• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > La nouvelle monnaie « ECO » une pilule qui a du mal à passer (...)

La nouvelle monnaie « ECO » une pilule qui a du mal à passer ?

L'intégration monétaire est, en principe, le couronnement d'une intégration économique et commerciale poussée. La mobilité intra-africaine des personnes est plus forte, même si elle ne joue pas toujours dans le sens de l'intégration.

Mais qu’en est-il du flux de commerce intra-africain ? Car la vérité est que l’intégration commerciale intra-africaine n’est pas très portée.

Dans le cas de la zone franc, elle n'a guère progressé malgré l'homogénéité et la stabilité créées par le franc CFA.

JPEG

Les raisons de cette faible intégration réelle sont nombreuses ; elles tiennent en particulier à la spécialisation des pays membres, polarisée autour de la production et de l'exportation de matières premières. Cela ne changera pas du jour au lendemain, même si l'arrivée de l'Eco est « susceptible » à long terme, de doper les échanges intra-CEDEAO.

Certains analystes doutaient déjà qu'une monnaie unique soit la solution pour stimuler le commerce.

« Nous luttons rien qu'au Nigeria pour acheminer les produits du nord à Lagos et dans d'autres régions du sud où ils peuvent être consommés », a déclaré Sanyade Okoli, responsable d'Alpha African Advisory.

« Si les marchandises ne peuvent pas circuler librement, comment pouvons-nous parler d'une monnaie unique ? », s'interroge-t-elle. « Nous devons d'abord nous attaquer à la faiblesse de l'infrastructure et à la bureaucratie, les points les plus faciles à réformer ».

Un avenir incertain pour l'Éco

Dès lors plusieurs observateurs voient une controverse envers la nouvelle monnaie unique qui couvrira la zone de la CEDEAO. D’aucuns diront même qu’il faudra rester dans le franc CFA. Une nouvelle polémique qui pourrait fragiliser la mise en marche de l’ECO.

Puisque pour qui connaît les pays membres de la CEDEAO, la plupart (Ghana, Nigeria, etc.) n’utilisaient pas le franc colonial, c’est pourquoi ceux-ci risqueront de garder leurs positions habituelles au détriment de la nouvelle monnaie unique (ECO). D’où la contestation par plusieurs pays de la zone CEDEAO.

Pour Alassane Ouattara, le taux de change fixe entre le franc CFA et l’euro a fait ses preuves pour apporter la stabilité et réduire l’inflation.

À travers les propos du chef d'État ivoirien transparaît l’idée que la zone CFA pourrait devenir le noyau dur de la future zone monétaire ouest-africaine. Le CFA serait alors rebaptisé éco et conserverait sa parité fixe avec l’euro.

Alassane Ouattara avance d’autant plus aisément ses arguments que la CEDEAO, reconnaissant que la convergence des économies de la région est encore insuffisante, préconise désormais une approche graduée.

Ce qui revient à démarrer l’éco avec un petit nombre de pays. Sans doute à l’exclusion du Nigeria.

Reste qu’un simple tour de passe-passe consistant à débaptiser le franc CFA ne suffira sans doute pas à une partie des opinions publiques des pays concernés, bien déterminée à voir s’opérer un changement de paradigme. Les arguments techniques et économiques, si valables soient-ils, seront toujours plus faibles, aux yeux d’une frange de l’opinion, que les slogans politiques.

La prudence du Nigeria concernant l’Éco

Abuja, qui gère déjà sa propre devise, le Naïra, conditionne la mise en place de l'éco à une discipline budgétaire. La ministre nigériane des Finances, Zainab Shamsuna Ahmed, le répète à chaque réunion : les critères de convergence doivent être respectés. À savoir un déficit budgétaire qui n'excède pas les 3%, une inflation de moins de 10% et une dette inférieure à 70% du PIB. Or à ce stade, seul le Togo répond à ces exigences.

Bismarck Rewane, consultant et PDG du cabinet Financial Derivatives, résume les enjeux : Pour nous, l'éco est une transition vers une éventuelle monnaie commune en Afrique de l'Ouest, qui rassemblera les pays anglophones et francophones.

D'abord, côté nigérian, il nous faut lever une question : le Naïra n'est pas une monnaie convertible. Ensuite, il faut que les critères de convergences soient établis et respectés. Enfin, il faut que les pays francophones soient indépendants du soutien dont ils bénéficient avec la France.

En effet, avec ce nouvel accord, Paris conserve un rôle de garant financier. Pour nous, pays anglophones, cela pose une question de gouvernance d'autant que l'éco sera toujours arrimé à l'euro. Mais selon moi, cette garantie ne peut pas durer de manière illimitée. Donc nous sommes dans une période de transition, qui prépare progressivement nos États à une intégration régionale, dans laquelle tous les pays d'Afrique de l'Ouest auront une monnaie unique, basée sur des critères de convergence. Cela va prendre du temps. »

Le Nigeria fait donc preuve de prudence. En témoignent les longues discussions avant d'adhérer à la zone continentale de libre-échange, ou encore, la fermeture de sa frontière terrestre depuis août, pour lutter contre la contrebande. Selon Abdoul Salam Bello, chercheur invité à l'Atlantic Council et auteur de La régionalisation en Afrique, « le Nigeria cherche avant tout à protéger son marché, à diversifier son économie et à s'industrialiser, constate ce spécialiste. Cela l'amène à être réservé sur les questions d'intégration ».


Moyenne des avis sur cet article :  3.5/5   (4 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 20 janvier 09:57

    Rebaptiser le franc CFA n’est peut-être tout simplement pas suffisant pour faire oublier sa nature néo-colonial, non ? C’est seulement un exemple de « politiquement correct » comme on dirait « un oiseau de couleur » pour ne pas être taxé de racisme en disant « un oiseau noir ».


    • Raymond75 20 janvier 10:34

      Peut on encore attendre quelque chose de l’Afrique ? Mais il faut au moins essayer ...

      Et pour ce qui est de l’excuse coloniale permanente, ça va, c’est bon : trois générations depuis l’indépendance !



      • Kikounet Kikounet 20 janvier 16:05

        @Raymond75
        Désolé de vous décevoir mais le monde entier attend encore quelque chose de l’Afrique et qui vient directement de son sous-sol ! Les pierres précieuses et les matériaux rares pour l’industrie Hi-tech qui sont payés au lance-pierre pour justement éviter toute émancipation de ces peuples. Que ce soit l’ECO ou le Franc CFA la France et les autres continuerons à exploiter l’Afrique et les Africains.


      • foufouille foufouille 20 janvier 16:48

        @Kikounet

        c’est le même prix que pour les autres pays dont la chine qui fixe le prix du lithium.

        il faudrait certainement les payer 10 x plus cher tes races supérieures qui font la chouille sans cesse.


      • Maître Yoda Gogole 20 janvier 11:18

        La décolonisation franco-africaine visait en fait à perpétuer l’exploitation économique des territoires français d’Afrique que la démocratie réelle aurait entravée. Un autre objectif non avoué et non atteint était d’empêcher le métissage de la France que l’égalité politique entre métropolitains et ultramarins était supposée entraîner automatiquement. 

        L’indépendance a été imposée à l’Afrique par la métropole pour des raisons financières, pour ne plus avoir à supporter les charges liées aux services publics, mais aussi pour des raisons raciales. Pour y parvenir, de Gaulle, avec la complicité de la majorité de la classe politique métropolitaine a violé la constitution en la modifiant selon des voies anticonstitutionnelles, par le biais de la loi 60-525.


        • av88 av88 20 janvier 18:50

          Le Franc CFA / ECO est un sujet qui doit intéresser pas mal de nos amis africains.

          Le 24 Décembre l’UPR / Asselineau a fait une vidéo sur ce sujet très technique, nous en sommes à 300 000 vues sur youtube !

          https://www.youtube.com/watch?v=wZv8aZ3bjAU


          • Jamais de la main gauche Jamais de la main gauche 21 janvier 04:03

            Vous allez en bouffer du crypto-euro, que cela vous plaise ou non !

            Les francs-pacifique, eux, ont vue leur graphie modifiée il y a peu : exit les personnages, maintenant on a droit a de zolis zanimaux débiles aux couleurs pastels étonnamment proche des zeuros. C’est que nous allons en bouffer aussi des crypto-euros.

            Piqûre de rappel pour ce qui devrait être le combat n°1 des dissidents.

             Dette, crise, chômage : qui crée l’argent ? 


            • zygzornifle zygzornifle 21 janvier 09:04

              Il va y avoir un billet de zéro ECO pour que tous les pauvres aient de quoi remplir leur porte feuilles ....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès