• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > La gauche et le réel

La gauche et le réel

A gauche, la seulement sociétale et ce qui reste de la vraie gauche, on pense depuis longtemps dur comme fer que l'on peut décider de réécrire le réel d'un trait de plume. Il suffit de le décider, c'est donc un genre de méthode Coué. De par mon expérience personnelle, elle n'est sûrement pas isolée, j'en doute très fortement. J'ai développé de ce fait une légère misanthropie qui n'est que rarement démentie par un comportement plus humain. Car c'est principalement de cela que nous manquons de plus en plus.

Cela fait des décennies par exemple que l'on évoque à l'église, à l'école, dans les temples, les mosquées, l'accueil de l'autre, l'amour de l'autre et de sa différence et ce quelle que soit la tendance politique. Il n'a pourtant jamais été aussi peu pratiquée, on se rassemble sur le net ou dans la vraie vie en communautés de « mêmes », sur la base parfois de critères extrêmement primaires :

La communauté de ceux qui n'aiment pas les rouquins, la communauté de ceux appréciant le fromage avant le dessert etc...

Et tous de se proclamer n'être qu'amour...

Cela touche tous les âges, tous les milieux. Le hors norme, le non standardisé est immanquablement rejeté. On aura beau pleurnicher à seaux de temps en temps, rappeler que c'est mal, très mal. On aura beau organiser des marches blanches, des lâchers de ballons, cela n'y changera rien. C'est principalement à cause du darwinisme social qui est la seule chose que tout le monde a vraiment en commun dans notre société. La loi du plus fort, du plus riche, du plus ceci, du plus cela domine, et les autres se doivent de s'aligner.

Ceux ne s'adaptant pas se disent que c'est forcément de leur faute, qu'ils devraient faire un effort. Celui qui se fait injurier parce qu'il sort du rang est automatiquement coupable, suspect de toutes les avanies. Ainsi que le dit la rumeur publique -la plus glauque- « il n'y a pas de fumée sans feu » mon bon meussieur.

A gauche si l'on décide qu'il ne faut plus rouler en voitures dans Paris, qu'il n'y a pas besoin d'un aéroport à Notre Dame des Landes, que les ZAC du Sud Ouest implantées illégalement sont indispensables pour protéger les petites fleurs et les petits z-oiseux, cela devient à chaque fois un dogme absolu que seuls des impies de droite ou hyper-capitalistes, ou fascistes remettront bien entendu en cause, des ennemis de classe. Cela fait le bonheur de petits bourgeois en rupture de milieu, de nostalgiques de leur folle jeunesse rimbaldienne.

Notons que la plupart de ces initiatives entraînent généralement encore plus de darwinisme sociale, par exemple une capitale encore plus peuplée de riches, encores plus coupés du reste de la France chaque jour.

Curieusement, la plupart ne rechigne jamais à demander l'aide financière de l'état ou des entreprises libérales-libertaires odieuses par ailleurs. C'est sans doute cela leur idée du collectivisme, planifier la révolution mais le plus tard possible tout en tondant le dos des autres brebis du troupeau. Il faut dire que celles-ci ne protestent que mollement...

A gauche on est malgré tout plus ou moins confusément conscient de tout cela bien qu'on ne l'admette pas. A gauche, on rêve, on imagine. On est le Bien contre le Mal, on se verrait bien en jedis contre plusieurs Dark Vador. Ce qui étonne le plus est le puissant dogmatisme des personnes se réclament de cette pensée. Ils ont raison, le reste du monde qui ne pense pas comme eux a tort. La démocratie, quand elle s'oppose à leurs certitudes, est forcément un truc de ploucs dégénérés. Quand ils votent « bien » c'est le petit peuple héroïque...

Et la plupart des militants sont persuadés que leur pensée groupusculaire triomphera bien un jour...

...Contre le réel.

Bien sûr je ne suis pas ici en train de faire une généralité, tous à gauche ne sont pas aussi déconnectés, il en est même qui sont parfaitement lucides sur ce qui arrive. Ce sont généralement ceux qui sont demeurés vraiment fidèles à leurs idéaux de jeunesse. Ils ne sont pas nombreux ainsi que ceux de droite il est vrai.

 

Sic Transit Gloria Mundi, Amen

Amaury – Grandgil

 

illustration prise ici


Moyenne des avis sur cet article :  2/5   (29 votes)




Réagissez à l'article

79 réactions à cet article    


  • Pere Plexe Pere Plexe 13 décembre 2017 18:53

    « A gauche ../.. on pense que l’on peut décider de réécrire le réel d’un trait de plume »


    Ce n’est pas précisément la grandeur de la politique que de prétendre à changer les choses ?
    N’est ce pas justement ce renoncement qui disqualifie une grande part de son personnel ?
    Depuis un bon moment les élus ne sont que des gestionnaires, de mauvaise qualité et volontiers profiteur, n’aspirant pas à de profond changement d’un monde qui leur fait la vie douce. 

    • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 14 décembre 2017 10:58

      @Pere Plexe
      On ne change pas les choses par la méthode Coué mais par l’éducation, la pédagogie, le vrai débat contradictoire.


    • Pere Plexe Pere Plexe 14 décembre 2017 18:55

      @Amaury Grandgil
      on ne change pas non plus le monde sans en avoir la ferme intention !


    • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 15 décembre 2017 08:24

      @Pere Plexe
      Bien sûr...
      Et je pense que c’est toujours le fait d’une infime minorité.
      Mais on n’y arrive pas par le volontarisme.
      En méprisant le libre arbitre.


    • Montdragon Montdragon 13 décembre 2017 22:02

      Excellent article, on en reparlera dans quelques jours quand un CRS sera blessé ou pire par un engin improvisé imaginé par ces tarés de zadistes !


      • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 14 décembre 2017 08:31

        @Montdragon
        Merci


      • jaja jaja 14 décembre 2017 10:39

        @Montdragon

        En général les blessés et les morts c’est pas dans le camp de la police hein... Et à Nantes, en une seule manif, plusieurs yeux crevés par des tirs de flashball...
        Tout le monde ne voit pas les mêmes tarés...


      • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 14 décembre 2017 10:57

        @jaja
        J’ai fait partie de ceux qui ont dénoncé les violences commises contre des militants, en particulier les 7 de Tarnac. Cela ne veut pas dite que j’approuve leurs positions...


      • jaja jaja 14 décembre 2017 11:10

        @Amaury Grandgil

        Effectivement ce n’est pas incompatible....


      • Alren Alren 14 décembre 2017 13:19

        @Montdragon

        Et quand un « taré » de zadiste sera tué comme Rémy Fraisse par une grenade offensive de CRS, qu’est-ce que vous direz ?

        Vive Vinci et ses actionnaires ?


      • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 15 décembre 2017 08:24

        @Alren
        Rémy Fraisse ce pauvre jeune homme a été largement instrumentalisé...
        Au mépris de la douleur des proches.


      • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 15 décembre 2017 22:06

        @jaja

        Bonsoir,

        IL s’appelait Rémi Fraisse...


      • pipiou 15 décembre 2017 22:13

        @Alren

        Ben vous ferez comme quand un flic est tué ou brulé au 3eme degré : vous vous en fouterez.
        Pas de panique, vous saurez très bien être inhumain.


      • jaja jaja 15 décembre 2017 22:42

        @Amaury Grandgil

        Ses proches, amis et famille, ont participé aux manifestations suivant le décès de Rémi Fraisse... Ils ne s’en sont pas tenus à l’écart...Sa maman était encore présente sur le site de Sivens en octobre de cette année lors de la Commémoration de la mort de Rémi...


      • Choucas Choucas 14 décembre 2017 00:46

         
        HISTOIRE : GOGOCHON <> SOCIALISME (qui peut être d’ED, nationaliste...)
         
        « Il y a une grande confusion : confondre la gogoche et le socialisme. La gôôôche s’est construite de manière parfaitement indépendante à la question du socialisme [19eme, le droitdelhommiste colonisateur Ferry par ex].
        Celui-ci est apparu plus tard, indépendamment du clivage droite/gauche qui opposait la droite royaliste, conservatrice et la gogoche progressiste et libérale qui œuvrait pour la reconnaissance des libertés individuelles. Le socialisme était étranger à cette problématique-là. Ce n’est que par un jeu d’alliances historiques que la gauche et le socialisme ont entretenu des liens. Essentiellement pour combattre la droite. À partir de là, la gauche et le socialisme en sont venus dans l’imaginaire collectif à désigner exactement la même chose. Effectivement, pendant les réformes populaires, la gauche et le socialisme faisaient front commun. Mais à partir du moment où Mitterrand amorce le tournant de la rigueur, (…) on assiste au divorce idéologique entre la gauche et le socialisme. La gogoche est redevenue ce qu’elle était dans son essence : non pas un mouvement politique préoccupé par la condition des classes populaires, mais un mouvement idéologique philosophique préoccupé par le progrès des libertés individuelles [Purinement Sociétaliste] : toutes les mesures prises sous le gouvernement Hollande sont des mesures sociétales, par exemple Le Mariage Pour Tous [la triplette mariée qui achète le gode bébé gpa]. »

         
        C Robin

        https://fr.sputniknews.com/points_de_vue/201702101030024040-france-charles-robi-gauche-liberalisme/


        • chantecler chantecler 14 décembre 2017 07:17

          @Choucas
          La « gauche » est issue de la Révolution...
          La « droite » de la monarchie .
          L’antagonisme a été sévère à partir de1789 .
          Fin de la convention la partie était jouée :
          la bourgeoisie avait gagné et les forces monarchistes reprenaient le dessus (terreur blanche).
          Ensuite il y a eu le directoire dont les dirigeants étaient assez corrompus .
          Puis le consulat : ça sentait pas mal le roussi .
          Là dessus il y a eu Napoléon qui s’inspirait des valeurs révolutionnaires mais qui voulait « fixer » la révolution cad y mettre un terme tout en empêchant la restauration des Bourbons : Louis XVIII était en attente .
          NB a donc jugé bon de fonder une néodynastie , le premier empire sacré à ND de paris , et d’installer les membres de sa famille (pas vraiment des cadeaux) et quelques maréchaux dans certaines nations ou régions « conquises » de l’Europe .
          Les anciens empires (Autriche ,-malgré son second mariage avec Marie Louise d’Autriche- Russie , certains états allemands , l’Espagne et l’Angleterre) se sont ligués contre lui , contre l’esprit de 89 liberté , égalité et contre le nouveau découpage de l’Europe par ses annexions : Belgique, Hollande ,certaines régions d’ Autriche ,d’ Italie , d’Espagne .
          De plus il était en conflit avec le pape , Pie VII , qui lui était naturellement très conservateur .
          Le concordat a été imposé par la force .
          D’où des guerres sans fin , des centaines de milliers de morts sur les champs de bataille , beaucoup de « belles » victoires , jusqu’à Waterloo ....
          Son erreur principale a été de s’attaquer à la Russie et d’aller jusqu’à Moscou .(Bérézina) ....
          Son adversaire acharné était l’Angleterre, qui finançait , armait et poussait à la guerre les coalitions .
          Son entourage était glauque : Fouché, Talleyrand , sa famille , certains maréchaux , opportunistes, traitres ou voulant jouir de leur situations .
          Bref , après Waterloo , donc les cent jours , N.B est déporté à Saint Hélène, surveillé , malade d’un cancer digestif où il continue à écrire ses « mémoires » (il écrivait beaucoup)...
          Et Louis XVIII , le frère de Louis XVI, revient au pouvoir en 1815 pour la seconde fois (réfugié en Belgique) et rétablit les Bourbons au pouvoir, cad la monarchie absolue , la plus sotte et la plus rétrograde qui soit .
          ....


        • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 14 décembre 2017 10:59

          @chantecler
          Non droite et gauche sont issues de la Révolution...


        • Choucas Choucas 14 décembre 2017 11:26

           
          Formule lapidaire de Lénine, la liberté individuelle n’est pas le socialisme :
           
          « La Liberté ? Que voulez vous que le peuple en fasse ! »
           
          Seuls bobo en marche, Rothschild et colon africain exigent la Liberté de l’individu, l’homme abstrait de Marx.
           
          Le droit d’un non-citoyen illégal ... summum d’apolitisme !
           
          « Les individus qui participent à la nouvelle élite mondiale ont plus d’intérêts en commun qu’ils n’en ont avec les classes moyennes ou pauvres dont ils partagent la nationalité » David Rothkopf
           
           
          LA BAUDRUCHE NÉGRIÈRE, CLIENT PRÉFÉRÉ DE ROTHSCHILD, A SON PRÊT.
           


        • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 14 décembre 2017 11:39

          @Choucas
          La liberté ne date pas du capitalisme, elle naît de la philosophie aristotélicienne


        • Choucas Choucas 14 décembre 2017 11:39

          @chantecler
           
          C’est avec l’affaire Dreyfus, que le gogochon négrier en marche s’est confondu avec les socialistes. (à noter qu’un juif pouvait rentrer ds les services secrets ... c’est ce que prouve l’affaire Dreyfus)
           
          « Plus le lien social s’étend, plus il se relâche. » Rousseau
           
           


        • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 14 décembre 2017 11:52

          @ysengrin
          de la démocratie bourgeoise
          Elle a d’ailleurs réussi à essaimer ses idées partout.


        • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 14 décembre 2017 12:06

          @ysengrin
          N’importe quel individu a les mêmes aspirations que les bourgeois positivistes d’auparavant


        • Choucas Choucas 14 décembre 2017 12:12

          @Amaury Grandgil
           
          Le gogochon se caractérise par sa négation du tragique : bisounoursisme, spécisme, végétarisme, corrida, traite négrière, féminisme, aplatventrisme et autres petites bougies, par une liberté naturelle non ontologique.
          Totalement étranger aux grecs antiques : « Connais toi toi même » « Amor fati »
           
          Même Aristote insiste que l’isonomie (égalité juridique des égaux, pas des métèques) est une autotélie (nécessité immanente de l’animal politique, social) , et donc une connaissance et acceptation du contingent institutionnel et éducatif
          " Il ne faut pas croire que ce soit un esclavage de vivre selon la constitution, c’est au contraire le salut "
          Aristote
           
          Le jouir sans entrave du gogochon est une aliénation pour Aristote, Hegel (la bête sauvage) Castoriadis (le social historique) etc.
           
          « Les cheveux blonds et blanchâtres comme ceux des Scythes, dénoncent la stupidité, la méchanceté et la sauvagerie » Aristote
           
          « Seul un peuple de Dieu pourrait se gouverner démocratiquement [directement] » Rousseau


        • Choucas Choucas 14 décembre 2017 12:31

          ARISTOTE <> MARX
           
          Dans la Grèce ancienne, le travail est dévalorisé et Hannah Arendt montre bien que ce n’est nullement parce qu’il existe des esclaves. Il en va de même de tout ce qui a trait à l’échange commercial. Ce n’est pas que la nécessité économique passe inaperçue, c’est au contraire parce qu’elle n’est qu’une nécessité. En tant qu’elle représente le royaume de la nécessité, dit Aristote, l’économie est étrangère au royaume de la liberté (à dire à La Baudruche des colons). La liberté ne s’acquiert que par une adhésion à des valeurs plus hautes, et subsidiairement par un mode d’action, l’action politique, qui ne peut s’exercer que dans le cadre de la vie publique.
           
          Cette dévalorisation générale des valeurs marchandes s’est longtemps maintenue dans l’histoire de l’Europe (avant Grand Remplacement rap-dealer). L’avènement de la classe et des valeurs bobos gogochonnes y a mis un terme.
           
          Et ici, il faut bien entendu rappeler que Karl Marx n’a nullement rejeté l’analyse en termes de valeur-travail qu’il a trouvée chez Adam Smith ou Ricardo, déformant « le travail (intellectuel) rend libre » de Hegel  ! Il a juste desserré à fond le frein de la « rente » de Ricardo : supprimer la propriété
           


        • Alren Alren 14 décembre 2017 13:29

          @Amaury Grandgil

          Bien avant la Révolution de 1789, une lutte sourde opposait une petite bourgeoisie éduquée plus ceux qu’on appellerait des intellectuels aujourd’hui, comme les Encyclopédistes et les privilégiés, les nobles, qui avec l’appui des prêtres et du haut clergé tenant le peuple illettré, s’arc boutaient sur les privilèges sans justification de leur « naissance ».

          Les premiers constituaient ce qu’on appellera la gauche et les seconds la droite.
          Pour ceux-ci, la monarchie absolue était le seul régime leur conservant cette situation indue ;


        • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 14 décembre 2017 13:45

          @Alren
          Il n’y avait pas la bourgeoisie dite « éduquée » on y trouvait des petits aristos.
          Droite et gauche n’a aucun sens avant 1789 puisque cela désigne le placement des représentants à la constituante, des conservateurs aux plus révolutionnaires, point.


        • francois 14 décembre 2017 15:11

          @Amaury Grandgil
          vindiou, la liberté a donc une date de naissance. 




        • Choucas Choucas 14 décembre 2017 23:23

          LE SOCIALISME EST CONSERVATEUR, c.a.d anti-gogochon :
           
          « le socialisme, c’était une réaction à la modernité naissante. Les socialistes étaient profondément imprégnés d’anti-modernisme. Le socialisme était une idéologie qui entendait résister au progrès [aliénant] de la société capitaliste : le développement des usines, l’aliénation des travailleurs, l’abandon des campagnes, le développement de villes tentaculaires [banlieues colons] et d’un Etat bureaucratique. Il y avait une réaction et beaucoup de liens entre les socialistes et les conservateurs. Dans la première moitié du XIXè siècle, le principal représentant du socialisme en France était Pierre-Joseph Proudhon. Il se trouve que Proudhon a été très attaqué par Marx : celui-ci reprochait au premier d’être conservateur ! Le socialisme de l’époque était à certains égards une version radicale du conservatisme. »
          Thibault Isabel
           
          lettre aux ouvrier du Comte de Chambord...


        • Pere Plexe Pere Plexe 15 décembre 2017 09:44

          @francois
          ...je crains surtout qu’elle ait une date de disparition.


        • JL JL 15 décembre 2017 10:56

          @ysengrin,
           
          merci pour la réponse.
           
          « Rêve de la démocratie » est un sacré raccourci que seul un anti-démocrate pouvait se permettre. Amha. De là à penser que Flaubert n’était pas démocrate ... Je ne connais pas assez l’homme qu’il était.


        • BA 14 décembre 2017 07:52

          Dans le monde, les inégalités explosent.


          Jeudi 14 décembre 2017 :


          Les inégalités explosent pendant que fond le patrimoine public des nations.


          Marianne : Vous affinez et actualisez la courbe dite "de l’Elephant", du Serbo-Américan Branko Milanovic, qui fait partie de votre collectif d’économistes. Elle décrit l’évolution des revenus de l’ensemble des habitants de la planète entre 1980 et aujourd’hui en fonction de leur place dans l’échelle des revenus. Que nous apprend cette courbe sur l’évolution des inégalités ?

          Lucas Chancel : La courbe dite de l’évolution est une manière extrêmement efficace de montrer trois grands faits de la mondialisation depuis le début des années 1980. Premièrement, on observe au bas de la pyramide des revenus mondiaux, la forte croissance des revenus des classes moyennes et populaires dans certains pays émergents (Chine en tête), où le revenu a cru de plus de 100% sur la période 1980-2016. C’est la tête du fameux éléphant. Deuxièmement, on observe la compression et dans certains cas même la stagnation des revenus des classes moyennes et populaires des pays du Nord. C’est la base de la trompe de l’éléphant. Aux Etats Unis, les 50% les plus modestes ont même vu leur revenu stagner depuis 1980, c’est un fait économique majeur et tout à fait exceptionnel dans un pays qui créé beaucoup de croissance sur la période. Enfin, on observe la montée spectaculaire du top 1% mondial, dont les revenus s’envolent avec une croissance de plus de 200%. C’est le haut de la trompe de l’éléphant.

          Marianne : Vous vous concentrez sur le haut de l’échelle du patrimoine [et des revenus], que s’est-il passé pour cette frange des ultra-riches ?

          Luc Chancel : Leurs revenus ont été bien supérieurs à la moyenne, dans les pays riches comme dans les pays émergents. Ils ont bénéficié de très fort taux de croissance de leur patrimoine (qui s’accroît d’autant plus vite qu’il est déjà important, sans réel lien avec les innovations réalisées par les détenteurs de ce patrimoine), d’une baisse généralisée de la progressivité fiscale ainsi que des politiques de privatisation et de libéralisation qui ont accru la valeur du patrimoine privé et qui ont surtout bénéficié aux plus aisés.



          Marianne : Votre étude montre que sur cette même période le patrimoine net privé s’est envolé doublant de volume, tandis que le patrimoine public net s’est lui effondré. Partout sauf en Chine....

          Luc Chancel : Le patrimoine public chinois (c’est à dire l’ensemble des actifs publics comme les écoles, les hôpitaux ou les réserves de devises du gouvernement chinois, net de ses dettes) a lui aussi considérablement baissé. Il représentait 70% du patrimoine national, il est passé à 30%. Mais en effet, cela reste beaucoup plus élevé que dans les pays riches où le patrimoine national est passé d’environ 30% du patrimoine total à près de 0%. Dans certains pays (comme les USA ou le Royaume-Uni), il est même négatif...

          En revanche aux Etats-Unis, le patrimoine public est désormais négatif. Comment l’expliquez vous, et existe t il un lien avec la hausse des inégalités dans ce pays ?

          Aux USA et dans les pays riches, les privatisations et la hausse de la dette publique ont fait chuter le patrimoine public à des valeurs extrêmement faibles, voire négatives. Le fait que l’on observe des pays avec un patrimoine public négatif est un fait économique majeur, et tout à fait particulier. Cela veut dire que si le gouvernement américain vendait l’ensemble de ses écoles, hôpitaux, infrastructures de transports, ses titres, il ne serait même pas en mesure de rembourser sa dette. Une telle situation complique largement la situation des Etats souhaitant réduire les inégalités ou empêcher une hausse future, car il leur est difficile d’investir dans la santé, l’éducation, la protection de l’environnement qui sont une des réponses nécessaires à la montée des inégalités.

          Il faut bien avoir en tête que les pays ne sont pas pauvres. Car la richesse nationale a largement augmenté. Les pays sont riches, mais les gouvernements sont devenus pauvres. Il est donc nécessaire de se demander comment redonner aux gouvernements la capacité d’investir dans l’avenir. Dans ce type de situation, les Etats ont suivis plusieurs stratégies qui se sont avérées très efficaces : renégociation ou annulation de la dette, inflation ou imposition progressive sur le capital. Ceux qui ont d’ailleurs le plus bénéficié d’annulation de dette sont d’ailleurs parfois ceux qui paradoxalement sont le plus critique envers cette option, comme le gouvernement allemand aujourd’hui. En Europe, la mise en oeuvre de ces trois stratégies pour réduire la dette publique et investir dans l’avenir après la guerre n’a absolument pas réduit la croissance... bien au contraire !

          Donald Trump est en passe de faire adopter son projet fiscal, avec notamment une baisse des impôts sur les dividendes. A votre avis comment cela se traduira sur la dynamique hyper inégalitaire déjà à l’oeuvre dans ce pays ?

          Trump poursuit le programme reaganien d’une réduction de la puissance publique à une peau de chagrin. Le paradoxe est qu’il le fait (dans ses discours) au nom de celles et ceux qui en ont été les principales victimes, les classes populaires et moyennes, qui n’ont rien à gagner des super cadeaux fiscaux faits au riches mais tout à perdre du désinvestissement de l’Etat dans les services publics que cela entraîne. Cela se traduira par une augmentation encore plus forte des inégalités, dans un pays où la hausse a déjà été extrême...

          https://www.marianne.net/economie/les-inegalites-explosent-pendant-que-fond-le-patrimoine-public-des-nations



          • baldis30 14 décembre 2017 09:26

            bonjour,

            excellent article, n’en déplaise à bien des jeanfoutres.

            La gauche a remplacé la vision humaniste par le misérabilisme  !

            Elle me plait beaucoup cette photo de « zone d’autonomie » qui ne masque pas une porte en matière plastique, des chaises de fabrication industrielle et si on cherchait bien quelques morceaux de métaux tels qu’aluminium ou cuivre purs produits d’une métallurgie à base d’électricité d’origine nucléaire ! sans oublier qu’ayant droit aux vacances ils reviennent des Maldives ou de Saint-Barthélemy ....


            • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 14 décembre 2017 10:56

              @baldis30
              Oui, leur réel est un réel de bourgeois


            • Pere Plexe Pere Plexe 15 décembre 2017 09:53

              @Amaury Grandgil
              Vous avez de vrais infos sur le sujet ou ce ne sont que des calomnies ?


              On peut par ailleurs facilement et efficacement retourner l’accusations à leurs détracteurs.
              Qui comme vous, vivent dans un confort plus en rapport avec ce qu’il est convenu d’appeler « bourgeois »


              Mais ça ne fera pas beaucoup avancer le débat. 

            • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 15 décembre 2017 10:02

              @Pere Plexe
              Écoutez, la plupart habite Paris ou les métropoles, régionales, la plupart ont des loyers inaccessibles pour le commun des mortels...
              Entre autres cghoses


            • Pere Plexe Pere Plexe 15 décembre 2017 10:16

              @Amaury Grandgil
              Les Zadistes habiteraient Paris ?

              Là encore puis je vous demander quelques éléments concrets ?

            • Gilles Mérivac Gilles Mérivac 14 décembre 2017 10:31

              Tout ceci est une évidence, mais je vous fiche mon billet que les militants de gauche qui forment la majorité sur agoravox (y compris les gérants du site) vont très vite allumer des contre-feux pour noyer l’article, technique habituelle.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès