• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > La main de Dieu dans la trompe des hémiptères ?

La main de Dieu dans la trompe des hémiptères ?

Comme dans le refrain de la chanson de carabin : "Y'a des morpions qui m'emm...la nuit...", j'ai de temps à autre quelques sales bêtes , d'indésirables idées noires qui, telles de vilains parasites sont aussi efficaces qu'une surchauffe estivale à retarder la venue du sommeil. Il y a bien sûr toutes ces saloperies qui rongent la vie des gens, ces injustices (voir l'article de Chalot sur le couple privé d'eau !), la misère du plus grand nombre, qu'une overdose de JT de TF1, ou de leurs équivalents génériques d'autres chaines ne suffiraient pas à estomper. Mais quand, par un nécessaire sursaut de conservation vitale, et avec le secours d'une mirabelle artisanale, j'arrive à oublier ces dégueulasseries, il m'arrive de songer à une énigme qui me turlupine depuis longtemps, un problème de luxe, qui me fait dire en même temps que j'ai bien du pot de pouvoir me poser ces questions...

Les Hemiptères sont des insectes dont font partie les bien connus pucerons, cigales... et qui comprend aussi les punaises. Mais qu'on se rassure, il ne s'agit pas d'une attaque directe de celles qui infestent certains appartements, et je touche du bois, car il paraît qu'il est assez difficle de s'en débarrasser. 

Les pièces buccales de nombre des représentants de cet Ordre d'Insectes constituent un "rostre" type "piqueur", leur permettent de transpercer différents tissus, végétaux ou animaux, et donc d'atteindre de liquides dont ils se nourrissent ; sève, sang... Comment un rustre peut-il avoir des pensées pour un rostre ? Je vous le demande.

Voilà donc mon tourment de pacotille : Ces insectes sont hyper spécialisés dans la récolte d'un aliment pas très commode d'accès, un peu, comme dans d'autres Ordres chez les papillons ou les moustiques femelles et, à première vue - et c'est encore plus flagrant s'agissant des Cochenilles - ont une bobine assez éloignée d'insectes tels que criquets, sauterelles ou scarabées, dont les pièces buccales,groupées autour de la bouche, séparées et bien identifiabes, sont au nombre de 7, en comptant l'hypopharynx, sorte de "langue". Elles permettent le broyage d'aliments solides assez aisément accessibles

Mais la dissemblance n'est quapparente : l'examen détaillé, à la suite d'une dissection fine telle qu'un asticoteur de mouches en est capable, montre que leur rostre est bel et bien composé des mêmes pièces buccales, étroitement coaptées par des dispositions anatomiques comparables au système tenon - mortaise, formant ainsi des tubes capables de véhiculer des fluides, avec une disposition morphologiquement identique même s'il en manque parfois. Si on ajoute à cela les parentés phylétiques attestées par l'étude du génome, c'est à dire de l'ADN, l'appartenance des Hémiptères à la Classe des Insectes apparaît indiscutable.

Alors me direz-vous, où est le problème ? 

Le problème est d'imaginer comment sont apparus des insectes aussi diaboliquement sophistiqués au plan anatomique, à partir d'un archétype moins spécialisé. Qu'à partir d'une microévolution il y ait eu bricolage de pièces buccales broyeuses permettant de passer d'un broyage de végétaux au mastiquage de chair, soit. Transformer un souteau en couteau à dents ne doit pas demander bien des transformations... Qu'il y ait eu des papillons ancestraux avec une trompe rudimentaire n'autorisant que l'accès aux fleurs à large corolle, puis que des bidouillages microévolutifs aient aboutis aux Siffredi des Lépidoptères, capables d'atteindre des fleurs en tubes étroits, comme chez les Composées, soit... Mais l'apparition d'un complexe buccal hautement élaboré de type hémiptère par petits acoups mutationnels défie l'entendement : il a fallu que ces rostres soient d'emblée fonctionnels, avec toutes les options, sinon, tintin pour la soupe, cachée sous une écorce ou sous la peau... 

A l'époque où j'usais mes fonds de culotte dans les amphis, avant donc que soient mis en lumière l'existence de gènes particuliers, dits homéotiques, un vieux prof avait soulevé cette question en disant, les universitaires n'étant pas tenus à la réserve au plan religieux ou philosophique : "je ne peux y voir que la main providentielle de Dieu"

Alors je m'adresse à toutes celles et ceux qui en savent long sur la question : les données nouvelles en génétique peuvent-elles expliquer la (brusque ?) apparition de ces formes très finement spécialisées ? Vite, à moi, une personne avertie, experte en théories nouvelles comme un Berbard Dugué, féru d'ondes nouvelles, ou un érudit amusant comme Taupo capable de bonne vulgarisation... Aidez-moi, éclairez-moi, par pitié, :

 Dieu a-t-il mis Sa Patte dans la trompe des pucerons ?

Je serais fâché de l'apprendre, tellement il y a de choses bien plus graves, qu'il aurait peut-être bien dû éviter.


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • Gontran Gontran 5 août 2013 10:48
    Comme vous le savez sûrement, les espèces n’évoluent pas d’elles-mêmes mais poussées par leur environnement. Les êtres vivants se façonnent les uns les autres au cours de leur évolution. Le cou de la girafe grandit à mesure que les arbres évoluent pour protéger leurs feuilles en les faisant pousser plus haut. La vitesse du guépard augmentent en même temps que celle de la gazelle qu’il pourchasse. 

    La même chose s’est probablement passé concernant la trompe de vos insectes. A mesure que les plantes ou les animaux dont ils se nourrissaient développaient des peaux et des écorces plus épaisses et coriaces, au fil des générations, leur appareil buccale et leur système digestif s’est adapté pour leur permettre de continuer de se nourrir, en s’allongeant et en se solidarisant pour devenir plus solide.

    Notez que, dans l’immense majorité des cas, ça ne se passe pas aussi bien, et qu’un jour ou l’autre, face à un défi trop important pour l’évolution, les espèces s’éteignent, purement et simplement. C’est arrivé à 99,9% des espèces que nous connaissons de l’histoire de la vie. 



    Un parenthèse philosophique sur votre référence divine : 

    Dieu est la réponse à « pourquoi », ce que la science nous offre, c’est la réponse à « comment ». 

    Pourquoi les hémiptères ont-ils une trompe ? Pourquoi avons-nous un neo-cortex aussi immense ? Pourquoi, il y a des milliards d’années, une immense explosion a fait apparaître le cosmos ? 

    A toutes ces questions, nous n’avons pas encore d’autre réponse que Dieu, Zeus ou Tartampion. Mais la science nous permet de savoir « comment », et c’est déjà pas mal. 

    • Jo Gurmall de Stafferla Jo Gurmall de Stafferla 5 août 2013 12:02

      Entièrement d’accord avec vous : le pourquoi implique une volonté, un projet, et, effectivement, là on sort du domaine de la science : on n’est plus dans le « royaume » de J. Monod, mais dans les« ténèbres »
      Ceci dit, mon interrogation est une plaisanterie : je voudrais juste faire intervenir des personnes capables de proposer une hypothèse sérieuse, à la lumière de données de la génétique, ou autre, que je ne connais pas.
      J’en profite pour rectifier ce que j’ai dit au sujet des gènes homotypiques. Même s’ils avaient été découverts à l’époque, on ne peut en aucun cas les impliquer dans le processus évolutif qui a abouti à ces pièces spécialisées à partir (?)de pièces « standard », puisque ces gènes sont à la base de du plan d’organisation antéro-postérieure de l’animal (et très anciennement apparus, puisqu’ils sont communs à un grand nombre de groupe
      Merci de votre commentaire


      • ZEN ZEN 5 août 2013 12:08

        Bonjour

        Le hasard et la nécessité, disait dèjà Lucrèce, qui avait compris l’essentiel
        Pour la question de fond, il faut demander à taupo
        Il en connaît un rayon...


        • ZEN ZEN 5 août 2013 12:11

          Taupo, sorry

          Pour ma part, j’augure bien de c’ affaire-là...


          • Jo Gurmall de Stafferla Jo Gurmall de Stafferla 5 août 2013 12:17

            J’espère itou le lire : c’est à chaque fois un plaisir !


          • sleeping-zombie 5 août 2013 14:26

            Hello,

            En fait, tu nous parles de « l’oeil de Darwin », version insecte. A savoir « comment un truc aussi compliqué et aussi parfais a pu arriver par hasard ? »

            L’idée de Dieu est plausible. Mais on peut aussi se dire que les insectes existent depuis très longtemps, ont une reproduction monstrueusement élevée et une durée de vie très faible. Donc un « nombre d’essai évolutif » absolument phénoménal. Dans ce contexte c’est un peu hâtif de crier au miracle dès qu’un résultat se pointe...


            • Gcopin fessesbouc 5 août 2013 22:30

              Bonjour

              Vraiment sympa de partir d’une trompe de moustique pour terminer sur le grand barbu en passant par Darwin.

              Si on remonte d’environ 4 milliards d’années, on peu se poser la même question concernant le flagelle soit la structure assurant la mobilité des premières cellules c’est le début de la vie sur notre planète. Le flagelle est un système isolé donc plus simple au niveau compréhension ?

              Pour info. « Le flagelle, comme les cils de certaines cellules et bactéries, constitue un moteur moléculaire rotatif qui assure leur mobilité. Dans le cas des procaryotes (comme la bactérie E. coli), leur fonctionnement nécessite l’interaction d’un quarantaine de protéines complexes, et l’absence d’une seule de ces protéines empêche le flagelle de fonctionner. Wiki… »

              Le flagelle fait parti des systèmes irréductible comme la tapette à souris quoi qu’irréductiblement complexe. Elle ne comprend que cinq pièces et quelques fixations ; pourtant, chaque pièce doit être disponible pour que le piège opère. Elles doivent non seulement être toutes présentes, mais aussi à la dimension appropriée et à la position correcte, tout en ayant des propriétés particulières leur permettant de remplir leur fonction au sein du système : le ressort doit être capable de fermer le marteau suffisamment fort pour tuer une souris etc.

              De ce fait on déduit que ce système n’a pas pu évolué suivant le principe de Darwin, a propos Darwin à écrit dans la théorie de l’évolution, à la page 39 de son livre L’origine des espèces, « Si on pouvait démontrer qu’un organe complexe quelconque a existé sans qu’il ait pu s’être formé par une longue série de légères modifications, ma théorie s’effondrerait complètement.  »


              • Jo Gurmall de Stafferla Jo Gurmall de Stafferla 6 août 2013 08:53

                Merci de vos interventions. A ce jour, on n’a toujours pas démontré ça...On n’a donc pas démonté la théorie de Darwin. Sauf qu’elle est insuffisante à rendre compte de bien des observations. Elle a de plus en plus besoin de béquilles...et de nouveaux apports.


                • sleeping-zombie 6 août 2013 10:47

                  Hello,

                  Il n’y a qu’en mathématiques où on démontre des choses, dans tous les autres domaines, on se contente d’adopter les théories qui donnent les meilleurs résultat.
                  Et la théorie de l’évolution (a ce jour) n’a pas été dépassée par une autre. Sinon, comment expliquer l’apparition de bactéries résistantes aux antibiotiques ?


                • gdfontaines 6 août 2013 13:12

                  « Je serais fâché de l’apprendre, tellement il y a de choses bien plus graves, qu’il aurait peut-être bien dû éviter » .. N’y aurait-il pas ce que Dieu donne d’un côté et ensuite ce que l’on en fait ?

                  « Le pouvoir politique devra se rendre compte du fardeau énorme qu’occasionnent les dégénérés à la nation. Les sommes dépensées pour la législation, la justice, la police dépassent 48 000 000 livres par an. Et ce n’est pas la charge totale. Le vaurien ne paie pas son loyer, [...]. Si la communauté avait moins à payer pour les dégénérés de tous genres, les hommes sains auraient moins à payer [...]. Chaque augmentation des impôts est un pas vers la dégénération de la race. »

                  Dixit le fils d’un certain Darwin ! .. La source : http://www.solidariteetprogres.org/documents-de-fond-7/science/article/eugenisme-prive-ou-comment-l-homme-devient-l.html

                  De là à dire qu’un Darwin peut en cacher un autre .. au risque de penser qu’un insecte ça trompe énormément et sans vouloir être rustre pour un rostre, si dieu est en toute chose alors peut-être que nous l’y aidons bien ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès