• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > La Menace cybernétique de Retour à l’Honneur

La Menace cybernétique de Retour à l’Honneur

L'ère de la guerre intense entre les quatrième et cinquième générations a connu un recul des menaces cybernétiques.

Le ministre de la Défense du Royaume-Uni a ramené la menace cybernétique à l'honneur.

Gavin Williamson, secrétaire britannique à la Défense, a averti que la Russie pourrait « tuer des milliers de personnes » en perturbant l'infrastructure britannique. Le ministre a déclaré au Daily Telegraph que Moscou espionnait les approvisionnements en énergie qui, s'ils étaient coupés, pourraient provoquer le chaos dans le pays. C’est la menace réelle à laquelle le pays fait face à l'instant, a-t-il dit.

Cette déclaration importante ramène la cyber menace à l'honneur après avoir été oubliée en raison de la menace grandissante du terrorisme.

Le retour de la menace cybernétique ne signifie pas le retrait de la menace terroriste. Chacune des deux a un caractère spécifique et nécessite des plans et des stratégies spécifiques pour maintenir la sécurité nationale dans divers pays.

La cyber-menace est une priorité inévitable au Royaume-Uni. Les lignes sous-marines du Royaume-Uni, qui fournissent au pays de l'électricité et du gaz peuvent être soumises à cette menace. Le secrétaire britannique à la Défense a déclaré en novembre dernier que la Russie avait fait des recherches sur ce type de connexions. Ces plans sont des stratégies russes potentielles contre ses adversaires dans les guerres futures.

« Le plan pour les Russes ne sera pas pour les péniches de débarquement à South Bay à Scarborough et au large de la plage de Brighton », a déclaré le ministre. « Ils vont penser : ‘Comment pouvons-nous causer autant de souffrances à la Grande-Bretagne ?’ Endommager son économie, déchirer ses infrastructures, causer des milliers, des milliers et des milliers de morts, et crée un chaos total dans le pays », a-t-il ajouté.

 

Le directeur du Centre national de cybersécurité au Royaume-Uni, Ciaran Martin, a confirmé que la Russie avait déjà organisé des attaques contre les secteurs des médias, des télécommunications et de l'énergie au Royaume-Uni au cours de l'année dernière.

La menace russe ne s'est pas arrêtée au niveau militaire. Boris Johnson, le ministre britannique des Affaires étrangères, a demandé à Moscou de cesser de déstabiliser l'Europe. Il a déclaré : « La Grande-Bretagne ripostera à de futures cyber-attaques ». Johnson a raillé les responsables russes en comparant la Russie à l'ancienne cité grecque de Sparte. Il a déclaré que Moscou était « fermé, méchant, militariste et anti-démocratique - comme Sparte ».

Le Kremlin estime que ces déclarations sont une justification pour augmenter le financement militaire britannique. Le ministre russe de la Défense, Sergey Shoygu, a déclaré que les activités de l'OTAN avaient augmenté aux frontières russes au cours des dix dernières années. Le ministère russe des Affaires étrangères s'est moqué des déclarations du ministre britannique des Affaires étrangères. Les déclarations ont suscité les rires russes et ne sont pas dérangeantes car elles ont été émises par Boris Johnson, a déclaré la porte-parole Maria Zakharova.

Une guerre des mots entre la Russie et le Royaume-Uni reflète que la tension est devenue la seule caractéristique des relations entre ces grandes puissances. Le souci et la peur ne sont plus liés au développement des capacités militaires et nucléaires conventionnelles. Les capacités de la cyber-menace ont un pouvoir croissant de destruction économique.


Moyenne des avis sur cet article :  1/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • Christian Labrune Christian Labrune 16 février 2018 10:11

    Il y a dans Wikipedia plusieurs articles bien documentés qui font le point sur ces questions, dont celui qu’on trouve à l’entrée « cyberguerre ».

    La prise de contrôle à distance des systèmes dépendant de l’informatique constitue, de fait, un des principaux dangers pour les années qui viennent, en ce sens que les attaques sont assez imprévisibles. A l’époque de la guerre froide, les avions d’observation puis les satellites permettaient assez facilement de se faire une idée des capacités militaires de l’ennemi : les fusées nucléaires de Cuba avaient presque tout de suite été photographiées et repérées. Il est beaucoup plus ardu d’évaluer les capacités d’attaque informatique d’un pays : elles sont dans les cervelles des concepteurs et n’apparaissent pas dans le paysage. Plus grave : lorsqu’une attaque a eu lieu, il est souvent très difficile d’en déterminer l’origine.

    La Chine a très vite compris, au début de ce siècle, la nécessité de se doter de capacités de défense et d’attaque. L’Amérique dispose des moyens de contrôle du réseau les plus étendus, et Israël, qui est pourtant un pays minuscule est tout à fait en pointe dans ces domaines : on se souvient du virus Stuxnet qui avait mis hors d’usage les centrifugeuses iraniennes.

    On ne peut pas en dire autant des états européens. La France avait été parmi les pionniers des télécommunications à l’époque de son minitel, mais elle n’a pas réagi assez vite, dans les années 90, lorsque l’Internet a induit en très peu d’années une véritable révolution. La Grande Bretagne, trop souvent tributaire du renseignement américain, a perdu aussi les formidables capacités de renseignement qu’elle avait dû développer pour lutter contre les armées du Reich.

    Si on ajoute à ces possibilités de paralyser momentanément l’activité d’un pays par la corruption de ses systèmes les armes nouvelles robotisées, terrestres ou aériennes, cela compose un tableau assez inquiétant et ils donc tout à fait urgent que les régimes totalitaires des états voyous comme la Corée du Nord et l’Iran soient au plus vite ratatinés. Entre les grands blocs tels que l’Amérique, la Chine et la Russie, il y aura bien toujours de l’espionnage et des vols de data, mais cela n’ira jamais jusqu’à la folie de vouloir détruire physiquement l’adversaire. Avant dix ans, il faudra en avoir fini avec tous les régimes totalitaires sur la planète. La survie de la civilisation en dépend.  


    • Ben Schott 16 février 2018 10:24


       

      Quel virus pourrait mettre hors d’usage la centrifugeuse crânienne de Labrune ?
       


    • phan 17 février 2018 04:00

      @Ben Schott

      Le virus Hanouna : C’est dengue non ?


    • alain_àààé 17 février 2018 14:51

      je ne répondrais a l article mais j aimerais savoir que quand je veux faire un commantaire sur PLEVEL ce fachos ce mafiausieux c est ordure qui m as escroqué 600e sur mon compte car j étais abonné a médiapart et avait mon numéro de compte ce qui représentait plus de la moitiée de la pension d handicapé puisque je suis handicapé.messieurs les moralisateurs je ne comprend pas pourquoi je ne fais pas de commantaire sur cet ordure.deplus pourquoi faire un article sur cette ordure qui vole un handicapé de son mois de pension

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès