• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > La nature au tribunal ? « Coq, cloche, moissonneuse... sont maintenant (...)

La nature au tribunal ? « Coq, cloche, moissonneuse... sont maintenant protègés. »

Bobos des villes

Un mystère, une inconnue, quelque chose d'étrange ou même d'obscure... le bobo a-t-il été inventé pour faire suer ? 

Le bobo peut être une véritable énigme pour le simple citoyen qui ne connaîtrait pas les codes de la bobo attitude, mais essayons d'y voir un peu plus clair dans ce flou artistique, afin d'éviter les pires clichés ..

Adepte du décor aseptisé, dedans comme dehors, et de la couleur pastel, toujours souriant et l'air très lisse, souvent très svelte à force de se nourrir de prana qu'un petit coup de vent peut le faire basculer mais toujours avec le sourire, parce que son crédo c'est faire bonne figure quoi qu'il arrive, résistant à toute épreuve à la mauvaise humeur des autres c'est un véritable guide du routard des rayons bio, il connaît mieux que personne tous les composants de l'alicament dernier cri, roi de la bien-pensance qui ne veut jamais vexer personne d'où son goût pour l'art contemporain, pour faire court, ledit "art", cher, moche et insondable ; ce petit bourgeois-bohème, et égoïste, n'en fait paraît-il, qu'à sa tête.

C'est droit devant qu'il file chemise au vent, et qu'il survole les rues, les villes et le monde, sur ce qui reste encore de Vélib... et c'est à tout prix qu'il roule, et vite, oui ! votre monde lui appartient.

Ni courageux, ni téméraires le bobo citadin a été le premier à prendre la clé des champs et à rouler vite en voiture, jusqu'à sa résidence secondaire pour échapper au confinement, oui, adieu covid 19, masques, parisiens pas bo et migrants, on laisse ça aux autres, on s'en va, on va embourgeoiser les Ruraux.

 

Bientôt les bobos des champs ?

Parce que, imaginez-vous ma bonne dame que, d'après le journal et depuis le confinement, certains citadins, pas tous bobos, seraient même prêts à revenir en région parisienne afin d'y acquérir une maison pour être plus proche de la campagne... oui ma bonne dame...non les provinciaux ne criez pas victoire trop vite et surtout pas trop fort...

Ils arrivent avec gants, casques et genouillères, ils vont vous apprendre la vie et surtout vous apprendre à circuler en patinette.

 

La place bobo va-t-elle remplacer la bonne vieille place du marcher ?

À ce qu'il paraît... les touristes quand ils viennent à la campagne, mais pas que, même maintenant des habitants qui sont pris par cette nouvelle maladie, la bobo attitude, s'y mettent aussi, et sont gênés par les bruits de quoi, on vous le demande ? Eh ben, par les bruits de la campagne. Oui ma bonne dame.

Non mais pardi ! je t'enficherais moi de la bobo attitude !

 

La nature au tribunal ?

C'était la nouvelle absurdie du siècle, celle d'envoyer les coqs, les grenouilles, et les cigales chanter ailleurs, et d'y faire se taire les sonnailles des vaches et les carillons des clochers de la place du village, et tout ça au rythme de la sonnette d'un magistrat et au pas des gendarmes. Et ça commence à faire une sacrée dissonance sonore et une disharmonie dans la nature qui n'aime pas qu'on la dérange, on en est arrivé à un tel point que, mai 2019 on lisait Coq, cloche, vaches : les sons de nos campagnes bientôt au Patrimoine mondial de l'Unesco ?

Bonjour l'ambiance

Ces évènements se sont passés en 2019 bien avant la crise sanitaire, après je n'ai pas vu d'histoire de ce genre là depuis, c'est sans doute un article pour presque rien et aussi un peu pour rire, puisque le problème semble être résolu depuis janv 2020, mais quand même, voilà donc où en arrive cette société de fous, celui que la seule ambiance d'un lieu, une atmosphère qui pourtant va de soi, doit être mise et rangée dans une case, afin de la protéger des farfelu(e)s qui veulent la nature sans la nature, la campagne sans la campagne !

Mais bonne nouvelle janv 2020 "Coq, cloche, moissonneuse... sont maintenant protègés. "

Le plus drôle c'était celui


Moyenne des avis sur cet article :  2.83/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

36 réactions à cet article    


  • zygzornifle zygzornifle 15 juillet 13:16

    La nature au tribunal ? « Coq, cloche, moissonneuse... sont maintenant protègés. »

    Et l’ados avec sa mob trafiquée et sans pot d’échappement ?


    • zygzornifle zygzornifle 15 juillet 13:17

      voilà donc où en arrive cette société de fous

      A force d’élire des fous il ne faut pas s’étonner que l’on vive dans un monde de fous ….


      • Simple citoyenne Simple citoyenne 15 juillet 17:04

        @zygzornifle Vous avez raison ! Je crois que là-dessus on est tous d’accord !


      • binary 15 juillet 13:38

        Quand on ne sait rien faire, on cherche à s approprier ce que l’autre a fait.

        Si, on ne le peut pas, on cherche alors à détruire ce qu il a fait.

        Si, on ne le peut pas, on cherche alors à empêcher l’autre de faire.

        Le boboisme, n est que la 3e étape de cette réaction darwinienne.


        • Fergus Fergus 15 juillet 14:12

          Bonjour, Simple citoyenne

          Article amusant, mais caricatural.

          Amalgamer tous les « bobos » dans cette succession de ce qu’il faut bien nommer des « clichés » n’est en effet pas très réaliste. Pour une raison simple : il n’y a pas une seule sorte de « bobos » !

          Qui plus est, vous occultez une réalité : la remise en cause des « nuisances » de la campagne n’est pas le fait des seuls « bobos » : de plus en plus d’autochtones dont les racines plongent dans les terroirs ruraux deviennent eux-mêmes procéduriers. Qui plus est, les fameuses « nuisances » de la vie rurale sont, paradoxalement, assumées par des néo-ruraux issus de la boboïtude urbaine !

          Tout cela pour dire que les choses sont souvent plus complexes qu’il n’y paraît de prime abord !


          • foufouille foufouille 15 juillet 15:38

            @Fergus

            ceux que j’ai connu étaient tous des néo cons de la ville mais pas tous bobos.


          • Simple citoyenne Simple citoyenne 15 juillet 16:46

            @Fergus En effet, je suis d’accord avec vous quant aux habitants qui se plaignent aussi, je l’ai d’ailleurs indiqué dans l’article, mais un article qui se voulait aussi comique ! Tout en soulignant mon point de vue quand même ! Les cigales, là, il faut le faire quand même ! smiley


          • Fergus Fergus 15 juillet 17:00

            @ Simple citoyenne

            Notez bien que les plaintes ne sont pas toujours dénuées de fondement. Ainsi les habitants de Nasbinals  un village de Lozère au coeur de l’Aubrac pour lequel j’ai une affection particulière  ont-ils, au terme d’une longue lutte, obtenu naguère que les cloches de l’église cessent de sonner jour et nuit... tous les quarts d’heure

            Pour ce qui est des cigales, je suggère aux maires concernés de prendre des arrêtés interdisant aux cigales de cymbaliser après 22 heures sur le territoire de la commune.
             


          • Aimable 16 juillet 00:43

            @Simple citoyen
            Quand vous avez une hotte aspirante industrielle qui fait le même bruit qu’un réacteur sur le tarmac , il y a des raisons de se plaindre, bobo ou pas et la en l’occurrence , il s’agit d’un agriculteur aubergiste bas du front .


          • mmbbb 19 juillet 15:16

            @Fergus J ai surtout connu a la campagne des guerres picrocholines concernant la limitation d un bien par des pierres dont les registres cadastraux et les actes notariés ne donnaient pas une mesure précise . Une bataille sans fin de quelques demi mètres . il est vrai qu a cette l époque lointaine le GPS n existait pas ! 
            Quant au bruit , lorsque je passe par exemple vers la rocade vers Vénissieux ou d autres , des grandes barres d HLM a quelques dizaines de metres de ces quatre voies ou circulent jours et nuits camions et autos . je plains les habitants ne pouvant pas avoir un lieu plus convenable, Outre le bruit permanent , ils ont un horizon de béton . Le bruit d une cloche sonnant tout les quart d heure parait en effet insupportable . Les ruraux ne connaissent souvent pas leur bonheur 


          • ETTORE ETTORE 15 juillet 14:42

            Lol !

            J’en ai quelques uns de ces bobos, néo ruraux, à côté....

            Dès leur installation.....Poules en liberté sur....les propriétés de tout le monde.

            Ah oui, le coq acheté dans la foulée chez Jardil.....aussitôt appelé Môôôôrice !

            Et toute cette basse cour, représentative des émois frustrés de ces bobos, caquette dehors, jours et nuits !

            Sauf....Sauf.....Que les renards du coin, on vite repéré les nouveaux arrivant bobotifiés.....N’y laissant que quelques plumes et l’interrogation du plumeux bobogogol de service : « Vous n’avez pas vu Morice ? avec un sous entendu latent d’un braconnage avec finitude culinaire au....pot.

            Que fais je ? Lui explique »JE" que la nature a ses propres lois ?

            Ou je le laisse racheter son cheptel à oeufs....brouillés ?

            Bon....Moi, j’aime bien les renards !


            • eddofr eddofr 15 juillet 15:13

              @ETTORE

              Jusqu’à il n’y a pas longtemps, je vivais à la campagne.
              Mais depuis quelques années, la ville m’encercle progressivement.
              Mon champs de vision est passé de céréalier à bétonné.
              Le bruit des voitures a remplacé celui des tracteurs.
              Le bruit des tondeuses a remplacé celui des moissonneuses.
              Le bruits des échangeurs de climatisations couvre celui du vent.
              Les cris des voisins éloignent les chants des oiseaux (il reste bien un merle courageux, mais je ne l’entends que quand il se pose sur ma cheminée).
              L’odeur du gazole et des pots d’échappement à remplacé la bonne odeur des épandages de purin ou de lisier.
              L’odeur du gazon fraîchement coupé a remplacé l’odeur du colza et la poussière de moissonnage du blé.

              C’est décidé, je déménage, je vais me chercher une maison 10 kilomètres plus loin Mais pas plus loin, faut quand même que j’aille travailler.
              C’est mon seul regret, être prolétaire plutôt que paysan, mais ici il n’y a pas de terre à cultiver à moins d’être un « Industriel de l’agriculture », un Céréalier à grande échelle ...

              Il mettront bien 10 ans à me rattraper, les citadins, et d’ici là je serais à la retraite et je pourrais partir plus loin.

              Par contre, une fois retraité, il me faudra quitter mon terroir pour retrouver les champs, les vaches, les bosquets, les renards, les écureuils, les biches, les faisans, les tracteurs et ces foutues taupes.

              Car voyez-vous je suis Briard, non seulement de résidence mais aussi de naissance et de cœur.

              Mais d’ici 10 ans, ma Brie natale tout entière ne sera plus qu’une banlieue de la mégapole Parisienne, envahie de Bobos et de Prolos tous gris et puant la ville.


            • foufouille foufouille 15 juillet 15:46

              @ETTORE

              j’imagine que les voisins nourrissent aussi les poules .......


            • Simple citoyenne Simple citoyenne 15 juillet 16:51

              @eddofr On peut toujours rêver que non, quant à une autre banlieue parisienne.


            • zygzornifle zygzornifle 15 juillet 15:25

              Ha les bobos , le coq , la poule , le lapin , la chèvre et surtout le dernier IPhone ….


              • Jeekes Jeekes 15 juillet 16:11

                Oué, c’est bien gentil tout ça.

                T’es bien brave simple citoyenne...

                Les ’’bruits de la campagne’’ que tu nous cause.

                 

                Mais parlons-en un peu de ces nuisances.

                Parce que je sais pas où tu habites, fi-fille.Tu m’as l’air bien péremptoire...

                Laisse-moi te dire, par chez moi y’a deux très GROS bouseux qui nous font chier à longueur d’années au moment des récoltes. Eté comme hiver.

                 

                Ces abrutis qui ont des milliers d’hectares à eux deux ’’s’amusent’’ (je vois pas quoi dire d’autre) à passer des nuits entières à nous assourdir avec leurs putains d’engins qui klaxonnent à tout va, sans parler de leurs tracteurs avec leurs remorques qui traversent le village à fond de cale en pétant une bonne centaine de décibels (et qui dégueulent leurs chargement dans chaque virage).

                 

                J’veux bien comprendre qu’il faut rentrer les moissons.

                Je que je ne peux pas accepter, c’est que ces enculés prennent un malin plaisir à finir au petit matin au ras des habitations, alors qu’ils pourraient juste inverser leurs plans de récolte pour terminer la nuit loin des maisons.

                C’est pas compliqué quand on a des champs qui s’étalent sur une dizaine de kilomètres ! Pourquoi ne le font-ils pas, juste pour faire chier ?

                Genre ’’nous on bosse’’ et on se branle de vous empêcher de dormir.

                Parce que, bien sûr, les autres, eux y bossent pas...

                 

                Faudrait voir à relativiser un peu.

                Ouais y’a des bobos qui n’ont rien à foutre à la cambrousse. Et qui n’ont jamais rien fait d’autre que de se regarder le nombril.

                 

                D’ailleurs, dans cette catégorie, hormis les bobos, il y a aussi les connards de ’’primo-acquérants’’ qui débarquent de leur banlieue et qui s’achètent un clébard qui passe son temps à gueuler tellement il est stressé de vivre enfermé (à croire que comme à l’époque des porte-clés, on leur en offre un dès qui ont acheté leur pavillon sam-suffit). Et je ne parle pas des abrutis qui s’entichent à élever des poules (en plus les poules ça pue grave et ça ruine tout) et bien sûr un coq.

                Parce qu’ils croient qu’il faut un coq pour avoir des oeufs !

                 

                Ben voila, y’a des masses de sales cons qui font chier tout le monde, être débile c’est pas l’apanage des bobos !

                Même s’ils ont des dispositions pour ça...

                Et moi j’arrive à comprendre que certains puissent être excédés par les bruits et, n’oublions pas les odeurs.

                Les bonnes z’odeurs de lisier des cochons industriels bretons, qu’ils répandent à tour de bras presque jusque devant nos portes.

                 

                Et ça c’est l’avis d’un gars de la campagne...

                 


                • foufouille foufouille 15 juillet 16:20

                  @Jeekes

                  des cons de cultos, j’en ai jamais vu des aussi cons que les tiens.

                  le con avec ses chiens de la SPA, je connais.

                  pour les crados avec des poules aussi, le mec nettoie le poulailler avec une pelleteuse mais une fois par an.


                • Simple citoyenne Simple citoyenne 15 juillet 16:56

                  @Jeekes Vous devez avoir les nerfs contre vos voisins, j’entends ce que vous dites, il faut leur dire !!!! il y a de l’abus sans doute de leur part !


                • Jeekes Jeekes 15 juillet 17:08

                  @Simple citoyenne
                   
                  Mais c’est pas mes voisins !
                  Enfin, là je parle des 2 bouseux en question.
                  Enfin, pardons, des ’’exploitants agricoles’’ qui vivent loin dans leur hôtel particulier, du coté du 8 ou du 16 ème et qui ne viennent ’’parcourir leurs terres’’ qu’une ou deux fois par an.
                  Juste le temps de faire un massacre dans la faune locale.
                  Pi aussi de faire prendre l’air à leur 4x4 à xxxion d’euros.
                   
                  Des ’’bons’’ chasseurs, il va sans dire !
                   
                  Pour les autres, Pfff, autant vouloir leur expliquer la relativité générale...
                   


                • Fergus Fergus 15 juillet 17:10

                  Bonjour, Jeekes

                  Reconnaissons qu’il est très rare que les travaux des champs durent une grande partie de la nuit. En général, cela concerne les moissons lorsque des précipitations durables menacent alors que la maturation est optimale.

                  Le fait est que, dans ces cas-là, les exploitants* ne sont pas forcément attentifs à organiser leur travail de récolte en limitant les nuisances pour les riverains. Mais en général, ils sont suffisamment à l’écoute pour entendre les plaintes et, la fois suivante, en tenir compte.

                  * Ou, dans les grandes exploitations, les intendant en charge de superviser les travaux agricoles.


                • Simple citoyenne Simple citoyenne 15 juillet 17:15

                  @Jeekes Je comprends, plutôt des affairistes !


                • Jeekes Jeekes 15 juillet 17:31

                  @Fergus
                   
                  ’’Reconnaissons qu’il est très rare que les travaux des champs durent une grande partie de la nuit. En général, cela concerne les moissons lorsque des précipitations durables menacent alors que la maturation est optimale.’’
                   
                  Rien à faire, tu peux pas t’en empêcher de faire le faux-derche.
                   
                  Reconnaissons quoi ?
                  Que tu ne sais pas de quoi tu parles mais que tu en parles quand même ?
                   
                  C’est con, de tous les endroits ou tu as vécu, t’es jamais passé par chez moi.
                  Les récoltes, dans des exploitations de + de centaines d’hectares, ça dure non seulement toute la nuit, mais pendant des semaines !
                   
                  Et la météo n’a rien à y voir. Quand c’est l’heure, c’est l’heure.
                  Sans parler du maïs en automne et des betteraves en plein hiver.
                  La météo, bonjour !
                   


                • Jeekes Jeekes 15 juillet 17:32

                  @Fergus
                   
                  ’’Le fait est que, dans ces cas-là, les exploitants* ne sont pas forcément attentifs à organiser leur travail de récolte en limitant les nuisances pour les riverains. Mais en général, ils sont suffisamment à l’écoute pour entendre les plaintes et, la fois suivante, en tenir compte.’’
                   
                  Tiens, qu’est-ce que je disais ?
                  Alors ils sont à l’écoute ?
                   
                  Tu viendras leur expliquer, je jugerai sur pièce !
                   


                • foufouille foufouille 15 juillet 17:57

                  @Fergus

                  en général, ce sont des gros connards de cultos.


                • Fergus Fergus 15 juillet 18:46

                  Bonjour, Jeekes

                  « tu ne sais pas de quoi tu parles mais que tu en parles quand même »
                  Je parle de sujets que je connais.
                  D’une part, parce que plusieurs membres de ma famille sont encore des exploitants agricoles en activité.
                  D’autre part, parce que d’autres membres de ma famille ont habité en bordure de grandes exploitations betteravières et céréalières en Brie et dans le Loiret.

                  « Les récoltes, dans des exploitations de + de centaines d’hectares, ça dure non seulement toute la nuit, mais pendant des semaines ! »
                  Pendant « des semaines » sous tes fenêtres avec les engins modernes. Soyons sérieux !  smiley)
                   


                • Fergus Fergus 15 juillet 18:48

                  @ Jeekes

                  « Alors ils sont à l’écoute ? »
                  Certains le sont, d’autres pas. 
                   


                • Désintox Désintox 16 juillet 08:25

                  J’arrête la lecture d’un article dés que je rencontre le mot infantile « bobo », qui est un indicateur efficace de la médiocrité du papier.

                  Manque de pot, cet article comence par ce mot.


                  • Simple citoyenne Simple citoyenne 16 juillet 09:12

                    @Désintox Pas de bol ! Pas si grave !


                  • mmbbb 19 juillet 15:03

                    @Désintox heureusement tes articles et tes commentaires ne le sont pas !
                    Le bo bo de service qui prétend a désintoxiquer !
                    Cette loi est passée : il faut le faire non , légiférer sur le chant du coq les bruits incongrus de la campagne , qui déplait au Bo BO ; Celui ci n est guère outragé par le son abrutissant des nuits sonores par exemple , Truc de Bo BO a Lyon , j y suis resté 30 secondes ! Crétin 


                  • caillou14 rita 16 juillet 08:41

                    Le « BOBO » petit bourgeois de province qui faut la pluie et le beau temps dans son patelin..impose avec le sourire ses vues de la république et personne n’ose dire le contraire ?

                    Doué pour cacher la vérité, et surtout mettre sous le tapis ses turpitudes !

                    Il fait de la politique selon ses besoins, pas regardant sur le parti politique pour le soutenir..offre des banquets et à Noêl un colis aux administrés..

                    Un animal sournois, faux jeton et menteur mais toujours avec le sourire !


                    • Simple citoyenne Simple citoyenne 16 juillet 09:13

                      @rita Ah les vilains conformistes !


                    • Fergus Fergus 16 juillet 09:23

                      Bonjour, rita

                      Vous venez de décrire un bourgeois paternaliste classique tel qu’il existe depuis des lustres et a été si bien décrit par les romanciers naturalistes, en aucun cas un bobo !


                    • caillou14 rita 16 juillet 10:18

                      @Fergus...Bonjour Fergus..Les bourgeois ne changent pas avec le temps, c’est comme une religion, les préceptes restent ancrés dans la mémoire des générations suivantes ?
                      Petites villes de provinces ou grandes métropoles, on les retrouve aux postes clés de l’administration (font les grandes écoles pour avoir des diplomes)
                      C’est mon sentiment !


                    • Fergus Fergus 16 juillet 11:22

                      @ rita

                      Précisément, c’est la pérennité de la bourgeoisie traditionnelle que vous décrivez. Les « bobos », c’est une autre forme de bourgeoisie, plus branchée au plan technologique, plus écolo mais pas trop, plus droits-de-l’hommiste mais pas trop, etc.


                    • Aristide Aristide 16 juillet 11:02

                      Article assez bien vu. J’aurais simplement ajouté que ces « personnes » sont souvent ceux qui possèdent des résidences secondaires.

                      Je n’ose parler ici de cette ineptie consistant à monopoliser des logements pour un usage plus qu’occasionnel. Les effets induits tels que la hausse des prix qui rendent dans de nombreux endroits le logement des locaux impossible ... Enfin ...

                      Ces résidents secondaires souvent citadins se rendent compte que ces lieux ne sont pas seulement des lieux de villégiature, qu’il y a des habitants, des activités pas seulement touristiques. Et que cette vie locale n’est pas celle qu’ils ont acheté.

                      ils soufrent d’avoir payé souvent à prix forts ces résidences et leurs exigences de « tranquillité » sont à la hauteur de ce prix. Ceux qui vivent toute l’année dans ces lieux sauraient tous vous raconter les extravagances de ces habitants particuliers qui se plaignent du coq qui chante le matin et qui organisent des soirées musicales jusqu’à plus d’heure.


                      • Simple citoyenne Simple citoyenne 22 juillet 21:03

                        Rectif : Pour la « Place du Marché ». Mieux vaut tard que jamais !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité




Palmarès



Publicité