• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > La fin de l’Histoire... de France ?

La fin de l’Histoire... de France ?

« Un peuple qui n'enseigne pas son histoire est un peuple qui perd son identité " F.Mitterand
 
Depuis 2008, dans les collèges, et 2011, dans les Lycées, les nouveaux programmes en Histoire suscitent une certaine émotion. L’historien Dimitri Casali en dénonce les dérives et le collectif « Notre Histoire forge notre Avenir », mené par Benoît Crespin, multiplie les pétitions contre cette « réforme ».
De quoi s’agit-il ? Dans le cadre de la « libéralisation » de l’École, il s’agit d’imposer à l’enseignement de l’Histoire des critères libéraux qui reposent sur l’utilitarisme du savoir, sur la pensée unique et le politiquement correct …
 
Le programme de sixième passe sans transition de l'Empire romain au IIIe siècle à l'empire de Charlemagne, soit une impasse de six siècles. Les migrations des IVe et Ve siècles (les fameuses « invasions barbares ») ne sont plus évoquées. Pourquoi ? Il est pourtant intéressant d'expliquer aux élèves qu'après plusieurs siècles d'infiltration à travers le limes, au V° s., les "barbares" ont fait exploser l'Empire Romain d'Occident.
Plus un mot sur le partage de l'empire carolingien : veut-on occulter que le Traité de Verdun (843) qui conditionne l’Histoire non seulement de la Francia Occidentalis, mais de toute l’Europe occidentale, est une des causes – lointaines - de l'antagonisme franco-germanique (pour aller vite) qui a duré plus de 1250 ans ? 

N'est plus étudiée non plus la patiente construction de l'État français - qui s'étale sur plusieurs siècles. Elle n'a pu être possible que par l'action des certains monarques (et ministres) - comme Saint-Louis, Louis XI, François 1er, ou comme Louis XIII (et Richelieu), Louis XIV - pour être achevée par la Révolution et Napoléon 1er. Les nouveaux programmes « n’aiment pas » les "hommes illustres" ! C'est dommage : les élèves ont toujours préféré une histoire faite de chair et de sang à une histoire désincarnée ... Souvenons-nous de la page célèbre de Louis Guilloux (dans Le Sang noir), dans laquelle l'auteur raconte avec émotion les moments merveilleux pendant lesquels "son" maître d'école racontait l'histoire d'un de nos « grand » rois.
 
En cinquième, "Le Siècle de Louis XIV" est relégué tout à la fin d'un programme qui s'étend sur plus de mille ans, d'autant plus qu'il est noyé dans un thème intitulé "l'émergence du roi absolu". Il est vrai que dans le contexte actuel étudier le rayonnement de la civilisation française, en France et à l'étranger, à la fin du XVIIe et au début du XVIIIe siècle fait un peu désordre … Au final, c'est à peine si les enfants à la fin de leur scolarité obligatoire (fin de la 3°), auront entendu parler de Corneille, Racine, Molière, La Fontaine, Le Brun, Le Nôtre etc ...

En revanche, Les instructions officielles imposent l'étude de plusieurs civilisations extra-européennes à certaines périodes :
- Au choix :« la Chine des Hans à son apogée », c'est-à-dire sous le règne de l'empereur Wu (140-87 avant J.-C.), ou « l'Inde classique aux IVe et Ve siècles », au sein de la partie « Regards sur des mondes lointains » représentant 10 % du temps consacré à l'Histoire de la classe de sixième ;
 
- Au choix, l'empire du Ghana (VIIIe-XIIe siècles), l'empire du Mali (XIIIe-XIVe siècles), l'empire Songhaï (XIIe-XVIe siècles) ou le Monomotapa (XVe-XVIe siècles), au sein de la partie « Regards sur l'Afrique » représentant 10 % du temps consacré à l'Histoire de la classe decinquième. Cette partie comprend l'étude de la naissance et du développement des traites négrières (traites orientales et internes à l'Afrique noire).
 
La connaissance des histoires de la Chine, de l'Inde ou de l'Afrique est importante et passionnante. Il est regrettable cependant qu'il faille se contenter de les survoler (10% du programme !) et ce au détriment de l'Histoire de France. Pour bien faire, il faudrait allonger les horaires - au lieu de continuellement les rogner …
 
Cette décision officielle de l’Education nationale, qui date de 2008, a été prise au nom de « l’ouverture aux autres civilisations de notre monde ». Laurent Wirth, doyen du groupe histoire-géographie de l’inspection générale du ministère, cite ainsi en exemple « de nombreux jeunes dans nos écoles qui sont d’origine africaine : il faut aussi qu’ils se reconnaissent dans nos programmes ». Il est vrai, selon une enquête de l'Ined (rapport « Trajectoires et origines », 2010), bien que de nationalité française, 37 % des jeunes d'origine étrangère ne se sentent pas français
 
Donc, pour donner satisfaction à certaines associations, il faudrait épouser la diversité culturelle des élèves. Ce qui est contestable. En effet, c'est une porte ouverte au communautarisme. De plus ce raisonnement risque d'aboutir à un éparpillement des thèmes et des champs d'étude, rendant encore plus difficile l'assimilation des connaissances ... La culture est la base de notre société et cette culture est notamment fondée sur la connaissance de l'histoire du pays où l'on vit, quelle que soit son origine géographique. Comme dit l'adage, on ne comprend que ce que l'on connaît. « L'Histoire est une garantie d'intégration, car elle est un moyen d'accéder aux modes de compréhension de notre société ».
 
C’est Marc Bloch qui a le mieux résumé la compréhension de l’Histoire de notre pays : "Il y a deux catégories d'hommes qui ne comprendront jamais l'Histoire de France, ceux qui refusent de vibrer au souvenir du sacre de Reims ; ceux qui lisent sans émotion le récit de la fête de la Fédération".
 
D’après les instructions officielles de 2010, après le Collège « les grands repères chronologiques étant fixés » (sic), l’enseignement de l’Histoire, au Lycée, sera enfin débarrassé de ces dates qui encombrent la mémoire et nuisent à la compréhension du fait historique dans sa totalité.
 
Vu les coupes sombres dans les programmes ou la longueur démesurée des périodes survolées de la 6e à la 3e, il est faux de prétendre que la chronologie est maîtrisée à l’entrée en 2e. Il est tout aussi inexact de prétendre que les historiens de l' École des Annalesont négligé les dates et les périodes capitales de l'Histoire. Dans son ouvrage « Philippe II et la Méditerranée », rédigé de mémoire en captivité pendant la 2e Guerre Mondiale, Fernand Braudela consacré un long chapitre intitulé : "Lepante, 1571", date qu'il estime capitale dans la compréhension de l'Histoire de la Méditerranée.
 
D’autre part, le système des options, nouvellement introduit, aboutit à une Histoire à trous, lacunaire, atomisée, qui rend beaucoup plus difficile l'assimilation par les élèves de la chronologie, "cette juste représentation de la profondeur historique". Ainsi, le nouveau programme de première est édifiant. Il repose sur un système de modules non pas chronologiques mais thématiques, qui peuvent être disposés dans n'importe quel ordre : « La guerre au XXe siècle » ; « Le siècle des totalitarismes » ; « Les Français et la République »... Avec ce système, comment expliquer le rôle déterminant de la Première Guerre mondiale dans la genèse des totalitarismes, la guerre civile espagnole, et même la Seconde Guerre mondiale. "Sans chronologie, l'Histoire est une langue sans grammaire. Sans elle, notre connaissance du passé est vouée à l'anachronisme, cette incapacité d'inscrire un événement ou un personnage dans son contexte. Sans elle, nous sommes voués à l'amnésie..."
 
Alors, amnésie du passé, c.à.d. la "fin de l'Histoire", souhaitée par certains après la chute du mur de Berlin ? cf. La Fin de l'Histoire et le dernier homme (1992).
 
Cela paraît hautement improbable - la dernière décennie a été particulièrement fertile en événements douloureux. Francis Fukuyama, dont il faut rappeler la doctrine qui tient pour inéluctable l’avènement du capitalisme triomphant et la fin des idéologies, ne fut pas le premier à prophétiser la fin de l’Histoire. Avant lui, le marxiste Alexandre Kojève, au milieu du XX°, avait fait le même pari. Et à chaque fois l'Histoire est revenue au premier plan.

En revanche, avec l'introduction de ces nouveaux programmes, c’est probablement la fin denotre Histoire nationale en tant que matière d’enseignement.
S'il y a dans les instructions de 2008 et de 2011 des objectifs avoués (voir plus haut, les propos de Laurent Wirth), il y a aussi des buts cachés.
 
- On n'étudie plus "les invasions barbares" et le mécanisme de la destruction de l'Empire romain : craintes par rapport à l'actualité ?
- Exit les "grands hommes " (Saint-Louis, François 1er, Louis XI, Louis XIV, etc ...) :
  • ainsi François 1er  : il a promulgué l'ordonnance de Villers-Cotterets en 1539, qui rend le François obligatoire pour les actes d'état-civil. Il est de bon aloi depuis de longues années de critiquer la notion d’Etat, dont l’un des fondements est la langue commune (le Français). Pour la remplacer par un idiome passe-partout, l’anglais commercial ?
 
-  Réduction à la portion congrue de certains événements majeurs : la Révolution Française et l'Empire qui ont changé la face du monde :
 
  • la Révolution et l'Empire ont eu le tort de répandre des « idées pernicieuses », tels la liberté des peuples de disposer d’eux-mêmes et le concept de Nation - concept qui sera d’ailleurs repris, dès 1808, contre l’occupant français, par Fichte ("Rede an die deutsche Nation") et par les « patriotes » en Europe mais aussi ailleurs dans le Monde pendant plus d’un siècle ;
 
   • pour bien accréditer la fin des idéologies et le triomphe du libéralisme, faut-il s'étonner devoir la Révolution de 1848 et la Commune de Paris évacuées des programmes ? Mais plus plus étonnant encore, même les grandes figures républicaines (Gambetta, Jules Ferry, Hugo) sont virées ! (NB. Signalons que le régime de Vichy se résume à une simple « négation » de la République). Tout ce qui n’est pas politiquement correct ne mérite pas une étude approfondie !
  
- Les conflits meurtriers du XX°s. sont noyées dans un thème intitulé : « La guerre au XX°s. ». Pourquoi ? le but recherché ne serait-il pas de banaliser les conflits franco-allemands en particulier, de gommer des souvenirs douloureux pour réussir la construction d’une Europe libérale ? C’est en tout cas une lecture possible du Bulletin officiel spécial du 19 avril 2010 : minimiser tout ce que le XX°s. avait de “tragique”, pour reprendre l’expression dEric J. Hobsbawm (cf.L'Âge des extrêmes - Le Court Vingtième Siècle 1914-1991), pour mieux imposer aux peuples, sous couvert de réconciliation générale, une idéologie capitaliste mondialisée.

 L’objectif final de ce train de mesures pourrait être : Éduquer les peuples de telle façon qu’ils soient prêts à accepter sans rechigner une nouvelle « Weltanschauung ». Ainsi, apparaîtrait un homme nouveau ignorant son passé et acceptant sans esprit critique son avenir …
 
Certes, l'enseignement de l'Histoire a besoin d'évoluer dans le sens d'une plus grande modernité, voire de s’ouvrir davantage sur le monde. Mais si cette évolution doit prendre le même chemin que la World Music, c.à.d. un "truc" sans odeur et sans saveur, censé plaire au plus grand nombre, et surtout si elle éradique toute critique en uniformisant les esprits, alors je crois que notre spécificité culturelle est en grand danger. Comment résister ? Tâche très difficile. Peut-être, en paraphrasant Valéry, "toute civilisation est mortelle", faudra-t-il nous résigner un jour que la civilisation française finira par se diluer dans ce grand magmas sirupeux, appelé mondialisation ? ...
 
 
Sources :
 
Le Monde diplomatique (février 2011) – article du professeur Chambaz très instructif.
Le Figaro Magazine du 26/08/2011 – article présentant « Altermanuel d'histoire de France » (Perrin), de l’historien Dimitri Casali
France Soir du 26/08/2011 – article consacré au collectif 

Moyenne des avis sur cet article :  4.58/5   (85 votes)




Réagissez à l'article

87 réactions à cet article    


  • BHL=MST 14 septembre 2011 09:46

    Merci qui ? Merci Fernand Nathan !


    • chapoutier 14 septembre 2011 10:02

      sans racines, pas de futur.
      et sans compréhension du passé , comment comprendre le présent.

      s’il y a un complot, il est bien là. instruction ministérielle après instruction ministérielle ils ont réussi à vider de leur contenu et de leur objectif des pans entier de la transmission du savoir et de la compréhension pour fabriquer l’homme nouveau, l’homme décérébré de l’union européenne et de la gouvernance mondiale.


      • Reflexions 19 septembre 2011 02:23


        oui, il y a un complot .....ou une gouvernance . D’aiileurs, selon l’adage bien connu ,« gouverner c’est prévoir » ......Et il n’y a pas d doute, nous sommes gouverneé ( je e nparle pas de Sarkozy, qui lui est pantin, mais des hauts fonctionnaires de l’Etat ) .....et ils ont tout prévu .....même la faillite totale et définitive de l’Occident ....

        C est pourquoi en France , ils ont mis en route la dé-centralisation que moi j’appelle la néo-Féodalisation du territoire.

        Les Présidents de Régions sont les nouveaux Seigneurs, les nouveaux féodaux .........et vous ( et moi donc, ) ...et nous donc, les nouveaux serfs .......

        Nous retournons au Moyen Age ....et au Moyen Age, les serfs n’allaient pas à l’Ecole ........


        Ciao....Ciao .....


      • emml78 14 septembre 2011 10:04

        Entièrement d’accord avec votre article.

        Le lavage de cerveau est en action et l’élite officielle le cautionne.

         


        • Emmanuel Aguéra LeManu 14 septembre 2011 20:09

          Ils rêvent de gouverner une infinité de cons...
          Alors que nous rêvons d’être gouvernés par autre chose que des cons finis.

          Très instinctivement parlant, comprendre la différence entre connaissances et culture revient pour moi à comparer néolibéralisme et troc.
          Pour gouverner un pays, le con pourrait penser qu’il faudrait commencer par en connaître et comprendre le passé. Mais englué dans le no-future de sa fuite en avant, la gouvernance choisit le no-passé. Remarquez, pour ce qu’il reste de la république...

          On est mal barré, l’état a disparu. En moins de 5 ans.

          Joli score, Nico, l’incontestable chef des incultes.


        • révolQé révolté 14 septembre 2011 10:28

          « La commune »,1ere période de l’histoire de france à ne plus (malheureusement )être enseignée à l’école...

          Ces donneurs de leçons que sont les dirigeants du pays ont ils peur d’une éventuelle RÉELLE prise de conscience du peuple qui reverrait les pavés se colorer de rouge.... ???


          • Yvance77 14 septembre 2011 10:41

            Salut,

            Le pire, est que dans dix ans, sera institutionnalisé que les trois tours foutues en l’air, c’est à cause des bougnoules, et que la mort de Ben Laden était un acte salutaire et héroïque, à mettre au même niveau que de débarquement alliés en 1945.

            Mais ce qui est certain, restera que c’est le mouvement libéral qui a détruit l’école, ou l’on pouvait naguère dispenser du savoir, et à mis en place une lobotomisation des cervelles ou seul compte les moutons qui en sortiront bien formatés, pour en faire d’excellents consommateurs saisis par la peur.


            • Yvance77 14 septembre 2011 11:29

              Oui oui juluch je pensais à l’année de naissance de ma mère smiley


            • Yvance77 14 septembre 2011 13:57

              Non c’est

              bye bye 

               smiley


            • Emmanuel Aguéra LeManu 14 septembre 2011 20:31

              T’a raison Yvance...
              Certains croient encore, et ce malgré la déclassification des documents sur le sujet, que Pearl Harbour a surpris le gouvernement américain. Alors le 11/9, tu parles, avec une mise en scène pareille et le niveau de connerie ambiante, nos petit enfants y croiront aussi dur que nous la sanglante et héroique bataille de Poitiers...
              Alors le choix est réduit : on raconte des conneries ou on occulte ? Euh... sorry... là, c’est les 2.


            • Outsider Outsider 14 septembre 2011 10:52

              Bonjour l’auteur

              Très bon article et préoccupant, on voit comment la France se cadre au système nord-américain communautariste et surtout au néo libéralisme que lui a tue pas seulement l’histoire mais les sciences humaines et sociales (en réduisant le budget). Sauf pour des fins commerciaux tels que le « storytelling » fait pour des littéraires par exemple, ou les anthropologues qui travaillent dans les guerres impériales (voir David H. Price, Weaponizing anthropology, social science in service of the militarized state, Counter Punch-AK Publications, 2011.)

              Il y a des « coïncidences » de ce qui se passe en Amérique latine et maintenant en Europe, pas seulement au niveau économique mais aussi dans des autres domaines tels que le savoir, la culture, etc. Sont ces parallélismes qui me mettent la pouce à l’oreille. Par exemple au Mexique, pays avec une grande histoire et riche culture, des la rentre des la droite pro étasunienne au pouvoir et avec l’aide de la gauche « moderne » (année 2000- ). Ils ont aussi gomme l’histoire précolombienne des livres de texte en laissant qu’a partir de l’époque coloniale (XVIe siècle), dans les aspects « positifs ». Mais des historiens, intellectuels et autres se sont révoltes contre ca et on mis un peu « d »’ordre ».

               Donc, le néo libéralisme essaye comme vous le dit de créer des esprits corvéables démunis de connaissance, d’esprit critique, le leur histoire et avec une haine de soi en France et une honte de soi en Amérique-latine, le tout aboutissant à la même fin.



              • Richard Schneider Richard Schneider 14 septembre 2011 15:04

                À Outsider :

                Vos réflexions sur le Mexique me paraissent édifiantes : les « mondialistes » (de droite et de gauche) poursuivent tous le même objectif, à savoir éradiquer des consciences nationales tout ce qui n’est pas « utile ». L’étude - passionnante - des civilisations précolombiennes, ça ne « sert à rien ». La chronologie des événements est inutile. Il faut vivre dans le présent. Et ce présent, c’est une même culture de masse, reposant sur la consommation et une langue vernaculaire - l’anglais « commercial » - qui assure sans entrave les échanges commerciaux. Le passé qui a construit la mentalité collective des peuples ne mérite pas d’être connu. Il faut construire un « homme nouveau », sans mémoire, dont la civilisation uniformisée par le système capitaliste se diluera dans ce grand magmas sirupeux, qu’on appelle mondialisation - que les ultra-libéraux osent qualifié d’heureuse !

              • Richard Schneider Richard Schneider 14 septembre 2011 15:09

                rectificatif : «  »osent qualifier d’heureuse". Mille excuses ...


              • Pmbouchet Pmbouchet 14 septembre 2011 16:36

                pas du tout.
                les anciens programmes ont au contraire cree plusieurs generations d’anes incapable de comprendre le monde qui les entourent, imaginant la France au centre du monde et sans recule capable de leur faire comprendre leur propre pays dans sa singularite. en gros les 30 70 ans en France.


              • Outsider Outsider 14 septembre 2011 17:52

                Tout à fait, mais il existe encore le clivage « droite-gauche » ?


              • Christian 14 septembre 2011 10:56

                Quoi qu’il en soit ni les politiciens ni les parents d’élèves et même pas les étudiants se rendent compte de l’importance de l’enseignement de l’histoire. Je serais partisan de l’existence d’une commission d’éthique avec le devoir d’observation de règles bien précises de la part des professeurs, avec la possibilité de contester leur point de vue lorsqu’il devient manifestement trop idéologique, ce qui est bien trop souvent le cas. Je parle pour la Suisse.


                • Richard Schneider Richard Schneider 14 septembre 2011 11:10

                  à Christian :

                  C’est vrai : dans notre société du présent immédiat, l’importance de l’Histoire échappe à beaucoup de gens. Dans notre société seule compte la réalisation du profit le plus rapidement possible.
                  Tout-à-fait en accord avec vous pour que l’enseignement de l’Histoire soit la plus objectif possible. On sait tous que les systèmes politiques, éonomiques, philosophiques ... ont manipulé, manipulent, et manipuleront l’Histoire à des fins pas toujours avouables. 
                  L’École des Annales (Bloch, Braudel, L. Febvre, Ladurie) a apporté un peu d’air frais dans l’enseignement de l’Histoire de France. Ce qui est regrettable, c’est qu’aujourd’hui on « s’appuie » sur leurs travaux pour dénaturer la perception que les petits Français devraient avoir de leur passé.

                • PtitLudo PtitLudo 14 septembre 2011 11:08

                  Qui a supprimé l’histoire-géo de la classe de terminale ?


                  • Emmanuel Aguéra LeManu 14 septembre 2011 20:13

                    Trop facile !!!! On dirait une question sms de la TV...

                    Remarque, ça nous ramène au cheval blanc d’Henri IV...
                    « tu l’as vu mon beau panache ?... »


                  • pastori 14 septembre 2011 11:12

                    l’histoire a toujours été enseignée en fonction des besoins des gouvernants et non de ce qui s’est passé. 

                    les profs d’histoire ont été complices en répètant bêtement ce qui leur était imposé dans les livres scolaires.
                    exemple : on m’a appris que la Corse avait été « achetée »par louis XV à la république de gênes.
                    c’est ce que croient des millions de français. 

                    comme si on achetait un pays, un peuple, à une puissance qui veut « vendre » !!
                    les profs qui nous rabâchaient cela au lycée d’Ajaccio étaient Corses, mais bons serviteurs de la république, alors qu’ils savaient à quoi s’en tenir.

                    pour faire bref, « L’achat »c’est 30.000 morts, hommes femmes enfants (mêmes les animaux !!), l’incendie ses forêts pour débusquer les résistants, invasion par des troupes de louis XV renforcées par des milliers de mercenaires sanguinaires armés jusqu’au dents contre une population paysanne et affamée (récoltes brûlées, bétail exterminé...) .

                    ce qui fait dire à ce couple de touristes qui contemplaient cette semaine l’extraordinaire golfe du valinco au détour d’un virage : « et dire que tout ça est à nous » !! smiley

                    tout ça est à vous smiley

                    • Τυφῶν בעל Perkele Τυφῶν בעל Perkele 14 septembre 2011 15:02

                      On achète parfaitement un pays et son ou ses peuples, c’est une pratique qui ne date pas d’hier. Didius Julianus a payé sa couronne d’empereur romain très cher. Ensuite, d’autres le lui ont fait payer.

                      Typhon


                    • RECULER ?JAMAIS ! 14 septembre 2011 21:13

                      Et comme les corses ne sont pas rancunniers, ils continuent à ce faire acheter par les gouvernements umps pour ne pas revendiquer trop fort.

                      Soit les corses préfère l’argent à l’indépendance, soit ils sont moins intelligents que les algériens.


                    • pastori 14 septembre 2011 21:18

                      le président de la région Corse est communiste. ni ump ni ps. le président de l’exécutif est radical de gauche.

                       va déverser tes glaires ailleurs, ici on parle de faits historiques.

                    • Olivier Perriet Olivier Perriet 15 septembre 2011 09:55

                      Ben oui pastori, en faisant ça vous faites un anachronisme : c’est sûr que ça ne se pratique plus maintenant mais c’était normal à l’époque d’acheter des territoires.
                      Et l’un n’empêche pas l’autre (conquête militaire et achat de terres)

                      Vous tombez exactement dans les travers dénoncés par l’auteur de l’article : politisation balourde de l’histoire et anachronisme


                    • zany 15 septembre 2011 11:45

                      Sur la corse elle appartient au corse, comme le pays basque appartiens aux basques et chaque région française, l’union fait la force, malgrés toutes les saloperies faite, la corse a beaucoup donné à la France tous en conservants sont caractère que beaucoup de français aime, tenez napoléon est corse, ils avais dû la quitter car sa famille avais lutter contre Paoli je crois pour échapper à la vendetta, petit les écolier se foutais de sa gueule avec sont accent à coupé au couteau, il étais surnommé « la paille au nez » (napoléon avec accent corse ^^)

                      Et là je vais parler des indépendantistes que je ne soutien pas, ils ne tue pas d’innocent mais ceux qui trempe dans de sale affaires, oui le corse est con buter, c’est pour cela qu’ont l’aime car il est toujours juste quand les temps troublé arrive, ne changé pas quel perte ce serais.

                      « hé doumer ont vas pas se faire emmerder par les continentaux » ^^


                    • Dzan 14 septembre 2011 11:40

                      Qui a durant ses « humanités » entendu parler de La Commune de Paris, écrasée dans le sang, et dont le nom du bourreau orne des avenues et des Places !!!

                      Je suis à l’automne de ma vie, et chaque jour, j’ai envie de gerber, quand je vois comment ces f****iers, sont en train de détruire notre passé !

                      Et dire que mon grand père à fait Verdun, le Chemin des Dames, et mon père Dunkerque ( dont par miracle il s’est échappé) et ensuite le maquis.

                      Ma maman, hussard de la République, qui a appris à des générations de petits Limousins, la morale, le respect, l’Histoire ( où l’on savait par coeur les dates marquantes de Notre Patrie )
                      Ils doivent se retourner dans leur tombe !

                      Ils ont espéré, un monde sans guerre, sans haine.
                      Il est beau le résultat.


                      • zany 14 septembre 2011 15:13

                        Mes arrières grand parents on tous fait la première et la seconde guerre mondial

                        tous dans l’infanterie dont un comme brancardier et un autre à pris une balle dans la tête mais a survécu ^^, j’ai un grand père cheminot qui à fait la résistance.

                        Et quand je vois des gens uriné sur leurs mémoires cela me met en rage.

                        La commune de Paris ? Les versaillais ont assassiné lâchement le peuple de Paris qui refusais la défaite et la compromission, ils furent traqué comme des bêtes dans les égouts et fusillé comme des chiens.

                        tenez pour votre grand pére

                        "Les Français ont contenu 7 divisions allemandes à Lille, permettant à au moins 100,000 combattants de plus d’être évacués à Dunkerque. L’Angleterre n’aurait pas pu continuer la guerre sans cette splendide contribution de la 1ère Armée Française."
                        Winston Churchill

                        et si certain regardais de plus prés les combat en 40 vous vous rendrez compte qu’ont s’est battu.

                        Tenez pour l’histoire caché
                        http://www.dailymotion.com/video/xztbh_le-choix-de-la-defaite_news

                        vous comprendrez bien mieux comment nous sommes manipulé, par Annie Lacroix-Riz (communiste) mais historienne de premier ordre qui a croisé tous les document européen belligérant comme neutre, elle est là la défaite de 40 pas autre part !
                        Sa dure plus d’une heure, et vous vomirez sans nul doute !


                      • zany 14 septembre 2011 13:15

                        Moi mon grand-père ma léguer des magazines d’époque sur la guerre de 14 (qui vont donc avoir bientôt cent ans .
                        Au fur et a mesure du conflit la qualités du papier des aquarelles (très belle) et le mieux la propagande de guerre dans toute sa splendeur, il n’y a que des victoires au début de la guerre du côté français , ce sont des magazines que je garde précieusement car chronologique et avec pas mal de fait passé sous silence, j’ai particulièrement aprécier l’arrivé des américains qui n’avais ni fusils, ni avions, ni moteur et nous ont tous pris pour devenir la grande puissance qu’il sont aujourd’hui, les français qui faisais voler les noirs qui subissais les loi racial (qui furent aboli en partie lors de la guerre de Corée) ce qui donnais des boutons aux amerloques, car nous les traitions à peu prés sur un pied d’égalité, d’ailleurs les tirailleur sénégalais étais extrêmement redouté par les allemands, car noir étant difficile a repérer dans la nuit ils nettoyais les tranchées (à la machette).

                        Aller je vais dire que j’ai peu de livre une centaine dont 90% de non-lue et 7 cartons de déménagement de magazine historia/historama et bien d’autre plus récent extrêmement bien fait, j’ai tous lue et c’est incroyable le roman de l’histoire de France est exceptionnel, j’ai lue récemment les croisades vue du côté des musulman (maalouf) et du côté croisé, incroyable ce fut une guerre très mais très moderne incluant la guerre psychologique  Godefroid de Bouillon fut sans nul doute un très grand homme tant du coté croisé que du côté musulman, et l’ont apprend que Saladin fut sans nul doute le plus grand des chevaliers d’ailleurs la noblesse française le citais comme exemple dans le code de la chevalerie (un livre dont j’aimerais hardiment lire)

                        tenez voici un aperçu mais uniquement du point de vue occidentale, corroboré par le point de vue musulman d’époque, incroyable !
                        http://www.youtube.com/watch?v=aG3fCeI19IA


                      • Senatus populusque (Courouve) Senatus populusque (Courouve) 14 septembre 2011 20:12

                        « on a des électeurs qui ne connaissent même pas le b a ba de notre système démocratique. »

                        On a des électeurs qui non seulement n’ont jamais lu, mais même n’ont jamais vu le texte de notre Constitution.

                        Je fais la suggestion suivante : Que le texte de la Constitution de 1958 soit envoyé à tout nouvel inscrit sur les listes électorales.

                        Notre Constitution étant courte, cela coûtera moins cher que l’envoi à tous les électeurs du texte du Traité constitutionnel pour l’U. E. en 2005.


                      • zany 14 septembre 2011 12:17

                        « L’Angleterre est un empire, l’Allemagne un pays, la France est une personne. »
                        Jules Michelet

                        "La France, ce n’est pas seulement le bonheur des paysages, une langue enrichie des œuvres de l’esprit ; c’est d’abord une histoire.« 
                        Lionel Jospin 

                         »effacer notre histoire c’est devenir le reflet de notre oppresseur« (un internaute)

                        Les français ayant une grande histoire (en bien comme en mal évidement) à tous connu, guerre famine, invasion, trahison, vole, mariage, intrigue, généraux, empereur, roi etc...
                        Nous sommes beaucoup moins influençable à une certaine propagande,car nous savons a peu prés ce qui se cache derrière.

                        Je vais vous donner un exemple personnel qui m’avais vraiment choqué, j’étais en primaire en cours d’histoire géo et notre professeur nous contais une invasion de la France par l’un de ses ennemis, et je dis »et le peuple français à bouter l’envahisseur hors de France« là ma prof à arrêter le cours et d’un air hautain me dis »ne dis pas ça c’est raciste« , j’étais interloqué et demandais avec insistance ce qui dans ma phrase laissais penser cela, la réponse me laissa pantoi, »le mot peuple", depuis ce jours je n’ai plus fait confiance à nos professeurs et même mieux, ce fut moi qui leurs contais l’histoire de France en la faisant vivre les grands personnages avec des anecdotes croustillante...

                        Tachez de lire les citations de De gaulle et vous comprendrez pourquoi nous l’aimons, vous allez être surpris .

                         


                        • Christian 14 septembre 2011 13:26

                          Ce qui me fait penser qu’au fond on pourrait probablement mieux connaître l’histoire en se passant de son enseignement. Aujourd’hui il existe soit des sites internet comme
                          memo http://www.memo.fr/ soit des forums comme passion histoire http://www.passion-histoire.net/n/www/search.php?search_id=active_topics&sid=3c70b1967ee8b6d8366df6502d9af9d5

                          ou pour les livres de guerre http://www.livresdeguerre.net/forum/tousujets.php

                          L’élève ou l’étudiant peut ainsi apprendre à son rythme, intervenir dans un forum,poser des questions ou y répondre. Je crois que l’avenir est là. Mais en Suisse on en est loin, les profs dissuadent les étudiants à aller sur un forum, ça les dérange cette concurrence. Ce qui est bête c’est que les étudiants obéissent.


                        • zany 14 septembre 2011 13:33

                          vas en enfer le moiseur, si tu as honte de l’histoire de ton pays moi j’en suis fier et un de ses plus fidèle garant !
                          Je n’admire pas l’idéologie, mais le courage, le bon sens et les faits même insignifiant qui bouleverse l’histoire du monde, sans cette connaissance, tu n’est rien et ne peu prévoir donc éviter les conflits pauvre tache, je ne me suis jamais trompé sur l’histoire moderne, pour ben laden après le 11 septembre je l’ai trouvé par déduction au bout de 10 minutes, la deuxième guerre d’irak je savais que les ricain irais 6 mois avant quelle ais lieu, et je te prédit moiseur, que l’Algérie sera déstabilisé et probablement attaquer par l’otan dans un futur très proche provaquant là même un début de guerre civile ne France, la logique est que la france sorte de l’otan et s’allie avec l’Algérie dans une alliance éco et militaire sur des base souveraine et égalitaire, seulement là la dette d’honneur français issu de la colonisation sera effacé !

                          Mais cela vous ne le comprendrez jamais.


                        • zany 14 septembre 2011 13:37

                          Merci christian pour ces liens, mais la guerre je m’intéresse plutôt a ce qui les déclenches pourquoi pour qui dans quel intérêt.

                          L’histoire a toujours été et sera toujours utilisé pour justifier une politique et peu importe le régime, toutes les erreurs ont été faite par le passé, nous avons assez d’histoire et d’enseignement pour éviter les pièges tendue à la France !


                        • Erca 14 septembre 2011 13:23

                          « Un peuple qui n’enseigne pas son histoire est un peuple qui perd son identité « F.Mitterand

                          L’historien Antoine Prost, dans ses Douze Leçons sur l’Histoire, a bien montré ce que cette formule avait de faux et d’illusoire : quel meilleur contre-exemple que les Etats-Unis, où la marginalité de l’enseignement historique n’empêche pas un vif sentiment patriotique ? Ce propos de Mitterrand et l’unanimité qu’il a suscitée, ont d’abord et avant tout souligné la »passion historique" qui règne en France et le rôle que l’enseignement historique a joué dans l’assise de l’Etat et de l’identité française, ce qui est un cas tout à fait particulier.

                          A part cela, je trouve votre billet plein de bon sens.

                          • Erca 14 septembre 2011 15:22

                            "Cette formule n’est ni fausse ni illusoire, c’est de l’universaliser qui est faux et illusoire.« 

                            => Précisément, c’est parce que cette formule se veut de portée universelle ( »un peuple") qu’elle est fausse.

                            "Les Etats-Unis ne constituent pas un contre-exemple : ils offrent un exemple de la place et du rôle de l’histoire dans un pays dont les habitants ont leurs racines ailleurs."

                            => Je ne comprends cette phrase. Existe-t-il un seul pays au monde sans immigrés ?


                          • Emmanuel Aguéra LeManu 14 septembre 2011 20:14

                            Tu peux arrêter de crier s’il te plaît ?


                          • non667 14 septembre 2011 20:43

                            à marc
                            "...quel meilleur contre-exemple que les Etats-Unis, où la marginalité de l’enseignement historique n’empêche pas un vif sentiment patriotique ?« 
                            j’ajoute
                            le sentiment patriotique des américains = comme moi pour l’équipe de france de foot
                             » on à gagné ,ils ont perdu "  smiley smiley


                          • easy easy 14 septembre 2011 13:54

                            Il me semble que l’Histoire est une très grande chose et que l’école ne devrait que nous en donner le goût.

                            Je veux dire qu’il y a tant et tant de choses à apprendre de l’Histoire, qui ne doit pas être que de France, qui ne doit pas être que d’Europe, qu’il est impossible de l’enseigner à l’école. C’est un très grand sujet que chacun doit apprendre et travailler, je dis bien travailler, toute sa vie, sans arrêt.

                            Que par une formule ou une autre, l’école inculque la passion de l’Histoire aux jeunes, ce sera très amplement suffisant. Chacun se débrouillera ensuite.
                            D’une manière générale, sur pas mal de matières à enveloppe infinie (biologie, littérature, géographie, philo, politique, histoire, arts, psychologie..) j’estime que ce qui est capital c’est de passionner un enfant. Le reste se fera tout seul et chacun fera à sa manière (ce qui évitera la pensée unique)

                            En somme, je suis dans l’esprit du Cercle des poètes disparus.


                            • zany 14 septembre 2011 14:37

                              L’histoire de France est de manière directe et indirect en total imbrication avec l’histoire du monde, sans la france ?

                              -Pas d’Angleterre, pas d’Allemagne, pas d’Espagne, pas de Russie, pas de Pologne, pas d’us, elle est la base de prés ou de loin à tous l’occident (le vrai), c’est le plus vieux pays du monde après la chine, sa langue est extrêmement précise et belle (le français fut la langue des diplomates car très précise dans les traités)

                              Et le français viens de l’apport des ses peuples ! Breton, basque, auvergnat, latin, langue d’oïl et d’oc, arabe également (francisé), ces choses qui enrichisse le vocabulaire et qui dépaint précisément certaine chose, et les faits, discours, projet font le jeux de la destruction de la nations par les dissensions ce qui amènera fatalement à la guerre car l’équilibre est brisé, certain ne se rendent pas compte de ce qu’ils provoque, « l’enfer est pavée de bonnes intentions », et nous allons vivre l’enfer, car dans tous le cas de figure le point de non retour à été franchit, justice n’est plus rendue, les français sont déshonoré, démoralisé, rabaissé, diffamé et écrasé, bref tous ce qu’il faut, et question : il se passe quoi dans ces cas là ?

                              certain aujourd’hui ne savent pas encore ce qui fait marché les hommes, la richesse ? La puissance ? Écraser le faible ? Faire des veuves et des orphelins partout dans le monde ?

                              Et certain ne s’en rendent pas compte que ces choses sont faite en notre nom, avec des mots comme « démocratie », « liberté », « droit de l’homme », juste des mots qui ont été fourvoyer

                              démocratie ? veux dire pouvoir aux peuples, referendum sur lisbonne est passé sans notre consentement

                              Liberté ? Ont ne peu plus rien dire sans se prendre un procès

                              Droit de l’homme ? n’ont jamais été appliqué et aujourd’hui ont tue des pauvre gens au nom de ce texte !

                              Pour ma part je ne suis plus tenue de respecter des élites qui me crache au visage et nous fait passé pour des bâtards qui ne respecte pas leurs principes fondamentaux, qui appel maman pour leurs dire « je suis ministre » un titre qui est vidé de tous contenu et pouvoir, des politiques qui par électoralisme sont prêt a toutes les compromisions pour conservé leurs « pouvoir », je ne vois que des séniles et lâche qui s’accroche désespérément à leurs sièges qui font des discours auquel ils ne crois pas.

                              Quand l"europe unifier se fera je ne respecterais aucune de ses lois, car elle me sont imposé de force, cette UE étant désormais illégitime le peuple ne doit pas lui obéir point barre, pour la désobéissance civile organisé, impôt, amende, banque, moyen de contrôle, plaque d’immatriculation, logement etc...

                              Les peuples par leurs refus fera l’UE ingouvernable, non respecter, et les élites serons seul dans leurs tours et parlerons dans le vent, de facto elle tombera...

                              simple


                            • Richard Schneider Richard Schneider 14 septembre 2011 20:21

                              À Par easy :

                              Ce serait en effet l’idéal : étudier, se cultiver pour le plaisir. Mais malheureusement ce n’est pas souvent le cas ...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires