• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > La Guerre du Rif n’a pas eu lieu

La Guerre du Rif n’a pas eu lieu

Dans la déferlante médiatique dont nous avons été gratifiés à l’occasion des tragiques événements de Barcelone et de Cambrils, il est curieux qu’une information ait à peine été évoquée, ou qu'elle ait été ignorée, voire occultée par la nuée d’experts, de spécialistes, de personnes autorisées, « d’informés » et d’exégètes qui ont commenté les attentats. Il s’agit de l’origine de leurs auteurs, qualifiés sans plus de précisions d’Islamistes ou de Djihadistes espagnols ou marocains.

Or il apparaît que nombre d’entre eux sont (ou étaient), de par leur famille, originaires du Rif, en d’autres termes de l’Atlas marocain, haut lieu de la berbérité, et région qui connut voici pratiquement un siècle, (1921-1926) lors de la révolte conduite par Abd el Krim, deux guerres sanglantes, l’une menée initialement par l’Espagne, l'autre par une France venue au secours d’un Sultan "sous protection" dont le trône était menacé.

L’insurrection dirigée par Abdelkrim s’est traduite dans un premier temps par de lourdes défaites espagnoles, par l’instauration d’une "République" rifaine sous l’égide de ce même Abdelkrim, puis par l’écrasement des Rifains grâce aux efforts conjugués de l'Espagne et de la France, à la fois puissances coloniales rivales et alliées circonstancielles.

Deux illustres maréchaux français, Lyautey et Pétain, chacun à sa manière, se sont d’ailleurs distingués au cours des opérations de rétablissement de l’ordre, le premier tentant une pacification négociée, le second n’hésitant pas à mener une guerre totale, caractérisée par une répression impitoyable et l’utilisation d’armes chimiques.

Si, pour les commentateurs actuels des événements de Catalogne, qui en matière de considérations historiques, se complaisent à rappeler les visées folles de djihadistes rêvant de rétablir dans la péninsule ibérique les "charmes" d’Al Andalous, les guerres du Rif n’ont pas eu lieu, il y a de fortes chances pour que cela ne soit pas le cas s'agissant des petits- enfants et des arrières petits-enfants des Rifains de l'insurrection, chez lesquels les séquelles mémorielles de l’Histoire s’ajoutent vraisemblablement aux préconisations coraniques radicales prêchées par le premier imam venu inspiré par le salafisme ou inféodé à l’E.I.

Rappelons-le au passage :

1. Rippol en Catalogne et Molenbeek en Belgique comportent des communautés marocaines originaires du RIF.

2. Des mouvements de révolte contre le pouvoir central, et à tout le moins des troubles graves secouent le RIF depuis quelques mois.


Moyenne des avis sur cet article :  4.44/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

23 réactions à cet article    


  • SIHA MOHA 29 août 2017 18:12
    Vous avez tout faux cher monsieur ! L’Atlas n’est pas le Rif !

    Les terroristes de Catalogne NE SONT PAS Rifains ! Ils sont tous originaires de la même région des montagnes de l’Atlas au Sud, dont la mère de Mohammed VI est originaire... Et plus exactement de la région Khénifra/Mrirt à 250 km AU S-E de Rabat !


    • MAIBORODA MAIBORODA 29 août 2017 21:53

      @SIHA MOHA


      Je vous l’accorde volontiers, cher monsieur : l’ATLAS n’est pas le RIF, montagne côtière qui jouxte la Méditerranée, mais zone assurément plutôt berbère.
      J’ai omis de préciser qu’il en était de même pour les chaînes de l’Atlas ( haut et moyen).
      Je vous accorde aussi que les berbères marocains ont été à la fois arabisés et islamisés.
      Pour le reste, il est bien connu que les tribus du Rif ont traditionnellement mal supporté la tutelle du pouvoir royal.
      Depuis au moins 6 mois les événements d’Al Hoceima et la contestation « Hirak » démontrent que les plaies du passé ne sont pas totalement fermées.
      Ceci dit, il ne s’agit pas pour moi de dresser les uns contre les autres ou de prendre partie pour l’une ou pour l’autre partie. Ceci est l’affaire des Marocains et des seuls Marocains.



    • SIHA MOHA 29 août 2017 18:15
      Un peu de géographie : Les terroristes de Catalogne NE SONT PAS Rifains ! Ils sont tous originaires de la même région des montagnes de l’Atlas au Sud, dont la mère de Mohammed VI est originaire... Plus exactement, de la région de Béni Mellal/Khénifra/Mrirt à 250 km AU S-E de Rabat, des montagnes de l’Atlas...



      • Claude Simon Claude Simon 29 août 2017 21:25

        Je suis effaré par le fait que la dernière vague terroriste soit marocaine.

        C’est plutôt un peuple jugé assez pacifique.
        Est-ce que c’est une tentative d’influence du monarchisme marocain ?
        Quoiqu’il en soit, c’est une société trop interdépendante économiquement. Est ce que ce serait l’argent versé en tant que martyr aux familles (services secrets marocains ?) ? Dans ce cas là il faut tracer la main qui rémunère.
        Est-ce que c’est une faiblesse culturelle intrinsèque à l’histoire marocaine ?


        • MAIBORODA MAIBORODA 29 août 2017 21:59

          @Claude Simon

          il y a lieu en effet de s’interroger sur ce point ( intervention des « services », qu’ils soient marocains ou étrangers ).


        • QAmonBra QAmonBra 30 août 2017 09:02

          Merci @ l’auteur pour le partage.


          Merci également pour avoir rappelé, qu’avant son emploi sur la soldatesque allemande en 14-18, le gaz « moutarde » avait été testé préalablement sur les populations civiles de la République du Rif, avec l’aval du roi de l’époque, par celui là même qui allait devenir plus tard le Maréchal P. Petain, et remplir les trains pour les camps d’extermination nazis.

          Je ne croirais à la démocratie marocaine que lorsque la dépouille de Abdelkrim Khattabi sera déposée dans la terre de ses ancêtres, avec tous les honneurs qui lui sont du. . . 

          • Hallala Hallali 31 août 2017 10:03

            @QAmonBra
            Faut-il rappeler que la guerre du Rif, contre le très valeureux Abdelkrim, s’est déroulée entre 1920, 1926. 

            Donc abstenez-vous de dire des bêtises au sujet de l’usage du gaz comme « essai » sur les rifains. Ce gaz était bien connu à l’époque de la guerre du Rif.

          • Hallala Hallali 31 août 2017 10:43

            @QAmonBra
            Le Maréchal Pétain était Maréchal de puis 1918, grâce à ses hauts faits d’armes et pour avoir repoussé l’Allemand à Verdun entre autre.
            Quant à l’usage du gaz, il était encore « normal », il est devenu mauvais à Nuremberg.


          • QAmonBra QAmonBra 31 août 2017 16:18

            @Hallali

            (. . .) « Donc abstenez-vous de dire des bêtises au sujet de l’usage du gaz comme « essai » sur les rifains. Ce gaz était bien connu à l’époque de la guerre du Rif. »


            @Hallali
            Autant pour moi, il me semblait sur le vif que la guerre du Rif avait précédé 14-18, dont acte, néanmoins le gaz en question a bien été utilisé contre la population civile rifaine , (*) ainsi que les blindés et l’aviation de l’époque, par la soldatesque coloniale française dans une coalition regroupant aussi les espagnols et la troupe du roi de l’époque.

            (*) Comme le napalm plus tard sur les civils algériens

          • Mamek 30 août 2017 12:24

             Essayer de faire croire que les Amazighs ( Berbères) ont une quelconque relation avec l’intégrisme islamiste est une pure fantaisie, ce qui indique une méconnaissance de l’histoire Amazigh de l’Afrique du nord. Même si une grande majorité des Amazighs sont musulmans, leur culture laic, leur humanisme, leur pacifisme et leur amour de la liberté font d’eux une société appart.


             Les Rifins ( Amazigh du Maroc) ainsi que les Kabyles ( Amazigh d’Algérie ), n’ont jamais (dans toute leur histoire) fait une quelconque guerre de religion, et leur dernière guerre de libération, celle de la république du Rif et celle de l’Algérie ( mener à 90% par la Kabylie et les Aures ) ont été mener contre un système colonial et pour la liberté non au nom d’une quelconque Religion, ou d’un peuple contre un autre peuple. Les Amazighs n’ont aucune revanche a prendre sur personne, ils se sont battus et se battent toujours pour la liberté et pour la dignité, pacifiquement, même contre des monstres ( le Makhzen et la Mafia d’Alger) et les Evénements récents du Rif et de la Kabylie le prouvent.

            Vive la Kabylie 
            Vive le Rif

            • NEMO Jeussey de Sourcesûre 30 août 2017 13:22

              @Mamek

              il me semble que les Chaouïas étaient plus impliqués encore que les Kabyles, non ?
              mais peu importe...
              le fanatisme n’est pas le fait de groupes ethniques ou linguistiques, mais d’idéologie et de manipulation, ce que peuvent être les religions quand elles sont instrumentalisées, mais la religion n’est pas nécessaire. Des athées peuvent être paranos !

            • Mamek 30 août 2017 16:50

              @Jeussey de Sourcesûre
               Impliqués Oui, sans aucun doute, mais plus que les Kabyles aucunement.


               Pour ce qui concerne la fanatisme religion ou autre, je suis d’accord avec votre commentaire.
              Mais là, je parle de l’Islam et des sectes qui gravitent autour, donc de l’idéologie Wahabiste en général et de l’Islam politique en particulier. Je dit bien que c’est une question de culture et d’éducation, les islamistes, les fanatiques musulmans sont éduques dans l’environnement familial et puis à l’école sur la détestation de l’autre, sur la peur de la différence ( la je parle de l’Afrique du nord, puisque je suis en plein dedans ), ajouter aussi les mosquées et la boucle est bouclée.

               Maintenant je reviens aux Amazighs, même s’ils fréquentent cette environnement hostile, l’École et la mosquée, leurs environnement familiale, la société civile Amazigh ( rifain, Kabyle, libyenne en particulier ), les villages Amazighs avec leurs assemblées ancestrales jouent un rôle énorme dans la préservation de l’esprit de tolérance et de laïcité de la société Amazigh, même si le combat devient de plus au plus dur, on ne se bat pas seulement contre des idées mais contre des états qui tiennent l’école, les mosquées et quelques satellites de la société civile endoctrinées par arabo-islmaisme.

            • MAIBORODA MAIBORODA 30 août 2017 16:53

              @Mamek


              Merci vous aussi pour la leçon de géographie et de culture.
              Mais pour avoir vécu en Algérie de 1943 à 1961 ( à Sétif, Bougie, Alger selon la terminologie de l’époque)) l’existence des Berbères ( Kabyles et Chaouis) m’est connue, de même que leurs qualités, leur spécificité et leur contribution à la guerre d’indépendance. 
              J’ai également vécu durant un an dans le djebel Boutaleb (HAMMA) seul européen à 30 km à la ronde, parmi la population locale.
              Puis j’ai pu, à Alger, différencier encore Arabes et Kabyles parmi mes collègues algériens du lycée de Ben Aknoun.
              Mes souvenirs d’Algérie sont en partie retranscrits dans le blog « u zinu »
              Rubrique « Séquences Algériennes ». Article ( entre autres) : « L’Algérie de Camus...et des autres » et : « La revendication kabyle : quelques similitudes avec la Corse ».
              J’ai approché d’autres berbères : les Touaregs, et je connais les revendications actuelles de l’Azawad.
              Mais les Berbères ont été islamisés, et parmi eux, de même que parmi les Arabes qui les entourent et les expatriés des deux ethnies, l’interprétation des textes coraniques est diverse, notamment à propos du djihad.
              Par ailleurs l’histoire nous apprend que tout mouvement de libération ou de conquête, à fortiori les mouvements totalitaristes, se sont donnés ou se donnent des justifications idéologiques laïques ou religieuses, 
              u zinu 



            • Stanislas_Robert 30 août 2017 17:01

              @Mamek

              Parle de ton Maroc et n’essaie surtout pas de parler de l’Algérie surtout après les monstrueuses aberrations que tu viens de lancer.Nous n’avons pas besoin de tuteur. Ok ?


            • Stanislas_Robert 30 août 2017 17:02

              @Mamek

              Parle de ton Maroc et n’essaie surtout pas de parler de l’Algérie surtout après les monstrueuses aberrations que tu viens de lancer.Nous n’avons pas besoin de tuteur. Ok ?


            • Stanislas_Robert 30 août 2017 17:19

              @Mamek

              Parle de ton Maroc et n’essaie surtout pas de parler de l’Algérie surtout après les monstrueuses aberrations que tu viens de lancer.Nous n’avons pas besoin de tuteur. Ok ? Si tu qualifiés les Algériens de mafia , comment vas-tu qualifier la clique de momo6. Pour moi, étranger à votre région, je ne comprends pas comment il prétend être descendant de votre prophète et autorise la débauche (et en famille) , cultive et commercialise la drogue et , pire encore, un aplaventriste devant ses maîtres colonisateurs de la Palestine.


            • OMAR 30 août 2017 19:42

              Omar9

              Bonjour @MAIBORODA : « Puis j’ai pu, à Alger, différencier encore Arabes et Kabyles parmi mes collègues algériens du lycée de Ben Aknoun... ».
              .

              Sur quoi pouvez-vous faire la distinction entre « Arabes » et « Kabyles » ?
              Sur la langue ? Grossière erreur, car les mozabites, les chaouis, les Terguis et même certaines régions d’Algérie (le Chenoua) parlent le « kabyle ».
              .
              Et pourquoi cette binarité Arabe-Kabyle ?
              Parce que ceux que vous désigner comme arabes, sont en fait, des kourouglis, des andalous, des châambis, des hafsis, des mozabites, des soufis, etc....
              Autrement dit, des algériens qui parlent effectivement l’arabe (algérien) qui ont des prénoms arabes, mais qui sont des maghrébins....
              @Maiboroda, les arabes sont des bédouins, pas des maghrébins...
              Bien à vous.


            • NEMO Jeussey de Sourcesûre 31 août 2017 07:30

              @OMAR

              alors, les M"zabites, ils parlent arabe ou berbère, et pourquoi attribuer aux Kabyles la propriété des dialectes berbères qui, s’ils peuvent de comprendre entre eux, présentent des variations notables ?

            • MAIBORODA MAIBORODA 31 août 2017 08:32

              @OMAR


              « Puis j’ai pu, à Alger, différencier encore Arabes et Kabyles parmi mes collègues algériens du lycée de Ben Aknoun... ».

              Mon cher Omar, 

              Vous me demandez quels étaient mes critères

              Eh bien tout simplement parce tant les uns que les autres revendiquaient clairement leur origine, les Kabyles avec cependant plus de netteté, notamment ceux originaires du cœur de la Kabylie.
              Par ailleurs, la population « pied noir » établissait aussi une différence, quoique rejetant les uns et les autres dans la même catégorie, celle des « indigènes » par opposition à celle des « Européens », la catégorisation sous le vocable d’indigènes étant d’ailleurs la plus « neutre », car d’autres termes étaient employés par le commun des pieds noirs, notamment ceux de la classe dite des « petits-blancs ».
              Ceci explique en partie ( mais en partie seulement) selon moi le ralliement des Kabyles à la rebellion, dans laquelle ils s’illustrèrent particulièrement.
              A être considérés comme « indigènes », autant être pleinement Algériens, me disaient certains de mes collègues et amis.
              Au collège de Béjaia ( ex Bougie) j’ai eu comme collègue en 52-53 Mohamed Seddik Benyahia , futur négociateur d’Evian et ministre du gouvernement algérien décédé dans un crash d’hélicoptère fort suspect (après un premier « accident » dont il réchappa).
              Benyahia avait commencé une sorte d’action psychologique auprès de ses collègues algériens, dont des Kabyles, avec un succès assez relatif.
              Pour autant qu’il m’en souvienne, l’équipe de « pions » comportait alors 2 Kabyles, 2 Arabes, 4 « Européens » dont un « Israélite » (vocable le plus « poli » employé alors à leur égard).
              Les « Israélites » se considéraient comme Européens par opposition aux « Indigènes » mais ils étaient tout de même à l’époque catalogués couramment comme « Juifs » par les Français d’Algérie, eux-mêmes issus d’un melting-pot méditerranéen espagnol, maltais, italien s’ajoutant au peuplement de colonisation originaire de la métropole. 

            • OMAR 31 août 2017 10:54

              Omar9

              Bonjour @Jeussey de Sourcesûre & @Maiboroda
              .
              La mot « kabyle » est un néologisme créé par la France coloniale.
              De même que la région de Kabylie.
              Se rendant compte d leur connerie, les autorités coloniales ont, de manière unilatérale et autant stupide, créé la Grande et la Petite Kabylie (enfaite, lune partie du l’Ouest du constantinois).
              .
              Les algériens sont, avant tout, maghrébins, africains, berbères, amazighs, chaouis, targuis, mozabites, etc...
              Le seul lien qu’ils ont avec les arabes est la religion, et surtout pas celle de ces barbares wahhabites....


            • QAmonBra QAmonBra 31 août 2017 10:29
              Quelque fois sur les chantiers, à la question de quelle nationalité es tu ? Certains répondaient kabyle et d’être sèchement repris par leurs camarades algériens, dont de nombreux chaouïas : « Pourquoi les kabyles ont un siège à l’ONU ? Kabyle n’est pas une nationalité lèche cul ! »

              Les algériens de ma génération ont gardé vive en mémoire le souvenir des manœuvres coloniales françaises visant à diviser les patriotes algériens, avant et durant leur lutte d’indépendance, bon nombre sont informés de l’opération « oiseau bleu » en Kabylie, ainsi que des conséquences de l’intox des maquis de Amirouche Aït Hamouda.

              La grande majorité des algériens berbérophones sont très jaloux de leur « algérianité » et du prix qu’elle leur a coûté. 

              Les $ionistes du M.A.K. dont bon nombre sont des évangélistes endoctrinés dès les années 80, (merci les ONG U$ !), ne sont pas du tout appréciés en Algérie où les nombreuses confréries soufies et l’Islam malékite ont fortement imprégné la spiritualité de l’ensemble des communautés ethniques composant la société algérienne, le rejet et l’éradication toujours en cours du wahhabisme terroriste, excusez le pléonasme, n’est pas seulement l’oeuvre des services secrets et de l’armée algérienne.


              @ Jeussey

              De l’Egypte au Maroc, il est de nombreuses communautés berbérophones se comprenant plus ou moins entre elles, les différentes variantes parlées ont toutes pour origine à plus de 80 % l’ancienne langue punique, elle même dérivée du phénicien chamitique, (de Shem ou Sem) 

              Tifinakh, Amazigh ou arabe, on est linguistiquement toujours entre sémites, gare donc à ceux mettant leurs doigts entre l’arbre et l’écorce. . . 

              • OMAR 31 août 2017 10:59

                Omar9

                Bonjour @QAmonBra
                .
                Juste cette précision historique :
                Quand, un certain 1961 ; le sinistre Maurice Papon balançait à Paris, des algériens dans la Seine, il s’en foutait totalement que ces martyrs s’appelaient Ali, Mokrane, Karim, Akli, Malika ou Taos...
                Pour lui, nous étions tous des bougnoules.....
                .


              • QAmonBra QAmonBra 31 août 2017 16:26

                @OMAR


                Effectivement Omar, pour certains franchouillards ignorant encore que Pétain est mort, certains algériens sont plutôt kabyles quand cela les arrange et des « aboul la gnôle » le reste du temps. . .

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès