• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > La France à l’heure des mauvais choix

La France à l’heure des mauvais choix

La campagne présidentielle arrive péniblement à son terme, et l’issue de l’élection paraît des plus incertaine. Les écarts entre les principaux candidats se resserrent, les Français semblent de plus en plus indécis. Rien de vraiment surprenant, en fait, tant ne leur sont plus désormais ouverts que de mauvais choix.

Les élections présidentielles rythment traditionnellement la vie politique française. Plus que cela, même, elles en constituent l’alpha et l’oméga, le principe organisateur. A intervalles réguliers, tous les sept ans jadis, tous les cinq ans désormais, la France se laisse donc aller à des moments d’exaltation politique qui n’ont pas vraiment d’équivalent chez nos voisins européens, comme emportée par des bouffées de chaleur démocratiques qui l’extirpent pour un temps de la « morositude » qui la ronge depuis plusieurs décennies. Elle aime alors à se donner à untel, qui lui promet de « changer la vie », ou à tel autre, qui lui promet que « tout devient possible ». A tout le moins, elle ne se laisse prendre que par celui qui lui répète à quel point elle est belle, grande et forte, et qui lui donne l’espoir qu’elle le sera plus encore demain. Certains ont coutume d’appeler cette exaltation temporaire « la rencontre d’un homme et d’un peuple », une rencontre qui débouche sur une mise en ménage le plus souvent malheureuse et conflictuelle.

Cette année, pourtant, aucun(e) des prétendant(e)s ne semble à même de provoquer l’étincelle, et la rencontre attendue pourrait bien s’avérer n’être qu’un « blind date » raté. Alors qu’approche l’heure du choix, la France apparaît indécise et confuse, comme rarement auparavant.

Cette confusion était probablement à prévoir, tant il semblait clair depuis longtemps que le vainqueur de l’élection serait de toute façon choisi par défaut. Une favorite avait en effet émergé de longue date pour le premier tour, mais qui semblait condamnée à devoir être irrémédiablement rejetée au second. Le « front républicain » tiendrait bien une fois encore, le « plafond de verre » ne serait pas brisé. La France se ferait une raison, et se résoudrait à glisser dans l’urne au second tour le nom de son nouveau concubin, un nom en « -on »... Les primaires « de la droite et du centre » et de « la belle alliance populaire » devaient juste servir à désigner ceux qui allaient concourir pour la seconde place au premier tour, afin de pouvoir s’assurer la première au second.

Le jeu était donc ainsi faussé dès le départ, et devint même doublement faussé lorsque le concubin en titre renonça à se représenter. Fait sans précédent sous la Ve République, la renonciation de François Hollande a acté l’échec de son mandat, un échec qui était largement prévisible dès 2012, mais elle a aussi privé la campagne d’un point de fixation traditionnel des élections présidentielles françaises : le rejet du sortant. Poussant la France à rêver d’un autre, ce rejet contribue généralement à attiser les passions et à donner du souffle à la campagne. En se soustrayant au suffrage populaire, François Hollande a en fait contribué à dépassionner le rendez-vous électoral.

Une campagne poussive

Au final, c’est à une campagne poussive que la France a donc eu droit, courtisée par des prétendant(e)s qui se sont avérés bien peu convaincant(e)s. Campagne poussive de la part de Marine Le Pen, notamment. Partie largement favorite pour le premier tour, elle a vu son avance fondre dans les sondages au point d’être quasiment rattrapée par ses concurrents. Les sondages ont souvent par le passé sous-estimé le votre Front National, et ce pourrait être encore le cas cette fois-ci, mais cet étiolement des intentions de vote suggère que la candidate n’est pas parvenue à élargir sa base électorale et a donc, dans une certaine mesure, « raté » sa campagne. La conjoncture, pourtant, lui était particulièrement favorable. Devenu « premier parti de France » lors des élections intermédiaires sous le quinquennat Hollande, le FN pouvait espérer capitaliser sur les angoisses d’un pays durement touché par le terrorisme islamiste au cours des deux dernières années, mais aussi surfer sur la vague populiste qui balaye désormais l’Occident. Il semble cependant que les Français continuent de craindre d’avantage, à ce stade, les effets d’une sortie de l’euro que les risques de « grand remplacement » ou d’islamisation du pays, et qu’ils ne sont en tout cas pas encore prêts à prendre le risque d’ouvrir les portes du pouvoir au parti frontiste. Même si elle se qualifie pour le deuxième tour, il est donc peu probable que Marine Le Pen soit en position de l’emporter le 7 mai.

François Fillon, désigné candidat « de la droite et du centre » en novembre dernier à la surprise générale, semblait sur la voie royale pour l’emporter. Après le pathétique quinquennat Hollande, le châtelain de la Sarthe, champion d’une droite s’assumant enfin conservatrice et libérale, paraissait destiné à arriver second au soir du 23 avril – et donc à emménager au palais de l’Elysée en mai. Mais sa campagne a rapidement patiné, avant de sombrer dans les soupçons de népotisme et d’emplois fictifs. Plus encore que ces soupçons eux-mêmes, c’est l’attitude du candidat, semblant considérer que les pratiques qui lui sont reprochées n’ont rien de véritablement anormal, qui a achevé de le décrédibiliser. « Imagine-t-on le général de Gaulle mis en examen ? », disait-il. « Imagine-t-on François Fillon président de la République ? », pourrait-on lui rétorquer, tant la réponse paraît désormais pareillement évidente. Le candidat semble d’ailleurs avoir renoncé à conquérir le cœur de la France. « Je ne vous demande pas de m’aimer mais de me soutenir », dit-il désormais, espérant encore que les Français feront le choix « rationnel » de son programme « précis et solide », sorte de purge néolibérale d’inspiration thatchérienne venant avec trente ans de retard. Sans surprise, son socle électoral s’est réduit à la base militante du parti « Les Républicains » (LR), et sa qualification pour le second tour apparaît compromise.

L’autre candidat issu des primaires, Benoît Hamon, n’a quant à lui jamais vraiment été en mesure d’envisager une qualification au second tour. Mais après une timide percée dans les intentions de vote en janvier/février, il s’est littéralement effondré par la suite, passant même désormais sous la barre des 10%. Pris en étau sur sa droite par Emmanuel Macron et sur sa gauche par Jean-Luc Mélenchon, le candidat de la « belle alliance populaire » a vu l’espace politique disponible pour sa candidature s’étioler. En construisant sa victoire aux primaires sur un rejet du quinquennat Hollande au nom des « valeurs de la gauche », Benoît Hamon se condamnait à laisser une partie des sympathisants socialistes et de centre gauche s’échapper vers Emmanuel Macron. Il pensait dans le même temps pouvoir récupérer une partie de l’électorat attiré par Jean-Luc Mélenchon, mais c’est l’inverse qui s’est finalement produit. Relativement peu connu du grand public, accusant un déficit de notoriété et de crédibilité, Hamon fait pâle figure face au tribun Mélenchon, qui a fini par siphonner les intentions de vote des « cocus » du hollandisme. Ne subsiste comme socle électoral pour Hamon que les indéfectibles d’un PS en lambeaux, piloté par d’anciens « frondeurs » qui paient de n’avoir jamais su véritablement assumer les conséquences de leur fronde. Et tant pis pour le malheureux « petit Benoît », dont le programme est pourtant le seul à aborder de front des questions cruciales pour l’avenir telles que le devenir du travail et des revenus dans une société où automatisation et robotisation devraient rapidement rendre un certain nombre d’emplois humains obsolètes, et ceux qui les occupent économiquement « inutiles ».

Il est donc possible voire probable qu’aucun des deux grands partis qui ont dirigé la France depuis quarante ans ne soit représenté au second tour de l’élection présidentielle, et même que le support combiné pour leurs candidats ne dépasse pas le tiers des votants au premier tour. Il s’agirait là d’un coup de tonnerre pour la politique française, signe d’un changement d’ère probablement irréversible. Le système des « primaires » n’y survivrait sans doute pas. Inspiré du modèle américain, dans lequel les primaires désignent de facto les finalistes de l’élection présidentielle, ce système était censé donner une légitimité accrue aux candidats issus des deux principaux camps, appelés à s’affronter au second tour. Il a en fait abouti au résultat inverse, chaque camp choisissant un candidat s’avérant incapable de rassembler au delà de leur propre famille, voire de rassembler toute leur famille elle même. Si les primaires ne servent qu’à désigner des concurrents parmi d’autres pour le premier tour, portant même le handicap des divisions et des rancœurs au sein de leur camp, il est peu probable que les « partis de gouvernement », PS et LR, si tant est qu‘ils survivent, poursuivent cette expérience suicidaire.

Ce sont en effet deux candidats qui ont refusé de se soumettre à ces primaires mortifères qui ont réussi une percée lors de la campagne. Emmanuel Macron d’abord, qui est celui qui aura finalement réussi sa « fronde » contre François Hollande. L’ancien secrétaire général adjoint de la présidence de la République, puis Ministre de l’économie, a attiré vers lui une partie suffisante des sympathisants de centre gauche pour fermer la porte d’un nouveau mandat à son ancien patron. La loyauté et la fidélité ne sont donc probablement pas les qualités premières de ce jeune homme ambitieux et mystérieux, encore inconnu du grand public il y a peu, dont le principal fait d’armes est la libéralisation du transport par autocars, et qui prétend désormais remettre la France « en marche ». Tentant de surfer sur l’humeur « dégagiste » du pays, il s’est grimé en candidat rebelle et « anti-système », lui le brillant énarque, ancien banquier d’affaires et haut fonctionnaire. Homme nouveau et supposément moderne, il est devenu le champion des jeunes classes urbaines aisées et progressistes. Là où François Fillon semble s’inspirer de Margaret Thatcher, lui propose une sorte de « troisième voie » à la Tony Blair, avec – seulement – vingt ans de retard. Prétendant « dépasser les clivages », il se présente comme la nouvelle incarnation du centre, vieille arlésienne de la vie politique française. Pour faire oublier qu’il sort tout juste de la matrice hollandienne, il a fait le pari d’effectuer « une Sarkozy » éclair, se faisant passer pour le candidat de la « rupture » avec son propre camp. Cela lui a plutôt réussi, puisqu’il est devenu le favori pour la victoire finale. Mais dans les derniers jours de campagne le doute semble gagner le candidat et ses partisans, comme sentant poindre le risque de faire au final « une Balladur » en finissant troisième. Ni de droite ni de gauche, ou bien à la fois de droite et de gauche, Emmanuel Macron sait pertinemment qu’on ne sort de l’ambigüité qu’à ses dépens, mais le flou et les contradictions de son projet fragilisent sa position dans la dernière ligne droite.

D’autant qu’au même moment déboule dans son dos et à toute vitesse le héraut de « la France insoumise », Jean-Luc Mélenchon. L’homme à la veste d’instituteur a le verbe haut des tribuns surdoués, et semble désormais porté par une dynamique irrésistible. Voilà des années que l’ancien trotskiste et ancien hiérarque socialiste tente de préempter le « dégagisme », ce populisme de gauche qui cherche à rattraper le peuple parti vers le Front National. Le suicide du PS lui ouvre désormais une brèche dans laquelle il s’engouffre avec force et talent. Après le quinquennat raté du « capitaine de pédalo » Hollande, il se verrait bien en « grand timonier » du radeau France, rallumant la flamme de la « Grande Révolution » pour effectuer un grand bon en avant égalitariste. Et peu lui importe, à lui, de porter son sac de contradictions : il l’assume pleinement et fièrement. Il prétend ainsi engager un bras de fer avec nos partenaires européens afin de mettre fin aux politiques d’austérité, mais il sait pertinemment que c’est là une bataille qu’il ne sera pas plus en en mesure de remporter que son ancien ami Alexis Tsipras, rentré dans le rang après avoir été poussé au bord du précipice du Grexit. Il prétend imposer un changement de cap à Angela Merkel, mais sait pertinemment que son programme ne pourra être mis en œuvre qu’au prix d’une rupture avec l’Union européenne – avec tout ce que cela implique. Il prétend n’avoir « pas l’intention de faire Cuba en France », mais continue de régulièrement célébrer la mémoire de ses héros Fidel Castro ou Hugo Chavez et prévoit de faire adhérer la France à « l’Alliance Bolivarienne ». Il veut convoquer une assemblée constituante au lendemain de son élection, mais sait déjà très précisément ce qu’elle devra inscrire dans la constitution de la VIe République. Il dénonce « la rage » des attaques de ses adversaires, mais n’hésite pas à déclarer que, si l’un d’eux est élu, « vous allez cracher du sang ». Alors qu’avec lui, bien sûr, « allez, viennent les jours heureux et le goût du bonheur », même si le type de « solutions » qu’il préconise n’a jamais, sous aucune latitude, fait bien longtemps le « bonheur » de quelque peuple que ce soit.

L’impasse

Sans surprise, les Français sont donc circonspects à l’issue de cette campagne, qu’ils jugent en majorité bien décevante. Ce n’est d’ailleurs pas faute d’avoir essayé de s’y intéresser, comme en témoignent les chiffres d’audience record des débats télévisés, mais bien parce que les principaux candidats en présence ne leur paraissent pas apporter de réponses crédibles aux problèmes auxquels la France est confrontée. Bien peu pensent que l’élection, quel qu’en soit le résultat, permettra l’amélioration de la situation du pays. En conséquence, les sondeurs constatent un niveau inédit d’indécision et de volatilité des électeurs, qui laisse augurer d’une abstention record pour une présidentielle et rend toute prédiction bien hasardeuse.

A une semaine du premier tour quatre candidats sont désormais au coude à coude dans les intentions de vote. Après le match annoncé Le Pen/Fillon, puis le match annoncé Le Pen/Macron, tout semble désormais possible, y compris un second tour Le Pen/Mélenchon. Cette hypothèse donne des sueurs froides à beaucoup, en France et ailleurs. L’élection de l’un ou de l’autre équivaudrait en effet pour la France à un « saut dans l’inconnu », et ferait entrer le pays – et l’Europe – dans un période de fortes turbulences. Turbulences économiques, avec probablement une fuite massive et immédiate des capitaux et une nouvelle poussée de fièvre financière sur la dette française et sur l’ensemble de la zone euro. Turbulences politiques ensuite, car une partie importante de la population entrerait immédiatement en « résistance » contre le nouvel élu, avec un potentiel de dérive violente bien réel dans les deux cas. Turbulences géopolitiques également, avec une remise en cause drastique du cadre de l’action internationale de la France et un risque de dislocation accélérée du projet européen. On peut douter qu’une majorité de Français soit à priori décidée à courir ce risque, mais il deviendrait toutefois inévitable si ce sont Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon qui passent le cap du premier tour.

Si l’un des deux candidats « populistes » l’emporte le 7 mai, il est d’autre part extrêmement peu probable qu’il puisse disposer d’une majorité parlementaire à l’issue des législatives de juin prochain. Aucun ne dispose en effet d’un appareil partisan et militant à même de remporter seul une victoire, et l’issue de la présidentielle, loin de susciter un effet d’entraînement, provoquerait au contraire une remobilisation massive de leurs opposants. S’en suivrait donc vraisemblablement une situation de blocage et de crise institutionnelle, qui ne pourrait être « résolue » que de deux façons : le départ anticipé du président, et donc une nouvelle campagne présidentielle dans un climat extrêmement tendu, ou bien une dérive autoritaire, que la constitution de la Ve République rend malheureusement possible.

Si au contraire c’est François Fillon ou bien Emmanuel Macron qui l’emporte, la France n’évitera pas pour autant la zone de turbulences. Le premier, s’il parvenait malgré ses errements à se qualifier pour un second tour face à Marine Le Pen, ne l’emporterait alors que par défaut, avec une marge réduite et une forte abstention des électeurs de gauche. Son parti ne bénéficierait d’aucune véritable dynamique pour les législatives, et il est peu probable qu’il puisse emporter une majorité solide. Si c’est Emmanuel Macron qui l’emporte, son mouvement « En Marche » pourrait au contraire bénéficier d’une dynamique positive qui le porterait éventuellement vers une majorité à l’Assemblée nationale. Mais cette majorité serait très probablement fragile et peu cohérente. L’exercice du pouvoir obligerait en effet le nouveau président à sortir du bois, et ses soutiens venus de gauche et de droite ne tarderaient pas à tirer la corde en directions opposées. Dans ce contexte, tenter de réformer par ordonnances n’aboutirait qu’à accélérer l’éclatement d’En Marche, qui se retrouverait rapidement à l’arrêt. Un quinquennat Macron, tout comme un quinquennat Fillon, donnerait donc lieu à une présidence faible, incapable de mettre en œuvre les réformes annoncées. La France continuerait alors de dériver péniblement, faisant tout au plus les ajustements minimums pour éviter le pire, mais continuant de laisser se développer les frustrations et tensions qui font le lit des extrêmes.

L’élection présidentielle de 2017 ne peut dès lors que déboucher sur une période troublée pour le pays. Elle révèle de manière cruelle l’impasse dans laquelle s’est enferrée la France, et dans laquelle ne restent plus ouverts à ses citoyens que des mauvais choix. Quel qu’en soit le résultat final, elle marquera vraisemblablement une étape supplémentaire dans le lent et pénible processus de délitement du système politique de la Ve République, devenu définitivement incapable d’apporter des solutions aux maux et problèmes de la France.


Moyenne des avis sur cet article :  1.69/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

49 réactions à cet article    


  • Gilles Mérivac Gilles Mérivac 17 avril 09:42

    Oui et c’est normal, les français étant divisés plus que jamais, tiraillés entre le maintien de leurs acquis et le risque de l’aventure. Aucun candidat n’a la capacité de répondre à leurs attentes, car elles sont contradictoires.


    • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 17 avril 10:53

      @Gilles Mérivac

      4 candidats dans un mouchoir de poche parce que sans véritable Programme Socio-Économique innovant, progressiste et réaliste.
      Présidentielle 2017 : Et l’idéologie ?...
      http://www.sincerites.org/2017/03/presidentielle-2017-et-l-ideologie.html



    • Gilles Mérivac Gilles Mérivac 17 avril 11:35

      @Jean-Pierre Llabrés
      L’auto-intéressement n’est pas vraiment une innovation, il existe depuis longtemps sous diverses formes. L’ennui, c’est que cela ne fonctionne que si l’économie est florissante, dans le cas contraire, les salariés investisseurs se sentent floués.


    • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 17 avril 12:16

      @Gilles Mérivac

      « auto-intéressement » ? ? ? ...
      Moralité :
      Supprimons le « salariat » et intégrons solidairement « l’actionnariat » !

      1)
      Des peuples socio-économiquement incompétents ne peuvent élire qu’un personnel politique socio-économiquement incompétent.
      http://www.sincerites.org/2017/02/des-peuples-socio-economiquement-incompetents-ne-peuvent-elire-qu-un-personnel-politique-socio-economiquement-incompetent.html
      2)
      En 20 ans, les Français(es) pourraient détenir 51 % du capital social des entreprises du CAC 40, banques incluses
      http://www.agoravox.fr/actualites/economie/article/en-20-ans-les-francais-es-191020

      3)
      Refondation du Capitalisme & Instauration d’un Dividende Universel financées par l’Épargne.
      http://www.sincerites.org/article-le-dividende-universel-83909790.html​

    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 17 avril 10:04

      Encore un qui n’a pas vu qu’il y avait 11 candidats ! C’est étrange, cette myopie électorale ... Si l’auteur était un peu curieux, il découvrirait que les choses ne se présentent pas telles qu’il les décrit.


      Les programmes économiques et sociaux ont déjà été écrits et publiés par la Commission européenne, qui se fiche bien de la couleur politique de l’heureux élu, de ses costards ou de son tee shirt  !

      Car en fait, il n’y a que deux lignes politiques :
      - soit les candidats veulent rester dans l’ UE, (avec ou sans renégociations des Traités), et ils appliqueront tous les GOPé de la Commission européenne.

      - soit ils sont pour le Frexit par l’article 50, et bye, bye la Commission européenne !

      Si l’auteur ne me croit pas, voici le document de Matignon qui suit à la lettre les réformes structurelles à mettre en place - Page 160 annexe 4


      • Tall Tall 17 avril 10:07

        Tout est faux ... en réalité, ce n’est pas serré du tout ... sauf peut-être Mélenchon qui se rapprocherait un peu de Fillon.

        Pour le reste, Macron est 4e et Marine est en tête bien détachée
         
        Pourquoi ?
         
        Parce que la majorité les français aiment leur pays, et qu’ils ont en ras-le-bol du mondialisme paupérisant et de ce djihadisme crapuleux qui s’y est ajouté.
         
        Et quel est le parti qui dénonce clairement ces 2 ennemis ?
         
        Le même qui a dû aller se financer en Russie parce qu’il n’a pas reçu un sou des banksters français et européens ... et qui se fait traîner en « justice-PS » par l’UE de Merkel
         
        Alors qui peut croire que Marine ferait un score proche de ce jeune bankster de chez Hollande-Rothshild, ou de l’ancien chambellan de Sarko qui pique de l’argenterie là où il bosse, ou encore de cet écolo-coco qui veut naturaliser toute l’Afrique ?
         
        Le 23 avril à 20h, on verra la vérité

        • jaja jaja 17 avril 10:21

          @Tall

          Est-ce que la majorité des Français sont prêts à voter pour le parti fasciste ? c’est très discutable !


        • Tall Tall 17 avril 10:35

          @jaja


          « fasciste » est une insulte stéréotypée à laquelle plus grand-monde ne croit ... à part la racaille des banlieues, les barbus importés, et les bolcheviques qui se croient toujours en 1930.


        • Parrhesia Parrhesia 17 avril 10:48
          @jaja
          Bonjour jaja,

          Mais où diable voyez-vous dans tout ce fatras, et quelles que soient les intentions de votes annoncées ou cachées, une majorité de Français ???
          Parce que moi, j’ai beau chercher ...

          Mais je peux me tromper !!!


        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 17 avril 10:59

          @Tall
          Jaja fait on beurre avec l’antifascisme, alors que Jospin a expliqué que c’était du cinéma !
          Le FN est un Parti nationaliste, raciste, xénophobe et islamophobe, ce qui suffit largement à ce que 85 % des Français n’en veuillent pas depuis 40 ans !


          Les Français sont métissés depuis le néolithique, ils veulent que les problèmes d’immigration soient traités sereinement et humainement, comme le propose l’ UPR.
          Les accords de Schengen seront maintenus provisoirement.
          Par referendum, les Français décideront de l’immigration qu’ils souhaitent, et on sortira ou pas de Schengen, selon ce qu’ils auront décidé.

        • Parrhesia Parrhesia 17 avril 11:10
          @Fifi Brind_acier
          Les Français sont métissés depuis le néolithique certes !!!
          Mais on ne peut pas affirmer pour autant qu’ils aient toujours été aussi... aussi... aussi perturbés !!!

        • Tall Tall 17 avril 11:19

          @Fifi Brind_acier

          Excellent votre lien vers Jospin qui se fait l’avocat du FN ... et à l’époque du papy encore bien ! smiley
          Faut pas demander ce qu’il dirait maintenant avec Marine et Philippot
           
          Ensuite, dans votre com, vous dites tout le contraire de Jospin ... !?
          Forcément, c’est une affiche copiée-collée de l’Upr que j’ai déjà vu 100 fois

        • jaja jaja 17 avril 18:10

          @Fifi Brind_acier

          Fifi dit que je fait mon beurre avec l’antifascisme ici et ailleurs me reprochait de ne rien faire contre le FN...
          La (ex ?) Trumpiste Fifi ferait mieux de soigner ses analyses et de se souvenir de ce qu’elle affirme afin de ne pas reprocher à ses contradicteurs tout et son contraire...

          Par ailleurs un parti « nationaliste, raciste, xénophobe et islamophobe » comme le qualifie Fifi elle-même, qui compte parmi ses fondateurs d’anciens SS, parti dont la direction exprime un mépris de classe certain (voir épisode Poutou) est bien un parti fasciste en devenir quelle que soit l’opinion du Sieur Jospin dont Fifi semble si fan qu’elle le cite au moins une fois par semaine sur ce site....

          La différence avec ses prédécesseurs c’est que les musulmans remplacent aujourd’hui les juifs dans la catégorie des gens à stigmatiser dans un premier temps... On sait comment ça peut finir si on laisse faire !

          Oui le combat antifasciste est encore et hélas toujours d’actualité !


        • foufouille foufouille 17 avril 18:14

          @jaja
          fifi utilise un robot pour répondre à sa place ou c’est une mythomane ...............


        • jaja jaja 17 avril 18:55

          @Tall

          « Pendant toutes les années du Mitterrandisme nous n’avons jamais été face à une menace fasciste donc tout antifascisme n’était que du théâtre... »

          C’est ce que déclarait Jospin sous Mitterrand qui avait propulsé le FN sur le devant de la scène pour gagner les élections... Depuis la créature a bien progressé injectant largement le poison du racisme dans la société française...

          C’est un parti qui peut aujourd’hui s’appuyer sur des mouvements de masse réactionnaires comme, par exemple, la Manif pour tous en cas de besoin... D’autre part on a déjà sur ce site quelques spécimen prêts à en découdre physiquement avec ce qu’ils appellent les « racailles » des banlieues populaires...
          Ce ne sont que des paroles pour le moment mais l’idée est déjà là chez les plus fachos d’entre eux....

          Le fascisme comme l’antifascisme sont bien des réalités d’aujourd’hui...


        • UnLorrain 17 avril 20:38

          @Fifi Brind_acier

          Mtissage,si vous le dites...precisez melting pot europeen cependant,les pigments dans les dermes produisants constamment du leucoderme,et vous savez certainement comme moi je le lisais,ou entendre chez le taxonomiste,qui est recessif entre le leucoderme et melanoderme.


        • Croa Croa 17 avril 23:20

          À jaja,
          L’extrême droite est déjà au pouvoir et c’est Macron qui la représente.
          .
          De plus en plus de français s’en sont rendu compte. Apparemment tu fait partie des exceptions.


        • jaja jaja 17 avril 23:50

          @Croa

          Macron c’est la droite impérialiste française un peu à la Tony Blair... L’extrême droite raciste c’est Marine le Pen...
          Il me semble que beaucoup de Français s’en sont rendus compte y compris le candidat pour qui tu vas voter et qui lui sait catégoriser ses adversaires....


        • jaja jaja 17 avril 23:59

          D’ailleurs pour caractériser la recomposition qui aura lieu après les élections il y aura cette droite de Macron issue de l’aile droite du gouvernement PS qui continuera à se définir plus ou moins de gauche.

          La gauche institutionnelle représentant la vieille social-démocratie à la Mitterrand divisée entre l’aile droite des partisans de Hamon et l’aile gauche des partisans de Mélenchon...

          La gauche révolutionnaire divisée en deux partis Npa et LO....plus des organisations non présentes au niveau électoral comme les anarchistes par exemple...


        • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 18 avril 02:38

          @Tal


          Si,entre les deux tours, MLP promet inconditionnellement que son premier geste sera un référendum sur la sortie immediate de l’UE aux conditions de l’Article 50, je crois que le rapport des voix de pour qui cette sortie est LA priorité lui permettra de triompher de son atdversaire, quel qu"il soit qui ne le promettra pas. ... Et les Legislatives seront passionnantes.

          PJCA



        • JL JL 18 avril 08:12

          @Pierre JC Allard,

           
           je crois que de plus en plus de monde sait que l’article 50 est un piège à cons.
           
           
          L’article 50 prévoit qu’au bour de deux ans de négociations pendant lesquelles le pays demandeur abandonne sa souveraineté, si un accord n’est pas trouvé, il pourra quitter l’UE dans le respect des traités. Et ça veut dire quoi, le respect d es traités ? En l’occurrence, recourir à l’article 50.

           L’article 50 vise en réalité à engluer dans des procédures juridiques interminables et incompréhensibles pour la majorité de la population, les États qui voudraient sortir de l’UE.
          Sortir vite en créant un état de fait
           
          Charles de Gaulle, dans C’était de Gaulle, tome 2, d’Alain Peyrefitte, écrit que « C’est de la rigolade ! Vous avez déjà vu un grand pays s’engager à rester couillonné, sous prétexte qu’un traité n’a rien prévu au cas où il serait couillonné ? Non. Quand on est couillonné, on dit : « Je suis couillonné. Eh bien, voilà, je fous le camp ! Ce sont des histoires de juristes et de diplomates, tout ça ». Nous sommes entièrement d’accord avec cette remarque frappée au coin du bon sens.
           
          La sortie de la France de l’Union européenne ne se fera surtout pas au moyen de l’article 50 du traité de Lisbonne. Pour sortir, la France invoquera les articles 61 et 62 de la Convention de Vienne du 23 mai 1969 sur le droit des traités. Ces articles décrivent le droit de retrait d’un traité international par un État, au motif notamment d’un « changement fondamental de circonstances ».

           La sortie de l’Union européenne devra être rapide et unilatérale, autrement dit la France décidera, seule, de sortir. Son geste, à n’en pas douter, provoquera une réaction en chaîne souhaitable, incitant les peuples des autres pays à se mobiliser pour retrouver leur liberté.
          La sortie de l’Union européenne s’accompagnera d’un référendum pour réviser la Constitution française afin d’en éliminer tous les articles qui placent le droit français sous la tutelle du droit communautaire européen, particulièrement ceux contenus dans le titre XV intitulé « De l’Union européenne ».
           
          La tragédie grecque démontre qu’aucune négociation n’est possible avec les représentants de l’Union européenne. Ses dignitaires ont dit à plusieurs reprises que les pays membres de la zone euro y étaient pour toujours. Il faut donc éviter la moindre naïveté et préparer dès à présent nos concitoyens à des épreuves qui ne pourront pas être « sereines ». L’angélisme, le juridisme, la naïveté, réels ou simulés, constituent une très grave faute politique.
          La voie juridique de l’article 50, ce miroir aux alouettes, est une impasse politique aux conséquences désastreuses.

           
           



        • vesjem vesjem 18 avril 09:27

          @jaja
          tiens jaja, une approche de ce qu’est le fascisme

          https://www.youtube.com/watch?v=XzfTRsILHwA


        • Leonard Leonard 17 avril 10:15

          Belle illustration TF1


          • Harry Stotte Harry Stotte 17 avril 10:25

            Je n’ai parcouru votre texte qu’en diagonale, je n’ai que peu de temps, mais une des rares choses qui me paraît claire, vue d’ici, c’est que l’élu(e) du 7 mai n’aura pas de quoi pavoiser, au-delà des bouchons de champagne, confettis, serpentins et autres cotillons.


            • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 17 avril 11:05

              L’algorithme de Youtube ne donne pas les mêmes indications que les sondages !
              Ce qui contrarie fort l’ ImMonde qui ne retrouve pas son petit Micron, sauf à 12%, quel groooosse malheur pour le Rouleau de Printemps !

              Les deux seuls en progression sont Asselineau et Mélenchon.
              Asselineau est à 15,8%. Mélenchon, au dessus de 20%


              • foufouille foufouille 17 avril 11:50

                @Fifi Brind_acier
                youtube n’est pas la france ni les français.


              • quid damned quid damned 17 avril 12:28

                @foufouille
                les sondages payés par les copains à Macron encore bien moins


              • Armand Simon Armand Simon 17 avril 13:52

                @foufouille

                Certes ces sondages ne représentent pas toute la France. Le panel doit comporter en majorité la tranche disons 21 – 45 ans peut être. Pour ce segment de la population, il y a quand même quelque chance qu’ils soient représentatifs d’une certaine tendance. Dans la mesure ou la démographie actuelle est toujours liée au baby boom, j’ai l’impression qu’il est assez logique qu’on observe un décalage avec ce qui sera le vote total réel.

                On oubliera pas non plus trop vite le fait que Trump a remportée l’élection Américaine en faisant une partie de sa campagne sur internet, et ce dans une certaine rupture avec les médias journaux et télévisés habituels, démontrant le rôle maintenant décisif que ce média peut jouer lors d’une éléction. Démontrant la réalité d’une certaine représentativité. Une grande première, et manifestement un signe d’évolution.


              • Sparker Sparker 17 avril 14:49

                @Armand Simon

                Enfin bon vous n’allez pas contredire les invraisemblances des sondages en nous invitant à nous remettre à vos évaluations au doigt mouillé, ça vous conforte certes, mais n’en faites pas une panacée.


              • foufouille foufouille 17 avril 14:50

                @quid damned
                j’ai pas dit le contraire mais youtube n’a aucune représentation réelle.


              • doctorix doctorix 17 avril 15:13

                @Fifi Brind_acier
                Moi, ça fait deux mois que je prédis un Macron à un chiffre.

                Et je n’ai toujours pas rencontré un Français désireux de voter pour lui.
                Les 15% qui manquent, il faudra bien qu’ils se retrouvent quelque part.
                Ce qui me fait peur, c’est que les deux mois de cachot organisés contre Asselineau ne l’éliminent, alors que des media neutres auraient pu le faire élire.
                Je sens que ça va se jouer à pas grand-chose.

              • LE CHAT LE CHAT 17 avril 19:47

                @Fifi Brind_acier

                Jamais fatigue toi ! 24000 folowers sur twitter pour ton dieu quand Marine en a un million 400 000, prevois le maxi paquet de mouchoirs pour dimanche ! smiley


              • Sparker Sparker 17 avril 14:51

                Allo l’auteur, vous fournissez la corde ?


                • Sparker Sparker 17 avril 15:06

                  "Il veut convoquer une assemblée constituante au lendemain de son élection, mais sait déjà très précisément ce qu’elle devra inscrire dans la constitution de la VIe République."

                  Juste la petite phrase qui tue et qui rend cet article douteux. Non, la FI travaille à émettre des PROPOSITIONS pour la constituante et rien ne sera pré-établi. Le suicide assisté et l’ivg ne sont pas des mesures ce sont des droits qui veulent être rendus inaliénables, si pour vous c’est déjà un abus de pouvoir... où allons nous...


                  • Croa Croa 17 avril 23:31

                    @Sparker
                    Les propositions de la Ø pour la constituante ne sont que des suggestions. C’est l’assemblée qui décidera.
                    *
                    Par ailleurs une constitution ne peut que conforter un droit coutumier, pas le forcer. Le droit au travail est bien dans l’actuelle constitution ce qui n’empêche pas que certains soient privés d’emploi, alors... !


                  • Crazy Rider Crazy Rider 17 avril 15:38

                    A l’auteur,
                    Votre parti est basé sur les analyses des SONDAGES, hors ces derniers n’ont aucune valeur scientifique et sont tous manipulés par les grands financiers qui possèdent les médias et les instituts :
                    Sondages Envoyé spécial : https://www.youtube.com/watch?v=zxRlJTmxunY

                    Les nouveaux chiens de garde https://www.youtube.com/watch?v=KJv37eirrjo&feature=youtu.be


                    • Crazy Rider Crazy Rider 17 avril 15:39

                      Erratum ! je voulais dire votre article et non votre parti


                      • Crazy Rider Crazy Rider 17 avril 15:42

                        Toujours à l’auteur !
                        Vous semblez aussi manipulé par les merdias et vous faites pareil qu’eux :
                        Et pourquoi y a pas les autres candidats ? Ils ne comptent pas ?
                        Je vous signale qu’ils sont de grands candidats en honnêteté. Et vos grands candidats sont grands en casseroles


                        • Crazy Rider Crazy Rider 17 avril 15:46

                          Encore pour l’auteur !
                          Votre analyse est totalement vide et creuse ! Vous avez oublié que derrière ce COUP d’ETAT, il y a le grand artiste magicien Hollande :
                          Regardez comment le coup d’état silencieux a été monté :

                          Coup d’État : https://networkpointzero.wordpress.com/2017/03/24/2017-le-coup-detat/

                          Malheureusement vous êtes manipulé comme beaucoup de français moutons ! On dirait un article sorti des grands merdias

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès