• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > La fin des religions, le seul salut pour l’humanité

La fin des religions, le seul salut pour l’humanité

Comment lutter contre l'islamisme ? C'est la question qui taraude l'occident depuis quelques années, et que l'actualité récente rappelle avec une acuité particulière. Il y a pourtant un moyen simple, au moins dans nos pays civilisés où chacun a accès à l'instruction, en a même l'obligation.

Ce moyen c'est l'éducation.

Je veux dire qu'une éducation digne de ce nom devrait conduire chacun à penser de façon rationnelle, et conduire à proscrire toute idée, tout énoncé non basé sur des éléments concrets et vérifiables. Ce n'est pas vraiment ce qu'on fait actuellement, car cela impliquerait d'enfin envoyer toutes les croyances religieuses à leur juste place, et d'enfin expliciter que nos trois religions monothéistes sont d'intéressantes superstitions élaborées à l'âge de Bronze par des tribus du désert du Moyen-Orient. Que ces mythes et légendes pré-antiques aient autant de résonance à l'heure actuelle, qui plus est dans nos sociétés occidentales à une époque où l'accès au savoir n'a jamais été aussi facile, en dit long sur le poids de l'histoire et l'inclination naturelle de l'Homme à se complaire dans le conformisme et la paresse intellectuelle. Cela se comprend mieux pour des populations pour lesquelles la difficulté est simplement de vivre, dans des environnements où cet accès au savoir est faible ou inexistant, et où la crédulité et la pensée magique ont le monopole de la formation des idées.

Cette façon de qualifier les religions n'est pas une opinion mais un simple constat, une expression de la réalité, en tout cas la meilleure représentation de la réalité qu'on puisse avoir (comme de dire que la Terre est ronde ou qu'elle tourne autour du Soleil). Dieu n'existe pas, tout ce qu'on sait le hurle. Que ce soit les sciences (biologie, physique, géologie, …), la philosophie, l'histoire, la logique interne des textes dits sacrés, entre autres innombrables évidences, tout le démontre, le prouve, l'explicite. Cela a été très abondamment étudié, largement démontré.

Les actes terroristes qui endeuillent la planète ne sont quasiment que le fait de croyances religieuses, en particulier l'Islam. Comment peut-on encore dire que ça n'a rien à voir avec l'Islam ? Ca n'a qu'à voir avec la religion, mode de pensée irrationnel et souvent destructeur. Si on pousse au bout le raisonnement, tout choquant qu'il puisse être, de l'abbé Pierre à Daesh existe un continuum de pensée irrationnelle qui constitue le terreau sur lequel prospèrent les terroristes, même s'il peut être invoqué pour des actions positives comme l'aide aux plus démunis (on pourrait objecter qu'on ne doit pas faire le bien pour plaire à Dieu ou pour avoir un appartement avec vue sur la mer au paradis, mais parce que c'est bien, tout simplement). Comme l'a dit Steven Weinberg (repris par Richard Dawkins), il y a des gens biens qui font des choses bonnes, des gens mauvais qui font des choses mauvaises, mais la religion conduit parfois des gens biens à faire des choses mauvaises. Je m'étonne toujours qu'on soit surpris de découvrir que les auteurs des actes de terrorisme sont souvent décrits comme sympathiques par leur entourage.

Il se trouve que l'Islam est la principale religion à problème car 1. elle porte dans ses textes et son histoire un message de violence, même si ce message existe dans une moindre mesure dans les autres textes. Il est temps d'arrêter de parler d'une "religion de paix", c'est la simple expression d'un conflit d'intérêt visant à défendre un propre mode pensée (ce sont généralement des croyants qui disent ça), ou à ne pas se priver d'électeurs potentiels, ou à ne pas paraître raciste. Il est vital de s'éloigner de ces textes, de les prendre pour ce qu'ils sont. Comment peut-on condamner les actes répréhensibles en argumentant (pardon, "argumentant") que "ce n'est pas dans le Coran " ? Ca veut dire que si ça y était ça passerait ? C'est exactement ce que ça veut dire. Peu importe ce qu'il y a dans le Coran et dans la Bible, la place de ces bouquins est sur les étagères des ethnologues. 2. Les musulmans ont un rapport direct à leur texte fondateur. Même chez les musulmans "modérés", pacifiques. Le rapport au texte est littéral, il est la parole de Dieu à la virgule près. Demandez à n'importe quel musulman par quel moyen de transport le prophète Mahomet a accompli l'Hégire en 622, demandez-lui de faire un petit gribouillage représentant ce prophète, et vous aurez une idée du problème. On en est là. L'Islam structure totalement le mode de pensée des musulmans, bien plus que celui de la plupart des chrétiens dont les textes sacrés sont connus pour avoir subi de multiples traductions et modifications qui, combinées à leur interprétation officielle par un clergé, permettent de tenir ces textes à une distance salvatrice sans avoir l'impression de se renier (au prix d'une gymnastique mentale portée à son paroxysme par les théologiens, mais au moins on ne tue plus grand monde dans le processus).

C'est le "respect" dont bénéficient les religions qui est le problème, paradoxalement rendu possible par le principe de laïcité. Effectivement, on a le droit de croire ce qu'on veut, mais chez soi. On peut croire en Dieu, au Père Noël, que la Terre est plate, qu'un petit lutin pédale dans le Soleil pour faire de la lumière, … mais ce serait tellement mieux de savoir que tout ça n'a pas de sens, en s'appuyant sur des connaissances établies. En aucun cas ces croyances, aucune croyance, ne méritent le respect. Elles méritent d'être interrogées, évaluées, discutées, débattues, comme n'importe quel énoncé, mais cela n'a rien à voir avec le respect qui n'est ici qu'un scandaleux passe-droit évitant, interdisant même de poser des questions, et ainsi de voir l'évidence. Le respect est dans ce cas simplement hors sujet. Un énoncé (une idée, une opinion, une assertion, une théorie) est juste ou faux, et cet état doit être évalué et établi à la lumière des faits. Point. Seuls des faits nouveaux peuvent ensuite conduire à changer cet énoncé. Le respect et la liberté d'expression n'ont rien à voir avec le problème, et ne sont ici que des stratégies destinées à perpétuer des croyances irrationnelles. Seules la rigueur et l'honnêteté intellectuelle comptent. Il est donc urgent d'éloigner les "hommes de Dieu" des débats. Quelles compétences ont-ils, en quoi leur avis (en tant qu'hommes de Dieu) a-t-il le moindre intérêt sur quoi que ce soit à part sur la connaissance de textes mythologiques ? J'inclus le Pape dans le lot, et tout humaniste et réformateur que soit le Pape actuel je ne comprends pas quelles compétences lui confèrent une opinion pertinente (en tant que Pape) sur la façon dont doit fonctionner le monde.

Il est temps de voir les choses en face. Seul ce respect absurde conduit à refuser de simplement démontrer par l'éducation que les religions n'ont aucun sens en tant que systèmes de pensée, de théories explicatives de la réalité, encore moins comme cadres politiques. Ce prétendu respect freine voire interdit les sociétés d'évoluer comme elles ont pu le faire dans de nombreux autres domaines, dans lesquels l'accumulation des connaissances a conduit à une adéquation toujours meilleure avec la réalité, et à adopter des comportements de plus en plus rationnels, efficaces, civilisés. L'éducation donne les outils, connaissances et méthodes d'acquisition du savoir, qui permettent de mettre en oeuvre son esprit critique, et cela aussi s'apprend. Que l'épistémologie soit absente des cursus scolaires est une aberration. Il s'agit ici de donner aux gens les connaissances de bases et les outils cognitifs, puis les laisser décider eux-mêmes de la meilleure façon de vivre en connaissance de cause. Cela éradiquerait les superstitions en peu de temps. La situation actuelle, le passe-droit octroyé aux vieilles superstitions qu'on nomme religions, conduit à ce que nos politiques, nos hommes de pouvoir, puissent revendiquer de telles croyances sans immédiatement se voir discrédités. Je pense à François Bayrou, maintenant considéré comme un sage qu'on écoute, qui revendique régulièrement être chrétien. Cela veut dire qu'il croit à la transsubstantiation, la transformation d'eau en vin, la parthénogenèse chez une femme il y a 2000 ans, la multiplication des poissons et des pains, le déplacement sur l'eau à pied, la résurrection, etc. Ce n'est pas rien et j'aimerais beaucoup entendre ses arguments, sans y placer les mots "culture" et "tradition" qui sont les justifications de ceux qui n'ont pas d'arguments. Comprenez-bien qu'un comportement qui serait considéré comme une maladie mentale s'il était le fait d'un seul homme devient une pratique religieuse quand il est accompli par un groupe. Cela n'a aucun sens. Il y a pourtant une église/temple/synagogue/mosquée dans chaque village. Avons-nous pensé à ce que serait le monde si au lieu d'avoir dépensé tant d'énergie à ériger ces totems à des divinités imaginaires, on avait bâti des écoles, bibliothèques, universités, hôpitaux ?

Je n'ignore pas que chez les chrétiens éduqués, à part quelques bigots essentiellement américains (pas mal en fait), le rapport au texte fondateur, la Bible, est distant. En fait le bon sens et la connaissance tentent, et arrivent assez bien, à percer sous la superstition et à considérer de nombreux passages de manière allégorique, non littérale (sur quelles bases ? Ceci est une autre affaire…). Mais le conformisme et la paresse intellectuelle empêchent souvent d'aller jusqu'au bout. Il en résulte une dissonance cognitive, une schizophrénie, et disons-le une hypocrisie dans la pratique religieuse. Soit Dieu existe et il faut suivre ses commandements, donc abandonner connaissances et raison, soit c'est l'inverse. On ne peut pas faire les deux. L'Islam n'a pas cette hypocrisie, et ainsi les pays et civilisations qui se basent explicitement sur ses préceptes restent loin derrière (en tout cas depuis le Moyen-Âge) en terme de progrès, de développement, de droits humains, et ne font plus rien, ne font que suivre (souvent mal et à contre-coeur) ceux qui produisent le savoir et les technologies afférentes. Aucune des révolutions arabes ne donnera quoi que ce soit tant que les peuples concernés ne se seront pas débarrassés de cette superstition absurde. Un programme éducatif rationnel (ce qu'on sait et comment on le sait) règlerait ça en une génération.

Certes, la plupart des musulmans, comme les gens en général, sont pacifiques et non violents, du moins quand leur environnement ne les pousse pas à une tension extrême. Cependant, ce n'est pas l'Islam qui porte la paix en lui, c'est la nature humaine qui s'exprime dans un monde civilisé et pacifique. Comme la Bible, mais encore davantage, le Coran regorge de passages ultra violents et sans équivoque (dans The End of Faith, de Sam Harris, ces passages sont méthodiquement listés). La nature humaine empêche la plupart des musulmans de les prendre au pied de la lettre, c'est tout, et des circonlocutions de théologiens peuvent tenter d'y trouver une justification tirée par les cheveux. Ce n'est pas le cas de tous les musulmans, certains n'ont pas cette hypocrisie et vont au bout. Ainsi le problème de l'immigration en Occident n'est pas que les gens qui arrivent ne sont "pas de chez nous". Au contraire c'est comme ça qu'on progresse, qu'on s'enrichit, qu'on fait venir du sang neuf et qu'on échappe à une consanguinité sociale stérilisante. Le problème est que beaucoup d'immigrés apportent avec eux un mode de pensée structuré par l'irrationnel et la superstition, mode de pensée dont les civilisations développées commencent tout juste à réellement s'extraire. Ce mouvement de libération est encore fragile et régulièrement remis en question par nombre de réactionnaires qui rêvent d'un retour aux "valeurs judéo-chrétiennes" qui ne sont rien d'autre que le retour à la soumission à ces superstitions d'un autre âge. Le raisonnement de ces esprits chagrins implique que ces valeurs, notre morale même, sont consubstantielles de la religion, ce qui revient très clairement à dire qu'elles sont d'essence divine. Sans rire. Il est temps de mettre de côté le respect des cultures, qui se confond avec un relativisme culturel délétère, et de mettre en place un système éducatif qui doit tirer tout le monde vers le haut dans tous les pays, les résidents de longue comme de fraîche date. La religion remplit les esprits vides. Elle n'a jamais été autre chose qu'un frein. Luttons contre le retour du religieux, laissons Dieu mourir de sa belle mort. C'est à cette seule condition qu'on allumera vraiment les Lumières.


Moyenne des avis sur cet article :  1.86/5   (35 votes)




Réagissez à l'article

44 réactions à cet article    


  • gaijin gaijin 11 décembre 2018 15:49

    " Comment lutter contre l’islamisme ? C’est la question qui taraude l’occident depuis quelques années,

    "

    a bon ?

    la réponse est pourtant simple : il suffit d’arrêter de l’armer et de le financer ...


    • waymel bernard waymel bernard 11 décembre 2018 18:08

      @gaijin
      Il faut aussi arracher quelques pages du Coran. Par exemple celles que certains traduisent approximativement par l’Islam est une religion d’amour et de paix tandis que d’autres pensent que l’exacte traduction est plutôt il faut tuer les juifs, les associateurs, les athées les apostats, les homosexuels, etc.


    • Arthur Gohin 12 décembre 2018 10:02

      @gaijin
       J’allais l’écrire. 


    • Cateaufoncel3 Cateaufoncel3 11 décembre 2018 16:21

      "...une éducation digne de ce nom devrait conduire chacun à penser de façon rationnelle, et conduire à proscrire toute idée, tout énoncé non basé sur des éléments concrets et vérifiables. "

      Le salut de l’humanité n’est programmé nulle part, et dans le combat titanesque qui oppose les chimériques aux croyants et aux fidèles, les premiers sont voués à l’écrasement parce qu’ils n’ont que des raisonnements à opposer à un credo.

      Cela dit, le christianisme est en void perdition, non par son intransigeance, mais par sa tolérance d’agonisant.


      • machin 12 décembre 2018 09:56

        @Cateaufoncel3

        Cela dit, le christianisme est en void perdition, non par son intransigeance, mais par sa tolérance d’agonisant.


        Sa tolérance ???

        A part envers les esclavagistes, la servitude, et plus actuellement les prêtres pédophiles...

        Je ne voit pas vraiment de tolérance...


      • Cateaufoncel3 Cateaufoncel3 12 décembre 2018 18:40

        @machin

        « Je ne voit pas vraiment de tolérance »

        C’est comme tout, il faut suivre. Ne comptez pas sur moi pour vous y aider


      • Gollum Gollum 11 décembre 2018 16:31

        Quel texte puéril. 

        Sans compter que les vrais périls sont ailleurs.


        • Étirév 11 décembre 2018 16:39

          Focaliser sur une religion plutôt qu’une autre ne résoudra rien.

          L’important est de lutter contre l’ignorance et de rappeler à tous ce qu’était, à l’origine, la Religion.

          En remontant dans le passé pour chercher l’origine de la Religion primitive, nous découvrons qu’elle était basée sur les lois de la Nature, qu’elle était naturelle. Et c’est en cela qu’elle diffère des religions modernes qui, toutes, sont basées sur la violation de la Nature, qui sont surnaturelles. Et comme toutes les erreurs triomphantes sont intolérantes, elles ne se laissent pas discuter, parce que leurs prêtres ont une conscience vague des absurdités qu’ils enseignent.

          Faire l’histoire des religions et des systèmes philosophiques qui ont surgi autour d’elles, c’est faire l’histoire de la psychologie humaine.

          L’évolution religieuse, c’est l’évolution psychique de l’homme déroulée à travers les siècles. Elle répond à des lois aussi certaines que celles qui régissent les phénomènes physiques et les phénomènes biologiques.

          L’état psychique de l’homme jeune a eu comme résultat de faire naître la manifestation sentimentale, qui dure depuis les temps les plus reculés, qui durera éternellement, et qu’on appelle, dans les temps modernes, la Religion.

          Nous qui venons à la fin des temps, nous avons sous les yeux la multitude innombrable de débris dont l’histoire est jonchée : débris de livres, débris de monuments, de traditions, de langues, de rites et d’institutions. Notre tâche est d’en comprendre la signification morale et d’en extraire la Science des Religions qui n’a pas été faite jusqu’ici.

          Et c’est cela qui remettra la paix dans le monde, car c’est autour du mot Religion que toutes les passions humaines se sont déchaînées. Les discussions, les luttes, les guerres ont, presque toutes, été provoquées par un mot dont, aujourd’hui, on ne comprend plus la signification.

          En Égypte

          La Perse et l’Inde

          En Chine

          En Grèce

          Chez les Hébreux

          Le Christianisme

          L’Islam

          Puis il y eut la Révolution Française…


          • Attila Attila 11 décembre 2018 17:33

            @Étirév
            "l’origine de la Religion primitive, nous découvrons qu’elle était basée sur les lois de la Nature, qu’elle était naturelle"
            La Nature n’existe pas, ce n’est qu’une croyance religieuse comme une autre.
            Par delà Nature et culture, Philippe Descola

            .


          • Jeekes Jeekes 11 décembre 2018 17:19

            AMHA il y a une religion bien implantée partout dans le monde qui cause à elle seule bien plus de torts à l’humanité que toutes les autres réunies.

             

            Je ne sais pas son nom exact, mais je connais celui de son dieu : ARGENT.

             

            En fonction des endroits il s’appelle aussi : fric, pèze, flouze, fraiche, pépètes, némo, dollards, pognon, artiche...

             

            Il est Janus, il a même de multiple visages.

            Et ses disciples, que dis-je ses adorateurs, sont les pires ordures que ce monde ait jamais porté !

             

             


            • gueule de bois 11 décembre 2018 18:13

              @Jeekes
              Bonjour !
              J’en rajoute une louche :
              oseille, grisbi, galette, thune.
              Une telle variété de dénominations ne se retrouve que pour le sexe.
              Preuve s’il en faut que, a priori, dans la vie il n’y a que deux choses vraiment importantes.
              On peut en analysant tout ramener à une seule valeur : le sexe.
              En effet le fric est tout simplement lié dans les sociétés ’évoluées’ au pouvoir, à la puissance. le recherche du pouvoir est directement liée au sexe, particulièrement pour les mâles. Le mec qui roule en Ferrari est tout à fait comparable au paon qui fait la roue.
              Alors pour simplifier à l’extrême et pour une formule ’unifiante’ : « Dans la vie il n’y a que le cul ».
              La plupart des ’zommes politiques’ pensent avec leurs quéquettes. Pour les femmes je ne sais pas si elles ont une pensée ’hormonale’, mais dès qu’elles se lancent en politique elles ont des comportements strictement semblables à ceux des hommes.


            • Jeekes Jeekes 11 décembre 2018 18:38

              @gueule de bois
               
              Complètement d’accord !
               


            • velosolex velosolex 11 décembre 2018 18:54

              @gueule de bois
              Le sexe n’est qu’un instrument de la domination. Mais ce n’est pas le centre des préoccupations des grands mâles dominants.
              C’est le pouvoir en lui même qui fascine !
              Celui de nommer, d’être au centre des regard et des sollicitations, d’ avoir des courtisans qui tournent autour de vous.
              Sinon vous ne verriez pas de vieux dictateurs, qui ont passé l’âge de la fornication, continuer à se cramponner pathétiquement à leur hochet. Un cas malheureusement très courant, et qui se renforce curieusement encore davantage avec les années qui passent. 
              Le sexe n’est qu’un leurre, dans la vie politique, car il évoque notre vie primitive, le grand mâle choisissant ses femelles soumises. Montrer est alors tout autant valorisant que consommer. Les leaders en cela ne varient pas du commun !
              Une enquête avait été fait en Italie il y a quelques années. La question posée, était celle ci : Préférez vous vu être au bras de la plus belle fille du monde, mais sans que les autres ne sachent que la relation n’est pas consommée, ou au contraire passer une nuit d’amour avec cette fille, mais sans que l’information ne soit connue d’aucune façon par les autres. 
              Une écrasante majorité préférait la première proposition….


            • Jeekes Jeekes 11 décembre 2018 19:02

              @velosolex
               
              ’’Sinon vous ne verriez pas de vieux dictateurs, qui ont passé l’âge de la fornication’’
               
              Vous voulez parler de ces vieux qui se tapent des jeunettes qui pourraient être leurs petites-filles ?
               
              Enfin, quand je dis qu’ils se les tapent, je leur accorde bien trop de crédit.
              Y’a des Ben-allah pour ça.
               
              En fait, ces débris s’offrent de jolies putes comme ils se payent leurs Porsches, ou leurs Roll’s. Juste comme une déco. 
               
              Bref, pour dire que si, je crois que c’est le cul (ou l’image que ça véhicule) qui mène le monde...
               


            • gueule de bois 11 décembre 2018 20:02

              @velosolex
              Bonsoir,
              Cette conversation est un peu à la marge et je ne voudrais pas trop pourrir ce fil.
              Chez l’humain les comportements primitifs subsistent mais ils sont ’culturisés’. De fait le mâle dominant humain qui cherche à se procurer des biens pour épater des femelles serait bien étonné de découvrir ses véritables motivations sauf s’il a un QI limité. Un p’tit jeune reconnaîtra facilement qu’une voiture de sport, des vêtements de marque c’est bon pour ramasser des meufs, d’une certaine façon il est honnête. Un chef d’entreprise, un intellectuel, un fonctionnaire, ne le reconnaîtra pas.
              Alors en vieillissant ces comportements perdurent, comme le fait remarquer Jeekes les vieux barbons, devenus moins séduisants, se paient des putes ou assimilées. Et puis quand il ne sont plus capables d’assurer ils conservent les même comportements inconscients, sans savoir ce qui depuis le début les motive.


            • symbiosis symbiosis 11 décembre 2018 22:12

              @Jeekes
              J’en rajoute une pincée : la maille et le brouzoufe.


            • velosolex velosolex 12 décembre 2018 00:34

              @gueule de bois
              Mais dans le sexe, qui est un élément de culture, on trouve justement dans nos sociétés cette dominante de volonté de domination, voir d’humiliation, dont l’Omega se trouve dans le comportement des tueurs en série, ces psychopathes qui doivent souvent humilier, avant de tuer après tout un tas de rituels ! 
              La politique est une autre forme de sexualité, pourrait on dire, car elle assouvit tout autant la volonté de domination...Le taux de testostérone est augmenté dans l’exercice du pouvoir, et l’ivresse des cimes, aboutit à ces comportements et déclarations incroyables qu’on a pu voir chez Sarko , Hollande, et maintenant Macron, de grand mal dominant pouvant « se relâcher », car arrivé au sommet...Ce qui a donné suffisance et déclarations stupides....
              Quoi qu’on en dise, le physique et la testostérone conditionnent par contre les possibilités des vieux barbons dont vous parlez, coincé entre l’infarctus et la débandade. Certains continuent à jouir par procuration, le sexe n’étant qu’un des multiple avatar, et n’étant qu’un moyen, pas une fin. Sinon, un simple bordel suffirait, et vous exonère de la mise en scène.
              Mais c’est justement la mise en scène qui compte ! 


            • machin 12 décembre 2018 10:02

              @velosolex

              "Le sexe n’est qu’un instrument de la domination.

              "

              Non.
              C’est la domination qui est un instrument du sexe et de la reproduction.


              Nous confondons trop souvent la cause et les effets.


            • velosolex velosolex 12 décembre 2018 11:15

              @machin
              Tout cela se mord la queue si j’ose dire.
              Disons, nuance, que le sexe peut être un moyen d’exercer la domination.
              Loin des notions de plaisir et d’extase partagées. 
              Une évidence certaine, sans avoir besoin de rappeler l’affaire DSK et l’affaire weinstein.
              Le viol en temps de guerre en étant une autre version, terrible. 
              Nous sommes là dans la face obscure de l’homme, qui utilise le sexe, comme partie intime et personnelle de l’être, pour détruire ses semblables. 
              Car le sexe peut être à la fois un objet de culture raffinée, et de sublimation, tout autant que de destruction.
              Les pervers et autres psychopathes sont des violeurs nés, car ils savant que cette clé est située au croisement, de l’intime, du sacré et du culturel. Violer, c’est tuer, et pas que de façon symbolique.
              Là où certains ne conçoivent que plaisir dans la communion partagée, d’autres ne voient qu’un champ de bataille et d’humiliation possible, où la seule jouissance et d’abord de soumettre. Des vues pas seulement liées à la lecture du marquis de sade, mais à 30 passées en psychiatrie. 


            • velosolex velosolex 12 décembre 2018 11:26

              @velosolex
              On me disait que je tire des bords et que je suis hors sujet, mais c’est pas moi qu’a commencé. De plus le sexe on le sait n’est pas étranger à la religion, et à ses excès. Ne parlons pas de l’abus d’autorité de certains prêtres, qui ne sont certainement pas uniquement liés à la religion catholique. Car le phénomène d’emprise, sectaire, déborde largement sur ce genre de conséquences. 
              Ne parlons pas de bargeots de Daesh qui eux utilisent le sexe et les fortunes de guerre et les opportunités de massacres et de viols, comme des promesses, pour faire des vocations.
              Nous avons là la réunion de tous les abus, de tous les dérèglements. Une chose assez classique qui se remet parfois sur ses rails. 
              Mais précisément, rien de mieux que Daesh pour montrer que la violence endémique, et la prise des corps et des âmes de l’autre, se fait en toute complaisance d’asservissement. La religion joue là le rôle de désinhibiteur, et de justification au pire, ses protagonistes jouissant d’un blanc seing. 


            • machin 12 décembre 2018 12:47

              @velosolex
              30 passées en psychiatrie. 


              Et....
              Vous etes guéri ?

              C’est pour rire, je déconne....


            • velosolex velosolex 12 décembre 2018 17:02

              @machin
              Disons que j’étais du bon coté de la blouse, bien que celle ci ne vous protège pas toujours, au propre et au figuré. 


            • Albert123 11 décembre 2018 17:32

              On tient là un joli condensé du gauchisme révolutionnaire qui nous a déjà donné le stalinisme, le nazisme, le franquisme et le fascisme.


              On va peut être s’arrêter là avec cette voie de garage qui fait le bonheur des psychopathes.


              • velosolex velosolex 11 décembre 2018 18:42

                Autre religion mortifère : Le libéralisme économique. 

                 


                • karim 11 décembre 2018 19:04

                  Le seul salut pour l’humanité est de laisser les gens libres de croire ou non.


                  • Désintox Désintox 11 décembre 2018 20:13

                    Nous devons veiller à maintenir la religion dans la sphère privée. Croire ou ne pas croire est une affaire strictement personnelle.


                    • Saint Rata de l'himalaya Saint Rata de l’himalaya 11 décembre 2018 20:22

                       la religion ne fait plus partie de la solution mais fait partie du problème .

                      Evolution de conscience et pensée intégrale

                      https://www.youtube.com/watch?v=jG0Jmnpiuvw



                        • Saint Rata de l'himalaya Saint Rata de l’himalaya 11 décembre 2018 20:31

                          Pour info les gilets jaune sont dans le courant FSvert

                          ne pas confondre avec un parti politique ,merci


                          • Jonas 11 décembre 2018 21:07

                            "Avons-nous pensé à ce que serait le monde si au lieu d’avoir dépensé tant d’énergie à ériger ces totems à des divinités imaginaires, on avait bâti des écoles, bibliothèques, universités, hôpitaux ?"

                            Toutes les institutions françaises, hôpitaux, associations caritatives, écoles, universités, tribunaux, cour des comptes, poste, ponts et chaussées, banques, cathédrales,... que vous connaissez aujourd’hui ont été pensés, structurés et édifiés sous la France catholique.
                            Pourquoi croyez-vous qu’il y ait une croix catholique au sommet de l’université de la Sorbonne, et sur le dôme du Panthéon ?
                            Pourquoi le plus vieil hôpital de Paris s’appelle Hôtel-Dieu ?


                            • cétacose2 11 décembre 2018 21:15

                              La religion chrétienne c’est du folklore mais on y tient .Quand à Dieu ,il n’existe pas ,la preuve :je l’ai rencontré .....


                              • Jonas 11 décembre 2018 21:16

                                "Il est temps de voir les choses en face. Seul ce respect absurde conduit à refuser de simplement démontrer par l’éducation que les religions n’ont aucun sens en tant que systèmes de pensée, de théories explicatives de la réalité, encore moins comme cadres politiques."

                                La religion est le ciment de base de toute civilisation qui permet de construire et de maintenir une société pérenne sur le long terme autour de dogmes et de cultes communs, la Foi, liant une communauté, un peuple (religion, religare (relier)) soumis à Dieu, sans elle, c’est la tour de Babel qui se construit.

                                L’établissement du Nouvel Ordre Mondial, si cher à Sarkozy et Macron, passe par la destruction des État Nations, des identités culturelles et donc de l’Église Catholique, afin d’imposer la domination d’une oligarchie, dont huit personnes sur la planète détiennent autant de richesse que la moitié la plus pauvre de la population mondiale, et la puissance sans limite de l’homme contre la création Divine : destruction en masse des forêts, annihilation des espèces végétales et animales en recouvrant la Terre de milliers de km2 de bitume, mariage pour tous, tentative de légalisation de la pédophilie, génocide de masse à l’échelle industrielle avec 220 000 avortements chaque année en France, pornographie sans limites sur Internet, pollution et empoisonnement de la nature et de la nourriture avec pesticides, gaz nocifs, édulcorants, émulsifiants, exhausteurs de goûts, colorants, polyphosphates, destruction des groupe ethniques, puissance de l’argent, avidité du pouvoir, cupidité, etc..


                                • Trelawney Trelawney 12 décembre 2018 08:00

                                  Et pour lutter contre le réchauffement climatique il suffit de casser tous les thermomètres !

                                  L’homme a en lui des capacités à faire le bien comme le mal. La question des religions n’a rien à voir la dedans. Supprimez toutes les religion et vous aurez l’abruti de service qui se trouvera d’autres excuses pour justifier le mal qu’il fait.


                                  • Trelawney Trelawney 12 décembre 2018 08:02

                                    La vrai question est : Est-ce que l’humanité mérite d’être sauvée ? J’ai la réponse et on est fort heureusement pour la planète plus proche de la fin que du début !


                                    • zzz999 12 décembre 2018 08:23

                                      La fin des religions ? comme par exemple croire qu’on peut avoir une croissance illimitée sur une planète limitée ? croire qu’avoir toujours plus de pognon est le but ultime de toute vie ? croire qu’une molécule d’ADN, molécule la plus complexe de l’univers, qualifiée d’ordinateur biologique par les biologistes est le fruit du hasard ?

                                      fin de la franc maçonnerie cet humanisme cultuelle qui a des rituels étrangements religieux ? etc. etc.

                                      Fin des religions certes, mais de toutes les religions, y compris celles que je viens de citer qui se déguisent pour ne pas être reconnues comme des religions mais qui en sont.


                                      • Jeff Parrot Jeff Parrot 12 décembre 2018 08:35

                                        Le probleme de la fin des religions traditionnelles est qu’il laisse un tel desaroi, que le peuple sombre dans l’addiction televisuelle la plus profonde (4h par jour) qui lui prone la religion des riches : le FRIC.


                                        • Lordius 12 décembre 2018 10:24

                                          Non, l’Islam n’est souvent qu’un étendard pour ces gens, un point de ralliement. Ils se soulèvent avant tout contre les ingérences maladroites et souvent meurtrières de la politique étrangère de l’Occident.


                                          • Jean Keim Jean Keim 12 décembre 2018 11:01

                                            La fin des religions, le seul salut pour l’humanité ? Oui... certainement, mais j’en vois encore au moins un, la fin de l’argent-fric, ce qui sonnerait aussi le glas des religions et de pas mal d’autre maux.


                                            • VICTOR Ayoli VICTOR Ayoli 12 décembre 2018 12:46

                                              @l’auteur

                                              Bravo, Bravo, BRAVO ! Et merci pour cette salutaire mise au point.


                                              • aimable 12 décembre 2018 13:35

                                                éradiquer les religions , mission impossible cela ne sera qu’une éradication de surface parce que vous aurez toujours des croyants bas du front , qui ont la bouche toujours ouverte prêt a gober n’importe quoi , pour aller faire leurs messes basses dans les caves ou dans des grottes .

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

profalyas


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès