• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > La fausse mort de Schengen

La fausse mort de Schengen

Le ministre des affaires étrangères espagnol annonce la mort de Schengen probable du fait que trois pays européens, la France, l'Allemagne et l'Italie, c'est-a-dire pas les moindres, ont rétabli du fait de la crise migratoire la surveillance de leurs frontières.

En apparence, il y a donc les accueillants à bras ouverts qui tels l'Espagne laissent un Aquarius rentrer dans ses ports et les autres. Parmi les autres, dans les faits, il n'y a plus les droite dure à la Orban contre les généreux à la Macron ou Merkel, mais bien ceux qui surveillent ou referment les frontières ou limitent de plus en plus les entrées.

La question migratoire devient donc une ligne de clivage brute ou actes et discours ne vont pas nécessairement dans le même sens. Accueillir mille migrants dont on ne sait que faire n'est en rien généreux, financer sur place, c'est-à-dire dans les pays d'origine de quoi leur faire passer l'envie d'un voyage risqué vers un El Dorado en trompe l'œil le serait. Ce n'est évidemment pas l'avis d'un Bernard Kouchner, ce qui avalise ce qui précède.

La déferlante migratoire financée par ce bon Monsieur Soros apparaît bien comme la question européenne la plus cruciale, car elle porte à la fois sur la culture de chaque peuple, le devenir de chaque nation, la capacité pour l'Union Européenne de demeurer à peu près debout sur ses deux jambes. Et aussi l'humanisme le vrai, pas celui des grands discours décalés de la réalité qui contraignent des associations et des européens ayant du cœur à tenter sans succès de colmater les brèches avec du sparadrap.

Une armée, des frontières et une monnaie, les trois piliers d'une nation, nous l'indiquent, les nations en Europe n'existent plus. L'OTAN a commencé à casser le premier pilier, Schengen a fendu le second à la base et l'euro a détruit le troisième. On peut donc dire sans faire preuve de pessimisme que le concept de nation en Europe est hors-sol, ce n'est plus qu’une idée, un souvenir, et ce quelles que soient les orientations politiques prises par tel ou tel de ses membres. La résistance hongroise est à comprendre au travers de ce prisme, ou l'idée de nationalisme est remise sur le dessus par Orban, lequel Orban, contrairement à toutes les âneries qu’on lit ici ou là n'est en rien d'extrême droite – sa politique économique pro libre échange le plaçant au contraire au centre-droit de l'échiquier, c'est-à-dire exactement là ou est Macron, question migratoire mise de coté.

Quoique … Car le monarque de l'Elysée, dans les discours, milite pour davantage de migrants mais dans les faits depuis son élection – et c'est tant mieux, sauf que ça ne durera guère – se montre extrêmement pingre. L'Aquarius il avait dit non, le bateau suivant son Altesse a daigné accepter quelques petites dizaines, à installer loin de ses fenêtres d'ailleurs.

Le retour sur investissement de Soros est une donnée non négociable, le tireur de ficelles c'est lui. Nos marionnettes financées par les élites – Orban et Macron donc, ainsi que Merkel, le ministre de l'intérieur italien tonitruant, les Le Pen, bref tous sans exception – orchestrent de faux désaccords et cachent leurs cartes. Les vagues sont financées pour créer une invasion progressive et donc diluer les identités culturelles. Tout en préparant les conditions d'une future guerre civile. Tel est le plan, le reste n'étant hélas que de l'écume …


Moyenne des avis sur cet article :  3.5/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • HELIOS HELIOS 16 juillet 12:44

    ***** Tout en préparant les conditions d’une future guerre civile. Tel est le plan, le reste n’étant hélas que de l’écume … *****


    Cela fait longtemps que je me demande quelle va être « notre » guerre de sécession" (celle qui a permis l’unification forcée des USA et qui est là-bas appelée civil war).

    Par quel subterfuge, manipulation quel abus ou false flag va-t-on réussir a se faire battre entre eux des européens que l’histoire n’aide pas a se soulever armes à la main ?

    Parce que ne nous leurrons pas, le seul moyen de transformer allemands, français, italiens ou espagnols en citoyens dont les seules racines seront le continent où ils vivent... et additionné des réfugiés-migrants déjà déracinés mais pas dé-religionisés, ce serait de les assommer par l’irréparable, : la guerre intérieure, la guerre civile !

    Et quelle bonne excuse pour nous monter le uns contre les autres que de faire entrer ceux qui n’ont rien d’autre que la violence mâtinée d’un sain racisme humanitaire jusqu’à que le seul du rejet soit atteint ? de quel rejet me dite vous, mais c’est simple, le rejet de la civilisation occidentale celle qui va de la joue (tendre l’autre) jusqu’au renoncement que pratiquent quasiment tous les peuples du monde devant l’adversité insurmontable.
    Là, ils sauront surmonter, ils seront plus nombreux et surement aidés des traitres - la 5eme colonne- ...

    Comment vous dire... il n’y a pas que Soros qui attaque l’Europe, car ne vous leurrez pas, ce n’est en rien l’Amérique du nord qui est concernée et qui sait se defendre, c’est l’Europe qui est visée... le vieux continent fait peur... 

    Shengen, les droits de l’homme, quelles magnifiques paravents... et nous, nous dansons a coté du précipice occulté par un simple voile que personne n’ose soulever... 

    • Pseudo Victor 17 juillet 10:43

      @HELIOS

      J’ai pas tout compris à ce que vous dites ; ça n’a presque aucun sens et aucune logique et le début contredit la fin.

      Mais bon, l’essentiel, c’est que vous vous y retrouviez, comme lorsqu’on parle aux murs.


    • HELIOS HELIOS 19 juillet 23:29

      @Pseudo Victor

      ahh bon ?
      ... me serai-je trompé en écrivant ? 
      Oui, par exemple, il manque un « i » qq part seul=seuil... et plein d’autres fautes...

      mais sinon, si cela vous parait ésoterique, je ne suis pas sûr que ce soit mon texte, mais admettons, j’accepte.... et les murs... bof, hormis le fait qu’ils puissent avoir des oreilles, ils ont au moins le mérite de se taire.

      Bonne nuit

    • Le christ d’amour : je vous ai apporté le glaive ;..


      • À rebours 16 juillet 22:13
        « au centre-droit de l’échiquier, c’est-à-dire exactement là ou est Macron »

        Kof kof kof....

        Cela dit :


        mais


        Si j’en crois les chiffres du bouquin analysé par Michel Drac, et j’aurais tendance à les croire, il s’ensuit que nos élites sont complètement - insérer le terme qui convient -

        "Les vagues sont financées pour créer une invasion progressive et donc diluer les identités culturelles. Tout en préparant les conditions d’une future guerre civile"
        Ca sert effectivement à ça et à plein d’autres choses.

        Comme de créer à terme un électorat dévoué (ne crache pas dans la soupe) qui était censé empêcher le Brexit ou Trump (les libérations des peuples). Choses que de pures raisons de démographie électorale auraient rendues impossibles dans quelques années.
         

        • Pseudo Victor 17 juillet 10:39

          Rien de bien nouveau sous le soleil :

          Il y a quelques mois, la droite la plus bête du monde expliquait en long en large et en travers que le problème n° 1, c’était le terrorisme islamique.

          Maintenant le problème n° 1 c’est l’immigration.

          Ça évolue du jour au lendemain, comme on le voit.

          Faut-il compter sur des gens qui se sont toujours gourés, ou à peu près, pour trouver des solutions ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès