• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > La France, malade de ses technostructures et de son administration. (...)

La France, malade de ses technostructures et de son administration. L’exemple chalonnais. L’aveuglement des esprits. Bibracte

À MM. les élus de Chalon-sur-Saône,

"Notre grande richesse, c'est notre patrimoine".

Déclaration, en 1986, de Philippe de Villiers, secrétaire d'Etat au ministère de la Culture pour le Patrimoine, je cite : La Culture, c'est l'emploi de demain. La France est le pays du monde qui a les ressources les plus extraordinaires par son histoire, ses monuments et ses savoir-faire. Ces ressources sont largement sous-utilisées (Promouvoir le patrimoine français pour l'an 2 000, éditions de la Caisse Nationale des monuments historiques et des sites, 1987, page XII).

Merci aux commentateurs d'Agoravox qui ont largement approuvé mes articles concernant mes remises en cause des lieux origines de notre Histoire, Gergovie, Bibracte... non pas sur le site déshérité d'un mont Beuvray sans ressources agricoles, Gorgobina de César, mais sur celui d'un Mont-Saint-Vincent riche d'histoire. Mais aussi Taisey qui domine l'actuelle ville de Chalon-sur-Saône... Taisey, alias Nuerax, nue arx, nouvelle ville fortifiée, ville des Celtes.

C'est ce que nous disent les textes antiques si on les traduit et si on les interprète correctement.

Allons donc, soyons sérieux ! Les premiers colons qui, du Proche-Orient, nous ont apporté l'agriculture, la métallurgie, et tout ce qui va avec, quelle curieuse idée que de les voir s'installer dans un Morvan éloigné de tout. Évidemment non ! Si l'on raisonne en militaire, ce premier courant d'immigration, première voie de l'étain traversant nos terres, ne pouvait que remonter le couloir Rhône/Saône, jusqu'à la région fertile de Chalon-sur-Saône, plaque tournante de la Gaule. Si l'on raisonne en militaire, ces premies colons ne pouvaient dresser leur forteresse que sur la hauteur dominant le fleuve et la région, à Taisey, antique Tasiacum, Cabillodunum de César (la ville des bords de Saône ne s'est entourée d'un rempart qu'au III ème siècle). C'est ce que commandent la géographie, la logique militaire, mais aussi les textes si on les traduit et si on les interprète correctemment. Tout cela a fait l'objet de riches débats sur le site d'Agoravox.

Hélas, comme les événements actuels le montrent, la France est malade de ses technostructures et de son administration bureaucratique. Chalon-sur-Saône en est un exemple. Chalon-sur-Saône ne veut pas entendre le simple citoyen que je suis, lequel a pourtant quelque chose à dire. Chalon-sur-Saône ne réfléchit plus. Son cerveau est branché sur la technostructure archéologique de Dijon, laquelle est branchée sur celle de la capitale, laquelle se trouve sous l'autorité d'un ou d'une ministre de la Culture qui signe n'importe quoi sans réfléchir.

Merci au collaborateur de M. le Président du Grand Chalon de m'avoir répondu concernant le site de Bibracte, mais j'aurais préféré qu'on me réponde au sujet de la ville de Chalon. Je cite "Bien qu'attentif à votre sollicitation, il (le Président) ne peut donner aucune suite à celle-ci. En effet, la communauté d'Agglomération n'est pas compétente et n'a pas vocation à intervenir dans le domaine de la recherche archéologique".

Quant à madame le Maire de Saint-Rémy, elle ne voit dans la tour "antiquissima" de Taisey qu'une "porterie" du château versaillais voisin que l'on aperçoit derrière une grille fermée (grille que je suis bien obligé de fermer. Voyez ma plainte du 8 octobre contre des jeunes casseurs qui m'ont enfoncé les portes, plainte sans suite malgré les photos prises par ma vidéoosurveillance).

Voilà les seules réactions des élus chalonnais auxquels j'ai adressé par lettres mes articles Agoravox concernant le patrimoine illustre et ignoré de l'agglomération chalonnaise.

Une fabuleuse cathédrale.

Véritable joyau de la ville, la cathédrale de Chalon a été fondée au IIIème siècle. Elle est l'ancêtre de toutes nos cathédrales. Elle figure sur la carte de Peutinger. Au début du IVème siécle, le rhéteur Eumène y voit le plus beau temple de l'univers. Il la qualifie de temple d'Apollon, de même que l'église de Mont-Saint-Vincent, vrai site de Bibracte. C'est le troisième grand temple des Juifs après celui de Salomon et celui d'Hétode le Grand. Bref, un monument qui devrait attirer la visite des juifs du monde entier, un fabuleux atoût touristique qui pourrait redonner vie à un centre ville actuellement en déshérence. Nouvelle Jérusalem, la ville de Chalon connaissait alors un grand essor démographique du fait de l'arrivée de migrants juifs esséniens fuyant la persécution dont ils étaient victimes en Palestine. D'où un grand essor de l'Art... magnifique sculpture sur ivoire représentant la ville de Jérusalem lors de sa prise par Titus ; sculpture volée par Attila lors de ses raids en Gaule. Sculpture que j'ai retrouvée dans un musée allemand ainsi que d'autres. Plaque de cheminée représentant le projet de la construction du dit temple sous l'empereur enfant Salonin. Médaillons sculptés sur marbre évoquant le monument, les danses des vierges juives qui s'y déroulaient, ainsi que le sacrifice du mouton. Et encore d'autres oeuvres d'art qui mériteraient de retrouver leur place dans le musée de la ville, tout au moins en copies ou en représentations photographiques.

Hélas, je me trouve suspecté de je ne sais quoi, de même que, moi-même, je suspecte les personnalités avec lesquelles j'ai quelque fois affaire, de se conduire masquées, comme les marchands de biens le font. Triste exemple d'une situation de malentendus qui condamne notre société au déclin.

Situation absolument incroyable : aucune mention de la cathédrale sur le site internet de la ville et sur celui du grand Chalon ! et ceci alors qu'elle remet en question l'origine même du christianisme en Gaule.

Une tour de Taisey antiquissima.

Allons donc, soyons sérieux ! Si les archéologues n'ont pas retrouvé dans le sol chalonnais des traces de temple plus ancien, c'est tout simplement parce que le temple fondé par les premiers migrants venus du Proche-Orient est toujours debout et qu'il s'agit de la tour de Taisey... une tour sacrée d'avant Salomon. Au Ier siècle avant J.C, les Juifs migrants qui s'étaient installés en colonie à Gourdon, au pied de Mont-Saint-Vincent/Bibracte, en ont représenté la pièce de l'étage dans leurs fresques. De toute évidence, il s'agit d'un Saint des Saints, le lieu où siège la divinité de la cité. On y retrouve la trace de l'appareillage de pierres de taille, le même qui décore l'intérieur de nos plus anciennes églises. Enfin, juge de paix par excellence, la base de la tour s'inscrit dans le rectangle du petit charriot et celle de l'oppidum/refuge qui se trouve en arrière dans le tracé du grand charriot.

Une remise en cause de toute l'archéologie française et de notre patrimoine le plus ancien. 

Est-ce une révolte ? s'interrogeait Louis XVI ? Non, Sire, lui répondit le duc de La Rochefoucauld, c'est une révolution.

Emile Mourey, le 28 novembre 2018

 

Rappel :

https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/de-l-origine-de-la-ville-de-chalon-132441

https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/splendeur-de-chalon-sur-saone-147699

https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/splendeur-de-chalon-sur-saone-148232

https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/splendeur-de-chalon-sur-saone-et-148322

https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/chalon-sur-saone-antique-cabillo-172188

https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/chalon-sur-saone-et-le-troisieme-187923

https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/veme-siecle-siecle-des-grandes-201652

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.5/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • seken 29 novembre 2018 17:00

    Bonjour,

    Je résucite Seken, Histoire que vous voyez qu’au fil du temps, on vous suit... Mais je ne change pas d’avis. C’est une question de spécialiste, j’en sais rien. Vous avez pas un peu l’impression d’étre sur le ’sexe des anges’, ce décembre ? Demain c’est quant même une sacré convergence des lutes sur le papier...

    Aura-t’on un jour votre oignon sur qqchose d’autre ?

    -----------------

    « Grille que je suis bien obligé de fermer. Voyez ma plainte du 8 octobre contre des jeunes casseurs qui m’ont enfoncé les portes, plainte sans suite malgré les photos prises par ma vidéoosurveillance ».


    Sa veux dire intrusion sans dégradation, donc il n’on pas « enfoncé » mais dévissé ou croché votre clôture, qu’il vous a fallu quelques minutes pour la rétablir.

    Sa veux dire que sur la vidéo il y a un rituel spiritiste d’invocation des esprit ou une soirée arrosé et / ou machiné a la belle étoile, rien de franchement odieux.

    Je vous invite a laisser explicitement une porte visiteur ouverte, ainsi qu’un panneau « site sous vidéo-surveillance, merci de ne rien dégrader ». 

    Vous trouverez parmis vos visiteurs des archéologues ammateurs, des amateurs de vielles pierres qui pourais écouter vos théories avec plus d’interet que moi.

    Vous pouvez sur votre propriété placer des affichages librement. Rien ne vous empêche de baliser le site selon votre théorie si vous en éte le propriétaire.

    Soyez un bon chapelain et ne confisquez pas le patrimoine historique, puis-ce-que tu semble t’y intéresser sincèrement laisse les gents visiter les vielles pierres.

    ++


    • Antenor Antenor 1er décembre 2018 11:37

      @ Emile

      En ce qui concerne le temple « juif » de Chalon, il manque à votre démonstration ce qui fait habituellement sa force : les témoignages écrits d’époque. Considéré isolément, ce chapiteau de Chalon pourrait tout aussi bien représenter Mithra.


      • Emile Mourey Emile Mourey 1er décembre 2018 12:57

        @Antenor
        Vous dites « isolément », mais justement, c’est tout le contexte sculpté de l’époque et du lieu qui le prouve et c’est encore plus fort que les textes. Mais il y aussi les textes qui ne s’expliquent que dans ce contexte... le récit du martyre de saint Marcel, le texte essénien qui explique beaucoup mieux les chapiteaux à thème de la cathédrale. Aucune évocation de Mithra et du sacrifice du taureau. Il n’y a qu’un jésus du ciel juif espéré, un jésus que les fresques de Gourdon nomment Cléopas, lequel réapparaitra dans les évangiles pour y être converti au Jésus de Nazareth. Non ! le juge de paix irréfutable, c’est la représentation de l’offrande du prépuce et du clitoris dans les fresques de Gourdon que personne ne peut prétendre dater du Moyen âge


      • Emile Mourey Emile Mourey 1er décembre 2018 13:00

        @Antenor
        Vous dites « isolément », mais justement, c’est tout le contexte sculpté de l’époque et du lieu qui le prouve et c’est encore plus fort que les textes. Mais il y aussi les textes qui ne s’expliquent que dans ce contexte... le récit du martyre de saint Marcel, le texte essénien qui explique beaucoup mieux les chapiteaux à thème de la cathédrale. Aucune évocation de Mithra et du sacrifice du taureau. Il n’y a qu’un jésus du ciel juif espéré, un jésus que les fresques de Gourdon nomment Cléopas, lequel réapparaitra dans les évangiles pour y être converti au Jésus de Nazareth. Non ! le juge de paix irréfutable, c’est la représentation de l’offrande du prépuce et du clitoris dans les fresques de Gourdon que personne ne peut prétendre dater du Moyen âge

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès