• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > La Flat Rate Tax Russe cette inconnue en France (L’impôt en (...)

La Flat Rate Tax Russe cette inconnue en France (L’impôt en Russie)

L'affaire du départ de Depardieu donne l'occasion de connaître la fiscalité et les impôts sur le revenu en Russie. Et cette singulière « fax tax », qui est en train de conquérir de nombreux pays du monde.
 
Vladimir Poutine a instauré une Flat Tax en 2001. Le résultat a dépassé ses espérances et les espérances économiques des intaurateurs comme des Russes eux même. 
 
La Flat Tax Russe est le principal moteur de la popularité impressionnante de Vladimir Poutine.
 
Cette mesure a retourné l'économie du pays dans des succès économiques et fiscaux inespérés en Russie.

En préambule, cet article parle d'une mesure fiscale Russe intéressante en rapport avec l'actualité mais ne présage aucunement d'un accord de l'auteur sur l'ensemble de la politique Russe.

 
L'adoption de cet impôt à taux unique en 2001 a engendré un enthousiasme important dans la population Russe. Elle a été extrêmement bien acceptée par la population.
La plupart des gains fiscaux ont été réalisés sur 4 points forts :  l'évasion fiscale, le travail au noir, l'implication nouvelle des habitants, et le recouvrement facilité.
 
Elle a transformé la mentalité des individus. Elle a normalisé l'acte de payer ses impôts. Elle a engendré un changement comportemental. Elle a brisé le sentiment de certains individus à se sentir spoliés. Cette mesure a transformé l'économie du pays. La conformité volontaire des déclaration a augmenté naturellement de 30% faisant bénéficier l'état de la perte impliqué par la méthode progressive.
 
En Janvier 2001, la Russie a introduit une réforme assez radicale de son impôt sur le revenu, devenant ainsi la première grande économie à adopter un impôt uniforme. 
 
Le Code des impôts de 2001 a remplacé une structure tarifaire progressive classique avec un taux d'imposition forfaitaire unique de 13%. Au cours de l'année suivante, après la réforme, alors que l'économie russe a augmenté à près de 5% en termes réels, les ressources de l'impôt sur le revenu a augmenté de plus de 26% en termes réels. 
 
Une Flat Tax à 13% se substituant à un impôt progressif au taux marginal de 30%, a doublé les recettes de l’impôt sur le revenu en 4 ans, et sécurisant les recettes d’un état auparavant incapable de payer auparavant les retraites.
 
Les recettes de l’impôt sur le revenu ont augmenté de +26% en 2001, suivit d'une nouvelle hausse de +21% en 2002, suivit d'une encore nouvelle hausse de +12% en 2003, avant d'arriver à la stabilité et des hausses plus modestes. Il s'agissait d'une amélioration spectaculaire. Les recettes de l'IR a augmenté plus rapidement que le PIB.
 
L'impact sur les recettes est tellement important qu'on ne peut y voir qu'un succès. 
 
La simplification des déclarations de revenu devenue plus simple, la productivité des services fiscaux c'est amélioré fortement par des procédures de contrôles et de recouvrement simplifiées, plus rapides et moins contentieuses.
 
Le revenu réel étant calculable part tout un chacun, l'individu pouvant a tout moment provisionner son impôt sur une base fixe, la consommation courante a bondit et a créé un choc de consommation.
 
Outre cette performance du rendement des recettes, la Flat Tax a généré des changements bénéfiques dans l'économie. L'expérience russe a eu un tel succès phénoménal que de nombreux autres pays ont emboîté le pas avec leurs propres réformes forfaitaires impôt sur le revenu, et un nombre croissant de pays à travers le monde adoptent un impôt sur le revenu forfaitaire.
 
En 2001 la Flat Tax existait déjà dans seulement 8 pays, Jersey, Hong Kong, Guernesey, Jamaïque, Tuvalu, Estonie, Lituanie, Grenade, Létonnie. 
Jusque 2001, la Flat Tax était l'exclusivité de petits pays. Les argentiers des grands pays considéraient avec mépris que ces pays n'avaient pas les moyens de développer une administration fiscale importante, et ne voyaient pas l'utilité de s'aligner sur un simple impôt uniforme. 
 
En 2001 aucun pays de la taille et de l'importance économique de la Russie avait adopté la Flat Tax..
 
La réussite Russe a fait des vague. Cette Flat Tax est en train de s'étendre à tous les pays principalement les anciens pays communistes d’Europe de l'Est. Maintenant ce sont 38 pays.
Et à chaque changement de système, c'est systémique, l’impôt rapporte plus et crée un boom économique. 
L'impôt à taux unique fait un retour sur scène principalement dans plusieurs pays qui ont souhaité se libérer totalement et irrémédiablement du communisme, les anciennement pays communistes de l'Europe de l'Est. Aujourd'hui, ils ont tous adopté cette Flat Tax.
 
Mais, il y a comme dans chaque règle toujours des exceptions. En Slovaquie, le dernier gouvernement élu, Social démocrate composé d'anciens apparatchik du parti communiste tchécoslovaque a décidé une politique de dépenses étatiques importante. 
En mars prochain un projet est en cours d'un retour partiel à l’impôt progressif. Il sera intéressant de voir comment va diverger la croissance de cette économie par rapport aux autres pays de l'Est. 
 
L'impôt à taux unique (Flat Tax en Anglais) est un système qui impose tous les membres d'un groupe (citoyens ou entreprises) au même taux, contrairement à l'impôt progressif. 
 
C'est un vrai point de divergence important entre le libéralisme et le communisme. 
 
Les libéraux sont en général favorables à l'impôt à taux unique, qui fut préconisé par des précurseurs tels que Vauban ou Pierre de Boisguilbert. 
 
L'impôt progressif trouve sa source dans les dix propositions du Manifeste communiste. Il est jugé selon l'idéologie ou la sensibilité de l'individu confiscatoire et injuste. Ou juste et équitable. C'est selon.
 
C'est un choix intellectuel qui se respecte pour les uns comme pour les autres.
 
Historiquement, l'instauration d'impôt unique a été considérée comme une amélioration fiscale, par rapport à une situation où bien souvent clergé et noblesse étaient exemptés d'impôts. C'était ainsi l'une des causes de la révolution française. Durant le XIXe siècle, des impôts à taux unique ont ainsi été finalement mis en place dans la plupart des pays européens.
 
Après la Première Guerre mondiale, et l'influence du communisme, de nombreux pays la remplacèrent par un impôt progressif.
 
Les faits ont montré que des taux très élevés pour les plus hautes tranches d'imposition génèrent systématiquement de l'évasion fiscale, du travail au noir, de la fausse déclaration.
Principalement par ceux qui estiment que leurs hauts revenus sont temporaires sujets à variations et qu'il ne rentrent pas dans une logique récurrente.
 
 
 
Pour en savoir plus :
 
Liste des pays ayant adopté la Flat Tax :

Définition de la Flat Tax : http://www.wikiberal.org/wiki/Flat_tax

Articles : http://www.voxeu.org/article/effects-russia-s-flat-tax

 


Moyenne des avis sur cet article :  2.04/5   (54 votes)




Réagissez à l'article

46 réactions à cet article    


  • devphil30 devphil30 5 janvier 2013 08:53

    Quelle avancée de faire payer tout le monde au même taux ....
    Je suis certain que les plus riches approuvent ....

    13 % quand on gagne 1.000 n’est pas la même chose que lorsque l’on gagne 100.000 par contre à ma connaissance les prix des denrées sont les mêmes pour tous.

    Une grande avancée dans un monde de plus en plus égoïste ....

    Vous avez d’autres avancées comme celle-ci ????

    Le rêve absolu des riches , être exonérer d’impôts car vaut mieux une grande partie qui paye que quelqu’un qui paye pour tous , un vrai monde de solidarité.

    L’autre gros porc va être ravi , c’est surement pour ça qu’il à choisit la Russie , la flat tax et la vodka, la conduite en état d’ébriété comme sport national.
    Son fric il ne l’emmenera pas dans la tombe

    Philippe


    • spartacus spartacus 5 janvier 2013 09:33
      Payer des impôts équitablement est normal. Cela implique tous les gens de manière équitable. 

      Bien entendu pour accepter ces idées il faut s’affranchir du sectarisme de gauche.
      Il faut s’affranchir de cette mentalité française sectaire formaté à Zola par l’éducation nationale, qui a transformé le mot « riche » en insulte.

      La gauche a un problème avec l’argent, le rapport à l’argent. Un culpabilisme moral de la richesse. 

      Il faut considérer l’impôt comme ressource du fonctionnement régalien de l’état. POINT.
      Ce n’est pas à l’impôt sur le revenu d’assurer le rôle de cotisation sociale, ni le financement du social. C’est à l’URSSAF. 

    • spartacus spartacus 5 janvier 2013 14:18

      @ Démostène

      On est toujours a l’insulte ad hominem, le mépris, l’insulte, l’ostracisme. 
      La déformation de pseudo apporte une légitimité quelconque.

      Avec la Flat Tax, l’économie repart, le travail au noir recule, l’impôt est simplifié, tous les gens sont concerné et l’ensemble permet de payer plus facilement les dettes de l’état.

      Bien entendu comme les « riches » en profitent aussi, il est mieux de continuer dans un système qui rapporte moins que la TVA, encourage le travail au noir, la fuite des capitaux, qui rapporte moins que la TVA, qui oblige a compenser par des augmentations des bases de calcul chaque année, d(ajouter taxes indirectes sur les pâtes à tartiner ou la bierre pour compenser le rendement déclinant de l’Impot progressif.

      C’est vrai quand c’est bon économiquement et que malheureusement toute la population en profite, y compris les riches, ca ne rentre pas dans vos schémas de pensée.

    • Yvance77 5 janvier 2013 10:51

      Cela sent bien le billet made in « je suis un crétin et je m’informe sur TF1 et C.. dans l’air ».

      Allez en parler aux Russes de base et revenez nous dire sir tout cela sent le bienfait, s’ils en profitent vraiment, s’ils est facile de faire des affaires malgré la corruption etc...

      Vous n’y connaissez rien à rien... vous et vos semblables vous n’êtes qu’une insulte et un crachat à la figure des Français qui tentent de s’en sortir (et aux autres aussi).

      J’ai vécu des années dans ces pays et j’y vais toujours (les pays de l’Est) je peux en parler en connaissance de cause... et tout ce que vous écrivez est une fumisterie.

      Et quand je lis cela : « La Flat Tax Russe est le principal moteur de la popularité impressionnante de Vladimir Poutine. » on voit bien que vous êtes né avec une ablation de l’intelligence.

      La popularité de Poutine repose sur tout autre chose. Par exemple sur le fait qu’il ait lancé un vaste programme de destruction des immeubles Kroutchev remplacés par de nouvelles mini tours avec tout le confort moderne et que ceux qui avaient déjà un logement en ont obtenue un nouveau plus grand et plus moderne. Un truc de socialiste en somme. Allez voir si aux USA ils savent faire la même chose ou ces ces petites lopettes de droite type Sarkozy et consorts !!!

      Svp fermez là si vous ne savez ce que vivre ensemble veut dire !!!


      • eric 5 janvier 2013 11:30

        Yvance, vous ne vous départissez pas de vos oeilleres idéologiques ce qui vous distingue peu de l’auteur. Combien de fois vous ais-je expliquer que Poutine n’est pour rien dans le programme de remplacement des immeubles de 5 étages.
        Sur l’article ?
        Les russes n’ont pas a provisionner puisque c’est un impôt a la source.
        Il est difficile de parler d’enthousiasme. Avant, les gens ne payaient a peu prêt pas d’impôts du tout.
        Du reste l’essentiel des salaires étaient verse au black, mais essentiellement parce que les charges sur salaire étaient très importantes. Les taxes fondées sur le chiffre d’affaire aussi. On pouvait être amené en tant qu’entreprise a payer des impôts exorbitant même pour un business en perte. C’est l’ensemble des reformes qui a assainit la situation. Aujourd’hui, il y a une tendance a officialiser les revenus. C’est aussi sous la pression des employés qui ont besoin de montrer ce qu’ils gagnent pour emprunter. des qu’il y a une dépression économique, le black remonte. L’équilibre du budget russe doit plus aux droits de douane. La Russie importe a peu prêt tout et exporte des matières premières. Dans les deux sens, l’état se sert largement. C’est finalement plus la rente petro gazière que le système fiscal qui explique l’équilibre du budget.
        Sur la question des retraites, la Russie est un des rares pays développé qui ait trouve une vraie solution. Elle repose sur deux piliers : Avec une espérance de vie de 59 ans pour les hommes, elle a en très très gros, une moitie de la population qui n’atteint pas l’age de la retraite ou qui n’en profite guère. Le second est que les retraites sont tellement ridicules que beaucoup travaillent....au black.

        Au total, la flat taxe peut avoir un intérêt, mais je ne suis pas sur que la Russie soit l’exemple significatif ou transposable.


      • HugoS HugoS 5 janvier 2013 12:26

        « moteur de la popularité impressionnante de Vladimir Poutine. »
        J’ai mal au ventre tellement j’ai ri en lisant cela.


        • HugoS HugoS 5 janvier 2013 12:34

          C’est bel et bien la preuve que l’auteur que l’on connait pour ses frasques immenses ou il injure toute pensée socialiste et s’entête à démontrer la supériorité du libéralisme, même lorsqu’il n’en est rien (j’attend toujours de ses nouvelles sur certains chiffres que j’ai montré) en prétendant que c’est le seul et unique moteur de la Démocratie, qu’en réalité il s’en soucie guère.
          Défendre la Russie même dans ce qu’elle peut avoir de bien, en commançant par citer un appui du peuple envers Vladimir Poutine, c’est prendre des vessies pour des lanternes.
          Spartacus qui hait tant les communistes, devrait savoir que Staline lui aussi était censé être « extrêmement populaire ».
          Mais comme Poutine est libéraliste, il faut l’innocenter.
          Mentalité répugnante.


          • spartacus spartacus 5 janvier 2013 14:07

            Cet article parle de faits et résultats économiques de l’impot. Pas de la politique de Poutine. C’est précisé.


          • HugoS HugoS 5 janvier 2013 14:12

            Oui la popularité de Poutine est un fait avéré, mais bien sur.
            Au moins, vous manquez pas d’humour.


          • spartacus spartacus 5 janvier 2013 14:22

            C’est un fait qu’a une certaine époque ces mesures l’on aidé à être populaire. La popularité, vous savez ca va, ca vient. Un peu comme Hollande. Populaire il y a 6 mois, antipathique aujurd’hui.


          • HugoS HugoS 5 janvier 2013 14:42

            C’est pas plutôt ca qui l’a aidé a être soi disant « populaire » ?
            http://quoi.info/actualite-international/2012/03/05/presidentielle-russe-comment-truque-t-on-une-election-1128608/
            Votre refus de voir comment l’opinion publique est truquée la bas (alors que pourtant vous en clamez des émois interminables sur le Venezuela) juste pour gonfler votre argumentaire est désolant et effrayant.


          • Bilou32 Bib32 5 janvier 2013 13:36

            Il faut supprimer le sectarisme tout court ! Pourquoi le riche serait il méritant et bosseur alors que le pauvre serait stupide, fainéant et entretenu par les riches... Mais que deviendrait le riche sans les pauvres ???
            Le fait de taxer les français à l’étranger serait très bien... après tout ils n’hésitent pas à rentrer au pays si nécessaire pour profiter de la sécurité ou de soins de santé !


          • spartacus spartacus 5 janvier 2013 14:31

            L’état n’est pas une prison fut elle fiscale. 

            L’exil est une contrainte imposé par les circonstance d’un état que l’on approuve pas. C’est une déchirure pour l’individu aussi. Renoncer à son pays est un déchirement. 
            L’impôt n’est pas payé par les taxateurs en général, mais par les taxés.

            L’homme a droit a l’exil, s’il est stigmatisé, s’il est riche, s’il est opposant, s’il s’estime spolié de son patrimoine dans son pays, s’il s’estime étranger dans son pays ou d’une corporation montrée du doigt. 

            Aujourd’hui être riche en France avec les insultes, la mentalité c’est comme être Juif en 38.

            La poursuite des exilés c’est le totalitarisme, la dictature. 


          • L'enfoiré L’enfoiré 5 janvier 2013 19:53

            J’engage de lire la biographie de Maurice Lévy dont je parlais dans mon article.

            En voilà un de riche qui a commencé dans le bas de l’échelle.
            Que disait-il en réponse à un journaliste belge : «   »On m’a traîné dans la boue. Les attaques contre les riches ont été nombreuses. Que ce soit un gouvernement de gauche ou de droite, le problème structurel de la France n’a pas été résolu et on condamne la réussite. Je suis inquiet pour l’économie française en 2013". 

          • L'enfoiré L’enfoiré 5 janvier 2013 19:55

            Le problème n’est pas d’être riche mais de ce qu’on fait avec cette richesse.

            Voilà, ce qu’on ne comprend pas toujours en France.

          • HugoS HugoS 5 janvier 2013 20:32

            @L’enfoiré
            Une salve idéologique qui n’a pas grand rapport avec la Choucroute de l’article.
            Les accusations de stigmatisation de riche distribuées comme des bonbons Pez font preuve d’un « triangle dramatique » désopilant.
            Si on en croit ces témoignages de victimes qui gueulent comme des poissonnières, on interdit la « réussite ».
            Comme si la « réussite » au sens large du terme, c’était faire du business et gagner plus d’1 millions d’Euros.
            Celui qui est medecin a t’il moins réussi ?
            Celui qui est pompier a t’il moins réussi ?
            Bien sur que non, et pourtant ils gagnent beaucoup moins.
            Vous libéraux dites que l’on stigmatise les riches ?
            Vous stigmatisez le reste.


          • L'enfoiré L’enfoiré 5 janvier 2013 21:30

            Hugo,


            « Comme si la « réussite » au sens large du terme, c’était faire du business et gagner plus d’1 millions d’Euros. »
             Le problème est général et pas uniquement dans les entreprises..

             Qui accepte les salaires anormalement élevés des dirigeants : les actionnaires lors des AG.
             Les entreprises internationales (les multinationales) touchent évidemment plus de monde que celles qui restent à produire dans un pays. C’est au niveau mondial qu’il faut corriger le problème. Aux States, le ratio entre le haut et le bas est encore bien plus important.
             Notre ministre Magnette voudrait réduire les salaires des tops managers dans le secteur public de la SNCB, de la poste. Il n’y parvient pas et laisse cette besogne à son successeur. J’ai dit secteur public et non privé. Là, il n’a aucun moyen de le faire.  

             Qui accepte et crée des salaires dans les sports comme le foot ? : vous qui allez sur les stades.

             D’où vient l’argent des vedettes ? De vous qui achetez les disques (en perte de vitesse) dans le temps, mais qui aujourd’hui, en allant les voir dans leur représentations
             
            « Celui qui est medecin a t’il moins réussi ? »
            Je crois que vous ne connaissez pas les salaires de certains médecins.
            Pas le généraliste, bien sûr.

            « Celui qui est pompier a t’il moins réussi ? »
            Les pompiers ne sont-ils pas le plus souvent volontaires en France ?
            Ce sont des professions dons de soi que je félicite. Mais on entre dans un autre registre.

            « Bien sur que non, et pourtant ils gagnent beaucoup moins.

             »Vous libéraux dites que l’on stigmatise les riches ?« 
            Encore une fois, libéral, dites-vous ? De droite, peut-être ?
            Non, Monsieur, c’est du coup par coup en fonction d’un programme que mes préférences vont.

             »Vous stigmatisez le reste.« 
            Exact. 
            En 200 !, j’écrivais »Riche à la super". Alors, il ne faut pas me la faire l’ode à la richesse.

          • HugoS HugoS 5 janvier 2013 21:38

            @L’enfoiré
            Je vous ai jugé trop vite et la charge en a été de même. Je présente mes excuses.
            Ma réponse en réalité concernait l’argumentaire « Stigmatisation des riches » que j’entend trop souvent.
            Mais en effet, votre analyse et explication des très hauts revenus est pertinente.


          • L'enfoiré L’enfoiré 5 janvier 2013 21:53

            Hugo,

             Pour réussir, je vais vous le dire en anglais, il faut être « the right man at the rigth place and just in time »
             smiley

          • Bilou32 Bib32 5 janvier 2013 13:30

            Et pourquoi pas un flat revenu ? Ce qui est choquant ce sont les écarts de revenu ! Combien gagne une infirmière, un pompier, un petit éleveur, un petit artisan ? 2000, 3000 euros par mois beaucoup moins ? Pourtant, certains font très bien leur boulot, ne se contentent pas de 40 heures non plus, et leur travail est aussi utile, sinon plus que celui d’un acteur alcoolique certes talentueux ! Je doute en tout cas que M. Depardieu, par le biais de sociétés diverses paie 50 % de prélèvements sur ses revenus...
            Pour essayer de modérer ces inégalités je ne vois que l’Etat qui peut intervenir bien qu’il semble qu’il ait de plus en plus de mal dans un monde ou le pur libéralisme a pris le dessus. Les riches sont de plus en plus riches malgré la crise, qu’ils se méfient, la machine pourrait bien se bloquer...


            • Gauche Normale Gauche Normale 5 janvier 2013 13:40

              Les 1000 milliardaires de ce monde tiennent entre leurs mains 5000 milliards de dollars de fortune : de quoi soulager la misère de l’Afrique pendant...120 ans. (sachant que les premiers 250 milliards de dollars qu’ont dépensé les USA en Irak au début de la guerre pouvaient soulager la misère en Afrique pendant 6 ans, le calcul est aussi impressionnant que facile à faire). Je crois que vous accablez les riches pour rien !

               

            • spartacus spartacus 5 janvier 2013 14:35
              Et alors ? 
              L’important n’est pas de rendre le riche pauvre, c’est de rendre le pauvre riche.

              Bien entendu comme les « riches » en profitent aussi, il est mieux de continuer dans un système qui rapporte de moins en moins, encourage le travail au noir, la fuite des capitaux, les fausses déclarations, la complexification et les litiges contentieux, qui rapporte moins que la TVA, qui oblige a compenser par des augmentations des bases de calcul chaque année, d’ajouter taxes indirectes sur les pâtes à tartiner ou la bierre pour compenser le rendement déclinant de l’Impot progressif.

              C’est vrai quand c’est bon économiquement pour tous, et que malheureusement toute la population en profite, y compris les riches, ca ne rentre pas dans vos schémas de pensée....

            • HugoS HugoS 5 janvier 2013 14:50

              @Spartacus
              « C’est vrai quand c’est bon économiquement pour tous »
              On reparle des chiffres de la pauvreté et du chomage sous Thatcher ? :D
              Ou de la montée de la pauvreté sous Poutine ?
              http://www.forbes.com/sites/kenrapoza/2012/04/12/disturbing-trend-for-putin-russian-poverty-rising/
              C’est beau de jouer aux bonimenteurs :’)


            • Dudule 5 janvier 2013 15:08

              « L’important n’est pas de rendre le riche pauvre, c’est de rendre le pauvre riche. »

              Du grand n’importe quoi... rendre tout le monde riche en somme ?

              L’immense majorité des gens sont sains d’esprit : ils veulent assez d’argent pour vivre sans soucis. Mais être riche, quelle drôle d’idée !

              Tout le monde riche, c’est une folie économique (bonjour l’inflation... qui créera nécessairement de nouvelles strates de pauvres) et écologique !


            • Dudule 5 janvier 2013 15:38

              Votre analyse est caricaturale et orientée.

              D’abord parce que la « popularité » de Poutine repose sur trois piliers :
              _ Le désastre Eltsinien qui l’a précédé. Le fait que l’occident avait porté Eltsine aux nues et critique aujourd’hui Poutine renforce encore cette popularité.
              _ Personne de crédible dans l’opposition. Les principaux partis d’oppositions sont libéraux (au sens économique du therme), et ça, après Eltsine et Jeffrey Sachs, les russes n’en veulent plus (et oui, ne vous en déplaise...).
              _ Un réel regain de prospérité des Russes en général depuis l’accession au pouvoir de Poutine.

              La flat taxe est foncièrement injuste, pas la peine de répéter ce qui a été dit. Il est probablement vrai qu’elle a participé au redressement économique de la Russie, mais dans des circonstances très exceptionnelles : Une économie dévastée par la corruption et les économistes néolibs qui sortaient enfin d’Harvard et de Chicago avec un lieu d’expérimentation pour leurs théories débiles... on a vu le résultat.

              Que les néolibs se vantent aujourd’hui de la seule mesure qui fait partie de leur catalogue de revendications débiles qui ait été appliquée, et qu’elle ait été appliqué comme mesure d’urgence en raison d’un désastre sans précédent qu’ils avaient eux mêmes provoqué, c’est assez comique... C’est le pompier pyromane démasqué qui se glorifie d’être arrivé sur les lieux de l’incendie avec le camion des pompiers... et qui prétend que continuer d’arroser la maison à la lance à incendie finira par la reconstruire...

              Il est fort probable que l’économie russe retrouvant sa stabilité, la flat taxe finisse par disparaître en Russie. Ne pas oublier que l’impôt progressif est une invention moderne, dont l’application en France au début du XXième siècle a suscité une opposition terrible... Tant que ça marche comme ça, le gouvernement russe s’en accommode, mais ça changera très probablement dés que l’occasion se présentera.

              Autre chose, toujours sur les impôts :

              L’ironie de tout ceci et que des baisses d’impôts importantes ont été consentis en France aux riches au cours des 20 dernières années. Spartacus qui pleurniche bénéficie d’une fiscalité bien plus favorable qu’il y a 20 ans...

              Encore plus fort : Parmi les plus grandes multinationales issues des nouvelles technologies, beaucoup ont été fondées avant la « révolution conservatrice » et ses baisses drastiques des impôts pour les plus riches : HP, Apple et Microsoft, par exemple, ce qui prouve bien que la création d’entreprises prospères n’a rein à voir avec les taux d’imposition.

              Le grand argument « trop d’impôts tue l’impôt » repose sur les spéculations de l’économiste Laffer et sa fameuse courbe. Si la « courbe de Laffer » a eu un immense impact médiatique et politique, il faut savoir qu’elle ne repose sur rien : Laffer a été bien incapable de l’étayer ensuite par aucun calcul théorique et des vérifications crédibles.


              • Stof Stof 5 janvier 2013 15:51

                La très relative popularité de Poutine repose sur le nationalisme et un pouvoir fort. Deux choses que le peuple russe a toujours beaucoup apprécié.


                Quant à l’idée géniale de faire payer des impôts à la masse des plus pauvres tout en diminuant nettement ceux des riches, je ne doute pas que ce soit rentable. Tout comme de supprimer le salaire minimum, la sécurité sociale, l’éducation pour tous etc. On peut aussi déléguer la sécurité à des milices privées
                Tout ceci est très rentable et renforce la mafia au pouvoir. Contrôlez les médias ainsi que les élections et votre cote de popularité frisera les 99%.

                • Pyrathome Pyrathome 5 janvier 2013 16:24

                  .......smileysmileysmiley........


                  • LEELOO Shawford42 5 janvier 2013 16:53

                    Il t’a fallu deux jours pour finir par avoir tout ça à dire, ma puce ? smiley



                  • wesson wesson 5 janvier 2013 16:42

                    Bonjour Spartacus,


                    mon dieu que votre article est idiot, et surtout démontre sans aucun doute possible la méconnaissance totale de la Russie.

                    La Russie je connais, j’y ai de la famille des amis et amies, et je peut vous assurer que leur vie ne ressemble en rien au portrait idéalisé que vous en faites. 

                    La flat tax d’abord, c’est une vue de l’esprit. Selon que vous êtes influent, vous ne la paierez pas du tout, ou plusieurs fois, avec d’autres taxes à coté. J’ai un cas très précis d’une amie qui a voulu monter une petite épicerie. Elle a monté sa société mais n’a finalement pas pu obtenir l’autorisation de créer son pas de porte, donc elle a dû liquider avant même d’avoir eu une activité. Son chiffre d’affaire a été 0, et aujourd’hui encore soit 2 ans après sa tentative, elle paie encore des impôts et des taxes que on lui réclame pour cette société. Pourtant, 13% de 0, ça fait combien ???

                    Ensuite, la popularité de Poutine, les gens là bas vous diront que c’est le moins pire .. de ceux qu’ils ont le droit de choisir. De jirinovski (xénophobe, homophobe, antisémite, veut le retour de l’Alaska en Russie) à Ziouganov (parfait apparatchik communiste qui en appelle à une re-stalinisation de la Russie), effectivement le choix est difficile.

                    La réalité actuelle est que la Russie est un pays à la dérive. La pauvreté y explose. Le système de santé déjà passablement corrompu sous le communisme (Surtout la chirurgie : il fallait obligatoirement l’enveloppe avant de passer sur la table d’opération, sinon c’était la charcuterie garantie) est maintenant carrément inaccessible. L’éducation qui était gratuite, plutôt bien financée et donc d’une excellente qualité est en voie de naufrage, notamment par le biais d’une privatisation totale. Et last but not least, les gens se barrent quand ils peuvent - allez vous balader sur les forums d’expatriés genre infrance pour en prendre conscience.

                    Votre article n’est que de l’idéologie.

                    • L'enfoiré L’enfoiré 5 janvier 2013 20:07

                      Bonjour Wesson,

                       Je n’ai jamais mis les pieds en Russie.
                       Je l’ai approché il y a longtemps par la Roumanie.
                       Je ne pouvais sortir un billet sur le sujet Russie qu’en me renseignant à gauche et à droite. 
                       J’ai questionné ceux qui y était.
                       Alexandre Latsa, vous devez peut-être connaître sur son blog « Un autre regard sur la Russie ».
                       Très étonné.
                       « La Russie, un pays à la mode ? » ai-je écrit ensuite.
                       En fait, comme partout, quand on réussit on voit la vie autrement.
                       C’est peut-être ça le message. smiley
                       

                    • wesson wesson 5 janvier 2013 21:32

                      bonsoir l’enfoiré


                      Alexandre Latsa - qui chronique chez RT mais a aussi fait quelques articles sur Agoravox, il me semble être emblématique d’une personne qui a effectivement pas mal réussi et peut donc vivre à Moscou comme je croit c’est le cas. 

                      En ce qui me concerne, et c’est un avis tout à fait personnel, il ne me semble toutefois pas représentatif de la Russie actuelle, parce que c’est d’abord un Français qui a choisi de vivre en Russie et d’en donner que le coté positif, et d’ailleurs on le paie pour ça. C’est là que pêche son propos à mon sens, la Russie est son pays de coeur, et comme les nouveaux amoureux il se refuse à en voir les défauts. 

                      ça peut prendre un peu de temps, ou même jamais. Son blog dissonances est en tout cas intéressant. 

                    • L'enfoiré L’enfoiré 5 janvier 2013 21:42

                      Pour la petite histoire. J’avais questionné Alexandre par mails.

                      Il m’avait répondu de même.
                      Quand j’ai voulu reprendre ses réponses sans rien changer, il m’a répondu qu’il ne savait pas que je le ferais et que si je voulais l’interviewer, il répondrait et dirait ce que je pourrais écrire.
                      J’ai refusé.

                    • Jason Jason 5 janvier 2013 17:21

                      @ l’auteur,

                      vous dites « Il faut considérer l’impôt comme ressource du fonctionnement régalien de l’état. POINT. » Mais en dehors de cette proclamation fracassante digne de M. de La Palisse, ce fonctionnement régalien de l’Etat, il sert à quoi ? Ou plutôt il sert qui ? Votre réponse est toute faite : les gens comme vous. Ben voyons ! vous prêchez une autorité pour les autres, c’est bien connu. Car les autres, ce sont ceux dont vous vivez, par l’intermédiaire de systèmes politiques, juridiques, des pratiques qui ne servent que vos intérêts. Votre solipsisme (il n’y a que moi qui existe) est d’une absurdité totale. N’oubliez pas que, hors de votre société, vous êtes voué à une mort certaine.

                      De plus : "« personne n’est le maître de quoi que ce soit sans le secours d’une règle qui le lui attribue, donc sans une décision collective qui statue que telle personne possède un droit exclusif sur tel élément de la richesse produite, et qu’il peut exiger que les autres se soumettent aux conditions qu’il aura lui-même choisies pour leur permettre d’y avoir accès. »  cité dans un article que je viens de voir en attente de modération.

                      Ma question : de quel droit vous emparez-vous des surplus que vous créez, pour votre usage exclusif ?

                      Vous vous prévalez d’une règle qui vous arrange : comme on vous comprend. Mon épicier dit la même chose que vous. Et il n’aspire pas à aller vivre en Russie.


                      • HugoS HugoS 5 janvier 2013 19:19

                        http://www.forbes.com/sites/kenrapoza/2012/04/12/disturbing-trend-for-putin-russian-poverty-rising/
                        La Flat Tax crée de la pauvreté.
                        Continuez à vous moquer de nous.


                      • Robert GIL ROBERT GIL 5 janvier 2013 19:30

                        la grece avait deja adopté une fiscalité a la con, pas besoin de flat tax...

                        voir : GRECE LABORATOIRE DE L’EUROPE


                      • wesson wesson 5 janvier 2013 21:05

                        bonsoir teotl,


                        Poutine n’est pas moins libéral que Ieltsine (d’ailleurs, n’oubliez pas que c’est Ieltsine qui a mis Poutine au pouvoir, alors que personne n’en avait entendu parler avant).

                        La seule différence entre les deux : Ieltsine vendait à l’encan la Russie à n’importe qui, Poutine ne la vends que à des Russes, et s’est appliqué dès le début à récupérer les joyaux de la couronne qui étaient passés à l’étranger. D’ailleurs, derrière la fameuse affaire Magnitski, c’est en fait l’histoire de l’expropriation d’un fond d’investissement.

                        Et quand à dire que les Russes vivent mieux depuis son arrivée, c’est aussi ridicule que l’article de l’auteur. Faut il rappeler que l’espérance de vie Russe a été maximale sous Gorbatchev, pour s’effondrer de 10 ans sous Ieltsine, et après une petite remontée est en train de redescendre sous Poutine.

                      • L'enfoiré L’enfoiré 5 janvier 2013 21:37

                        « Faut il rappeler que l’espérance de vie Russe a été maximale sous Gorbatchev »


                        Là, c’est trop. Gorby était apprécié à l’Ouest, mais cette espérance, sa popularité n’était pas partagée à l’intérieur. 
                        L’ostalgie, cela ne vous rappelle rien ?
                        .

                      • wesson wesson 5 janvier 2013 22:57

                        je n’ai jamais écrit que Gorbatchev était populaire, et effectivement dans son pays il ne l’était pas. 


                        Il n’en demeure pas moins que sur le plan de l’espérance de vie, et en particulier celle en bonne santé n’as jamais été meilleure que sous Gorbatchev en Russie.

                      • Al West 5 janvier 2013 23:59

                        Bonsoir,

                        Ce n’est pas tant Eltsine que Berezhovski qui a mis Poutine au pouvoir. S’il est arrivé là c’est d’ailleurs parce qu’il ne payait pas de mine. C’est seulement après que Berezovski et co. se sont aperçus qu’ils avaient choisis un agent en fait difficilement corruptible. Eltsine vendait la Russie à l’Occident, et en particulier à la haute finance, mais le pire c’est qu’il ne s’en rendait même pas compte...

                        Poutine en libéral moi ça me fait toujours sourire, sachant que c’est quand même lui qui a mis au pas tous les oligarques, et qu’il a rendu l’état actionnaire majoritaire dans toutes les grandes entreprises énergétiques du pays ainsi que dans la première banque. Ca colle moyennement avec la définition du libéralisme économique. D’autant plus qu’il est peut-être le seul dirigeant de pays à obliger les propriétaires d’une usine à relancer l’activité pour éviter que les gens se retrouvent au chômage, voir la fameuse vidéo que tout le monde doit connaître depuis le temps. La répartition des richesses n’est évidemment pas optimale, mais la Russie est un pays qui connaît une phase de transition et c’est en train de s’améliorer. C’est un peu comme l’histoire de l’espérance de vie : non seulement ça n’a pas vraiment de sens de considérer l’espérance de vie sous tel dirigeant puisque c’est une statistique qui connaît un effet retard, mais en plus il se trouve qu’elle a augmenté sous Poutine et qu’elle a désormais rattrapé son niveau de la fin des années 80, et ce malgré les quantités astronomiques de drogue qui inondent les milieux de la jeunesse russe depuis que les Etats-Unis se sont appropriés la production d’héroïne en Afghanistan, qui a pour le coup des conséquences immédiates sur l’espérance de vie puisque :

                        « Depuis 2001, 1,2 million de jeunes (de 15 à 34 ans, NDLR) sont morts en Russie, dont près de trois quarts à cause de l’usage de drogue » [source]

                        Voir les données de la Banque mondiale sur l’espérance de vie en Russie :
                        https://www.google.fr/publicdata/explore?ds=d5bncppjof8f9_&met_y=sp_dyn_le00_in&idim=country:RUS&dl=fr&hl=fr&q=esp%C3%A9rance%20de%20vie%20russie# !ctype=l&strail=false&bcs=d&nselm=h&met_y=sp_dyn_le00_in&scale_y=lin&ind_y=false&rdim=region&idim=country:RUS&ifdim=region&hl=fr&dl=fr&ind=false

                        On pourra d’ailleurs regarder n’importe quelle statistique pertinente  : PIB/habitant, répartition des richesses, etc., tout va mieux depuis que Poutine est au pouvoir.

                        Pour la petite histoire, Gorbatchev était - et est toujours d’ailleurs, même s’il ne sert plus à grand chose - le pantin de la finance occidentale via sa femme. C’est ce qui se dit dans les milieux politico-militaires russes en tout cas. Voir le général Konstantin Petrov entre autre.

                        Ses vidéos sont très intéressantes : http://www.youtube.com/results?search_query=russian+general+petrov&oq=russian+general+petrov&gs_l=youtube.3..0i19l2.1725.6613.0.7177.26.14.2.10.10.0.239.1749.5j8j1.14.0 ...0.0...1ac.1.ygtOg1JYhL0


                      • L'enfoiré L’enfoiré 6 janvier 2013 08:53

                        Merci, Al West. J’ignorais.

                        J’ajoute votre commentaire à mon billet sur la Russie

                      • Robert GIL ROBERT GIL 5 janvier 2013 19:32

                        sparagus, t’avais pris tes medocs avec d’ecrire ces conneries ???


                        • Pyrathome Pyrathome 5 janvier 2013 21:47

                          C’est naturel chez lui, le mensonge, le sophisme et la propagande.....


                        • Croa Croa 5 janvier 2013 23:21

                          à Spartacus,
                          « Payer des impôts équitablement est normal. Cela implique tous les gens de manière équitable. »

                          Oui, ce serait normal... dans la mesure ou nous aurions une société équitable !


                          • Croa Croa 5 janvier 2013 23:43

                            Il faudrait nous en dire plus : Est-ce que les Russes payent une TVA ?

                            Vu que si leurs impôts c’est essentiellement la ’’Flat-tax", alors oui c’est moins pire qu’en France (et généralement que dans presque n’importe quel pays européen !


                            • foufouille foufouille 6 janvier 2013 14:49

                              http://www.lemoci.com/Russie/14-Fiscalite-Comptabilite.htm

                              18%Le taux réduitLe taux de TVA réduit en Russie est de 10% et concerne principalement les produits alimentaires et les vêtements pour enfants. Des exemptions de TVA sont applicables pour les opérations suivantes (liste non exhaustive) :
                              - L’exportation de biens vers une destination en dehors de la Russie ;

                              - Le transport, chargement / déchargement et l’organisation du transport, de chargement et de déchargement de marchandises exportées par des organisations ou des entrepreneurs individuels russes ;
                              - Le transport, chargement / déchargement et l’organisation du transport, de chargement / déchargement de marchandises importées par des organisations ou des entrepreneurs de Russie (à l’exception des transporteurs de chemin de fer de Russie) ;
                              - Les travaux (services) liés au transport de marchandises en transit ;
                              - Certains biens et services fournis aux missions diplomatiques étrangères.Les autres taxes à la consommationIl existe des taxes sur de nombreux biens de luxe, en particulier sur les voitures, les motocycles, l’alcool et le tabac.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès