            • lecoindubonsens lecoindubonsens 20 septembre 10:11

                              @Lynwec
                              Bonjour. Vous aviez écrit « Seul le tirage au sort intégral garantira l’absence de triche » donc vos précisions nuancent utilement cette affirmation smiley
                              Concernant le numérique, certes aucun système n’est sans doute infaillible, mais pas de réelle raison de le craindre plus que le bourrage des urnes papier ou « faire voter les morts en Corse et ailleurs ». Et quelle facilité pratique pour s’exprimer sur tout quand on veut, ce que nous apprécions apparemment en participant à ce forum !
                              Bien sur que le fait d’être élu ne garantit pas la compétence ! C’est pourquoi je propose des élus révocables à tout moment. Si la majorité de citoyens réalise qu’elle s’est trompée, exit l’élu et remplacement par un autre.
                              Enfin vous écrivez « je n’ai jamais pensé que l’ensemble des citoyens puissent être consultés en permanence », eh bien moi SI ! Ou plus exactement que les citoyens puissent s’exprimer en permanence sur tout quand ils le souhaitent et le jugent utile. Pas de contrainte de s’exprimer lors d’une campagne (qui n’a plus lieu d’être) mais possibilité de s’exprimer quand le sujet le mérite à nos yeux, chacun selon ses choix persos.
                              Les gestionnaires élus devant suivre les grandes orientations ainsi définies dans leurs décisions du quotidien. Et si ce n’est pas le cas, cela choquera la majorité qui fera « exit et remplacement ». Bref une conception plus souple, dynamique, et participative de la démocratie. Désormais possible avec les techniques modernes dont il ne faut pas avoir peur.


                            • Lynwec 20 septembre 10:29

                              @lecoindubonsens

                              "Concernant le numérique, certes aucun système n’est sans doute infaillible, mais pas de réelle raison de le craindre plus que le bourrage des urnes papier ou « faire voter les morts en Corse et ailleurs ».« 

                              Oui, mais... la présence humaine lors des dépouillements manuels permet de limiter voir d’empêcher la triche, alors que la vérification du traitement informatique des données est réservée à un petit nombre de spécialistes et peut être dissimulée plus facilement . Et de toute façon, l’élection étant anti-démocratique, ce débat n’a pas lieu d’être .

                               »Enfin vous écrivez « je n’ai jamais pensé que l’ensemble des citoyens puissent être consultés en permanence », eh bien moi SI !« 

                              Ce serait en effet l’idéal, mais n’est réalisable qu’à travers l’informatisation justement et on en revient au problème de fiabilité précédent . Sans contrôles draconiens et sanctions définitives, extrêmes et dissuasives (exécution du tricheur, des complices et de leurs lignées génétiques ), on n’aura jamais de garanties .

                              Le système électif ne serait à la limite tolérable qu’avec mandats impératifs sans exception, mais bien évidemment, les bénéficiaires n’en veulent pas .
                              Le coup du » Mon ennemi c’est la finance " aurait beaucoup moins bien marché ...


                            • lecoindubonsens lecoindubonsens 21 septembre 13:17

                              @Lynwec
                              Dommage que vous (et malheureusement beaucoup d’autres) fassiez un tel blocage sur l’informatisation. Comme déjà écrit, rien n’est parfait et infaillible, mais la sécurité est déjà grande dans de nombreux domaines, notamment la finance ou le risque / la tentation de triche est également énorme. Je reste persuadé que les avantages sont très largement supérieurs aux inconvénients, et donc que cela vaut le coup d’être tenté ... même si effectivement il faudra de temps en temps couper la tête d’un fraudeur smiley


                            • eau-mission eau-mission 21 septembre 13:52

                              @lecoindubonsens

                              Avec une informatique centralisée, vous ne pourrez jamais empêcher la triche par le haut de la pyramide.


                            • lecoindubonsens lecoindubonsens 22 septembre 11:57

                              @eau-mission
                              « Avec une informatique centralisée, vous ne pourrez jamais empêcher la triche par le haut de la pyramide »
                              Ayant quelques compétences informatiques smiley , je pense le contraire , bien sûr en ouvrant la possibilité de contrôle a tous ceux qui le souhaitent, et ils seront nombreux à avoir les compétences pour le faire, et dans tous les camps, de toute sensibilité = garantie qu’une fraude se verrait.
                              Dommage que vous aussi, vous fassiez un blocage sur ce point. Car ce serait un réel progrès vers la démocratie participative.


                            • eau-mission eau-mission 22 septembre 13:31

                              @lecoindubonsens

                              J’ai fait un tour sur votre profil (sans descendre pour l’instant sur votre site). C’était histoire d’avoir une indication sur votre âge. Parce que les compétences informatiques étant variées, il est possible que les miennes vous soient invisibles, tellement bas dans les couches ISO qu’aussi bien vous n’en connaissiez même pas l’existence. Pour vous donner une indication, je me préoccupais un temps de la possibilité de protéger un logiciel. Je tenais pour acquis que pas grand’chose ne résistait à l’analyseur logique. j’ai vu des gens devenir fou furieux quand ils ont constaté que le logiciel que je leur fournissais était protégé par un contrat de confidentialité entre NEC et moi, et résidait dans la ROM d’un microcontrôleur. A mon avis, ils cherchaient à me voler le code.

                              L’avis général était dans les années 90 qu’on aurait bien du mal à réaliser une machine à voter impossible à pirater. Le pseudo @pemile en convenait il n’y a pas si longtemps.

                              Les techniques blockchain changent peut-être la donne. J’en sais bien peu sur elles.

                              Pour faire simple, je pense et radote sur ce site qu’il y a eu un hold-up de l’informatique par la finance via Bilou le fils de sa maman banquière. Personne n’a vu que la centralisation de l’informatique mettrait sous cloche la possibilité d’une société de gens responsables. j’espérais qu’en entendant un gamin claironner « qu’ils viennent me chercher » depuis le coeur d’institutions censées nous protéger les gens comprendraient qu’on ne peut pas se fier à cette topologie centralisée (histoire de jouer à l’informaticien).

                              Dans une société de gens responsables, il est essentiel que les conditions de la confiance puissent être réunies. Au travail messieurs les informaticiens.


                            • eau-mission eau-mission 22 septembre 13:33

                              @lecoindubonsens

                              Pour ce qui est de voir les fraudes, demandez-vous pourquoi les données sur les effets des injections d’ARN de chimère ne sont pas accessibles aux honnêtes gens.


                            • LeMerou 17 septembre 07:36

                              @Marcel MONIN

                              La démocratie participative est une idéologie qui chante aux oreilles.

                              Si le concept n’est pas stupide en soit et qu’il pourrait s’appliquer à un Etat réellement souverain, ce n’est pas notre cas.

                              Les idées soumises à cet exercice, ferait ressortir des propositions qui peuvent être contraire à certaines législations Européenne, ou ayant un impact sur l’économie de marché.

                              Qui dans les citoyens connaît véritablement, ces lois et les tenants et les aboutissants de ces dernières ?

                              Personne ou très peu en fait, 

                              C’est donc une « tromperie », politique, permettant à ces derniers d’abuser du terme « démocratie » dans ses fondements véritables, pour se glorifier, mais le plus dramatique c’est que cela fonctionne.

                              ’Voyez, je fait participer le peuple aux grandes décisions de la France«  !

                              Il n’y a pas plus hypocrite que cela ! Le semblant de »démocratie participative« avec son nom pompeux »Convention citoyenne pour le climat« à débouché sur quoi ?

                              RIEN.

                              J’ajouterai que dans ces cas, l’exercice est en fait terriblement difficile, le participant se doit de faire abstraction de ses convictions personnelles, de son ressentir pour n’avoir en tête qu’une vision à très long terme du bénéfice pour ses semblables, pour le Pays. La vision à long terme n’est pas ce qui caractérise le fonctionnement de notre société actuelle, ou règne compétitivité et individualisme forcené.

                              A qui fera t-on appel en plus ? Un échantillon représentatif ? Sur quelle base ?

                              Politique ?, Sociale ?, Connaissances ?.

                              Tout cela n’est qu’un leurre, savamment organisé. Mais il se pourrait que »nos politiques" en mal d’idées et complètement déconnectés de la vie réelle en aient besoin.


                              • Géronimo howakhan Géronimo howakhan 17 septembre 09:13

                                Salut, le mot démocratie est à lui seul un piège à « cons », il est subtilement grossier, je dois le dire, il susurre à l’oreille de chacun que : « toi t’es génial, tu mérites plus que tous ces cons autours de TOA...

                                la guerre entre nous a déjà commencé à ce moment précis..

                                on l’appellera compétition pour cacher ce fait que nous choisissons la guerreau maximum..

                                le combat entre tous est dès lors clairement signifié, chaque moi va refuser de voir cela, ayant une seule névrose que MOA j’ai plus..

                                Pourquoi je veux plus voir tout si on me lasse est une question a aborder par chacun ce qui dans 99% des cas ne le sera jamais, ma névrose couvrant absolument tout..

                                Rajoutez là-dessus le refus absolu que naître = mourir..

                                Dès lors vous pouvez faire voter, cela ne va rien changer au destin rouge sang, des humains..car chacun va voter pour lui même..

                                ce monde n’est que la somme de ce que nous sommes devenus et voulons...il est nous, nous sommes lui, couple maudit...

                                Cerise sur le gâteau, toute conversation sur ce sujet de »démonmachin", est bien sur non seulement futile, mais sert le but final de voler les masses qui vont se laisser faire, ayant juste en vue que moi je mérite plus et vais gagner plus que les autres connards !! car l’hypnose du sujet est parfaite, elle est faite à partir de mot positifs qui déclenchent des signaux mécanique dans ce qui nous reste de cerveau...

                                Pauvres de nous, qu’avons nous fait ??


                                • Géronimo howakhan Géronimo howakhan 17 septembre 09:17

                                  @Géronimo howakhan

                                  voir ceci et bien plus va mettre en évidence l’autre chemin...chaque chose en son temps, le temps de voir le chemin de la vie n’est pas encore là, là nous sommes dans le temps des révélations, de la vision forcée de voir que ce désastre c’est nous qui l’avons voulu..
                                  Rien de nouveau bien sur, ce désastre est vieux de plusieurs millénaires

                                  Bossuet : "Mais Dieu se rit des prières qu’on lui fait pour détourner les malheurs publics quand on ne s’oppose pas à ce qui se fait pour les attirer. Que dis-je ? Quand on l’approuve et qu’on y souscrit."

                                  Discours de la servitude volontaire de Étienne de La Boétie

                                  Ce maître n’a pourtant que deux yeux, deux mains, un corps, et rien de plus que n’a le dernier des habitants du nombre infini de nos villes. Ce qu’il a de plus, ce sont les moyens que vous lui fournissez pour vous détruire. D’où tire-t-il tous ces yeux qui vous épient, si ce n’est de vous ? Comment a-t-il tant de mains pour vous frapper, s’il ne vous les emprunte ? Les pieds dont il foule vos cités ne sont-ils pas les vôtres ? A-t-il pouvoir sur vous, qui ne soit de vous-mêmes ? Comment oserait-il vous assaillir, s’il n’était d’intelligence avec vous  ? Quel mal pourrait-il vous faire, si vous n’étiez les receleurs du larron qui vous pille, les complices du meurtrier qui vous tue et les traîtres de vous-mêmes ?


                                • Eric F Eric F 17 septembre 14:17

                                  ’’Parce qu’elle procure à des individus savamment recrutés, et censés être représentatifs de ce que pensent ou penseraient les citoyens...’’

                                  Pas besoin de les recruter savamment, ils peuvent être tirés au hasard, car tout ’’groupe de travail’’ est par nature entrainé par son sujet, et fera escalade d’imagination et de radicalité pour justifier son utilité. Par exemple si l’ordre du jour est la sécurité routière, ils préconiseront de multiplier les ralentisseurs, d’abaisser les limites de vitesse, d’augmenter le cout des contraventions.

                                  Bien sur, quelques manipulateurs pourront être insérés dans le groupe, mais une formulation adéquate du thème de discussion suffit généralement, il y a juste quelques points ’’tabous’’ qu’il faudra escamoter.

                                  Cela a été le cas avec la rocambolesque ’’Convention Citoyenne sur le Climat’’ instaurée par la Macronie suite au mouvement Gilet Jaune, alors que ce mouvement avait porté sur de tout autres sujets (fiscaux, sociaux, services publics, etc.).
                                  Eh bien ils ont inéluctablement produit des recommandations allant dans le sens attendu. Mais il n’a pas été question de nucléaire dans un sens ni dans un autre, alors que normalement le sujet de la limitation des rejets dans l’atmosphère allait dans le sens du développement de cette filière, mais les écolos y sont opposés (voilà pour le ’’point tabou escamoté’’).

                                  Nous avons une Constitution qui définit des instances désignées par les citoyens pour la délibération et décision (principalement le parlement), créer des Comités Théodule de circonstance (comme celui sur la prétendue ’’Refondation’’) pour brasser de l’air tout en traitant les Assemblées constitutionnelles comme des chambres d’enregistrement n’est PAS de la démocratie participative, c’est de l’enfumage.

                                  Que l’on puisse avoir des jurys citoyens pour des activités de contrôle, et inclure des sièges de citoyens tirés au sort dans la composition du Conseil d’Etat, voire incorporés à titre consultatif dans des commissions parlementaires, ce serait alors quelque chose de pérenne et significatif.


                                  • monde indien monde indien 18 septembre 09:16

                                    Encore faudrait-il savoir ce qu ’ on attend du mot démocratie .

                                    Nous en sommes restés à la définition des grecs anciens , que la démocratie serait le pouvoir du peuple , par le peuple . C ’ est généreux , mais c ’ est insuffisant : ce qu ’ il faut c ’ est le pouvoir POUR le peuple - c ’ est à dire pour le bien-être de TOUS .

                                    Car tout le monde n ’ est pas en mesure - ni n ’ a envie - d ’ exercer le pouvoir . Par contre tout le monde doit connaître le bien-être . Pour celà il faut une constitution qui garantisse ce bien-être pour tous ( et pour l ’ instant le système du libre-marché y est férocement opposé ) . Et ceux qui sont en charge ( en responsabilité ) du pouvoir sont uniquement , uniquement et seulement , chargés de faire respecter et appliquer cette constitution .

                                    Quand nous aurons compris ca , nous aurons fait la moitié du chemin .

                                    L ’ autre moitié du chemin est de s ’ attaquer à la très problématique question de la sur-consommation . Pourquoi sommes-nous liés pieds et poings à cette absurde et stupide surconsommation ? Comment sortir de ce cycle infernal ?
                                    ( écouter la chanson de Boris Vian " la complainte du progrès :
                                    https://www.youtube.com/watch?v=FK8nhOKTxao

                                    Sincère amitié à tous ,

                                    http://mondeindien.centerblog.net/


                                    • pollux yvon-bruno 18 septembre 10:19

                                      @monde indien
                                      article 2 de la constitution de 1958


                                    • https://twitter.com/GustavKovacs/status/1571084105512812545

                                      Sage-femme sans emploi, élue par personne, je détourne des milliards avec des contrats pharmaceutiques et des contrats d’armement mirobolants, je sème la mort et la misère avec un rire hystérique, afin d’établir une dictature communiste totalitaire, qui suis-je ? #WonderLaHyène

                                      • https://twitter.com/CStrateges/status/1570691372268785664

                                        Revue de presse : ElizabethII a dirigé le Comitédes300, cercle oligarchique mondialiste. Notons que son successeur et fils aîné, le roi CharlesIII est un habitué du Foruméconomiquemondial de #Davos auquel il prend part depuis des décennies


                                          • Lynwec 20 septembre 10:35

                                            @SPQR audacieux complotiste chasseur de complot

                                            Mal lui en a pris...

                                            Hersant investissait aussi dans les camions ? On a enquêté ?


                                          • Au lieu d’allumer votre télé ce soir, regardez ce magnifique documentaire traduit par l’équipe TopGun ! Vous comprendrez beaucoup de choses. Partagez-le, il faut que la vérité soit dite ! (Bravo Aline pour le montage) https://rumble.com/v1kkrvl-consentement-non-clair.html


                                            • citoyenrené citoyenrené 20 septembre 10:43

                                              bah, ça dépend de l’architecture constitutionnelle du moment !

                                              c’est sûr que dans la Ve République, c’est comme pisser dans un violon

                                              une CNDP Commission Nationale du Débat Public renforcée dans une démocratie actualisée, sauce 2022, ça aurait de la gueule

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité