• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > La Nouvelle Europe

La Nouvelle Europe

En faisant litière du principe d’égalité entre les Etats membres sur lequel la construction de l’UE s’est faite – qui donne un pouvoir réel aux plus petits Etats –, on peut tracer un autre schéma en constituant un noyau dur avec les Etats européens ayant une population d’au moins 50 millions de citoyens. Seuls le Royaume Uni, l’Angleterre, la France, l’Espagne, l’Italie, l’Allemagne et la Pologne constituent cette liste. Soit 7 Etats, en oubliant le Brexit, cet accident de l’histoire, d’autant que les nouvelles règles de fonctionnement proposées ici répondent aux attentes des britanniques.

Chacun de ces pays a des relations privilégiées avec certains autres : par exemple la France est proche de l’Allemagne par l’Alsace Lorraine, de l’Italie par le Midi méditerranéen, de l’Espagne à l’Est et l’Ouest de la chaîne des Pyrénées, du Royaume Uni par le Nord, la Normandie et la Bretagne… mais distante de la Pologne. Les Allemands, Italiens, Britanniques, Polonais, Espagnols peuvent faire le même exercice, apparaissent alors des liens naturels, des espaces d’échanges privilégiés, des cultures mêlées, etc. L’Allemagne est proche de l’Italie, de la France, de la Pologne, et de l’Angleterre, alors que l’Espagne l’est plutôt de la France et de l’Italie ; l’Angleterre l’est de la France et l’Allemagne mais est aussi le pivot de l’Europe vers l’Amérique du Nord – alors que l’Espagne l’est pour l’Amérique du Sud – et le Commonwealth ; l’Italie l’est à la France et l’Allemagne mais ouverte vers les pays du Sud, comme la Pologne vers la Russie et les pays de l’Est avec un lien particulier avec l’Allemagne.

L’Union de ces Etats – dont l’objectif est à terme de constituer une Fédération – ne serait plus le job de Sisyphe, mais irait de soi, les tensions et obstacles étant surmontables par 7 pays de même importance, alors qu’ils ne le sont pas à 28 (ou 27), le blocage pouvant venir de n’importe quel petit Etat pour des raisons circonstancielles (électorales, commerciales, culturelles et autres). Les deux piliers constitutifs d’une Fédération (exemple du Canada) – la monnaie et la défense – pourraient être construits en une génération en bénéficiant des acquis de l’UE actuelle, sans tomber dans le vertige technocratique et réglementaire. La démocratie remise à sa juste place avec des Institutions aux noms et attributions reconnus par tous les citoyens de ces pays : Parlement, Gouvernement, Présidence, Premier ministres, Ministres etc. (exit commission, commissaires, multiples présidences, règles de subsidiarité, de vote, Schengen etc.). Cette Europe-là aura donc deux niveaux de frontière, celle naturelles de chaque pays, et celle de l’Ensemble sans obligation d’imposer cette dernière aux autres. Une Nouvelle Europe qui ne serait plus un Club de technocrates mais un bloc politique de taille comparable en termes de population et de PIB aux Etats-Unis. La Cour de justice européenne prendrait donc tout son sens et sa légitimité comme la Banque centrale qui ne serait plus cet Ovni dont l’indépendance est tout sauf démocratique.

Que feront alors des pays comme la Belgique, le Danemark, la Hollande, l’Autriche, la Grèce, la Hongrie etc., et tous les plus petits pays comme Malte ou le Luxembourg ? Sans citer Monaco ou San Marin et le Lichtenstein… A eux de trouver des accords avec leurs grands voisins pour bénéficier des règlements, normes etc., ces accords excluant bien évidemment leur participation aux institutions et décisions de la « Nouvelle Europe ». Ce n’est pas pour autant : « business first ! », mais bien la réunion des conditions pour bâtir une « union politique » souveraine, forte financièrement et militairement, qui s’appuie sur un système de production capitaliste de biens et services qui ne peut résulter que d’une volonté commune traduite dans une large et incontestable expression démocratique. La répartition de la richesse produite doit être juste pour assurer à la fois la pérennité du système capitaliste par des retours sur investissements appropriés et un niveau de vie des citoyens élevés bénéficiant de services publics de qualité. La finalité est donc sociale et les politiques doivent veiller à ne pas laisser croître une concentration des patrimoines et revenus sur un faible pourcentage de la population (comme actuellement sur le1% de la population).

L’Europe ne serait plus liée à la relation franco-allemande mais le résultat de relations multilatérales entre ces 7 Etats. Sans être naïf de penser que tout sera pour le mieux dans le meilleur des mondes. Mais les conflits d’intérêt, économiques et politiques s’inscriront dans un cadre démocratique où les institutions joueront pleinement leurs rôles : gouvernement issu d’une majorité parlementaire, référendum en dernier recours.

L’idéologie n’a pas sa place dans la définition du cadre institutionnelle et des principes de cette « Nouvelle Union », comme par exemple de lier la circulation des personnes à celle des biens, des capitaux et des services, à l’origine du fâcheux Brexit ! Chaque Etat conserve une grande liberté, et peut n’adhérer qu’à la libre circulation des capitaux par exemple en excluant celle des personnes ou des biens et services. Des choix démocratiques enfin reconnus et appliqués ! Une circulation maîtrisée au sein de la « Nouvelle Europe » de ce qui fait la richesse des Nations en excluant le principe des frontières ouvertes comme cela é été mis en place sous l’égide de l’OMC au nom de bénéfices futures sans tenir compte des conséquences négatives dans l’immédiat. La convergence des pratiques devra se faire naturellement en fonction de l’avancée fédérative et des négociations bi et multi latérales. Il faut donner du temps au temps : pragmatisme et intérêt de chaque membre bien compris et négocié. Adam Smith plutôt que Jésus ; Mrs Thatcher plutôt que Jacques Delors.

Utopique ? L’utopie a été de faire ce que l’on a fait à 28 : le constat est sans appel : pas de frontière pour protéger l’UE se traduisant pas l’envahissement de produits à bas prix et une immigration incontrôlable ; casse sociale à une hauteur jamais atteinte ; et « exit » impossible d’une Union ni faite ni à faire – le comble technocratique : « vous n’avez aucune raison de rester mais vous ne pouvez sortir », c’est du meilleur Kafka ! Qui tireront les premiers ? Pas Bruxelles qui est vent debout contre tout ce qui peut rogner son pouvoir, comme toute technocratie.


Moyenne des avis sur cet article :  1.63/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

2 réactions à cet article    


  • Jean d'Hôtaux Jean d’Hôtaux 23 novembre 2018 14:42

    Bonjour l’Auteur !

    Si je vous comprends bien (?), vous nous proposez un nouveau modèle de construction européenne.

    Fort bien, car les institutions politiques actuelles ne me conviennent pas à moi non plus, mais probablement pour d’autres raisons que vous.

    Il me semble que votre argumentation commence assez mal. En effet, vous écrivez :

    " En faisant litière du principe d’égalité entre les Etats membres sur lequel la construction de l’UE s’est faite – qui donne un pouvoir réel aux plus petits Etats –, on peut tracer un autre schéma en constituant un noyau dur avec les Etats européens ayant une population d’au moins 50 millions de citoyens. Seuls le Royaume Uni, l’Angleterre, la France, l’Espagne, l’Italie, l’Allemagne et la Pologne constituent cette liste. Soit 7 Etats, en oubliant le Brexit, cet accident de l’histoire, d’autant que les nouvelles règles de fonctionnement proposées ici répondent aux attentes des britanniques.

    « 

    Sept États, écrivez-vous, et dans l’énumération vous distinguez l’Angleterre du Royaume-Uni dont celle-ci fait pourtant partie ?... Bizarre ...

    Cette énumération selon un critère de population : 50 millions d’habitants ... Pourtant après en avoir retiré l’Angleterre, ce ne sont plus 7, mais 6 États. Et parmi ceux-ci, seuls 4 d’entre eux seraient éligibles au critère que vous entendez appliquer. En effet les populations respectives de l’Espagne et de la Pologne n’atteignent pas les 50 millions d’habitants !...

    Pour les »petits pays" comme vous les appelez, avec un peu de mépris il faut bien le dire, vous proposez en fait de les vassaliser. Belle perspective en vérité ...

    Non, décidément, je ne souhaite pas de cette Europe-là !


    • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 23 novembre 2018 16:15

      L’utopie n’est pas ce que vous dites à la fin de votre billet !

      Comme vous dirait n’importe quel site Web auquel vous proposez un nom pour vous inscrire : « Ce nom est déjà utilisé » !

      En effet la « Nouvelle Europe » est le nom donné à la Super Colonie Américaine sur les terres Indiennes ! 

      J’ai déjà expliqué dans mes articles précédents que ce projet d’une « Re-Nouvelle Europe », qui serait la correction de ce que les Visages Pales avaient fait ailleurs, pour le reprendre aujourd’hui à domicile et sous la conduite du Chapiteau de Bruxelles est tout simplement impossible ! 

      Inutile de torturer le « E » de l’Euro en lui serrant doublement la ceinture pour imiter le « S » du Dollar américain,

       Inutile de reprendre les « expressions des Visages pales » telles que « Constitution... », « Union... », « Etat de l’Union »... etc.

      — Inutile d’invoquer le prétexte « Etats d’Europe » Nordistes contre « Etats d’Europe » sudistes, dans le but de dissimuler l’impossible entente et l’impossible fusion des pays aussi différents en tout... Rien à voir avec « l’histoire de l’Union américaine ».

      — Inutile et surtout éminemment ridicule d’utiliser une langue qui n’est la langue d’aucun pays de cette fausse et utopique « union européenne », pourquoi parler anglais au cirque de Bruxelles, est-ce pour dire et confirmer que ce Machin est la réinvention de la TOUR DE BABEL ?


      Alors utopie, oui et non :

      01)Fusionner les peuples de l’Europe occidentale dans le but de créer un Empire Dominant : Impossible :

       Par l’idéologie des tanks et de la canonnière : Les deux Nabots européens, Napoléone et Hitler avaient échoué !

       Par la politicaillerie hypocrite de la démocratitude et des pieds droits de l’homme de l’envoûtement, cette énorme pollution des esprits et de la Nature, c’est irrémédiablement un ÉCHEC ! 

      C’est donc utopique !

      02) Fusionner les peuples d’Europe occidentale dans le but de créer une « Re-Nouvelle Europe » à domicile qui dominerait l’ancienne « Nouvelle Europe » des Visages pales  : 

       En contournant les fondements de la création et du soutien de l’ossature de l’Organisation humaine sociale et politique, juste pour guérir de sa nostalgie : C’est assez bête d’essayer dans cette voie, mais si cela soulage...

       En voulant juste tromper les peuples d’Europe qui n’en peuvent plus et qui ne répliquent plus pour avoir déjà été plus d’une fois tabassés par des pouvoirs pharaoniques du passé ancien et récent... Des peuples qui font semblant de croire à ce qu’ils ne veulent pas mais s’efforcent quand-même pour s’imaginer un avenir sous forme de Babel réactualisé en une pyramide dont le sommet est à Bruxelles et la base s’étendant sur l’ensemble de la planète Terre...Tous les indigènes de tous les Continents en veulent : C’est assurément une RÉUSSITE !

      C’est n’est donc pas utopique puisque c’est fait !


      A vous de choisir ce qui vous convient !

      Voir sur ce site mes articles publiés concernant « L’OCCIDENT EN QUESTION »...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès