• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > La réforme de l’assurance chômage va dans le mauvais sens

La réforme de l’assurance chômage va dans le mauvais sens

JPEG

Que pensent les mouvements de chômeu.rs.ses et précaires de cette réforme ?

Pour les organisations de défense des droits des chômeu.rs.ses et précaires, cette réforme du gouvernement est un désastre. Car elle va reduire un très grand nombre de personnes des allocations chômage et en réduire drastiquement le montant pour beaucoup :

  1. Les indemnités seront calculées en divisant les salaires perçus par le nombre de jours calendaires et non plus par le nombre de jours travaillés. Cela provoque la baisse d'indemnités pour 1.150.000 personnes.
  2. Pour ouvrir des droits, il faudra avoir travaillé au moins 6 mois dans les 24 derniers mois contre 4 mois dans les 28 mois auparavant. Ainsi 300.000 personnes n'auront plus accès à des allocations chômages.
  3. Pour les salaires supérieurs à 4500€ brut mensuel, baisse de 30% de leur allocation à partir du 7ème mois de chômage.
  4. Pour recharger ses droits, il faudra avoir travaillé 6 mois ou 910 heures contre 1 mois ou 150 heures auparavant. C’est la quasi-suppression du droit au rechargement.

Les syndicats de salarié.e.s contre la réforme

La quasi-totalité des centrales syndicales ont attaqué la réforme de l'assurance chômage devant le conseil d'Etat le cœur de leurs recours vise l'un des piliers de la réforme : le nouveau mode de calcul du salaire journalier de référence (SJR) qu’ils qualifient "d’injuste". Alors que l’ancien système calculait le SJR comme une moyenne des salaires des jours travaillés sur une période, le nouveau prend aussi en compte une partie des jours non travaillés. Cela pénaliserait alors les demandeurs d’emploi alternant contrats courts et inactivité.

C’est pour cette raison qu’ils dénoncent la précarité renforcée par cette réforme et misent en avant les effets immédiats de la baisse des allocations chômage pour des centaines de milliers de chômeu.rs.ses. Ainsi parmi les 2,8 millions d'entrants, 1,15 million d'allocataires seraient affectés, car n'ayant pas travaillé à 100%. Les 365.000 chômeurs les plus pénalisés toucheraient alors en moyenne 621 euros contre 885 avant la réforme.

Une réforme dans un contexte de déclin économique occidental face aux nouveaux pays industrialisés sur le marché mondial

La réforme actuelle est une tentative de remake des réformes Hartz que l’Allemagne a mis en place entre 2003 et 2005. Ces réformes ont depuis accéléré l’appauvrissement des allemands. En effet une grande partie des emplois créés sont précaires et tirent les revenus vers le bas. Que signifie une économie où plus on s’approche du plein emploi, plus les gens s’appauvrissent ? Cela veut dire que le taux de chômage officiel ne correspond pas à la réalité. C’est cela la réalité de l’économie allemande, elle est en décroissance absolue depuis plus de 25 ans. Alors que dans les nouveaux pays industrialisés tel que la Chine, la Corée du Sud, la Malaisie, etc. on constate un accroissement continu du revenu moyen.

Préparer l’alternative au capitalisme-salariat dès maintenant : Nécessité d’un Parti communiste des chômeu.rs.ses

Au cours de XXIe siècle, avec la révolution numérique, la robotisation et l’accélération de la multiplication de nouveaux pays industrialisés, le chômage va exploser et vers 2050 la majorité de la population active sera au chômage dans la plupart des pays d’Occident. 

Le chômage n’est pas un problème nouveau. Il naît et devient sensible avec la révolution industrielle du XIXe siècle. Karl Marx et Friedrich Engels, les fondateurs du communisme scientifique ont sans cesse proposé aux salarié.e.s d’abolir le salariat pour en finir avec le chômage. Mais les fondateurs du communisme moderne n’ont pas vu que toute l’Histoire est une lutte de superclasses (la lutte de classes se déroulant dans chaque superclasse). Que tant que le mode de production capitaliste-salarial occupe la majorité de la population active, son abolition est impossible. C’est pour cela que l’URSS n’a pas fonctionné et s’est effondré dans une crise de pénurie de biens de consommation.

 Parallèlement à l’effondrement soviétique, le capitalisme-salariat occidental commence son déclin au début des années 1980 avec l’apparition du chômage de masse qui ne cesse d’engloutir une part de plus en plus importante de la population active. Il faut dès maintenant un Parti communiste des chômeu.rs.ses pour préparer la révolution communiste qui vient. Avec la généralisation du chômage à la majorité active, la conscience communiste véhiculé par ce Parti devient inévitablement dominante au sein de la population. Ce qui rend possible la prise du pouvoir politique et une société où le chômage est aboli : propriété d'Etat des moyens de production et de l'ensemble biens de consommation.


Moyenne des avis sur cet article :  2.63/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • jocelyne 22 juin 10:32

    Comprends pas l’écriture inclusive.


    • Gégène Gégène 22 juin 12:25

      @jocelyne
      trop exclusive smiley


    • Clocel Clocel 22 juin 10:34

      Le salariat, c’est la poursuite de l’esclavage par d’autres voies, ça va devenir une évidence même pour les cerveaux pétrifiés qui aiment bien les contes de Noël, toute l’année...


      • ZenZoe ZenZoe 22 juin 10:50

        chômeu.rs.ses

        Hououououh, pas beau !


        • ZenZoe ZenZoe 22 juin 10:51

          Dommage, le sujet est intéressant.


        • popov 22 juin 12:49

          chômeu.rs.ses

          J’ai arrêté la lecture à ce barbarisme.


          • eddofr eddofr 22 juin 13:36

            C’est vrai que « chômeu.rs.ses » c’est moche.

            Enfin, chômeur ou chômeuse c’est moche aussi.

            « Privé d’emploi » c’est moins dégradant (et puis ça sous-tend que c’est involontaire) même si ce n’est qu’un mot. 

            De tout temps, les capitalistes ont eu besoin de main-d’œuvre pour valoriser leur investissement.

            De tout temps, ils ont du arbitrer entre payer moins pour augmenter le profit et dépenser pour fiabiliser la ressource « main d’œuvre » (formation, soins, hébergement, ...).

            Avec l’avènement de la robotique et de l’I.A., leur seul soucis sera de trouver le « juste assez » à donner au « peuple inoccupé » pour qu’il se tienne tranquille, avec les médias pour occuper les esprits et offrir un « loterie » de la réussite.


            • Le421... Résistant Le421... Résistant 22 juin 18:23

              Ça va « dans le mauvais sens » ?

              Là, mon gars, ça dépends pour qui...

              Vous n’avez encore rien compris entre la lutte des classe, la droite et la gauche, les riens et les premiers de cordée, etc, etc.

              Un cours de « macronologie » me semble indispensable pour votre information...


              • Pierre 22 juin 21:29

                Très bien dans ce pays où l’on subventionne le chômage, à tel point qu’actuellement il y énormément d’offres d’emploi insatisfaites.


                • Xenozoid Xenozoid 22 juin 21:35

                  @Pierre

                  quand il vont subventioner le contrat a 0 heure,il n’y aura plus de chomeur,ça vient


                • zygzornifle zygzornifle 23 juin 07:57

                  Apparemment faut faire de la politique, peu de chômage et beaucoup de recasés ...


                  • zygzornifle zygzornifle 23 juin 09:16

                    De toute façon après une vie de chômage ou de labeur la retraite sera minable ...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

M’bafo Pian


Voir ses articles



Publicité




Palmarès



Publicité