• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > La leçon du 1er Mai 2021 : le spectacle du sauvetage de la classe politique (...)

La leçon du 1er Mai 2021 : le spectacle du sauvetage de la classe politique française et de sa bureaucratie syndicale

 

De l’affaire de Quimperlé aux "black-blocs" de Paris, que faire pour enterrer la Résistance ? Telle était la problématique du pouvoir macronien pour ce 150e anniversaire de la Commune…

L’urgence était donc de remettre en scène le spectacle politique et syndical du "monde d’avant" pour le transposer dans le "monde d’après" afin de dissimuler et d’enfouir le plus profondément possible dans le subconscient des populations la restructuration banco-centraliste du système de domination de classe.

 

 

RÉCAPITULATIF >>>

L’AFFAIRE DE QUIMPERLÉ

"La mairie de Quimperlé dépose plainte contre plusieurs collectifs, dont celui cofondé par Martine Wonner

21 avr. 2021 à 18:46 | mis à jour le 22 avr. 2021 à 10:53 -

Lors d’une manifestation à Quimperlé, le 11 avril, la députée du Bas-Rhin avait qualifié les vaccins à ARN messager de « cochonnerie génétiquement modifiée »

Une plainte pour « mise en danger de la vie d’autrui » a été déposée vendredi par le maire de Quimperlé (Finistère), Michaël Quernez, contre les organisateurs d’une manifestation qui a réuni le 11 avril 600 personnes dont « la très grande majorité » n’ont pas respecté les gestes barrières, a fait savoir la mairie. C’est lors de cette manifestation que la députée du Bas-Rhin Martine Wonner s’était attiré les foudres de nombreux élus locaux en qualifiant de « cochonnerie génétiquement modifiée » les vaccins à ARN messager.

La plainte a été déposée, « en lien avec le préfet » du Finistère Philippe Mahé, auprès du tribunal judiciaire de Quimper, précise-t-elle.

La préfecture du Finistère a fait savoir à l’AFP que le « préfet avait fait un signalement à la procureure de la République de Quimper au titre de l’article 40 du code de procédure pénale », qui impose à toute autorité ayant connaissance d’un crime ou d’un délit de le signaler à la justice.

La plainte vise les responsables de l’association « A l’ère libre », qui milite « pour les droits de l’enfant et pour assurer le bien-être et les libertés des générations futures », selon son site internet. Elle vise également les responsables des collectifs nationaux « Réinfocovid » et « Laissons les médecins prescrire » (cofondé par la députée alsacienne Martine Wonner), ainsi que « toute autre personne morale ou physique ayant une responsabilité dans l’organisation et le déroulement de la manifestation », selon la Ville de Quimperlé.

« Contrairement à la demande expresse du maire […], la très grande majorité des personnes présentes n’ont pas respecté les gestes barrières (port du masque, distanciation physique) », avait déploré au lendemain de la manifestation la mairie.

« Il est insupportable d’assister à de tels comportements quand tant d’efforts sont faits en pays de Quimperlé, depuis plus d’un an, pour lutter contre la pandémie et la transmission du COVID-19 », ajoutait-elle.

Lors de cette manifestation, qui a réuni quelque 600 personnes, près de 140 verbalisations pour non-port du masque, défaut d’attestation dérogatoire Covid-19 ou stationnement gênant ont été dressées, selon la préfecture."

https://www.dna.fr/faits-divers-justice/2021/04/21/la-mairie-de-quimperle-depose-plainte-contre-plusieurs-collectifs-dont-celui-cofonde-par-martine-wonner

 

LA MANIF DE QUIMPERLÉ :

https://gloria.tv/post/7xTeCx9TvGkmDoiPF1M49M3yw

https://gloria.tv/post/27wmSjWdMtiX36o6Dbr6jxVy4

(Censurée sur Youtube !)

https://es-es.facebook.com/giletsJaunesGuingamp/videos/1081310052390447/

https://es-es.facebook.com/giletsJaunesGuingamp/videos/473143903830738/

 

 

A COMPARER AVEC CETTE MANIF AU QUÉBEC, ENTRE AUTRES >>>

JPEG

https://youtu.be/xqiDXhS9cMI

 

JPEG

https://youtu.be/tq3qTwpBTDE

 

 

Mais également Londres :

JPEG

JPEG

https://youtu.be/nvR-0wK3wBc

 

Liverpool :

JPEG

https://youtu.be/XzrE0OuAI9M

 

Stuttgart :

JPEG

JPEG

https://youtu.be/EewzzLwHeLQ

 

Berlin :

18 Novembre 2020

 
JPEG

 

Avril 2021

JPEG

https://youtu.be/NXO05Sqws9E

 

Leipzig (en 2020) :

JPEG

JPEG

https://youtu.be/UDm4J1cpvwk

 

 

APRÈS QUIMPERLÉ >>>

 

"Priée de ne pas venir à l’Assemblée

La LREM Laurence Maillart-Méhaignerie a quant à elle dénoncé son "monde parallèle" avec ce "rassemblement anti masques au mépris des règles sanitaires qui s’imposent à tous et de la plus élémentaire déontologie médicale et soignante".

Le député MoDem du Finistère Erwan Balanant, le maire PS de Quimperlé Michaël Quernez et le président de Quimperlé Communauté Sébastien Miossec ont de leur côté condamné "avec la plus grande fermeté les comportements irresponsables des personnes présentes et toutes celles et ceux qui ont contribué à l’organisation et ont ainsi par leur action délibérée mis en danger la vie d’autrui".

Fiona Lazaar (non inscrite) a par ailleurs demandé à l’élue du Bas-Rhin, par précaution, de ne pas venir à l’Assemblée nationale "cette semaine" après sa participation à ce rassemblement où les participants ne portaient pas de masque.

C’était en "plein air", "avec "du vent" et "on ne se contamine pas à l’extérieur", s’est défendu Martine Wonner.

Psychiatre de profession, l’ex-députée LaREM a déjà provoqué plusieurs polémiques en affirmant dans l’hémicycle que le port du masque "ne sert à rien" ou en relayant un protocole anti-Covid contesté par l’Ordre des médecins faute de preuves scientifiques et jugé "dangereux" par le collectif médical "No Fake Med".

Deux semaines plus tôt, la députée du Bas-Rhin avait été accueillie en vedette lors d’une manifestation « contre l’état d’urgence sanitaire » qui avait réuni quelque 200 participants, la plupart non masqués, à Mulhouse.

« On nous prive de nos libertés, à cause d’un virus qui ne tue pas plus qu’une autre pandémie de type grippal », avait-elle entre autres lancé.

Ce mardi après-midi, Martine Wonner a en tout cas retrouvé les bancs de l’Assemblée nationale. « Je ne compte absolument pas ne pas faire mon travail de parlementaire », assure-t-elle."

https://www.dna.fr/sante/2021/04/13/propos-dangereux-et-rassemblement-sans-masque-martine-wonner-s-attire-les-foudres-des-elus

 

 

Les Français sont-ils des cobayes ? - Extrait TPMP

 

 

A PARIS, EN VUE DU 1ER MAI, UNE AUTRE TENTATIVE DE MANIFESTATION PACIFIQUE ANTI-RESTRICTION DES LIBERTÉS AVAIT ÉTÉ INTERDITE PAR LE PRÉFET, PRÉPARANT AINSI LE TERRAIN POUR LE SPECTACLE DE LA REMISE EN SCÈNE DE LA CGT :

Sophie Tissier - "Le préfet nous interdit de manifester en prétextant un risque de violence"

 

Bien entendu ce type de démarche présente une limite politique évidente, mais il représente néanmoins une juste aspiration à la démocratie assez comparable à celle qui s’exprime massivement ailleurs en Europe, et ainsi on voit d’autant mieux, avec la pseudo-« crise sanitaire », le rôle Kollabo que jouent la CGT et les autres syndicats, par comparaison avec les pays voisins, et même le Québec, où de véritables manifestations de masse contre cette nouvelle dictature ont été possible.

Ce n’est donc pas le cas en France, grâce à la gauche syndicale et politique, qui continue donc en apparence de se camper dans une attitude pseudo-« critique » du pouvoir macronien pour simplement pouvoir encore renouveler son habituelle Kollaboration réformiste avec le système, dans le « monde d’après » tout comme dans le « monde d’avant », et surtout, comme si de rien était…

Et ça fonctionne malheureusement très bien, ce qui explique l’ « élan de solidarité » de l’ensemble de la classe politique, y compris d’ « extrême-gauche » envers la CGT.

Néanmoins, toute violence de rue n’est pas forcément une violence politique révolutionnaire, même si elle tente de s’en donner l’apparence.

Ici, d’après les divers témoignages, le style de l’attaque, avec les insultes proférées, colle éventuellement très bien au style de l’extrême-droite, du genre qui se veut « antisystème », et même « anticapitaliste », dans le registre de vocabulaire d’un Francis Cousin, par exemple.

Étant donné le principe même du « black-bloc », rien ne peut empêcher la formation d’un pseudo-« black-bloc » formellement anarchisant mais sous contrôle d’un groupuscule d’extrême-droite.

Quelle que soit l’origine de ce pseudo-« black-bloc », le résultat est donc nettement aujourd’hui de redorer le blason de la CGT et également de discréditer une éventuelle contestation radicale sur sa gauche. D’une pierre, deux coups, c’est le cas de le dire !

Et d’autant plus que l’objectif politique de ce pseudo-« black-bloc », à supposer qu’il y en ait réellement un autre, n’est absolument pas apparent, au-delà de cette simple violence.

Lorsque l’extrême gauche maoïste, encore au mieux de sa forme, au tournant de années 68-70, s’en prenait aux objectifs US en France, pendant la guerre au Vietnam, ou bien pillait l’épicerie de luxe Fauchon pour distribuer les vivres dans les bidonvilles de Nanterre, l’objectif et sa signification politique étaient évidents, et cela entrainait soit la sympathie, soit une relative réserve, mais rarement une franche hostilité, sauf évidemment de la part des ultra-réacs…

Dans la lutte de classe, il est évidemment primordial de ne pas se payer de mots et donc de passer à l’action, contrairement à la gauche actuelle, même « extrême », mais il importe d’abord de définir des objectifs politiques clairement identifiables par les masses, et de les rendre évidents en combinant agit-prop et action sur le terrain !

Ce n’était donc pas le cas dans cette attaque, dont le sens n’est pas apparent et le résultat essentiellement contre-productif, quelle qu’ait été la motivation réelle de l’intervention.

Il ne faut donc pas tout mélanger, et pour analyser et comprendre, commencer par le très classique : cui bono ?

Luniterre

 

A LA SUITE, QUELQUES EXTRAITS D’UN ARTICLE DU 27 AVRIL, FAISANT LE POINT EN VUE DU 1ER MAI 2021 ET DE SA SIGNIFICATION PARTICULIERE :

1er Mai 2021 : manifestation ou enterrement ? Telle est la véritable question

http://mai68.org/spip2/spip.php?article8603

 

« Défiler en ce 1er Mai 2021 [aurait pu] avoir une importance symbolique particulière, 150 ans après la Commune de Paris, mais si c’est pour renouveler le train-train syndical habituel et son sempiternel discours réformiste, à peine « réactualisé » en fonction de l’actu « covidée », ce n’est pas ça qui va nous remonter réellement le moral. Ce ne [serait] qu’un cautionnement de plus de l’échec séculaire de la gauche française et de ses divers succédanés prétendument « extrêmes »…

Être démoralisés, voire même, déprimés, il y a malheureusement de quoi, mais incontestablement la dépression vient avec la désillusion. Pourtant, la désillusion n’est pas une mauvaise chose en soi, bien au contraire, dans la mesure inverse, celle qui nous rapproche de la perception du réel, ce qui est la véritable base du matérialisme dialectique, quelque soit, précisément cet état incontournable du réel !

La dépression due à la désillusion vient donc de ce que nous avons cultivé trop longtemps l’illusion, au lieu de nous rapprocher suffisamment de l’évolution du réel pour la suivre, l’analyser et la comprendre, ce qui est nécessaire pour espérer pouvoir le transformer.

En conséquence, nos actions participaient de l’illusion, au lieu de la débusquer et de nous faire avancer, et de plus, elles ont nécessairement mené à des échecs, qui se sont accumulés, pesant déjà sur notre condition morale et notre lucidité, du fait que nous ne pouvions en analyser les causes réelles.

150 ans après la Commune de Paris, c’est vrai que Marx est devenu une sorte de « pestiféré médiatique » et que parler de Marx et de marxisme, cela limite à priori l’audience d’un propos, sauf si on entend l’adresser aux cénacles de « récupération » prévus à cet effet, que ce soit le « marxisme universitaire » ou le « marxisme de chapelle », qui sont souvent le même, à partir d’un certain « niveau social », qui est donc celui des derniers débris encore médiatiquement actifs de l’ « intelligentsia de gauche ».

Cela reste un public limité, de toute façon, mais entre cours, livres et conférences, certains en vivent et s’en contentent très bien, en grande partie aux frais du contribuable, en plus… Pour certains, il y a même moyen de gratter quelques petits « plus » du côté chinois…

Mais bien évidemment, pour remettre debout un mouvement marxiste réellement prolétarien, ce n’est donc pas là qu’il faut s’adresser, comme le montre l’expérience.

Pour aller vers le vaste public prolétarien, difficile de franchir la « barrière de récifs » que constitue ce marigot, et de plus, la barrière de Google qui remise les blogs réellement critiques dans les fonds de carter des moteurs de recherche, là où il ne remontent plus à la surface, sauf bug et retour de flamme du moteur…

Il n’y a donc pas d’illusion à se faire sur la possibilité de reconstruire rapidement un parti prolétarien marxiste de masse.

Pour autant l’important n’est pas de créer une boutique formellement marxiste de plus, mais de comprendre le mouvement du réel pour le transformer, ce qui est l’essence du communisme et du marxisme, en réalité.

Pour Marx le communisme est simplement le mouvement du réel, et non une secte partisane d’aucune sorte, dotée de quelque dogme idéologique que ce soit.

Il y a donc une partie des lois de l’économie qui sont immanentes, inhérentes au développement des forces productives elles-mêmes, et que nous devons comprendre pour agir en en tenant compte intelligemment. C’est ce qu’exprime déjà Marx en son temps, n’en déplaise aux gauchistes et révisionnistes diverses, et c’est que montre aussi le bilan de l’URSS socialiste résumé en vue du 19e et dernier Congrès du Parti Bolchevik, en 1952, n’en déplaise aux mêmes… (*) L’exemple transhistorique flagrant étant l’évolution du rapport entre capital fixe et capital variable : vouloir le faire évoluer en sens contraire de sa marche historique « naturelle » ne peut mener qu’à une catastrophe, comme le montre l’exemple du « Grand Bond en Avant » maoïste.

[…] En un sens, les banco-centralistes qui nous gouvernent ont malheureusement fort bien tiré les leçons de l’histoire et ne mettent sur les populations que la pression limite qu’elles peuvent supporter, sans déclencher de révoltes d’envergure. La différence étant que Mao voulait néanmoins « développer », même s’il a abouti au contraire, alors que les banco-centralistes veulent simplement « restructurer » en vue de sauvegarder leur pouvoir de classe, et à terme, donc, « limiter » le développement à ce qui leur est juste nécessaire en tant que caste privilégiée.

Comme on peut le voir, ce qu’il est essentiel de bien comprendre, c’est que l’étude de la base élémentaire des fondamentaux est donc indispensable pour comprendre l’évolution, historique et actuelle, des forces productives, et déterminer une politique, notamment de répartition, adaptée aux objectifs économiques et sociaux qui soient réellement ceux de l’intérêt collectif. Une répartition qui constitue donc le début de la phase de transition socialiste elle-même, dans le contexte de notre époque, le XXIe siècle.

Comme on doit également le constater, au stade actuel du resurgissement de la valeur d’usage dans l’économie, lié inévitablement à la prégnance de plus en plus grande du capital fixe, c’est donc la politique du crédit qui détermine la répartition des forces productives, et c’est donc le levier par lequel une transformation de cette répartition peut s’effectuer et éventuellement aboutir à un résultat positif, selon la volonté politique qui est mise en œuvre.

D’où l’objectif, à la fois tactique et stratégique, du contrôle démocratique du crédit.

Sur le plan tactique, cet objectif peut donc unir très largement et être promu précisément par une ou des organisations de masse démocratiques qui ne soient pas nécessairement d’obédience idéologique formellement marxiste.

Sur le plan stratégique un tel contrôle démocratique du crédit, selon l’extension qu’il prend sur le terrain, à tous les niveaux, peut donc aboutir à une socialisation de fait de l’ensemble des forces productives ainsi contrôlées, sans qu’il soit nécessairement besoin de proclamations dogmatiques à ce sujet. C’est en ce sens qu’une nouvelle répartition des forces productives, en fonction d’objectifs de production répondant aux besoins sociaux, constitue dès le départ le premier pas de la phase de transition socialiste elle-même. »

[…]Comme nous l’explique Marx dès 1857, dans ses Grundrisse, il y a nécessairement un stade de développement des forces productives, avec l’automatisation croissante des processus de production, qui rend le cycle du capital fixe dominant par rapport à celui du capital variable, et même à un point tel que la production des biens de consommation, et même la production de services, avec les progrès technologique actuels, deviennent principalement la reproduction de la valeur d’usage du capital fixe, et donc, sans production de plus-value réelle.

C’est ce qui entraîne, en compensation pour la classe dominante, le développement du capital fictif et l’accroissement de la dette mondiale, qui « permet » encore au capital de s’accumuler, alors que son heure historique est déjà largement dépassée…

Le système ne fonctionne donc déjà plus que par la création monétaire permanente émise par les Banques Centrales, c’est-à-dire, par le crédit.

Et donc, même si une partie de ce crédit est effectivement stérile, et même, négative pour l’économie, dans la mesure où il ne sert qu’à compenser les marges fictives que s’octroie le capital financier encore en circulation, une partie est donc néanmoins bien réellement nécessaire pour assurer le cycle de reproduction de la valeur d’usage du capital fixe, c’est-à-dire le cycle de la production d’une partie essentielle des valeurs d’usage nécessaire à la vie sociale.

C’est donc pourquoi un contrôle démocratique du crédit devient une nécessité pour choisir les objectifs sociaux de la production, que ce soit en termes de biens ou de services.

Évidemment, cela équivaut donc à un contrôle complet de la création monétaire et implique donc le contrôle des flux monétaires sur la zone de production ainsi gérée, et donc, à l’échelle d’un pays, comme la France, la reprise de contrôle complet de la BdF, qui centralise les mouvements du crédit, et les mouvements de flux monétaires, en général.

Évidemment, une telle gestion démocratique et sociale du crédit doit politiquement exclure les marges fictives dévolues au cycle du capital fictif et constitue donc une forme de socialisation correspondant bien au niveau de développement actuel des forces productives, et même d’autant plus qu’elle est la seule façon d’établir une correspondance entre production et besoins sociaux réels, sans tenir compte des contraintes de « marchés ».

L’équilibre économique est néanmoins tout à fait réalisable, et même d’autant plus, qu’une politique sociale du crédit concerne aussi la gestion de la masse salariale, en rapport et en proportion, également, des besoins sociaux réels.

On ne trouvera évidemment pas une telle analyse dans les archives du net, vu qu’elle n’a véritablement été développée que depuis Mars 2020 et le célèbre « Quoi qu’il en coûte ! » de Macron, révélant le basculement définitif de la politique européenne vers le banco-centralisme.

Elle a principalement été développée avec les débats qui ont eu lieu sur le blog TML, aujourd’hui fermé. Mais une partie des analyses de fond ont été republiées sur VLR et AGORAVOX :

 

“Le Crime du Garagiste” – Le Casse Banco-centraliste !

https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/le-crime-du-garagiste-le-casse-231389

http://mai68.org/spip2/spip.php?article8195

 

« Merveilleux » Monde d’Après : face à l’émergence du banco-centralisme, quelle forme de Résistance ?

https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/merveilleux-monde-d-apres-un-225066

http://mai68.org/spip2/spip.php?article6329

 

« Great Reset » : le banco-centralisme est-il un « complot pervers » ou simplement la conséquence incontournable d’une évolution systémique ?

http://mai68.org/spip2/spip.php?article7752

 

Covid-19 et crise économique : un lien de cause à effet, …ou pas ???!

https://storage.canalblog.com/05/30/1716556/129066600.pdf

 

« Vous avez aimé la première vague et le confinement… ?

https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/vous-avez-aime-la-premiere-vague-227828

http://mai68.org/spip2/spip.php?article7055

 

Et donc, ce qu’il faut également comprendre, à la veille de ce 1er Mai, c’est que si l’heure historique du capital productif de plus-value est déjà quasiment passée, en tout cas, en proportion de la masse du capital fixe, l’heure de la Révolution Prolétarienne, dû à la carence politique de la « gauche », et même, à sa Kollaboration de classe acharnée et déjà très ancienne, n’est donc jamais venue non plus !

Avec l’acharnement de la propagande anticommuniste, qu’elle soit de droite ou de gauche, et même d’ « extrême-gauche », en fait et en fin de compte, le prolétariat est désormais persuadé que la Révolution est impossible et que toute l’histoire de l’URSS n’est qu’un immense échec, et aurait même été un « enfer » pire que le capitalisme…

Bien évidemment ce n’est pas le souvenir qu’en ont nos amis russes, mais pour l’heure, en Russie, la question est déjà simplement celle de la survie du pays, en tant que nation indépendante, tout comme c’est également le cas au Bélarus, du reste.

Pour ce qui nous concerne, un tel stade de survie n’existe plus, du fait de la domination impérialiste déjà ancienne, et de plus, désormais, de la banco-centralisation de l’ensemble des économies occidentales, et japonaises et chinoises, également.

Il nous faut donc subir ou passer directement à la socialisation des forces productives, par le contrôle démocratique du crédit, ce qui exige le développement d’un niveau de conscience approprié et une élévation correspondante du niveau des luttes politiques et sociales, pour arriver à construire le rapport de forces nécessaire. »

Luniterre

 

( * https://storage.canalblog.com/09/01/1716556/128906673.pdf

A noter que l’utilisation de ce document comme source à étudier n’implique pas une caution historique inconditionnelle de cette période de l’histoire de l’URSS. Une approche critique, plus nécessaire que jamais avec la crise "scientifique" actuelle, se trouve ici :

 

Le lyssenkisme a-t-il à nouveau droit de cité dans la science française ?

 

https://p7.storage.canalblog.com/70/33/1716556/128981393.pdf )

 

 *********************************

 

AUTRES DOCUMENTATIONS VIDEOS ESSENTIELLES :

 

Martine Wonner et Carlo Brusa : les dissidents de la crise sanitaire

 

 

 

 

M. WONNER : SUR LA FIN DE LA DEMOCRATIE FRANCAISE

 

 

 

EN ALLEMAGNE, UNE PREMIERE VICTOIRE CONTRE LA DICTATURE :

 

Une procédure d’urgence efficace au tribunal des affaires familiales de Weimar (Allemagne)

 

http://mai68.org/spip2/spip.php?article8478

 

 

LE 1ER MAI RESISTANCE DEMOCRATIQUE A WEIMAR, PETITE VILLE HISTORIQUE DE 65 000 HABITANTS :

https://youtu.be/9ANcA-1nNfU

 

JPEG

JPEG

JPEG

JPEG

 

 

 

 

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.09/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

23 réactions à cet article    


  • Docteur Faustroll Séraphin Lampion 7 mai 12:21

    Luniterre ou Ministerre (de l’intérieur, évidemment) ?


    • Bendidon ... voila l'Ankou ! Bendidon 7 mai 12:30

      Martine présidente !


      • Luniterre 7 mai 15:57

        @Bendidon

        Pourquoi pas ???

        En fait, la possibilité d’une candidature Martine Wonner est expressément évoquée par l’avocat Me Brusa, au cours d’un débat, dans l’une des vidéos citées :

        https://youtu.be/VtCOanWW0vM

        Je pense également que c’est une possibilité intéressante pour fédérer largement les forces actuellement disparates de la résistance contre cette dictature en train de se mettre en place.

        Cela peut être un excellent moyen de dépasser les clivages idéologiques actuellement encore existants, et pourtant, complètement dépassés par cette nouvelle réalité, sur le terrain !

        Luniterre


      • devphil30 devphil30 7 mai 16:55

        @Luniterre

        Au moins pas d’entourloupe possible sur le sujet du covidelire.

        On sait dans laquelle direction on irait sans risque de retournement de veste

        Pour les autres futurs candidats déclarés ou non , le retournement de veste sur le covidelire est toujours possible suite à des pressions ultérieures


      • alinea alinea 7 mai 13:11

        C’est quoi le problème en France ? pour faire très court, et j’aimerais que cela soulève des réflexions et des discussions, puisque ce n’est pas un conclusion d’analyse, : nous sommes des enfants gâtés, déboussolés. On a toujours cru qu’on était supérieurs aux autres avec nos reliefs du CNR ; on voyait bien qu’ils étaient grignotés, mais personne n’est touché en même temps dans le grignotage des services publics, que le monde nous enviait.

        On a tenté des manifs, mais Sarko nous a mis au parfum : les gens se foutent de vos manifs, mon divorce les intéresse plus. Et c’est vrai que le Français moyen râlait contre les manifestants, qui gênaient son transport pour aller se faire exploiter. Français moyen ou Uberfrançais ?

        On se croyait au dessus de tout, les acquis étaient acquis, la merde était pour les autres.

        Non, on attend le bout du bout ; au bout du bout nous sommes, et... rien !! ou si peu.


        • Luniterre 7 mai 14:16

          @alinea

          Effectivement, un bon résumé de l’impasse actuelle !

          Mais l’expression « reliefs du CNR » est particulièrement bien trouvée…

          Le problème est bien en grande partie là.

          Ce qui a cimenté les accords du CNR, bien plus que les idéaux de la Résistance, qui y ont été bradés, en réalité, c’est la volonté de reconstituer rapidement l’Empire Français, avec, évidemment et malheureusement, une suite de guerres néo-coloniales à la suite, Indochine et Algérie en principales.

          Les « reliefs sociaux » n’ont subsisté que tant qu’ils correspondaient à l’intérêt bien compris de la croissance capitaliste industrielle des « trente glorieuses », basée, par contre, sur une dynamique relativement endogène, et qui se termine inévitablement, avec les premiers progrès décisifs de l’automatisation industrielle et le premier « choc pétrolier », au tournant des années 70.

          Dans le système capitaliste les « avantages sociaux » ne sont intéressants pour le capital que s’ils participent à la productivité du travail, en termes de plus-value.

          Ils disparaissent donc inévitablement quand elle se réduit.

          GRAPHE :

          https://storage.canalblog.com/92/48/1716556/129123946_o.jpg

          Mais le développement des forces productives, et donc des possibilités du bien-être social, indépendamment de la rentabilité du capital, reste bien le fruit du travail humain, même si c’est en partie l’héritage accumulé des générations précédentes, intégré dans le cycle du capital fixe.

          C’est donc ce que la gestion démocratique du crédit doit permettre aux classes prolétariennes et populaires de se réapproprier, ainsi que le fruit de leur travail encore actuel, qui en permet la continuation.

          Ce qu’il faut donc comprendre, c’est que le combat pour la « défense des acquis du CNR » était nécessairement voué à l’échec en termes de répartition des profits du capital, désormais essentiellement fictifs et provenant de la spéculation alimentée par la création monétaire banco-centralisée.

          C’est la répartition du crédit, qui commande donc, désormais, sur le terrain, qui fait quoi, parce qu’il en obtient les moyens.

          C’est cela qu’il faut désormais contrôler, pour que le développement des forces productives serve à nouveau au progrès social.

          Luniterre


        • alinea alinea 7 mai 14:50

          @Luniterre
          Maintenant il s’agit de réveiller ceux qui, encore nantis, croient que le bon gouvernement met tout en œuvre pour, au moins leur santé !
          Sinon, on ferait pareil : avec une telle productivité horaire, pourquoi octroyer des droits ?
          Moi je me suis réveillée tard ; bon en 92 j’ai reçu un petit réveil, puis en 2001... mais avant de savoir de quoi il retournait, il m’a fallut 2013 ( grâce à Internet que je n’ai eu qu’en 2012), pour me réveiller tout à fait, et me réveillant, me mettre en quête d’infos, d’analyses, et comprendre.
          Si tout le monde est aussi lent que moi, on n’est pas sortis de l’auberge... or elle est en flamme !!


        • mmbbb 8 mai 11:39

          @alinea Qui manifestent en France ! Les syndicalistes qui ne représentent rien paye par l Europe et dont les syndiques ont souvent des statuts qui les protègent .
          Par ailleurs , ils se servent de cette structure pour leur promotion interne 
          Ces mêmes gauchistes sont les idiots utiles du patronat en promouvant une immigration de masse Quant a cet auteur , son analyste marxiste , c est du réchauffé . Tous les damnés de la terre notamment ceux d Amerique latine veulent se rendre aux USA ! 
          Quant a notre pays il est déliquescent notamment par l oeuvre incessante de destruction Voir le réquisitoire contre notre systeme educatif de M Brighelli ,agrégé de francais , enseignant dans les hautes écoles , L educ une fabrique a crétin, Regarde ce qui se passe dans les universités francaise notamment l IEP de Grenoble , La proscription de certains profs en affichant leur portrait et les condamner ipso facto un rappel de notre histoire qui ne fut pas tres glorieuse ! Si nous en sommes la , c est surtout de notre faute , accusez sans cesse le capitalisme , est un peu court , L Allemagne est dans le même bateau , ce pays a des excédents commerciaux , nous non !
          Nous ne produisons plus rien, c est cet auteur l ignore superbement 
          Quant une entreprise est florissante comme Dassault , on crache a la gueule des dirigeants .
          Les ecolos emmerdent les automobiltes je commande sur AMAZON et je leur crache a la gueule .
          Ce monde de gauche, je le connais mais je l’exècre Je déteste le dogmatisme .
          Cet auteur montre une image dont l ouvrier arbore la faucille et le marteau ! 
          Ce sont les mêmes qui traitent les autres de fachos et pratiquent la bonne méthode stalinienne Qu ils crevent 
          la gauche est morte en France Ces bandes de cons ne s apercoivent pas que la route de la soie ( train ) qui sera bientot finie et opérationnelle les asservira de produits chinois . La région quoi sera la plus prospere sera la région d Asie , 
          Il suffit de regarder les etudes prospectives économiques Nous nous serons devance par la Turquie !! 
          Continuez a discourir , vous n arrêterez pas la marche du monde . 


        • Luniterre 8 mai 12:10

          @mmbbb

          Contrairement à ce que vous pensez je n’ignore pas du tout les excédents d’exportations industrielles allemandes et chinoises.

          Mais ce que l’analyse économique montre, marxiste ou non, c’est que les sociétés industrielles avancées, au-delà des variations conjoncturelles, suivent toutes la même trajectoire de développement, qui est inhérente aux forces productives elles-mêmes, du fait de l’évolution technologique.

          Les décalages entre ces trajectoires finissent par se compenser, dans la durée, et il faut donc raisonner dans la durée, pour comprendre les fondamentaux de la crise, au-delà des décalages conjoncturels, même s’ils ont bien évidemment leur importance, et notoirement accentués, effectivement, en France, par des politiques successives de désindustrialisation, quel que soit le parti au pouvoir, dans notre pays.

          Luniterre


        • mmbbb 8 mai 13:13

          @Luniterre la crise en France , nous l a devons avant tout à nous mêmes ! 
          Nous avons un beau pays , nous avions des atouts Nous les avons gâches 
          Je suis passé sur les bancs de l EDUC : Je rejoins sans aucune réserve l analyse de M Brighelli 
          Je suis entêté mais c est simplement la conclusion de mon vécu 
          Nous sommes des Latins et nous avons une mentalité de merde .
          Par nature , je suis plus porté par l esprit nordique : Ils sont plus carres et leur indice de développement humain  un des seuls indices qui vaillent et supérieur au nôtre .

          Quant à l industrie , elle est en mutation complète . Demain l Usine nouvelle qui est déjà en genèse ne ressemblera pas à notre modéle actuel.
          Une des entreprises ayant réussi cette mutation est Dassault . Il est leader par exemple dans les avions d affaires Falcon De la conception a la réalisation , tout est numérise Son dernier né , le Falcon X , est un modele d innovation 
          Nous réussissons aussi dans l aeronautique , notamment le dernier helico Airbus le H 160 . Mais nous ne sommes performants que sur des marches de niche 
          Si nous avions une entreprise « APPLE » francaise nous générions 10 milliards d excédents .

          L algorihme qui a déjà profondément modifié notre environnement , vous êtes médecin , vous le savez avec l imagerie médicale , sera un des moteurs de ce changement , IA de demain sera forte La recherche et la connaissance donneront aux nations qui les maitrisent , Nous avons perdus deux places dans le classement de la recherche Le champ de nouveaux marches notamment des objets manufactures de hautes valeurs ajoutées . C est en cela que la Chine se prépare 
          La crise actuelle n est pas nouvelle , il y a déjà eu des ruptures technologiques 
          Les « Canuts » de Lyon ont jete dans la Saone , le métier Jacquard , il est vrai , une merveille technique dont les bandes perforées servirent de support aux premiers ordinateurs , ( codification de l information ) mais ils n ont pas arrêtes le cours de l histoire .


        • Luniterre 8 mai 14:03

          @mmbbb
          On arrête donc pas le cours de l’histoire, et surtout pas, celui de l’évolution des forces productives, et c’est exactement ce que j’explique dans l’article, et dans les articles en liens !!!

          Néanmoins, chercher à le comprendre peu aider à gérer et même à gouverner en fonction. C’est donc pourquoi il est néanmoins utile de tenter de sauver ce qui peut l’être encore, et, dans la foulée, tenter également de redresser ce qui peut l’être encore.

          « Nous avons un beau pays , nous avions des atouts Nous les avons gâches »

          dites-vous...

          Mais nous en avons encore quelques uns, et il faut donc les jouer au mieux !

          Luniterre


        • pallas 7 mai 14:02

          Bonjour,

          La france n’a plus aucune infrastructure industriel, tous les grands groupes se sont écroulés.

          Les banques sont en faillites, la BCE injecte tellement de monnaie que l’euro n’a plus aucunes crédibilités sur la scene international, car fondé sur « rien ».

          En terme ethnique, pas de naissances, une mort évidente, un peuple stérile.

          Sur la culture, le vide abyssal.

          Sa peut raler, pleurnicher, faire la roue, ce moquer d’autrui, la france est une nation du quart monde et bientot du tiers monde.

          Salut


          • Luniterre 7 mai 14:52

            @pallas
            Il ne faut pas non plus noircir le tableau à l’extrême... !
            Le déclin actuel de l’économie française est en grande partie dû aux politiques de désindustrialisation qui l’ont effectivement précipité, et c’est ce qui sera donc difficile à rattraper, mais dans l’ordre de l’évolution des sociétés industrielles modernes, il n’est pas à ce point différent des autres.

            C’est ce que montrent les études de fond sur le sujet, concernant le cycle de leur développement. Les sociétés industrielles modernes ont déjà toutes passé le sommet de leurs courbes de développement et amorcé leurs déclins, même si avec quelques années ou décennies de décalage. Même la Chine, actuellement, amorce le début de sa pente, en réalité, telle que nous l’avons connue au début des années 70, même si sans la percevoir nettement, à l’époque.

            C’est ce phénomène que les économistes appellent « stagnation séculaire », basée sur le « paradoxe de la productivité », qui cesse de croître en proportion des progrès technologiques, même aux USA, en dépit des variations brutales, sur le court terme, mais qui n’infléchissent pas la tendance, sur le long terme.

            A ce point, le choix est donc entre l’option d’une gestion démocratique du capital fixe, c’est-à-dire du crédit qui commande à sa répartition, ou dans l’option d’une banco-centralisation à outrance, au profit d’une caste oligarchique qui contrôle l’ensemble.

            C’est malheureusement cette dernière option qui est en train de s’imposer, derrière l’écran de fumée constitué par la pseudo-« pandémie », épidémie bien réelle mais instrumentalisée à propos pour faire avancer cette option à la vitesse Grand V et sans résistance réelle de la part des populations ainsi terrorisées.

            Luniterre


          • pallas 7 mai 15:20

            @Luniterre

            Bonjour,

            La cancel culture est une vengeance, détruire tout, tel un tsunami.

            C’est le « Néant » du film « Une histoire sans fin », aidé du « loup ténébreux ».

            On peut voir cela comme un conte, mais les méchants ne sont pas ceux que l’ont pensent.

            C’est « La Tour de Babel » s’écroulant, devenant poussière, avec l’attente d’un futur plus terrible encore.

            Avec un peut d’humour digne du film « Idiocratie », sa fait un scénario parfait.

            Même Azazel et Légion, n’ont pas autant d’humour et surtout une tel imagination.

            L’aurore ne viendra pas, il ni aura pas de sauveur, ce temps la est révolu.

            Je m’amuse comme un petit fou

             smiley

            Salut


          • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD 7 mai 16:57

            @pallas

            « L’aurore ne viendra pas, il ni aura pas de sauveur, ce temps la est révolu. »

             

            Eh bien les prophéties disent le contraire :

            « Il y aura des signes dans le soleil, dans la lune et dans les étoiles. Et sur la terre, il y aura de l’angoisse chez les nations qui ne sauront que faire, au bruit de la mer et des flots, les hommes rendant l’âme de terreur dans l’attente de ce qui surviendra pour la terre ; car les puissances des cieux seront ébranlées. Alors on verra le Fils de l’homme venant sur une nuée avec puissance et une grande gloire. Quand ces choses commenceront à arriver, redressez-vous et levez vos têtes, parce que votre délivrance approche. » (Luc 21 :25-28)


          • pallas 7 mai 17:23

            @Daniel PIGNARD

            Bonjour,

            Ce temps là est révolu, je crains que vous n’avez pas saisi la situation.

            Cette parenthèse est terminé, nous voila revenu au monde réel.

            De sauveur ne viendra pas, et non plus une sauveuse.

            D’ailleurs sauver quoi ?, des gueux malfaisants et malveillants ?.

            Sa en devient ridicule.

            Salut


          • mmbbb 8 mai 13:33

            @pallas une fois n est pas coutume, la gauche pro immigration sera la promotrice d une France du tiers monde c est en cours 


          • troletbuse troletbuse 8 mai 09:29

            Le cancel culture, c’est aussi l’absence de célébration du 8 mai. Quelle honte § les mondialistes préféreront bientôt fêter la naissance de Hitler.



              • zygzornifle zygzornifle 9 mai 07:34

                Une plainte pour « mise en danger de la vie d’autrui » a été déposée vendredi par le maire de Quimperlé (Finistère)

                La bas on pourrait porter plainte pour « mise en danger de la vie des truies » car elles vivent un véritable enfer avant de passer a l’abattoir .... 


                • @zygzornifle

                  Le maire de Quimperlè est un socialiste soutien de Macron .



                  • https://www.investisseur-sans-costume.com/bombe-la-cour-europeenne-interdit-a-google-facebook-et-consorts-de-traiter-nos-donnees/?feed_id=620

                    Selon les juges européens, il n’y a pas de limite aux pouvoirs des services de renseignement américains
                    Les juges se rebiffent et n’y vont pas de main morte.
                     
                    Ils notent non seulement que certains programmes de surveillance américains n’ont aucune limite à la collecte d’information mais que ceux qui en ont ne permettent pas à un citoyen européen de les faire respecter :
                     
                    La Cour relève que, pour certains programmes de surveillance, ladite réglementation ne fait ressortir d’aucune manière l’existence de limitations à l’habilitation qu’elle comporte pour la mise en œuvre de ces programmes, pas plus que l’existence de garanties pour des personnes non américaines potentiellement visées. La Cour ajoute que, si la même réglementation prévoit des exigences que les autorités américaines doivent respecter, lors de la mise en œuvre des programmes de surveillance concernés, elle ne confère pas aux personnes concernées des droits opposables aux autorités américaines devant les tribunaux. [3]
                    Pas de limite, pas de recours possible : nous sommes en face d’un véritable Far West juridique qui permet aux agences et départements américains de faire absolument de ce qu’ils veulent dans nos données.
                     
                    Les gens qui ont nommé cet accord « Privacy shield » et tous ceux à leur suite qui ont pu déclarer que cet accord protégeait les données des citoyens et entreprises européennes sont obscènes et devraient être interdits de mandat public à vie après un sérieux passage par la case prison pour atteinte aux sûretés de l’État. Mais bien évidemment, cela ne se passera pas comme ça, vous allez voir pourquoi.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Luniterre


Voir ses articles



Publicité




Palmarès



Publicité