• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > La Gauche et l’idéologie socialiste ont ruiné l’éducation et le (...)

La Gauche et l’idéologie socialiste ont ruiné l’éducation et le travail en France

La France un pays médiocre dans tous les scores éducatifs internationaux

On peut certes s'auto-congratuler (85 % de bacheliers, 2,5 millions d'étudiants) et rejeter les classements tels que PIRLS ou PISA , nier le 2 millions de jeunes sans emploi ni la moindre éducation, oublier les 2 millions de salariés illettrés ou rejeter la disqualification de notre pays au sein d'une économie devenue celle de la connaissance et de l'information mais un fait demeure : l'école explose, l'éducation des jeunes comme des adultes est devenue parfaitement défaillante dans notre pays.

  • Les parents sont globalement désinvestis dans les sujets touchant à l'éducation de leurs enfants, ils attendent tout de l'école (l'instruction certes mais aussi l'éducation dans tous les sens du terme). Les parents n'assurent plus que le cadre affectif et matériel à leurs enfants, délaissant la transmission à d'autres (les profs, les curés, les imams ou les sectes politiques). 
  • L'école publique (et privée) est en perdition. Elle se résume pour 90 % des élèves à une garderie publique où les enfants sont accueillis tels qu'ils sont ("venez comme vous êtes") et dont la seule ambition est de les voir grandir tout en refilant la patate chaude des apprentissages et de l'instruction au niveau supérieur ("ils ne savent pas lire ni compter au primaire, pas grave ils apprendront au collège, ils n'ont aucune base en arrivant au collège, pas grave ils ont 4 ans pour apprendre, au lycée il leur manque à peu près tout, aucune importance ils ont le temps....")
  • Les entreprises se détournent de l'apprentissage et de la formation. Diabolisées par des révolutionnaires d'opérette (LFI, la CGT ou d'autres), soumises à un incroyable écheveau de règlementations, d'obligations, de cotisations et de charges financières et sociales de toute ordre (et les plus strictes au monde) la plupart des entreprises n'assument plus aucune de leur responsabilités éducatives (90 % des entreprises en France n'ont pas de politique développement des compétences, dixit la Dares et le Cereq). Elles gèrent les affaires courantes sans se préoccuper de remplacer ceux (très nombreux) qui partent à la retraite (prématurément en général) et ne prennent pas de jeunes pour continuer l'activité (une activité qu'on ne songe qu'à réduire ou à mener ailleurs, là où l'herbe est vraiment plus verte)

L'abandon de notre éducation a démarré après mai-68

Si le mouvement de mai-68 a pu avoir une justification dans certains domaines sociaux (les mœurs, la hiérarchie sociale, l'ouverture sur le monde) il a sans aucun doute démarré un mouvement qui en deux générations aura permis à l'école de n'être plus que l'ombre d'elle-même, une institution décatie, inerte et inefficiente qui tout en absorbant le premier budget de la Nation, décourage les meilleures volontés (profs comme élèves), naufrage les apprentissages Le Bac aujourd'hui est bien inférieur au Certif d'après-guerre pour une raison très simple : pour avoir le Certif jadis il fallait être capable de raisonner, de comprendre et d'expliquer. Aujourd'hui pour avoir le bac il suffit d'annoner ses leçons et de rester suffisamment longtemps dans le circuit scolaire pour l'obtenir... à l'ancienneté.

Mai 68 : il est interdit d'être un bon élève, un bon travailleur

Mai 68 ("ne pas perdre sa vie à la gagner") aura été la revanche des mauvais élèves, des cossards et des cancres qui sous prétexte de démocratisation aura permis à celui qui ne veut pas apprendre d'être considéré comme une victime, un pauvre qui mérite toutes les attentions (vision sulpicienne du monde). Au lieu d'élever les enfants (et les autres membres de la société) le socialisme né après 68 (car dès les années 70 le socialisme et ses postulats stupide a pollué la société française) a donné aux enfants toutes les bonnes raisons de ne pas faire d'efforts, de ne pas travailler en classe, d'attendre leur passage dans la classe supérieur comme un droit de l'homme (le Droit de l'homme du Diplôme comme l'avance Alain Finkielkraut).

Mai 68 : une alliance entre les mauvais élèves (paresseux en général) et la médiocratie

Milan Kundera l'a très bien narré dans plusieurs de ses romans, le communisme (ou socialisme d'Etat) encourage la médiocrité, nivelle les individus en mélangeant l'excellence à l'ignorance tout en espérant que le mélange procurera suffisamment d'intelligences moyennes pour développer le pays. Les esprits brillants (ou ceux qui ont le courage de se dépasser) sont fortement incités à lever le pied, à ne pas trop distancer ceux qui ne veulent pas (ou ne peuvent pas) avancer à une allure normale. Plutôt que de sacrifier quelques brebis galeuses (ceux qui par goût ou tradition familiale) ne veulent rien faire (et qui devraient en payer, au moins provisoirement le prix) on préfère sacrifier le groupe en le faisant régresser au niveau du plus faible, du moins combatif (le combat pour apprendre) du plus cossard (l'homme et le petit d'homme après un passage durant 3 à 4 années d'apprentissages intenses, ce petit d'homme - qui est aussi un animal social qui prend modèle sur les autres- peut très vite être découragé d'apprendre, encourager à se la couler douce, se mettre en position d'attente (ou de rebelle) pour ne plus rien apprendre.

Le mauvais élève est devenu la norme et le modèle de l'école française 

Dans une société encore fortement imprégnée de catholicisme le discours victimaire est parfaitement entendu et populaire. Le mauvais élève (appelé "élève en difficulté") est une victime (tout comme l'adulte pauvre, toujours dégagé de ses responsabilités dans sa situation, à cette victime (des riches, des puissants, des grandes entreprises, du capital et des bons élèves il faut fournir des explications et des excuses. 

Les seules valeurs françaises contemporaines étant les loisirs, la retraite et la consommation, l'école n'a plus guère d'intérêt pour une immense majorité de familles (qui au mieux se préoccupent des résultats des enfants une fois par trimestre). Comme nous n'avons plus rien à transmettre (la foi a disparu, le socialisme a échoué) nous n'avons plus rien à apprendre (thèse de Marcel Gauchet dans son ouvrage "transmettre apprendre" et la Gauche et ses avatars auront été les premiers responsables de nos naufrages éducatifs et cognitifs actuels.

L'Etat providence empêche ou retient d'apprendre

Un être humain apprend de ses expériences (expérimentations), de ses échecs comme de ses réussites. Plutôt que de laisser nos contemporains faire leurs erreurs (ou leurs réussites) l'Etat providence (et totalisateur) prétend tout faire, tout encadrer, tout épargner au citoyen. En l'esserant dans un inextricable tissu de 300 000 règlements, lois et décrets on empêche à la fois chacun d'apprendre, de comprendre, de se responsabiliser et de prendre sa part au développement de la société.

L'Etat en prétendant tout faire, tout encadrer, tout épargner musèle et castre les Français
Notre pays a beau prétendre conforter les entrepreneurs, cajoler les start up ou encourager le travail il fait tout l'inverse en mettant en avant les loisirs, les RTT, les retraites prématurées, les carrières infiniement stables dans un travail normé, encadré, limité (un boulanger n'a pas le droit d'ouvrir 7 jours par semaine). Les résultats délétères de ce socialisme rampant (qui n'a pas besoin d'un président socialiste pour tout circonvenir) se mesure au très faible capacité de résistance, de résilience de notre pays. Si par malheur un jour nous devions cesser d'emprunter 1 milliard d'€ tous les 2 jours pour payer (à crédit) notre social, nos retraites, notre éducation au rabais, nous serions totalement démunis, incapables même de produire quelques aliments dans nos jardins paysagers ou nos champs sur-traités. Le Socialisme fut un piège, il aura mis 50 ans à tuer le travail, l'éducation et l'entreprise en France et il ne faudra pas moins de ce siècle pour nous en guérir. 


Moyenne des avis sur cet article :  2.39/5   (38 votes)




Réagissez à l'article

69 réactions à cet article    


  • Ruut Ruut 23 octobre 18:19

    L’enfer n’est pavé que de bonnes intentions (Socialisme -> Européisme actuel).
    Les Français ont longtemps eu une confiance aveugle en leur médiats, Politiques et Scientifiques, ils commencent à douloureusement se réveiller.


    • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 23 octobre 18:46

      L’école sous De Gaulle c’était mieux, mais sous Pétain, c’était comment ?


      • bouffon(s) du roi bouffon(s) du roi 23 octobre 19:06

        @Séraphin Lampion

        Bah des critiques sur l’école il y en a eu, mais bon, on voit ce que ça donne,
        tout fout le camp ... et revient ^^


      • L'Astronome L’Astronome 24 octobre 00:45

         
        @Séraphin Lampion : « mais sous Pétain, c’était comment ? »
         
        Encore mieux. On ne badinait pas avec la Ruhr.
         


      • eric 24 octobre 11:15

        @Séraphin Lampion C’était très similaire.

        Il y a eu un colloque universitaire passionnant la dessus. Des profs massivement syndiqués à gauche, faisait chanter Marechal nous voila à leurs élèves. Adhésion bien compréhensible, compte tenu du fait que la majorité absolue des élus ayant confié les pleins pouvoir à Pétain, appartenaient au front populaire et avait été elus par des voix socialistes, communistes et radicales. Il y eu 7000 révocations. Si on retire celle pour judaisme, on peut parler d’une quasie unanimitè dans l’adhésion ou la soumission ; dans la collaboration quoi.


      • Léon 24 octobre 15:24

        @Séraphin Lampion Un des premier souci de Pétain fut de s’en prendre à l’instruction d’où la suppression des Écoles normales d’instituteurs. Lionel Jospin et sa clique de meiriologues bondieusards se sont contentés d’un copier-coller lorsqu’ils les ont à nouveau supprimées. Quand on veut s’en prendre au programme du CNR, La première chose à faire est de supprimer l’instruction.

        https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01141190/document


      • JulietFox 24 octobre 18:51

        @Séraphin Lampion
        Et vlan, dans les dents !
        Sous les enfants de Pétain, c’était Maréchal nous voilà ( en musique)
        Hymne pour un vieillard sénile, qui a vendu les juifs français aux boches.


      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 25 octobre 07:47

        @JulietFox

        Hymne pour un vieillard sénile, qui a vendu les juifs français aux boches.

        Juifs étrangers d’abord, puis juifs français, sauf ceux qui ont été cachés par des français.


      • mmbbb 27 octobre 15:12

        @Séraphin Lampion C etait encore mieux, on savait chanter !


      • bouffon(s) du roi bouffon(s) du roi 23 octobre 18:56

        Le manque de sens à cette vie, voilà le fondement du problème ; rappelons Malraux « Le XXIe siècle sera spirituel ou ne sera pas », sans tomber dans les dogmes.

        Un matérialisme nihiliste est un des travers du système capitalisme, et qu’attendre d’autre où le « rêve » se situe dans les choses atteignables -seulement- par l’argent ?


        • bouffon(s) du roi bouffon(s) du roi 23 octobre 19:03

          @bouffon(s) du roi

          iste* ^^


        • bouffon(s) du roi bouffon(s) du roi 23 octobre 19:03

          @bouffon(s) du roi

          pt1 2 étoiles en moins ? chapeau la comprenette smiley


        • un des P'tite Goutte un des P’tite Goutte 24 octobre 00:36

          @bouffon(s) du roi

          Perso, j’approuve à 100%.

          L’évocation du rôle du capitalisme : trop facile et binaire, effectivement, de n’attribuer tous ces maux qu’au gauchisme. Le système entier est en cause, il a, en lui, intrinsèquement donc, de l’anti-humain, grave.


        • bouffon(s) du roi bouffon(s) du roi 24 octobre 13:32

          @un des P’tite Goutte

          Ah cool ^^

          Mais bon, c’est « infesté » de profs ici... chut ^^


        • mmbbb 27 octobre 15:39

          @bouffon(s) du roi L argent est le nerf de la guerre , Si j avais été fils de medecin ou d avocat ou de banquier , c eut change le cours de mon existence et j aurais evite de rencontrer des cretins en tant qu interne . Les pauvres entre eux ne sont pas de cadeau , c est facile d employer des poncifs , 
          Quant au communiste on a essaye mais le resultat n a pas ete probant !
          Quant à nos anti capitalistes d antan , ils se convertis au libre echange 


        • Buzzcocks 23 octobre 19:40

          L’ensemble de l’ocde est socialiste... car tous les pays sont dopés au crédit... si on cumule dette publique et dette privée, les USA explosent tout. Donc Trump a la tête d’un pays socialiste.Le Japon est socialiste. Tout le monde est socialiste.

          Bref, pauvre perceval, ça faisait un bail qu’il nous avait pas sorti son copier/coller publié tous les 3 mois et c’est toujours aussi idiot. 

          Pour la boulangerie, ce sont les boulangers eux mêmes (donc des méchants patrons) qui ont demandé une loi limitant les ouvertures. Encore raté Perceval le paltoquet.


          • Raymond75 23 octobre 19:40

            « C’est ben vrai c’la » quand, avant 1968, seulement 11 % des jeunes avaient le Bac ou plus, dont 7 % d’enfants d’ouvriers.

            Une école où les enfants de bourgeois recevaient une éducation bourgeoise façonnée pour eux.

            Et c’est bien connu ; des parents peu ou pas cultivés savaient transmettre une culture forte et chargée d’humanité.

            « C’était mieux avant »


            • Lugsama Lugsama 24 octobre 16:18

              @Raymond75

              Un diplôme difficile à obtenir à de la valeur, avoir des parents avec un niveau d’éducation supérieur est une aide pour les études, quelle nouvelle ! Sauf qu’à moins d’interdir les parents on y changera jamais rien.. la solution est d’améliorer la formation, le contraire de ce que l’on à fait.

              L’autre solution de donner le diplômes à tout le monde pour ne pas exclure les classes populaires n’a fait que rendre ce diplôme insignifiant, maintenant le minimum est bien au dessus et au surprise, le résultat est le même qu’avant sociologiquement.

              Mais bon on parle d’une gauche qui trouve plus méritant le tirage au sort que la sélection sur dossier. Après elle s’étonne de disparaitre électoralement smiley


            • JulietFox 24 octobre 18:59

              @Lugsama
              Ah si la gauche n’existait pas, il faudrait l’inventer.
              Brave Raoul Vilain, qui a tué ce salaud de pacifiste Jaurès.


            • Samson Samson 23 octobre 19:41

              Quelle gauche ???

              Renseignez-vous, le parti « $ociali$te » a retourné casaque depuis « Tonton » et son credo idéologique relève en matière économique plus de Friedman et Von Hayek que de la lutte des classes ou de la défense des travailleu(r-se)s !

              Pour donner le change, faire illusion et conserver son fond de commerce, son « progressisme » s’est cantonné à la promotion de minorités oppressées, mais dans la pratique, il a pour quelques miettes du gâteau servi avec constance le couvert à l’élite et organisé le pillage en règle de la République et de ses citoyen(-ne)s.

              Dans nos contrées, la globalisation des échanges en conjonction avec l’automatisation et l’informatisation des tâches ont sonné hors pour quelques marginaux le glas du travail depuis bien longtemps.

              Et en toute logique, l’éducation a emboîté le pas, qui n’est désormais plus destinée qu’à formater des veaux tout aussi dociles et soumis aux injonctions publicitaires à consommer qu’à avaler sans broncher la propagande médiatique du système.

              Pas pour rien quand toujours plus de citoyens n’arrivent tout simplement plus à joindre encore les deux bouts que toute revendication portée ou combattue par nos politicien(-ne)s se voit strictement cantonnée au champ de la libéralisation des mœurs !


              • McGurk McGurk 23 octobre 20:02

                Je ne vois pas du tout le rapport entre le « communisme » et l’éducation. Mélanger un groupe disparate pourrait parfaitement convenir si l’ensemble des élèves étaient là pour apprendre et non pas « voir leurs potes » (du vécu dans à peu près toutes mes anciennes classes).

                De plus, il n’y a généralement pas de cohésion de classe, le mot « camarade » étant souvent plus un usage qu’une réalité. Au contraire, on laisse former des groupes (attitude présente même en fac) qui ne communiquent/s’entraident quasiment jamais, des personnes s’asseyant toujours à la même place comme si elle était gravée sur la chaise.

                Si cohésion il y avait, les plus « faibles » apprendraient des plus « forts » et progresseraient bien plus vite. J’ai, pour ma part, aidé une partie de mes collègues lorsque j’étais en position de force, ce qui leur a permis d’apprendre de moi et moi d’eux.

                Et encore, je ne parle pas de toute la violence verbale/physique que l’éducation nationale laisse s’exprimer. On ne brime personne, encore moins les bons élèves, on « met des sanctions » (rien du tout en fait) si c’est vraiment un « mauvais »élève" qui a un geste déplacé. Les meilleurs, eux, ne le sont pas sinon ça ferait chuter la moyenne de l’école.


                En l’esserant dans un inextricable tissu de 300 000 règlements, lois et décrets on empêche à la fois chacun d’apprendre, de comprendre, de se responsabiliser et de prendre sa part au développement de la société.

                Le problème n’est pas l’Etat providence mais la politique appliquée à l’éducation ainsi que la politique tout simplement.

                A chaque gouvernement, on veut réinventer l’eau chaude avec « une réforme de l’éducation ». Personne n’écoute évidemment les enseignants, encore moins les élèves. Tout se décide de très haut et les autres doivent obéir.

                C’est plus, en vérité, un problème de dialogue et de verticalité que d’avoir un Etat présent partout. En fait, si ces points évoqués étaient réglés, on aurait sans doute la meilleur éducation du monde.

                J’ajouterai cependant que la « verticalité » existe également au seins de l’Education nationale, jusqu’aux groupes de professeurs.

                Pour mon cursus, on m’a raconté comment les profs se bouffaient le nez à savoir quel « bloc de matières » allait dominer en nombre d’heures, ce qui est lamentable. D’autre part, au lieu de se soucier du devenir de l’élève, càd son employabilité, on a préféré lui mentir avec « des options » plutôt que de lui fournir une spécialité pour pallier au chômage chez les jeunes.

                Concernant les règlements et décrets, c’est une spécialité en France que de produire à en crever des directives sur directives, souvent débiles car balancées de très haut par des personnes n’ayant pas d’expérience de terrain et qui se moquent des élèves qu’ils considèrent comme des simples numéros.

                Autre chose importante : l’élève ne voit pas, en majorité, d’avenir car il n’a pas de point de vue concret sur le travail (et les métiers associés) qui est fait en entreprise. Souvent même jusqu’aux diplômes de l’enseignement supérieur.

                Pourquoi ? Parce qu’on reste bien trop scolaires. Dans des pays comme l’Allemagne (pourtant d’habitude pas un bon exemple), les étudiants font des stages significatifs qui leur permettent de comprendre à quoi ils s’engagent en faisant tel type d’études, de confirmer leur choix et en plus d’y acquérir une expérience pour se vendre bien mieux une fois le diplôme acquis.

                Les résultats délétères de ce socialisme rampant

                Pur point de vue d’un libéral, comme celui de Macron et de la classe politique dans son ensemble.

                A part si on parlait des PME, en grande difficulté car l’Etat préfère courtiser les grands groupe, le social n’a foutrement rien à voir avec la très faible offre de formation des entreprises.


                On devrait surtout parler du « libéralisme rampant » qui fait les fonds de tiroir pour tout donner aux grands actionnaires — qui n’ont, depuis longtemps, plus besoin d’agent. Justement celui qui manquerait à l’entreprise pour former les gens.


                Et puis ce n’est pas comme si les grosses boîtes/les très riches payaient leurs impôts. On les a divisé par deux sous prétexte que « c’était un frein au développement », mettant de fait les Français sous une pression financière délirante.

                Quel a été le « cadeau » des entreprises ? Elles ont empoché le pactole (en plus des avantages fiscaux sous les précédents gouvernements) et nous ont fait un bras d’honneur.

                Frein à l’apprentissage ? Mon cul, il n’y a aucune volonté derrière à part le pognon. De toute manière, elles seront au final perdant lorsque les prochaines générations ne sauront ni lire, ni écrire, compter et qu’on aura marchandisé, au profit des classes supérieures, l’éducation à faire des cursus à 10k euros.


                • un des P'tite Goutte un des P’tite Goutte 24 octobre 01:04

                  @McGurk

                  Merci McGurk, de si bien remettre les choses à leur place.

                  Dans l’éducation surtout mais ailleurs aussi, si chaque ministre rajoute sa réforme, à sa manière, avec édition de millions de nouveaux manuels, « réfections » de formulaires, directives, et formations d’enseignant, c’est pour faire pipi : le ministre marque son territoire dans son bureau du MEN. Il pense ainsi entrer dans l’Histoire.

                  Sa démarche, qu’il croit existentielle, n’est que chieuse, hélas !


                • McGurk McGurk 24 octobre 01:33

                  @un des P’tite Goutte

                  Oui, c’est pour ça que l’éducation, dans le sens strict du terme, en pâtit à chaque « génération » de gouvernement.

                  En faculté, les directives ministérielles foutaient une pagaille monstrueuse en plus du bordel administratif qui se répercutait également sur l’organisation des cours et au final sur la vie des étudiants ainsi que le programme. Parce qu’au fond, c’est toujours pour la gueule de l’élève et pas pour ceux qui gèrent.


                • sls0 sls0 23 octobre 20:17

                  C’est papy Perceval qui écrivait les discours de Pétain ? 

                  Je réside dans un pays où le pauvre n’est pas une denrée rare.

                  Le pauvre sans éducation c’est plus facile à manoeuvrer.

                  Avec la fin des ressources et de l’opulence, la classe moyenne est appelée à disparaitre, si chez moi les pauvres sont déjà formatés ce n’est pas le même en France, il faut fabriquer d’abord le sans éducation, il glissera plus facilement dans la pauvreté par la suite.

                  J’ai balancé ma télé en 87, à l’époque je balançais une machine à crétins. Ca ne pouvait que s’amplifier la crétinisation des masses.

                  Le crétin ne se révolte que pour du basique proche de lui, non des principes.


                  • exol 23 octobre 21:07

                    C’est sur que refuser d’être con et ignare c’est fasciste , pour le grand bonheur des vieilles badernes d’Avox qui eux ont eu une éducation brillante puissent continuer à faire étalage de leur culture , et prendre les autres pour des cons.


                    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 23 octobre 21:29

                      @exol
                      Allons, exol, vous passez votre temps à faire de la provocation, et vous voilà une grande victime ? Ils sont méchants avec vous ?


                    • JC_Lavau JC_Lavau 23 octobre 21:36

                      @exol. Toi ? On te prendrait pour un niais, dépourvu de tout discernement ? Mais qui oserait ?


                    • exol 24 octobre 00:09

                      @Fifi Brind_acier
                      Saches vilaine médisante que je ne m’offusque pas comme certains quand on me charrie , mais les réponses se font toujours cinglantes . J’ai bien cerné les petits intellos Avoxiens , toujours prêts à se mettre en avant , avec de grandes phrases pour bien étaler leurs cultures . On a pas besoin de citer Racine ou Molière pour avoir une idée du monde dans lequel on vit , et je dirais que les gens de la plèbe comme moi on peut être plus de bon sens que les grands idéalistes qui sont souvent de bons petits bourgeois bien à l’abri du besoin et qui prétendent parler au nom du petit peuple , et quand celui ci n’est pas d’accord avec ces charlots alors le peuple est con , on connait la musique.


                    • JC_Lavau JC_Lavau 24 octobre 00:27

                      @exol. Quand j’étais jeune ingénieur, on nous avait appris qu’un mauvais cadre, c’est pire que mille mauvais ouvriers.
                      Application évidente : un mauvais principal ou protale ou inspecteur, c’est pire que cent mauvais profs. Un mauvais ministre, c’est pire que dix mille mauvais profs.
                      Voir l’inspecteur qui ne venait que pour pirater des logiciels :
                      http://citoyens.deontolog.org/index.php/topic,579.0.html
                       
                      Mon épouse avait eu à corriger des copie du BEPC. Les instructions : si un mot dans la réponse se rapporte à la question posée, donner au moins la moyenne. Quel que fut l’arrangement des mots et leur sens. Son moral après cela ? hmm...

                      Alors qui est responsable, si du haut en bas de cette hiérarchie, on se consacre à mentir et frauder conformément aux ordres venus du ministère ?

                      Si le poisson pourrit d’abord par la tête, ce ne peut être que de la faute du prof :
                      http://citoyens.deontolog.org/index.php/topic,2258.0.html


                    • un des P'tite Goutte un des P’tite Goutte 24 octobre 12:45

                      @exol

                      Bien d’accord avec vous, aussi : mon vécu, C à la fois des + ou - bobos jusqu’à des + ou - niveau social bas, bas. Des 2 cotés je distingue du bon. Le mauvais je m’en balance qd il est indéracinable. Conclusion : Bordel ! On a tous notre place.


                    • mmbbb 27 octobre 16:01

                      @JC_Lavau l education nat est malade depuis fort longtemps . Lavau tout le monde le sait .

                      Quant aux profs , ne sont ils pas aussi un peu responsable ?

                      J ai survolé le second lien, il faut assumer la mixite sociale non !

                      N est ce pas la gauche qui est pour cette immigration !

                      Ce qu il advient désormais à l ecole dite « républicaine » me laisse indifférent .

                      La France est minée par la violence désormais et par le problème de l islam , Il faut assumer les choix des électeurs .


                    • mmbbb 27 octobre 16:38

                      @JC_Lavau moi je te vénère et c est avec la plus grande déférence que je te lis .
                      Tu es un parangon , ta science est si grande que je ne comprends pas toutes les subtilités de ton langage , la finesse de ton discours la justesse de tes propos 
                      Dieu a crée les grands esprits , mais pour que ces esprits puissent briller , il a crée des êtres médiocres , C est fondamental, si tous les humains etaient des Lavau , comment pourrions nous discerner LAVAU , Ils ne formeraient qu un dans une masse indistincte .
                      Oh merci grand Lavau que Dieu te protège 
                      J ai connu un architecte ayant eu un AVC ,il a été ramené a sa simple condition humaine .et de son esprit si fertile pouvant conceptualiser , il n est que l ombre de lui même
                      Peut etre un jour tu te feras torcher le cul a l hopital par une niaise ayant un petit discernement .
                      Quant à condescendance , elle est la marque des grands esprits de gauche .
                      On dirait l ineffable Dugue 

                       


                    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 23 octobre 21:26

                      Article consternant, alors que la grande majorité des enseignants fait tout ce qu’elle peut pour enseigner aux élèves un maximum de connaissances.

                      Mais l’auteur ne doit connaître aucun enseignant, ni le nombre d’heures passées en préparations, corrections et réunions diverses...

                      Le chômage de masse en France dure depuis des dizaines d’années. Les problèmes ont commencé quand les aînés, avec des diplômes, se sont retrouvés déclassés, livreurs de pizzas ou manutentionnaires.

                      Les plus jeunes en ont déduit que faire des études ne servait à rien et vont à l’école, comme à un club, pour draguer et voir les copains. Inutile de se casser la tête, quand la note de 10 sur 20 permet de faire 20 ans d’études sans jamais redoubler....

                      Sauf ceux qui sont issus de milieux privilégiés, où les parents surveillent la scolarité de leurs enfants, comme le lait sur le feu.

                      La seule responsabilité de la Gauche que je crois fondée, a été de privilégier l’enseignement dans l’éducation nationale, au détriment de l’enseignement professionnel et de l’apprentissage, qui conviennent très bien pourtant, à des élèves, pas idiots du tout, mais qui ont besoin d’exemples concrets pour comprendre la théorie.

                      Sinon, il faut aussi impliquer dans le désastre actuel, la société de loisirs, pour qui l’enfance et l’adolescence, ( et parfois plus tard, hélas) sont des cœurs de cible, et qui a fait fortune avec les jeux vidéos, les téléphones portables et les réseaux sociaux, à des âges où faire des efforts est particulièrement difficile.

                      Les écrans n’ont rien arrangé, ils fabriquent à échelle industrielle des crétins digitaux, dépourvus de vocabulaire et de capacité de concentration. 


                      • popov 24 octobre 09:38

                        @Fifi Brind_acier

                        Et en plus, quand on injecte en masse une population dont le QI moyen ne dépasse pas 84 dans une population au QI moyen de 100, il faut s’attendre à quoi ?


                      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 24 octobre 10:25

                        @popov
                        Adressez vos doléances à Bruxelles !
                        Ce sont des Traités européens qui gèrent l’immigration.

                        Vous pouvez aussi vous adresser au MEDEF, plus il y a de pressions sur les salaires, plus il est content !

                        Et aussi vous adresser à l’ OTAN, ses guerres multiples et variées assurent des vagues migratoires régulières.

                        Sans oublier le tandem Sarkozy / BHL qui a détruit la Libye, qui nous protégeait des arrivées de migrants...

                        N’oubliez pas la brochette Hollande / Fabius et Macron/ le Drian, qui a poursuivi la guerre en Syrie...

                        Mais vu le nombre d’heures que les petits français passent devant les écrans, je crains que le QI général soit en chute libre, et pas seulement à cause des étrangers.


                      • popov 24 octobre 13:46

                        @Fifi Brind_acier

                        Ce ne sont pas des doléances, c’est un constat. Et je ne suis pas sûr qu’Asselineau ait la solution.

                        Ceci dit, les petits Chinois et Japonais et Coréens passent autant de temps sinon plus devant leurs écrans.



                      • popov 24 octobre 16:33

                        @glenco01

                        À mon avis, le facteur le plus important dans cette chute du QI moyen en Occident, c’est l’immigration. Ce qu’on mesure, c’est un QI moyen, migrants y compris.


                      • appoline appoline 24 octobre 17:49

                        @Fifi Brind_acier
                        Le peu qu’ils enseignent alors, ne rentre pas dans nos chères têtes blondes


                      • JulietFox 24 octobre 19:06

                        @Fifi Brind_acier
                        Et les vacances calquées sur le tourisme.


                      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 25 octobre 07:50

                        @appoline
                        L’auteur du livre « la fabrique du crétin » explique pourquoi ça n’imprime pas !


                      • mmbbb 27 octobre 19:50

                        @Fifi Brind_acier «  » Sauf ceux qui sont issus de milieux privilégiés, où les parents surveillent la scolarité de leurs enfants, comme le lait sur le feu. " 
                        Salauds de riches qui s occupent de leur mioches ! 
                        Quant a l apprentissage des métiers manuels , la gauche cela a tout de meme changé quoique , a considéré que c etaient des metiers de cretin ..
                        in fine , les universites pleines sont des voies de garage dont les debouches professionnels sont incertains 
                        Certains secteurs manquent de main d oeuvre qualifié notamment l industrie et le chomage est permanent 

                        Elle n est pas belle la France .

                        La societe de loisir encore un poncif ! On croirait entendre la droite catholique .

                        toujours l art d enrober , je vais te surnommer la ganache 


                      • dr.jambon-beurre dr.jambon-beurre 24 octobre 05:39

                        Pas grand chose à ajouter !

                        A part que le monde tel que nous le connaissons aujourd’hui est en train de se transformer sous nos yeux, là maintenant. Il se passe quelque chose au moyen orient, les zétats zunis ne sont plus l’armée la plus puissante du monde, ils n’ont plus la 1ère économie mondiale, ils ferment des bases militaires. L’ordre du monde est en plein bouleversement et nous n’avons toujours rien à mettre à la place de la ripoublique.

                        Si seulement le gauchisme pouvait s’éteindre lors de ce grand chambardement, que l’Homme recouvre ses racines, ses valeurs, sa spiritualité. Tout ce qui nous fait actuellement défaut devant ce déchaînement de matière, de superficialité et de nihilisme au final.

                        Je n’ai pas connu mai 68, mais les politocards sont allés trop loin dans le gauchisme sociétal qui courre encore jusqu’à nos jours, ce qui ne fait qu’accentuer la haine viscérale des conservateurs envers les gauchistes.

                        Un jour, il faudra bien en finir avec cette idéologie nauséabonde.


                        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 24 octobre 06:56

                          @dr.jambon-beurre
                          les politocards sont allés trop loin dans le gauchisme sociétal qui courre encore jusqu’à nos jours, ce qui ne fait qu’accentuer la haine viscérale des conservateurs envers les gauchistes.

                          Le capitalisme sait utiliser à bon escient les Partis politiques.
                          Quand la Droite est discréditée, il s’adresse à la social démocratie.

                          Quand celle ci est discrédité, on change le logiciel de la social démocratie, comme l’a conseillé Terra Nova : « abandonnez les classes populaires, la Gauche doit s’occuper des minorités, les migrants, les femmes et les LGBT ».

                          Si ça ne fonctionne plus, on passe à un gouvernement d’Union nationale Gauche+ Droite, comme en Allemagne, ou avec le gouvernement de Macron...

                          Le capitalisme sait faire du neuf avec du vieux...


                        • JulietFox 24 octobre 19:07

                          @dr.jambon-beurre

                          "qui courre encore

                          "
                          Je chasse à courre, mais ne cours pas.


                        • kalagan75 24 octobre 09:50

                          Ce n’est pas une question de gauche ou de droite ; c’est simplement notre modèle qui n’est pas bon. Prenons les extrêmes où notre système en haut a fabriqué des Balkany ou des Royal , et tout en bas, des crétins que l’educ essaie de refourguer aux entreprises pour une formation en apprentissage alors que ce n’est pas de ce type d’individus que les patrons ont besoin ... bref...


                          • Désintox Désintox 24 octobre 10:07

                            Voyons voir, voyons voir : depuis 68, la gauche a gouverné 21 ans et la droite 30 ans. Et quand je dis « gauche » je suis gentil.

                            Cet article est un pur propos de comptoir.


                            • Buzzcocks 24 octobre 10:40

                              @Désintox
                              Ce qui est rassurant, c’est que jamais Perceval n’a été au pouvoir. Même Madellin avec ses 5%, m’a l’air moins con que ce chevalier d’opérette.


                            • kalagan75 24 octobre 10:48

                              @Buzzcocks
                              madelin n’était même pas au courant qu’il siégeait au conseil d’administration d’une boite dont le chiffre d’affaire provenait à 95% du porno ... 



                            • Gilles Mérivac Gilles Mérivac 24 octobre 11:52

                              L’article est d’une évidence totale, je ne m’étendrai donc pas sur ce requiem d’un pays qui fut autrefois florissant.

                              Ce qui est révélateur, ce sont les cris d’orfraie des gauchistes d’Agoravox, toutes chapelles confondues. Aujourd’hui, l’échec de la gauche qui a gouverné ce pays sous toutes sortes d’étiquettes est devenu tellement patent qu’elle se déguise en utilisant des partis caméléons, comme les insoumis, les écologistes ou l’UPR.

                              Tout cela, c’est la même chose, la continuation de la politique de Hollande ou Macron avec un emballage différent pour tromper le client. Mais c’est la même soupe immigrationniste et clientéliste qu’avant.


                              • McGurk McGurk 24 octobre 11:53

                                @Gilles Mérivac

                                Aucun rapport avec l’éducation donc.


                              • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 25 octobre 08:02

                                @Gilles Mérivac
                                qu’elle se déguise en utilisant des partis caméléons, comme les insoumis, les écologistes ou l’UPR.

                                C’est dommage que vous ne donniez pas d’exemples pour appuyer vos affirmations... L’UPR est la seule, avec le PRCF, à proposer la sortie de l’ UE, c’est à dire le retour des frontières, la souveraineté et la fin des traités qui gèrent l’immigration.

                                De plus, l’UPR est la seule à expliquer d’où viennent les Islamistes et qui a créé Daesh & Al Qaïda ! Alors que FN ne veut sortir de rien du tout, idem pour Orban et Salvini, qu’ils n’expliquent jamais d’où vient l’ islamisme.

                                Et tous ces pleurnicheurs prétendent, comme la FI, régler les problèmes tout en restant dans l’ UE. Alors que de plus en plus de gens comprennent enfin que l’ UE n’est pas réformable.


                              • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 25 octobre 08:21

                                @McGurk
                                Mais oui, il y a un rapport ! Pour la Droite et l’ extrême droite, tout ce qui va de travers en France, c’est la faute du Coran !

                                L’éducation qui part en barigoule, le chômage, les changements climatiques, c’est la faute au Coran !


                              • McGurk McGurk 25 octobre 13:43

                                @Fifi Brind_acier

                                Certainement pas. Les problèmes sont tellement nombreux qu’ils n’ont pas pu dire une chose pareille.


                              • mmbbb 27 octobre 16:20

                                @Fifi Brind_acier ha celle la je ne l avais jamais lu !

                                Dans la connerie , tu n a pas encore atteint l asymptote ! Tu peux encore progresser !

                                Il n y aurait pas de probléme si nous étions passe au Coran alternatif !
                                 
                                Et apres , tu nous enjoins de voter U P R !


                              • ddacoudre ddacoudre 24 octobre 13:29

                                ’é

                                j’ai bien l’impression que tu ne sais absolument pas ce qu’est le socialisme, comme quoi l’instruction ne t’as pas trop profité.

                                ton discours n’est pas différent de ce que tu critiques tu es comme eux en retard d’un bon siècle même s’ils sont brillants dans les pisa et autres. c’est du dépassé aujourd’hui c’est tout au long de la vie qu’ils faut apprendre.

                                le savoir est devenu exponentiel et ne peut se contenir dans l’organisation actuelle de l’éducation. Ceux qui ne seront pas organiser l’instruction et l’éducation tout au long de la vie finiront un boulet au pied.

                                au cas une tu n’aurais pas su trouver le mot approprié ce n’est pas seulement un déficit d’éducation, c’est une fracture si ce n’est un abîmé intellectuel. Dont la source c’est toi si tu es un défenseur du capitalisme et de la valeur travail.

                                ton article peut convaincre des ignorant mais pas moi.

                                en 1969 je fus chargé d’organiser le développement de l’éducation permanent voulut par jacques Delors et Chaban Delmas dans le cadre de leur projet de nouvelle société. échec le plus total . NI LES PATRONS, NI LES SALARIES N’EN VOULAIENT. ils voulaient peut de chose que les salariés puissent compléter leur instruction durant leur vie professionnelle.

                                Comment disaient les patrons, ce n’est pas à nous a former les salariés c’est à l’état.

                                Comment disaient les ouvriers nous ne sommes pas des enfants pour retourner à l’école.

                                il a fallut des années de forcing syndical pour transformer l’éducation permanente en formation professionnelle et la volonté de la chambre patronale du Bâtiment aussi pour créer les premiers CFA en 1966. tous ces efforts de ceux qui avaient compris d’accélérer la formation continu abouti aux loi Delors en 1971.

                                Les pouvoirs successifs n’ont pas cessé de faire des efforts en ce sens, sans grand succès. quand vous présentez les classement il faut le faire à situation égale sinon ils n’ont aucun intérêts.

                                aucun parti n’a négligé l’éducation sauf qu’ils l’on ajusté au budget. ce n’est donc pas leur volonté d’instruire qui est a mettre en cause mais la monnaie disponible pour le faire.

                                cordialement.


                                • mmbbb 27 octobre 16:14

                                  @ddacoudre «  Comment disaient les ouvriers nous ne sommes pas des enfants pour retourner à l’école.   » c est tres con , on apprend toute sa vie 
                                  C est le probleme de cette couche sociale que je connais bien , esprit fermé, engoncé dans ses certitudes et passant toute sa vie a brailler contre le patron et les riches .

                                  Il est vrai que nous avons le plus beau pays du monde et nous aurions pu être un pays exemplaire 
                                  Mais voila , l esprit francais s ingénie a tout foirer 


                                • foufouille foufouille 24 octobre 14:15

                                  Article écrit par le deuxième pseudonyme de spartacul.


                                  • JPCiron JPCiron 24 octobre 16:59

                                    Un siècle pour en guérir ?

                                    Voyons le positivement : nous sommes à présent une proie facile pour toutes les formes de colonisation.

                                    C’est la voie du moindre effort.

                                    .


                                    • kimonovert 24 octobre 23:22

                                      Le français, la communauté des français, n’admet plus la Loi naturelle, la sélection...L’égalitarisme s’est immiscé dans les têtes...Le discours est double : idéologique et religieux... Le premier peut s’entendre : il se fonde sur le concept d’égalité, en particulier d’égalité des chances...Le second est pervers, c’est la duplicité dans la notion de charité chrétienne, cette duplicité c’est une marchandisation de l’instruction. En effet du moment que les parents paient la prise en charge en offices confessionnels, on prend et on est tenu d’une façon ou d’une autre au résultat attendu : la réussite à l’examen ! Sauf que la sélection par la durée des études s’est estompée, on arrive en 2, 3 ou plus d’années au résultat d une année...Pas important, le chômage pousse à reporter l’entrée dans la vie active...Tout cela doublé du défi d’obtenir des bacheliers pour 85 % de la classe d’âge ! Le 68tard que je suis appartient aux 15% de bacheliers de sa classe...


                                      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 25 octobre 08:04

                                        @kimonovert
                                        La prolongation des études permet de retarder l’arrivée à Paul Lemploi.


                                      • sophie 25 octobre 12:06

                                        @Fifi Brind_acier
                                        « La prolongation des études permet de retarder l’arrivée à Paul Lemploi. »
                                        et celui de l’arrivée à la retraite.....


                                      • Julot_Fr 25 octobre 07:01

                                        Le socialisme consiste a prendre aux uns pour donner au autres.. une recette pour desastre dont le manipulateur du redistributeur (oligarchie qui influence les lois) est par design le principal profiteur.. pas les sans dents qui ne sont les beneficiaires que sur le papier.. qu on ne nous disent pas que le capitalisme a failli dans ce contexte, capitalisme et socialisme sont opposes


                                        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 25 octobre 08:16

                                          @Julot_Fr
                                          pas les sans dents qui ne sont les beneficiaires que sur le papier..


                                          Que les plus riches arrivent à ne pas payer les impôts qu’ils devraient payer, tout le monde l’a compris. Ils vont habiter en Belgique, utilisent des avocats fiscalistes, ou comme Jean Marie le Pen, obtiennent que Bercy efface leur ardoise...

                                          Dire que les sans dents ne bénéficient de rien, c’est faux. La protection sociale en France, issue du CNR, est parmi les plus redistributives du monde.

                                          C’est justement la raison des attaques de la Commission européenne, qui trouve qu’elle gène la sacro sainte « compétitivité », et demande année après année, qu’on la fasse disparaître.

                                          Le patronat le demande depuis 1945.

                                          "Denis Kessler : Le modèle social français est le pur produit du Conseil national de la Résistance. Un compromis entre gaullistes et communistes. Il est grand temps de le réformer, et le gouvernement s’y emploie.

                                          Les annonces successives des différentes réformes par le gouvernement peuvent donner une impression de patchwork, tant elles paraissent variées, d’importance inégale, et de portées diverses : statut de la fonction publique, régimes spéciaux de retraite, refonte de la Sécurité sociale, paritarisme…

                                          A y regarder de plus près, on constate qu’il y a une profonde unité à ce programme ambitieux. La liste des réformes ? C’est simple, prenez tout ce qui a été mis en place entre 1944 et 1952, sans exception. Elle est là . Il s’agit aujourd’hui de sortir de 1945, et de défaire méthodiquement le programme du Conseil national de la Résistance !"...



                                        • paulau 25 octobre 14:55

                                          @Julot_Fr



                                        • Blé 28 octobre 05:28

                                          L’auteur de cet article devrait réviser son histoire de l’école. Il ignore (volontairement ou non ) que l’école n’a jamais été faite pour les populations non possédantes de biens et/ou de capitaux (propriétaires fonciers, actions, entreprises, etc...). Ces gens avaient déjà une scolarité payante et voyaient d’un très mauvais œil que les masses populaires puissent lire, écrire, compter.

                                          L’école a d’abord été faite pour conditionner les masses à l’ordre de la société établi une bonne fois pour toute par la bourgeoisie

                                           Depuis 1791 la bourgeoisie détient le pouvoir et l’économie et que je sache, un joueur de tennis, un footeux, gagne plus que le personnel des hôpitaux, que les pompiers ou encore un professeur. On dépense des milliards pour les jeux Olympiques mais on ne trouve pas de sous pour mettre du personnel auprès des anciens dans les EPAD

                                          La majorité des journalistes de ce pays sont très complaisants vis à vis des élites politiques souvent corrompus.


                                          • chantecler chantecler 28 octobre 07:04

                                            @Blé
                                            Et pourtant le certificat d’études des années 50 correspondait à un bon niveau d’acquisition (et de socialisation ).
                                            (Il est vrai qu’à l’époque l’école était respectée et que la discipline ne posait pas de problème majeur , tout autant qu’il n’existait pas « de crise économique permanente » et de chômage endémique , bref c’était avant la mondialisation miraculeuse....)
                                            Quel que soit le « QI » les détenteurs pouvaient aspirer à un certain niveau de vie : artisanat , entrée dans des grosses boites : EDF,SNCF qui par le biais de formations et promotions internes pouvait faire accéder à des postes équivalent ingénieurs, Cadre moyens et supérieurs .
                                            J’ai lu les commentaires : il est surprenant que beaucoup parlent « d’éducation » alors que l’on devrait parler d’enseignement .
                                            Car à la base les enseignants sont formé pour enseigner et certainement pas éduquer , du moins pas plus que ce que permet la société .
                                            Les premiers éducateurs étant les parents .
                                            Maintenant que les familles partent en sucette , n’assument plus rien , sauf à critiquer l’école et la rendre responsable de tout, et parfois poussent ou excusent leurs enfants à y foutre le bordel ...
                                            En résumé : voyez par exemple les programmes TV , le niveau général ,le nombre d’émissions aberrantes , coupés de pubs obscènes , entre autre parce qu’elles parlent souvent d’objets inaccessibles et vous réalisez que seule l’école ne peut pas faire de miracles , mai 68 , gauchos etc qui ne sont que de fausses raisons ...
                                            On parle aujourd’hui d’enseignement de masse et justement les masses se désagrègent . Alors apparaissent les gourous , les ministères avec leurs recettes magiques , leurs consignes et leurs programme ad hoc, qui sont incapables de résoudre le problème à supposer qu’ils en aient l’envie, le principal étant qu’il existe quelques lieux pour que leur progéniture ait accès à des écoles et des diplômes de bonne qualité .
                                            PS : vous vous souvenez il y a eu en prime time pendant des années sur la TV publique une émission dont je ne me souviens par le nom : c’était des adultes assis dans une salle de classe dont la mission était de tourner tout en dérision et de chahuter un maximum . Quel bel exemple pour toute les familles réunies ... !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès