• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > La reproduction de la misère (en vision noir et gris)

La reproduction de la misère (en vision noir et gris)

 

La stratégie de l’éponge

 

 C’est « la stratégie de l’éponge » pour les banlieues, et je crois même avoir lu que cette théorie est enseignée dans certaines écoles d’administration (je n’arrive pas à retrouver les liens ?).

 Quand les banlieues sont trop à sec et qu’elles commencent à s’enflammer, alors « on arrose » (un peu) l’éponge (les banlieues). Dès que l’éponge ne risque plus de trop s’enflammer, alors on cesse d’arroser…

 

 Pour les particuliers hors banlieue, en fait c’est pareil. On laisse juste aux gens de quoi tirer la langue pour avoir encore plus envie de consommer, et donc de travailler. Impossible dans leur état de vraiment voir le système.

 Et s’ils ne sont pas contents malgré tout, il y a les SDFs du monde entier au bas de chez eux, comme pour leur laisser le choix : et bien si vous ne voulez pas travailler toujours plus pour tirer la langue encore plus, il y a toujours la rue.

 Ou la reproduction de la misère.

 D’ailleurs même juste biologiquement parlant, ce sont bien les plus miséreux qui se sont toujours reproduit le plus, à toutes les époques presque, comme pour vouloir prendre une revanche ?

 

 

Une Autre Vision de l’Esclavage - Aldo Stérone

 

 C’est comme la stratégie du harcèlement à France-Télécom à une certaine époque (années 1990) : c’était théorisé conscientisé écrit sur des plaquettes à destination de l’encadrement : comment dégouter mettre quelqu'un en dépression pousser à bout le personnel pour qu’il démissionne tout seul.

 

 C’est calculé ric et rac. Un prolo de chez Renault revient moins cher qu’un esclave d’il y a quelques siècles. Le gars de chez Renault, il n’y a pas à le surveiller, on n’a pas à vraiment l’encadrer (perfectionné par l’instruction publique, il marche tout seul », dixit Céline. On n’a pas à le soigner, etc.

 Un prolo d’aujourd’hui produirait 70 fois plus qu’un prolo de 1870, avec l’organisation du travail, les machines, etc. Et pourtant.

 

 

« Un homme sans argent est comme un loup sans dent »

 

 Je ne suis pas du tout anti-capitaliste anti-oligarque anti-système anti-milliardaire anti-bobo. Je remarque seulement que « ceux qui n’en sont pas » ont de moins en moins de miettes. Ce système qui devient impitoyable, il vient d’une psychologie particulière qui semble l’avoir emporté chez nos dominants : ils ont même besoins (certains en tous cas) de la misère pour mieux exister mieux profiter de leur argent. Et ils veulent un monde simple qu'eux-mêmes puissent comprendre.

 Et les plus dangereux ne sont peut-être pas nos dominants mais ceux qui s'assimilent à ceux-là ?

 Malgré l’univers impitoyable de la « série Dallas » (années 1980), dans laquelle on invitait les gens à s’aimer à travers leurs dominants : il y a longtemps que l’alliance entre la classe des Oligarques (nos dominants) et la classe moyenne n’est plus qu’une illusion pour cette dernière.

 Il y a un dicton qui dit : « Un homme sans argent est comme un loup sans dent ». Peut-être qu’il y a que pour les Oligarques et pour les prolos c’est pareil, sauf que d’après l’ex-président François Hollande en tous cas, ces derniers sont juste des « sans-dents ».

 

 Et depuis au moins 2000 ans, les braves gens, tout au plus ils rêvent d’une espèce de Saint-CGT ou même de Saint-Dollar (ou de Saint-Euro), pour avoir quelques miettes de plus de la part de nos dominants (d’ailleurs à ce qu’en dit la télévision, il parait même que les oligarques sont seulement des russes, c’est bien de la faute de ces derniers donc).

 Ainsi sur un site web de journalisme citoyen, je me demandais seulement ce que risquait tel journaliste africain pour parler si bien de notre réalité (sous-entendu : il a quand-même intérêt à faire un peu attention)...

 ... et ainsi Microf m’a répondu : « Quel qu’en soit ce qu´il risque, c´est le prix de la liberté, si on veut se libérer, il faut payer le prix.
 C´est pourquoi afin que sa mort prochaine ne soit pas vaine, il faut faire connaitre ces vérités autour de nous, car personne ne peut écouter ce qu´il dit et rester indifférent. »

 Ah oui, les martyrs ? Pas de problème, après vous Mister Microf.

 

 

Comment ne pas mettre la main dans l’engrenage ?

 

 Mais la plupart ils sont juste certains de devenir un jour millionnaires et de personnifier le système, surtout les étudiants aux dents longues des écoles de Management.

 « 67 % des américains croient très sérieusement, d'après un sondage, qu'ils vont devenir millionnaires dans les trois ans qui viennent (qu'ils ne seront plus asservis ?). »

 La Belle Histoire.

 Ou la reproduction de la misère.

 La dernière naissance à laquelle j’ai assisté : 24 heures après, le bébé était exposé à 2 mètres d’une télévision allumée et à 50 cm d’un plateau « Mac Do ». Je me suis dis : « ben celui-là, il commence bien sa vie ! ». Un présent déjà comme une vision d’avenir, en tous cas celui de beaucoup. Une vision d’horreur ?

 

 Ou tu es prolo et tu crèves à la limite de la misère matérielle. Ou tu es cadre, mais déjà à 20 ans tu t’étais déjà fait désintégré la respiration comme coupée, à force d’être intégré formaté.

 « Les Workers et les Managers, ils sortent ainsi des chaines de montage ultramodernes imprimantes en 3D, déjà tous usinés, calibrés et formatés. Ce ne sont pas des Sentimentaux. »

 Dans l’ensemble, c’est parce qu’ils le valent bien.

 

 Il y a bien les Bobos et les milliardaires (oligarques) qui semblent profiter de ce système. Mais quand je vois la tête d’un George Soros ou du Prince Charles, et même d’un Jacques Attali (Bobo) et j’en passe, je me demande à quelle sauce ils se font digérer par le système, eux. Peut-être que je ne peux pas m’imaginer vraiment le triangle des Bermudes de « Auteuil-Neuilly-Passy ». Dans les quartiers, on peut t’agresser pour 5 euros. A « Auteuil-Neuilly-Passy », je me demande jusqu’où cela peut aller parfois, pour quelques millions d’euros ?

 

 Eux non plus ne me font pas du tout rêver, seulement leur argent qui pourrait sembler me laisser plus libre. Mais c’est comme tous ces braves gens qui passent absolument tous leurs week-ends à retaper leur maison : est-ce eux qui possèdent la Maison, ou est-ce la Maison qui les possède ? Les Oligarques les Bobos, est-ce vraiment eux qui possèdent « leur » argent, ou est-ce « leur » argent qui les possède ? Et ce n’est pas qu’une question spirituelle, c’est très matériel aussi, la question de la domestication de l’homme par l’homme.

 Des chaines presque invisibles et des rites dont ils semblent souvent recouverts, les George Soros, les Prince Charles (Oligarques) et les Jacques Attali (Bobo), non merci pas pour moi par contre.

 Comment trouver un peu de temps libre là-dedans ? Comment respirer – deux temps positif et un temps négatif ? Comment se sortir de l’engrenage, ne pas se faire avaler par la machine, de pas sombrer dans la misère matérielle, ni dans les manies et les Tic et les Tocs de la Machine ? 

 

 

     Odal GOLD

 

                            www.odalgold.com

 

 

 PS :

 

 Exemple des Tics et des Tocs de la Machine, également en vision noir et gris :

 

  >> « Les Frères musulmans comme supplétifs du Pentagone », ou en PDF

 

 

Source >> https://www.odalgold.com/la-reproduction-de-la-misere-en-vision-noir-et-gris 

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.2/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 13 juillet 09:11

    « Chemin faisant il vit le col du Chien, pelé :
    Qu’est-ce là  ? lui dit-il. Rien. Quoi ? rien ? Peu de chose.
    Mais encor ? Le collier dont je suis attaché
    De ce que vous voyez est peut-être la cause.
    Attaché ? dit le Loup : vous ne courez donc pas
    Où vous voulez ? Pas toujours, mais qu’importe ?  »

    le loup et le chien  La Fontaine


    • Odal GOLD Odal GOLD 13 juillet 09:32

      @Séraphin Lampion
       
      pas mal l’histoire du chien et du loup de « La Fontaine » ; 
      sinon il y a aussi la chanson  >> « Entre chiens et loups »  :
       
      Ni le bien, ni le mal,
      Ni couché, ni debout,
      Ils sont comme ces larmes
      Que l’on verse à genoux
      Ils sont comme deux frères
      Mais tellement différents
      Qu’ils aimeraient l’enfer
      Si l’enfer les attend

      Refrain
      Entre chiens et loups
      C’est un monde entre nous
      Entre chiens et loups
      C’est l’histoire des voyous
      Entre chiens et loups
      C’est une guerre qui n’a pas de frontières


    • Odal GOLD Odal GOLD 13 juillet 09:34

      chien ou loup : c’est toujours à double tranchant


    • ddacoudre ddacoudre 13 juillet 22:23

      Bonjour Cela dure depuis 10000 ans https://ddacoudrev2.blogspot.com/2019/07/un-defie-d-jeter-10-ooo-ans-de.html?m=1

      Cordialement ddacoudre overblog

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès