• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > La Réussite Américano-Britannico-Scandinave

La Réussite Américano-Britannico-Scandinave

 

Nous comparons sans cesse les chiffres français et les chiffres allemands. Complexe d'infériorité. On parle (bêtement) du modèle de la fléxisécurité danoise, comme si les conditions de possibilité d'une fléxisécurité à la danoise fussent transposables à la France. On se récrie devant la nullité des productions filmiques de la France, quand on s'ébaubit en même temps devant la puissance technique de l'industrie hollywoodienne. Quels avantages & quels inconvénients y a-t-il de vivre ici ? Nous citerons aussitôt (par exemple) notre sécurité sociale. Or, ça reste incomplet.

  • Une rue de Rotterdam, ville où j'étais récemment pour voir de la famille. C'est que je suis moi-même, voyez-vous, un représentant de cette espèce singulière dite « germanique »

 

Les Hollandais sont propres. Les Scandinaves sont bien habillés. On redoute les Anglais pour leur flegme qui, en vérité, ressort d'une civilité acquise par un XIXe siècle policé. Les Allemands performent. Et les Etats-Uniens débordent de richesses inouïes. 

Cependant que les Latins peinent. 

Que les Indiens pataugent.

Que les Arabes rêvent qu'on ne leur eût pas apporté les notions d'Etat et de frontière.

Que les Noirs se découvrent encore.

Il s'agira ici non pas d'élaborer sur les origines de tels gouffres (problèmes de la psychologie et de la psychométrie auxquels nous ne nous mêlerons pas) mais de saisir, par la philosophie et les pinces de la psychanalyse, que ce qui fait la réussite des peuples nordiques provient (simplement) d'une formidable capacité à refouler. 

Car les Nordiques ne s'y retrouvent pas dans un pays où la primitivité des mœurs implique, comme sa conséquence, qu'on cause chaudement. Les Nordiques n'ont pas élevé les cochons ensemble. 

Au contraire : quand bien même ils auraient en effet « élevés les cochons » d'un commun accord, reste que ça n'est pas une raison pour s'y laisser aller de sorte à devenir un franc animal. 

Les Nordiques ont à cœur de tout garder dans les tréfonds. Le froid explique en l'occurrence beaucoup de chose puisque (de toute évidence) on ne peut pas se permettre de faire exploser les névroses chez soi avec sa famille quand il fait -20°C dehors. On risque de se faire exclure de la communauté. Mais le phénomène de ce refoulement général implique évidemment, en sus des politesses, que des choses amalgamées dans la part obscure de l'âme ressortent. Et ceci souvent par le geste criminel. Regardez-y bien : l'on ne voit pas de tueurs en série en Arabie ou chez les Latinos. Certes ils s'entretuent, mais les meurtres sont motivés par quelque motif de banditisme/radicalisme. Puis les criminels dont on relève là-bas l'existence ont une étiologie très différente des tueurs en série américains. Je veux dire que le tueur latino passe à l'acte « en permanence » et qu'il n'y a pas de traumatisme déclencheur qui le pousserait à tuer d'un coup. Or, l'Américain commence toujours quelque part, ne serait-ce qu'à cause d'un petit choc dont l'effet boule de neige termine d'achever la naissance du meurtrier. 

Autrement dit : l'Américain devient tueur à cause de la névrose. Sa violence explose sous le coup de la névrose. C'est toute la différence entre l'homme-névrosé et l'homme-sauvage. 

La violence du Latino explose en permanence.

La primitivité du Latin (européen) subsiste toujours.

La notion de crise n'existe pas chez nous : nous sommes tout le temps en crise.

En revanche, on ne saurait négliger un tel avantage. C'est à savoir que nous sommes rappelés à l'ordre par la crise, nous surinant avec empressement l'importance du « bon sens » et de la stagnation. Tandis que, à l'opposé, les Nordiques innovent bien (« ils sont fous ces Nordiques »). Mais l'absence de crise permanente sous leurs latitudes leur permet d'omettre le bon sens. 

Si bien que, en définitive, le nazisme se résume à une crise du refoulé.

Parce que, qu'on me comprenne bien, c'est qu'il y a aussi des crises chez les Nordiques. Mais les crises, n'étant pas permanentes, sont caractérisées et fulgurantes. 

Lorsque le Nordique y entre (en crise), il y entre bien. 

Ça dégénère vite.

C'est d'autant plus drôle de dire ça qu'on a découvert cet état de fait lors même que ces gens du Nord découvrirent la bombe atomique. Entendre : on découvrit tout à la fois la bombe atomique « physique » et la bombe atomique « dans l'âme » dont on ne laisse pas de constater, encore aujourd'hui, les dégâts. (Le fascisme italien et le communisme russe étant largement différents dans le fond comme dans la forme – il n'y a pas chez eux de rupture comportementale nette avec la période de normalité qui les précède.)

Si bien que j'ai à statuer moralement sur cette affaire.

La névrose perpétuellement amalgamée dans l'esprit nordique leur permit, de leur propre initiative, de découvrir l'existence même de la névrose. Ce que ne purent faire les Latins & Autres puisque chez eux la crise efface constamment toutes concrescences névrotiques...

Aussi devons-nous rappeler les Nordiques si conscients de l'inconscient et de leur inconscience. 

L'Arabe est un bon sauvage1. Il ne comprend rien. On lui pardonne. Mais l'Allemand (donc) comprend tout à fait. Qu'était l'Allemagne du XXe siècle sinon la patrie des hommes les plus raffinés, les plus intellectuels, dotée de tous les grands noms de la philosophie, de la médecine, de l'ingénierie et de la physique ? Si les Allemands ont à payer moralement plus que quiconque, c'est pour la bonne raison qu'ils ont tout compris et savaient dans quoi ils s'engageaient (ou du moins ils auraient dû le savoir). Une fois encore, c'est toute la différence entre l'homme-névrosé et l'homme-sauvage, c'est-à-dire entre l'adulte et l'enfant.

Peut-être faudrait-il, à tout prendre, que les Nordiques soient un peu plus Latins, et les Latins un peu plus Nordiques.

________

Dois-je préciser qu'il n'y a rien de raciste dans cette assertion ?


Moyenne des avis sur cet article :  1.2/5   (20 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • MagicBuster 7 février 11:32

    Rien n’empêchent ceux qui aiment le modèle allemand d’aller en Allemagne.

    Rien n’empêchent ceux qui aiment le modèle russe d’aller en Russie.

    Rien n’empêchent ceux qui aiment le modèle américain d’aller en Amérique.

    etc ...

    Le modèle allemand fonctionne avec des Allemands, mais pas avec des africains

    Le modèle américains fonctionne avec des Américains mais pas des chinois.

    Le modèle russe fonctionne avec des russes , mais pas avec des latins.

    etc ...

    Les français ne veulent ni se retrouver en Allemagne , ni en Russie, ni en Amérique, ni en chine, ni en Afrique.

    Les français veulent rester dans leur pays , la France.



    • Clocel Clocel 7 février 11:53

      Quid de la jovialité luthérienne !?

      Déçu...

      J’ai cru qu’on allait en apprendre un peu plus sur votre sens de l’humour et de la dérision que le monde entier vous envie...


      • Le Vautre Oméga Le Vautre Oméga 7 février 12:40

        Luther était le dernier des joviaux.


      • V_Parlier V_Parlier 8 février 00:22

        Je cite : « Les Allemands performent. Et les Etats-Uniens débordent de richesses inouïes. »

        -> Vous avez piqué cette phrase à Macron ? C’est pile son style ! smiley


        • dr.jambon-beurre dr.jambon-beurre 8 février 03:37

          Il y a un nombre impressionnant d’articles de colonisés mentaux ces derniers temps...


          • UnLorrain 9 février 09:47

            Des racines mais des radicelles maintenant, m’empêche d’aller voir ailleurs si le chiendent -qu’un certain Zo d’Axa dit aussi En-Dehors du 19ème siècle mangeait en salade je présume car il était pauvre - serait plus grasse.

            « Mais monsieur le commissaire qui n’a pas sa névrose ? »Plus loin il y aura dans cette chanson de Hubert Felix Thiefaine, études couillus en psychanalyse du singe il fera « je rentrerai mes gosses dans le ventre de ma femme » hihi. Voir L’agence des amants de madame Muller,chanson distrayante.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès