• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > La dictature du sexe enfante ses monstres

La dictature du sexe enfante ses monstres

Comment la révolution sexuelle a complètement dérivé de son objectif initial.

tom-terry.jpgPetit manuel à l’usage du dragueur moderne : finis les slows, les regards langoureux et les lettres enflammées. Aujourd’hui, une soirée de drague se résume à des assauts répétitifs sur toutes les femmes qui excitent le chasseur. Terminés les frôlement d’épaules. Non, le chasseur arrive par derrière, s’approche de sa proie, colle son arrière-train contre ses fesses et attend la réaction. La femme se retourne, dévisage le chasseur et décide si elle accepte la danse. La danse ? Non. Une simulation sexuelle. Une levrette virtuelle.

Oyez bonnes gens, voilà où l’on en est arrivé ! La révolution sexuelle dont on nous chante les bienfaits à tort et à travers a finalement détrôné les sentiments au profit des pulsions. On voulait briser un tabou et rendre à la sexualité une place d’honneur ? On l’a traînée au dernier rang, juste après le brossage des dents. On voulait l’égalité des sexes ? Le prédateur est plus prédateur que jamais, et la proie plus proie que jamais.323514066-2fdce26632.jpg

Claudia Schiffer peut quitter la scène, Clara Morgane et le Journal du Hard l’ont renvoyée à ses études. Sur les encarts publicitaires, on ne rougit pas aujourd’hui de vanter les vertus d’un parfum entre deux cuisses ou d’un petit beurre entre deux seins. Le sexe n’est-il pas qu’une petite gâterie à s’offrir entre la bière et la pizza ? Les médias répondent plutôt deux fois oui, et avec tous les partenaires. Ils n’en finissent pas de célébrer le maquillage blafard et les jupettes courtes pour des gamines de 10 à 13 ans. Le scandale n’existe plus, les mœurs ont explosé en plein vol. Une salle de concert débordant de trentenaires bavant devant Alizée, 16 ans ? Normal. Dans son clip, la jeune chanteuse dansait lascivement contre des hommes de deux fois son âge, se demandant pourquoi « tout le monde veut sauter sur moi ». Circulez, il n’y a rien à voir, nous disent les ayatollahs de la « nouvelle vague ». Ne soyez pas réactionnaires, voyons !

260757186-5b744610d0.jpgLes féministes peuvent se vanter d’avoir dynamité l’image de la femme. Dorénavant, elles sont surtout des objets sexuels, des fesses et des seins qu’il faut mettre en valeur. Les tendances ? Paris Hilton, ou les New Yorkaises de Sex and the City qui énumèrent en riant le nombre d’avortements subis depuis leurs 15 ans. Les modes ? En Allemagne, et peu à peu dans le reste du monde, une lycéenne roule facilement une pelle à sa copine. Motif invoqué par la fille elle-même : le garçon saura qu’elle est facile, qu’elle ne fera pas d’histoire. Une grande leçon de féminisme.

Les soirées mémorables ? Les concours d’orgasme à Barcelone, un carton chez les jeunes Anglaises. Ou les orgies dans les campus américains ou dans les bordels mexicains. Un sondage dans les universités américaines montre que pour entrer dans certaines fêtes, les filles n’hésitent pas à recourir au sexe oral. C’est pour la bonne cause !

1049998777-038e1bd8bd.jpgLes rappeurs le répètent bien fort : ce sont des salopes, il faut forcer un peu. Les garçons sortent donc les vestes en cuir, courent les salles de fitness et regardent du catch. Les filles se maquillent de plus en plus et sont de moins en moins frileuses, quitte à se promener avec un merveilleux « Bitch » en jaune clair sur la poitrine. Une vraie course hippique : les garçons doivent « bouffer de la fille », et la société parie sur ses étalons. Finies les romances compliquées : on tâte d’abord, on parle ensuite. Excuse-moi, chérie, avant de quitter la chambre, quel est ton prénom ?

Le pire, c’est que les ayatollahs bien-pensants s’étonnent devant le nombre de crimes sexuels qui s’abattent sur notre époque. Bien que Clara Morgane trouve sa place entre la rubrique nécrologique et les recettes de cuisine, on se demande bien pourquoi des milliers d’ogres frustrés envahissent nos régions. Si tu es marié, la société te propose une plus jeune, une plus ferme, une plus docile (un vrai tamagochi). Ou une aventure à plusieurs, quelle bonne idée ! Si tu as une compagne, il t’en faudrait une autre, ou des autres, ou un autre couple, allez, c’est sûrement une aventure humaine intense qui dévoilera ton karma...

260757415-796a7420cf.jpg

La dictature du sexe, qui l’a rangé au rang de prostitution légale, est un vrai danger. Alors que d’autres ayatollahs, des vrais ceux-ci, se pressent à nos portes avec leur esclavage des femmes, qu’a-t-on à leur opposer ?

Il faut impérativement redresser notre code moral, notre vision humaniste où les pulsions doivent être contrôlées. La société doit vanter les mérites du respect entre les sexes. L’égalité et le désir face à la pulsion, la domination, la copulation animale, qui doivent rester, au mieux, des fantasmes.

Les valeurs de l’attirance saine entre hommes et femmes doivent être appliquées au plus vite. Rien ne serait pire que de continuer à tolérer les dommages d’une révolution manquée.

Article redigé par Titus Pulo

241851086-42e6fa8f3b.jpg


541605335-764ac33f1a.jpgterry-richardson-sisley.jpg


Moyenne des avis sur cet article :  3.33/5   (91 votes)




Réagissez à l'article

130 réactions à cet article    


  • Marc Viot idoine 26 octobre 2007 13:09

    Je suis d’accord sur le fond, mais les nombreux excès en matière sexuelle me font m’interroger sur leur véritable signification.

    N’est-il pas normal que dans une période où les angoisses collectives s’accroissent, le désir qui n’est au final qu’une volonté de survie s’accroisse dans les mêmes proportion ?

    Alors, il serait peut-être plus utile de regarder au delà des simples apparences ...


    • COLRE COLRE 26 octobre 2007 14:50

      ARTICLE ÉCRIT AVEC UNE SEULE MAIN...

      ...et sans doute destiné à être lu, ou plutôt regardé, de même.




    • Marsupilami Marsupilami 26 octobre 2007 13:14

      C’est horrible ! On dirait des picts de Demian West depuis qu’il planque sa tronche de gland bleu derrière des images de nymphettes !


      • LE CHAT LE CHAT 26 octobre 2007 14:16

         smiley smiley smiley smiley


      • alberto alberto 26 octobre 2007 14:53

        Itou, Minet


      • mcm 26 octobre 2007 15:40

        Marsu,

        « C’est horrible ! On dirait des picts de Demian West depuis qu’il planque sa tronche de gland bleu derrière des images de nymphettes ! »

        Ha bon, c’était sa tronche qui était affichée avant ? Vous en êtes sûr ? Et moi qui croyait que c’était la fouffe à la mère Denis !


      • tvargentine.com lerma 26 octobre 2007 13:20

        Il n’y a rien de pire que d’entendre et de lire des discours de moralisateurs sur le sexe avec des discours extèmistes de féministes quand on sait que ce sont les premier(e)s consommat(eurs)rices de cocaine et d’alcool !

        Leur discours sur le sexe est vraiment un discours de hezbollas.

        Oui,les photos publicitaires sont belles avec de belles femmes car elles sont inacessibles au commun des mortels et ne sont pas à l’image de la réalité mais représentent plutôt un fantasme (la belle aux bois dormant !)

        NON nous n’avons pas à :

        « Il faut impérativement redresser notre code moral, notre vision humaniste où les pulsions doivent être contrôlées. La société doit vanter les mérites du respect entre les sexes. L’égalité et le désir face à la pulsion, la domination, la copulation animale, qui doivent rester, au mieux, des fantasmes »

        car nous sommes dans un pays libre et vous n’avez pas à nous imposer votre vision sectaire ,obscurantiste de la société


        • Gazi BORAT 26 octobre 2007 14:13

          @ Lerma

          Les féministes premières consommatrices de cocaïne et d’alcool ?

           ??!!??

          gAzi bORat


        • Bouli Bouli 26 octobre 2007 14:37

          Etant féministe, j’ai entendu beaucoup de choses mais ça ! Alcool et coke ?! Lerma vous vous surpassez !!


        • ehryx 27 octobre 2007 00:46

          « vous n’avez pas à nous imposer votre vision (etc... »

          Comme trop souvent tu n’as rien compris au fond de l’article. Tu ne veux pas que l’auteur de cet article t’impose sa vision et tu as peut-être raison là-dessus, mais à l’heure actuelle c’est la vision hypersexuelle décrite dans son article qui nous est IMPOSEE.

          Si tu ne veux pas qu’on t’impose une manière de penser, tu devrais au moins en partie être d’accord, au lieu de t’en tenir à tes réflexes de contradicteur irréfléchi.

          Je note que l’auteur ne fait même pas mention de Meetic, l’hypermarché où l’on range les gens dans des rayons, et où l’on vient pour consommer.

          Article intéressant sur le fond mais mal documenté et peu argumenté, le problème en question est à mon sens beaucoup plus généralisé, ce n’est pas juste le rap, la pub et quelques sous-catégories de certaines populations qui sont concernées.


        • TALL 26 octobre 2007 13:33

          Les valeurs de l’attirance saine entre homme et femmes doivent être appliquées au plus vite. conclut l’auteur.

          Lesquelles exactement ?

          Autrement dit : pour qui roule l’auteur ? Les évangélistes ? Les catholiques ? Les musulmans ? ...

          Où est-ce simplement le cri du coeur du cocu dépité ?


          • Zalka Zalka 26 octobre 2007 13:57

            Peut être est simplement quelqu’un qui n’accepte pas la marchandisation à outrance du sexe. Pas besoin d’être fondamentaliste religieux pour cela.

            En même temps, je pense qu’il y a des problèmes un peu plus important.


          • TALL 26 octobre 2007 15:23

            Je ne crois pas du tout à la pure rationnalité de ce discours. Sur un sujet pareil, c’est impossible.


          • TALL 26 octobre 2007 15:55

            D’après l’autre article du même auteur, il pourrait s’agir d’une femme musulmane, car on y lit :

            Surtout parce que vous pouvez être tiraillée entre votre amour du cinéma et votre carcan idéologique > « tiraillée » au féminin.

            Quant à l’article lui-même, il dénonce la propagande bushienne à travers le cinéma.

            Bien sûr, ce n’est qu’une hypothèse, je n’ai aucune preuve. Car l’auteur ne brille par son souhait d’être mieux connue ( ni cv, ni photo )



          • TALL 26 octobre 2007 16:17

            Moralité : faut pas essayer de baiser TALL smiley


          • La mouche du coche La mouche du coche 26 octobre 2007 18:40

            Merci Tall de nous avoir révélé la manipulation. smiley


          • Dragoncat Dragoncat 27 octobre 2007 10:32

            @ Tall

            Bonjour. Votre analyse est intéressante mais pour avoir été sur le lien en question, il semblerait, au vu des photos et du contenu des articles (même si je n’ai pas tout lu) que le blog soit plutôt ANTI islamistes.

            Que l’auteur soit motivé par des idées religieuses fondamentalistes ou rétrogrades, c’est vraisemblable. Que cette religion soit l’islam me parait moins évident.

            Qu’en pensez-vous ? Cordialement,

            Dragoncat


          • TALL 27 octobre 2007 11:14

            Effectivement, Snoopy m’a fait la remarque hier et j’ai vu mon erreur. Au lieu de me fier aux titres, j’aurais dû aller voir. J’ai voulu aller trop vite, c’était piégeux. Je retiens le truc.

            Mais sur le fond, il s’agit quand même de puritanisme religieux.

            A +


          • TALL 27 octobre 2007 11:23

            Ce lien n’est pas bon, il ne mène pas dans le fil. Voici le bon lien


          • haddock 26 octobre 2007 13:55

            Le désir s’ accroît quand l’ effet se recule .

            Paul Yeucte .


            • TALL 26 octobre 2007 15:12

              Oui, mais si quand j’avance, elle recule, comment veux-tu que ... smiley


            • haddock 26 octobre 2007 15:25

              Au début du XVIIe, les chaises à bras (ou à porteurs) étaient le moyen de transport le plus populaire. Leurs premières utilités étaient pour les infirmes ou les malades puis par la suite ces chaises furent accessibles à tous.

              En 1664, la calèche à cheval de 4 places fit son apparition. La Chaise de Crénan qui fut en premier une voiture de ville et finit en chaise de poste.

              En 1671, les chaises roulantes (roulettes, brouettes et vinaigrettes) firent leur apparition. Ainsi que le transport à usage particulier comme le cabriolet, le carrosse moderne, la berline, la berline à deux fonds, et la diligence.

              Le Fiacre

              Vers 1617, Nicolas Sauvage, facteur des maîtres des coches d’Amiens, inventa les premiers carrosses (ou carrioles) de location, remplaçant ainsi les chaises à porteurs.

              Vers 1640, sa remise d’une vingtaine de carrosses se situait rue Saint-Martin devant l’hôtel Saint Fiacre à Paris. Ces nouvelles locations portèrent très vite le nom de Fiacre, dû au nom de l’enseigne de l’Hôtel.

              En 1653, il s’associa avec Charles Villerme, avec privilège du roi pour la location de carrosses à un cheval.

              Les carrosses à cinq sols

              En janvier 1662, le Duc de Rouanez, les Marquis de Sourches et de Crénan obtinrent par lettres patentes, l’autorisation de faire circuler dans Paris des carrosses à itinéraires fixes. Blaise Pascal initiateur du projet fonda avec son ami le Duc de Roannez, une entreprise de carrosses publics, « les carrosses à cinq sols », ancêtres des transports en commun. Celle-ci fut inaugurée le 18 mars 1662.

              Cinq lignes fixes furent exploitées dont une fut circulaire, appelée « Tour de Paris » : Le Luxembourg, la porte Saint-Antoine, Saint-Roch, Montmartre et la Bastille.

              Les carrosses devaient toujours suivre le même itinéraire et devaient respecter les horaires fixés, les départs ayant lieu tous les demi-quarts d’heures de leur terminus même si ceux-ci étaient vide. Les passagers devaient payer leur place cinq sols, d’où le nom des carrosses à cinq sols. Les carrosses publics portaient mal leurs noms, une catégorie de personnes ne pouvant pas profiter de ces moyens de transports. Louis XIV avaient pourtant laissé le libre accès sur ses lettres de patente mais le Parlement de Paris, voulant marquer leur privilège, n’accepta d’enregistrer ces dites lettres uniquement en interdisant l’accès des carrosses aux « soldats, pages, laquais et autres gens de bras ».

              Les carrosses à cinq sols obtinrent un fort et rapide succès, mais l’interdiction d’accès à une partie de la population, amena une impopularité montante. Les carrosses eurent de moins en moins de clients et l’entreprise tomba en difficulté financière. Ils augmentèrent leur tarif et passèrent ainsi à six sols, mais rien n’y fit, l’entreprise ferma complètement en 1679.


            • Martin Lucas Martin Lucas 28 octobre 2007 02:38

              Très intéressant tout cela, mais nous vous avions commandé un rapport sur la brouette thailandaise, il me semble qu’ici vous fassiez un hors sujet.


            • Internaute Internaute 26 octobre 2007 14:18

              Ce qui me dérange le plus sont les faux-culs qui flattent les bas instincts des gens et se mettent à l’abri de la boue. On nous prend pour des animaux.

              La télé nous inonde de pub orgasmique pour n’importe quel produit mais ceux qui tirent les ficelles se prennent pour des gens biens et inattaquables. Pourtant, il me semble qu’une partie de cul entre l’un des propriétaires de la télé et l’une des prêtresses du JT pour vendre le film de 21 heure ce serait pas mal du tout.


              • Thomas Thomas 26 octobre 2007 14:25

                Les médias en montrent de plus en plus mais leur succès et l’intérêt qu’ils suscitent ne traduisent-ils pas en priorité les frustrations globales de notre population ? Pour 1 qui mène une vie sexuelle pleine de « rebondissements », combien n’ont que leurs fantasmes à caresser ? Combien vivent seuls, dans l’espoir d’une relation épanouissante ?

                Je ne pense pas que le problème soit moral. Les médias montrent par nature ce que la population veut voir, rien d’autre, hors de tout militantisme pro ou anti (sauf pendant les périodes d’élections smiley ).

                Si la pression du travail, de la productivité laissait plus de temps pour la recherche de partenaire, si les médias ne figeaient pas les gens chez eux mais les incitaient à se rencontrer, combien auraient besoin de tous ces ersatz visuels ?


                • ZEN ZEN 26 octobre 2007 15:33

                  Tout à fait Thomas. La misère sexuelle n’est que le symptôme de frustrations vécues dans la vie réelle, relationnelle,l’expression de la détresse réelle,du grand vide de nombreuses vies, de la perte du sens de l’autre...La déshumanisation gagne tous les aspects de la vie. Il faut relire Reich...


                • haddock 26 octobre 2007 15:39

                  faut relire Reich...

                  le troisième ?


                • Gazi BORAT 26 octobre 2007 16:14

                  @ ZEN

                  « Il faut relire Reich »

                  Absolument !

                  Reich était génial jusqu’en 1933 jusqu’à ce que deux excommunications : celle du Parti Communiste (devenu prude sous Staline) puis des instances freudiennes (qui se purgeaient des Communistes pour partir à la conquête d’Hollywood) ne le démolissent complêtement.

                  Le lien qu’il rélève entre la frustration/répression sexuelle et le fascisme est fascinant.

                  « Psychologie des masses du fascisme » Wilhelm Reich (Ed.Payot)

                  http://www.anti-rev.org/textes/Brohm00a/

                  gAzi bORAt


                • Marsupilami Marsupilami 26 octobre 2007 16:19

                  @ Gazi

                  Ouais, bon, j’ai bien aimé les délires de Reich quand j’étais ado, mais faut quand même pas en chier une pendule, ce mec était totalement fêlé...


                • Gazi BORAT 26 octobre 2007 16:30

                  @ marsupilami

                  « Reich était complêtement fêlé »

                  Pas au début.. (avant son exil d’Allemagne). Par la suite, effectivement, ses théories sur l’Orgone et ses capteurs de libido tenaient du plus pur délire..

                  Son expérience « sexpol » en pleine montée du nazisme était intéressante... mais peut-être naïve.

                  Il pensait, comme d’autres par la suite, que parler de librement de sa sexualité pouvait être révolutionnaire.

                  P.P. Pasolini dans la même démarche en a réalisé son meilleur film : un documentaire en noir et blanc où il interroge des familles italiennes en vacances sur la plage à propos de leur sexualité.

                  Fait amusant : ce sont les grands-mêres qui en parlent le plus librement et se montrent les plus tolérantes..

                  Hélas ! Tout le monde (ou presque) aujourd’hui se répand sur ses turpitudes et la Révolution est encore loin..

                  gAZi bORAt


                • Marsupilami Marsupilami 26 octobre 2007 16:41

                  @ Gazi

                  Yawohl man c’était bien à ces délire d’orgone auxquels je faisais allusion. Et je maintiens que Reich a fini en gourou complètement taré.


                • ZEN ZEN 28 octobre 2007 14:52

                  @ Gazi B

                  « Psychologie des masses du fascisme » Wilhelm Reich (Ed.Payot)

                  Oui, c’est à ce livre là auquel je faisais allusion...Le seul que j’ai lu d’ailleurs, qu’il faudrait réactualiser et sans doute adapter...Ce livre est étonnant !

                  Nul doute qu’ensuite , la pensée de l’auteur s’est perdue dans des marécages douteux. Mais , Marsu, il faut se remettre dans le cadre de cette époque, elle-même délirante...qui faisait perdre la raison à plus d’un...


                • MagicBuster 26 octobre 2007 14:29

                  L’évolution de la société ... et si les femmes n’en voulaient pas ? On ferait comment ?

                  Que les mecs qui ne veulent pas dormir seuls aille en boite ... admettons (idem pour les filles d’ailleurs).

                  C’est pas une raison pour y aller la teub à la main . . . C’est aux femmes de choisir finallement.

                  La sélection naturelle fera le reste.


                  • Jim 26 octobre 2007 14:36

                    Ne vous posez plus la question du pourquoi, et méditez cette citation intemporelle :

                    « On tient plus facilement un peuple avec la pornographie qu’avec les miradors. » Alexandre Issaïevitch Soljenitsyne

                    Jim

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



-->