• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > La France face à un rebond record de faillites en 2022

La France face à un rebond record de faillites en 2022

Après 2 ans de recul, les défaillances d’entreprises au rebond en 2022 en France (+40%) et dans le monde (+15%) », titre Euler Hermes pour la publication de ses prévisions, en évoquant les vagues de faillites d'entreprises à venir.

JPEG

Pourtant, le même jour que la parution de l’expertise de l'assureur-crédit, Libération déclare : « l’Insee s’attend à une nette baisse du taux de chômage à 7,6% fin 2021 ».

L'entreprise France tirée d’affaire ? Selon Libération en date du 6 octobre, « la dernière note de conjoncture de l’Institut de la statistique [Insee] confirme que l’économie française s’est bien remise [de la Covid-19] avec une croissance qui repart et un chômage à un point de moins qu’avant la crise ». Le quotidien français rajoute, « courbe de croissance retrouvée, créations d’emplois en hausse… Sortie relativement préservée du choc Covid-19 grâce à sa mise sous perfusion d’aides publiques pendant plus de dix-huit mois, l’entreprise France paraît bel et bien tirée d’affaire et le spectre d’une crise majeure semble un peu plus s’éloigner au profit d’une nette reprise qui ramène l’économie à ses niveaux de fin 2019 ».

Libération, qui a écrit son article exactement le même jour que la parution des prévisions très sombres de Euler Hermes, a même certainement lu un peu rapidement l'étude de l'Insee. Déjà le titre de l'étude de l'Insee publiée, elle aussi, ce 6 octobre annonce des tensions dans l'économie : « Après l’épreuve, une reprise rapide mais déjà sous tensions ». Libération continue dans l'euphorie : « Bonne nouvelle du jour selon les conjoncturistes de l’Insee : le taux de chômage rapporté à la population active a continué à baisser à 7,6 % au 3e trimestre 2021, contre 8 % au 2e trimestre. Il serait ainsi inférieur de près d’un point à son niveau d’avant-crise (8,5 %) sur la même période de 2019. Et à un niveau historiquement bas depuis 2008. On entend déjà les « cocorico » du ministre de l’Economie, Bruno Le Maire... »

Des faillites records et un chômage record. Non, ce n'est pas une bonne nouvelle pour les Français et l'économie française. Le scénario qui se pointe pour 2022 est très mauvais. Les pouvoirs publics ont réussi à aider les entreprises à surmonter la crise liée à la Covid-19 grâce à de nombreuses mesures publiques de soutien, mais comme l'explique Maxime Lemerle, Directeur des recherches sectorielles et défaillances chez Euler Hermes, « la suite dépendra de la façon dont les autorités débrancheront les aides au cours des prochains mois ».

Selon Euler Hermes, le retrait des mesures publiques de soutien devrait déclencher une normalisation progressive des défaillances d’entreprises et prévoit une hausse des défaillances à l’échelle internationale de +15% en 2022, après deux années de recul prononcé. Alors que chez les émergents d’Afrique par exemple, les niveaux de défaillances pré-crise seront rattrapés dès cette année, en Europe Centrale et Orientale, ainsi qu’en Amérique Latine, le retour à la normale surviendra en 2022, souligne Euler Hermes. 

Un pays sous perfusion. Euler Hermes estime que les dispositifs publics français ont permis d’éviter plus d’une défaillance d’entreprise sur deux en France pour 2020. La question est de savoir ce qu'il se passera en France quand la perfusion sera débranchée. Ana Boata, Directrice de la recherche économique d’Euler Hermes annonce la couleur : « Nous prévoyons un fort rebond des défaillances en France en 2022, de l’ordre de +40% ». Elle précise que « ce rebond ne sera pas suffisant pour rattraper les niveaux de 2019 ». 

Des prévisions dépendantes des facteurs du marché. 5 indicateurs dicteront, selon l'assureur-crédit, l’évolution des défaillances d’entreprises dans les prochains mois : La dynamique de la reprise économique mondiale jouant sur les mesures publiques de soutien ; Le rythme de retrait des mesures publiques de soutien, qui aura un impact sur le rythme auquel les entreprises devront puiser dans leurs trésoreries pour financer leur activité ; La situation des « zombies pré-covid-19 », qui ont été artificiellement maintenues à flot par les mesures publiques de soutien, mais aussi des entreprises fragilisées par l’explosion de la dette relative à la crise ; La détérioration de la santé financière des entreprises, à laquelle s’ajoute les problématiques de soutenabilité de la dette ; La reprise rapide des créations d’entreprises. Euler Hermes souligne que les secteurs où les entreprises, qui ont été créées pour répondre à des besoins immédiats pendant la crise (livraison à domicile par exemple), ont une viabilité incertaine. 

Philippe Rosenthal

Les opinions exprimées par les analystes ne peuvent être considérées comme émanant des éditeurs du portail. Elles n'engagent que la responsabilité des auteurs

Source : http://www.observateurcontinental.fr/?module=articles&action=view&id=3183


Moyenne des avis sur cet article :  2.5/5   (4 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • eddofr eddofr 11 octobre 13:53

    Défaillances d’entreprises ?

    Chômeurs !!!

    Est-ce que Pôle Emploi renforce la sécurité dans ses agences ?

    Ah oui.

    Mais cela n’a rien à voir.


    • eddofr eddofr 11 octobre 13:55

      @eddofr

      Je n’ironise pas quand j’écris « rien à voir ».
      Cela n’a effectivement rien à voir.
      C’est la conséquence, tardive, de la tragédie de Valence.


    • zygzornifle zygzornifle 11 octobre 14:38

      Il y a déjà environs 11 millions de citoyens sous le seuil de pauvreté et ce gouvernement préfère chasser les piscines et les vérandas.

      Heureusement on a la machine a polir les cerveaux B. Lemaire qui dit que tout va pour le mieux ....


      • tashrin 11 octobre 16:42

        En même temps, qui pouvait sérieusement croire qu’apres 40 ans à plus de 10% de chomage, une crise economico sanitaire de 18 mois, et des finances exsangues, les lendemains allaient chanter ?

        Du coup quitte à parler débat, ca fait aussi partie des sujets envisageables...

        On a arrosé d’argent public qu’on n’avait pas (ie le votre, le mien, qu’on devra rembourser pendant les 30 prochaines années, hein) des entreprises dont la moitié était quasi déjà mortes, qui ont vivoté pendant la crise, et qui vont mourir demain... sans jamais rembourser l’argent perçu qui sera donc pris à fonds perdus dans la poche de la collectivité (les prets garantis par l’etat entre autres). Les restaurateurs, fermés pendant plusieurs mois, sont aujourd’hui dans une telle situation de confort qu’ils préfèrent ne pas recruter plutot que d’augmenter les salaires... On en parle ?

        La vague attendue en 2022 n’est que l’équivalent des depots de bilan artificiellement évités en 2020, et cette épuration du marché est souhaitable (car le risque c’est d’entrainer dans leur sillage des entreprises en pleine santé) même si elle est douloureuse.

        La communication gouvernementale sur les chiffres du chomage n’a qu’une fonction électoraliste (ca prepare la candidature de Macron) et vise à amoindrir la resistance à l’entrée en application de la reforme du chomage (puisque tout va bien, pas de probleme)


        • ETTORE ETTORE 12 octobre 10:58

          M’enfin ?

          Nous allons allègrement, vers le plein emploi ....

          Et 6 % de........

          Ah ! On me dit à l’oreillette, que c’est juste les sous titre de l’affiche, pour la campagne présidentielle.

          Ce seras véridique, le temps que la colle tient !


          • June June 17 octobre 17:40

            De toute façon plus grand monde ne veut bosser comme un veau à 1000 euros par mois. Donc faillite ou pas... On sera bientôt pour les entreprises restantes sur la courbe vers le plein emploi.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Patrice Bravo

Patrice Bravo
Voir ses articles



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité