• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > La Palestine a le droit de se défendre !

La Palestine a le droit de se défendre !

La Palestine a le droit de se défendre.  Parce que c’est elle qui est agressée, occupée, dépecée depuis 60 ans, et non l’inverse ! Israël tue délibérément, détruit les infrastructures du gouvernement, et, comme le font tous ceux qui ont tant de choses à cacher, détruit les bâtiments où se trouvent les médias. Et Israël promet de faire pire dans les heures qui viennent.

Mais pourquoi cette agression contre Gaza, et pourquoi maintenant ?

Il semble bien qu’Israël estime la période favorable pour forcer la main à son soutien étasunien et mette à profit la mini carence de pouvoir de la nouvelle administration étasunienne : Hillary Clinton est démissionnaire, et son successeur n’est pas encore désigné. Ce n’est pas la première fois qu’Israël agit ainsi. En 2008, Obama avait été élu le 4 novembre 2008 et l’agression contre Gaza avait débuté le 27 décembre ; la secrétaire d’État, Hillary Clinton, n’avait quant à elle été nommée que le 20 janvier 2009. On peut donc voir là une méthode ordinaire pour Israël de mettre son grand financeur devant le fait accompli en se passant de son avis.

Mais il y a aussi la situation locale. Sans doute Israël veut-il mettre au défi l’Égypte des Frères Musulmans. Le Caire va-t-il poser, ou non, un acte concret de soutien au Hamas, branche palestinienne des Frères Musulmans ? Si c’est non, et c’est bien possible, Israël pourra se flatter de s’être fait un nouvel ami.

Mais, de plus, c’est peut-être aussi un défi au Hezbollah. Pour l’instant, il n’est pas intervenu en Syrie, gardant ainsi sa position d’organisation de la résistance au Liban. Ouvrira-t-il un second front à la frontière libanaise ? C’est peu probable s’il n’est pas directement agressé.

Et puis, Israël doit être fort déçu de voir les Étasuniens se désengager de Syrie. Le coup a foiré, les « contras » qu’ils ont financés se font détruire en masse, les Chinois et les Russes ont tenu bon, Bachar El Assad est solide au poste, et il est possible qu’une force d’interposition vienne mettre prochainement fin aux combats. La paix ne convient pas à Israël. Poursuivre le chaos est son espérance !

Et entre deux assassinats, Israël se plaint que les Palestiniens ne veulent pas négocier ! Négocier un État palestinien qui ferait la paix, un État pourri par les colonies, sans frontières, sans armée, sans diplomatie, sans capitale, juste gentiment soumis ! Si cette solution dite « à deux États » pouvait fonctionner, c’était il y a très longtemps !

D.R.

http://www.resistance-politique.fr/article-la-palestine-a-le-droit-de-se-defendre-112657185.html


Moyenne des avis sur cet article :  4.24/5   (79 votes)




Réagissez à l'article

155 réactions à cet article    


  • lionel 21 novembre 2012 09:15

    Merci encore à Résistance pour cet article, ainsi qu’à toutes les personnes douées d’empathie qui écrivent pour ramener de la santé mental et spirituelle autour du drame vécu par les populations Palestiniennes et les Israéliens (juifs et Arabes) non psychopathes et opposés en conscience à cette folie criminelle. 


    Non seulement les Palestiniens ont le droit de se défendre, mais nous aussi nous en avons le devoir, alors que l’on voudrait nous faire soutenir les agresseurs au risque de nous faire perdre notre âme !!

    Merci de défendre notre Humanité.

    • diverna diverna 21 novembre 2012 09:34

      Je veux faire entendre une voix discordante car ce sujet est un de plus où « on » se gargarise de l’attitude inadmissible d’Israel et cette accumulation ne fera pas progresser.

      Je précise que je ne suis pas juif et que j’ai vécu en Israel pendant 3 ans dans les années 1980. Je ne suis pas daccord avec la direction prise par Israel mais il faut au moins se poser la question de la quasi absence de divergence au sein de la population israélienne.

      Dans le cas présent j’analyse la situation comme suit. Israel se donne le droit (contestable mais non contesté en Israel de même qu’aux USA) d’éliminer avec des moyens sophistiqués les chefs des mouvements ouvertement anti-israéliens. Il s’en est suivi des tirs de rockets et des ripostes israéliennes. Les tirs ne sont pas une solution.

      Tant qu’il y aura accord des USA (qui le pratique aussi) pour utiliser des armes sophitiquées pour détruire à distance des opposants on ne progressera pas. Il faut « élever le débat » et, au lieu de stigmatiser le seul Israel, s’élever contre le principe de ces frappes à distance, insulte à la démocratie et au droit au jugement.

       


      • Javascript Javascript 21 novembre 2012 12:11

        La conclusion de votre raisonnement me laisse pantois. En somme, Israël commet des crimes à coup de joujoux sophistiqués donc y répondre n’est pas une solution (? !?).

        Avec ce genre de « réflexion » aucun mouvement de résistance n’est légitime finalement.

         C’est ce que j’appelle « être une larve ».


      • 1984 21 novembre 2012 15:08

        Laisse tomber Javascript, juste un troll israelien de plus !


      • Jimmy le Toucan 21 novembre 2012 16:08

        Et les avions frouzes « sophistiqués » qui ont bombardé la Libye faisant de ce pays un tas de ruine,
        tu les appelles comment des cafards


      • frugeky 21 novembre 2012 11:11

        Parce que des bombardements aériens de populations civiles, c’est pas du terrorisme ? 


      • pilhaouer 21 novembre 2012 13:45

        Ah oui ! Le ministre des affaires du Canada, qui assume l’élimination des Amérindiens dans des conditions abominables.

        Vous avez aussi vos indiens ...

        Qui se ressemble ...  !


      • 1984 21 novembre 2012 15:15

        Et qu’est qu’en pense Joseph Goebbels ?



      • robin 21 novembre 2012 11:41

        C’est vrai que les hierarques du CRIF ou de l’AIPAC sont aussi de pauvres miséreux qui inspirent encore plus de pitié que les SDF.....lol !


      • Ronald Thatcher Ronald Thatcher 21 novembre 2012 10:39

        Israël a le droit de se défendre contre le hamas, qui n’hésite pas a envoyer plus de 1000 mortiers à l’aveugle sur le peuple d’Israël. Et oui, la riposte est violente à l’échelle des attaques continuent des fanatiques du hamas, entité terroriste en fin de vie bientôt exterminée et ensuite le fatah prendra la relève pour un one again de plus. Un barroude de déshonneur pour la pire organisation antisémite, mais surtout leur raison d’exister, la mafia antisémite s’abreuvant ostensiblement des dollars d’Iran.
        Dollars + manipulation de la population + islamisme radical + agression aveugle = hamas

        le hamas doit et va mourrir !


        • Andreï 21 novembre 2012 11:11

          Hamas, mafia antisémite, islamisme radicale, organisation antisémite.

          T’es la championne de la connerie fanatique, t’es victime de tes propres paroles insensées.

          De toute manière, le Hamas ne peut être subjugué , Ehud Barak l’a dit lui même. Son soutien est fort, sa resistance continue, mais bon, il y a 1.7 millions de Gazaouï

          Pourquoi ne pas admettre que vous ne pourriez rien faire ?


        • Ronald Thatcher Ronald Thatcher 21 novembre 2012 11:26

          1.7 millions de gazaoui, mais combien soutiennent réellement le hamas, sans pression ni terrorisme psychologique de leur part ?
          le hamas n’est qu’une nébuleuse terroriste, et mettre toute la population de gaza dans le giron du hamas est une désinformation, et vous faites en le disant le jeu de cette pourriture du hamas. Ce hamas n’est qu’une partie, la plus pourrie du peuple palestinien, et c’est à lui et à lui seul que revient le droit de décider de son sort. Le hamas est un traitre à la Palestine.

          Je vous observe depuis quelques interventions ici, et je vois bien que vous en êtes, alors un peu de courage au lieu de combattre sur le web, allez sur place et demandez une kalash et tirez dans le tas sioniste, un peu de cohérence que diable !


        • robin 21 novembre 2012 11:45

          A la place d’un expatrié palestinien, vous diriez donc merci à la force occupante qui déciderait de réquisitionner votre baraque y compris en vous bottant le train ?

          Vous ne seriez pas un peu cuir et chaînes .... smiley ?


        • Andreï 21 novembre 2012 11:57

          Aller où ? Non moi je préfère gagner cette guerre du web que vous gangréner à coups de dollar, en espérant que la crise étouffe vos financements Ronald, sinon je demanderai votre main jusqu’à la fin de nos jours.


        • Pingouin094 Pingouin094 21 novembre 2012 18:45

          La riposte est « à l’échelle des attaques ». Hum ... faisons donc les comptes :


          Pilier de défense : « 102 morts palestiniens, 4 morts israéliens. »
          Plombs durcis : « 1400 morts palestiniens (dont 300 enfants), 13 morts israéliens ( dont »seulement« 3 civils ».

          Selon vos compte, combien de dizaines de vies de palestiniens sont à l’échelle d’une vie d’un israélien ?


        • Yves Dornet 21 novembre 2012 10:48

          Total soutien à Israël contre toutes formes de terrorisme.

          le hamas doit etre écarté de la table des négociations car on ne négocie pas avec le terrorisme.

          cette organisation d’illuminés manipule les civils dés le plus jeune âge pour en faire des martyrs. Elle sacrifie des enfants au nom d’une cause obscurantiste. IMMONDE ! 


          • jaja jaja 21 novembre 2012 10:56

            Quelle table de négociation ? Oslo est mort.... Lire ici l’analyse de la situation par Julien Salingue....

            http://www.npa2009.org/content/premiers-%C3%A9l%C3%A9ments-d%E2%80%99analyse-sur-l%E2%80%99offensive-isra%C3%A9lienne-contre-gaza


          • robin 21 novembre 2012 11:47

            Par Yves Dornet (xxx.xxx.xxx.147) 21 novembre 10:48

            Total soutien à Israël contre toutes formes de terrorisme
             ----------------------------------------------
            NON SANS BLAGUES.....QUEL SCOOP DE LA PART D’UN SAYANIM (si tu le fais pas t’es viré couillon ! )

            Terroriste c’est aussi ce que disait les NAZIS de la résistance française alors ça relativise vos propos.




          • 1984 21 novembre 2012 15:20

            Et encore le nazi Dornet qui tente de répandre l’antisémitisme dans le monde !


          • Yves Dornet 21 novembre 2012 11:06

            Les Français savent toujours plus nombreux l’ignoble utilisation de photos d’enfants blessés ou tués ici et là à travers le monde.

            Le hamas n’a plus aucune crédibilité. 

            la question de l’aide humanitaire est posée vu que cette aide est détournée par la mafia islamo-fasciste en place.

             


          • frugeky 21 novembre 2012 11:18

            C’est Israël, enfin son gouvernement et son armée d’assassins, qui n’ont plus aucune crédibilité auprès des populations.

            C’est pas parce que des gouvernements antidémocratiques les soutiennent que c’est le cas de la majorité des populations. Délaissez un peu vos claviers, allez au bistro, allez au boulot, et posez la question innocemment. Les propagandes médiatiques ne fonctionnent pas mieux que pour le référendum de 2005. il y a un tel discrédit des médias que dès qu’un titre annonce une info, on pense le contraire. Et c’est pas des hasbara qui reprennent et amplifient ces mensonges qui vont changer la donne.

          • Yves Dornet 21 novembre 2012 11:33

            frugeky, c’est vrai que dans le souk de marseille le soutien des français est 100% pro palestinien...on se demande bien pourquoi ? smiley

            mais dans MON bistrot préféré les Français sont 100% pro sioniste...on ne se demande pas pourquoi. On sait qui nous emmerde quotidiennement smiley


          • Andreï 21 novembre 2012 12:00

            Yves Dornet parle de Tel Aviv, sa ville où les masochistes se rencontre pour boire un verre casher. Continue ton invention je t’en prie.


          • 1984 21 novembre 2012 15:25

            Israel nouvelle patrie des antisémites sionistes (comprendre sous-nazis) !
            Villégiature de la crasse Hitlérienne, les « israéliens » salissent chaque jours la communauté juive en se faisant passer pour juifs !


          • lionel 21 novembre 2012 11:01

            Bientôt, dans quelques cliniques d’Israël : Grand choix d’organe frais à vendre ! On connait l’affaire...


            • Andreï 21 novembre 2012 11:06

              Normal, quand des couillus illuminés du monde entier sont venu en Terre de Palestine pour tout voler, massacrer, détruire et dégager les Palestiniens, on comprends pourquoi il ne resterai pas les bras croisés à ce faire marcher dessus.

              Le temps de l’esclavagisme est révolu les sionistes, on est plus au 18eme ou 19eme siècle, vous avez 6 décennie de retard :
              Israël : le seul pays colonisateur du 21ème siècle.

              Dégagez, la lune vous accueillera tout pleinement.


              • Jimmy le Toucan 21 novembre 2012 15:50

                Israël : le seul pays colonisateur du 21ème siècle. quelle connerie
                Si Sarko, le larbin du simple d’esprit de Obouana serait encore là, avec ses zincs et ceux de l’autre fiotte Cameron, ils auraient déjà ravagé tout le nord de l’Afrique pour la gloire de leurs pays de merde


              • Andreï 21 novembre 2012 11:14

                Resistance, sans vouloir te vexer, une partie des congénères débilo-sionistes n’ont lu que le titre, et on commencé à faire leur copier-coller sur des sites informel Sayanimés.

                En gros, nous défendons israel mais on s’en bas les reins de ton avis...



                  • pilhaouer 21 novembre 2012 14:23
                    Le Printemps des Sayanim
                    Jacob COHEN

                    Interview de l’auteur.

                    Pourquoi ce titre ?

                    J’ai voulu que le terme « sayanim » apparaisse d’emblée et interpelle le lecteur. On se pose la question, et la définition se trouve juste dans les premières lignes de la 4e. La problématique est installée, sans faux-fuyants, et sans réserve. Idéalement, j’aimerais que ce terme entre dans le vocabulaire courant, dans les analyses, et dans les commentaires.

                    Voulez-vous nous la rappeler ?

                    Les sayanim – informateurs en hébreu – sont des juifs de la diaspora qui, par « patriotisme », acceptent de collaborer ponctuellement avec le Mossad, ou autres institutions sionistes, leur apportant l’aide nécessaire dans le domaine de leur compétence.

                    Comment avez-vous eu l’idée d’écrire sur les sayanim ?

                    C’est la conjugaison de plusieurs éléments. La lecture de tout livre sérieux sur le Mossad montre l’importance essentielle de ces citoyens juifs qui décident de travailler pour les services secrets israéliens. Imaginez des dizaines de milliers d’agents, occupant des fonctions dans toutes les couches sociales, et qui obéissent au doigt et à l’œil au Mossad. Il est à noter que les auteurs anglo-saxons sont beaucoup plus prolifiques sur ce sujet.
                    Je suis d’assez près l’actualité proche-orientale, et je consulte les médias des 2 bords. Et je suis sidéré, presque fasciné, par la puissance médiatique du lobby pro-israélien. Et comment il arrive à faire rentrer dans les esprits, jusqu’à devenir des banalités admises, des concepts comme « la seule démocratie de la région », ou tellement aberrants, comme « assurer la sécurité d’Israël ».

                    Le fait de savoir que des sayanim sont en grande partie le moteur de cette propagande permet une lecture plus lucide et plus pertinente de l’actualité.

                    Est-ce une réalité ?

                    Je comprends le sens de la question. Je cite Gordon Thomas au début du livre. C’est un spécialiste reconnu des services secrets, en particulier du Mossad. Tellement reconnu qu’il a interviewé tous les chefs du Mossad depuis les années 60, et tous ont admis, en s’en glorifiant, l’apport crucial des sayanim à travers le monde.

                    Je cite également Victor Ostrovsky, l’un des rares agents du Mossad à avoir publié, après son départ de l’institution, un témoignage unique et inédit sur le service secret, ses méthodes, ses objectifs, ses ressources.

                    Quel est leur nombre ?

                    En France ils seraient près de 3000. Ostrovski, ex-agent du Mossad, estime leur nombre à 3000 rien qu’à Londres. On peut imaginer leur importance aux Etats-Unis. Mais le « réservoir » est infini. Si on associe le Bnai Brit (franc-maçonnerie juive internationale), la WIZO (organisation internationale des femmes sionistes), les organisations judéo-sionistes nationales, comme l’UPJF, l’UEJF, le CRIF… en France, et dans les autres pays, ainsi que les sympathisants, on arrive facilement au chiffre de un million de juifs prêts à travailler pour le Mossad. Evidemment ils ne sont pas tous recrutés à cette tâche. Car il faudrait des centaines d’agents pour les traiter. Le Mossad se contente d’en avoir dans tous les secteurs d’activité, avec un accent particulier sur les plus sensibles : les médias, les grands hôtels et les agences de voyage (pour surveiller les allées et venues des Arabes en général, des agents de renseignement, des hommes d’affaire, enfin de toute personne susceptible d’atteindre les intérêts israéliens), les secteurs économiques et commerciaux, en particulier les sociétés d’importation qui leur servent souvent de couverture.

                    Un cas concret pour en comprendre le mécanisme ?

                    Pour revenir à Victor Ostrovsky. Lorsque la France a construit une centrale nucléaire en Irak dans les années 70, des scientifiques irakiens étaient venus à Saclay pour se perfectionner. Le Mossad était bien sûr intéressé à les connaître pour pouvoir agir sur eux. N’importe quel autre service secret aurait eu besoin de moyens en hommes, de filature, d’argent pour corrompre, peut-être de tentatives d’effraction, et de temps, pour y arriver éventuellement. Le Mossad, et c’est sa supériorité, s’est tout simplement adressé à un informateur juif (sayan) qui travaillait à Saclay. Et a demandé que lui fussent fournis les dossiers complets originaux. Car il se méfiait des photocopies. La majorité des renseignements étant en arabe, c’est lui-même qui s’est acquitté de cette tâche. Quel autre service de renseignements peut bénéficier de telles complicités ? Après, ce fut un jeu d’enfant pour piéger l’un de ces scientifiques, remonter jusqu’à leur responsable, et l’assassiner lors de sa visite à Paris.

                    Ces agents juifs n’interviennent-ils que dans des cas d’espionnage ?

                    Pas du tout. Les sayanim interviennent aussi et surtout dans les manipulations médiatiques. D’ailleurs le Mossad possède un département important, appelé le LAP, pour « guerre de propagande ». Il me revient un exemple historique. Rappelez-vous le film EXODUS. Il a réécrit l’histoire de 1948 et imposé la vision sioniste pour au moins une génération. En 1961, c’est le premier ministre israélien en personne qui a accueilli l’équipe du film à l’aéroport. C’est dire l’importance qu’on lui accordait.

                    Rappelons l’importance du Bnai Brit. 500 000 membres dans le monde, probablement 400 000 aux Etats-Unis, dont 6 000 dans le secteur du cinéma. Comment imaginer qu’un film ou qu’une série défavorable à Israël puisse voir le jour ?

                    Et plus récemment ?

                    Le cas le plus flagrant est celui du soldat israélien enlevé par le Hamas. Le réseau des sayanim à travers le monde a fait en sorte que son nom soit tellement matraqué que personne ou presque n’ignore son nom. Par ailleurs, son père a été reçu à plusieurs reprises par tous les dirigeants occidentaux, par Sarkozy, Merkel, Blair, Berluscuni, Zapatero, Barroso, par le secrétaire général de l’ONU, par le parlement européen, par l’assemblée de l’UNESCO, enfin le gratin mondial. Comment est-ce possible sans l’intervention de sayanim bien placés dans les instances gouvernementales, économiques, culturelles, médiatiques ? Je rappelle qu’il s’agit d’un caporal d’une armée d’occupation. Quel autre prisonnier peut bénéficier d’une telle sollicitude internationale ? Et avoir son portrait géant sur l’édifice de la Mairie du 16e arrondissement ? Des hommes politiques français, dont Sarkozy et Kouchner, ont exigé sa libération pour raisons humanitaires. Sans dire un mot des milliers de prisonniers palestiniens.

                    Dans quel but ?

                    Il s’agit de faire pénétrer dans l’opinion internationale qu’Israël a un « otage » (un seul !) aux mains du Hamas. Cela fait oublier les 11 000 prisonniers palestiniens détenus dans les geôles israéliennes. L’écrasante majorité d’entre eux sont des prisonniers politiques, c’est-à-dire condamnés pour leur lutte pacifique pour l’indépendance. Rappelons qu’Israël est le seul pays « démocratique » au monde qui applique la détention administrative : pouvoir emprisonner n’importe quel citoyen, même étranger, sans avocat, sans jugement, sans motif, sans limitation dans le temps.

                    Et c’est sur cette base que les forces d’occupation ont kidnappé, juste après l’enlèvement du soldat, 45 personnalités politiques du Hamas, en majorité des élus du peuple. Sans qu’elles n’aient rien à leur reprocher. Cela s’appelle des « représailles collectives » condamnées par le droit international, et rappelle le comportement de l’occupant nazi en France.

                    Ainsi, pendant que les médias nous matraquent avec le soldat « otage », on oublie le plus important, et le plus horrible.

                    Une expérience personnelle : Le 26 juin, le journal du matin de TV5 avait encore fait un reportage sur le drame de ce soldat « otage ». J’ai écrit en rappelant que l’honnêteté journalistique aurait exigé de mentionner les prisonniers soumis à la détention administrative et le kidnapping des 45 élus du Hamas. Aucune réponse, aucun correctif.

                    Comment se fait-il qu’on ne parle pas beaucoup des sayanim ?

                    Cela reste un mystère. Comment des journalistes aguerris ont pu disserter sur Israël sans mettre sur le doigt sur cet aspect capital ! Je mets cela sur la puissance des sayanim qui ont réussi l’exploit de ne pas faire parler d’eux. Il ne faut pas oublier que la chape qui écrasait les médias pour diffuser la pensée unique favorable à Israël n’a commencé à se fissurer que depuis quelques années.

                    Pourquoi des citoyens juifs français par exemple deviennent des sayanim ?

                    Vous savez, l’idéologie sioniste, jusqu’en 1948, était loin d’être majoritaire dans les communautés juives. Je me souviens qu’au Maroc, dans les années 50, les rabbins vilipendaient les sionistes. Et puis la création d’Israël, la propagande, la hantise d’un nouveau génocide, ont fait en sorte que les institutions juives ont basculé dans un appui inconditionnel à l’Etat juif. Aujourd’hui en France il n’est pas admissible d’exprimer la moindre réserve dans le cadre des institutions juives. La propagande est telle que les citoyens juifs qui vivent dans le cadre de ces institutions développent un second patriotisme et un nationalisme hors du commun. Au besoin, comme illustré dans le roman (l’épisode du cardiologue), le Mossad fera appel au chantage patriotique pour amener un citoyen français à trahir son serment de médecin pour satisfaire les visées du Mossad.

                    Vous donnez une grande importance à la franc-maçonnerie dans votre livre. Pourquoi ?

                    La franc-maçonnerie me paraît une illustration parfaite du travail d’infiltration et de propagande mené par les sayanim. D’abord pour montrer qu’aucun domaine ne leur échappe. Il n’y a pas de « petits profits ». Là où on peut pousser à la défense d’Israël, on le fait sans états d’âme. Par ailleurs, cela montre que les juifs sionistes ne reculent devant rien. Car peu de gens ignorent – même si on n’est pas familier avec la franc-maçonnerie – que celle-ci est d’abord laïque, ouverte à tous sans distinction de race, de religion, ou d’orientation politique. Et voilà que des franc-maçons juifs et sionistes créent en 2002 une loge spécifiquement juive, et sioniste pour défendre Israël. Je l’ai vécu personnellement, car j’ai été franc-maçon pendant près de 17 ans. Cela s’est passé en 2002, au plus fort de la seconde intifada. Cela n’était pas dit expressément, car c’est contraire à l’éthique maçonnique, mais dans les faits cela revenait au même. Ne devinant pas de quel bord j’étais, ces frères m’ont mis au parfum sans ambages. Et à mon avis c’était couvert par les instances supérieures. Tout ce qui se disait dans la loge était favorable à Israël (voir le 1er chapitre et la conférence tendant à faire un parallèle entre les réfugiés palestiniens et les juifs partis des pays arabes, souvent à l’instigation du Mossad). Et chaque année, la loge organise un « voyage d’information » en Israël, encadré par des fonctionnaires du ministère israélien des Affaires étrangères.

                    ... ...


                  • pilhaouer 21 novembre 2012 14:28

                    ... ... suite

                    Un de mes personnages principaux, Youssef El Kouhen, va subir les foudres des sayanim franc-maçons. Fils d’immigrés maghrébins, il pense faire un pas décisif dans son intégration républicaine en étant admis au sein du Grand Orient. Mais ayant découvert l’existence de cette loge « judéo-sioniste », il va tenter, avec d’autres frères arabes de contrer leur propagande en créant une loge pro-palestinienne. Mais là il va se heurter à la puissance du lobby sioniste implanté au Grand Orient de France et subira une défaite cinglante. Ce lobby va agir au mépris de toutes les lois de l’Obédience.

                    En parcourant le livre, on s’aperçoit que certains personnages ressemblent étrangement à des personnes connues, surtout pour leurs sympathies sionistes.

                    Parmi les 3 000 sayanim français, certains sont connus. Pas en tant que sayanim. Par définition, ce sont des agents secret. Mais étant donné leur soutien constant à Israël et leur participation active à des campagnes savamment orchestrées, il est probable qu’ils agissent dans ce cadre. J’ai voulu les montrer en action, par exemple pour recruter un nouvel agent, ou pour monter en épingle une rencontre sportive israélo-palestinienne à Paris, sans autre finalité que de donner l’illusion d’un processus de paix.

                    Et plus explicitement ?

                    Il y a plusieurs années, un match de football a eu lieu au Parc des Princes entre des jeunes israéliens et palestiniens. Ce qui avait donné lieu à un battage publicitaire démesuré. J’ai repris cet événement en tentant d’imaginer les coulisses, les pressions, les manipulations, les interventions. Pour obtenir gratuitement le stade, pour le remplir avec des jeunes de banlieue en faisant intervenir le rectorat, en sollicitant des subventions de l’Union européenne et de la Mairie de Paris, en faisant pression sur les dirigeants musulmans « modérés » pour qu’ils apportent leur caution. Une opération de propagande rondement menée grâce aux sayanim, et leurs alliés, dont les plus indéfectibles : SOS Racisme et la Mairie de Paris.

                    On retrouve souvent SOS Racisme. Pourquoi ?

                    Pour moi, cette organisation sert de courroie de transmission aux idéologies sionistes. Sa proximité incestueuse avec l’UEJF, un des piliers du soutien à Israël, en est une illustration. Jamais SOS Racisme n’a lancé par exemple une campagne contre l’occupation israélienne, alors qu’elle se démène contre le Soudan. En occupant le terrain, grâce à des subventions généreuses, SOS Racisme empêche l’émergence d’autres organisations anti-racistes plus proches des exigences de la majorité de ses membres. On entend d’ailleurs plusieurs voix, dont celle de Joey Star, réclamer une autre organisation anti-raciste, issue des quartiers, et les représentant légitimement.

                    Dans le roman, je développe un point de vue qui ne doit pas être loin de la réalité. C’est-à-dire la dépendance de SOS Racisme vis-à-vis de l’UEJF et de ses alliés. Lorsque ces derniers par exemple cherchent un successeur au président actuel, un noir qui finit son mandat. Ils cherchent un beur présentable, qui a bien assimilé les rapports de force et les consignes. Celui qui est approché subira des « tests » pour montrer sa fidélité aux idéaux sionistes (qu’on appelle pudiquement des « positions modérées et pacifistes »). En l’occurence Moulay Elbali, doctorant d’origine banlieusarde, qui veut sortir de sa condition à n’importe quel prix. Un détail : Lorsqu’un président de l’UEJF quitte ses fonctions, il devient vice-président de SOS Racisme. Pour mieux les contrôler ?

                    Tout un chapitre est consacré à la Mairie du 16e arrondissement. Pour quelle raison ?

                    Cette Mairie est un des châteaux forts des sionistes. Le Bnai Brit s’y réunit régulièrement et y organise son salon du livre. Son maire est un ardent défenseur d’Israël. Dans sa croisade pour l’Etat juif, il n’hésite pas à utiliser les symboles coloniaux (défense de la civilisation judéo-chrétienne, avant-poste de la démocratie) à l’instar de l’ancien premier ministre espagnol qui avait déclaré récemment : « Il faut défendre Israël à tout prix, car s’il tombe, l’Europe aussi tombera ». D’ailleurs un portrait géant du soldat israélien enlevé par le Hamas orne la façade de la Mairie.

                    Il y a ce personnage, MST, qui traverse tout le roman, et qui ressemble furieusement à BHL…

                    Je vous laisse la responsabilité de ce constat. Il est vrai qu’il y quelques ressemblances, mais en principe ce n’est pas lui. Ceci dit, il ne me déplait pas que certains fassent ce rapprochement. Michel-Samuel Taïeb est effectivement un personnage central, correspondant à son rôle flamboyant, à ses nombreux réseaux, à son implication sans réserve en faveur d’Israël, à l’acharnement avec lequel il recrute d’autres sayanim. C’est lui qui va recruter le cardiologue, qui va intervenir à l’Elysée pour donner l’ordre aux rectorats de remplir le stade de jeunes beurs, qui va appeler un responsable d’émission à Canal Plus pour humilier en direct des militantes de SOS Palestine, qui va faire pression sur le recteur de la Mosquée de Paris pour soutenir ce prétendu « match pour la paix », etc. Le chef du Mossad à l’ambassade d’Israël à Paris de lui : « Il vaut plus que 100 sayanim ».

                    On a l’impression que vous vous êtes pas mal amusé avec les noms des sayanim.

                    Je n’ai pas pu m’en empêcher. Le fait de trouver ces noms, que d’aucuns pourraient rapprocher de personnages réels, me remplissait de joie (sarcastique) à chaque fois. Delanoix, Fauderch, Idler, MST, Goldnavet, Vil-Neuf, j’en passe et des meilleurs. Il est vrai que mes sympathies vont là où vous savez. Je n’avais aucune raison de les épargner.

                    Est-ce à dire que c’est un roman politique ?

                    Si on entend par là qu’il prend position de façon claire et nette, tout en dénonçant les pratiques de chantages et de manipulations au profit d’une politique impérialiste, alors oui, c’est un roman politique. D’ailleurs il est dédié « à tous ceux qui se battent pour la justice en Palestine ». La forme romanesque n’est qu’une méthode pour y arriver. Bien qu’une grande partie du livre se base sur des faits réels, ou exprime une réalité telle qu’elle pourrait se dérouler. Lorsque MST appelle Canal Plus, je n’étais pas à l’écoute, mais la façon dont la plupart des grands médias lui déroulent le tapis rouge me fait penser que c’est sa manière d’agir. Et d’être obéi.

                    Est-ce qu’on vous mettra des bâtons des les roues ?

                    Certainement. Les sayanim et leurs complices, et ils sont nombreux et occupent des postes stratégiques, feront tout pour élever un mur de silence. Ou bien ce sera le déni. Ou enfin le recours à ces vieilles méthodes de l’amalgame. Une critique d’Israël équivaut à de l’antisémitisme. Parler des sayanim, c’est revenir à cette accusation de « complot » que certains antisémites au tournant du 20e siècle lançaient aux juifs pour les discréditer. Le discours du déni, et d’un certain terrorisme intellectuel, est bien rodé.

                    Que peut-on vous souhaiter ?

                    J’espère d’abord que ce livre ouvrira les yeux sur cette force puissante et insidieuse mise au service d’une idéologie de domination. Qu’il permette ensuite un décryptage plus pointu des événements. Et enfin qu’il favorise l’émergence de contre-pouvoirs.

                    Le printemps des sayanim


                  • lionel 21 novembre 2012 18:49

                    Merci pilhaouer pour amener sur ce fil, le témoignage d’un Français Juif ( un grand frère), digne descendant de gens comme Marc Bloch et d’autres Français Juifs moralement intègres, qui ont tellement apportés à notre communauté nationale, qui en sont parti intégrante et indispensable. 


                    Respect

                  • maQiavel machiavel1983 21 novembre 2012 11:29

                    Bien sur que la Palestine a le droit de se défendre , il ne manquerait plus qu’ on lui interdise , c’ est la guerre.

                    Mais , puisque plus haut on parle d’ élever le débat , il faut revenir à la cause de conflit qu’ on ne cesse d’ occulter , comme le dit Michel Collon : «    » En réalité la chose dont on ne parle jamais dans les médias, c’est que : c’est Israël l’agresseur. Les Palestiniens sont les victimes. Israël a chassé la population palestinienne en 1948 ".
                    C’ est une guerre , il est normal qu’ il y’ ait des morts qui ne sont que des conséquences de cette guerre. Attaquons nous à la cause , çàd le vol de la terre palestinienne par Israël et on résoudra les conséquences.

                    • Yves Dornet 21 novembre 2012 11:39

                      la palestine n’a jamais été un état. Elle était sous tutelle Anglaise. Suite au départ Anglais, le plan de partage de la palestine entre Juifs et Arabes a été approuvé par les sionistes et les Arabes ont déclenché la guerre.

                      Israël (peuple) est HISTORIQUEMENT chez lui en Israël (terre)

                      Jérusalem en est sa capitale une et indivisible.

                      Les arabes ont Riyad et la mecque...


                    • Andreï 21 novembre 2012 11:51

                      Contradiction du Hasbara :

                      « La Palestine n’a jamais été un Etat, elle l’a été sous tutelle du mandat Britannique » :
                      l’arroseur arrosé.

                      Tu va te faire viré, shalom.


                    • maQiavel machiavel1983 21 novembre 2012 11:56

                      Non la Palestine n’ a jamais été un Etat , mais une terre ou vivait en bonne intelligence juifs , chrétien et Musulmans.

                      - Israël (peuple) est HISTORIQUEMENT chez lui en Israël (terre)
                      R / Ah bon ? Les juifs Ashkénazes ( Khazars ) qui n’ ont absolument rien avoir avec la Palestine sont chez eux là bas ? Parce que c’ est le Talmud qui le dit ?
                      Jérusalem en est sa capitale une et indivisible.Les arabes ont Riyad et la mecque...
                      R / Moi les ultra-sionistes me fatiguent. Je pense d’ autres gens auront plus d’ envie que moi de vous répondre.


                    • Yves Dornet 21 novembre 2012 11:58
                      Loi du retour - Wikipédia

                      c’est la knesset qui décide qui est ou pas Juif ni la torah ni les arabes... smiley 

                       


                    • Andreï 21 novembre 2012 12:02

                      Tiens, je croyais que c’était un Etat hébreu ? Finalement, vous vous déclarez juif ou non juif, car les ultra orthodoxe n’aiment pas quand ceci est dirigé par un pouvoir laïc.


                    • Yves Dornet 21 novembre 2012 12:05

                      les ultra-orthodoxes ne font pas la loi... nous ne sommes pas à gaza smiley


                    • maQiavel machiavel1983 21 novembre 2012 12:13

                      @yves Dornet

                      Il y’ a un article publié aujourd’hui sur agoravox tv intitulé hystérie sanguinaire à Tel Aviv , il y’ a là bas des gens qui auront plus de vigueur que moi de vous répondre.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès