• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > La Loi Travail Macron 2 - Une machine à remonter le temps ! Volet (...)

La Loi Travail Macron 2 - Une machine à remonter le temps ! Volet N°1

Nous sommes tous concernés par la loi Travail – Macron 2.

Le Parlement a validé dernièrement, l'une des pires lois votées ces dernières années. C'est une destruction sans précédent du Code du travail. Aucun débat contradictoire n'a été organisé entre les pourfendeurs du droit du travail et ceux qui le défendent. Nous n'avons eu droit qu'aux allégations habituelles des médias pro-Gouvernement et propagandistes sur toutes les ondes télévisuelles et radiophoniques. Quant aux organisations syndicales, c'est tout juste si elles ont été autorisées à donner leur avis, invitées pour la forme et sauver les apparences de la part du Gouvernement. D'ailleurs qu'y avait-il à négocier du contenu de cette loi travail, alors que tout est à jeter ?

Par contre, le MEDEF, lui, a droit à toutes les couvertures médiatiques, toutes les déclarations amphigouriques, les attitudes serviles et l'empressement de ses thuriféraires, comme nous avons pu le constater à maintes reprises dans de grandes émissions en prime time, à dire tout le bien qu'ils pensent de cette loi où pointe d'une manière peu subtile leur complaisance réitérée envers le grand patronat, les multinationales, etc..

De cette façon, les forces réactionnaires s'emparent du contenu de la loi pour mettre à sac, 150 années de d'amélioration de la condition des salariés dans l'Entreprise. Le code du travail, c'était, nous pouvons en parler au passé, un progrès social indéniable.

Mais avant d'aller plus loin, définissons ce qu'est le « Code du Travail ». Il est résumé dans un ouvrage juridique qui, comme tous les Codes juridiques en France contient des subdivisions, permettant la lecture des articles de loi d'un côté, et de l'autre, la jurisprudence et les discussions entre juristes.

Non ! Le Code du travail n'est ni épais, ni indigeste ! ll ne contient au niveau des articles de lois, un peu plus de 300 pages. Le reste, c'est la compilation des discussions indispensables pour les apprentis juristes, les Conseillers Prud’homaux, les Inspecteurs du Travail, et quelques chefs d'Entreprises soucieux de son contenu. Reste qu'il faut considérer comme des annexes. Mais l'essentiel se trouve dans les article de loi, les 300 pages.

Pour résumer, le Code du Travail n'est pas épais. Il est parfaitement « digeste », pour répondre aux déclarations d'un ministre qui le qualifiait d' « indigeste » !

Cette petite mise au point faite, revenons sur les modifications du Code du Travail prévues par la loi travail Macron 2, une suite de décisions funestes qui vient entamer la législation sur le travail.

L'année 1986 est le préalable de ce qui va suivre avec la suppression de l'autorisation administrative de licenciement, cela au nom de la lutte contre le chômage.

Mais avec la loi travail El-Khomri 2015/2016, et la loi Macron 2 aujourd'hui, dans une logique de « libération » non pas des salariés, le patronat peut enfin se trouver « libéré » ! des lois qui garantissent les droits des travailleurs et entravaient les patron dans leurs désirs de dérives inhérentes au rapport de force entre salariés et dirigeants d''Entreprise. Ces lois profitent avant tout au patronat et mettent gravement en danger la protection des salariés au sein de l'Entreprise. N'est-ce pas madame Parisot elle-même qui déclarait, alors présidente du MEDEF : la liberté s'arrête, là où commence le « droit du travail » !

Le fait de légiférer par ordonnances cette loi Travail marque à quel point le Gouvernement travaille pour le MEDEF, est pressé et veut boucler au plus vite ce dossier avant la rentrée.

Selon Gérard Filoche, ancien inspecteur du travail, « ces ordonnances concernant le droit du travail visent à faire travailler plus les salariés, pour moins cher, à augmenter les marges des entreprises et à faciliter les licenciements  ».

Examinons cela de plus près.

Plusieurs entâmes ont été faites au « droit du Travail », avec le 49.3, il ne fallait que les Ordonnances pour pérenniser cette nouvelle façon de concevoir le « droit social » ! C'est-à-dire de « rogner » à qui mieux-mieux ce que nos aïeux et nos parents ont conquis de très haute lutte, depuis 1850, tout au long du XXeme siècle et plus récemment en 1945, avec le CNR.

Gérard Filoche attire l'attention sur la nocivité de cette loi, en donnant comme exemple, entre autres, celui des transports routiers. La loi appliquée au secteur transport – où la concurrence fait rage – coûtera 40 000 postes ou emplois.

40 000 chomeurs de plus ? Pour une loi qui prétend favoriser l'emploi !

Il faut dire que l'on ne sait plus à quel saint se vouer, tant cette loi va démolir tous les secteurs d'activités en France. La grande distribution, les industries électriques et gazières1, la poste, la SNCF, etc... le commerce de détail, les transports, les industries agricoles, etc...

Pourquoi ? Plusieurs méthodes sont appliquées d'ores et déjà par le patronat, pour pratiquer le dumping social à grande échelle : les « travailleurs détachés », les licenciements à but économiques que la loi va favoriser, - nous verrons cela en détail -

Le principe de base du contrat de travail, c'est la subordination du salarié par rapport à celui qui détient la « propriété de l'outil de production », c'est-à-dire, le dirigeant de l'entreprise.

Mais « subordination » ne veut pas dire « soumission ». Or, le Code du travail empêchait, par sa nature éminemment protectrice, le glissement progressif de la « subordination » vers la « soumission » du travailleur par rapport au détenteur de l'autorité patronale. Car entre le servage et le salariat il existait l'épaisseur du Code du Travail émanation directe des combats sociaux de plus en plus peaufinés à l'aune de l'expérience et de la réalité parfois sordide du monde du travail.

La loi Macron 2 permettra beaucoup plus facilement, pour ne pas dire d'une manière générale, ce versement dans la soumission du salarié envers l'entreprise et son directoire, alors tout puissants.

Après que le Président de la République signe les ordonnances, elles deviennent applicables.

A chaque modification du Code du Travail, le Gouvernement prend prétexte de « combattre le chômage », de « favoriser l'emploi » et de « s'adapter aux réalités économiques. » En vérité, elles ne servent qu'à favoriser les licenciements massifs, les plans sociaux les plus hasardeux, les délocalisations dans des pays à bas salaires, et l'exigence de la nouvelle notion de « flexiblité » du salarié, un concept venu des pays anglo-saxons qui la pratiquent depuis des lustres, c'est à dire, le salarié jetable. Avec la généralisation du contrat temporaire, nous sommes en plein dans le thatcherisme à la française avec la loi Macron 2.

Résultat : l'assurance pour l'employeur d'avoir toujours de la main-d'oeuvre disponible, même sur des temps très courts, et pour le salarié, la précarité et un avenir à l’horizon bouché où il lui est impossible d'avoir des projets sur le moyen et long terme, familiaux, professionnels, et de fixation sur un habitat pérenne.

Pour le patron, il en va tout autrement, il est désormais sécurisé, et peut à tout moment décider du sort du salarié sans avoir de comptes à rendre à quiconque. Les préavis de licenciements n'auront plus cours, et pire, ils pourront pratiquer les licenciements, sans avoir à en justifier les raisons, ce sera le fait du prince ! Il pourra donc enchaîner le recours aux contrats précaires, sans le contrôle des autorités administratives ad hoc, puisque celles-ci, notamment l'inspection du travail, seront quasiment cantonnées aux seuls rôles consultatifs mais non décisionnels, avant que de nouvelles lois les fassent disparaître du paysage administratif. Il faut dire que le rôle de l'inspecteur du travail a été jusqu'à une époque très récente encore, redouté par certains patrons « indélicats » dans les secteurs clé de l'économie.

Nous avons là un bel exemple de l'arbitraire « institutionnalisé » par la nouvelle loi sur le Travail.

Cette loi n'est plus une loi Travail, elle est par sa conception une loi de l'Entreprise. Ce n'est donc plus l'Entreprise qui se soumet au « droit », c'est le « droit » qui se soumet à l'Entreprise. Alors, bien sûr, certains sont contents et le font savoir. Mais sont-ils vraiment si raisonnables que cela, et ne viennent-ils pas couper la branche sur laquelle ils sont assis ?

Dans les faits, rien ne vient justifier ces remises en causes perpétuelles du Code du Travail, le chomage continue d'augmenter, les Entreprises d'augmenter leurs marges, et les actionnaires de réaliser des bénéfices monstrueux. Les dirigeants des grandes entreprises de continuer à toucher des salaires indécents par leur volume, et la fraude à grande échelle devenir un véritable sport auxquels s'adonnent la plupart de ces gens fortunés – paradis fiscaux.

On vous dira également, pour ces patrons empressés à jeter le Code du Travail, qu'il est grand temps que cesse la multiplication des règles administratives, un obstacle à la bonne gestion d'une entreprise.

Il faut s'inscrire en faux devant ces arguties qui ne tiennent absolument pas la route. Plus le Code du Travail est respecté, plus les Entreprises – dans leurs diversité – sont réglementées, plus le monde du travail, de l'entreprise et les salariés, s'y retrouveront.

Si l'Entreprise délocalise, c'est qu'elle ne veut absolument pas se « soumettre » aux réglementations qui défendent le salarié. Alors l'on en déduit qu'elle veut tout simplement « exploiter » sans vergogne, ceux qui viennent « louer » leurs bras et leurs cerveaux au service de cette même entreprise contre un salaire minime, peut-on appeler cela un salaire ? - aligné sur les plus bas pratiqués en Europe.

Philosophiquement, l'application stricto sensu de cette loi verra l'Entreprise devenir un lieu de malaise social, de souffrance au travail, cela elle l'a toujours été, mais lorsque même les lois s'y mettent, plus rien ne va infirmer la pente vers le servage. Nous voyons un grand retour en arrière, dans le XIXe siècle, au temps où l'industrialisation commence à se généraliser. La loi travail Macron 2 est une machine à remonter le temps.

Or, que va-t-on voir dans un peu moins de six mois ? La suppression du salaire brut ! Et là les Français verront que plus aucune ligne rouge ne sera respectée, le MEDEF pourra continuer le dumping des salaires en toute tranquillité.

Nous voyons la naissance d'un nouveau droit du travail, inégalitaire, et dans la forme, et dans le fond.

 

LES ACCORDS DE BRANCHE -

Ils sont remplacés par les accords d'entreprise.

Il s'agit de rendre « légal » ce que le « droit du travail » interdisait formellement et les accords branche par branche des conventions collectives. Ce sont des adaptations de circonstance qui permettent désormais au dirigeant d'entreprise de se débarrasser une bonne fois pour toute de la décision du juge des prud'hommes, lorsqu'il s'agit de « requalifier un contrat précaire en contrat CDI ». Tout se fera au niveau de l'Entreprise.

L'UE, derrière tout cela, on ne sait pas qui pousse qui, le MEDEF, l'UE ? ou l'UE, le MEDEF ? - déclare que le rôle de sanction du juge est un frein à l'embauche pour les entreprises. Bien sûr, un salariat précaire, jetable et corvéable est bien plus rentable !

Le droit du travail est donc considérée pour l'UE, comme une nuisance pour l'Entreprise.

Pour résumer : Élargir le droit de licenciement en fin de contrat temporaire, ce qui devient la norme, le droit de licencier en fin de contrat temporaire devient la norme, le travail précaire la règle générale, la nouvelle donne pour les dirigeants d'Entreprises qui ont bien du mal à freiner leur enthousiasme concernant les plans sociaux, ou les licenciements de masse sous prétexte économique.

LE LICENCIEMENT -

Il commence comme expliqué plus haut par le contrat précaire, l'employé jetable, il continue par le plafonnement des indemnités journalières en cas de licenciement injustifié. Mais comme la loi Travail n'impose pas de donner les raisons d'un licenciement par le dirigeant d'Entreprise, la réforme vient à point nommer permettre un raz-de-marée de licenciements futurs, on le voit d'ores et déjà avec les projets de fins des contrats aidés. Soit, un licenciement de masse de plus de 160 000 salariés qui trouvaient dans ces emplois de quoi vivre ou se loger, chichement, certes.

La perversité de cette loi vise à la SECURISATION DE L'EMPLOYEUR. C'est-à-dire, l'assurance pour ce dernier d'une non-sanction en cas de dérapage, sous le faux-prétexte d'efficacité dans un cadre économique « incertain ».

Mais en plus, non seulement le droit de licencier le dénoue de tous les principes de droit, mais encore il pourra savoir à l'avance combien lui coûtera un licenciement abusif ou pas.

Du salarié, peu lui en chaut, il ne pense qu'à ses marges bénéficiaires. C'est le but ! Le préjudice que subit le salariéne rentre pas dans les calculs de la loi, c'est tout à fait secondaire pour les nouveaux législateurs de cette loi, qui, comme la vérole vient s'abattre sur le dos des salariés. C'est une atteinte au droit du salarié d'obtenir réparation au juste degré du préjudice subi. Dans le droit privé, le préjudice est toujours évalué selon la gravité du préjudice subi. Ici, rien ! Le plafonnement des indemnités judiciaires ressemblent fort à un plafond de verre, indépassable. Le patronat, tel une vache sacrée, est donc assuré de n'avoir à débourser en cas de préjudice avéré qu'une moindre compensation, lorsque les méthodes de certains dirigeants d'Entreprises s'apparentent à de véritables entreprises de malfaisance envers leurs salariés. Oh ! Bien sûr, loin de moi le désir de généraliser, car malgré tout, il reste dans ces corps de métiers, bien des patrons respectueux des gens qu'ils emploient. Mais les autres ? Ceux pour qui, il n'est ni règle, ni droit à respecter ! Eh bien, cela auront tout loisir de faire de leurs entreprises des zones de non-droit.

Mais au principe de plafonnement des indemnités de licenciement, vient se rajouter la « présomption de justification du licenciement décidé dans le cadre de l'accord d'entreprise  ».

En résumé : la loi favorise la rupture du Code du Travail, en cas de refus par le salarié de transformation de son poste – sans justification la plupart du temps – la flexibilité – envoyé à des kilomètres de son domicile – pour exercer sa mission, au détriment de sa vie de famille, de sa santé, et de son temps de repos – etc...

C'est l'entreprise qui décide du sort de son salarié et celui-ci n'a qu'une chose à faire : courber l'échine et s'exécuter.

Que dit la loi Macron - El Khomri, en 2015/2016 ?

« Le licenciement repose sur un motif spécifique qui constitue une cause réelle et sérieuse  ».

Ce n'est plus le juge prud’homal qui va décider de la pertinence ou non du licenciement. Ca c'est fini ! C'est la loi organique Macron 2 qui va le décider à sa place.

Désormais, avec cette loi, les juges prud’homaux sont dépouillés de leur pouvoir discrétionnaire de fixer tel ou tel montant en fonction du préjudice subi par le salarié. Le rôle du juge avec la nouvelle loi, étant ravalé à celui de simple caisse d'enregistrement de la loi, il devient un simple ectoplasme de l'institution prud’homale, bridé par une loi qui « fixe » le prix d'un licenciement.

Mais philosophiquement et humainement parlant, cela est insupportable.En effet, le travailleur, combien pèse-t-il au regard de la loi Macron 2 ? Rien !

 

A suivre.

 

Sources :

 

1/ Le Journal des activités sociales de l'énergie. Supplément rentrée sociale. « Travail sur Ordonnances ». Septembre/Octobre 2017.

 

2/« Rencontre avec Gérard Filoche », rubrique « Découvrir », p. 28.


Moyenne des avis sur cet article :  4.43/5   (21 votes)




Réagissez à l'article

149 réactions à cet article    


  • Yvance77 Yvance77 12 septembre 12:26

    16 % à avoir voté pour ce gouvernements de salauds, 16% pour diriger tout un pays, 16 % pour qui je souhaite le pire désormais. On a combattu et vaincu quelles injustices, mais remettre au gout du jour l’esclavage par le salariat (ou son absence) mérite non pas un journée de manifestation (qui ne sert à rien) mais un révolte populaire !


    • Armelle Armelle 12 septembre 16:14

      @Yvance77
      D’abord ce n’est pas 16% mais 24 !!!
      Et ensuite, juste pour vous rafraîchir la mémoire, laquelle manifestement vous fait défaut quand ça vous arrange ; C’est à chaque fois le même scénario !!!
      2012 Notre grosse hollandouille plafonnait à 28%, sachant qu’il a été élu au deuxième tour par défaut, du fait que plus grand monde ne souhaitait voir la gueule de sarkosy !!!

      ...28% !!! J’avoue un score tout à fait exceptionnel, lui donnant lui et sa bande de bras cassés toute légitimité pour mettre un tel bordel dans le pays !!!

      Le mode de suffrage est comme ça, et ce qui me fait marrer à vous voir vous lamenter, c’est que vous êtes au courant. En vous inscrivant sur les listes et en allant voter, vous saviez très bien (à moins que vous soyez totalement idiot) que votre souhait pourrait ne pas être majoritaire et qu’un président peut être élu avec seulement un cinquième des votes au 1er tour !!!

      Alors qu’est ce que vous nous racontez là ? Qu’est ce que c’est que ces âneries !!!
      Sinon, plutôt que de beugler confortablement devant votre écran, qu’attendez-vous pour faire votre révolte populaire ? Bougez-vous !!!
      C’est bourré de « gueule de loin » ici, il n’y a que cela d’ailleurs, ceux qui agissent n’ont justement pas le temps d’écrire...
      Que du pipeau...


    • gogoRat gogoRat 12 septembre 16:41

      @Armelle

       Tout à fait d’accord avec votre démonstration de l’incohérence et de la mauvaise foi des veautants !

       Mais les esprits chagrins auront remarqué avec moi, que vous faites, factuellement ici, partie de ces de ces « gueule de loin » , si selon votre propre propos écrit ici : « ceux qui agissent n’ont justement pas le temps d’écrire... »

       Quant à l’avatar Gogorat, il se dit que s’il attend de ramener sa fraise seulement quand on le lui demande ou quand on est disposé à bien vouloir l’écouter d’un oreille distraite ... eh bien il sera mort sans avoir jamais pu se faire entendre.
       
       Les silences entendus, hautains, méprisants, qui voudraient laisser entendre que les contradicteurs ne sont pas à la hauteur de la ’pensée complexe’ distillée par en-Haut, ne sont tout bêtement que des absences d’argumentation ou de contre-argumentation.
       Tandis qu’avancer des arguments et contre-arguments détaillés, point par point, reste constructif en permettant d’affûter témoignages et prises de conscience détaillées, plutôt que des postures suffisantes et stériles.
       Lorsque le Roi nu condescend à aller se pavaner dans la rue, le dernier des ’rien’, le petit enfant exprime (naïvement) ce que tout le monde n’osait plus dire ni même discerner !

       Du genre : « Dis Papa, pourquoi il est tout nu, l’empereur ? » ; ou bien « Pourquoi Il parle si méchamment ce Monsieur qui s’adresse à la foule ! »


    • Yvance77 Yvance77 12 septembre 16:55

      @Armelle


      Tout doux déjà ... OK pour le 24% ... pas pour le reste. Voter, je ne l’ai jamais fait de ma vie, vue que je considère ce mode d’élection comme inadmissible, digne du dictature soft. J’apprécie juste à gauche et à droite certaines personnes ou certaines idées de certaines personnes, même celles qualifiées de patati et patata ....

      Révolte populaire j’y suis prêt, mais c’est comme tout il faut un détonateur... la goutte qui fait déborder le vase ... on y approche sans doute avec l’avenir en forme d’impasse et des vies entières ubérisées que nous concoctent ces ordures au pouvoir actuellement

    • Gorg Gorg 12 septembre 18:11

      @Armelle

      Bonjour,

      Vous nous faites de grandes diatribes, mais manifestement vous avez un problème avec les chiffres...

      Législatives 2017 :
       
      1er tour : LREM : 28,21% de suffrages sur 47,62% exprimés soit 13,44% des inscrits.(votants 48,7%)
      2e tour  : LREM : 38,81% de suffrages sur 38,43% exprimés soit 16,55% des inscrits.(votants 42,64%)

      lien... lien...


    • Gorg Gorg 12 septembre 18:19

      @Gorg

      Petite erreur en recopiant ;

      1er tour : LREM : 28,21% de suffrages sur 47,62% exprimés soit 13,44% des inscrits.(votants 48,7%)
      2e tour : LREM : 43,06% de suffrages sur 38,43% exprimés soit 16,55% des inscrits.(votants 42,64%)


    • Armelle Armelle 14 septembre 10:22

      @Gorg
      Manifestement en ce ce qui vous concerne, c’est un problème de neurones !!!
      Macron 1er tour c’est 24% ! Point.
      D’ailleurs l’auteur en convient
      Faut vous calmer sur la bibine, ça semble vous jouer des tours. Et puis vous savez les âneries puériles des ados boutonneux, on en a rien à cirer !!!
      En plus le gars fait des erreurs juste en recopiant, c’est dire le niveau du bulot de basse mer !!!
      Allez salut vieux débris


    • Armelle Armelle 14 septembre 10:51

      @gogoRat
      "Mais les esprits chagrins auront remarqué avec moi, que vous faites, factuellement ici, partie de ces de ces « gueule de loin » , si selon votre propre propos écrit ici : « ceux qui agissent n’ont justement pas le temps d’écrire...  »« 

      Sauf que vous semblez avoir qqes problèmes de compréhensions !!! car je ne gueule pas en l’occurrence !!! Je ne suis pas de ceux qui souhaite la révolte comme le préconise Yvance. Je ne fais pas partie de ceux qui ont voté comme des cons et qui maintenant nous pondent un article par jour à propos du seigneur Macron. Et comme je n’ai pas voté pour lui, ni même voté du tout, j’attends de voir les résultats de son fameux »projet« avant de juger
      Je faisais juste remarquer à l’auteur son »erreur volontaire" , c’est tout !!!


    • Gorg Gorg 14 septembre 15:09

      @Armelle

      « Manifestement en ce ce qui vous concerne, c’est un problème de neurones !!! »

      Je parle des législatives, saucisse, pas des présidentielles. Apprends à lire... Je confirme que tu as un problème avec les chiffres... Retournes réviser ton arithmétique de base... Des règles de trois... Tu sais faire... ?

      « Faut vous calmer sur la bibine »

      Dis le plutôt à ton pote rocla... avec lequel tu dois te basculer de grandes quantités de liquide dans dans le cornet... pour finir dans le caniveau.

      « En plus le gars fait des erreurs juste en recopiant » ... et na, na ,na

      Oui, mais je sais compter... c’est pas comme la nigaude que tu es... Si c’est tout ce que tu as à dire... Pfff...

      « c’est dire le niveau du bulot de basse mer !!! »

      Là, franchement, ce n’est pas Armelle avec son QI d’huitre (avariée ?) qui est apte à juger de mes compétences... Des diatribes d’un niveau de débilité qui nous donne une idée de l’infini... le néant total... T’es vraiment une gourde... la classe internationale...

      Je ne te salue pas, vieille folle aigrie...


    • Armelle Armelle 14 septembre 17:21

      @Gorg
      Et bien moi je parlais du premier tour de la présidentiel imbécile !!! D’ailleurs,... La dame t’a déjà dit que, suite à ma réponse, l’auteur de l’article (qui n’est pas toi, ça ne craint rien vu ton niveau d’attardé mental) a confirmé avoir fait une bourde !!!
      T’es idiot ou complètement con ? Sans doute les deux !!!
      Apprend à comprendre ce que tu lis, tu auras l’air moins cruche
      J’en ai connu comme ça des type finis à l’urine mais je pense que tu bats des records mon gars
      Allez va rejoindre ton amie la bouteille et... fais gaffe quand même, commence pas pas avant 8h00, c’est dramatique, regarde dans quels états tu te mets !!!


    • Gorg Gorg 14 septembre 18:03

      @Armelle

      « Et bien moi je parlais du premier tour de la présidentiel imbécile »

      Eh non Gagouelle, on parle du gouvernement, donc des législatives... Tu es vraiment conne à bouffer du foin... Lorsque tu es prise en défaut, ta seule défense c’est la mauvaise foi... Comme pour la plupart de tes posts de débile profonde d’ailleurs...

      « T’es idiot ou complètement con ? Sans doute les deux »

      Dans ton cas, le doute n’est pas permis, ce sont les deux... Puissance cube... Tu vas être naturalisée pour la science ma vieille... Quoique vu ce que tu doit éponger ce ne sera peut-être pas nécessaire...

      Je n’y crois pas... Gagouelle... cheffe d’entreprise de deux personnes (sur un autre fil)... Il a de quoi pisser de rire...
      Tu fais de l’embouteillage à domicile avec raclure... ? Chez Spartabean... ?
      A mon avis vous devez les vider plus vite que vous ne les remplissez... Vu la qualité de vos posts... (et ne me parles pas des miens... je suis ici pour me marrer...)

      Je ne te salue pas nigaude...

      Et ne me remercies pas c’est gratuit...


    • Armelle Armelle 14 septembre 23:28

      @Gorg

      Tu sais lire abruti ?
      Voilà ce que me répond l’auteur du message ;
      « Tout doux déjà ... OK pour le 24% ... pas pour le reste... »
      Arrête de t’esquinter la tronche avec ton gros rouge.
      Et toi pauvre imbécile tu as créer quoi dans ta vie ?
      Ce n’est de ma faute si tu l’as ratée mon pov garçon !!! Ce qui explique tes rancunes perpétuelles
      Ha ça te fait chier qu’une nana puisse réussir, c’est sûr ce n’est pas en sortant de segpa que l’on peut prétendre à quoi que ce soit, mais le Gorg, si !!! le gars ne doute de rien alors je comprends ta frustration !!! Misogyne en plus de cela !!!
      Tu es pathétique, sans intérêt et décidément très con


    • alinea alinea 12 septembre 12:40

      Cette loi a un effet, très important à mes yeux, mais qui évidemment n’est pas dit, c’est le fait que la précarité poussée à ce point, la fragilité qu’elle induit chez l’individu, rend inapte à toute organisation, toute rébellion ! C’est énorme cette tranquillité qu’ils se payent, pour pas cher il faut le dire !
      Mais par ailleurs, aller aussi loin peut réveiller ; il faut battre le fer pendant qu’il est chaud, si on ne tient pas assez longtemps, si cette saloperie rentre dans les mœurs, j’ai bien peur qu’on soit foutus !
      Et on peut être sûrs qu’en face, bien assis sur leurs liasses, ils tiendront !
      Courage à tous ! détermination et ténacité...


      • Xenozoid Xenozoid 12 septembre 18:18

        @alinea


        C’est énorme cette tranquillité qu’ils se payent, pour pas cher il faut le dire !
        oui,c’est la domestication,depuis petit ils leur est dit qu’il faut gagner sa vie,l’arnaque

      • rocla+ rocla+ 12 septembre 18:22

        @Xenozoid


        On va te mettre une mangeoire autour du cou , tu pourras manger sans avoir 
        besoin de rien faire . 

        Ensuite  une  buvoire  comme ça tu pourras boire sans avoir besoin de rien faire . 

        Après on remettra  une carte bancaire dans le cul , de façon à ce que tu 
        puisses acheter  ce qu’ il te faut . 

        Elle est belle la vie des branleurs d’ Agoravox . 

      • Xenozoid Xenozoid 12 septembre 18:26

        @rocla+

        de ta part je suis encore surpris que le levain ne prend pas,tu as bloquer ton abris bus,mais tu es trop bon pour ne pas le voir
        c’est quoi un gouminisse ?

      • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 12 septembre 18:45

        @alinea

        Bonsoir,

        J’attends avec impatience le réveil des retraités, lorsque leur retraite sera amputée de la CSG où la note sera salée !
        D’autre part, il y a oui, un mécontentement très profond chez les gens. Pour moi et je maintiens ce que je disais, Macron n’a pas été élu démocratiquement, il a été « installé ». C’est un coup d’Etat social !
        Pour l’instant, la priorité est surtout de ne pas se laisser abattre par le défaitisme.


      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 12 septembre 20:16

        @Nicole Cheverney
        Merci pour l’analyse, mais pourquoi ne pas expliquer les causes ?
        Ce sont des Instances étrangères qui exigent ces réformes du Code du Travail.
        Le MEDEF ne fait que tirer profit de la soumission de la classe politique française.


        Octobre 2012 : feuille de route du FMI pour la France
        "Corriger les dysfonctionnements du marché du travail qui entravent l’investissement, l’emploi et, en fin de compte, la croissance, et accroître la concurrence dans le secteur des services.(..)

        2013 - France- les 3 réformes exigées par Bruxelles : retraites, marché du travail, ouverture à la concurrence

        2015 : La BCE rappelle à la France la nécessité des réformes

        2015- Bruxelles exige de nouvelles réformes ambitieuses pour la France.

        2015- Schaüble, Ministre des finances allemand : « La France doit être réformée de force ! »

        Et pas seulement en France ! Des réformes du Droit du travail : en Italie, en Allemagne, en GB, en Espagne, en Grèce, au Portugal, Danemark, Suède, Hongrie....

        Le MEDEF intervient dans ces pays ? Pas du tout !
        Ce sont des actions coordonnées par la Commission européenne au service des profits des entreprises.

      • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 12 septembre 20:51

        @Fifi Brind_acier

        Bonsoir,

        Mais bien sûr que les causes on les connaît ! Vous parlez à une convaincue des méfaits de l’Europe.
        Et alors ? On va rester les bras croisés, à ne rien faire, rien dire, ne pas se faire entendre lorsque la scélératesse d’une telle loi est bien ancrée pour faire de la France un champ de ruines ? Parce que pour l’instant, c’est la loi travail, mais début 2018 ce sera la Sécu, les retraites, et tout le reste !

        Mais si nous ne disons rien, et attendons les élections prochaines pour réaffirmer notre opposition à l’UE, L’Euro et l’Otan, eh bien, Macron, Medef, Gattaz, Schauble, Merkel auront le temps de refermer le couvercle du cercueil social de la France ! Nous allons attendre cinq autres années ?
        La campagne électorale est terminée, Macron est bien là ! Pour notre plus grand désespoir.

        Et pourquoi cette loi est plus importante en France qu’ailleurs, parce que la France en matière sociale a toujours été un précurseur. Elle n’est pas négligeable ni insignifiante. Elle veut dire quelque chose dans le concert des nations européennes. Même dans l’UE, La voix que portent en ce moment les Français je vous assure résonne jusqu’aux fins fonds du Danube et des Cyclades.

        Pourquoi donc les Français devraient-ils se taire et tout accepter.... en attendant !


      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 12 septembre 21:29

        @Nicole Cheverney
        Les Français n’acceptent rien du tout !
        Ce qui leur manque, c’est justement de comprendre les tenants et les aboutissants de ces réformes.


        Pour cela il n’y a que l’ UPR. Il n’est pas question de rester les bras croisés pendant 5 ans ! Il faut aller tracter, rencontrer les gens, expliquer, informer, c’est ça le travail des militants de l’ UPR.

      • BOBW BOBW 13 septembre 20:38

        @Fifi Brind_acier:Il ne faut pas innocenter ce « pauvre MEDEF », il a a beaucoup contribué à l’élection de son « toutou -Macron » ;->


      • Anatine 12 septembre 12:43

        Greve de la consommation


        • Anatine 12 septembre 12:46

          Notation des entreprises.


        • gogoRat gogoRat 12 septembre 13:19

          ça y est : ça dégénère à Lyon ...

          Réforme du code du travail : ambiance tendue à Lyon

           cf http://www.leprogres.fr/rhone/2017/09/12/reforme-du-code-du-travail-les-opposants-sont-dans-la-rue


          • zygzornifle zygzornifle 12 septembre 13:40

            Vous l’avez élu , vous l’avez dans le cul .....


            l’ennemi n’était pas LePen mais Macron mis en place par la finance l’Europe et les médias pour mater le « sans dents » , ils vous ont manipulés comme des mougeons, maintenant les veaux il faut vous mettre en rang par 2 et marcher jusqu’à l’abattoir .....

            • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 12 septembre 20:25

              @zygzornifle
              Le Pen aurait appliqué exactement les mêmes réformes !
              Ainsi que tous ceux qui ne veulent pas sortir de l’ UE.

              Il suffit de voir « le pseudo radical de Gôche » Tsipras, émerveillé par les investisseurs qui viennent acheter tout ce qui est à vendre en Grèce.

              C’est à dire tout : les îles, les chemins de fer, la Poste, les ports ...
              En Grèce, tout est à vendre, ou presque.

              Et Tsipras a aussi fait une réforme du Code du Travail !


            • symbiosis symbiosis 12 septembre 13:54

              C’est sûr, la mère lepen « la sociale » nous aurait libérée de la ploutocratie, de l’otan et de l’ue.
              Elle aurait peut-être même donné sa fortune pour financer la sortie par l’article 50 et nous libérer ainsi de l’emprise des nantis dont elle fait aussi partie.
              Zygzornifle, si nous l’avons dans le cul, toi c’est la tête que tu as dans le cul....


              • Pyrathome Pyrathome 12 septembre 14:21

                Bonjour,


                Beau travail de synthèse !
                Les « lois travail » sont des directives Européennes, les GOPE, issues du traité qui a été refusé en 2005 par le référendum sur le TCE, mais passé en force autoritairement par Sarkosy en 2007 et Hollande en 2012 par un déni caractérisé de démocratie, ce sont des actes délibérés de TRAÎTRISE......

                • pipiou 12 septembre 14:36

                  Le Code du Travail c’est ceux qui en savent le moins qui en parlent le plus.

                  On fait dans la caricature et l’ideologie la plus simpliste : « revenir 150 ans en arrière », nous dit l’auteure, comme à l’époque où l’on faisait travailler les enfants de 10 ans dans les mines ; est-ce qu’on en est vraiment là ? sérieusement.

                  Mais qu’est-ce qu’elle fout sur Internet cette brave dame, se soumettant au modernisme et à la technologie ; Mme Cheverney n’est-elle pas entrain de nous détricoter le courrier postal ??


                  • Armelle Armelle 12 septembre 16:39

                    @pipiou
                    Ha !!! Sacrée Nicole !!! 
                    150 ans en arrière ! ho surtout ne lui dites pas cela, cette époque nous ramène au second empire dont la deuxième partie était qualifiée d’empire « libéral », un terme abjecte pour Mde la baronne !!!

                    ...Les réformateurs ou progressistes inventent de nouvelles idées. Quand elles sont usées, les conservateurs les adoptent...


                  • symbiosis symbiosis 12 septembre 16:42

                    @pipiou
                    Hola espèce de cornichon !
                    Et toi que fous-tu sur Agoravox ?
                    Essaierais-tu de nous faire croire que nous vivons dans le meilleur des mondes ?
                    Dans le monde merveilleux de la libération ultralibérale tel que nous le voyons sur les télécrans ?
                    Ah, le télécran, ça en fabrique des couillons !!!


                  • pipiou 12 septembre 20:07

                    @symbiosis

                    Est-ce qu’il peut arriver à ton cerveau qu’entre le meilleur des Mondes et le pire des mondes que nous dépeint l’auteur il y a un petit espace ?
                    Toi aussi du fais partie du club des caricaturistes ?

                    Toi qui naquis couillon tu n’eus même pas besoin de télé pour le devenir, chanceux va.


                  • Armelle Armelle 12 septembre 17:07

                    "Le principe de base du contrat de travail, c’est la subordination du salarié par rapport à celui qui détient la « propriété de l’outil de production », c’est-à-dire, le dirigeant de l’entreprise« 

                    Nicole Cheverney découvre le monde, c’est comme ça depuis que le monde est monde chère Madame, la sieste fût bonne ?

                    Oui et aujourd’hui, »le principe de base du contrat de vie, c’est la subordination du citoyen par rapport à celui qui détient la « propriété de l’autorité légitime », c’est à dire l’état
                    Vous voyez, ça marche aussi sauf que c’est pire car vu que l’état est obligé de copiner avec ces fameux « dirigeants », vu que ce sont eux qui ont le pognon susceptible d’alimenter la machine à répartition des richesses, il n’a pas trop le choix, donc accepte aussi des concessions, que les travailleurs subissent. Bilan, vous vous feriez bien avoir deux fois ma bonne dame, en occultant bien sûr le principal coupable, qui lui passe tjrs pour la bon samaritain, le sauveur !!!
                    Faite attention aux siestes trop longues ! 15minutes maxi sont préconisées

                    Sinon Nicole, étant sans doute propriétaire d’une machine à laver le linge et d’une salle de bain, je vais vous envoyer les gens du voyage posés non loin de chez moi, à qui l’on a coupé l’eau depuis vendredi. Je pense que vous n’y verrez aucun inconvénient !!! Votre vision quant à la notion de propriété vous fera sans doute vous rapprocher de ces gens en difficulté !!! Nous oeuvrons mais manquons cruellement de bonnes âmes



                    • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 12 septembre 17:15

                      @ Armelle

                      Qu’est-ce que tu cherches exactement ?


                      • symbiosis symbiosis 12 septembre 17:29

                        @Nicole Cheverney
                        À lire ses commentaires, je crois que la buse est incapable de répondre, ne sachant apparemment pas trop ce qu’elle dit, je crois qu’elle ne sait pas non plus ce qu’elle cherche.


                      • Armelle Armelle 12 septembre 17:33

                        Juste le jeu d’Agoravox, je réagis juste face à des propos dans lesquels je ne me reconnais pas et me semble relever de la démagogie pure !!!
                        Et puis je ne m’adresse pas à votre personne, je m’adresse à un pseudo sur un site ou chacun est anonyme et sans consistance. Nicole Cheverney est une image pour moi, rien de plus, l’aspect humain ne peut exister, lequel je réserve d’ailleurs aux personnes que je côtoie physiquement. Voilà tout.
                        Et puis sans doute je vous estime dans une analyse totalement erronée quant aux sujet des entreprises et la façon dont vous généralisez les choses, ce qui me pousse à vous « titiller ». Je pense tout simplement qu’une réalité vous échappe, c’est tout
                        Et je n’en veux absolument pas à la femme que vous êtes.
                         


                        • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 12 septembre 18:23

                          @Armelle

                          Oui, mais j’écris sous mon vrai nom qui n’est ni un pseudo, ni une illusion d’optique. C’est la raison pour laquelle je pense que dépassez le bornes et qu’un peu de courtoisie de votre part permettrait à chacun-es d’argumenter, ce pourrait être enrichissant. Au lieu de m’invectiver à longueur de posts.


                        • Armelle Armelle 12 septembre 20:12

                          @Nicole Cheverney
                           « à longueur de posts »«  ???
                          J’en suis désolée si ça tombe souvent sur vous !!! Vous savez, la courtoisie, le respect et l’échange constructif est pourtant ce qui pourrait me satisfaire, sauf que, comme vous avez dû le remarquer ici dès que l’on propose des idées différentes à la pensée dominante, même en apportant des arguments, comme je peux le faire souvent en expliquant ma pensée, les fous furieux se précipitent pour vous traiter de conne, j’ai même eu droit à la salope en passant par la pute, tout cela parce que je ne pense pas à gauche qui pour moi reste la plus grande supercherie de l’histoire de la politique et que je défend les pensées fondatrices du libertarianisme !!! Ce qui ne m’empêche pas d’aider ceux qui en ont besoin, je le fais directement, je n’ai nullement besoin des services de l’état pour cela, car dans ce cas il ne s’agit plus de solidarité de coeur mais de solidarité fiscale, donc forcée et ça me gêne, ça ne me suffit pas pour pouvoir tranquillement me regarder dans le miroir sans scrupule dans mon confort tout »relatif" cependant.
                          Et si vous ne voyez pas mes articles c’est tout simplement parce qu’ils sont systématiquement censurés !!! ...J’ai tenté 3 fois en vain, alors qu’ils respectaient à la lettre les consignes.
                          Du coup j’écris sur un autre journal, qui lui, n’ est pas orienté et ne prend pas parti.
                          Donc il s’agit peut être d’un coup de malchance si ma dérision se pose systématiquement sur vous, Et votre premier sentiment n’est pas forcément celui de tous les habitués dont certains affirment avoir des échanges enrichissants même s’ils ne sont pas de mon avis...
                          Alors dans l’objectivité que je me dois d’avoir, j’avoue que je dépasse parfois les bornes alors veuillez m’en excuser.
                          Et puisque dorénavant je m’adresse à une vraie personne, votre pseudo étant votre vrai nom, et j’ai fait une petite balade sur le net ...Alors je m’adresserai à vous comme je m’adresse à mon voisin quand je le rencontre. En revanche cela ne m’empêchera pas de vous interpeller quant aux propos qui parfois relèvent juste d’un avis et sont présentés comme des vérités, surtout quand il s’agit d’économie et de gestion d’entreprise ou quand ils sont trop généralistes et du coup salissent des sujets qui sont, eux, corrects et respectueux
                          J’ai vu que vous aviez écrit un livre sur la période pestiférée de Marseille, or j’ai vu il y a qqes temps sur je ne plus quelle chaîne du câble, un documentaire passionnant à ce sujet dans lequel sont évoquées les origines, lesquelles sont immondes et en disent long.... Peut être traitez-vous cet aspect dans votre bouquin ?
                          Bonne soirée


                        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 12 septembre 20:34

                          @Armelle
                          Du coup j’écris sur un autre journal, qui lui, n’ est pas orienté et ne prend pas parti.

                          Bien sûr, ceux qui sont favorables aux projets de loi de Macron, ne sont pas du tout « orientés politiquement », et ne prennent pas parti du tout.... Quand vous aurez fini de nous prendre pour des truffes avec votre « pseudo objectivité », c’est quand vous voulez ... !


                          Sinon, essayez de vous faire embaucher chez BFM WC, ils racontent 24h/24 que Macron fait « des lois progressistes  »... Changer le sens des mots, c’est faire prendre aux gens des vessies pour des lanternes.

                        • Armelle Armelle 13 septembre 09:27

                          @Fifi Brind_acier
                          Et vous Fifi, quand vous aurez, vous aussi, fini de nous prendre pour des truffes avec vos airs de ne pas comprendre ce que les gens écrivent, et sans cesse transformer leurs propos !!!
                          En l’occurrence je ne parlais pas « des gens », je parlais d’Agoravox et ses censeurs qui font que ce « journal » ne cible que et exclusivement des articles gauchistes, alors quand vous évoquez une « pseudo objectivité » c’est amusant !!!
                          Mais sinon je comprends que parler de lois progressistes avec une groupie d’Asselineau est plutôt incongru !!! C’est comme si Keynes s’adressait à Hayek !!!
                          Et c’est sans doute quand j’ai plus haut, évoqué « le second empire », le terme a dû vous réveiller
                          Finalement vous êtes comme la plupart des lecteurs ici, vous passez l’année entière à beugler des conséquences de votre vote calamiteux.
                          On a ce qu’on mérite...
                          Car pour être précise, si vous n’aviez pas voté pour votre marionnette du 19 ème, comme les autres illuminés l’ont fait avec poutou, (deux sujets inimaginables à cette fonction) alors Mélanchon serait sans doute passé au deuxième vu le faible écart et avait de bonnes chances de le remporter au 2ème face à Macron en rassemblant toutes les forces de gauches. Et au moins aujourd’hui vous auriez un Keynésien !!! Mais non !!! l’entêtement n’a pas de limite, il fallait être un peu tarte pour imaginer qu’Asselineau puisse devenir président ! ET C’EST VOUS QUI DONNEZ DES LECONS D’OBJECTIVITE ??? ça va le chevilles ? Le moins que l’on puisse dire en tout cas, c’est que la stratégie n’est pas votre fort. (avec réflexion ça marche aussi)

                          « Sinon, essayez de vous faire embaucher chez BFM WC » ...Une bonne blague de beauf pour finir...
                          Décidément vous aimez vous rabaisser !!!

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès