• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > La France libre doit saboter le projet de loi des retraites

La France libre doit saboter le projet de loi des retraites

Le projet de loi de régression sociale sur les retraites est en cours. Cette tentative de réforme est la énième depuis une vingtaine d’années, son "urgence" semble donc bien relative.

Le contexte de cette nouvelle régression en cours est bien plus intéressant que la réforme en elle-même. En effet, le gouvernement nous cache jalousement sa copie, en accusant cependant l’opposition de ne pas dévoiler les siens. Un comble, mais certainement pas un trop-plein de démocratie.

L’équation est pourtant simple : comment faire passer une loi de régression supplémentaire en l’enrubannant du pompeux intitulé de :" sauvetage des retraites".

La nov’ langue à l’usage est toujours d’une exquise délectation depuis quelques années. Le contexte, comme je viens de le dire prend le pas sur le débat. Celui-ci est d’ailleurs d’ores et déjà faussé puisque l’on ne connait pas encore la copie du gouvernement.

Il convient donc de faire deux pas en arrière et un en biais pour saisir le contexte :

  1. Le gouvernement et le président n’ont plus aucune légitimité depuis les élections régionales. Le pouvoir est semi-vacant avec un président-Ovni à son bord. Cette loi de régression sociale si elle est validée en conseil des ministre au mois de juillet, et donc durant les vacances, sera donc un casus belli doublé d’une attaque personnelle pour une grande majorité des citoyens (dont moi).

  2. L’Elysée instrumentalise cette proposition de loi pour pouvoir draper ensuite son triste sire de la couronne de lauriers du "sauvetage des retraites". C’est donc d’une remise en selle dont il s’agit.

La logique dépassée du rapport de force social

C’est implacable, le premier mai, les syndicats montrent leur pectoraux bien mal en point, et les forces conservatrices observent avec minuties la musculature. Cette cérémonie est pourtant dépassée depuis fort longtemps, mais tous et toutes tentent encore d’y croire. Samedi a donc été une journée pluvieuse pour les syndicats, la météo Elyséenne signale donc un beau soleil sur le dernier joujou présidentiel sujet à un rebond technique.

Qui croire, les syndicats ? la CFDT a déjà signée le dernier recul social en date de 2005. Le PS ? celui-ci se cache derrière une désunion marquée à ce sujet. Nous ne pouvons faire confiance qu’à notre bon sens. Et le mien est vite pesé. Croire à un gouvernement arc-bouté sur la réélection du président actuel est une manipulation supplémentaire. Et pourtant le conseiller "social" de L’Elysée déclarait hier, suite à la faible mobilisation de samedi, que la réforme est inéluctable .

L’individualisation marquée de notre société est le leurre le plus puissant du gouvernement sur cette nouvelle régression. La publicité sur le thème travailler au delà de 65 ans, a envahie nos écrans radars, le tout payé par le contribuable. Je le dis et le répète encore, il ne s’agit plus de la retraite à 60 ans, mais de celle après 65 ans. En effet, au tarif actuel, et après des études longues, je dois aller pour ma part déjà à 65 ans pour espérer prendre cette damnée retraite. Et je suppose que je ne suis pas un cas isolé (25 + 40 = 65).

L’objectif est pourtant clair comme le déclarait Denis Kessler au sujet de la politique actuelle en 2007 :

  • "Le modèle social français est le pur produit du Conseil national de la Résistance.

  • Ce compromis se traduit par la création des caisses de Sécurité sociale, le statut de la fonction publique, l’importance du secteur public productif et la consécration des grandes entreprises françaises qui viennent d’être nationalisées, le conventionnement du marché du travail, la représentativité syndicale, les régimes complémentaires de retraite

  • Adieu 1945, raccrochons nous au monde."

Le seul argument que nous avons pour nous est notre bon sens, et nous savons bien que nous sommes en train d’en prendre pour perpète ce coup-ci. Personne ne prendra notre défense. Un webmaster de retraite2010 est venu me féliciter pour ma participation au débat sur les retraites, sur le ton actuel et policé du "attention ce n’est pas sale". Il n’a pas réalisé que ma révolte actuelle dépasse son entendement et sa bienséance de rigueur. Je me considère donc à 41 ans, et en toute modestie, de la filiation de ces quelques Français qui ont modelé la France telle qu’elle est aujourd’hui. Seul, le bon sens les a guidé, notre bons sens doit nous guider également.

Concernant le volet économique, il y’ a des bien des solutions à envisager, mais aucune formation politique n’est prête à une discussion sur cette thématique.

Saboter cette nouvelle régression est l’unique solution pour nous tous

En observant une minute de réflexion, pas davantage, la conclusion semble relativement aisée : cette réforme nécessaire ne peut aboutir dans ces conditions là. Elle doit intervenir après 2012 et en début de mandat avec un président fraîchement élu sur cette thématique-là.

Nous nous devons donc d’interdire à ce gouvernement cette énième mauvaise réforme qui sera comme d’habitude mal ficelée, pour replacer les retraites à nouveau sous la lumière du débat démocratique avec comme perspective 2012.

To do list :

1-Il faut donc tuer dans l’oeuf, et cela se fera uniquement dans la rue, cette proposition de loi issue d’un quarteron d’idéologues gravitant autour du président.

2-Il faut ensuite poser ce dossier comme enjeu prioritaire pour 2012 afin d’obliger les partis politiques à se positionner lors des primaires de 2012.

3-Le peuple n’est plus correctement représenté sur l’échiquier politique actuel. On ne négocie plus : on manifeste jusqu’au retrait pur et simple de ce projet.

peuples.net

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.94/5   (34 votes)




Réagissez à l'article

30 réactions à cet article    


  • Francis JL 3 mai 2010 10:10

    Faut-il lutter contre ce projet, et comment ?

    Vous écrivez : « En effet, le gouvernement nous cache jalousement sa copie, en accusant cependant l’opposition de ne pas dévoiler les siens. »

    Je crois que ces cachotteries de l’opposition devraient nous interpeller !

    Ne doit-on pas voir dans ce silence un aveu de ralliement au TINA ? Ce « There is no alternative » cher à Mme Thatcher en son temps et que NS a repris à son compte, avec l’accord tacite du PS ? Si le PS a « passé son tour en 2005 », ce n’était pas pour mettre des batons dans les roues de celui qui était tout désigné pour faire le sale boulot : casser la France et les Français.

    Après les Grecs, probablement que notre tour viendra très bientôt, et dans cette perspective le PS se préparerait à faire appel aux « bons soins » de DSK : « il saura parler aux Français, lui, pensez donc, un ex directeur du FMI ! pas comme cette idiote du Poitou ! »

    Alors, les retraites, ce n’est que quelques degrés de plus dans la marmite où baignent les grenouilles que nous sommes.


    • Alpo47 Alpo47 3 mai 2010 10:26

      Il me semble que l’essentiel de ce qu’on nous cache, c’est le chiffre total des exonérations de charge dont bénéficient les entreprises, créant un déficit dans les caisses d’assurances maladie ou ... de retraite. Il ne se trouve plus aujourd’hui aucun économiste pour trouver une justification aux 70 milliards (?) de cadeaux aux ... actionnaires.
      Et pourtant, aucun politique ne les remet en cause et les syndicats sont, pour le moins, très « timides ».
       Ça n’étonne personne ?

      L’écran de fumée actuel consiste à détourner le débat vers les salariés/retraités pour cacher ces chiffres et continuer à leur servir la soupe.

      Là, est la Grande Tromperie .


      • Francis JL 3 mai 2010 11:15

        @ Alpo47, on pourrait voir ces exonérations comme une forme de protectionnisme au détriment de la protection sociale : ces exonérations ne servent plus que de perfusion aux entreprises nationales pour leur permettre de survivre malgré les dividendes exhorbitants versés aux actionnaires. Ces exonérations vont quasi directement dans les poches des actionnaires.

        Cette politique est une forme de néo-pétainisme, une soumission aux marchés financiers, puisque ce ne sont pas nécessairement les actionnaires nationaux qui en profitent.

        « De quoi Ubu est-il fondamentalement la figure ? Du despote parasitaire. Avant l’Etat fiscal, il y a eu la servitude féodale… et après lui il y a la prédation actionnariale. …Quelle est la puissance despotique d’aujourd’hui qui soumet absolument le corps social et le laisse exsangue d’avoir capté la substance de son effort ? Certainement pas l’Etat – dont on rappellera au passage qu’il (est censé restituer) (*) en prestations collectives l’ensemble de ses prélèvements… – mais le système bancaire-actionnaire qui, lui, conserve unilatéralement le produit intégral de ses captations. »« (Frédéric Lordon)

        (*) En fait, les prestations collectives dont parle Lordon, sous le gvt UMP passent à la trappe au profit précisément de ces exonérations et autres subventions : ce que Rocard a appelé »la redistribution à l’envers". C’est ainsi que les gouvernements libéraux ou de droite contribuent à enrichir les riches, puisque ce qui fait la beauté des vitrines, ce sont les produits de luxe, c’est bien connu. Et pour acheter du luxe, quoi de mieux que des riches très riches ?

        Les Etats libéraux sont dirigés par Oui Oui.


      • WatchTower WatchTower 3 mai 2010 10:32

        La réforme des retraites, tout comme le démantèlement des services public, tout comme l’agriculture « moderne » (ogm + pesticideS + agriculteur exploité ) est une directive (une obligation) de l’UE.

        http://videos.wittysparks.com/id/2818070920/

        Obligatoire.


        • iris 3 mai 2010 11:16

          TRAVAILLER TRAVAILLER ET MOURIR-quelle vie !!


          • PtitLudo PtitLudo 3 mai 2010 11:47

            Merci à l’auteur pour l’article et les liens, cependant autant « pisser dans un violon » à mon avis.

            Cette réforme est urgente car l’oligarchie tenant les rênes du pouvoir veut récupérer cette manne financière tant qu’il en est encore temps (amis et familles des dirigeants).

            Ils savent également que même si l’opposition revenait au pouvoir, il lui serai très difficile voire impossible de revenir sur cette mesure, sous peine de voir se déchaîner le rouleau compresseur médiatique dirigé par cette même oligarchie.

            La réforme se fera à l’ombre du festival de cannes/roland-garros/coupe du monde de foot qui distrairont finalement les plus concernés. Quelques manifs seront organisées ici ou là pour la forme, quand de toute façon tout aura déjà été décidé et écrit, éventuellement à l’aide de quelques syndicats complices.

            En 2003 j’ai fait la grève et défilé, cette fois ce sera sans moi, vu que le peuple ne cesse de porter au pouvoir ceux qui l’asservissent tant et plus.


            • titi 3 mai 2010 11:47

              « Le gouvernement et le président n’ont plus aucune légitimité depuis les élections régionales. »

              C’est du grand n’importe quoi.
              Lorsqu’on élit quelqu’un on lui donne un mandat pour une durée définie. Sarko a été élu pour 5 ans en 2007. Il est donc légitime jusqu’en 2012.
              Et étant donné le coté changeant des veaux francais, et la fréquence des échénaces, ce système est le moins mauvais.

              Dites qu’il est impopulaire, incompétent, petit, bronzé, mais pas qu’il n’a pas de légitimité.

              Et je précise que je n’ai pas voté pour lui en 2007...


              • furio furio 3 mai 2010 12:45

                et pourtant c’est votre nimbus qui déclarait le gouvernement illégitme il y a peu !!!!


              • drlapiano 3 mai 2010 11:49

                Comment peut-on dire autant de c....eries ?
                Voila des gens qui se réclamment encore du « conseil de la résistance » ... de la réflexion d’une France exsangue qui sort de 2 guerres ... pour traiter les problèmes actuels après 60 ans de reconstruction et de révolution technique inimaginable ...
                Et eux mettent en avant leurs analyse surannées et leur petites nostalgies ...

                Il faudrait changer votre logiciel mes cocos ...


                • Bulgroz 3 mai 2010 12:03

                  "Il faut donc tuer dans l’œuf (cette réforme), et cela se fera uniquement dans la rue
                  Le peuple n’est plus correctement représenté sur l’échiquier politique actuel"

                  C’est généralement ce genre de débilités que débitent les irresponsables incapables de gagner les opinions pas les urnes, comme Besancenot.

                  Des irresponsables, des malfaisants et des inutiles, incapables d’analyser les données réelles des déséquilibres et des impasses des régimes de retraites actuels et incapables d’offrir une quelconque solution alternative.

                  Vous n’avez rien d’autre à proposer que le bordel dans la rue. C’est cela votre Démocratie ?

                  C’est dans la rue que la police, représentant l’état de droit et la majorité des opinions, vous écrasera comme des larves.


                  • herve33 3 mai 2010 13:08

                    Même en supposant que cette nième réforme des retraites résoud le problème de financement du système de répartition sur le long terme . Le fait que les citoyens reste plus longtemps dans le milieu du travail fermera automatiquement les portes de l’emploi aux plus jeunes . C’est d’ailleurs déjà le cas , dans certaines administrations certains personnels peuvent continuer au delà de l’age légal . résultat , moins de recrutement , et surtout un fonctionnaire en fin de carrière coute bien plus cher qu’un jeune .
                    On parle des retraites , mais le problème Numéro 1 , le plus urgent est bien l’emploi des jeunes à qui actuellement toutes les portes se ferment , où seuls restent les emplois précaires et largement sous payés


                    • alcodu 3 mai 2010 13:38

                      Ce qui est étonnant dans cet article c’est qu’il ne contient absolument aucun argument sur le fond :
                      - pourquoi vivre plus longtemps ne devrait-il pas s’accompagner d’une durée du travail proportionnelle ?
                      - la retraite par répartition est-elle plus ou moins juste que la retraite par capitalisation ?
                      - qu’est ce qui justifie ou pas des régimes spéciaux ?

                      Non, le thème principal de l’article c’est le sacrilège. Horreur on touche à la tradition !

                      Comme quoi les conservateurs réactionnaires habitent aussi à gauche.


                      • Freebird 3 mai 2010 13:42
                        Un français de 39 ans, qui ne jure que par un programme vieux, lui, de 64 ans...pauvre France, embourbée dans sa nostalgie du temps jadis, incapable d’envisager le moindre changement. Qu’y a-t-il de mal à vouloir se débarrasser du programme du conseil national de la résistance ? Et depuis quand est-ce devenu un dogme inattaquable, gravé dans la pierre pour l’éternité tel l’équivalent franco-gauchiste des 10 commandements ? J’ai pour ma part 32 ans et je ne vois pas pourquoi je devrais continuer à suivre benoitement un programme politique mis en place au siècle dernier, dans les conditions très particulières de l’après-guerre qui plus est.

                        • Ali 3 mai 2010 13:51

                          salam

                          notre gvt, Sarko Fillon & Co, se compose de personnes incapables de diriger un état, il ne s’attaque qu’aux acquits sociaux et à liquidation des fonctionnaires des hôpitaux, de l’éducation nationale, de la police, de la gendarmerie,..............
                          le nombre de chômeurs de tous âges et de ttes formations augmente

                          a-t-on vu nos élites politiques de tous bord tenter de résoudre les problèmes du pays en étudiant toutes les possibilités de relance avec le grd patronat au lieu d’accepter les délocalisations et le sabordage de la nation ??

                          une jeunesse sans formation professionelle erre dans le pays, les bac+ émigrent ce qui dans qq années ramènera la France au niveau du Mali

                          si parmi les politiques ne se distingue pas un grd leader sincère et rassembleur des masses, la France dans 10 ans ne sera peuplée que de mendiants et de politiciens verreux


                          • Ali 3 mai 2010 13:58

                            nos grand chefs enfument la populace avec le niqqab et la burqa, la population se désinterresse des problèmes politiques

                            les gens tous « embuqardés » se réveillerons trop tard !!!!!!!!! lol


                          • Dominique TONIN dume 3 mai 2010 15:04

                            OUI, Raymond,
                            Remettre à 2012 et à celui qui aura hérité des manettes cette réforme des retraites est une excellente idée.
                            Cela aura pour but de voir qui a des couilles, et à qui elles appartiennent ! A condition qu’in fine cela ne fasse pas comme pour le grenelle de l’environnement.
                            En tout cas, moi qui serai candidat pour 2012, je m’engage déja sur ce thème, comment ? Au lendemain des présidentielles, le peuple français, directement concerné par la réforme des retraites, sera largement consulté par voie référendaire. Il sera tenu compte de son avis majoritaire.
                            Car je pense sincèrement que les partenaires sociaux ne sont pas représentatifs de la société française. Ils représentent à peine, tous confondus, 10 % de la population des travailleurs.
                             Soit encore beaucoup moins, en pourcentage,des personnes concernées par la réforme des retraites.


                            • titi 3 mai 2010 16:02

                              je suis bien d’accord avec vous pour dire que la gestion par les « partenaires sociaux » des différents organismes de solidarité doit cesser.
                              Nationalisons la sécu, le pole emploi, etc... ce sont nos gouvernements issus de la réprésentation nationale (bien qu’elle soit mouvante et changeante) qui doivent gérer et être responsables de ces caisses.


                            • Le péripate Le péripate 3 mai 2010 17:07

                              Il faudrait surtout juger les syndicalistes véreux qui nous volent. Quand aux inventeurs de cette horreur, qu’ils pourrissent en enfer.


                              • Pyrathome pyralene 3 mai 2010 22:31

                                Oui pépé prends ton eau de Vichy et ton prosac et va vite te coucher ! ....


                              • Yohan Yohan 3 mai 2010 19:10

                                Sucrer les 13ème et 14ème mois des fonctionnaires, il fallait le faire et la gauche grecque l’a fait....
                                Un bon point pour la gauche...grecque. Preuve qu’on ne peut être trahi que par son camp smiley
                                Chez nous, les correctifs sont loins d’être faits, Sarko la joue petits bras d’après ce que j’ai entendu ce matin. Commençons par ces gens de la banque de France, si je vous dis qu’il y a de quoi balayer devant notre porte avant de se faire voir chez les grecs...


                              • Yohan Yohan 3 mai 2010 20:17

                                Ségolène, jugée trop a droite, a été trahie par une partie de son camp. Après tout droite et gauche depuis 15 ans, c’est la même soupe. Les représentants des traitres n’ont d’ailleurs pas tardé à changer de camp, autant prendre une droite à polir qu’une gauche à ripoliner. La politique, c’est pas un camping pour bisounours....


                              • frédéric lyon 3 mai 2010 18:01

                                Quelle rigolade cet article.


                                Et c’est le le seul commentaire qu’il mérite !

                                • Marc Bruxman 3 mai 2010 19:47

                                  Et bien il va pourtant falloir les réformer ces retraites. Vous préférez qu’on vous dise un jour ou ne peut plus payer ? Comme les grecs qui viennent de se prendre une belle carotte ?

                                  Le jour ou la France aura sa dette en Junk il n’y aura personne pour nous sauver. Ce qui veut dire que le plan d’austerité des grecs ce sera de la gnognotte à coté. Regardez plutot du coté de l’argentine pour voir ce qui se passe quand un pays est ruiné. Au hazard plus de 57% de la population qui passe sous le seuil de pauvreté. Si l’économie a redémarrée depuis (merci la dévaluation) beaucoup d’argentins n’ont pas retrouvé leur niveau de vie d’avant la crise.


                                  • foufouille foufouille 3 mai 2010 20:07

                                    tu as qu’a rouvrir auschiwitz, tu pourras y mettre les sales pauvres pour qu ils t’engraisse


                                  • Yohan Yohan 3 mai 2010 20:23

                                    Nous sommes gouvernés par des tartuffes borgne élus par des tartuffes aveugles.


                                  • Pyrathome pyralene 3 mai 2010 22:28

                                    Euh...t’as un essuie-glace sur ton scaphandre ?......


                                  • Clouz0 Clouz0 3 mai 2010 20:11

                                    Bonsoir Amis Terriens et Français,


                                    Bien sûr vous pouvez saboter la réforme des recettes pour la reporter en 2012.
                                    Les choses et les gens n’auront pris que 2 ans de plus, et votre déficit ne s’en sera qu’un peu plus alourdi.
                                    Du reste en 2012 vous pouvez aussi attendre 5 ans de plus.
                                    Ou même 10.

                                    Nous, sur notre planète nous essayons de nous attaquer aux problèmes le plus rapidement possible.
                                    C’est assez ridicule en fait, je le reconnais bien volontiers.
                                    C’est d’ailleurs pour cela que je suis mandaté pour venir chercher des conseils chez vous.

                                    • fifilafiloche fifilafiloche 4 mai 2010 01:18

                                      J’imagine que les syndicats grecs ont cherché aussi jusqu’au bout à reporter les réformes qui auraient pu sauver leur système de retraite. Résultat des courses : retraite passée de 53 ans à 67 ans du jour au lendemain.


                                      2012 c’est loin au rythme où s"accélèrent les déficits. Refusons, reportons, et nous subirons un sort similaire à nos voisins méditerranéens.

                                      • Estime 4 mai 2010 05:20

                                        Qu’il faille travailler plus longtemps parce que l’on vit plus longtemps, c’est une idée simple sur laquelle nous pouvons être tous d’accord si « toutes les choses sont égales par ailleurs ».

                                        Par exemple, si la part des richesses produites qui revient au travail était constante...

                                        Or on constate que nos richesses produites, mesurées imparfaitement par le PIB, rémunèrent de plus en plus le capital et de moins en moins le travail (-10 % entre 1980 et 2000), ce qui représente des flux de plusieurs miliards d’euros qui privent la part des salaires au profit de celle des actionnaires, et qui sont autant de cotisations sociales en moins.

                                        De plus, l’optimisation fiscale des entreprises est un manque à gagner pour l’état : seules les petites entreprises paient 33 % d’impots en France (Ebay aurait payé 33 euros d’impôts sur les sociétés en 2008). Le PIB est donc inférieur à celui qu’on devrait avoir de plusieurs centaines de millions d’euros. Et avec ce PIB « corrigé », la part qui revient au travail (constante) est encore bien plus faible en pourcentage !

                                        Dans ces conditions, il est difficile d’accepter que l’on demande aux salariés de travailler plus longtemps pour payer pour leur retraite. Il s’agit d’une regression sociale qui n’a pas de justification économique dans le contexte politique actuel.

                                        Par ailleurs, dans mon entreprise si les plus vieux ne partent pas à la retraite, on n’embauche pas de jeunes pour les remplacer. Dans une société où le chômage est élevé, je ne vois pas où va se faire le gain en cotisations sociales...




                                        • chmoll chmoll 4 mai 2010 08:19

                                          vous avez vot saboteur professionnel, ça vas faire 3 ans qu’il sabote, et toujours en activité

                                          mais que fait la « police » bon djieu d’bon djieu !!

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès