• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > La presse au fil des quinquennats…

La presse au fil des quinquennats…

Force est de constater qu'en 2012, la nouvelle Opposition

Depuis le 6 mai 2012, il ne se passe pas un jour sans qu'apparaissent dans nos médias tel ou tel ténor UMP, Mmes Pécresse, Dati, MM Baroin, Bertrand, Devedjian, Hortefeux (entendu sur... Radio Classique !!!), Fillon sans oublier, bien sûr, le Jean-François Copé....

Ça ne me choque pas....en principe. Mais qu'on arrête alors de nous soutenir que la presse serait de gauche !

Ça ne me choque pas.... en principe. Seulement je me rappelle trop bien de l'attitude de la presse, en 2007, à la même époque.

Elle parlait alors des "rescapés socialistes" après les législatives de juin ( au passage, le PS avait gagné 56 sièges et l'UMP en avait perdu 58 par rapport à la précédente Assemblée..... Eh oui, tout le monde l'a oublié ce coup-là !).

La presse préférait faire ses choux gras d'une déclaration de François Fillon sur la "gauche déglinguée".

Il a fallu attendre le 26 juillet pour que Le Monde daigne interviewer François Hollande.

Mais le reste des médias tartinait sur "le PS en panique totale", sur le "PS inaudible" et j'en passe....

F. Hollande fera également une brève apparition sur France 2 et Jean Glavany sur FR3.

Il faudra patienter jusqu'au 20 août pour que France Inter invite des responsables socialistes.

En septembre, petit coup de tonnerre avec Courrier International qui relate l'ensemble des virulentes critiques de la presse....étrangère sur les premiers mois de la présidence Sarkozy.

Pas un mot à ce sujet dans notre bonne presse hexagonale qui, quasi quotidiennement, s'émerveille sur le "sans faute de M. Sarkozy" et raconte, à l'envie, qu'il "bénéficie du meilleur état de grâce de tous les Présidents de la Vème".

Quel contraste.

A la fin septembre 2007, petit sursaut. La presse parle d'un "PS convalescent"....

A partir de février 2008, la couverture médiatique du PS et de la Gauche redevient à peu près normale mais cette attitude n'est nullement sincère puisque c'est pour affirmer que le "PS ne fait que polémiquer".

Le 25 juin 2008, le Président du Groupe Socialiste à l'Assemblée Nationale, un certain Jean-Marc Ayrault..., rend public un compte-rendu de mandat, un document qui fait douze pages. La presse reste totalement muette sur le sujet.

Force est de constater qu'en 2012, la nouvelle Opposition, et particulièrement l'UMP, est autrement bien traitée par les radios, les télés et les journaux.

Alors, qu'on cesse une bonne fois pour toute de nous dire que c'est la presse qui a fait perdre Nicolas Sarkozy.

Car enfin, que reste-t-il de son "programme" pour son second quinquennat, à part sortir de l'espace Schengen ou instaurer une TVA "sociale" ?????

C'est tout de même bien Nicolas Sarkozy lui-même ( et pas la presse) qui avait déclaré que si il perdait l'élection, il ne le devrait qu'à lui-même.

Tout autre commentaire n'est donc que faribole.

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.48/5   (23 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • Robert GIL ROBERT GIL 16 juillet 2012 18:27

    un des principaux problemes c’est l’independance de medias et leur concentration, voir :

    http://2ccr.unblog.fr/2011/12/13/concentration-des-medias-en-france/


    • Anaxandre Anaxandre 17 juillet 2012 16:13

       Les médias ne sont fondamentalement ni de droite ni de gauche. Ils sont par contre systématiquement à droite économiquement (le PS l’étant lui-même devenu depuis les années 80), et à gauche sociétalement (tout comme l’UMP l’est devenu également).

       


    • JacquesLaMauragne JacquesLaMauragne 17 juillet 2012 17:28

      @ Anaxandre
      Votre raisonnement me paraît un peu simpliste.

      je ne pense pas que Le Figaro, Le Figaro Magazine, Valeurs Actuelles, etc.... soient de « gauche » même sociétalement......
      Vous feriez bien marrer le viré Mougeotte et son remplaçant avec votre classification ci-dessus.

      jf.


    • Christian Labrune Christian Labrune 16 juillet 2012 22:12

      à l’auteur,

      Vous avez bien raison de vous inquiéter pour les socialistes. Il est fort possible que leur politique de gribouille ne passe pas l’hiver. Regardez un peu le sondage à droite de cette page : 53,4% de ceux qui ont répondu pensent que ce sera pire dans cinq ans. Tout de suite après les élections, ceux-là étaient légèrement minoritaires, et beaucoup de ceux qui ont voté au début en faveur des socialistes ont peut-être déjà changé d’avis et ne peuvent plus modifier leur prise de position.

      La politique de Hollande sera la même que celle de Sarkozy (que je ne saurais défendre !), mais en plus incohérent.

      Que la presse rechigne à servir la soupe à une pseudo-majorité socialiste, c’est logique. Elle sait très bien qu’il n’y a aucun soutien réel d’une très large fraction de l’opinion, que ce fantôme de majorité sorti des urnes - nouvelle « divine surprise » !- se dissipera à la première confrontation avec le réel.

       Les Français oublient vite. Au moment des élections, la haine irrationnelle du bonhomme Sarkozy a momentanément fait sortir de leur mémoire ce qu’avait été l’oeuvre de destruction en profondeur des socialistes lorsqu’ils s’étaient trouvés au pouvoir à la fin du siècle. Désormais, la mémoire va leur revenir progressivement. Au fur et à mesure des événements, ils pourront dire : on a déjà vu ça, on connaît la chanson. Et de fait, dès les premières mesures, c’est encore exactement la même musique indigente, les mêmes paroles idiotes et hypocrites. 


      • Le péripate Le péripate 16 juillet 2012 22:22

        Retirez la niche fiscale (enfin une niche plutôt un hangar en fait) aux journalistes et vous les verrez nettement plus impertinent avec le pouvoir. Les journalistes sont justes gavés de subventions et donc pro intervention de l’état, ce qui les mets à gauche, dans le sens où la gauche fait de l’intervention de l’état l’alpha et l’omega de toute politique. Mais comme la droite aussi, ce qui brouille bien sûr tous les repères.


        • Traroth Traroth 17 juillet 2012 13:47

          Ce ne sont pas les journalistes qui décident de la ligne éditoriale, mais les propriétaires des médias. C’est à dire Bouygues, Dassault, Lagardère, Bolloré, Arnault...


        • JacquesLaMauragne JacquesLaMauragne 17 juillet 2012 14:02

          Exact Traroth !

          jf.


        • jef88 jef88 17 juillet 2012 11:30

          Tout autre commentaire n’est donc que faribole.

          Et les libertés de pensée et d’expression sur AV ?
          Etes vous conforme à la charte ?


          • JacquesLaMauragne JacquesLaMauragne 17 juillet 2012 11:57

            @ jef88

            Il ne s’agit évidemment pas des commentaires sur AV.

            Il s’agit des commentaires qui nous sont faits par ces messieurs-dames de droite qui pour masquer l’échec de leur politique, traduit par un double échec électoral n’ont trouvé que de s’en prendre à la presse sans même tenir compte de la déclaration du candidat lui-même.

            jf.


          • Traroth Traroth 17 juillet 2012 13:44

            Ah, c’est rassurant de constater que je ne suis pas le seul à avoir constater le contraste dans la manière dont est traité l’opposition entre 2007 et 2012. Comme je l’ai dit précédemment, : le 9 mai, la presse appartenait toujours à Lagardère, Bouygues, Bolloré, Dassault et consort. Et les gros chefs d’entreprise sont toujours proches de l’UMP, comme l’histoire de la fermeture de PSA Aulnay l’a encore démontré très récemment !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès