• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > La nouvelle ère prélude à l’explosion

La nouvelle ère prélude à l’explosion

On voudrait nous faire croire que l’avènement du Macronisme c’est une révolution qui apportera prospérité et bonheur.

 A entendre les journalistes des grands médias c’est le renouveau garanti ??

Pourtant les flonflons de l’élection présidentielle, à peine se sont ils tus, qu’on commence à s’interroger sur les objectifs de Macron. Plus personne n’a de doute sur le libéralisme de ce Président, ni de son appartenance à cette droite capitaliste.

Il veut aller très vite sur les engagements pris auprès de ses parrains et mécènes. Il engage de futures lois sans en dévoiler tout le contenu. Que ce soit sur le Code du travail ou sur les retraites, les travailleurs vont la sentir passer.

Pour être sur des résultats, Macron et son gouvernement entendent légiférer par ordonnances, une autre manière d’imposer ses réformes en excluant le débat démocratique. Ces réformes vont satisfaire les intérêts patronaux tant sur les conditions d’emplois que sur l’évolution des rémunérations. En privilégiant les Accords d’entreprises, il entend donner aux patrons le droit de décider seuls de ce qui est bien ou pas bien dans sa boutique. Réduisant du même coup l’importance des accords de branches et l’intervention des organisations Syndicales au niveau national. Laissant de ce fait les petites et moyennes entreprises, là ou les travailleurs ne sont pas organisés, au diktat du patron

Soyons clairs, depuis toujours les entreprises cherchent à réduire les coûts de production pour dégager plus de marge et permettre, aux gros actionnaires des multinationales ou des patrons de PME ou PMI, d’engranger d’importants bénéfices. Les moyens utilisés sont : les emplois supprimés, l’augmentation de la charge de travail, la rationalisation, les bas salaires et les délocalisations. Ces mêmes entreprises responsables du chômage pratiquent un racket organisé en s’appropriant des deniers publics en laissant croire que cela permettra de relancer l’emploi  !! Le Capital n’acceptera de relancer l’emploi dans notre pays seulement quand les emplois et les conditions de travail ne seront plus à sa charge.

 En attendant l’aboutissement de cet objectif, par la complicité des manœuvres politiciennes, le MEDEF et le patronat dans son ensemble pillent les deniers de l’Etat en parlant de relance ou de création hypothétique d’emplois. Que ce soit par l’aide à l’emploi, l’exonération des charges patronales depuis des années, des carambouilles pour effacer la dette en direction de l’URSSAF, des plans d’aides consenti par l’Etat pour créer des emplois, tout leur est bon pour vivre aux crochets de la nation.

 Les grands médias, propriétés du grand patronat encense Macron et sa politique, présentant le parti « En Marche » comme l’avenir providentiel. Tous les sondages présentés dans la presse y compris à la télévision sont truqués et manipulés tentant de faire croire que la majorité des français soutient l’action de ce nouveau gouvernement. A les lire ou les entendre il n’y aurait plus d’opposition. Que ce soit les retraités, les chômeurs, les travailleurs, la classe dite moyenne, comme par enchantement n’aurait plus de problèmes. Le but de ces instituts de sondages c’est d’influencer les opinions ou à défaut diviser entre elles les différentes catégories de l’électorat. Le but non avoué de cette engeance capitaliste c’est d’empêcher voire supprimer les risques de luttes ou de manifestations s’opposant à leur politique libérale ou aux pouvoirs des tous patrons. 51% des électeurs inscrits ont dit « NON » et de ce fait devient la force électorale la plus importante dans le paysage politique.

 Il ne reste qu’a cette force que le déclencheur qui saura l’organiser.

 Prenez garde, ce baril de poudre peut exploser à tout moment.


Moyenne des avis sur cet article :  4.54/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

20 réactions à cet article    


  • Jeekes Jeekes 13 juin 10:59

    « 51% des électeurs inscrits ont dit « NON » et de ce fait devient la force électorale la plus importante dans le paysage politique. »
     
    Ne serait-il pas plus réaliste de dire que 51% des électeurs ont dit « j’m’en fous, faites ce que vous voulez, ça ne m’intéresse plus » ?

    Par ailleurs, je n’ai pas souvenir que les abstentionnistes (fussent-ils 51%) aient jamais représentés une force politique.
    Les élus s’en tapent, ils sont élus, point barre et ils gouverneront comme ils voudront.

    Enfin, comme leurs commanditaires le voudront...


    • Leonard Leonard 13 juin 11:29

      @Jeekes


      Si pour vous ne pas voter c’est du m’en foutisme partout...

      Apres libre à vous de donner votre vote au premier vautour venu... cela lui donnera justement de la légitimité...

    • Jeekes Jeekes 13 juin 15:44

      @Leonard
       
      Qui a dit ça ?
      Vous allez trop vite dans vos interprétations.

      Voyez-vous, chez moi au second tour, restait un micron con-patible et un voleur patenté LR.

      Ben je ne me suis pas déplacé...
       
      J’admets cependant (et j’en suis désolé) que ma non-voix aura profité au pantin des banques.
      Et je reprends ma phrase ci-dessus ; en faisant ça, j’ai clairement dit « je m’en fous, démerdez-vous sans moi. Vos magouilles pourries ne m’intéressent plus, faites ce que vous voudrez avec les cons qui vous ont donnés carte blanche. »
       
      D’où la « légitimité » dont vous parlez...
       


    • Spartacus Spartacus 13 juin 11:01

       « les entreprises cherchent à réduire les coûts de production »....


      « Les moyens utilisés sont : les emplois supprimés, l’augmentation de la charge de travail, la rationalisation, les bas salaires et les délocalisations. »

      « Les emplois supprimés ? » Mais il a bien fallut les créer, pour qu’ils soient supprimés....Qui à part des cocos hors des réalités. Faut il accuser les patron de vivre dans la réalité ou les cocos d’être l’opium utopiste de faire croire que l’emploi à vie existe.
      « l’augmentation de la charge de travail ». Ridicule, dans la réalité faits le travail c’est le travail. La charge trop élevée n’est pas un bon investissement. Le coco voudrait faire croire que l’entreprise c’est Zola, la mine....Dramatique vision des ringard restés au 18eme siècle.
      « la rationalisation ». C’est sur pourquoi fabriquer cher ce que des gens savent faire mieux pour moins cher ? A part des cocos qui vivent dans le monde parallèle de oui-oui, qui voient pas la différence entre un pays capaple de réaliser des Traban et l’autre des BMW.
      « les coûts de production » : C’est normal. C’est juste de la bonne gestion. C’est pour le bien de l’entreprise, sa longévité et la pérennité des emplois de l’entreprise.....

      Je sais personne ne te l’a expliqué au parti, ni au syndicat, ni tes lectures de Karl Marx, ni tes clichés en misérabilisme de l’entrerprise..
      Pire du pire. Imagines tu ami communiste resté à l’idéologie du 18eme siècle qui ne doit pas lire souvent un compte de résultat.
      Plus une entreprise fait des bénéfices, et plus les salaires et revenus des employés sont élevés....

      • Dan22 13 juin 11:08

        @Spartacus
        Merde ...je ne le connaissais pas ce postulat qui dit que plus une entreprise fait de bénéfices plus elle partage avec ses employés !
        Moi , dans ma vie professionnelle , j’ai du bossé que pour des tocards qui ne faisaient pas de bénéfices ! qu’est-ce que j’ai pu être c..


      • scorpion scorpion 13 juin 11:10

        @Spartacus

        Tiens voilà le spartacul qui nous fait sa crise de Cocohémoroide aigue. Allez hop ! En cure de Cocothérapie le spartaprouttt !
        A chaque fois que je lis ses commentaires je me pose la question de savoir quoi du mensonges éhonté ou de la connerie concentrée spatafion est le plus expert...

      • François Vesin François Vesin 13 juin 16:44

        @Spartacus
        « Plus une entreprise fait des bénéfices, et plus 

        les salaires et revenus des employés sont élevés.... »

        Vous fustigez votre interlocuteur dites-vous
        resté bloqué dans une pensée du 18è siècle
        (Marx n’était donc pas né...)
        et vous lui opposez une recette qui date tout autant !

        Depuis au moins 30 ans, plus une entreprise fait
        des bénéfices, plus les actionnaires s’ empiffrent.

        Mais si en plus elle licencie massivement et
        qu’elle remplace l’investissement dans l’amélioration
        des conditions de travail par des placements financiers,
        plus les actionnaires se gavent.

        Tchuruk, l’ancien pdg d’Alcatel avait même émis le rêve
        d’une entreprise sans salariés ...on sait ce qu’il en est advenu !!! 



      • Spartacus Spartacus 13 juin 20:12

        @François Vesin
        Allez voir n’importe quel grand cabinet comptable......

        La quasi relation entre nombre d’emplois et masse salariale est évidente.
        Plus de bénéfices égale pus d’emplois....
        Mais vous en savez plus surKarl Marx que sur la lecture de compte de résultats...

      • François Vesin François Vesin 13 juin 21:46

        @Spartacus
        « Mais vous en savez plus sur Karl Marx que sur la lecture de compte de résultats.. »


        Pouvez-vous envisager un jour prochain
        de vous comporter comme un être normal
        en abandonnant le mépris et les procès d’intentions ?

        Je ne voulais pas vous vexer en vous rappelant la date
        de naissance de Marx mais juste vous signaler qu’elle
        était sans incidence sur le 18è siècle !

        Pour le reste, votre démonstration -nombre d’emplois / masse salariale- 
        ne concerne pas le sujet -bénéfices / salaires indexés-
        et je ne comprends pas ce que vous cherchez à dire !


      • Jean Pierre 13 juin 21:53

        @Spartacus


        « Plus de bénéfices égale pus d’emploi ».
        Votre faute d’orthographe est révélatrice. Effectivement dans bien des cas pour faire plus de bénéfices il y des plans dits « sociaux ». Pour l’actionnaire, il y a plus de bénéfices, et pour le viré : « y’a pu d’emploi ».

        « La quasi relation entre nombre d’emplois et masse salariale est évidente » 
         L’épicier du coin avec ses deux salariés a moins de masse salariale que la multinationale ayant des milliers de salariés, ça alors !

         Heureusement que vous êtes là pour refaire l’éducation de tout les incultes ayant lu Marx !

      • Spartacus Spartacus 14 juin 19:16
        utiliser le mépris et le procès d’intention pour le dénoncer c’est le chameau qui se fou de la bosse de dromadaire.

        Ce qu’en général les gauchistes ne peuvent admettre, c’est que macro-économiquement la corellation entre bénéfices et salaires dans 80% des cas est inverse à la pensée de gauche.
        Il existe une réalité qu’ils ne veulent pas admettre et préfèrent se référer au clichés que de l’admettre.
        Quand il y a de bons bénéfices dans une entreprise, les revenus des salariés sont corrélés plus élevés et pas le contraire.

      • Dan22 13 juin 11:02

        Moi , je ne la sens pas l’explosion !
        Les Français ont été incapables de dire non , par le vote , à la casse sociale qui s’annonce ; ça n’est pas pour aller faire grève ou manifester dans la rue !
        C’est leur choix ; laissons-les boire le calice jusqu’à la lie ....
        A Présent , je ne me sens plus concerné par le sort de mes concitoyens ; c’est du chacun pour soi !
        J’ai assez donné , depuis 50 ans , pour essayer de vivre dans un pays réellement démocratique et où chacun y pourrait vivre décemment ; c’est peine perdue , je renonce , et je pense que je ne suis pas le seul dans ce cas-là ........


        • Leonard Leonard 13 juin 11:31

          @Dan22

          Vous ne sentez pas l’explosion ?

          « Chacun pour soit »

          Elle est là l’explosion...

        • Dan22 13 juin 11:55

          @Leonard
          ça n’a rien d’une explosion !
          C’est un fait ...
          Cela fait des années que cela dure ; mais dans le cas présent ; ce qui est incomprehensible c’est que la majorité des Français va être impactée par la politique de macron et que personne ne s’émeut !
          Même , et surtout , si l’on est égoiste , la première réaction aurait du être le rejet immédiat !


        • Doume65 13 juin 13:07

          « Que ce soit sur le Code du travail ou sur les retraites, les travailleurs vont la sentir passer.  »

          Mince, les retraités sont des travailleurs ? Attends, ça me fout la trouille, moi qui approche l’âge fatal. Cela veut-il dire qu’après avoir retardé l’âge de la retraite on va remettre au boulot les retraités, tout en les payant moins via la CSG ?


          • Jeekes Jeekes 13 juin 15:48

            @Doume65
             
            « Cela veut-il dire qu’après avoir retardé l’âge de la retraite on va remettre au boulot les retraités »
             
            Vous avez raison d’avoir la trouille.
            Regardez en allemagne et chez les anglo-saxons en général, le nombre de retraités qui doivent faire des petits boulots (de merde) pour ne pas crever de faim.

            Et ben ce plan-là, il est dans les cartons de l’ordure gérontophile que les cons ont portés au pouvoir.

            Et oui, ça craint !
             


          • Doume65 14 juin 17:50

            @Jeekes
            « Et oui, ça craint ! »
            Tout le monde n’a pas l’air d’accord, vu nos avis respectifs smiley


          • jef88 jef88 13 juin 15:03

            « permettre, aux gros actionnaires des multinationales ou des patrons de PME ou PMI, d’engranger d’importants bénéfices »  
            Les patrons de PME-PMI cherchent d’abord à faire survivre leur entreprise .....

            D’autre part, il y a environ 40 ans , j"avais amélioré la productivité de la boite qui m’employait de 35%, en supprimant la manutention manuelle et en améliorant l’ergonomie ......
            le chiffre d’affaire a bondit !
            Les salaires ont augmenté et il a fallu embaucher près de 20% de personnel en plus ....
            La rationalisation ? c’est très con ? ? ? ?


            • Jeekes Jeekes 13 juin 15:57

              « Les patrons de PME-PMI cherchent d’abord à faire survivre leur entreprise ..... »
               
              Meuh oui, bien sûr !
               
              Enfin moi, les patrons que je connais (et j’en connais un paquet) veulent surtout s’en mettre plein les fouilles.
              Exactement comme n’importe quel taulier, qu’il soit de PME ou de multinationale.
               

              Et tant pis pour la gueule des salariés qui (s’ils ne sont pas contents) peuvent toujours laisser leur place à tous les chômedus qui attendent devant la porte ! 
               
              Et le bla-bla du « gentil petit patron » qui ne gagne pas un rond en prenant tellement de risque, ça me fait juste dire : MOUARFFF !!!
               
              Bon, maintenant j’attends avec un plaisir non dissimulé les réactions des trous duc des lèche-fions du patronat.
              Je parle des spartacul et autre raclure pluche. Je ne les citerais pas tous, on devrait les voir venir bêler leur soumission et étaler leur vantardise...
               

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Libertad14

Libertad14
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires