• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > La réforme des retraites est un détournement de fonds

La réforme des retraites est un détournement de fonds

À l’heure où nous sortons d’un été apocalyptique, d’élections moroses décidées par les abstentionnistes avec un président élu sans programme, de hausse des prix, où nous sommes sous la menace d’une guerre totale avec une surenchère d’arguties guerrières de chaque côté et à la veille d’entrer dans un hiver dans lequel une grande partie des gens se demandent s’ils vont pouvoir se chauffer ou payer leurs factures, le président Macron pense que la priorité des priorités, c’est de reculer l’âge de départ à la retraite alors même que les années 2021 et 2022 ne sont pas déficitaires et que le rapport du COR n’est pas spécialement alarmiste pour les cinquante prochaines années malgré ce que nos médias des milliardaires nous rabâchent plusieurs fois par jour. Naturellement, le fait que 70 % des Français se disent prêts à aller manifester n’égratigne pas sa détermination, ceux-ci n’étant, pour un néolibéral, qu’une masse atomisée d’individus interchangeables. Une fois encore, nous vérifions que la démocratie néolibérale se fait contre le peuple… pour son bien (mais il ne le sait pas puisqu’il est ignare). Alors que l’an dernier, seulement 2 500 logements ont été rénovés thermiquement et qu’à ce rythme il faudrait 2000 ans pour rénover tout le parc, Macron n’a qu’une idée fixe, celle de réformer le système de retraite. C’est ce qu’il appelle « avoir du courage ».

« Après avoir enregistré des excédents en 2021 et 2022, le système de retraite serait déficitaire en moyenne sur les 25 prochaines années », explique le COR, soulignant « les fortes incertitudes qui entourent les travaux de projection [du rapport]. L’évolution du contexte économique des prochaines années dépendra notamment étroitement de celle de la situation internationale ainsi que celle de la situation sanitaire. » En fait, les projections dépendent d’hypothèses fragiles comme le COR le reconnaît lui-même.

PNG

Tout d'abord, voyons les arguments qui justifieraient une réforme des retraites.

L’espérance de vie augmente

La vérité est que l’espérance de vie n’a pas progressé depuis 2014. Le pire est que certains pays développés ont une espérance de vie qui a régressé comme aux Etats-Unis ou dans le Royaume Uni, par exemple. En France, le système de santé n’est plus aussi bon qu’il l’a été, faute à la casse des services hospitaliers et au numerus clausus et différentes catégories de personnes comme les étudiants ont du mal à se soigner. Cela pourrait entraîner les mêmes conséquences.

Nos voisins l’ont fait

Le taux de fécondité pour renouveler une population est de 2,1 enfant par ménage. Mais en tenant compte de l’immigration, le taux baisse à 1,7 ou 1,8. La France étant à un taux de 1,8 ou 1,9 depuis plusieurs décennies (taux le plus élevé de l’UE), sa population augmente d’année en année. Elle n’a donc pas ce problème que nos voisins connaissent.

Car, en effet, leurs taux de renouvellement de population ne permettent pas le financement des retraites. Ils n’ont donc d’autre choix que de repousser l’âge de départ. La Belgique avec un taux de 1,57 a repoussé l’âge de départ à 66 ans. De même que l’Allemagne (1,54) et l’Espagne (1,29). Le Portugal (1,43) l’a repoussé à 66 ans et l’Italie (1,27) à 67 ans.

En France, le problème est inverse puisqu’avec 500 à 600 000 jeunes arrivant sur le marché du travail chaque année, le différentiel entrants/sortants est bien moins important que chez nos voisins. La priorité est donc de créer des emplois avant de penser à repousser l’âge de départ à la retraite.

Le système doit être préservé

Le taux de cotisation est de 6,9 % plafonné et de 0,4 % déplafonné. Fin 2021, le déficit est d’environs 2 milliards mais comme on nous dit qu’on va vers le plein emploi, ce « trou » sera comblé sans difficulté. Ils ne se rendent même pas compte que si celui-ci se réalisait, il n’y aurait pas de problème de financement des retraites. Il faut pourtant continuer à affirmer que ce système est à préserver, car il est basé sur la solidarité entre les générations et qu’il est sûr. Solidaire parce que l’actif paye la retraite de ses aînés qui a lui-même contribué à celle de ses prédécesseurs. Et sûr parce qu’il y a toujours des actifs qui cotisent, ce qui est très différent de la retraite à points qui individualise et peut vous faire perdre toute votre retraite si votre assurance fait faillite. Et cela se voit dans les pays qui ont adopté ce système et qui se retrouvent avec beaucoup plus de retraités pauvres que nous n’en avons en France (cette pauvreté étant dû à des pensions trop faibles).

Dégager des moyens pour financer d'autres grands chantiers

Faire travailler les Français plus longtemps, dit le président, c'est dégager des moyens pour financer d'autres grands chantiers. La santé, l'éducation, la dépendance, la transition écologique... Tout en remboursant la dette et sans augmenter les impôts. Au-delà de l'aspect purement budgétaire, la réforme des retraites est bien un choix politique.

Rappelons-nous tout de même d’une chose : nos retraites sont financées par nos cotisations. Cela veut dire que nous cotisons pour avoir l’assurance de bénéficier d’une retraite qui nous mette en sécurité sociale. Cela veut dire que nos cotisations nous appartiennent et donc qu’elles n’appartiennent pas à l’État comme le sont les impôts et taxes. Cela constitue un véritable détournement de fonds ! « Et, de toute façon, on voit bien le déni du gouvernement en matière de transition, car économiser 10 à 12 milliards d’euros par an, soit moins de 0,5 % du PIB, n’est qu’une goutte d’eau face aux 5 % nécessaires par an pour la financer » (JM Harribey).

Que peut-on proposer ?

Si on considère que « la retraite n’est pas l’antichambre de la mort, mais une phase de la vie où, encore en relative bonne santé, nous pouvons nous adonner à des activités sociales libres » (JM Harribey), cela veut dire qu’il faut la prendre tant qu’on est encore en bonne santé. Or, en 2020, l’espérance de vie en bonne santé à la naissance est de 64,4 ans pour les hommes et de 65,9 pour les femmes. D’ores et déjà, on comprend que repousser l’âge de départ à la retraite à 65 ans aura pour conséquence de multiplier les départ à la retraite en mauvaise santé, mais aussi :

– de maintenir au chômage les seniors sans emploi tandis que les actifs s’useront au travailleur ce qui alourdira la facture des prestations sociales.

– de multiplier les départs en retraite décotée et donc multiplier les retraités pauvres

– de faire disparaître un nombre important de retraités par décès anticipés.

De plus, sachant que plus de 500 000 jeunes arrivent sur le marché du travail chaque année, il faut que l’addition des emplois libérés et des emplois créés soit à la hauteur de ce chiffre. Une raison de plus pour libérer la place plus rapidement.

Augmenter le taux de cotisation sur le salaire brut

Gardons à l’esprit que la cotisation aux régimes sociaux sur nos salaires se transforme un jour en salaire reporté aussi bien lorsqu’on a besoin de soins médicaux que lorsque nous prenons notre retraite. C’est une sorte d’assurance garantie par l’État. Il n’est pas inutile ici de préciser que ce sont des fonctionnaires qui s’occupent de gérer nos cotisations. Cela veut dire que le coût de ce travail est bien moins coûteux que si la gestion était confiée au secteur privé, car en ce cas, il faut rémunérer les salariés à un tarif plus élevé auquel il convient d’ajouter une part de dividendes à verser aux actionnaires.

Alors, imaginons d’augmenter le taux de cotisation sur le salaire brut. Il existe deux taux de cotisation : l’un, plafonné à 3 428 € (équivalent plus ou moins à 2 800 € nets), est de 6,9 % ; l’autre déplafonné est de 0,4 %. On comprend immédiatement que cette part de 0,4 % reste constante quelle que soit la hauteur du salaire qu’on gagne 3 450 € ou qu’on gagne 20 000 € par mois.

Imaginons maintenant qu’on déplafonne et que, quel que soit le salaire perçu le taux de cotisation pour la retraite est de 6, 9 %, quelles seraient les personnes concernées par cette augmentation ?

Ceux qui sont en dessous de 3 428 € bruts ne seraient pas concernés par cette augmentation, ce qui représente 80 % des Français. Jusqu’à 6 000 € bruts mensuels, soit 16 % des Français auraient une augmentation de cotisation de 200 € maximum tous les mois. Cela reste encore acceptable à ce niveau de salaire. Ceux qui seraient beaucoup plus impactés, c’est-à-dire ceux qui gagnent plus de 6 000 € bruts mensuels représentent 4 % de la population (ces gens n’attendent évidemment pas la retraite sécurité sociale).

On peut imaginer que les personnes qui vont voir leur cotisation augmenter de 200 € seront peut-être d’accord si cela peut leur éviter de partir à la retraite à 65 ans. Cela voudrait dire que 96 % des salariés seraient d’accord pour le déplafonnement du taux de cotisation (dont quelques grincheux qui seraient certainement compensés par la bonne volonté de quelques-uns qui gagnent beaucoup plus) à condition que l’âge de départ à la retraite ne soit pas repoussé.

Un joueur de foot qui signerait pour 100 millions par an, cotise actuellement à hauteur de 370 000 €. Si la cotisation était déplafonnée, il paierait 7 millions d’euros, ce qui représenterait la vente de quelques produits dérivés en plus et participerait à la bonne santé du système de retraite pour tous.

Le déplafonnement du taux de cotisation apporterait aux recettes de cotisation un apport d’environs 8 milliards d’euros. Avec la réforme de Macron, l’économie réalisée serait plus faible.

Certes, d’aucuns diront que les riches partiront. Rengaine connue des partisans du néolibéralisme. C’est tout de même oublier que cela ne concerne qu’une infime minorité car tous ces gens-là ont leur vie ici.

Cet apport pourrait servir à combler le déficit dans un premier temps puis pourrait permettre d’augmenter les petites retraites et/ou de baisser les cotisations patronales.

Ce détournement de nos fonds n’est rien d’autre que le fait du prince

Le COR annonce que le système des retraites est excédentaire en 2021 (900 millions) et en 2022 (un surplus estimé à 3,2 milliards), pour la première fois depuis 2008, grâce au rebond de la croissance française après le Covid. La baisse du chômage observée entraîne mécaniquement une hausse des cotisations retraite, ce qui explique cet excédent.

Pour rappel, en 2020, le déficit était estimé entre 13 et 14 milliards d'euros, dû notamment à la crise sanitaire et la hausse du chômage à ce moment-là. Le COR explique également que son rapport "ne valide pas le bien-fondé des discours qui mettent en avant l'idée d'une dynamique non contrôlée des dépenses de retraite", comme a pu le suggérer Elizabeth Borne. Enfin, le Fonds de réserve des retraites, chargé de couvrir les déficits est actuellement de 36 Mds €.

Pour un gouvernement soucieux du bien-être de ses concitoyens, les choix politiques ne peuvent donc pas être de repousser l’âge de départ à la retraite. Or, c’est ce que veut précisément le président Macron en plus de diminuer les pensions. Sa violence ne s’exprime pas seulement contre les manifestants mais aussi contre les plus faibles.

 

Ressources :

Baudinprof.TV La retraite à 65 ans, est-ce la bonne solution ?

Christiane Marty, Jean-Marie Harribey, Pierre Khalfa : Derrière la réforme, des retraites au rabais

Image sous Licence Creatives Commons


Moyenne des avis sur cet article :  4.23/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

105 réactions à cet article    


  • lecoindubonsens lecoindubonsens 28 septembre 09:29

    Réforme nécessaire, mais en retenant seulement les bons points !

    Tout à fait OK sur les objectifs

    • « un euro cotisé » = mêmes droits pour tous
    • équilibre des comptes

    Mais stupide de

    • d’accepter la fausse evidence « on vit plus vieux donc on doit travailler plus tard » : la masse de travail doit simplement répondre au besoin pour produire, et manifestement nous ne manquons pas actuellement de bras et de cerveaux puisque 6 millions de personnes disponibles restent inoccupées et le collectif leur donne un pouvoir de consommer sans production en contrepartie. Si certains métiers sont en tension, c’est seulement un problème de formationet de conditions de travail (rémunérations en particulier), mais aucune raison de repousser l’age de la retraite, ou remettre en cause les 35h.
    • parler d’age de départ, d’age pivot, de nombre d’annuités de cotisations. Certes il faut équilibrer les compte et c’est simple : départ en retraite à l’age/moment choisi librement par les intéressés, mais avec un montant mensuel uniquement fonction du total des cotisations et de l’esperance de vie du moment.

    Quels sont les défauts d’une telle proposition ?

    Débat ouvert.


    • lecoindubonsens lecoindubonsens 28 septembre 09:39

      @lecoindubonsens
      l’argument souvent évoqué « on retarde départ, moins de retraités, pour équilibre des caisses » me semble particuliérement stupide. Si le raisonnement est parfaitement exact pour un comptable, quelle est la signification réélle, question que personne ne semble se poser !!!

      Soit les personnes « restées en poste » empêchent d’autres (notamment des jeunes) de trouver un job, alors les économies faites dans les caisses de retraites deviennent des deficits sur les caisses chomages. Qu’avons nous gagné ? Et n’est-il pas plus logique de laisser la place à un jeune plutôt que maintenir un ancien au boulot contre son grè ?

      Soit les personnes « restées en poste »

      augmentent la masse globale de travailleurs disponibles, et quelles seront les productions supplémentaires alors disponibles ?
      Pourquoi ces éventuelles productions ne sont-elles pas déjà faites puisque 6 millions de personnes déjà disponibles ? bref scénario peu crédible !

      Bien triste que les décideurs n’aient qu’une vue de petits comptables alors que des politiques devraient avoir une « vision » de la société.


    • sylvain sylvain 28 septembre 14:35

      @lecoindubonsens
      mais avec un montant mensuel uniquement fonction du total des cotisations et de l’esperance de vie du moment.

      dans un système ou les inégalités empirent chaque jour et ou un tiers de la population environ ne cotisera quoi qu’il en soit jamais rien, cette proposition est un défaut majeur me semble t il


    • lecoindubonsens lecoindubonsens 28 septembre 15:00

      @sylvain
      « un tiers de la population environ ne cotisera quoi qu’il en soit jamais rien »
      un peu de mal a vous suivre !
      mon projet, c’est le travail garanti pour tous ceux qui veulent travailler, c’est un salaire équitable par rapport au service rendu, des cotisations retraites d’un montant lié à la rémunération, et des retraites dépendant du total cotisé et de l’espérance de vis au moment librement choisi du départ. Que trouvez vous de choquant avec défaut majeur ?!
      Certes, il faut traiter la période transitoire entre le présent et ce système pleinement opérationnel. A détailler si besoin mais définissons d’abord la cible avant de voir les modalités de la transition.
      Mais envisager comme « la solution » un système dans lequel « un tiers de la population environ ne cotisera quoi qu’il en soit jamais rien » (donc ne produira jamais rien !?) et garantir une bonne retraite pour tous me semble particulièrement « dégueulasse » et injuste pour les 2/3 qui auront produit toute leur vie.
      Curieuse conception de l’équité et de la solution cible idéale.


    • sylvain sylvain 28 septembre 16:11

      @lecoindubonsens
      mon projet, c’est le travail garanti pour tous ceux qui veulent travailler, c’est un salaire équitable par rapport au service rendu

      ok, mais la on est sur une réforme concrète dans le monde tel qu’il est . Cad a peu près l’inverse de votre projet . Donc dans ce contexte, qu’est ce qui est souhaitable


    • lecoindubonsens lecoindubonsens 28 septembre 16:34

      @sylvain
      dans ce contexte, comme déjà écrit

      • respecter « un euro cotisé » = mêmes droits pour tous (pas de regimes spéciaux)
      • équilibre des comptes (une évidence)
      • rejeter la fausse evidence « on vit plus vieux donc on doit travailler plus tard » : la masse de travail doit simplement répondre au besoin pour produire, et manifestement nous ne manquons pas actuellement de bras et de cerveaux puisque 6 millions de personnes disponibles restent inoccupées et le collectif leur donne un pouvoir de consommer sans production en contrepartie. Si certains métiers sont en tension, c’est seulement un problème de formationet de conditions de travail (rémunérations en particulier), mais aucune raison de repousser l’age de la retraite, ou remettre en cause les 35h.
      • ne pas parler d’age de départ, d’age pivot, de nombre d’annuités de cotisations.Mais pour équilibrer les comptes : départ en retraite à l’age/moment choisi librement par les intéressés, mais avec un montant mensuel uniquement fonction du total des cotisations et de l’espérance de vie du moment. Dans la période de transition, total des cotisations sans doute a réévaluer pour certains. C’est sur ce point qu’il faut négocier sans remettre le principe global en cause.

      c’est concret et équitable, et pourquoi cela ne marcherait pas ?


    • sylvain sylvain 28 septembre 17:58

      @lecoindubonsens
      ben parce que dans le monde du travail tel qu’il est, tous ceux qui font les boulots les plus pénibles, les plus usant et les plus utiles ( travail d’usine, maçonnerie, agriculture, soins...) sont systématiquement les plus mal payés .
      Donc dans votre système, ce sont encore ceux qui auront eux tous les privilèges pendant leur jeunesse qui les auront pendant leur retraite .


    • Berthe 28 septembre 23:00

      @lecoindubonsens
      vous posez la question à l’envers, pourquoi le choix d’une retraite par cotisations s’est il imposé ? pourquoi le choix de détruire ce système s’impose t il à nous, d’autant que l’argument n’est même pas fondé. De toute manières, passer par la destructions de notre système social pour ensuite justifier par l’injustifiable, est déjà une preuve de démagogie. Macron n’a aucun état d’âme, c’est un sadique du même acabit que cette caste de sauvage qui vomit ceux qui produisent ce qu’ils consomment. Dans peu de temps, les intermédiaires qu’on appelle couche moyenne haute qui l’ont porté sur le trône vont, eux aussi, faire l’expérience de ce qu’ils perdent !! Fatalement, leur tour viendra. 


    • L'apostilleur L’apostilleur 29 septembre 11:13

      @lecoindubonsens

      « ...l’argument souvent évoqué.. » masque celui moins facile à dire.

      L’auteur à raison mais il dit mal pourquoi « ...La réforme des retraites est nécessaire car il y a un détournement de fonds »...du privé pour financer les caisses de retraite du public.


    • lecoindubonsens lecoindubonsens 29 septembre 11:16

      @sylvain
      "dans le monde du travail tel qu’il est, tous ceux qui font les boulots les plus pénibles, les plus usant et les plus utiles ( travail d’usine, maçonnerie, agriculture, soins...) sont systématiquement les plus mal payés« 
      Manifestement vous ne connaissez pas mes propositions puisque notamment je propose sans cesse une remise en question globale des rémunérations par métiers pour avoir »un salaire équitable par rapport au service rendu"
      Ainsi, il ne faut pas exclure par exemple de voir un maçon mieux payé qu’un trader (ma bête noire !)

      Par contre, la retraite n’étant qu’un revenu décalé dans le temps (plus de cotisations/prelevements = montant retraite plus élevé), il ne me semble pas choquant que ceux qui méritent une plus grosse rémunération mérite une meilleure retraite. L’inverse serait inéquitable. Quel argument contre ?


    • lecoindubonsens lecoindubonsens 29 septembre 11:20

      @Berthe
      pas tout compris sur « vous posez la question à l’envers », désolé.
      Au delà de vos opinions générales,pas bien vu vos propositions ni la critique des miennes.


    • lecoindubonsens lecoindubonsens 29 septembre 11:27

      @L’apostilleur
      Votre argumentation me semble à détailler ...
      Si l’on prend par exemple le monde du spectacle (les intermittents qui sont essentiellement « privés » et non « publics »), de mémoire (à verifier), je n’ai pas les données pour les retraites mais sans doute similaire au chomage pour lequel c’est 1 milliard de cotisations chomage pour 4 milliards d’allocs chomage !. Parfait contre exemple de votre affirmation


    • Jean-Luc Picard-Bachelerie 29 septembre 12:12

      @L’apostilleur
      C’est un autre problème qui n’annule pas le fait que l’Etat n’a pas à toucher nos cotisations pour financer autre chose que nos retraites. 
      Effectivement, le calcul des pensions ne se fait pas de la même façon entre le public et le privé. Après, il faut voir ce que sont les salaires dans le public. 


    • Jean-Luc Picard-Bachelerie 29 septembre 12:15

      @lecoindubonsens
      Et vous avez une échelle des rémunérations ?


    • L'apostilleur L’apostilleur 29 septembre 12:34

      @lecoindubonsens
      "La bizarrerie française des intermittents qui pèse moins de 1% ne peut pas guider une politique générale pour 25 millions de travailleurs 


    • LOST on Earth LOST on Earth 28 septembre 09:40

      Quel est le point commun des retraités ?

      Réponse "être payé à rien foutre !

      Alors pourquoi certains ont ils des retraites DIX fois supérieures à d’autres ?????

       smiley


      • lecoindubonsens lecoindubonsens 28 septembre 09:43

        @LOST on Earth
        « Alors pourquoi certains ont ils des retraites supérieures à d’autres ????? »
        la réponse et simple « parce ce qu’ils ont cotisé plus que les autres »
         smiley
        Pourquoi êtes vous choqué par un truc aussi équitable ?


      • Jean-Luc Picard-Bachelerie 28 septembre 10:05

        @LOST on Earth
        « Rien foutre » c’est ne rien faire. Croyez-vous vraiment que les gens à la retraite ne foutent rien. Beaucoup s’investissent bénévolement dans des associations, dans leur vie de grands-parents pour aider leurs enfants qui travaillent. Tout une activité inconsidérée par le PIB et qui pourtant construisent fortement la société. Et de toute façon, même ceux qui ne s’investissent pas dans ces actions de solidarité, peuvent aussi enfin vaquer à leurs plaisirs et surtout à vivre à leur rythme. Car, voyez-vous, avec l’âge, le rythme baisse et la sagesse venant avec l’âge invite aussi à moins d’agitation. Le projet d’une vie, ça n’est pas travailler pour un patron surtout lorsque celui-ci vous exploite. Il y a certes, des gens qui s’épanouissent très bien au travail, mais ça n’est pas le cas pour une grande partie des travailleurs. Les gens qui s’épanouissent ne sont pas pressés de partir à la retraite. Les autres aspirent à ne plus se faire exploités et à vivre un peu leur vie avec leurs moyens, en général, limités.


      • eddofr eddofr 28 septembre 10:07

        @LOST on Earth

        Pour un principe et deux raisons.

        La retraite est un « maintien » de revenu, donc, plus vous gagnez avant la retraite plus vous touchez après la retraite.
        Votre retraite résulte de vos cotisation. Plus vous gagnez plus vous cotisez. Plus vous cotisez plus votre retraite est élevée.

        Le principe étant que tous les euro cotisés a la même valeur (l’euro cotisé du smicard ne « vaut pas plus » que l’euro cotisé du cadre).

        C’est le choix qui a été fait à la création de la retraite.

        Ce qui ne veut pas dire qu’il ne puisse être questionné ou remis en cause.


      • Lynwec 28 septembre 13:52

        @lecoindubonsens

        Disons aussi que les écarts de rémunération parfois ahurissants qui permettent des cotisations très inégales se répercutent obligatoirement sur les écarts des retraites . On ne résout pas un incendie en aspirant les fumées mais en laissant les flammes se propager...

        Attention à l’argument « équitable » qui sera forcément exploité pour un nivellement par le bas .
        De toute manière, il faut bien avoir conscience du fait que toutes les améliorations liées à l’influence du CNR après 1945 étaient restées en travers de certaines gorges . L’objectif de les détruire a commencé à être réalisé dès 1973 après la révolution colorée, vol après vol, tout ou presque a été repris ou est en passe de l’être .


      • LOST on Earth LOST on Earth 28 septembre 14:57

        @lecoindubonsens
        Zuste un’ti truc
        Ceux qui ont une très bonne retraite ont déjà résidence principale et résidence secondaire plus belle voiture déjà payées tandis que celui qui a une ’tite retraite est toujours locataire dans un HLM et une voiture d’occase
        vie aisée pour l’un vie de merde pour l’autre
        c’est l’équité LOL
         smiley


      • lecoindubonsens lecoindubonsens 28 septembre 15:12

        @Lynwec
        « « équitable » qui sera forcément exploité pour un nivellement par le bas »
        je ne partage pas ce point de vue ! équitable c’est être cohérent avec le service rendu (avec une méthode à préciser, mais une proposition pratique dans mon projet). Donc certains en baisse (pour moi, par exemple les traders et les « vedettes » du sport et autres), mais beaucoup en hausse (notamment de nombreux métiers dits « manuels »). Pourquoi cet a priori pessimiste ?

        Concernant le CNR, c’est vrai que le relire (cf. ci dessous) donne envie de le relancer smiley ...

        a) sur le plan économique :

         ‒ l’instauration d’une véritable démocratie économique et sociale, impliquant l’éviction des grandes féodalités économiques et financières de la direction de l’économie ; [...]

         ‒ le retour à la nation des grands moyens de production monopolisés, les fruits du travail commun, des sources d’énergie, des richesses du sous-sol, des compagnies d’assurance et des grandes banques ; [...]

        b) sur le plan social :

         ‒ le droit au travail et le droit au repos [...] ;

         ‒ un rajustement important des salaires [...] ;

         ‒ un plan complet de sécurité sociale, visant à assurer à tous les citoyens des moyens d’existence, dans tous les cas où ils sont incapables de se les procurer par le travail [...] ;

         ‒ une retraite permettant aux vieux travailleurs de finir dignement leurs jours ; [...]


      • lecoindubonsens lecoindubonsens 28 septembre 15:23

        @LOST on Earth
        comme déjà écrit, un gros boulot à faire pour une révision profonde des rémunérations par métiers car de grosses anomalies actuellement, nous sommes sans doute d’accord sur ce point. Et tous les métiers avec une durée de travail « standard » devraient permettre une vie digne et agréable (vie de merde pour personne)

        MAIS équité ne veut pas dire égalité ! pas tous dans le même moule. Et celui qui par une rémunération équitable a un pouvoir d’achat supérieur pourra effectivement avoir résidence principale, résidence secondaire plus belle voiture déjà payées. tandis que celui qui a une ’tite retraite est toujours locataire dans un HLM et une voiture d’occase. Cela ne vous plait pas mais comment justifier la « même vie » (en termes de consommation) pour tous, si l’on admet que les services rendus (donc remuneration et retraite qui n’est qu’une rémunération décalée) sont différents.

        Sauf à dire que tous les individus doivent avoir le même pouvoir d’achat (genre revenu universel fixe) quelle que soit leurs participation à la production. Certains défendent cela, mais totalement inéquitable à mon avis.


      • LOST on Earth LOST on Earth 28 septembre 15:36

        @lecoindubonsens
        Je veux juste signifier que quand on est en retraite on ne travaille plus (sauf bénévolement pour son plaisir) quelque soit la fonction que l’on avait dans la vie active
        Par conséquent pour ceux qui ont travaillé toute leur vie, la retraite minimum devrait être à 1500 euros et la retraite maximum plafonnée à 3000 euros (puisque pour ceux ci, vu le confortable salaire qu’ils ont reçu durant leur vie active ils ont déjà belle résidence, belle voiture etc) pas besoin de les engraisser plus
        Ce n’est pas de l’égalitarisme mais de l’équité


      • lecoindubonsens lecoindubonsens 28 septembre 15:51

        @LOST on Earth
        Votre raisonnement ne tient pas si l’on considère (à juste titre) que la retraite est un simple décalage de rémunération (en gros, récup des cotisations si retraite avec durée de vie statistiquement « standard »).

        Certes, il faut mettre en place un système de rémunérations équitables (gros boulot mais rien a voir avec les retraites). Supposons ce point fait en parallèle ...

        Ce que vous proposez et que vous appelez équité reviendrait donc, sur une vie, à payer moins que l’équitable, ce qui serait injuste. CQFD


      • eddofr eddofr 28 septembre 15:53

        @LOST on Earth

        La retraite est plafonnée, elle réduit donc, un peu, les inégalités.
        Le problème d’inégalité ne nait pas du système de retraite mais des écarts salariaux.
        Résolvez l’écart des salaires et l’écart des retraites se résoudra de lui-même.


      • pemile pemile 30 septembre 11:02

        @lecoindubonsens « la réponse et simple « parce ce qu’ils ont cotisé plus que les autres » »

        Pas en pourcentage des revenus, au contraire avec le plafond de 6.9% qui chute à 0.4%


      • Aristide Aristide 30 septembre 13:45

        @pemile

        La retraite est composée de 2 parts en gros
          le RG 
          la complémentaire AGIRC-ARRCO

        Pour le RG, la cotisation au dessus du plafond n’ouvre aucun droit supplémentaire à la retraite. C’est une cotisation de 0,4% qui ne donne aucun bonus. Quel que soit le salaire la retraite sera au maximum de 50% du plafond. Soit actuellement 1714€. Que vous ayez cotisé juste au plafond ou le double ne changera pas le montant de la retraite du RG.

        Pour AGIRC-ARRCO, c’est un système de points plus lisible à mon sens ... donc la retraite est fonction de vos cotisations ...


      • Jean-Luc Picard-Bachelerie 28 septembre 09:54

        Le défaut réside dans la formule "un euro cotisé, même droits pour tous" qui est celle de la retraite à points.
        Comme je l’explique dans ma tribune, la retraite à points est un système individualiste qui nous coûte plus cher en dividendes et nous place dans l’incertitude de toucher notre retraite au cas où l’assurance fait faillite. Ce dernier cas se voit dans les pays qui pratiquent la retraite par capitalisation.
        « Un euro cotisé, même droits pour tous » pourrait convenir si les salaires n’étaient pas distribués aussi injustement. Lorsqu’on voit que la majeure partie des gens qui ont un métier qualifié d’essentiel ne sont pas payés décemment et, qui plus est, on des conditions de travail très pénibles, votre proposition les contraindrait à porter leur fardeau jusque dans la tombe. Inversement, ceux qui perçoivent des salaires indus et scandaleux car il est évident que leurs gains manquent aux plus faibles, continueraient à faire perdurer cette inégalité jusque dans leur tombe. Sans compter qu’en général, ils vivent plus vieux que les premiers.

        J’insiste aussi sur l’aspect solidaire de notre système de retraite car il est vital pour la démocratie. La démocratie, c’est du lien social pour pouvoir débattre mais c’est aussi de l’entraide et de l’égalité de droits. On ne débat jamais si bien qu’avec des gens avec lesquels on s’entraide et à pied d’égalité. La démocratie a besoin d’un peuple fort et c’est comme cela qu’il se fortifie. Or, le projet néolibéral c’est de l’affaiblir par l’individualisation des individus pour retirer au peuple sa souveraineté. La solidarité est l’exact contraire de ce projet antidémocratique. Je vous invite à réfléchir plus en ce sens.


        • lecoindubonsens lecoindubonsens 28 septembre 12:42

          @Jean-Luc Picard-Bachelerie
          sur le fait qu’il faille revoir en profondeur les grilles de rémunérations par métiers, nous sommes absolument d’accord. Il faut le faire sans essayer de régler ce sujet via les retraites et en polluant ainsi inutilement ce dossier.

          « entraide et de l’égalité de droit », absolument d’accord aussi. Entraide par exemple vis à vis des réels handicapés de la vie qui ne peuvent produire ce qui leur est nécessaire.

          Mais si l’on règle en parallèle le sujet « rémunérations » (traitant l’aspect pénibilité : pénible = mieux payé), l’égalité des droits, c’est retraite liée directement au total des cotisations d’une part, et d’autre part à l’espérance de vie à l’age librement choisi pour son départ. L’égalité des droits et l’entraide, ce n’est pas « parce que mon métier est équitablement mieux payé que d’autres, je cotise plus pour permettre une meilleure retraite aux autres »

          Quant aux débats sur capitalisation/repartition, systeme a points ou pas, totalement inutiles car une certitude, c’est qu’une année donnée, nous consommons approximativement l’équivalent de la production de l’année. Dit autrement, quel que soit le système retenu, nous consommons ce qui est produit à cet instant par les actifs du moment, seule réelle richesse.
          Des millions sur des comptes retraites ne servent à rien si pas d’actifs pour produire le gateau à se partager.


        • Jean-Luc Picard-Bachelerie 28 septembre 12:48

          @lecoindubonsens
          Vous n’avez pas saisi le fond de mon commentaire : je parle essentiellement de la démocratie et pas d’affaires comptables.


        • chantecler chantecler 28 septembre 14:16

          @lecoindubonsens
          « Des millions sur des comptes retraites ne servent à rien si pas d’actifs pour produire le gateau à se partager... ; »
          Ces millions ne sont pas perdus pour tout le monde ...
          Et même le contraire : ils servent à serrer la vis des salariés, car ces millions sont investis dans la productivité .


        • sylvain sylvain 28 septembre 14:39

          @lecoindubonsens
          sur le fait qu’il faille revoir en profondeur les grilles de rémunérations par métiers, nous sommes absolument d’accord. Il faut le faire sans essayer de régler ce sujet via les retraites et en polluant ainsi inutilement ce dossier.

          et donc ceux qui se sont fais niquer ces quarantes dernières années continueront de se faire niquer pour leur retraite . Il me semble que vous n’avez aucune prise sur les niveaux de revenus, donc vous proposez simplement de maintenir les inégalités entre les gens jusqu’à leur mort .

          Je suppose que vous avez beaucoup cotisé, sinon vous ne défendriez certainement pas deux propositions aussi antagonistes, ça n’a aucun sens


        • lecoindubonsens lecoindubonsens 28 septembre 15:32

          @Jean-Luc Picard-Bachelerie
          "La démocratie a besoin d’un peuple fort et c’est comme cela qu’il se fortifie. Or, le projet néolibéral c’est de l’affaiblir par l’individualisation des individus pour retirer au peuple sa souveraineté. La solidarité est l’exact contraire de ce projet antidémocratique. Je vous invite à réfléchir plus en ce sens"

          je réfléchis donc plus en ce sens « démocratie »,
          comme vous, très réservé sur le libéralisme, et donc je ne vois pas du tout en quoi vos réserves s’appliquent à mes propositions basées sur l’équité et le bon sens, tout en permettant le max de liberté individuelle (par exemple choix de SON age de départ en retraite) quand cela ne fait de tort à personne.

          globalement, il me semble que nous défendons qqs idées communes smiley


        • lecoindubonsens lecoindubonsens 28 septembre 15:38

          @sylvain
          comme déjà répondu, il faut traiter la période transitoire entre le présent et ce système pleinement opérationnel. A détailler si besoin mais définissons d’abord la cible avant de voir les modalités de la transition qui permettront d’éviter que « ceux qui se sont fait niquer ces quarante dernières années continuent de se faire niquer pour leur retraite »


        • sylvain sylvain 28 septembre 17:59

          @lecoindubonsens
          dans ce cas là, si effectivement les revenus sont sensés et équitables, votre proposition me parait équilibré


        • zygzornifle zygzornifle 28 septembre 10:01

          La réforme des retraites sera mise en place par ceux qui ne branlent rien et usent leur fond de culotte sur une chaise bien confortable en défaveur de ceux qui s’échignent au boulot en en plus font vivre toute cette foule de parasites .....  


          • tashrin 28 septembre 10:04

            Je suis globalement d’accord avec l’analyse, mais il me semble que se focaliser sur l’age de départ masque la réalitédu probleme

            Meme si l’age est à 60 ans, partir à ce moment là signifie accepter une decote très forte, et influe directement sur le montant perçu. Meme en ayant la possibilité de partir, la majorité poursuivra autant que possible pour éviter une déperdition économique

            Par ailleurs, les retraites sont à l’équilibre financier... Pour ce qui concerne les salariés du privé, ce qui plombe les comptes sont les retraites publiques. Et notamment parce que leur retraite est calculée sur les derniers mois de salaires, alors que pour les autres c’est sur 25 ans (!)

            Dans tous les cas, il s’agit d’un dispositif qui va impacter la totalité de la population pour les prochaines décennies, et mériterait a minima un consensus national. Alors bien sur, ca supposerait d’avoir un cap, une vision, ce qu’on serait en droit d’attendre d’un responsable politique qui plus est présenté comme un pur genie (ahah)

            Le simple fait de vouloir passer en force alors qu’on est élu par 20% des gens, témoigne de l’incompetence notoire de ces gens. Ou plutot de qui sont leurs réels employeurs... Et c’est pas nous


            • leypanou 28 septembre 10:24

              @tashrin
              Le simple fait de vouloir passer en force alors qu’on est élu par 20% des gens, témoigne de l’incompetence notoire de ces gens  : qu’est ce que la compétence a à voir là-dedans ?
              Ils ont un agenda, qu’ils veulent réaliser à tout prix : qu’ils l’enrobent de « pour votre bien », « pour assurer l’équilibre », « pour le sauvegarder » ne changent rien à l’objectif.
              Déjà, prétendre vouloir assurer l’équilibre tout en exonérant sous prétexte de vouloir baisser le coût du travail est une escroquerie.
              Bref, Macron est là pour exécuter la volonté des marionnettistes : qu’on soit conscient ou non ne change rien à l’affaire.


            • tashrin 28 septembre 10:38

              @leypanou
              Merci de l’info, mais j’etais deja au courant
              En revanche, le passage en force est l’option la plus couteuse politiquement parlant, donc même dans la mise en oeuvre d’objectifs non apparents, ils sont pas très bons. Ce choix n’est pas rationnel même en tenant compte d’objectifs cachés, et ca temoigne du malaise... Il est coincé, le second mandat sera inexistant ou sanglant


            • eddofr eddofr 28 septembre 10:17

              Par rapport à la retraite, il faut bien comprendre que chacun voit midi à sa porte.

              Bien sur, celui qui a travaillé dur, pour un salaire de misère peut trouver injuste qu’un cadre retraité touche trois fois plus que lui.

              Mais un cadre ne trouverait-il pas injuste de toucher la même retraite qu’un smicard après avoir cotisé quatre fois plus que lui.

              Par ailleurs, sauf à décider que tous gagnent le même salaire, quels que soient leur poste, leur qualification ou leur activité, ceux qui gagnent le plus auront nécessairement plus de moyens de « mettre de côté » pour une retraite confortable (autrement dit de se construire une retraite complémentaire par capitalisation) et il y aura donc toujours des retraités plus « aisés » que d’autres.

              Même retraite pour tous ?

              Déjà que les smicard se plaignent d’avoir à peine plus, sinon la même chose, après avoir cotisé 42 ans, que ceux qui n’ont jamais cotisé et touchent le minimum vieillesse ...


              • roby roby 28 septembre 17:03

                @eddofr

                "Même retraite pour tous ?

                Déjà que les smicard se plaignent d’avoir à peine plus, sinon la même chose, après avoir cotisé 42 ans, que ceux qui n’ont jamais cotisé et touchent le minimum vieillesse ..."


                Que dire sur nos milliardaires ?


              • Clocel Clocel 28 septembre 10:31

                L’€uro numérique arrive bonnes gens et la consommation conditionnée au crédit social qui va avec, aussi, les problèmes ne seront plus alors les revenus ou les retraites mais votre statut d’esclave servile.

                Continuez à roupiller, les GAFAM travaillent à notre riant avenir...


                • I.A. 28 septembre 11:24

                  Le système est en effet excédentaire pour les 20 prochaines années au moins. Mais nos charognards veulent tout désosser, emportés qu’ils sont par leur folie boulimique et leur supériorité institutionnelle.

                  « Car, en effet, leurs taux de renouvellement de population ne permettent pas le financement des retraites. Ils n’ont donc d’autre choix que de repousser l’âge de départ. »

                  Comme l’espérance de vie, les taux de natalité vont continuer à baisser, tout le monde le voit et tout le monde le sait... Donc on fait quoi ? On travaille de plus en plus vieux et de moins en moins en bonne santé ?

                  Ou on place l’argent cotisé par chaque salarié, dès les premières cotisations et jusqu’à sa retraite - placements sensés être des emprunts d’État ou des livrets garantis, plus que des saloperies de fonds de pension ?

                  Chaque mois, l’argent cotisé serait placé sur un equivalent livret A avec plafond correspondant à 60 annuités travaillées, et taxation annuelle des intérêts pour maintenir la solidarité du système.

                  Parce qu’on ne peut indéfiniment vanter et imiter l’ultra-libéralisme américain, mais continuer malgré tout à imposer et taxer au maximum les revenus des Français...






                  • ZenZoe ZenZoe 28 septembre 11:59

                    En tout cas, une réforme est indispensable. Le système français est profondément inégalitaire, c’est même le plus scandaleux dans toute cette histoire. Rien que l’âge, entre 42 et 67 ans, on ne voit ça nulle part ailleurs. Quarante pour cent qui partent avant 62 ans tous régimes confondus, un quart qui attendent 67 ans. Et un écart minuscule (300 euros je crois) entre un smicard à la carrière complète et un oisif qui n’a jamais cotisé, dément, de quoi vous dégoûter d’avoir bossé ! Parlez-nous de la valeur travail !


                    • véronique 29 septembre 11:20

                      @ZenZoe

                      Ce n’est pas la réforme des retraites qui va permettre aux smicards de gagner plus.


                    • troletbuse troletbuse 28 septembre 13:27

                      Ecoutez le guignol 30 secondes seulement. Il parle des retraites

                      https://crowdbunker.com/v/nsbsJjbVJi



                      • troletbuse troletbuse 28 septembre 14:07

                        @Réflexions du Miroir
                        Ne regardant la télé française, je ne vais pas aller voir RTBF qui est probablement du même genre.


                      • L'apostilleur L’apostilleur 28 septembre 13:41

                        Se focaliser sur l’âge de départ à la retraite est un moyen de remplir les caisses au détriment de ceux qui ont fait le plein des trimestres nécessaires.

                        La réforme des régimes spéciaux est une nécessité, comme l’uniformisation des calculs des retraites privé/public. 

                        Les déficits des caisses de retraite des uns ne doivent pas être comblés par les caisses des autres.

                        Quoiqu’en disent certains une réforme s’impose.


                        • eddofr eddofr 28 septembre 16:02

                          @L’apostilleur

                          Une réforme ne s’impose que quand le système ne fonctionne plus.

                          Or, malgré ses défauts, nombreux, le système fonctionne encore.

                          Réformer est un choix politique.
                          QUELLE réforme est aussi un choix politique.

                          Ce que je crains moi, c’est le POURQUOI ce gouvernement veut réformer.
                          Pas certain que ce soit dans l’intérêt des Français, salariés et retraités.


                        • LeMerou 28 septembre 18:43

                          @eddofr
                          L’apostilleur à raison.
                          Il y a trop de régimes le Privé, le Public, les spéciaux.

                          Le régime public est déficitaire et pour cause, d’ou la réforme, il ne faut qu’un régime. les mêmes conditions, en prenant celles du privé moins favorables. Ne serait-ce que pour le calcul de base, les 6 derniers mois au lieu des 25 meilleures années du privé.
                          Et que l’ont nous serve pas toujours la même rengaine que dans le public ont gagne moins, ce fut vrai, ça ne l’est plus depuis longtemps. très longtemps même.
                          Ignorer les très bas salaire du privé est hypocrite et mesquin, surtout au regard des heures effectuées. Sans compter que les carrières hachées ne se trouvent pas dans le public.
                          Seulement, la représentativité syndicale est principalement localisée dans le public

                          Ne restera plus qu’à gérer la fameuse pénibilité.. Là ça va être chaud, le public va chercher à mettre ou remettre sur le tapis des critères déments, restons sur les 6 critères existants, qui porte vraiment atteinte à la santé, et tous ceux qui y ont été soumis ne vivent pas longtemps après la retraite.
                          Les CRAMIFS, CARSAT, et autres organismes savent très bien cela, y compris la moyenne d’âge des décès.

                          Quand aux « retraites » fondées sur une cotisation perso, regardons dans les pays ou cela se pratique, les gens sont contraint à travailler bien après 67 ans. Sans compter les risques de pertes de ces fonds de pensions avec les bourses.


                        • L'apostilleur L’apostilleur 28 septembre 20:28

                          @eddofr
                          « ...Une réforme ne s’impose que quand le système ne fonctionne plus.

                          Or, malgré ses défauts, nombreux, le système fonctionne encore.

                          Réformer est un choix politique... »


                          Gouverner c’est prévoir. Pour une fois qu’il y a une anticipation et une réforme. 

                          Trop rare pour ne pas être saluée.


                          Ne vous laissez pas embobiner par ceux qui bénéficient égoïstement du système en se faisant financer leur retraite par les autres. 


                        • Jean-Luc Picard-Bachelerie 28 septembre 21:01

                          @L’apostilleur
                          Il n’y a aucune anticipation. C’est une réforme qui relève du projet néolibéral qui atomise le peuple, individualise chacun pour sa peau, tue la solidarité et la notion même de peuple souverain. Personne ou si peu ne bénéficie égoïstement du système de retraite par solidarité tel qu’il est. La retraite par capitalisation revient à jouer vos cotisations à la bourse et à payer des dividendes aux actionnaires de vos fonds de pension. Cela ne fabrique que des pauvres et ne bénéficie réellement qu’aux riches. Actuellement, vous payez la retraite de vos parents et vos enfants vous paieront votre retraite. C’est cela le système actuel. Rien de plus juste dans l’esprit de ce que nos aïeux ont toujours fait : s’occuper de leurs vieux. 


                        • L'apostilleur L’apostilleur 29 septembre 10:37

                          @Jean-Luc Picard-Bachelerie
                          « ...Personne ou si peu ne bénéficie égoïstement du système de retraite... »

                          Ah bon !!

                          Un gros baratin qui cache les différents aspects de la réforme ne suffit pas à cacher une réalité violente. Se faire payer sa retraite par les autres est contraire au principe d’équité. 

                          Qui paye les 30 milliards : le trou dans la caisse des retraites publiques

                          « ...les déficits des régimes de retraite des fonctionnaires, des agents des entreprises publiques, les régimes des exploitants agricoles, sont tous couverts par des subventions et des taxes affectées. Ils représentent 27 % des dépenses totales de retraite. »

                          dixit la Fondation pour la recherche sur les administrations et les politiques publiques


                        • Réflexions du Miroir Réflexions du Miroir 28 septembre 13:46

                          @L’auteur,

                            Tout est un détournement de fonds qui va du vendeur au consommateur.

                            Si vous croyez qu’un pourcentage de contributeur qui deviennent plus âgé et ne deviendront à la retraite que des consommateurs sans contrepartie personnelle dans une activité contributive et que parviendra toujours à les payer.

                            Chez nous l’âge de la retraite, c’est déjà 65 ans pour les anciens, et 67 ans pour les plus récents.


                          • Jean-Luc Picard-Bachelerie 28 septembre 15:20

                            @Réflexions du Miroir
                            Je vous aurai bien répondu mais c’est un peu du charabia vos phrases. Pouvez-vous reformuler dans un français compréhensible, svp ?


                          • Réflexions du Miroir Réflexions du Miroir 28 septembre 18:43

                            @Jean-Luc Picard-Bachelerie
                             Je vous demanderai ce que vous n’avez pas compris et je vous répondrai en conséquence.
                             Si vous voulez, je peux le dire en anglais, aussi. smiley


                          • Réflexions du Miroir Réflexions du Miroir 28 septembre 18:54

                            Everything is an embezzlement that goes from the seller to the consumer.
                            We are all contributors who become older and older.

                            We become consumers without personal contributory activity to the society.
                            In Belgium, the retirement age is already fixed at 65 for the ones who are near this age. For the others ones younger, the riterement plan is planed at 67 years



                          • André 28 septembre 17:01

                            Le capitalisme est basé sur l’extorsion de plus-value. Pour le dire simplement, la valeur contenue dans les biens procurés par le salaire est inférieur à la valeur contenue dans la marchandise produite par le salarié. Depuis Galilée les Sciences de la nature progressent plus ou moins linéairement, disons plutôt sans retour en arrière. Il en va tout autrement pour l’économie. Les théories économiques officielles pour lesquelles on donne des prix Nobel sont fantaisistes. Le capital ne crée aucune valeur. En Biologie on ne croit plus à la génération spontanée et bien sûr l’industrie nécessite une théorie de la Nature qui permette la production des marchandises et qui soit donc en adéquation avec elle. Au contraire la domination de la classe bourgeoise a besoin du règne d’une fausse théorie farfelue ou au mieux d’entretenir la plus large confusion possible. Dès lors le débat sur les retraites doit s’inscrire dans la remise en cause totale de tout le système économique des classes sociales, système qui ne repose en fin de compte que sur la violence.


                            • Polybe 28 septembre 17:30

                              Un des prétextes de la réforme des retraites est l’équilibre budgétaire entre le nombre de cotisants et le nombre de retraités.

                              Le ratio était de 4,29 actifs en 1960 pour 1 retraité. Au 2 juillet 2018, il est de 1,7 actif pour 1 retraité et on le prévoit de 1,5 actif en 2040.

                              Régulièrement on considère qu’il n’y a que trois paramètres pour trouver un équilibre budgétaire :

                              - La durée de cotisation,

                              - Le montant des cotisations,

                              - Le montant des pensions.

                              Or on occulte régulièrement de toucher aux causes de la diminution de ce ratio.

                              Les retraites sont financées par les charges sociales payées par les entreprises en fonction de leurs employés et par les employés eux-mêmes de notre pays. Les prélèvements sur les salaires au titre des cotisations pour la retraite sont un salaire différé.

                              Or, alors que notre pays est la 7ème puissance économique mondiale, tout est fait pour augmenter la productivité par :

                              - la délocalisation de la production de nos entreprises dans des pays à moindre coût de salaire et de charges,

                              - l’emploi chez nous de travailleurs détachés au tarif des charges sociales du pays d’origine,

                              - le remplacement de travailleurs par des robots qui allège les charges pour les entreprises et augmente le nombre de chômeurs,

                              - l’optimisation fiscale qui autorise bon nombre de nos entreprises à domicilier leur siège social dans des paradis fiscaux au sein même de l’UE (voir les entreprises françaises situées aux Pays-Bas). CAC40, OPENLUX.

                              Depuis 40 ans la France perd 150 emplois industriels par jour.

                              De ce fait, il y a moins de cotisants par rapport au nombre de pensionnés et on envisage de repousser l’âge de départ en retraite, d’augmenter les cotisations et de diminuer les pensions. De plus, il est question d’accroître les charges pour financer la dépendance.

                              Pourtant, les richesses produites sont considérables mais elles ne profitent pas à ceux qui la produisent. Le 09/01/2020 on annonce un montant de 60,2 milliards d’euros distribués en dividendes à leurs actionnaires par les entreprises du CAC40 en 2019.

                              Il faut également considérer le montant des dépenses publiques et surtout les priorités qui sont données en faveur d’installations de loisirs.

                              Alors, on favorise des lobbies mais on oublie l’humain.

                              Peut-être faudrait-il ne pas voir que l’équilibre des charges sociales mais bien l’économie dans son ensemble et surtout la répartition des richesses.

                              Les entreprises devraient donc payer des charges en fonction de l’équivalent temps plein du travail délocalisé, ou effectué par les robots. Elles devraient payer des charges en fonction du lieu où sont effectués les bénéfices et pas en fonction du lieu du siège social.

                              A voir : la vidéo de M. Franck Lepage : https://www.youtube.com/watch?v=ZSC62xVEaVc


                              • Polybe 28 septembre 17:33

                                Et pourquoi ne pas instaurer une retraite par capitalisation comme dans d’autres pays ?

                                La pension de retraite est une partie différée du salaire.

                                Cependant, nous cotisons en fonction de notre salaire, c’est-à-dire en fonction de notre investissement dans la société et la partie différée est soumise à d’autres paramètres tels que le nombre d’actifs dans notre pays et aux privilèges des grandes entreprises qui bénéficient de l’optimisation fiscale.

                                Une retraite par capitalisation serait plus juste dans le sens où elle découlerait des efforts individuels au sein de la société.

                                D’autres pays ont opté pour ce mode de financement avec une gestion par fonds de pension privés par exemple aux USA ou publics par exemple Singapour.


                                • Yaurrick Yaurrick 28 septembre 20:06

                                  @Polybe
                                  Je ne voudrais surtout pas vous décourager, mais vous allez être voué au gémonies en défendant une retraite par capitalisation... Simplement le fait de vouloir avoir le choix ou non de s’affilier à la sécu m’a valu des remarques insultantes.


                                • Jean-Luc Picard-Bachelerie 28 septembre 20:18

                                  @Polybe
                                  J’ai expliqué pour la retraite par capitalisation ou par points était une fabrique de retraités pauvres. Vous êtes à la merci d’une faillitte. Vos points ou votre capital sont à la merci des marchés. Ca n’intéresse que les hauts salaires. Vous payez des dividendes dans votre cotisation. Et surtout, ça individualise, autrement dit ça atomise le peuple et ça détruit la communauté. Il n’y a strictement rien de bon dans ce type de retraite. Tout est mauvais parce que lorsqu’on individualise on détruit le peuple et donc la démocratie. C’est dans la pure logique néolibérale.


                                • véronique 29 septembre 11:16

                                  @Polybe

                                  Il est facile de démontrer qu’une retraite par capitalisation fera toujours moins bien qu’un régime par répartition. Et sera de plus très inéquitable.
                                  Il y a déjà eu en France ce genre de système. 
                                  Mais on lui a préféré le régime par répartition, bien plus solide en cas de crise.


                                • sylvie 29 septembre 11:20

                                  @Polybe
                                  Il n’y a pas un fond de pension qui a disparu aux US ?


                                • lecoindubonsens lecoindubonsens 29 septembre 11:48

                                  @Polybe
                                  Capitalisation ou autre, sans doute peu importe car il faut être conscient que ce n’est qu’une règle de répartition de la production au moment de la consommation.
                                  Donc les bonnes questions à se poser devraient être

                                  1. quelle est la taille et la nature du gateau que l’on souhaite globalement se partager chaque année entre français
                                  2. quelle est la part que les actifs (ceux qui produisent le gateau actuel ) veulent bien laisser aux jeunes (pour préparer l’avenir, la production des futurs retraités), aux seniors (pour eviter de les obliger à produire jusqu’à leur mort, et remerciements d’avoir « assurer » la jeunesse des actifs actuels), et un peu aux handicapés (par solidarité)
                                  3. ensuite et seulement, déterminer les règles de répartition entre retraités de leur part du gâteau actuel

                                  Pour ces règles, dépendre du total cotisé et de l’espérance de vie au moment du départ en retraite librement choisi me semble une base équitable.

                                  Mais le montant touché dépendra beaucoup des 2 premiers points, ce qui est rarement abordé dans les débats. Dommage car essentiel !

                                  Mon projet va beaucoup plus loin dans les propositions avec diverses simulations concrètes. Mais il faut d’abord un accord sur les principes avant d’entrer dans les détails.


                                • Jean-Luc Picard-Bachelerie 29 septembre 12:34

                                  @lecoindubonsens
                                  « quelle est la part que les actifs (ceux qui produisent le gateau actuel ) veulent bien laisser aux jeunes (pour préparer l’avenir, la production des futurs retraités) »
                                  Le système actuel fonctionne de telle manière que ce sont les cotisations versées actuellement qui payent les retraites actuelles. Tout se fait quasiment en direct. Il n’y a pas de capitalisation. En plus de ce qu’on paye actuellement, il y a la rémunération des fonctionnaires qui s’occupent des retraites et le fonds de résrve des retraites. 
                                  Cela veut dire que c’est le gâteau et le nombre multiplié par le montant des pensions au présent

                                  qu’il faut déterminer. Pour être juste, il faudrait donc considérer que c’est une variable qui change d’année en année. 


                                • lecoindubonsens lecoindubonsens 29 septembre 15:13

                                  @Jean-Luc Picard-Bachelerie
                                  "Le système actuel fonctionne de telle manière que ce sont les cotisations versées actuellement qui payent les retraites actuelles. Tout se fait quasiment en direct. Il n’y a pas de capitalisation« 
                                  Nous sommes absolument OK sur ce constat, et je pense que c’est un excellent principe à conserver.
                                  Car pour une année donnée, il y a une production a se partager. En contrepartie de cette production (de leur travail), les actifs reçoivent une rémunération (le superbrut) dont une partie est prélevée pour créer la part de gateau des retraités (simple truc pratique pour en réalité se partager la production).
                                  Dit autrement, ceci permet de se partager chaque année la production de l’année, ce qui parait sain et réaliste.
                                  En effet, pas de mystère : supposons qu’un retraité ait gagné et amassé beaucoup, quel que soit le système et le régime de retraite, il ne pourra consommer beaucoup si la production est faible, d’ou l’importance de mes 2 premiers points.
                                  Ainsi, je confirme la question qui devrait être au coeur du débat : quelles parts respectives pour jeunes, retraités et handicapés ? Et votre chapitre sur le taux de prélèvement va dans ce sens.

                                  En sortant du sujet, une somme allouée par jeune de sa naissance jusqu’a environ 20 ans devrait régler tous les points d’aides à la famille et les avantages liés aux enfants = plus besoin de traiter cela dans les autres dossiers tels que la retraite ou autres = faisons simple !

                                  Ainsi, par rapport au superbrut, juste des prélévements pour jeunes et seniors (et un peu pour handicapés) et le bulletin de paie est terminé.

                                  Le chômage, sans objet puisque c’est la garantie de l’emploi.
                                  La santé, c’est un systeme d’assurance unique mais avec choix d’options (un peu comme pour les voitures) avec un mini obligatoire (et chaque assuré cotise)

                                  Avec un système aussi simple, chacun a un pouvoir d’achat, lié à la valeur travail (Roussel va me féliciter), dans un système organisé et solidaire entre générations. Simple et équitable.

                                  Tout cela avec bien sûr en parallèle une révaluation équitable des rémunérations par métiers (gros chantier) permettant à tous de vivre de son travail si travail »standard" (c’est à dire excluant ceux qui veulent consommer le grand luxe sans produire grand chose)


                                • Jean-Luc Picard-Bachelerie 29 septembre 23:10

                                  @lecoindubonsens
                                  Non, ça n’est pas si simple. Car lorsqu’on détermine la taille du gâteau, cela se traduit par un taux de cotisation. Lorsqu’il y a besoin d’élargir la taille du gateau comme actuellement, il faudrait augmenter le taux de cotisation. Or, par rrapport au coût du travail, il faudrait faire bouger le taux de cotisation sans que cela augmente le coût du travail. Cela veut dire que quand on augmente la taille de cotisation, on agmente le taux et donc le salaire net baisse. Et cela risque de poser des problèmes. A moins bien entendu, que les esprits soient devenus bien plus collectifs qu’individualistes. Et si vous augmentez les salaires, le coût du travail augmente, le patron et les actionnaires ne seront pas contents, et c’est peu de le dire.


                                • pemile pemile 30 septembre 11:05

                                  @Polybe "Une retraite par capitalisation serait plus juste dans le sens où elle découlerait des efforts individuels au sein de la société."

                                  Etonnant cette réflexion postée 3 minutes après avoir donné le lien vers la vidéo de Franck Lepage/Gaël Tanguy !


                                • #Scandaleux Un chef de service suspendu devenu magasinier cariste à l’usine ! Dr Frédéric AUGIER chef de soins palliatifs à l’Hôpital Lons le Saunier aussi il a été médecin militaire à l’hopital présidentiel du Val de Grâce Paris #McKinsey #Pfizer #Veran #JusticePourLesSuspendus

                                  • saint louis 28 septembre 22:13

                                    Perso, j’ai bossé toute ma vie avec des cotisations bien salés, pour qu’au final je me retrouve avec une retraite qui donne juste de quoi ne pas mourir de faim.

                                    Je n’étais malheureusement pas dans la bonne case des avantages sociaux.

                                    Donc une évolution pour une retraite plus juste me semble être une bonne chose.

                                    Mais avec nos énergumènes aux manettes je m’attends à un coup tordu avec cette réforme.

                                    L’intérêt du peuple ne semble pas faire partie de leurs projets.


                                    • zygzornifle zygzornifle 29 septembre 08:26

                                      @saint louis

                                       je me retrouve avec une retraite qui donne juste de quoi ne pas mourir de faim.
                                      C’est le but des gouvernements , nous maintenir a la limite de la mendicité.

                                      Je n’étais malheureusement pas dans la bonne case des avantages sociaux.

                                      Hé oui il faut faire de la politique, eux ne font pas la queue aux restos du cœur ni a l’hôpital pour les soins .....


                                    • zygzornifle zygzornifle 29 septembre 08:23

                                      L’espérance de vie augmente

                                      Grace aux soins, nous vivons plus longtemps grâce aux soins et en trainant de nombreuses pathologies, quand je me regarde et autour de moi c’est des rendez vous réguliers chez les spécialistes, des stents plus des quantités de médocs non négligeables, je ne pourrais plus reprendre un boulot ou on demande d’en fournir autant qu’a 20 ans, on voit bien que les mesures sont prises par des gens qui n’ont jamais connu un vrai travail, des cols blanc, il y a peu de personnes de plus de 60 ans qui sautillent comme on le voit dans les pubs ..... 


                                      • Brunehaut 29 septembre 10:23

                                        Juste pour ajouter au débat sur les fonctionnaires dont je suis.

                                        Nous payons une pension civile dès le 1er salaire. Aujourd’hui ( fin de carrière ), elle représente pour moi environ 12% de mon salaire brut. On nous a expliqué que le deal était le suivant pour les enseignants : modération salariale tout au long de la carrière en échange d’une « bonne » retraite. Les fameux 75 % du brut sur les 6 derniers mois de carrière comme base de calcul. Sauf que, pour cela, il faut tous ses trimestres. Personnellement, je partirai à 65%... Ensuite, j’avoue n’avoir pas fait mes calculs mais je me demande : vaut-il mieux 75 % d’un salaire minable ( le nôtre actuellement ) ou 50 % d’un salaire correct ? Je pose la question à tous les envieux de notre « statut » ... 


                                        • lecoindubonsens lecoindubonsens 29 septembre 11:59

                                          Capitalisation, repartition ou autre, sans doute peu importe car il faut être conscient que ce n’est qu’une règle de répartition de la production au moment de la consommation.
                                          Donc les bonnes questions à se poser devraient être

                                          1. quelle est la taille et la nature du gateau que l’on souhaite globalement se partager chaque année entre français
                                          2. quelle est la part que les actifs (ceux qui produisent le gateau actuel ) veulent bien laisser aux jeunes (pour préparer l’avenir, la production des futurs retraités), aux seniors (pour eviter de les obliger à produire jusqu’à leur mort, et remerciements d’avoir « assurer » la jeunesse des actifs actuels), et un peu aux handicapés (par solidarité)
                                          3. ensuite et seulement, déterminer les règles de répartition entre retraités de leur part du gâteau actuel

                                          Pour ces règles, dépendre du total cotisé et de l’espérance de vie au moment du départ en retraite librement choisi me semble une base équitable.

                                          Mais le montant touché dépendra beaucoup des 2 premiers points, ce qui est rarement abordé dans les débats. Dommage car essentiel !

                                          Point un : intérêt avoir un gros gateau et appétissant = oui à la productivité et aux automatisations efficaces, oui pour utiliser tous les candidats au travail, non à tout ce qui réduit le gâteau (grèves, ...), oui aux productions « utiles » (à quoi sert un trader pour le collectif ?), etc

                                          Point deux : le poids des actifs se réduisant régulièrement par rapport au total de la population, il semble évident que la part qu’il laisse en partage (les prélèvements, peu importe la forme) sont de + en + importants. Mais acceptables car ce n’est que du décalage de revenus = en quelques sortes, retour de ce dont on a bénéficié dans sa jeunesse, et économies pour sa future retraite.

                                          Mon projet va beaucoup plus loin dans les propositions avec diverses simulations concrètes. Mais il faut d’abord un accord sur les principes avant d’entrer dans les détails.


                                          • @lecoindubonsens

                                            Macroniste faux-cul
                                            Tellement courageux qu’il se dissimule en shadok , le comble du K .....


                                          • lecoindubonsens lecoindubonsens 30 septembre 11:01

                                            @SPQR audacieux complotiste chasseur de complot
                                            par ce post « n’importe quoi », vous vous discréditez complétement.
                                            et vous confirmez que quand on n’a pas d’argument on passe à l’ironie, a l’insulte voire ultérieurement à la violence. Mais c’est l’arroseur arrosé smiley.
                                            PS : si vous aviez lu mes posts, vous sauriez que le qualificatif de macroniste n’est pas du tout adapté smiley



                                            • SUIVI -Réforme des retraites : « Ce qui se joue, c’est mon autorité », a lâché Emmanuel Macron hier soir à l’Élysée lors d’un dîner agrémenté de « fruits de mer et de bon vin », écrit Le Parisien. « On ne reculera pas », a-t-il ajouté devant plusieurs ministres & cadres de son parti.


                                              • INFO - Retraites : même pas peur ! C’est le sentiment qui domine en macronie. Un conseiller compte sur une « dépolitisation » liée à la guerre. Un ministre : « Les gens ont la tête ailleurs. Il y a une inquiétude sur l’énergie, mais pas un risque d’explosion sociale ». (Parisien)


                                                • Legestr glaz Legestr glaz 30 septembre 09:10

                                                  @SPQR audacieux complotiste chasseur de complot

                                                  2019 : .... « En ce qui concerne la France, la Commission estime ainsi que la réforme prévue par l’exécutif des systèmes de retraites (et de santé) pourrait contribuer “à alléger la dette publique à moyen terme et réduire les risques pesant sur sa soutenabilité . »

                                                  La « réforme des retraites » est demandée à la France par l’Union européenne depuis plusieurs années. Ici, en 2018, voici ce que disaient les « recommandations pour la France : 

                                                  .... point 10 : » Actuellement, 37 régimes de retraite coexistent en France. Ils concernent des catégories de travailleurs différentes et fonctionnent selon des règles qui leur sont propres. Une uniformisation progressive de ces règles améliorerait la transparence du système, renforcerait l’équité entre les générations et faciliterait la mobilité de la main-d’œuvre. Une harmonisation des règles de calcul contribuerait également à une meilleure maîtrise des dépenses publiques. Si les réformes des retraites déjà adoptées devraient réduire le ratio des dépenses publiques de retraite à long terme, un système des retraites plus simple et plus efficient générerait des économies plus importantes et contribuerait à atténuer les risques qui pèsent sur la soutenabilité des finances publiques à moyen terme. Selon une étude récente, l’alignement de différents régimes de retraite des secteurs public et privé réduirait de plus de 5 milliards d’EUR les dépenses publiques à l’horizon 2022.« 

                                                  Et la »conclusion de l’U.E : 

                                                  ... « RECOMMANDE que la France s’attache, sur la période 2018-2019 : ... »à uniformiser progressivement les règles des différents régimes de retraite pour renforcer l’équité et la soutenabilité de ces régimes.« 

                                                  Macron et le gouvernement en place en France ne décident pas des grandes orientations politiques et économiques pour notre pays. Ces décision sont prises »ailleurs« . On peut toujours faire croire et laisser à penser que c’est Macron qui manoeuvre mais il n’est qu’un exécutant, comme le serait n’importe quel Président de la République, ou n’importe quel gouvernement français, parce que la France appartient à un système »supra-national" acté dans sa Constitution.

                                                  https://eur-lex.europa.eu/legal-content/FR/TXT/HTML/?uri=CELEX:52018DC0409&from=EN

                                                  https://www.touteleurope.eu/economie-et-social/retraites-la-reforme-du-systeme-francais-encouragee-par-l-union-europeenne/


                                                • @Legestr glaz

                                                  Arrête tête de clown les différents types de retraite c’est largement soutenable ...

                                                  Les retraites complémentaires donnent juste et perçoivent beaucoup ....Elles sont excédentaires depuis longtemps .... Pignouf !

                                                  En 18 mois , 3 soudeurs de 62 ans sont partis en retraite, les 3 soudeurs sont DCD pendant les premiers 24 mois écoulés de leur retraites

                                                  ça vous n’en parlez pas parce que vous êtes tous des pourris ...TOUS POURRIS

                                                  Saleté...infecte


                                                • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 30 septembre 09:32

                                                  @SPQR audacieux complotiste chasseur de complot
                                                   
                                                   ’’Saleté...infecte ’’
                                                   
                                                   Dommage.


                                                • Jean-Luc Picard-Bachelerie 30 septembre 10:20

                                                  @Legestr glaz
                                                  C’est pour cela que Macron n’avait pas besoin d’exposer son programme pour l’élection présidentielle. Il suffisait pour nous d’aller voir les recommandations de l’UE pour la France. Le boulot de Macron se résume à essayer d’appliquer le maximum des recommandations de l’UE. Et la réforme des retraites en fait partie.
                                                  Le lien actualisé 2022/23 pour les recommandations de la commission de l’UE :
                                                  https://ec.europa.eu/info/sites/default/files/2022-european-semester-csr-france_fr.pdf 


                                                • Lynwec 30 septembre 10:33

                                                  @Legestr glaz

                                                  Pfff, mort de rire ... La fameuse dette publique n’existe qu’à cause de Pompidou et Giscard et de leur réforme du financement de l’état (encore un cas où le mot « réforme » signifie destruction de ce qui fonctionne très bien), alors, la coller sur le dos des retraites, vous pouvez toujours essayer, seuls les mougeons goberont (mais ils sont encore nombreux, la quatrième dose/et les suivantes/n’ont pas encore produit leur effet maximum)...


                                                • Jean-Luc Picard-Bachelerie 30 septembre 10:43

                                                  @SPQR audacieux complotiste chasseur de complot
                                                  Avec la politesse ce serait mieux.

                                                  Il paraît que le moment du décès le plus fréquent est celui de la première année de départ à la retraite. 

                                                  Que le régime de retraite par répartition soit excellent, j’en conviens. De là à dire qu’il est excédentaire, ça n’est pas tout à fait vrai, car il y a en ce moment trop de retraités par rapport au nombre d’actifs. Cela étant dit, les comptes ne se portent pas plus mal que cela alors même que l’État exonère un tas d’entreprises de leurs charges patronales et que cela représente une perte de recettes pour la sécurité sociale et donc pour nos retraites. Cela constitue aussi un non paiement d’une part liée à notre salaire différé.


                                                • pemile pemile 30 septembre 11:06

                                                  @Jean-Luc Picard-Bachelerie « car il y a en ce moment trop de retraités par rapport au nombre d’actifs. »

                                                  Ce n’est pas un problème de nombre d’actifs mais de richesse produite par les actifs, non ?


                                                • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 30 septembre 11:39

                                                  @pemile
                                                   
                                                   ’’Ce n’est pas un problème de nombre d’actifs mais de richesse produite par les actifs, non ?’’
                                                   
                                                   C’est un problème de répartition des richesses produites.


                                                • Legestr glaz Legestr glaz 30 septembre 11:49

                                                  @SPQR audacieux complotiste chasseur de complot

                                                  Je ne suis pas certain, mais pas certain du tout, que vous ayez compris le sens de mon post. 

                                                  Vous avez monté les tours tout seul. Relisez calmement et comprenez. Et si vous ne comprenez toujours pas, lisez les articles que j’ai écrit sur l’UE. 

                                                  Il faut réfléchir et poser les choses avant de réagir sans discernement. 


                                                • pemile pemile 30 septembre 12:14

                                                  @Francis, agnotologue « C’est un problème de répartition des richesses produites. »

                                                  Aussi, évidement.


                                                • Legestr glaz Legestr glaz 30 septembre 12:19

                                                  @Jean-Luc Picard-Bachelerie

                                                  copié-collé : «  C’est pour cela que Macron n’avait pas besoin d’exposer son programme pour l’élection présidentielle. Il suffisait pour nous d’aller voir les recommandations de l’UE pour la France. Le boulot de Macron se résume à essayer d’appliquer le maximum des recommandations de l’UE. Et la réforme des retraites en fait partie.
                                                  Le lien actualisé 2022/23 pour les recommandations de la commission de l’UE :
                                                  https://ec.europa.eu/info/sites/default/files/2022-european-semester-csr-france_fr.pdf . »...

                                                  Très exactement. 

                                                  Vu le contenu des posts qui suivent mon commentaire, je pense que d’aucuns n’ont pas encore compris ce qui se trame et « pourquoi ». 


                                                • Jean-Luc Picard-Bachelerie 30 septembre 12:57

                                                  @Lynwec
                                                  De toute façon la dette publique n’a guère d’importance puisque l’Etat n’est pas un ménage et a une infime malchance d’être un jour en faillite. Il ne meurt jamais et peut se contenter de rembourser les intérêts ou de faire rouler la dette.
                                                  En revanche, ce qui est omportant c’est la dette privée, c’est-à-dire celle des ménages et des entreprises. Et celle-ci est en train de croître, la France étant au 3e rang des pays de l’UE les plus endettés.


                                                • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 30 septembre 13:16

                                                  @Jean-Luc Picard-Bachelerie
                                                   
                                                   ’’De toute façon la dette publique n’a guère d’importance puisque l’État n’est pas un ménage et a une infime malchance d’être un jour en faillite.’’
                                                    > Ben voyons ! C’est pour ça fait des ponctions de plus en plus sévères sur notre PNB et notre patrimoine au profit de ses créanciers.


                                                • @Jean-Luc Picard-Bachelerie

                                                  Je Répète ;
                                                  Les retraites complémentaires donnent juste et perçoivent beaucoup ....Elles sont excédentaires depuis longtemps ...


                                                • @SPQR audacieux complotiste chasseur de complot

                                                  En 18 mois , 3 soudeurs de 62 ans sont partis en retraite, les 3 soudeurs sont DCD pendant les premiers 24 mois écoulés de leur retraites

                                                  La mort regarde celles et ceux qui subissent ce changement définitif .
                                                  Les autres vivants ne sont pas concernés .

                                                  Les morts deviennent sans importance et ne rentrent pas dans les statistiques des retraites économisées .
                                                  Notamment dans le différentiel année cotisée / année de retraite versée / année retraite économisée après le décès 

                                                  ...Si la durée de vie moyenne d’un homme, c’est 75 ans qu’il décède à 65 ans soit 10 années de retraites gagnées sur le budget .
                                                  Où passe cette argent ????

                                                   


                                                • https://www.youtube.com/watch?v=25gnPjpgdjs&t=13s

                                                  RI TV Zap du 30.09 : Explosion des « morts subites de l’adulte »


                                                  • Lynwec 30 septembre 10:35

                                                    @SPQR audacieux complotiste chasseur de complot

                                                    L’Europe, c’est la santé ...perdue ( on entend comme un rire de hyène au loin...)



                                                  • gaston gaston 2 octobre 10:31

                                                    Qui demande cette réforme en voulant faire croire que le système est en déficit alors que c’est faux ? en premier les retraités eux même , vous savez ceux qui ne sont pas concernés et ont voté Mitterrand pour partir à 60 ans ,et qui aujourd’hui souhaitent que tout le monde partent à 65 ans et même si sa baise la gueule à leurs enfants et petits enfants ,les égoïstes quoi qui n’ont toujours pensés qu’a leur gueule et qui ont voté macron que pour ca ,  ensuite la droite ,et enfin les patrons !

                                                    ce qui est abject c’est la façon dont toutes ces ordures veulent nous vendre leur réforme « indispensable » ,en la qualifiant de JUSTE , honte de rien ces enc.....

                                                    Comment parler de justice quand on sait que la pénibilité dont ils ne cessent de parler sans jamais donner le moindre détails ne concernera pratiquement personne et ceux qui seront concernés ca ne leur apportera pratiquement rien !

                                                    Comment parler de justice quand on c’est qu’ils veulent rallonger aussi les carrières longue, alors que l’espérance de vie des ouvriers est inférieurs de 7 ans à celle des cadres et ce depuis des décennies ???

                                                    Comment parler de justice quand on sait le nombre de salariés qui ont travaillés dans des boites pourri d’amiante et que la sécu à refusés de déclarer amianté pour ne pas payer ??? 

                                                    C’est François Hollande qui a permis à ceux qui le méritent de partir à 60 ans quand la salope de droite sarkozy avait mis tout le monde à 62 ans ,et maintenant macron qui est aussi de droite même s’il s’en défend ,veut de nouveau rallonger les carrière longue à 62 ans puisque c’est ce qu’il veut faire ,et les autres à 64 ou 65 ans !

                                                    Voila ce que ce tas de fumier appellent la justice et le progrès social !!! 

                                                    Il n’y a pas de dialogue avec ces gens dont le seul but est de vous baiser !


                                                    • Jean-Luc Picard-Bachelerie 2 octobre 11:53

                                                      @gaston
                                                      Même si votre texte n’appelle pas la nuance, je suis globalement d’accord avec vous à une petite nuance près. Les retraités qui ont voté Mitterrand ne sont pas les retraités d’aujourd’hui car la plus grande partie d’entre eux a disparu. Que ceux qui ont voté Mitterrand, retraités ou pas, ne savaient pas que Mitterrand allait prendre le virage néolibéral. Du reste, je ne suis pas bien certain que Mitterrand le savait lui-même en 1981. 
                                                      En tous cas ce sont bien nos retraités actuels qui votent Macron et que c’est notre consititution qui permet à l’homme le plus détesté de France d’être au pouvoir et d’avoir la plus détestée après lui, au second tour. 
                                                      Je ne suis pas certains qu’ils veuillent absolument nous « baiser » mais ce qui est certain c’est que leurs croyances les conduisent à « baiser », comme vous dites, 80% des Français. D’où la nécessité de changer de système politique et économique en régime politique et économique social, écologique et démocratique.


                                                    • LeMerou 4 octobre 07:54

                                                      @Jean-Luc Picard-Bachelerie.

                                                      La réforme du système de retraite, est presque depuis son existence, un thème majeur de chaque candidat à la Présidence.

                                                      Malgré que nous connaissons tous les rouages des mots enchanteurs qui sont prononcés, Fidèles à nos idéaux de changement dans la continuité, dès que le sujet, qui a suscité beaucoup de vote « pour », vient sur le devant de la scène.

                                                      Hop c’est la contestation, même devant l’inéluctable (qu’il faut réformer), chaque Gouvernement plie devant rue. Ne réalisant jamais la grande réforme promettant un avenir meilleur tant désirée par chacun, mais faisant des adjonctions à un système déja bien compliqué.

                                                      C’est vrai que l’incontinence administrative réputée de notre pays à pour adage, pourquoi faire simple quand ont peu faire compliqué !

                                                      Sauf que là, nous avons un Président, féru d’histoire, c’est sa passion, rêvant d’être ce qui fut, et il remonte loin le bougre.

                                                      Ainsi Micron 1er, se compare à pharaon, pour lui la réforme des retraites est acte, qu’il souhaite, (je pense qu’il n’a pas véritablement les mêmes raisons que les bénéficiaires et cotisants)

                                                      Alors, que cela soit écrit et s’accomplisse a t-il dit à mots couverts.........

                                                      Déléguant les basses tâches à sa Vizir.


                                                      • Jean-Luc Picard-Bachelerie 4 octobre 09:09

                                                        @LeMerou
                                                        La réforme des retraites n’a pas lieu d’être. Ce que dit le COR indique plutôt que tout va bien. Pour être plus juste : pas dramatique, il y aura quelques années un peu difficiles à passer mais sans plus. Le système par solidarité est le meilleur qui soit parce qu’il institutionalise la solidarité qui est une valeur qui fonde le peuple. Et c’est cela que Macron vise : le peuple qu’il veut atomiser alors que ce système le construit et le maintient.
                                                        Et si les gouvernements arrêtaient tout simplement les exonérations de charges patronales, le COR aurait des conclusions totalement positives.
                                                        De toute façon, dans le principe, les pensions de retraite sont une prolongation du salaire et les projets macronards sont des baisses de ce salaire et la mise en précarisation de 80% des retraités dans les 30 années à venir. 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité