• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > La révolte gronde. À quand des États généraux ?

La révolte gronde. À quand des États généraux ?

Paraphrasant Sieyès on pourrait dire : « Qu’est-ce que le peuple ? Tout. Que représente-t-il à présent dans l’ordre politique ? Rien. Que demande-t-il ? À y devenir quelque chose ! »

Gilets jaunes, Paris

Ce peuple invisible, ces « gens de peu », ces « sans-dents », ces gens « qui ne sont rien » (comme les qualifie avec élégance Macron), ils sont le premier parti de France (près de 57 % d’abstentionnistes aux dernières législatives). Ils votent en tournant le dos aux urnes ! Quand on ne vote plus, la démocratie est morte. Et maintenant, au lieu de déposer un bulletin, on s’exprime en occupant les ronds-points pour les plus pacifiques, en cassant du flic et en mettant le feu à Paris pour les plus violents.

« Venez me chercher ! » qu’il a plastronné Macron, avec des provocations de blanc-bec. Eh bien ! Ils y vont, le chercher…

Peut-on s’étonner de ce rejet quand la Macronie a marqué dès le début son territoire avec arrogance en supprimant l’ISF, en instituant la « flat tax », en étant ouvertement le gouvernement « des (plus) riches », en portant au nues les « premiers de cordées » tout en méprisant les « gens de rien », les invisibles.

Ces invisibles se donnent de la visibilité en arborant leur désormais célèbre « gilet jaune », symbole de la révolte. De toutes les révoltes. Contre toutes les injustices, contre tous les mensonges, contre tous les enfumages, contre toutes les promesses oubliées, contre des revenus de misère. Et aussi - et peut-être surtout - contre tous les mépris dont ils sont l’objet.

Cette France d’en bas « qui fume des clopes et carbure au gazole », c’est pourtant celle qui se lève tôt, qui travaille pour un salaire souvent indécent, qui produit dans des conditions difficiles et qui voit le produit de son labeur raboté par toutes sortes de taxes sournoises. Cette France de la misère, elle sait que les entreprises du CAC40 ont distribué 70 % des résultats du travail de leurs salariés, soit 56 milliards à leurs actionnaires. L’actionnaire, dans une entreprise, chacun sait que c’est celui qui ne fait aucune action…

C’est cette France qui a eu la sublime naïveté de croire aux valeurs de la république, à la démocratie, au travail, aux études et qui découvre le mépris et l’injustice. Ces Français des villes et des champs, rejetés hors des centre-citées au profit des bobos ou oubliés dans leurs cambrousses purgées de leurs services publics. Méprisés, humiliés par les « zélites » qui les rejettent avec morgue dans les tiroirs faciles du « poujadisme » quand ce n’est de la « fachosphère ».

Cette France a pris conscience de son existence et découvre sa force. La Macronie aurait grand tort de jouer le pourrissement du mouvement, de se gausser de son inorganisation. De même les partis extrêmes se mettent le doigt dans l’œil en espérant le récupérer. Et les médias principaux, les « intellos » autoproclamés qui ne voient pas plus loin que les arrondissements huppés de la capitale, feraient bien de ravaler leur fiel : « Qui tu es toi ? Qui t’a élu ? ». Parce que le sentiment d’abandon engendre la colère. Une colère puissante, lourde, partagée par des milliers de femmes et d’hommes et comprise par les trois-quarts des Français ! Avec un prétexte mal compris, lui, une taxe carbone…

Plutôt que de casser quelques symboles du centralisme parisien, cette colère serait plus efficace si elle se tournait contre les vrais pollueurs qui sont, eux, exemptés de ces taxes « écologiques » punitives : les transports maritimes et aériens. En bloquant les ports et les aéroports. Quant à saccager, foutre le feu, vandaliser, il aurait mieux valu s’en prendre aux symboles de l’oppression ultralibérale qu’à ceux de la république. La Défense plutôt que l’Étoile…

Et puis, les « élites » ne devraient pas oublier que l’histoire montre que les colères du peuple, des « feignants », des « Gaulois irréformables », chez nous, prennent souvent des expressions « tranchantes » !

Il serait temps, avant qu’il ne soit trop tard, que les « zélites », tant politiques qu’économiques et intellectuelles prennent conscience de l’ampleur du mouvement, du fait que le pays est en train de se déchirer, et qu’elles acceptent de prendre leur part de l’échec résultant de leur manière de (mal) gouverner la France.

En 1789, c’est le prix du blé qui a déclenché la révolution. En 2018, sera-ce le prix du gazole ? Dans les deux cas, le prix d’un produit indispensable à la vie du peuple a été le prétexte, puis le détonateur.

Pour que l’explosion ne s’ensuive pas, il serait de simple bon sens de décréter un moratoire général sur l’ubuesque taxation écologique, le report de la fameuse « transition » et l’affectation des économies ainsi réalisées au pouvoir d’achat. Simplement et immédiatement. Les écolos bobos à trottinette électrique hurleront, mais « le peuple » respirera mieux, même avec quelques particules fines dans les narines.

Puis il serait utile – s’il en est encore temps ! - de s’inspirer des anciens : ouvrir des États généraux, demander aux populations de coucher sur des cahiers de doléances tout ce qu’ils rejettent mais aussi ce qu’ils proposent. Dans chaque ville, dans chaque quartier, dans chaque village, il ne serait pas compliqué pour les collectivités locales d’organiser des comités ouverts à toutes les couches de la population : ouvriers, professeurs, paysans, fonctionnaires, flics, patrons, juges, aides-soignantes, mères de famille, chômeurs, retraités… Ce serait le lieu et le moment pour demander des comptes, pour regarder en face les difficultés, les incompréhensions, les peurs, pour exprimer les exigences, les espoirs.

De ce bouillonnement d’idées, de cette confrontation sortiraient des idées directrices, des propositions, émergeraient des représentants plus légitimes que les auto nommés porte-parole des gilets jaunes. Cela structurerait ce mouvement et permettrait au gouvernement provisoire chargé de liquider les affaires courantes pendant les trois mois des États Généraux de corriger le tir et, à travers une Constituante, au peuple de construire une sixième république avec pour devise « Liberté, Égalité, Sorofraternité, Laïcité ».

Faute de quoi, comme dans bien des révolutions, on verra surgir un « homme providentiel ». De Napoléon à Hitler et Staline, on sait où ils mènent.



Photo X - Droits réservés

 


Moyenne des avis sur cet article :  2.26/5   (23 votes)




Réagissez à l'article

45 réactions à cet article    


  • Arogavox 3 décembre 10:09

    Bien dit !

     sauf ce bémol sous forme de surenchère :

    la colère n’est pas suscitée par un « sentiment » d’abandon,

    mais par le constat d’être constamment provoqués, insultés, en étant, bien pire que non reconnus : déniés !  (« sans-dents », « rien »)

     


    • Arogavox 3 décembre 10:15

      Concernant la très bonne idée de revisiter la technique démocratique des « cahiers de doléances » avec le moyens conceptuels et techniques de notre nouveau millénaire, je reporte ici ce message adressé aux Gilets Jaunes :

         

      « pour une échéance bien supérieure à un mois, je rappèle la possibilité et l’occasion inespérée d’une ouverture citoyenne à un changement de paradigme d’une ambition digne de l’originalité pertinente dont fait preuve notre mouvement nommé »des gilets jaunes« .
       Pour apporter une contribution constructive au souhait suivant :
       »les citoyens devraient être consultés plus régulièrement pour décider des politiques publiques,
       mais surtout que les citoyens devraient avoir la possibilité de peser en portant des projets de loi sur l’avenir de leur propre pays
      « 

      J’insiste sur la suggestion suivante, approfondie dans plusieurs présentations à trouver sur le WEB par les mots : »doléances Kdo« 
      schématisée par ce ’mindmap’ en open-document (licence libre) : 
         
      Certes, cette perspective de pouvoir démocratique parallèle par conscientisation collective des évaluations par chacun et pour chacun, par tous et pour tous, de la »volonté générale« , pourrait être décorrélée du mouvement ’gilets jaunes’ ;
      mais cela n’empêche pas qu’un tel mouvement puisse au moins l’initier ...
       
       Nota Bene :
      * un argument à ne pas négliger étant l’asynchronisme (sans aucun »maître des horloges« ) des évaluations de la volonté générale, continues et permanentes, permises par les techniques envisagées.

       * pour ce qui est du module concret donnant une idée de la faisabilité pratique d’un élément technique majeur du concept,
      un module logiciel DOSONS avait été développé il y a plusieurs années : 
       l’absence de maintenance couplée à l’évolution des technologies (JAVA était employé, pour les intimes ... Python pourrait prendre le relais ...) font que je préfère ne pas diffuser ce prototype. Mais nul doute que des bénévoles compétents auraient tôt fait de recréer, en mieux, la chose.
      (dans la précipitation, et avec un cahier des charges tout ficelé, des experts pourraient sans doute boucler le truc en quelques heures.
       Mais il me semble indispensable, de prendre tout le temps et le recul nécessaires pour ne pas faire n’importe quoi ...
      Je me contenterais, éventuellement, de préciser les orientations auxquelles j’ai pu penser, si des gens me le demandent ...) »

    • Pere Plexe Pere Plexe 3 décembre 10:17

      La gronde révèle un profond problème de démocratie et de représentativité.

      Il y a longtemps que les députés ne sont plus des représentants du peuple, qu’ils ont renoncé à contrôler l’exécutif.

      C’est pourtant leurs missions essentielles.

      Ils ne sont que les VRP de leurs partis, et pour ceux de la majorité les obligés d’un exécutif lui même soumis à l’Elysée .

      Ce n’est pas nouveau mais c’est devenu insoutenable, en grande partie du fait d’un Président autiste et de nouveaux députés LREM qui, contrairement aux usages, ne font même pas semblant.


      • Attilax Attilax 3 décembre 10:20

        Je pense que c’est trop tard pour négocier. D’ailleurs seuls 2 GJ ont été au RV de Matignon et l’un des deux s’est barré au bout de 5 minutes, bonjour la gifle !

        Vu l’ampleur que ça a pris, les GJ veulent maintenant la chute du gouvernement ET de Macron, d’ailleurs la baisse du carburant n’apparaît même plus dans leur liste de revendications !

        Les imbéciles qui nous gouvernent n’ont pas su appréhender à sa juste mesure la colère du peuple, ils n’ont répondu au désespoir des gens que par le mépris, comme tous les précédents.

        Qu’ils en assument les conséquences.




        • dorian 3 décembre 13:46

          @Attilax

          Abstiens toi , t’es pas fait pour penser , seulement un vieux punk à chien à la dérive.


        • Croa Croa 3 décembre 16:00

          À Attilax,
          « les GJ veulent maintenant la chute du gouvernement ET de Macron, »
          Non, de Macron (de Macron d’abord.)
          *
          Ceci dit le mépris du peuple ça continue. En invitant les GJ à envoyer leurs représentants ils espèrent les amadouer en concédant quelques miettes.


        • pemile pemile 3 décembre 16:05

          @Croa « Ceci dit le mépris du peuple ça continue »

          Mais non, le message est clair, vous travaillez mais crevez de faim dès le 25 du mois, on y peut rien mais on va vous écouter, on est pour le dialogue mais n’espérez pas que l’on change quoi que ce soit !


        • Attilax Attilax 3 décembre 19:01

          @dorian

          S’il est vrai que le terme « penser » peut paraître excessif en ce qui me concerne, ce que vous affirmez est néanmoins totalement faux : je n’ai pas de chien.


        • Le421 Le421 3 décembre 20:53

          @Attilax
          Et en fait, le deuxième, c’était un employé de la ville de Paris qui venait vérifier les égouts... Avec son gilet de sécurité !!
          C’est pour cela qu’il est parti en loucedé quand Philippe a compris sa bévue...

           smiley  smiley smiley  smiley


        • Attilax Attilax 3 décembre 21:56

          @Le421

          lol ! énorme.


        • Julien S 3 décembre 10:34

          Quelques réserves : 

          .

          On a prétendu que le mouvement GJ aurait un côté poujadiste. Le mouvement a-t-il assez pris garde de démentir cela dans la liste de revendications de son programme ? 

          On pourrait croire que son point 4 coïncide avec les droits inaliénables et sacrés du petit commerçant. Il a perdu sa rente de situation dans les années 70 et ne s’en console pas. 

          On pourrait croire que son point 5 coïncide avec les ambitions du petit artisan. Que peut bien faire au GJ que ma maison soit isolée ou non ??? Eh bien, il est angoissé par ma note de chauffage de pauvre, qu’il veut réduire... Fort bien, mais entre ma note de 350 / 400 euros annuels (semi-isolation bricolée) et le prix de l’isolation aux normes qu’il est empressé de m’installer, il n’y a évidemment aucune commune mesure, surtout s’il me reste dix ou quinze ans à vivre. 


          • Julien S 3 décembre 10:39

            @Julien S
            .
            Correction : 
            .
            « ..........s’il me reste au mieux dix ou quinze ans à vivre. »


          • nono le simplet nono le simplet 3 décembre 10:43

            @Julien S
            ma note de 350 / 400 euros annuels (semi-isolation bricolée)
            à mettre en relation avec les semi mesures bricolées du gouvernement pour tenter d’éteindre les revendications ... smiley


          • Julien S 3 décembre 11:53

            @nono le simplet
            .
            Oui ! smiley smiley smiley smiley smiley smiley


          • Croa Croa 3 décembre 16:07

            À Julien S,
            C’était l’impression que ça donnait au début, alors que le mouvement ressemblait à une révolte fiscale. Par ailleurs Madame Le Pen a été la première à soutenir le mouvement. En réalité il y a eu de tout dans ce mouvement quasiment presque dès le début. Nous étions dans l’erreur. Ça arrive à tout le monde après tout.


          • aimable 3 décembre 20:18

            @Croa
            il est évident que pour payer des taxes il faut avoir un revenu suffisamment élevé pour pouvoir les payer , c’est ce que notre superman de la finance au Qi tellement élevé qu ’il sort de toutes les références connues , n’a pas compris , comme quoi ....


          • Le421 Le421 3 décembre 20:56

            @nono le simplet
            En fait, le gouvernement prends des mesures « bricologiques » !!
            Ceci dit, Macron a fait un geste envers les manifestants !!
            https://www.turbopix.fr/v/XodQEpipdm


          • Jeekes Jeekes 3 décembre 11:14

            ’’on s’exprime en occupant les ronds-points pour les plus pacifiques, en cassant du flic et en mettant le feu à Paris pour les plus violents’’

             

            Drôle de raccourci qui fout tout en l’air.

             

            A moins que ça ne soit volontaire ?

            Alors, steuplè, padamalgam.

             

            Faudrait pas tout mélanger comme le font déjà les pourriticards et les journaputes, z’ont rien à voir les uns avec les autres !

             


            • Jeekes Jeekes 3 décembre 12:44

              @Jeekes
               
              Un peu d’humour dans un monde de voleurs, mais pas que...
               
              https://reseauinternational.net/les-gilets-jaunes-les-choux-et-la-carotte/
               


            • dorian 3 décembre 13:53

              @Jeekes
              Tu sais ou tu peux te la mettre la carotte , la gauchiasse de mes deux ???


            • robert robert 3 décembre 12:21

              ..........et les députés qui se votent l’exonération de la CSG !! encore un camouflet envers le peuple


              • biquet biquet 3 décembre 12:45

                En 2018, sera-ce le prix du gazole ? Dans les deux cas, le prix d’un produit indispensable à la vie du peuple a été le prétexte, puis le détonateur.

                Le gazole est indispensable au transport routier. On n’a jamais obligé un particulier à rouler au gazole. Mais 58 % des français prennent lors voiture (gazole ou essence c’est kif kif) pour faire un trajet de moins d’un kilomètre. Il faut arrêter de dire : « c’est la faute des autres », pour le réchauffement climatique nous sommes tous responsables, les lecteurs d’agoravox, les premiers.


                • Croa Croa 3 décembre 16:13

                  @biquet « Mais 58 % des français prennent lors voiture (gazole ou essence c’est kif kif) pour faire un trajet de moins d’un kilomètre. »
                  Oui, et c’est pourquoi la taxe est bien trop légère. Mais cela n’empêche pas de soutenir les GJ car le fond du problème n’est pas là. En plus tout ça pourra se discuter à nouveau lorsque sera recrée une véritable démocratie après que la mafia aura été éjecté du pouvoir.


                • oncle archibald 3 décembre 12:51

                  Le prix du gazole à la pompe est aujourd’hui au même prix que fin Janvier 2018, il est moins cher qu’en Juillet 2018, malgré l’augmentation des taxes appliquée en Octobre 2018.

                  Le « net à payer » des salariés a augmenté de façon significative en Octobre 2018 par la suppression d’une partie des charges sur salaire venant en déduction du « brut ».

                  Mais c’est depuis Novembre que plus personne n’a rien à bouffer et que Macron est le pire des salauds. Y a pas un os dans les revendications des gilets jaunes qui « exigent une réponse immédiate » à leurs questionnements ?


                  • Xenozoid Xenozoid 3 décembre 12:55

                    @oncle archibald

                    avec ton raisonnement.il faut vider les frigos,apres les comptes en banques, et seuleument alors se plaindre ? bonne idée


                  • nono le simplet nono le simplet 3 décembre 13:42

                    @oncle archibald

                    Le prix du gazole à la pompe est aujourd’hui au même prix que fin Janvier 2018
                    le 9/02/2018 j’ai payé le gazole 1.33 €/l  ... dans la même station il étaitt à 1.389 €/l il y a deux jours soit 6 cts de plus ...


                  • nono le simplet nono le simplet 3 décembre 13:46

                    @nono le simplet
                    le 22/12/2017 il était à 1.214 €/l


                  • oncle archibald 3 décembre 14:15

                    @Xenozoid

                    Explique moi oú est l’urgence fin Novembre par rapport à fin Juin ....

                    Qu’est-ce qui aujourd’hui justifie l’impérieuse nécessité de trouver une solution immédiate, une reddition sans conditions de l’exécutif, sans discussion préalable ?


                  • Xenozoid Xenozoid 3 décembre 14:20

                    @oncle archibald

                    tu sais pourquoi on met la révolution en juillet 1789 ?

                    les ukrainien et maidan on fait ça en hiver,pour mémoire,au moins on vera pas mc cain,c’est sure


                  • dorian 3 décembre 15:43

                    @nono le simplet
                    quand on est fauché on roule à vélo et pis c’est tout.


                  • amiaplacidus amiaplacidus 3 décembre 16:38

                    @dorian

                    Quand on est fauché et handicapé (cela va souvent de pair) on fait comment ?

                    Je précise que je ne suis ni fauché ni handicapé et que je fais pratiquement chaque jour 20 km à vélo.


                  • gnozd 3 décembre 17:21

                    @dorian

                    Quand on est fauché et qu’on habite en province en zone rurale et qu’on se démerde encore à 65 piges pour gagner sa croute en faisant des chantiers comme je le fais depuis des années, on est obligé d’avoir une bagnole. Donc je roule en diesel, j’en ai rien à cirer « de la planète », elle s’en remettra (après tout c’est elle qui nous a engendrés, elle avait qu’à faire gaffe !) et toi, je t’emmerde.


                  • dorian 3 décembre 17:27

                    @gnozd
                    Que tu m’emmerdes , c’est une chose , mais de faire des chantiers à 65 piges faut être un sacré raté de la vie. C’est pas de ma faute si à 30 piges tu te la grattais toute la journée et qu’à 40 tu te prélassais au chomedu , ben maintenant tu bosses grosse feignasse.


                  • Cyrus Cyrus 3 décembre 17:36

                    @dorian

                    Commentaire dégueulasse ...
                    Je vous souhaite de tomber très vite dans la plus extrême pauvreté et de subir une déchéance physique vous privant d’ emplois et de droit sociaux , voir même de médecine . Vous comprendrez ainsi ce que c’ est que ne même pas pouvoir s’ offrir un simple vélo ...

                    Je ne vous salue pas .


                  • dorian 3 décembre 17:59

                    @gnozd
                    On peut toujours rêver , c’est pas interdit . Tu peux me souhaiter ce que tu veux je m’en branle. Mais dis moi , toi aussi t’es un raté de la vie , c’est pour çà que tu déverses ta bile ???


                  • dorian 3 décembre 18:00

                    @dorian
                    post pour Cyrus


                  • Cyrus Cyrus 3 décembre 18:22

                    @dorian

                    Le seul raté qui soit ici , c’ est toi le sociopathe , celui qui manque de la plus élémentaire compassion . 


                  • dorian 3 décembre 18:34

                    @Cyrus

                    Relaxe , écoutes toi un Led Zep et fumes toi un oinje , tu verras après tu seras cool. La compassion c’est pour les fiotes comme toi.


                  • Cyrus Cyrus 3 décembre 18:46

                    @dorian
                    Tu fait honte a l’ uniforme que tu prétend porter .


                  • baldis30 3 décembre 13:38

                    bonjour

                    Autant les parties historique et analytique de votre article sont intéressantes et de bons arguments, autant la solution n’est plus dans les états généraux ... une façon de renvoyer tout le monde pour patienter ... comme ce fut le cas QU’ON LE VEUILLE OU NON, en 1788 /1789 en espérant que la grogne se tasse et qu’on oublie... La révolution ... non plus .... n’est pas la solution car derrière c’est la dictature ou sa forme édulcorée le bonapartisme, suivi d’un enchaînement de pouvoirs quasi-éphémères ( voir l’histoire de France de 1815 à.... Clémenceau ) .

                    Etats généraux ... un emplâtre sur une jambe bois .... Tout simplement revenir à la saine pratique des institutions de la cinquième république : le référendum MAIS dans une question non vicieuse sur des sujets bien débattus pour un temps limité ( trois mois hors vacances) ! L’exemple italien nous a montré aussi que la dissolution n’est pas toujours porteuse de solutions, même si Assemblée et Sénat sont dissous en même temps ...

                    Par contre ... dissolution par tiers  des élus des deux assemblées par tirage au sort des élus dissous ...

                     

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès