• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > La pénurie de compétences, un autre front contre Israël

La pénurie de compétences, un autre front contre Israël

« Il n’y a aucun intérêt à travailler ici, dit-il [Liad Agmon]. En montant une start-up au Portugal, par exemple, je pourrais recruter des ingénieurs de haut niveau pour un tiers du coût. D’un point de vue économique, il n’y a aucun avantage à rester en Israël. »

Des diplômés de l'unité 8200, le fer de lance technologique de Tsahal

Des diplômés de l'unité 8200, le fer de lance technologique de Tsahal.

Baignant dans le spirituel, le métaphysique et le paranormal dès leur tendre enfance, les jeunes des deux sexes qu’ils soient juifs ou musulmans s’avèrent plus réceptifs aux sciences de l’abstrait qui requièrent une grande capacité d’imagination et de concentration, particulièrement les mathématiques, la physique et chimie nucléaires et quantiques, mais aussi la conception de logiciels informatiques de pointe civils et militaires. Ce fait n’a besoin d’être étayé par des études ou des chiffres certifiés : il suffit d’aller jeter un coup d’œil dans les grandes écoles d’ingénieurs pour se rendre compte que le spirituel et le virtuel font bon ménage. Pas besoin non plus d’admettre que cette graine de cerveaux, les États comme les entreprises se les arrachent à coups de salaires mensuels à plusieurs milliers d’euros et autres avantages sociaux. Dans des pays à bas salaires comme le Maroc, l’Algérie, l’Égypte ou la Tunisie, la chasse à ce type de compétences demandées en Europe, particulièrement en France et Belgique, est tellement effrénée qu’elle a tourné carrément au braconnage au cours de ces dernières années. Si dans ces pays à bas salaires et à opportunités de développement et d’évolution limitées, le casse-tête des gouvernements et du patronat est de trouver une solution pour retenir ces cerveaux dans le leur pays qui a dépensé des millions de dollars et d’heures de travail pour les former, dans d’autres contrées le problème est d’une autre nature. En Israël où la crème des scientifiques et ingénieurs surdoués (mehounanim) est issue des milieux religieux ou ultrareligieux et ou le secteur du high-tech est surnommé «  start-up nation  », le casse-tête du gouvernement Netanyahou et de ses prédécesseurs est comment faire pour que l’armée et les entreprises tirent profit de ce réservoir de compétences qui ont le problème existentiel de refuser de porter le treillis soit pour l’engagement volontaire soit pour le service militaire obligatoire. Ce problème itératif s’est compliqué au fil des années pour devenir l’un des principaux arguments qu’utilisent les sionistes laïcs pour critiquer les partis nationalistes qui tournent dans la sphère du Likoud hormis le porti Israël Beitinou d’ Avigdor Lieberman qui milite pour l’égalité de tous les Israéliens devant le service militaire considéré comme l’un des principes fondateurs de l’État hébreu et la colonne vertébrale du sionisme. Engagé, en coopération avec les États-Unis, dans des programmes de développement d’armes sophistiquées et de logiciels d’espionnage et de contrespionnage, Israël cruellement a besoin de compétences locales pour mener à bien ces chantiers surtout que contrairement aux autres pays occidentaux l’importation des travailleurs super-qualifiés de l’étranger n’est pas aisée sauf s’il s’agit de juifs binationaux désirant se rendre utile. Ou de travaux ingrats comme le gardiennage-nettoyage ou la gériatrie que même les Falachas fuient… Seulement, la plupart des compétences locales qui sont des religieux pratiquant purs et durs refuse de servir sous les drapeaux ou de travailler pour/ou dans une entreprise militaire ou civile où les garçons côtoient des femmes, « vêtus indécemment et ne mangeant pas kasher… » Quelque « 15 000 postes sont à pourvoir dans le high-tech en Israël » écrit le site timesofisrael du 17 décembre 2018. Mais il n’y a pas que l’obstacle des haredim (craignant Dieu) pour bloquer les recrutements. Il y a aussi la cherté de la main d’œuvre laïque, agnostique ou non pratiquante. À tel point que nombre de firmes envisagent de s’expatrier notamment au Portugal où les salaires sont plus bas qu’en Israël quand elles ne font pas appel aux Arabes israéliens dits « de 48 » ou aux Palestiniens de Cisjordanie. « Il n’y a aucun intérêt à travailler ici, dit-il [Liad Agmon]. En montant une start-up au Portugal, par exemple, je pourrais recruter des ingénieurs de haut niveau pour un tiers du coût. D’un point de vue économique, il n’y a aucun avantage à rester en Israël. » Alya inverse ?

http://chankou.over-blog.com/2019/07/la-penurie-de-competences-un-autre-front-contre-israel.html


Moyenne des avis sur cet article :  4.28/5   (18 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • Ilan Tavor aka Massada Ilan Tavor aka Massada 29 juillet 13:23

    Ne soyez pas trop inquiet pour Israel smiley

     
    Rien que le campus de Haïfa qui accueille de nombreux étudiants étrangers dont français, a multiplié les partenariats avec de grandes écoles, dont Polytechnique.
     
    La France est le deuxième partenaire du Technion après les États-Unis.
    Implantée non loin des centres de R&D de Microsoft, Intel, IBM ou Yahoo, l’institution bénéficie en effet d’un écosystème porteur.
     

    Totalisant trois des lauréats du prix Nobel de chimie (sur les six Israéliens depuis 2004), elle fait partie des hauts lieux de l’innovation d’Israël. 
     

    Près d’un quart des 60.000 diplômés du Technion ont fondé leur société, un autre quart occupant le poste de CEO ou vice-président. Tandis que la contribution des anciens élèves de l’institut à l’industrie high-tech est estimée à plus de… 21 milliards de dollars.


    • Raymond75 29 juillet 13:45

      @Ilan Tavor aka Massada

      Nous attendons les messages de Zak5 et du bouffon sioniste du 19ème.

      Dépêchez vous, ne nous décevez pas.


    • Kapimo Kapimo 29 juillet 19:18

      @Ilan Tavor aka Massada

      Eh oui, quand on a un ensemble universitaire qui ne forme que des « fondateurs » ou des CEO, on manque un peu de troupes pour donner de la substance à tout cela.
      « un peuple d’élite » comme disait De Gaulle.

      Le tout, c’est qu’il y ait des pompiers si jamais le feu prend.


    • Abdelkarim Chankou Abdelkarim Chankou 31 juillet 01:46

      @Kapimo
      De Gaulle se moquait un peu d’Israël. Il faut terminer sa phrase : « c’est-à-dire un peuple délite, sûr de lui-même et dominateur »


    • Jonas 31 juillet 15:52

      @Abdelkarim Chankou
      De Gaulle est loin de se moquer d’Israël. De Gaulle voulait être indépendant des Américains ( grâce à qui la France s’est libérée ) Israël voulait être maître de son destin. Le destin d’Israël est entre les mains des dirigeants Israéliens.

      Je pense, @ Abdelkarim Chankou qu’avant de vous pencher sur l’avenir d’Israël, vous devriez , vous occuper de l’avenir des pays arabo-musulmans.

      Si je devais faire une comparaison entre un corps humain et le monde arabo-musulman, je dirai que le monde Arabo-musulman, pour ne pas parler des pays musulmans non arabes , qui ne sont guère mieux, est un corps plein d’ulcères et de tumeurs.
       
      Il vous suffit à vous journaliste marocain , d’analyser correctement et sans partis pris , la situation du Liban, pays émietté entre divers confessions et ethnies., clans, familles . La situation des Palestiniens dans ce pays « frère »où ils vivent dans des taudis . Dans ce pays « frère » il leur est interdit d’exercer des dizaines de professions et sont obligés de travailler au noir et d’être exploités. . Le ministre de Travail de ce pays « frère », Camille Abousleiman , veut faire appliquer une loi , interdisant le travail noir et la fermeture des commerces illégalement détenus par des étrangers dont la majorité sont palestiniens. 

      Il serait intéressant et honnête de votre part, de jeter un regard , sur la situation des yéménites. Des Somalies . Des Soudanais , Des Irakiens. Des Syriens. Des Libyens. Tunisiens , Algériens . Des Egyptiens . Des Jordaniens etc. Vous aurez certainement beaucoup a faire et analyser par rapport a Israël., qui est face a cet océan de bouleversement un havre de paix. 

      @ Abdelkarim Chankou. Prenant votre pays le Maroc, qui grâce à Mohammed VI , a fait un travail et une avancée dans beaucoup de domaines , que toute personne honnête peut vérifier : ports , aéroports , le TGV , reliant , Tanger a Casablanca, Tanger Med, énergie solaire etc , tout cela dans un pays qui n’a pas la chance de bénéficier des hydrocarbures. Malgré tout cela , le Maroc reste un pays où le chômage est de plus de 12% et frappe en premier les jeunes et l’alnaphabétisme sévit toujours dans ce pays malgré de gros efforts. Je laisse le côté politique, et cette omniprésence du Makhzen et des affairistes tournant autour du Roi. 

      D’après l’OCDE ; Israël a un chômage bas. 3,5% 

      Juste quelques autres chiffres entre le Maroc et d’Israël.
      PIB :Israël , 41.614. $  Maroc, 3.324.$
      IDH ( Indicateur de développement humain -Santé/longue vie .éducation et savoir. Niveau de vie : Israël , 35em Maroc , 161eme ( classement sur 200 pays ) 
      Université ; Israël , deux parmi les 100, Maroc , je vous laisse le soin de chercher. etc. etc. 
       
      Ce que je fais pour les Maroc , je peux le faire pour tous les pays arabo-musulmans. Donc avant de regarder la bosse d’Israël , regardez la vôtre.


    • Abdelkarim Chankou Abdelkarim Chankou 31 juillet 16:34

      @Jonas
      Vous n’exercez aucune autorité sur moi et vous me refusez déjà de m’exprimer sur un sujet en me recommandant ce que je dois dire et faire. Espère sincèrement que vous ne serez jamais le ministre de l’Intérieur du Maroc. En fin votre discours n’est pas nouveau... N’oubliez pas que sans l’aide américaine de plusieurs milliards de dollars Israël ne serait pas aussi prospère que vous le croyez. Mais rassurez vous le pognon saoudien et émiratien promis arrive et bientôt il n’y aura plus de chômage dans la terre promise...


    • Jonas 2 août 08:15

      @Abdelkarim Chankou
      Bonjour , 
      On prête à feu Hassan II, cette phrase«  Les Marocains sont un lion qu’il faut conduire avec une laisse, sans qu’il en sente le joug. » 
      Vous n’avez certainement pas besoin d’un pauvre ministre de l’intérieur comme moi , pour vous indiquez les sujets à traiter , vous le faites spontanément et depuis des décennies. Le Makhzen y veille.

      C’est un leitmotiv , récurrent chez les arabo-musulmans pour expliquer leur retard et leur stagnation ( le Maroc fait exception , j’en conviens ) « ce sont les milliards des Américains qui font la prospérité d’Israël. »

      Dans ce cas , les pétromonarchies , qui sont de simples tiroirs caisses à millards , seraient sur les podiums des classements internationaux. 

      La Libye et l’Algérie auraient brillaient dans la Recherche et Développent et grandes universités. 

      Le roi d’Arabie saoudite a une fortune personnelle de plus de 850 milliards de dollars , et la mise sur le marché de 5% d’ARAMCO , rapporteraient 100 milliards de dollars.

      Le prince héritier d’Abu Dhabi ,Mohammed ben Zayed est assis sur un fonds souverain de 1 300 milliards de dollars , plus que tout autre pays. 
      Alors ! 


    • jymb 29 juillet 13:26

      Interessant ce thème de discussion

      merci 


      • MagicBuster 29 juillet 15:18

        Le problème n’est pas la pénurie , mais le salaire.

        Le Portugal, 350 euros par mois

        L’Espagne. 451 euros par mois
        Maroc 366.4 euros par mois

        https://www.combien-coute.net/salaire-moyen/maroc/

        Le salaire moyen est de 70 euros à Haïti.
        Vite faut investir à Haïti  ! !

        A ce prix là, effectivement c’est la pénurie de ressource.
        C’est clair qu’à ce prix là les travailleurs ne restent pas dans leur pays.

        C’est un bon moyen pour capter toutes les compétences d’un pays que l’on souhaite voir disparaitre , ou que l’on ne souhaite pas voir se développer.


        • Abdelkarim Chankou Abdelkarim Chankou 29 juillet 16:32

          @MagicBuster
          Vous plaisantez ou quoi ? On est pas mieux payé au Maroc qu’au Portugal ou le smic= 700€ contre 280 au Maroc, l’Espagne =1000 € depuis l’arrivée du PSOE de Sanchez au pouvoir il y a quelques mois

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès