• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > La discrimination des femmes en santé...

La discrimination des femmes en santé...

JPEG

Un document sur la santé des femmes, diffusé sur la Cinq montre toutes les difficultés auxquelles sont confrontées les femmes dans le domaine médical...

 

"C'est une fatalité méconnue : aujourd'hui, en France et partout dans le monde, en matière de santé, naître femme est un désavantage.

 

La discrimination des femmes en santé peut aller jusqu'à mettre leur vie en danger. On la retrouve dans toutes les grandes pathologies, à commencer par les maladies du coeur.

Les maladies cardiovasculaires en France tuent 200 femmes par jour, dans le monde 12000 femmes par jour. Les symptômes des femmes sont méconnus, voire ignorés : elles sont moins bien diagnostiquées et moins vite soignées.

 

Il n' y a pas si longtemps, la médecine considérait les femmes comme des hystériques qui se plaignent sans raison.

Aujourd'hui, la charge mentale et la précarité économique les empêchent de prendre soin d'elles.

 

Une autre raison explique cette discrimination : une certaine vision de la femme dans le milieu médical qui perpétue une méconnaissance de leur corps. L'infarctus ne se manifeste pas exactement de la même façon chez les femmes que chez les hommes, mais on ne l'apprend pas au cours des études de médecine.

A l'institut coeur poumon de Lille, on a vu de plus en plus de femmes se présenter aux urgences, ces dernières années : face à l'explosion des cas de femmes victimes d'infarctus et d'AVC, une cardiologue sonne l'alerte.

"Dans l'imaginaire collectif, aujourd'hui, les femmes vivent plus longtemps que les hommes, et finalement, c'est les femmes qui restent et les hommes qui décèdent avant. Cet adage là ne sera peut-être pas vrai dans 20 ans, quand on voit la vitesse à laquelle va la progression des maladies cardiovasculaires qui tuent les femmes."

Aujourd'hui, en France une femme sur trois meurt d'une maladie cardiovasculaire, pourtant, ces pathologies sont encore considérées comme plutôt masculines... Les femmes sont sous dépistées, sous traitées, sous évaluées. Des journées chargées au travail, à la maison : les femmes ne prennent plus de temps pour prendre soin d'elles.

La cardiologue connaît bien ce profil de femmes que le surmenage et la charge mentale ont menées à l'infarctus. Les femmes ont tendance à malmener leur corps et à le pousser plus qu'il ne faudrait. Les femmes ont tendance aussi à cacher leurs douleurs.

Les femmes ne s'écoutent pas, quand elles ont des symptômes, souvent, c'est de l'angoisse, c'est du stress, elles se sous dépistent.

 

Il y a aussi un autre problème : les femmes peuvent avoir des symptômes qui, non seulement, sont différents de ceux des hommes, mais qui, en plus, prêtent à confusion.

Dans un cas sur deux, les symptômes sont sournois : fatigabilité à l'effort, un essoufflement à l'effort qui va s'aggraver dans le temps, des signes digestifs, des brûlures à l'estomac.

 

La prise en charge des femmes peut poser problème, et en cas de suspicion d'accident cardiovasculaire, il faut aller vite, mais les femmes et les hommes ne réagissent pas de la même manière en cas de douleurs dans la poitrine. 

Des études ont montré que les femmes appellent les services d'urgence en moyenne 15 minutes après les hommes.

La crise cardiaque chez la femme est en général considérée comme plus grave : plusieurs études l'ont démontré, avec une plus grande mortalité, parce que les prises en charge peuvent être retardées, chez les soignants eux-mêmes... on pense, pour la femme, plutôt à des crises d'angoisse.

 

Le travail et la famille passent aussi avant la santé des femmes.

Il y a, en plus, une dégradation de la condition féminine : les femmes d'aujourd'hui ne sont pas nos grands-mères ou même nos mères, ces femmes là étaient relativement protégées, elles étaient à la maison, elles n'avaient pas ce triple boulot qui est de travailler, d'être performante au boulot, de s'occuper de son mari ou de son compagnon, de s'occuper de ses enfants...

L'accident cardiaque a triplé ces dernières années chez les femmes de moins de 50 ans.

 

Le cancer du poumon est l'autre grande maladie qui se féminise à toute vitesse : en France, le cancer du poumon explose chez la femme, alors qu'il stagne chez l'homme.

Les femmes sont victimes d'une double injustice : l'inégalité par rapport au tabac, on sait que, à tabagisme égal, les femmes ont plus de risques de faire un cancer du poumon, de plus, comme dans l'inconscient, c'est un cancer qui touche moins les femmes, souvent, on a tendance à minimiser les symptômes : toux qui persiste, fatigue.

 

Il y a des raisons à cette discrimination massive des femmes en santé : on communique beaucoup sur tout ce qui est gynécologique, mais on oublie tout le reste.

Les femmes ont appris à s'occuper de leur corps pour les problèmes liés à leur féminité, quitte à oublier qu'elles avaient aussi des organes et des artères. La médecine elle-même les a confortées dans cette idée, comme si une femme se résumait à un utérus et une paire de seins.

Cette médecine sexuée porte même un nom : c'est la médecine "bikini". On regardait la santé de la femme principalement au travers de ses organes de reproduction, et des seins.

 

Cette vision de la femme a même débordé du cadre de la médecine, l'exposant parfois directement aux dangers : ainsi, pendant plusieurs décennies, les industriels de l'automobile ont utilisé un mannequin d'homme pour étudier les accidents et certifier les véhicules.

Les airbags ont été conçus sans tenir compte des spécificités de la femme majoritairement plus petite et dont les muscles du cou sont plus fragiles. Une étude américaine a calculé que dans un accident une femme avait 47 % de risques de plus qu'un homme d'être blessée.

 

Dans un monde où 52 % des humains sont des femmes, la référence reste encore bien souvent le masculin : un sexisme qui imprègne la société.

Catherine Vidal a étudié les préjugés liés aux femmes en santé : il y a l'idée qu'elles étaient par nature le sexe faible, qu'elles avaient une constitution physique très fragile, qu'elles avaient sur le plan cérébral pas du tout les mêmes capacités d'intelligence que les hommes.

Ce cliché de la femme inférieure physiquement et mentalement s'est traduit dans les pratiques médicales.

Il y a 150 ans cette idée à trouvé une validation scientifique, dans les recherches du neurologue Jean Martin Charcot sur l'origine de l'hystérie. Mais l'étiquette d'hystérique colle aux femmes depuis beaucoup plus longtemps. Dans l'antiquité, on pensait que l'utérus n'était pas fixé et pouvait remonter dans le cerveau. Il en est resté quelque chose dans l'imaginaire commun. L'idée continue à influencer le diagnostic des médecins.

Il est rare qu'on diagnostique un homme hystérique, pourtant, il y en a beaucoup...

Ainsi, l'endométriose est une pathologie qui touche un certain nombre de femmes, plus de 10% avec des douleurs extrêmement fortes au moment des règles et pendant très longtemps, cette maladie a été complètement ignorée. On parle aujourd'hui davantage de cette maladie qui peut prendre des formes graves.

Pendant longtemps, les femmes ont été exclues des essais cliniques et des tests sur les médicaments sous prétexte que leurs variations hormonales biaisaient les résultats !

Quand la production de nouvelles molécules a explosé dans les années 50, les femmes ont enfin été prises en compte dans les essais cliniques, mais pas pour longtemps. Jusqu'à des scandales retentissants...

Cet essor de l'industrie pharmaceutique a conduit à traiter souvent les femmes, en particulier les femmes enceintes, avec des produits qui se sont avérés avoir des effets catastrophiques sur le développement du foetus, en entraînant des malformations, des cancers, ce sont les fameux scandales de la Thalidomide et du Distilbène.

Des enfants sans bras, sans jambes, sans oreilles, la Thalidomide se vendait sans ordonnance et était spécialement recommandée contre les nausées pendant la grossesse.

Le Distilbène était, quant à lui, censé empêcher les fausses couches : cancers, malformations génitales, trois générations plus tard, les conséquences de ce médicament se font toujours sentir.

Par principe de précaution, les femmes sont de nouveau exclues des essais cliniques à la fin des années 70. Il faudra attendre 20 ans de plus pour que les choses changent.

A partir des années 90, sous l'impulsion de féministes américaines qui s'étaient déjà battu pour le droit à la contraception, le droit à l'avortement : elles ont mis en évidence le fait que dans les maladies cardiovasculaires, les femmes n'étaient pas assez représentées.

Souvent, les manuels de médecine ne sont pas à jour : sur un atlas médial, c'est un modèle masculin qui est présenté, comme si le corps masculin était universel. On a ainsi formé des générations de médecins sur un standard masculin. Le corps des femmes est ignoré.

Que dire du machisme dans le milieu médical et du sexisme auquel sont confrontées les femmes au cours de leurs études médicales ?

Violences verbales, harcèlement sexuel, agressions, humiliations, sentiments de dévalorisation et de honte...ces dérives sont souvent passées sous silence...

Et même les patientes sont concernées par des abus sexistes : remarques sur leur physique, allusions sexuelles, harcèlement.

De plus, les douleurs des femmes sont systématiquement sous évaluées : on a tendance à les psychiatriser...

La médecine au féminin a encore bien des progrès à faire !"

JPEG

 

Le blog :

http://rosemar.over-blog.com/2021/04/la-discrimination-des-femmes-en-sante.html

 

Source :

https://www.france.tv/documentaires/science-sante/2387159-femmes-les-oubliees-de-la-sante.html

 

Vidéo :

 


Moyenne des avis sur cet article :  1.44/5   (18 votes)




Réagissez à l'article

84 réactions à cet article    


  • phan 20 mai 09:38
     On touche le fond de sa came pour enfumer sa cale....

    • Lampion Séraphin Lampion 20 mai 11:21

      @phan

      En tous, ce genre de discrimination n’existe pas du côté de Perpignan où une rouquine a dit à sont gynéco : « Mets ta langue, Doc, dans mon roux sillon « .


    • phan 20 mai 12:16

      @Séraphin Lampion


      L’homme de 47 ans a reconnu avoir porté 4 gifles violentes et insulté son épouse depuis 25 ans. La victime, Pascale, présentait alors plusieurs hématomes sur le visage ainsi qu’un oedème à l’oeil gauche. Transportée aux urgences, elle a reçu 19 jours d’ITT dont 14 jours pour détresse psychologique.
      Et le groupe Noir Désir a failli changé de nom : Supertramp (Désolé Marie, RIP !)

    • Ben Schott 20 mai 09:45

       

      La petite bouillie progressiste du jeudi.

       

       


      • Lampion Séraphin Lampion 20 mai 11:00

        @Ben Schott

        « progressiste » ?

        tu voulais dire « sociétale » ?
        de ces faux problèmes qui se trompent volontairement de cible pour détourner le regard de ce qu’il ne faut pas voir alors que c’est en pleine lumière ?

        la preuve qu’il y a discrimination c’est que le clitoris est plus petit que le gland, et ça, c’est à couse du patriarcat, etc.
        c’est fatigant, à la longue


      • Ben Schott 20 mai 11:15

        @Séraphin Lampion
         
        « progressiste » ? tu voulais dire « sociétale » ? »
         
        Si tu veux... le progrès tel que le concevaient les humanistes puis les philosophes de Lumières est devenu la promotion de toutes les dérives « sociétales », dont le féminisme 2.0... en évacuant toute la question sociale, évidemment, c’est d’ailleurs fait pour ça !

        Le sociétal plutôt que le social...
         


      • rosemar rosemar 20 mai 13:24

        @Séraphin Lampion

        Le machisme se porte bien sur Agoravox...


      • Lampion Séraphin Lampion 20 mai 14:57

        @rosemar

        définitivement indécrottable


      • mmbbb 20 mai 20:10

        @ rosemar «  pendant plusieurs décennies, les industriels de l’automobile ont utilisé un mannequin d’homme pour étudier les accidents et certifier les véhicules.  » le poids de l homme est en moyenne plus lourd que celui de la femme , Donc si une ceinture de securite et l ensemble des parametres permettent de certifier cette voiture , cela veut dire que la femme sera en securite aussi .
        En revanche si vous plantez avec une voiture roulant à 120 KH que vous soyez un homme une femme, les lois de la physique ne sont pas sexistes la formulation des equations est la meme 
        Quant a la medecine , une femme interne dans son cursus doit disséqué des maccabées , ce n est pas pour le cloio i ni les seins mais pour les organes et les muscles 
        Les femmes d antan restant a la maison et bla bla , ce sont les féministes qui ont trouve cette conditions aliénantes et elle ont libere la femme par le travail 
        Ces mêmes femmes modernes picolent fument se droguent autant que les hommes Ne voyez vous pas une des causes de leur mortalité 
        Lorsque vous cesserez d avancer certaines inepties , et d avoir une eternelle vue de la femme victime outragée blessée , vous ferez un pas 
        Maintenant on a les timbrees de féministes hystériques qui veulent imposer l ecriture inclusive !!! Soyez contente ! 


      • Ben Schott 20 mai 09:49

        De quoi sortir un peu de cette niaiserie poisseuse permanente...

         


        • Clocel Clocel 20 mai 09:51

          Des problèmes de prostate Rosemar !? smiley


          • troletbuse troletbuse 20 mai 10:06

            @Clocel
            Non, de cervelle smiley


          • Lampion Séraphin Lampion 20 mai 11:01

            @troletbuse

            au moins, ça l’oblige pas à se lever la nuit...


          • troletbuse troletbuse 20 mai 13:36

            @Séraphin Lampion
            Ben si, pour remettre le masque en place.  smiley


          • njama njama 20 mai 10:01

            @rosemar

            Un livre qui pourrait vous intéresser

            « La brutalisation du corps féminin dans la médecine moderne », du Dr Marc Girard

            https://www.rolandsimion.org/livre-brutalisation-corps-feminin/

            a commandé auprès de l’auteur ou en librairie

            4ème de couverture :

            Considérons cent femmes tirées au sort. Toutes auront été confrontées à une forme ou une autre d’une médicalisation spécifiquement liée à leur sexe : vaccins (rubéole…), hormones pour un oui ou un non, traitement de la ménopause, dispositifs contraceptifs, aide à la procréation, cicatrices d’épisiotomie ou de césarienne, hystérectomie, mammographie, etc. Quoi d’équivalent chez l’homme ? Passant la médicalisation du corps féminin au crible de la médecine fondée sur les preuves (en se concentrant sur l’obstétrique, la contraception et la mammographie), Marc Girard montre que cette débauche d’activisme est aussi inutile que nuisible. Puis, il s’interroge en freudien sur l’inconscient de l’obsession médicale pour les présumées fragilités du féminin. Des travaux d’historiens lui permettent de repérer une continuité millénaire de répulsion médicale à l’endroit des femmes, dont les effets vont brutalement s’aggraver à la fin du XVIe siècle, quand la médecine va croiser une autre tradition férocement misogyne : celle du catholicisme. Du même coup, c’est un présupposé majeur de tous les féminismes qui risque de s’effondrer : en basant leur « émancipation » sur une médicalisation (la pilule, notamment) qui s’est constituée dans l’horreur de leur corps, les femmes ne se sont-elles pas contentées de changer d’oppresseur ?…

            Mathématicien de formation, le Dr Marc Girard s’est spécialisé en recherche clinique et en épidémiologie, avec un intérêt tout particulier pour les effets dommageables des traitements médicaux (iatrogénie). Il pratique également comme psychanalyste, et c’est d’un double regard scientifique et psychologique qu’il tire la réflexion de ce livre politiquement incorrect.


            • troletbuse troletbuse 20 mai 10:05

              Quand il n’y a pas de problème, il faut en créer un.

              Cela s’appelle faire de la politique de bas-étage comme Rosemar, la Lremie et autres.



              • Lampion Séraphin Lampion 20 mai 11:09

                @troletbuse

                ça s’appelle diviser pour régner, wedge issues, pomme de discorde, les jeunes contre le vieux, les arabes contre les cathos, 

                au début de la guerre de 14, le président américain Wilson avait répondu aux parlementaires partisans d’une intervention :
                « laissons-les s’entretuer, et continuons à prospérer ». Il n’a changé d’avis qu’en changeant de stratégie, et en passant de la doctrine Monroe celle de l’oncle Sam, le sauveteur providentiel qui présente ses lettres de créances comme des cadeaux.
                on est toujours dedans, et la recette a été adoptée par tous les disciples du camp du bien, en politique extérieure et intérieure



              • troletbuse troletbuse 20 mai 13:41

                @rosemar
                Ah bon, c’est un problème ? Vous voulez les empêcher de choisir ?
                Arrêtez avec France Intox, France Tout Faux et France CUL ture.
                Combien sur les 7 milliards de terriens ont vu le jour dans une maternité ?


              • rosemar rosemar 20 mai 13:45

                @troletbuse

                Il s’agit de faire un meilleur accueil aux femmes dans les maternités : c’est trop demander ?


              • troletbuse troletbuse 20 mai 14:13

                @rosemar
                Vous n’êtes pas obligée de répondre.
                Mais
                Avez-vous été mariée ou vivez vous avec un compagnon ?
                Avez-vous eu des enfants ?
                Franchement, j’en doute.


              • troletbuse troletbuse 20 mai 18:06

                @troletbuse
                Pas de réponse, donc vous vivez seule et sans enfants
                Jadis,on vous aurait appelé une vieille fille avec tout ce qu’il y a de négatif autour de cette appellation.


              • Aristide Aristide 20 mai 10:11

                Rosemar, peut être devriez-vous éviter ce glissement sémantique entre inégalité et discrimination.

                Qu’il existe des différences notables dans de nombreux aspects de la vie entre les hommes et les femmes est une évidence que l’on ne peut nier. Par contre déduire que toute inégalité est une discrimination est une copie assez simpliste de cette manie américaine de la « cancel culture ».

                La preuve, Tous les spécialistes sont assez d’accord pour prévoir que les espérances de vie respective des femmes et des hommes ont tendance à se rejoindre. La raison est assez simple : les modes de vie, les risques, les comportements sociaux ... évoluent vers une plus grande homogénéité. Les différences ont tendance à diminuer.

                Une remarque sur cela :

                Il y a, en plus, une dégradation de la condition féminine : les femmes d’aujourd’hui ne sont pas nos grands-mères ou même nos mères, ces femmes là étaient relativement protégées, elles étaient à la maison, elles n’avaient pas ce triple boulot qui est de travailler, d’être performante au boulot, de s’occuper de son mari ou de son compagnon, de s’occuper de ses enfants...

                Vous laissez entendre que la condition féminine s’est aggravée, ce qui est un contre-sens assez évident. Nos mères et nos grands-mères étaient loin d’être protégées comme vous osez l’écrire. Elles étaient souvent astreintes à des travaux pénibles, des taches difficiles et peu ragoutantes, ... Enfin, pour qui sait ce que nos grand-mères assumaient à leur époque, ce que vous écrivez est assez malhonnête. C’est toujours cette manie américaine qui visiblement fait des victimes incapables du moindre discernement ...

                De plus, les roles dans un couple se sont de plus en plus rapprochés, et cela ne cesse de s’améliorer, même s’il existe encore des différenciations basées sur le sexe, dans notre culture ces différences diminuent.


                • troletbuse troletbuse 20 mai 10:35

                  Rosemar, vous voulez tout niveler. Le post d’Aristide me fait penser à l’entropie qui s’accentue, un peu comme l’érosion qui nivelle notre planète. Et l’entropie c’est le désordre qui augmente.

                  Et l’entropie à son maximum, c’est la mort.

                  Et pourtant, c’est très bien qu’il y ait une différence entre les sexes. Vous vivez plus longtemps donc vous devriez lutter contre cette « discrimination » naturelle.

                  Vouloir l’égalité, c’est aller vers l’absence de désir.

                  Vous déconnez complétement Rosemar.


                  • rosemar rosemar 20 mai 13:43

                    @troletbuse

                    Il ne s’agit pas de tout niveler, bien au contraire, il s’agit de voir les difficultés inhérentes à la condition féminine....


                  • phan 20 mai 10:46
                    Cet article est un tissu de niaiseries :

                    <<ainsi, pendant plusieurs décennies, les industriels de l’automobile ont utilisé un mannequin d’homme pour étudier les accidents et certifier les véhicules.>>

                     le 11 octobre 2005 OTTAWA - Un nouveau mannequin perfectionné d’essais de collision, qui correspond à la taille d’une petite femme et d’un jeune adolescent, sera disponible au Canada au printemps 2006 pour aider les chercheurs à améliorer la sécurité des véhicules pour les Canadiens. 

                    <<Les femmes sont sous dépistées, sous traitées, sous évaluées.>>

                    Après 50 ans, un homme a droit à un dépistage du cancer colorectal,
                    une femme a droit à un dépistage du cancer colorectal, un dépistage du cancer des seins, un dépistage du cancer du col de l’utérus.

                    Rosemar est subjuguée par le mouvement des féministes américaines blanches des années 70 et oublie la nîmoise Madeleine Brès, pionnière de la médecine au féminin ...

                    • rosemar rosemar 20 mai 13:26

                      @phan

                      Il était temps ! Et cela se passe au Canada... Mais ailleurs ??


                    • phan 20 mai 15:34

                      @rosemar

                      Quelle est donc cette manie de mettre un sexe dans les dispositifs anthropomorphes d’essai ?
                      anthropomorphe ( Du grec ancien ἀνθρωπόμορφος, anthropómorphos (« de forme humaine ») ) .
                      Chez le mannequin de femme de la haute couture, le cou est bien près du tronc...

                    • Morgane Lafée 20 mai 11:12

                      Article fouillé et intéressant. Il y a certaines situations qu’on a toutes vécues en ce qui concerne les préjugés des médecins. Je suis atteinte d’une maladie chronique qui a mis 6 ans à être diagnostiquée pour deux raisons : 1/ on ne prenait pas au sérieux mes symptômes car j’étais une chochotte, 2/ 60% des malades sont des hommes, donc les médecins en déduisent visiblement que les femmes ne sont pas concernées. Ma vie a changé quand une généraliste a enfin décidé de m’envoyer chez un spécialiste, qui a enfin posé un diagnostic après les examens nécessaires.

                      Il y a quelques points que je ne partage pas dans votre article, notamment quand vous dites que nos grand-mères étaient plus « protégées » parce qu’elles étaient au foyer. Je pense que c’est un gros raccourci. Pour commencer, vous oubliez que la vie n’était pas du tout aussi confortable à l’époque : pas de machine à laver, pas de lave-vaisselle, souvent pas de permis de conduire pour aller faire les courses. Ensuite, le modèle de la femme au foyer est un modèle bourgeois, ne l’oublions pas. Chez les paysans, tout le monde travaillait, hommes, femmes et enfants.

                      Donc voilà, c’est juste un point qui m’a fait tiquer, mais sinon votre article est intéressant.

                      Et ce qui est bien, ce que les forumeurs d’Agoravox alimentent votre propos avec la misogynie décomplexée qui ressort de leurs réactions...  ;)


                      • Ben Schott 20 mai 11:19

                        @Morgane Lafée
                         
                        « avec la misogynie décomplexée »
                         
                        Misogynie, c’est le raccourci simpliste des crétin.e.s féministes en mal d’arguments, mais décomplexé, sois-en sûre, petite cruche.
                         


                      • Lampion Séraphin Lampion 20 mai 11:27

                        @Ben Schott

                        t’es pas obligé d’utiliser l’écriture inclusive : en grammaire, le masculin continue à l’emporter sur le féminin (Lien), mais quand les correcteurs automatiques de Word et Google changeront la donne, tout ç sera enseveli sous une couche de guimauve au soma.


                      • Ben Schott 20 mai 11:30

                        @Séraphin Lampion

                         
                        Là encore, j’aurais dû être plus explicite. En utilisant les guillemets et/ou les italiques ! C’était ironique !...  smiley
                         


                      • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 20 mai 11:41

                        @Séraphin Lampion
                         
                         ’’en grammaire, le masculin continue à l’emporter sur le féminin’
                         
                         Michel Serre (votre lien) a raison : l’expression « emporter sur » est mal perçue par les femmes, et on le comprend.
                         
                         j’ai une proposition à faire aux Académiciens : on devrait accorder le participe passé au sujet le plus proche de lui.
                         
                        Ainsi : 
                        Les bonnes nouvelles et les bons résultats sont mieux accueillis que les mauvais ;
                        Les bons résultats et les bonnes nouvelles sont mieux accueillies que les mauvaises.
                         

                         


                      • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 20 mai 11:44

                        @Francis, agnotologue
                         
                         je n’avais pas tout lu : Michel Serres écrit :
                         
                        « Peut-être serait-il intéressant parfois d’utiliser l’accord selon le nombre ou la proximité. Un million de femmes et un homme sont-ils rassemblés ? Mieux vaudrait sans doute dire qu’elles sont rassemblées. Ou bien l’accord de proximité : si l’on dit Jeanne et Pierre, on accordera avec le masculin et si l’on dit Pierre et Jeanne, on accordera avec le féminin. »
                         
                        ps. Peut-être que j’avais déjà lu cette proposition de Serres, et par ounli je me la suis attribué à tort.


                      • Aristide Aristide 20 mai 12:05

                        @Francis, agnotologue

                        Cette règle dite « accord de proximité » n’est pas plus de Serres que d’autres inventeurs. C’est une règle qui était largement utilisée pas seulement en nombre et en proximité mais aussi suivant le sens. C’est à partir du XVIIème que s’installe cette règle sur le masculin qui l’emporte. De nombreux articles expliquent cette histoire et l’illustrent largement par des extraits d’oeuvres littéraires.

                        Il faut dire que la rigidité de l’Académie Française sur ce sujet n’aide pas à l’évolution de la langue. Sur France-Culture, un éclairage assez intéressant, une émission de Concordance des temps, de Jean-Noël Jeanneney : « La féminisation des mots : portée d’une querelle »


                      • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 20 mai 12:07

                        @Aristide
                         
                         merci de ces précisions.


                      • rosemar rosemar 20 mai 12:45

                        @Morgane Lafée

                        MERCI pour ce témoignage : longtemps, l’endométriose n’a pas été prise au sérieux, or c’est un problème qui peut être très invalidant.


                      • rosemar rosemar 20 mai 12:47

                        @Morgane Lafée

                        Misogynie, sexisme sont particulièrement présents sur ce site : c’est révélateur d’un état des lieux ! 



                      • rosemar rosemar 20 mai 12:49

                        @Morgane Lafée

                        A noter aussi : les hommes sont beaucoup plus nombreux sur ce site que les femmes...


                      • totof totof 20 mai 20:05

                        @Morgane Lafée
                        C’est plutôt la misandrie qui a de beaux jours devant elle... Quelle misère. Quelle pauvreté d’esprit ! Allez baiser bon dieu au lieu d’écouter les sirènes d’un pouvoir bourgeois qui fait de vous les idiotes utiles du totalitarisme !


                      • totof totof 20 mai 20:08

                        @Francis, agnotologue
                        Oui, je suis assez d’accord avec ça : aucune raison que le masculin l’emporte. Les grammairiens comme tous les dominants étaient des misogynes. Et maintenant, c’est les hommes les responsables...


                      • troletbuse troletbuse 20 mai 11:25

                        On a déjà crée les notes alpha qui est une véritable imbécilité. A+ D = ?? A vue de nez C Dire qu’on nous apprenait avant de ne pas mélanger les torchons et les serviettes. Pareil sur AV et sa notation, pour les banques, etc

                        On arrive au mariage pour tous puis à la PMA, la GPA.

                        A quand le mariage ou à l’union au tirage au sort ?

                        Pour un mec ; « Zut, on n’a plus de femmes, allez prend un homme, c’est pareil » smiley


                        • Aristide Aristide 20 mai 12:09

                          @troletbuse

                          Pour une fois, vous avez raison, les avantages du système métrique abandonnés au bénéfice de notation « anglo-saxonne » assez incongrue.

                          Sur la fin de votre intervention, je vous laisse à vos élucubrations habituelles ...


                        • troletbuse troletbuse 20 mai 13:53

                          @Aristide
                          Bien sur, mes élucubrations sont pour pousser le bouchon jusqu’au ridicule.
                          Mais quand le ridicule arrive pour de bon ?
                          Si on avait parlé du mariage pour tous il y a 20 ou 30 ou 50 ans ???
                          On assiste à la destruction de la famille, de l’enseignement, de la culture, non ?
                          Pour Rosemar et Lafée
                          Misogynie, machisme ?
                          J’ai toujours aimé les femmes. Elles sont comme elles sont, c’est ainsi mais si je vous rencontrais, là, je fuirais  smiley


                        • Albert123 20 mai 12:08

                          « On ne nait pas femme on le devient » parait il

                          de toute évidence certaines ne seront jamais rien d’autre que des femelles hystériques,

                          de femmes-enfants elles deviendront mères-enfants sans jamais devenir des Femmes.

                          Par ailleurs j’attend avec impatience les nouveaux matchs de rugby à venir, vous allez pouvoir encore gémir à la vue de vos consœurs se faisant dérouillées par des transgenres ultra chargés en testostérone.

                          ce qui permettra à la grande « famille » des détraqués du woke de se torpiller en interne pendant qu’ils foutent la paix aux autres.

                          bisous à tous les détraqués


                          • Aristide Aristide 20 mai 12:15

                            @Albert123

                            pendant qu’ils foutent la paix aux autres.

                            Ce n’est pas gagné tellement cet esprit contamine nos instances. J’ai rempli un formulaire pour mon fils pour le lycée, je devais signer sous parent-1 ou parent-2. 


                          • troletbuse troletbuse 20 mai 13:55

                            @Aristide
                            Parent 1 ou 2 ou même 3
                            Vous voyez que le ridicule arrive


                          • troletbuse troletbuse 20 mai 14:02

                            @troletbuse
                            Le parent 4, c’est celle qui a donné l’œuf et le parent 3 celui qui s’est branlé comme Griveaux  smiley
                            On va réussir à retrouver la consanguinité.


                          • Albert123 20 mai 16:38

                            @Aristide

                            je comprends votre désarroi, 

                            je vous invite à ne pas inscrire vos enfants dans ce genre d’établissement qui vont désintégrer sa psyché et ses capacités cognitives, 

                            il sera certes non diplômé en lopetterie genrée, aura un boulot de merde, mais sera, de part ses capacités cognitives préservées, une force vive du véritable monde d’après, celui où les détraqués auront enfin rendus gorge,

                            car tout ceci ne pourra se terminer pacifiquement étant donné le caractère sectaire et intolérant de ses dégénérés qui refusent le dialogue avec autrui tout en ayant des physiques d’ablettes sous alimentées.

                            vous verrez bientôt ce que cela va donner aux USA, entre un bobo végan antispéciste filiformes qui a peur de casser ses ongles, imprégné de délire totalitaire et un redneck qui s’entraine chaque w-e avec ses potes à tirer du calibre 50 en full auto et qui veut juste vivre librement, je sais déjà lequel des 2 va gagner.


                          • troletbuse troletbuse 20 mai 22:26

                            @Albert123
                            D’ailleurs « parent 1 » et « parent 2 » est drolement discrininatoire. Pourquoi il y en aurait un qui soit en N° 1 et l’autre relayé en queue (si c’est l’homme ca va smiley )
                            Et puis le dilemme suivant : Qui mettre en « parent 1 » ? Moi je prendrais père et mère car il n’y a pas de classement  smiley


                          • nemesis 20 mai 12:25

                            Merci pour l’Article, au vu de la majorité des réactions... au début du IIIè millénaire, il y a encore du boulot ici-bas sans aller chercher sur Mars !

                             smiley


                            • rosemar rosemar 20 mai 13:30

                              @nemesis

                              Oui, il reste beaucoup de boulot : le sexisme ordinaire est à l’oeuvre...


                            • troletbuse troletbuse 20 mai 14:00

                              @rosemar
                              Je vous vois bien habillée en homme avec une coupe de cheveu homme (une horreur, je trouve)
                              Je vous recommande de vous raser le visage et vous aurez de la barbe comme un homme, ce sera mieux  smiley
                              Ou bien prenez des hormones mâles, ca peut marcher
                              Je suppose que vous vivez seule sinon je plains votre compagnon.


                            • rosemar rosemar 20 mai 14:02

                              @troletbuse

                              Et on en rajoute une couche ! Indécrottable !


                            • troletbuse troletbuse 20 mai 14:03

                              @rosemar
                              Encore une couche ou une fausse couche  smiley


                            • totof totof 20 mai 20:11

                              @rosemar
                              Ha mince, j’avais déjà moinsé votre commentaire. Pas moyen d’y mettre deux « moins »...


                            • nemesis 21 mai 04:23

                              @troletbuse

                              Et pour toi ce sera quoi... une grosse couche ?

                              Pose-toi la question :

                              serais-je capable de répéter mes propos en public devant un micro ,

                               smiley


                            • Claude Simon Claude Simon 9 juin 12:15

                              @rosemar
                              L’activité sexuelle étant réputée bonne pour le coeur (ainsi que les omega 3), l’homme ayant un appétit sexuel supérieur à la femme, telle serait l’inégalité dont il serait question.

                              La moutarde (du moins le sélenium) est également intéressant. Vous avez goûté la moutarde américaine, Rosemar ? Vous avez vu leurs stats cardiaques ? Oui, et la malbouffe, très certainement.

                              Mais, dans le fond, la crise cardiaque, c’est lorsque l’on se rend compte que l’on a perdu ses raisons.


                            • Shawford, Fufutologue Shawford, Fufutologue 20 mai 14:21

                              C’est assez tragique de fermer le débat dans le titre même de l’article en recouvrant tous ces dysfonctionnements du système sous la tutelle de la discrimination.

                              C’est en effet une invite imparable à tout mettre sur le compte de la mysogynie et du sexisme.

                              Car qui dit discrimination dit action d’une catégorie de personnes envers une autre, et donc nécessairement des hommes envers les femmes, puisque vous ne traitez que des femmes et de toutes les femmes.

                              Or si on prend la donnée la plus évidente à prendre en compte qui soit, le pourcentage d’hommes et de femmes médecin, en 2021, la parité est observée dans quasiment tous les pays de l’OCDE.

                              Drôle de patriarcat médical ! smiley

                              Mais bon, ça change de vos mièvres régurgitations médiatiques habituelles, là au moins vous y allez à fond dans la mysandrie ! smiley smiley


                              • Lampion Séraphin Lampion 20 mai 15:22

                                @Shawford, Fufutologue

                                bientôt, Rosemar va organiser des « réunions non mixtes » : lien


                              • Shawford, Fufutologue Shawford, Fufutologue 20 mai 17:09

                                @Séraphin Lampion

                                On y va tout droit en effet si les robinets d’eau tiède comme elle sont en plein wokisme ! smiley


                              • troletbuse troletbuse 20 mai 22:33

                                @Séraphin Lampion
                                Des réunions de vieilles filles blanches et des réunions de vieilles filles noires-la j’utilise le mot noires comme bourrées( attention pas bourrées comme on pourrait le penser mais beurrées et la je veux pas dire du Maghreb smiley . Bon, j’arriverais pas à m’en sortir.


                              • phan 20 mai 17:04
                                Bien sûr, il faut commémorer le bicentenaire de la mort de Napoléon :

                                « En 1804, le Code civil institutionnalise l’infériorité des femmes qui doivent obéissance à leur père puis à leur mari. S’il faut attendre 1861 pour que le baccalauréat s’ouvre aux femmes en candidates et 1868 pour qu’elles puissent accéder aux études de médecine (les concours d’externat et d’internat ne leur seront ouverts qu’en 1882 et 1886), ces obtentions de diplômes sont soumises à l’accord du père ou de l’époux. Ce n’est aussi qu’en 1881 que la scolarité laïque et gratuite devient obligatoire pour les fillettes. L’irresponsabilité juridique de la femme ne sera levée qu’en 1938. Il faut encore attendre 1965 pour qu’une femme mariée puisse jouir librement de son salaire, de son compte en banque et de ses biens. »

                                • rosemar rosemar 20 mai 17:54

                                  @phan

                                  MERCI de le rappeler : des millénaires d’asservissement de la femme, il est difficile d’en sortir...


                                • Ben Schott 20 mai 18:38

                                  @rosemar
                                   
                                  « des millénaires d’asservissement de la femme, il est difficile d’en sortir »
                                   
                                  des millénaires, oui bien sûr, et même plus si on inclut tes ancêtres guenons, qui n’étaient pas à la fête quand les mâles rentraient bourrés !...
                                   

                                   
                                  Pffff... fais un effort, Rosemar...  smiley
                                   


                                • phan 20 mai 20:10

                                  @rosemar
                                  Alors Rosemar faut il commémorer le bicentenaire de la mort d’un tyran, serial killer+loser, auteur du code civil ?


                                • Claude Simon Claude Simon 9 juin 12:26

                                  @rosemar

                                  Les femmes veulent être dans la norme, souvent putride d’un anti-patriarcat qui n’a qu’un nom : le systémat (mix d’idiologie d’état, de patrons sans scrupules, d’hommes qui font fausse route sauf pour leurs carrières bien comprises, d’élites à bout de compétence qui fourvoyerait bien tout le monde, etc) ; Bref, un syndrome de Stockholm du barratin dominant ambiant.



                                  • eau-du-robinet eau-du-robinet 20 mai 18:57
                                    Réponse : le complot c’est quand on ment ! Quand on dit la vérité on n’est pas complotiste !

                                  • totof totof 20 mai 19:56

                                    Quel animal fantastique que la femme ! Quand on pense qu’elle est obligée de copuler avec le monstre qu’on appelle l’homme ! C’est affreux. La nature est mal faite, hein rosemar ? Heureusement, bientôt, les multinationales que vous adulez vont rendre le mâle inutile, enfin ! L’être supérieur qu’est la femme pourra enfin se débarrasser de cette sous-espèce qui la parasite depuis si longtemps !

                                    Blague à part, rosemar, Je confesse que je n’ai pas lu entièrement votre pleurniche féministe de la semaine, vu que c’est toujours la même chose et je fais comme avec votre pendant masculin rakotoarison : je clique sur vos articles juste pour les moinsser, mais j’ai vu que vous étiez prof. Mon dieu... Evidemment... Quelle autre profession auriez-vous pratiquer avec cette mentalité de mondialiste type woke culture. L’école est donc bien une fabrique du fascisme. Il n’y aura pas d’émancipation tant que nous remettrons nos enfants entre les mains de gens comme les profs, les idiots utiles du totalitarisme. L’école obligatoire est un cauchemar pour la liberté.


                                    • Pie 3,14 20 mai 20:07

                                      C’est un article bien documenté.

                                      J’ai pu vérifier la véracité d’un certain nombre de vos affirmations en comparant la manière dont mes parents sont pris en charge par la médecine.

                                      Les jeunes médecins hommes s’intéressent peu à la santé des vieilles femmes. Ils sont négligents et laissent souffrir. Hasard ou pas ce sont toujours des médecins femmes qui ont amélioré la santé de ma mère alors que deux médecins hommes ont failli la faire mourir.

                                      Mon père aussi a subi l’incompétence médicale comme cela peut arriver à tous mais j’ai remarqué que les médecins masculins s’identifient plus et s’occupent mieux de lui tandis que les féminines ne semblent pas faire de différences et sont dans une prise en charge plus sensible et empathique.

                                      Il est logique que le patriarcat se niche aussi dans l’inégalité face à la santé.

                                      Jusqu’au XIXème siècle l’espérance de vie des femmes était inférieure à celle des hommes en raison de la forte mortalité en couches. Les choses s’inversent quand elles cessent de mourir à l’accouchement et que les hommes se mettent à fumer comme des cheminées et à boire comme des trous (XIX début XX). 

                                      Logiquement depuis bientôt un siècle on regarde l’homme comme une petite chose fragile et la femme comme invincible. 

                                      Aujourd’hui les femmes cumulent deux handicaps : elles ont les mêmes maladies que les hommes car les modes de vie sont désormais proches (tabac, alcool, obésité, etc...), on sous-estime leurs pathologies par habitude et parce que l’idée qu’une femme compte autant qu’un homme est récente.

                                      En effet la médecine au féminin a encore bien des progrès à faire.


                                      • Ben Schott 20 mai 20:38

                                        @Pie Pi
                                         
                                        « J’ai pu vérifier la véracité d’un certain nombre de vos affirmations en comparant la manière dont mes parents sont pris en charge par la médecine. »
                                         

                                        On sent bien le sérieux de la méthode scientifique.
                                         

                                         

                                         
                                         smiley
                                         


                                      • Pie 3,14 20 mai 21:16

                                        @Ben Schott
                                        C’est un témoignage pas une thèse et je n’ai pas la prétention d’imposer mes vues à chacun.

                                        Et vous ? il est où votre sérieux ? où est votre méthode scientifique vous qui passez votre vie à troller comme un imbécile.
                                        Votre seul plaisir est d’être dans l’opposition méchante.
                                        Quelle perte de temps et d’énergie !


                                      • rosemar rosemar 20 mai 21:29

                                        @Pie 3,14

                                        MERCI pour ce témoignage personnel utile...


                                      • Ben Schott 20 mai 21:36

                                        @Pie 3,14
                                         
                                        « C’est un témoignage pas une thèse »
                                         
                                        C’est un ramassis d’affirmations péremptoires et gratuites. Mon sérieux il est de dire que « la médecine au féminin a encore bien des progrès à faire » est une ânerie.
                                         
                                        Et tes arguments ad hominem, tu te les ranges où tu veux...  smiley
                                         

                                         


                                      • totof totof 20 mai 21:57

                                        @Pie 3,14
                                        "Les choses s’inversent quand elles cessent de mourir à l’accouchement et que les hommes se mettent à fumer comme des cheminées et à boire comme des trous (XIX début XX)."
                                        Toujours les versions les moins favorables aux hommes, bien sûr. Et le fait qu’ils font les travaux les plus durs ? Ha c’est pas mentionné... Ce sont les hommes qui fabriquent le monde, et qui en crèvent parce qu’exploités.
                                        Autrement, le reste de votre message ne vaut rien, que du particulier. J’ai vu des médecins hommes très bien s’occuper de ma grand-mère, pour autant qu’ils en sont capables dans cette médecine moderne qui nous rend malade et nous fait mourir.
                                        C’est quand même fou de regarder le monde en chaussant des lunettes à ce point incohérentes telle que le féminisme. Votre sexisme est vraiment lamentable.


                                      • nemesis 21 mai 04:33

                                        @rosemar

                                        Quand je constate les réactions... rien d’étonnant à ce que 50% des couples divorcent.
                                        Lorsque tant de « gamins » confondent attirance sexuelle et amour, un classique !
                                        Je dois aussi ajouter, hélas, que beaucoup de nanas jouent « ce jeu » par leurs postures ou leurs accoutrements au premier soleil du printemps. Suffit d’ouvrir l’écran et de regarder les reportages en TERRASSES...


                                      • Ben Schott 21 mai 05:47

                                        @nemesis
                                         
                                        « Je dois aussi ajouter, hélas, que beaucoup de nanas jouent « ce jeu » par leurs postures ou leurs accoutrements au premier soleil du printemps. »
                                         
                                        Quelle stupidité... Pas sûr que Rosemar valide !...  smiley
                                         


                                      • nemesis 21 mai 10:13

                                        @Ben Schott
                                         Mon gars !

                                        De ton style, je déduis qu’il y a 2 générations d’écart...
                                        Quand je vois tous ces farfelus de ta génération qui se trémoussent devant des hauts-parleurs comme des zombis, statistiquement, je ne m’attends pas à une posture.
                                        Je suis de la génération Ella Fitzgérald, Duke Ellington, Platters ,Billie Hollyday etc et je suis fan d’opera italien... le bruit et les simagrées des 40 dernières années, c’est pas mon truc


                                      • Ben Schott 21 mai 10:24

                                        @nemesis
                                         
                                        Tes déductions sont foireuses, et surtout tu me racontes ta vie au lieu d’essayer (je sais c’est dur) de rattraper l’énorme connerie que tu as écrite.
                                         
                                        Mon gars.
                                         


                                      • troletbuse troletbuse 20 mai 21:07

                                        Une petite élucubration de ma part qui va faire plaisir à Aristide.

                                        En parlant du mariage pour tous, je viens de repenser à une chanson de Ferrat de 1971, une chanson que doivent connaître tous les vieux débris qui opérent sur Agoravox

                                        Le titre de la chanson est : Mis à part (les curés)

                                        Sous Hollandouille,on aura pu reprendre cette chanson en changeant :« Mis à part les curés » par « Mis à part les P..... »  smiley

                                        Je m’en veux de ne pas y avoir pensé à ce moment.

                                        Musique

                                        https://www.youtube.com/watch?v=5F2pSpIJCVM

                                        et paroles :

                                        Paroles de Mis à part
                                        Ferrat 2000 : L’intégrale
                                        ALBUM

                                        Autrefois quand les mignonnes
                                        Gaspillaient leurs avantages
                                        En dehors Dieu me pardonne
                                        Des liens du mariage
                                        Les malheureuses étaient mises
                                        Au banc de la société

                                        Mais aujourd’hui c’est la crise
                                        Dans la chrétienté

                                        Mis à part les curés
                                        Par devant et par derrière
                                        Mis à part les curés

                                        Personne ne veut se marier

                                        Autrefois les belles filles
                                        N’avaient souvent qu’une idée
                                        Laisser voir le plus possible
                                        Leur peau dénudée
                                        Mais la mode est versatile
                                        Le maxi est arrivé
                                        Et les voilà qui s’habillent
                                        Jusqu’aux doigts de pieds

                                        Personne veut plus s’dévoiler

                                        On fabriquait des garçons
                                        Par douzaines et les familles
                                        Montraient leur désolation
                                        Quand naissait une fille
                                        Aujourd’hui bulle ou pas bulle
                                        Du pape garçon ou pas
                                        Qu’on prenne ou non la pilule
                                        C’est plus du tout ça

                                        Personne ne veut engendrer

                                        L’habitude séculaire
                                        De bien boire et bien manger
                                        A l’heure où la foi se perd
                                        Fait aussi pitié
                                        On préfère à la prière
                                        Et aux plats gastronomiques
                                        Un régime alimentaire
                                        Macrobiotique

                                        Nul ne va plus gueuletonner

                                        Les distractions les plus saines
                                        Disparaissent des cités
                                        Télé voiture et week-end
                                        Les ont remplacées
                                        Elles pleurent leur clientèle
                                        Du samedi des temps passés
                                        Les péripatéticiennes
                                        Quand Guy Lux paraît

                                        Personne ne veut plus monter

                                        Les religieux en colère
                                        Revendiquant nos péchés
                                        On ne sait plus bien sur terre
                                        A quel saint se vouer
                                        Si le ciel tourne à l’enfer
                                        Pour le mettre sur ses pieds
                                        Je ne vois plus que Saint-Pierre
                                        Pour tout arranger

                                        Mis à part les curés
                                        Introduits chez Lucifer
                                        Mis à part les curés
                                        Tout le monde sera sauvé

                                        • Claude Simon Claude Simon 9 juin 11:48

                                          la classe récréative de Rosemar, débordée sur tout les fronts, c’est fun, ça défoule, mais bon...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité




Palmarès



Publicité