• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > La Finlande, la Suède et le scénario d’adhésion à l’OTAN

La Finlande, la Suède et le scénario d’adhésion à l’OTAN

JPEG

Il n’y a pour ainsi dire pas de moment plus délicat que maintenant pour admettre de nouveaux membres à l’OTAN ou pour mettre en œuvre les plans d’élargissement otanien vers l’Est. Des rapports et des indications laissent penser qu’il est fort probable que la Finlande et la Suède demandent à rejoindre l’alliance dans les semaines à venir, en particulier avant le sommet qui se tiendra en Espagne à la fin du mois de juin. L’enthousiasme des États-Unis pour l’adhésion de la Finlande et de la Suède semble sans équivoque.

Le sénateur américain Tom Tillis s’est exprimé lors d’une audition devant la commission des forces armées du Sénat. Il a précisé qu’il avait tenu des consultations à Bruxelles avec un certain nombre d’autres législateurs américains il y a deux semaines «  sur l’adhésion  » de la Finlande et de la Suède à l’OTAN, et qu’il avait rencontré une délégation suédoise à Washington. «  Conformément à tous les signes, au moment où le sommet de l’OTAN s’est tenu à la fin du mois de juin, nous aurons une demande officielle [de la Finlande et de la Suède] d’adhésion.  »

«  Nous ici (à la chambre haute du Congrès) ferons tout notre possible pour accélérer le processus. Je pense qu’il recevra un large soutien bipartisan [au Capitole].  » Si elles rejoignent l’OTAN, la Finlande et la Suède deviendront «  des fournisseurs et non des consommateurs de sécurité,  » a déclaré la secrétaire d’État américaine aux armées, Christine Wormuth. «  Et j’ai hâte qu’ils deviennent membres [de l’OTAN].  »

Le secrétaire d’État américain Anthony Blinken a déclaré la semaine dernière que Washington soutenait fermement la tentative de la Finlande et de la Suède d’adhérer à l’OTAN lorsque Helsinki et Stockholm seront prêtes. L’enthousiasme américain s’accompagne d’une colère russe évidente.

La porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova, a déclaré que la Finlande et la Suède deviendraient un champ de bataille entre l’OTAN et la Russie si elles rejoignaient l’alliance, ce qui aurait notamment pour conséquence la perte des relations de bon voisinage qui seraient mises à l’épreuve au fil du temps, et a demandé si tel était le souhait des peuples des deux pays.

Dmitri Medvedev, vice-président du Conseil de sécurité russe, a déclaré que la tentative de renier les accords signés entre la Russie et l’OTAN, notamment l’Acte de mai 97, entraînerait le déploiement éventuel d’armes nucléaires atlantiques sur le territoire de nouveaux pays comme la Finlande et la Suède.

Tout cela signifie que toute décision de la Finlande et de la Suède d’adhérer formellement à l’OTAN signifierait passer de la neutralité à la ligne de front chaude, avec tous les risques que la situation stratégique actuelle comporte. Selon le Guardian, la ministre suédoise des Affaires étrangères, Ann Linde, a déclaré que son pays avait reçu l’assurance des États-Unis qu’il bénéficierait d’un soutien pendant cette période.

«  Bien sûr, je n’entrerai pas dans les détails,  » a déclaré Mme Linde à la télévision suédoise à Washington après une réunion avec le secrétaire d’État américain Anthony Blinken. «  Mais je suis à peu près sûr que nous avons maintenant la confirmation américaine  » «  Cependant, pas de garanties de sécurité concrètes, celles que vous ne pouvez obtenir que si vous êtes un membre à part entière de l’OTAN,  » a déclaré Linde.

Cependant, le ministre suédois a seulement reconnu que ces garanties ne répondent pas aux obligations de l’OTAN envers ses États membres. C’est-à-dire qu’il s’agit de garanties américaines individuelles.

Plus concrètement, après avoir refusé de divulguer la nature de ces garanties, elle a déclaré que ces garanties signifient que si la Russie peut diriger toute sorte d’activité négative contre la Suède qui menace sa sécurité, ce n’est pas quelque chose que les États-Unis permettront sans réponse.

Cependant, la Suède craint, comme l’a dit son ministre de la défense le mois dernier, que les menaces russes puissent inclure des cyberattaques et des mesures hybrides - telles que des campagnes de propagande - pour porter atteinte à la sécurité de la Suède.

La Russie a explicitement averti qu’elle pourrait déployer des armes nucléaires et des missiles supersoniques dans l’enclave de Kaliningrad (points géographiques russes les plus proches de la mer Baltique depuis les frontières finlandaise et suédoise, ainsi que depuis la Pologne, la Lituanie, la Lettonie et l’Estonie) si la Suède et la Finlande rejoignent l’OTAN.

Du côté finlandais, le Premier ministre Sanna Marin a indiqué dans des remarques publiées qu’elle souhaitait la ratification de 30 États membres de l’OTAN «  dès que possible  » si son pays ou la Suède devaient rejoindre l’alliance. Elle considère cette mesure comme la «  meilleure garantie de sécurité  » pour son pays.

Marrin ajoute qu’Helsinki mène également des discussions avec les principaux pays de l’OTAN afin d’obtenir des garanties de protection pour la période d’adhésion, qui pourrait durer plusieurs mois. Il est donc clair que la question de la candidature a été réglée. Il s’agit maintenant que les deux pays aient le «  processus de ratification le plus court possible  » et reçoivent les garanties de sécurité nécessaires pendant la période de transition.

Quelles que soient les garanties, elles ne satisfont manifestement pas au parapluie de protection prévu par l’article 5 du traité fondateur de l’Alliance, connu sous le nom de principe de défense collective, qui assure que les moyens de l’OTAN seront utilisés pour protéger et assister tout État membre attaqué par la force armée.

Toutes les parties conviennent que toute attaque armée contre l’une ou plusieurs d’entre elles en Europe ou en Amérique du Nord est une attaque contre elles toutes, selon le traité.

Elles conviennent maintenant qu’en cas d’une telle attaque armée, chaque État fournira une assistance conformément au droit de légitime défense individuelle ou collective reconnu par l’article 51 de la Charte des Nations Unies  :

La partie ou les parties attaquées à prendre les mesures qu’elle(s), seule(s) ou de concert avec d’autres parties, jugera(ont) nécessaires, y compris l’emploi de la force armée, pour rétablir et maintenir la sécurité dans la région de l’Atlantique Nord, et qu’une telle attaque armée et les mesures prises en réponse à celle-ci seront promptement signalées au Conseil de sécurité.

Ces actions prendront fin lorsque le Conseil de sécurité prendra les mesures nécessaires pour rétablir et maintenir la paix et la sécurité internationales. L’article n’a été testé qu’une seule fois après les attentats du 11 septembre pour aider les États-Unis dans la lutte contre le terrorisme.

L’élément le plus inquiétant est l’aggravation des tensions entre la Russie, la Finlande et la Suède pendant la période de transition jusqu’à l’adhésion formelle à l’OTAN, d’autant plus que le principe de défense collective est l’élément le plus sensible pour Moscou et suscite toujours l’ire du Kremlin. La Russie pourrait donc envisager d’empêcher de manière proactive ces deux pays d’adhérer à l’OTAN.

Moscou a averti que l’adhésion des deux pays à l’OTAN aura de graves conséquences militaires et politiques. Elle a évoqué des «  mesures de rétorsion.  »

Ce qui se passe actuellement est un tournant historique, surtout pour la Finlande, qui est restée neutre pendant la guerre froide, et l’enthousiasme des membres de l’OTAN pour l’adhésion des deux pays semble compréhensible, d’autant plus que l’alliance veut empêcher tout projet de guerre russe contre l’Europe, d’autant plus que la Finlande a la plus longue frontière entre les mains d’un État de l’UE et la Russie, avec plus de 1.300 km.

Bien que la décision officielle de la Finlande et de la Suède d’adhérer à l’OTAN n’ait pas encore été annoncée, on parle d’une décision qui interviendrait avant le sommet de l’alliance à la fin du mois prochain. La crise entre la Russie et l’Occident va donc entrer dans un nouveau guêpier au lieu de trouver une solution à ce qui se passe en Ukraine.


Moyenne des avis sur cet article :  1.57/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • sirocco sirocco 28 mai 13:53

    "...l’enthousiasme des membres de l’OTAN pour l’adhésion des deux pays semble compréhensible, d’autant plus que l’alliance veut empêcher tout projet de guerre russe contre l’Europe..."

    L’auteur cherche à remporter le pompon des propos les plus stupides.


    • bernard29 bernard29 28 mai 14:02

      le seul pays qui menace la paix en Europe c’est la russie de Poutine. Son régime dictatorial ne peut tenir qu’ en jouant vis à vis de son peuple, les victimes d’agressions extérieures fantasmées, crées de toutes pièces dans une paranoïa permanente. 

      Poutine est tellement imprévisible mais dangereux, que ses voisins veulent se protéger de ses folies. C’est la seule raison de la demande d’adhésion à l’OTAN de la Finlande et de la Suède. 


      • Fergus Fergus 29 mai 09:19

        Bonjour, bernard29

        Le fait est que le seul pays qui menace actuellement la paix en Europe est la Russie de l’impérialiste criminel Poutine.

        Cela, des pays aussi viscéralement attachés jusque-là à leur neutralité que la Finlande et la Suède l’ont bien compris, d’où l’assurance qu’ils entendent prendre en adhérant à l’Otan.
        Un fait qui constitue une humiliation pour Poutine, et plus encore une cuisante défaite stratégique pour lui et ceux qui le soutiennent.

        Ajoutons à cela pour mémoire que tous les ex-pays du Pacte de Varsovie ou des ex-Républiques soviétiques comme la Moldavie et la Géorgie ont elles aussi démontré une forte volonté d’intégrer tôt ou tard l’Union européenne et l’Otan.
        Cela devrait faire réfléchir les poutinolâtres.


      • charlyposte charlyposte 29 mai 09:27

        @Fergus
        Il est vrai que l’hégémonie occidentale n’est qu’une victime collatérale !!! smiley au plus c’est gros et comme dab au plus ça passe smiley MDR smiley


      • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 29 mai 09:46

        @charlyposte
         
         ’’Le fait est que le seul pays qui menace actuellement la paix en Europe est la Russie de l’impérialiste criminel Poutine.’’
         
         Oui oui, c’est comme les réfractaires aux vaxxins qui menacent la santé des Occidentaux.


      • PascalDemoriane 29 mai 09:57

        @Fergus
        Moi, je ne demande qu’à comprendre positivement tous les points de vue, mais faut quand même s’appuyer sur une vision cohérente géopolitique et éco-systémique du monde. Sortir de l’anecdote et de la personnalisation infantile des grands acteurs et facteurs de cette crise.
        Le monde n’est pas une paisible cour de récréation où un affreux jojo russe a mis la main aux fesses d’un gamine Ukraine et doit être puni, na ! Faut arrêter ces conneries.
        Le monde est dans une crise globale terrifiante, énergétique, climatique, biologique, anthropologique, démographique, économique, bref systémique inédite. Personne ne sait comment en sortir, personne !
        Ce que l’ont sait par contre, c’est que le pôle bancaire capitaliste financiarisé anglo-saxon en faillité, lui, ne veut absolument pas céder son hégémonie militaro-monétaire et est prêt à tout détruire pour se maintenir.
        Ce que vous nommer « la paix en Europe » c’est juste la soumission passive à un processus non-viable dont 80% de la population mondiale fait les frais. Et pas vous, ni moi, derrière votre écran et dans notre « zone de confort » de bavardages.

        Mettez Poutine à terre, OK. Qu’est-ce que çà change ? rien çà aggravera la configuration, la reproduira ailleurs. Une Russie américanisée çà vous séduit ? Vous qui parlez d’impérialisme ? Après la destruction du monde arabo-musulman proche oriental, çà vous suffit pas les massacres pour la démocratie ? Vous qui parlez de criminel ?
        Vous voulez comme Dugenêt armer les civils en Ukraine comme en Syrie ?
        Bref faudra quand expliquer un point de vue construit.


      • charlyposte charlyposte 29 mai 10:07

        @PascalDemoriane
        Bien vu smiley


      • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 29 mai 11:57

        @Fergus,
         
         ’’Le fait est que le seul pays qui menace actuellement la paix en Europe est la Russie de l’impérialiste criminel Poutine.’’
         
         Oui oui, c’est comme les réfractaires aux vaxxins qui menacent la santé des Occidentaux.

         
         
        ps.Pardon à charlyposte pour cette erreur d’adressage.


      • André 28 mai 20:58

        @ Dr. salem alketbi

        Êtes-vous incapable d’écrire quelque chose de normal ? Essayez de faire une pause dans la production constante de radotages...


        • zygzornifle zygzornifle 1er juin 08:23

          On devrait sortir la Turquie de l’OTAN .....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité