• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > La non candidature de Benoît Hamon

La non candidature de Benoît Hamon

Benoît Hamon vient de déclarer quitter la politique (enfin presque ). Cela mérite quelques réflexions.

2021. La non candidature de Benoît Hamon

Regardons ci-dessous les chiffres du premier tour de la dernière présidentielle. Qu’on veuille l’assumer, le reconnaître ou pas, sa candidature à gauche après ce qu’avait été la primaire de cette partie de la gauche, comédie macabre pour la démocratie qui nous fit vivre par anticipation en caricature les effets pervers du processus électoral d’un scrutin majoritaire à deux tours, fut une prime aux forces de droite que ces gens-là prétendaient combattre. En praticiens aguerris de ce type de scrutin, ils ne pouvaient l’ignorer. Ceux qui en toute bonne volonté participèrent alors à ces moments furent les instruments d’un cynisme qu’on ne peut ni oublier ni pardonner et qui n’a porté chance à personne.

Si ce n’est à un camp où des adversaires occupés à se disputer pour savoir qui allait être le plus néolibéral des deux, sabrer le plus fort dans les services publics et les revenus des classes moyennes sommées d’être solidaires avec les « vrais pauvres » afin de ne pas froisser ni brusquer la bonne volonté des actionnaires à investir quand et où ils le jugeraient opportun, se firent doubler par un hybride de la haute fonction publique et de la finance que les premiers avaient accueilli dans leur famille dans un poste stratégique . Ne l’oublions pas.

Et que dire du respect accordé aux sympathisants et électeurs trompés par la fidélité à un idéal, tentant de se convaincre, faute du rayonnement de convictions fortes et d’une détermination portée par un projet travaillé, de la viabilité du bricolage improvisé autour du « revenu universel ».Dont les inspirateurs reconnurent par la suite les insuffisances et l’inachèvement. Pour mémoire Yannick Jadot qui nous propose aujourd’hui de nouveau ses services éminents aux premières loges se désista alors pour Benoît Hamon. Et tout cela bien entendu a marché comme prévu.

Mais de justesse, d’extrême justesse si on considère d’un côté le poids et l’engagement jamais vu à ce point des médias mis au service d’un joker traité comme un sauveur puis de l’autre côté l’expression d’une dignité impuissante et désabusée traduite en abstentions, bulletins nuls et blancs au second tour. Infligeant ensuite une motion de censure préventive à l’Assemblée Nationale d’avance mise hors de confiance. Faut-il rappeler que quelques grandes fortunes du CAC 40 ont pris en quelques années le contrôle du champ médiatique (la main sur les meilleures audiences aux meilleures heures) ainsi que celui au passage de la carrière de la plupart des journalistes et au-delà.

Des pouvoirs étendus dont ne disposent aucun des exécutifs de pays similaires en Europe furent remis à celui qui restait, une fois éliminée celle qui avait été très largement exposée dans les médias les mois précédents puis très largement diabolisée le temps d’une campagne de second tour. Diabolisés aussi ceux qui prétendaient faire d’un bulletin, blanc, nul, d’une abstention un authentique acte politique devant une débâcle démocratique qui annonçait la victoire de ceux qui en en faisant partie surent au bon moment descendre opportunément du train fou en marche.

Si c’était pour en arriver là, on ne peut que parler d’un sérieux gâchis pour le pays et pour la démocratie quand on regarde ce qu’il s’est passé ensuite. Et aussi d’une dure leçon. A l’évidence les professionnels de la politique avec leur réserve d’endurance et de persévérance en ont conclu que le louvoiement vis-à-vis des électeurs se compliquait drôlement et qu’il faudrait dorénavant sacrément mouiller la chemise électorale et se creuser la tête. Mais qu’heureusement les mécanismes électoraux dont ils ont une bonne pratique et les nouveaux fonctionnements des médias les aideraient une fois de plus.

Et nous ? Allons-nous nous faire encore abuser par la multiplication des candidatures et des programmes-catalogues qui attendent un nom pour se customiser ? Puis une enquête d’opinion afin de calculer la rentabilité en bulletins de telles ou telles mesures ou thématiques pour ceux qui espèrent le second tour. La comédie des autres qui pour l’essentiel visent à gêner un adversaire, à préparer un désistement honorable si possible et préserver ce qui peut l’être pour la partie suivante. Allons-nous assister sans recul ni réflexion à ces jeux et nous laisser embarquer et étourdir, saturés de sondages et commentaires, encore une fois dans le labyrinthe temporel d’une campagne électorale afin que l’essentiel soit escamoté ou tenu en lisière.

 L'essentiel. L’obsolescence de nos institutions qui permettent toutes ces intrigues politiciennes et produisent une classe politique dévaluée dans le pays et à l’étranger. Ce qui n’est pas sans effet quant à notre impuissance à nous faire respecter dans l’UE et au-delà. Cette élection est de fait la seule élection européenne qui contienne une dose de possibilité d’expression démocratique puisque que nous y élisons l’exécutif du pays mais aussi l’exécutif qui siégera en notre nom dans l’instance législative européenne qui cumule sous la tutelle de la Commission des commissaires une part du pouvoir exécutif et législatif alors que les parlementaires européens de fait commentent et valident ce qui leur est présenté comme incontournable. Cette élection, là où nous sommes rendus maintenant est celle de la possibilité d’une alternative aux politiques publiques dont le contenu et le cadre sont déjà prévus par l’UE, covid ou non qui oblige surtout à modifier la présentation et les éléments de langage, et décidés par un pouvoir oligarchique supranational (comment l’appeler autrement ?) que nous avons refusé en 2005.Nous laissant queques degrés de liberté et accomodements locaux circonstanciels.Pouvoir qui a bien l’intention d’empêcher l’émergence d’une Europe indépendante et souveraine, celle des états-nations et de leurs peuples. Rappelons que la France est le deuxième contributeur au budget de l’UE, qu’avec l’Allemagne nous représentons presque la moitié de ce budget.

Escamotés aussi bien entendu les problèmes posés en propre au pays et leurs racines qui ne vont pas disparaître par la magie de beaux discours ou de slogans de campagne électorale trouvant des solutions dans les mois précédents l'élection. Les responsabilités des uns et des autres. Les enjeux qui structurent les solutions proposées. Dont on nous révélera la vraie teneur une fois l’élection pliée et que nous n’y comprenons rien et qu’il faut bien que ceux qui savent décident et que nous devons marcher au pas. C’est que nous avons vécu plus d’une fois. C’est ce que nous voulons encore ? Y a-t-il une fatalité ?

En fait nous sommes dans un malaise permanent parce que nous parlons de souhaits, d’attentes et de démarches impossibles à satisfaire dans le cadre de nos institutions actuelles et à fortiori dans ce que sont devenus ces institutions et processus électoraux. Dans ce domaine il semblerait que la grande majorité de nos politiques soient épuisés et mettent leurs forces à préserver les donjons qu’ils connaissent bien alors que les citoyens veulent participer au processus démocratique et pouvoir se faire entendre en dehors des chapelles de toutes sortes que certains politiques s’ingénient à entretenir pour le moment venu cristalliser les oppositions et clivages suscités et cultivés en réservoirs de voix. Il est temps de sortir de ces impasses. Saisissons cette occasion quand elle se présente parce que ceux qui la redoutent ne loupent jamais une occasion d’en éloigner la possibilité.

 

Le laboratoire de la Présidentielle 2017

 

Liste des candidats 1er tour

Voix

% Inscrits

% Exprimés

M. Emmanuel MACRON

8 656 346

18,19

24,01

Mme Marine LE PEN

7 678 491

16,14

21,30

M. François FILLON

7 212 995

15,16

20,01

M. Jean-Luc MÉLENCHON

7 059 951

14,84

19,58

M. Benoît HAMON

2 291 288

4,82

6,36

M. Nicolas D-AIGNAN

1 695 000

3,56

4,70

M. Jean LASSALLE

435 301

0,91

1,21

M. Philippe POUTOU

394 505

0,83

1,09

M. François ASSELINEAU

332 547

0,70

0,92

Mme Nathalie ARTHAUD

232 384

0,49

0,64

M. Jacques CHEMINADE

65 586

0,14

0,18

       
   

 Rappel des résultats au 1er tour

-Il y a eu 5 candidats de gauche au 1er tour (JL Mélenchon 14.84 % des inscrits + total des autres candidats 6.28%)

-En tête E Macron (18.18%) et M LE PEN (16.14%)

 
   

Évolutions des votes entre le 1er et second tour

 
   

Votes blancs : de 659 997 à 3 021 499 (x 4.6)

Votes nuls : de 289 337 à 1 064 225 (x 3.68)

Abstentions : de 10 578 455 à 12 101 366 (x 1.14)

 
    ● Résultats second tour :  
       
   

E Macron : 20.8 millions M Le Pen : 10.6 millions

Absentions : 12.1 millions Blancs + nuls : 4.07 millions

 
   

Abstentions, nuls et blancs lors des législatives 2017 : 62%

Représentativité de l’Assemblée Nationale 2017 :

- LREM avec 14.5% des inscrits au 1er tour a obtenu 350 députés

à l’issue du second tour (AN= 577 députés)

- 4.5% des députés sont des employés (27.4% de la population active)

- 4.5% des députés sont des employés (27.4% de la population active)

- 0% ouvriers (20.3% de la population active)

- Un député actuellement a été élu avec un pourcentage compris entre 18 et 22% du corps électoral.

 
   

Je pense qu’au vu de cette situation et de la confiscation d’un débat de fond qui aurait dû avoir lieu il y a 4 ans par les partis et leurs états-majors, soutenus aujourd’hui dans leur entreprise de survie sans projet par la puissance médiatique chargée de la mise en scène générale et de la mise en valeur des diversions, il s’agit de rassembler sans trembler, nous extrayant de toute l’agitation qui sera entretenue, dès le premier tour, calmement, résolument toutes nos voix pour qu’une gauche authentique tel un fleuve retrouvant son lit se retrouve au second tour. Pour qu’ensuite une Assemblée Nationale représentative du pays soit élue et qu’institutionnellement un processus soit mis en place afin que soit construit une véritable alternative politique, économique, sociale, culturelle dont la mise en œuvre et l’évaluation ne pourra plus se passer de nous les citoyens ni se faire au détriment de l’intérêt général qui est le véritable berceau de la diversité. Utopie ? Non, c’est le bon sens, celui qui conduit nos vies la plupart du temps quand on nous laisse respirer. Tenir compte des réalités, les comprendre, améliorer ce qui peut et doit l’être, faire sa part en étant exigeant avec soi-même et les autres, solidaires par intérêt et générosité aussi, porté par la curiosité et l’espoir, équitable dans la réciprocité.Persévérants parce que les bonnes choses durables ne sont pas données sans effort ni travail ni volonté. Egaux par les droits et les devoirs comme on dit.Mais plus pour du beurre. Pour du vrai.

A nous citoyens de prendre nos responsabilités et notre indépendance morale dans ces rares moments où l’individuel peut rejoindre le collectif sans se dissoudre. A nous de jouer notre partie au 1er tour de l’élection présidentielle qui est la clef de cette élection. En n’oubliant surtout plus que nous ne vivrons jamais dans une véritable démocratie si tour à tour selon les époques de nos vies nous n’alimenterons pas une masse critique de vigilance et d’engagements citoyens dans les affaires publiques.

 
   

Remuer ces souvenirs qui ne sont quand même pas à la gloire de notre pays, ni de la sarabande que nous ont dansée les politiques et les médias , ni un peu de nous-mêmes qui avons quequefois tapé dans nos mains et croisé les bras à contre-temps, m’incite à vous proposer un texte plaisant à lire qui chatouille les méninges et gratte un peu. Ne vous en privez pas.

Pourquoi dire « les gens sont cons », c’est con

https://www.frustrationmagazine.fr/gens-sont-cons

 
       

Moyenne des avis sur cet article :  3.29/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

27 réactions à cet article    


  • Clocel Clocel 15 septembre 08:18

    Exit Simplet... D’autres bonnes nouvelles ?


    • Gabriel Gabriel 15 septembre 08:38

      @Clocel
      Belle synthèse +++++++


    • Docteur Faustroll Séraphin 15 septembre 10:16

      @Clocel

      « D’autres bonnes nouvelles ? »

      oui : j’ai décidé de ne pas me présenter non plus !


    • Clocel Clocel 15 septembre 11:03

      @Séraphin

      J’ai toujours su que tu manquais d’ambition...

      Cela dit, tu as tort, l’expérience des joyeux Turlurons aurait pu être précieuse dans une ambiance post-apocalyptique.


    • Ben Schott 15 septembre 08:48

      A quitté la politique mais n’abandonne pas son pouvoir de nuisance. Il va œuvrer au grand remplacement, si j’ai bien compris...

       


      • Clocel Clocel 15 septembre 08:55

        @Ben Schott

        Il a été Ministre, il ne sait rien faire...

        Ce genre de gars, tu peux même pas leur confier la gestion d’un kebab...


      • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 15 septembre 09:20

        Le non candidat... Préférais encore Lassalle.


        • eddofr eddofr 15 septembre 09:26

          Je me suis arrêté après ça :

          « Regardons ci-dessous les chiffres du premier tour de la dernière présidentielle. Qu’on veuille l’assumer, le reconnaître ou pas, sa candidature à gauche après ce qu’avait été la primaire de cette partie de la gauche, comédie macabre pour la démocratie qui nous fit vivre par anticipation en caricature les effets pervers du processus électoral d’un scrutin majoritaire à deux tours, fut une prime aux forces de droite que ces gens-là prétendaient combattre. En praticiens aguerris de ce type de scrutin, ils ne pouvaient l’ignorer. Ceux qui en toute bonne volonté participèrent alors à ces moments furent les instruments d’un cynisme qu’on ne peut ni oublier ni pardonner et qui n’a porté chance à personne. »


          Je ne suis pas en forme ce matin.

          Rien n’est plus fatiguant à lire que les phrases à tiroir.

          Au troisième tiroir je perds le fil.


          • troletbuse troletbuse 15 septembre 10:10

            Ben, il a mis du temps pour comprendre qu’il ne serait jamais élu.


            • Lonzine 15 septembre 10:16

              @troletbuse
              Oui, mais beaucoup d’autres n’ont pas fait cette réflexion ( bayrou sarko juppé marine etc etc)


            • Docteur Faustroll Séraphin 15 septembre 10:15

              Ça méritait juste un non article.


              • capobianco 15 septembre 10:27

                A-t-il regretté cette candidature ou part-il, son « œuvre » accomplie ?


                • Nicolas36 15 septembre 11:17

                  Article qui semble prouver l’existence de la métempsycose pour ce qui concerne l’auteur. Donc JJ Rousseau est ressuscité ! Tout le monde il est bon et tout le monde il est est gentil sauf ceux qui sortent du rang et qui ne sont pas d’accord. Ceux là sont des pervertis par définition. C’est la société et le capitalisme qui fabriquent les salauds et les criminels. 

                  Pour ce qui concerne Hamon , le plus juste est de le juger comme un paquet de clous. Au même titre que Hollande fut le menuisier qui a construit le cercueil du PS , Hamon fut les clous qui l’ont fermé. 

                  Le mieux est qu’il se fasse oublier. Place aux autres guignols qui essayent de récupérer les miettes. Le problème reste que les personnages et les idées du même tabac donnent toujours les mêmes résultats. 


                  • alinea alinea 15 septembre 14:46

                    On lui a demandé de faire semblant de tenir quatre ans pour ne pas avouer que sa candidature n’avait qu’un but : faire échouer Mélenchon ?


                    • capobianco 15 septembre 15:52

                      @alinea
                      «  faire échouer Mélenchon ? » Non, faire échouer Mélenchon (la FI)  !!!!!! Je suis un vieux aujourd’hui et aussi loin que je remonte dans ma vie militante (au pc jusqu’à r hue...) les dirigeants du ps ont toujours œuvré pour leur seul intérêt avec moult trahisons et jusqu’à ruiner les espoirs de la gauche. Comment de braves gens de gauche sont-ils encore « soutiens », comment n’ont-ils pas vu et compris cela ?


                    • zygzornifle zygzornifle 15 septembre 16:31

                      @capobianco

                      La droite est de la même veine ....
                      Les socialistes sont devenus des fauxcialistes ....


                    • alinea alinea 15 septembre 18:02

                      @capobianco
                      Quand on fait le compte, on voit que Mélenchon aurait été en tête ; la droite l’a diabolisé, et le PS a pris ce qu’il pouvait de voix.
                      Tu penses que les gens du PS sont assez cons pour croire une seconde qu’ils avaient une chance ? Non : tout plutôt que Mélenchon, la preuve de leur mauvaise conscience !


                    • zygzornifle zygzornifle 15 septembre 16:29

                      J’avais oublié son existence ....


                      • Armelle Armelle 15 septembre 16:41

                        Ce fantasque peut quitter la politique que cela ne se verra même pas ! 

                        Il était insignifiant, transparent, sans intérêt. Son seul et unique point significatif est qu’il représentait (à tort) la suite du PS. Un truc qui lui aussi a disparu... d’ailleurs le sigle était mal choisi, P.S ça sent la fin...


                        • McGurk McGurk 15 septembre 18:44

                          @Armelle

                          Il représentait autant le PS que Macron ne représente l’avenir du pays.

                          Ce n’est même pas un socialiste.


                        • Esprit Critique 15 septembre 17:15

                          ça s’arrrose ! bon debarras !

                          Faut quand méme le remercier d’avoir eliminé Méluche, mais pour finalement avoir un pervers qui detruit notre nation a la place ... ?

                          L’important c’est que le « Grand Ménage » mette un terme au grand remplacement.


                          • Le421... Résistant Le421... Résistant 15 septembre 18:30

                            @Esprit Critique

                            Faut quand méme le remercier d’avoir eliminé Méluche

                            Là, faut voir...
                            Vu ce qu’on se farcis...


                          • Esprit Critique 16 septembre 01:07

                            @Le421... Résistant
                            On ne le saura jamais.
                            Je me suis lourdement trompé, avec Hollande j’etais persuadé que l’on ne pouvait pas tomber plus bas. Macron a fait exploser tous les reperes de la néfastitude !


                          • McGurk McGurk 15 septembre 18:42

                            En lisant le titre, ma première réaction a été « OUAIIIIIIS ! »...

                            Un type insignifiant, avec des idées pompées à droite et à gauche, qui ne comprend rien à la politique, à son propre parti et à l’idéologie de celui-ci.

                            Difficile de trouver plus paumé que Hamon qui ne comprend pas ce qu’il fait et où il va.

                            Son cheval de bataille, le « revenu universel », m’a particulièrement choqué du fait que c’est évidemment une idée de droite professée par un gars prétendument de gauche. Mais c’est surtout la déconnexion profonde de cette idée avec la réalité, ainsi que ses conséquences sur la société (qui deviendrait totalement assistée).

                            Cela en fait une personne particulièrement dangereuse et nocive pour notre société déjà très affaiblie par les irresponsables habituels. Alors bon débarras.


                            • Tesseract Tesseract 15 septembre 20:08

                              Il se croyait du marbre dont on fait les statues, il n’était que porcelaine dont on fait les bidets. (Attribué à Marie-France Garaud au sujet de J. Chirac)


                              • I.A. 16 septembre 15:02

                                Moi, c’était le seul qui me plaisait, Hamon.

                                Les autres ne lui trouvaient aucune prestance. Justement, je voyais une personne simple, sans cette aisance toute préfabriquée qu’avaient les autres... Il hésitait parce qu’il réfléchissait par lui-même, pour de vrai et en direct.Je n’ai jamais éprouvé le besoin d’être représenté par un « produit surfait », j’apprécie le doute qu’induit la réflexion personnelle.

                                Hollande et Valls l’ont assassiné aux primaires, les autres ont été complices...

                                Le revenu universel a toujours existé, entre allocations familiales et RMI, allocations logement et RSA. En parler comme d’un « revenu universel » a semble t-il été une mauvaise idée dans un pays qui n’y était pas préparé (ce revenu-là existe depuis longtemps dans d’autres pays, sous d’autres appellations).

                                Au deuxième tour, par dépit Mélenchon-moi-ma-gueule prônait l’abstention de ses troupes, au lieu de les chauffer pour le « troisième »...

                                Aux législatives, donc, je votai LFI pour imposer un contre-pouvoir à celui qui avait déjà détruit le droit du travail et qui se proposait de pulvériser de la même manière nos retraites, pendant que médias et petites merdes prétendaient qu’il fallait absolument donner sa chance au jeune technocrate...

                                Qu’Hamon se retire, en ce qui me concerne c’est le signe de son dégoût et de son authenticité (et dieu sait si je suis persuadé qu’il est loin d’être sans tâche).

                                 


                                • alinea alinea 16 septembre 21:19

                                  @I.A.
                                  Ce n’est pas qu’il a des taches, c’est qu’il était la marionnette du PS ; il y a eu tellement de magouilles à ce moment là qu’on se demande comment il a tenu le coup ; je le trouve éminemment insipide, insignifiant, mais mes hommes proches ont voté pour lui ; va comprendre ! Va savoir, voter PS..

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité