• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > La révolution culturelle Woke submerge les Etats-Unis

La révolution culturelle Woke submerge les Etats-Unis

Avec l'appui de la nouvelle administration Biden, les Etats-Unis sont actuellement submergés par une révolution culturelle gauchiste appelée "révolution des éveillés" (woke revolution). Le chroniqueur et homme d'affaire Simon Black relève ses nombreuses ressemblances avec la Révolution Culturelle Chinoise de 1966 au cours de laquelle des hordes de jeunes gardes rouges ont semé le chaos et la destruction en "annulant" toute opinion dissidente ou perçue comme trop tiède. 

Traduit de « Two ways to push back against the Cultural Revolution” par Simon Black avec son aimable autorisation

Gao Yuan avait 14 ans et était scolarisé dans un pensionnat en Chine lorsque la Révolution culturelle a éclaté en 1966. C'est alors que sa vie a changé à tout jamais. Même si les communistes avaient gagné la guerre civile chinoise et étaient au pouvoir depuis 1945, le président Mao estimait que l'influence du capitalisme restait trop forte en Chine. Il a donc décidé de réécrire complètement la littérature chinoise, son histoire et de révolutionner le système éducatif.

L'enseignement scolaire est passé de l'enseignement des mathématiques et des sciences à celui de l'activisme politique. Les étudiants comme Gao Yuan étaient encouragés à trouver et à punir les "révisionnistes" qui cherchaient à saper les progrès de la révolution, y compris ses propres parents et ses enseignants.

Un professeur a été soupçonné parce que, même s'il parlait régulièrement de la beauté naturelle de la Chine, il n’avait jamais fait d’éloge public du président Mao. D'autres enseignants ont été dénoncés parce qu'ils portaient des vêtements occidentaux ou s'adonnaient à des activités bourgeoises comme boire du vin ou acheter une radio coûteuse.

Gao Yuan aimait ses professeurs et hésitait à participer à ce lynchage. Mais il avait encore plus peur d'être lui-même étiqueté comme « révisionniste ». Il a donc rejoint la foule et a commencé à porter des accusations contre les enseignants et les parents des élèves.

Le directeur adjoint s'est suicidé après avoir été accusé de révisionnisme. Gao Yuan a trouvé son corps, et même s'il l’appréciait, Gao a alors estimé que ce suicide prouvait la culpabilité de cet homme. Un autre professeur est mort dans des circonstances mystérieuses et, le reste du corps enseignant s’étant alors enfui, l'école est tombée sous le contrôle des étudiants.

C'est alors que la situation est devenue vraiment sinistre.

Des factions se sont rapidement formées et les étudiants se sont retournés les uns contre les autres. Chaque groupe accusait l'autre de ne pas avoir respecté l'esprit révolutionnaire, trouvant des micro-transgressions partout où ils pouvaient. Plusieurs étudiants ont été assassinés : l'un d'eux a suffoqué après s'être fait enfoncer une chaussette dans la bouche. Un autre a été torturé à mort. Une jeune fille s'est suicidée plutôt que d'être capturée par un groupe d'étudiants rivaux. Plusieurs autres sont morts dans une explosion accidentelle alors qu'ils tentaient de fabriquer des bombes.

Il ne s'agissait PAS d'un incident isolé ; à mesure que la Révolution culturelle s'étendait, des incidents similaires se produisaient dans toute la Chine, dans les bureaux du gouvernement, les usines, les écoles et l'armée.

Gao Yuan finit par s'enfuir de l'école, pour découvrir que son père avait été "annulé" par les étudiants locaux parce qu'il s'intéressait trop à l'agriculture et à l'économie, et pas assez à la politique du parti communiste chinois. Il a perdu un poste important dans le gouvernement du comté.

Lorsque Gao Yuan est finalement retourné à son école quelques mois plus tard, il a trouvé le campus détruit – les fenêtres brisées, les bâtiments vandalisés. Le chaos le plus total s’était installé.

Des années plus tard, il a raconté son expérience dans un livre intitulé « Born Red : A Chronicle of the Cultural Revolution. ».

***

NdT : la révolution culturelle chinoise a fait un nombre incalculable de morts, probablement plusieurs millions. La folie hors contrôle des gardes rouges n’épargnait personne, pas même les membres dirigeants du parti communiste chinois.

Certains massacres comme celui de Guangxi se font dans une orgie hallucinante de sadisme : « Des gens ont été décapités, battus à mort, enterrés vivants, lapidés, noyés, ébouillantés, massacrés en groupe, vidés de leurs entrailles (...), explosés à la dynamite. Toutes les méthodes ont été utilisées » (Wikipedia).

Ces massacres donnent également lieu à des actes de cannibalisme « rituel » : « Il y avait une hiérarchie dans la consommation des ennemis de classe. Les dirigeants se sont régalés du cœur et du foie, mélangés à du porc, tandis que les villageois ordinaires n’avaient le droit que de picorer les bras et les cuisses de la victime. » - Frank Dikötter

***

Aujourd'hui, les États-Unis entrent dans leur propre révolution culturelle. Alors que toute personne rationnelle peut constater que de nombreuses formes différentes de discrimination existent, on nous impose un récit selon lequel la « suprématie blanche » est au cœur de tous les problèmes de l’Amérique.

C'est devenu tellement ridicule qu’un groupe d’enseignants des mathématiques de l’Etat de Californie a défendu l’idée que 2+2 n’était plus égal à 4 car c’était un moyen de perpétuer la « suprématie blanche ».

La seule façon d'y remédier est que les "antiracistes" identifient et punissent les oppresseurs, c'est-à-dire toutes les personnes de bon sens qui continuent de penser que 2+2 font 4.

C'est l'une des nombreuses leçons qui dominent désormais les programmes scolaires dans de nombreux districts aux Etats-Unis. On enseigne aux enfants la Critical Race Theory et une toute nouvelle histoire basée sur le "projet 1619" du New York Times. 

***

NdT  : La théorie de la culpabilité blanche est au cœur de la « Critical Race Theory » qui est l’idéologie sur laquelle repose tout le mouvement woke (« éveillé ») américain, évoqué par Simon Black dans cet article. C’est également l’idéologie du mouvement indigéniste en France.

Avec le Critical Race Theory, le Projet 1619 est l'autre fondement de cette révolution culturelle qui vise à « déconstruire » l’Histoire américaine pour la réécrire sous un angle entièrement négatif focalisé sur l’esclavage.

***

Des livres qui ont été la pierre angulaire des cours de littérature pendant plus d'un siècle sont maintenant annulés. Les mathématiques et les sciences sont qualifiées de racistes et de transphobes.

Les élèves d'une école privée d'élite de Manhattan, la Grace Church High School, consacrent désormais des heures par semaine à l'enseignement de l'"antiracisme". Des sessions ségréguées obligent les étudiants blancs à assister à des cours qui leur apprennent que l'objectivité et l'individualisme sont des caractéristiques de la suprématie blanche.

On leur apprend à repérer et à dénoncer les "micro-agressions" raciales de leurs professeurs et de leurs camarades : ça sera par exemple le cas si quelqu’un insiste sur le fait que la couleur de peau de son interlocuteur ne l’intéresse pas et qu’il n’en tient jamais compte. Le fait de contester, de remettre en question ou d'engager une discussion sur le racisme systémique est considéré comme la preuve que le transgresseur est raciste.

Un ancien enseignant de l'école, Paul Rossi, a tenté d'introduire un débat sur le sujet lors d'une session d'apprentissage ségréguée, réservée aux Blancs. Il a été accusé de harcèlement, et on lui a dit que son refus d'accepter comme évangile la Critical Race Theory créait une "dissonance chez les élèves vulnérables et non formés" et "une "perturbation neurologique de leur être" (rien que ça !). Aujourd'hui, de nombreux éducateurs aux Etats Unis croient sincèrement que les opinions divergentes et les discussions constructives sont nuisibles au cerveau des élèves. 

Rossi a été contraint de démissionner.

Mais il n'y a pas que les enseignants qui sont « annulés » (cancelled). Des élèves sont également punis pour avoir remis en question la Critical Race Theory, ou sont réprimandés s'ils ne s'expriment pas suffisamment fort pour la soutenir. Des enseignants ont même officiellement suggéré que des élèves soient "signalés" pour avoir gardé le silence, s'être déclarés en faveur de la méritocratie ou soutenu que la couleur de peau n'avait pas d'importance. 

Aussi incroyable que cela puisse paraître, une nouvelle réglementation gouvernementale proposée le mois dernier par le Ministère Américain de l'Education donnera la priorité aux écoles qui se concentrent sur ce type de contrôle de la pensée pour l’accès au financement fédéral.

Les médias nationaux se mettent eux aussi de la partie. Lorsque des parents s'élèvent contre l'enseignement de la Critical Race Theory dans les écoles de leurs enfants, les médias les accusent d'être des suprématistes blancs. Récemment, 70 % des habitants d'une ville du Texas ont voté pour des membres du conseil scolaire farouchement opposés à la théorie de la race critique, lors d'une élection locale à laquelle trois fois plus d'électeurs que d'habitude ont participé. Pourtant, la chaine NBC a rapporté qu'il s'agissait d'une "élection âprement disputée". Vraiment ? Une victoire à 70-30 avec une participation massive des électeurs vous semble-t-elle « âprement disputée » ?

Sur la base de ces résultats et de plusieurs sondages nationaux, il est clair que la majorité de la population américaine s'oppose à cette révolution culturelle. Les personnes qui tentent d’imposer la « révolution woke » ne sont qu'une petite minorité extrêmement bruyante. Le problème est qu'ils sont aussi très influents : ils contrôlent les médias, les grandes entreprises technologiques, les universités et la majeure partie du gouvernement fédéral, de sorte que leur message semble beaucoup plus populaire qu'il ne l'est réellement.

Cette « révolution woke » s'est même étendue à l'armée et aux agences de renseignement, de la CIA au US Special Operations Command, qui donnent désormais la priorité à l’étalage de leur « vertus woke » au dépend de la sécurité nationale.

Et bien sûr, des dizaines de grandes entreprises, de Disney à Coca Cola, ont également pris le train de cette révolution woke.

L'histoire a beaucoup à nous apprendre. Et la leçon clé de la révolution culturelle chinoise est que ces mouvements ne disparaissent pas soudainement. Vous serez peut-être surpris de m'entendre dire que le meilleur moyen de lutter contre ce mouvement est de VOTER.

Mais je ne parle pas de voter au sein d’un processus politique qui est en miettes. Je parle du vote que vous faites avec votre argent. Si vous n'êtes pas d'accord avec la politique d'une entreprise, arrêtez d'acheter ses produits. Honnêtement. Si vous détestez le fait que Disney se soit découvert une conscience woke mais que vous n'êtes pas prêt à renoncer à votre abonnement Disney+, alors vous devriez peut-être revoir vos priorités. Il en va de même pour Woka-Cola, ou toute autre grande marque que vous avez l’habitude de consommer.

Il y a aussi le vote que vous pouvez faire avec vos pieds. Si votre gouvernement national ou local a totalement perdu la tête, envisagez de déménager. Vous ne pouvez pas changer la façon de penser de vos voisins, mais vous pouvez peut-être trouver des pâturages plus verts ailleurs.

***

NdT : il existe effectivement un vaste mouvement de « migration conservatrice » des électeurs américains des états bleus (Californie, New York) dominés par les démocrates vers les Etats rouge (Texas, Floride) dominés par les Républicains. Ce mouvement aurait concerné plus de 8 millions d'américains depuis le début de la pandémie et occasionne une violente hausse du prix de l'immobilier dans les états rouges bénéficiaires. 

***

Rejoignez moi sur mon blog https://projet-resilience.com/

 


Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (27 votes)




Réagissez à l'article

63 réactions à cet article    


  • Bendidon ... voila l'Ankou ! Bendidon 18 mai 09:04

    Très bien cet article

     smiley

    Qui a planifié cette « révolution » et dans quel but ?

     L’état profond, les chinois ... Dans le but d’affaiblir les USA ?

    Ce n’est pas venu par hasard

     smiley


    • Opposition contrôlée Opposition contrôlée 18 mai 11:10

      fa@Bendidon

      Cette « révolution woke » s’est même étendue à l’armée et aux agences de renseignement,

      Nous dit l’auteur. Je crois que c’est plutôt l’inverse. J’avais fait un article sur le sujet, uniquement à partir du rapport d’une commission sénatoriale US en 1975.

      De l’aveux même des officiels américains, toutes les organisations politiques, progressistes, citoyennes etc étaient déjà à cette époque systématiquement surveillées, infiltrées et manipulées par les agences... 


    • Opposition contrôlée Opposition contrôlée 18 mai 11:16

      @Opposition contrôlée
      PS :
      Même inversion des rôles dans un autre passage de l’article :

       Les personnes qui tentent d’imposer la « révolution woke » ne sont qu’une petite minorité extrêmement bruyante. Le problème est qu’ils sont aussi très influents : ils contrôlent les médias, les grandes entreprises technologiques, les universités et la majeure partie du gouvernement fédéral

      C’est totalement absurde. Qui contrôle qui dans cette histoire ? La structure du pouvoir aux E-U (comme à peu près partout dans le monde occidental) ressemble à çà : https://www.agoravox.fr/local/cache-vignettes/L620xH465/structure-1e5a7.png


    • troletbuse troletbuse 18 mai 12:18

      @Bendidon
      Ben, les democrasseux  smiley


    • Patrick Samba Patrick Samba 18 mai 16:18

      Article abusif et ne visant qu’à antagoniser un peu les oppositions dans le but manifeste d’accentuer les tensions sociétales, voire peut-être même de viser la guerre civile.

      Quel anachronisme incroyable de comparer le mouvement woke avec une révolution culturelle chinoise qui était une phase de la RÉVOLUTION chinoise. Quelle révolution violente n’a-t-elle pas généré de soubresauts violents ? Il n’y en a pas eu en France et en URSS ?
      Or aux USA il n’y a pas de révolution...

      Ensuite les généralisations, qui sont par essence abusives fourmillent. De quelques établissements scolaires on en fait une situation généralisée au pays entier, « les médias nationaux se mettent eux aussi de la partie », etc...

      STOP à la haine qui attise les haines !
      Et tout ça pourquoi ? Pour ne pas regarder et affronter ce qui se passe sous nos yeux :
      NON AU PASSE SANITAIRE ! - YouTube

      NON au « Pass Sanitaire » - YouTube

      Grand Rassemblement à Paris contre le « PASS SANITAIRE » le Samedi 22 Mai de 14h à 17h - Parvis des Droits de l’Homme au Trocadéro.

      NOUS DEVONS TOUS Y ALLER  !


    • Patrick Samba Patrick Samba 18 mai 16:43

      à antagoniser un peu plus...


    • charly10 18 mai 18:16

      @Patrick Samba

      Entre nous on s’en fiche de ce genre de manif …Et puis ça sert à quoi une manif ? Sinon de se s’imaginer de que gueuler pendant 2 ou 3 heures dans la rue avec des pancartes peut changer la face du monde. Perso, il belle lurette que j’ai compris comment on peut se faire manipuler, dans ce genre de rassemblement…… Se faire manipuler et se prendre des « lacrymo » ou des coups à cause de connards d’extrême gauche qui veulent se confronter avec la police.

       


    • attis attis 18 mai 18:30

      @Opposition contrôlée
      Oui, l’auteur est encore un peu naïf.

      Ces mouvements sont bien entendu tous contrôlés par les agences de renseignement US, et propagés à l’étranger par le département d’état et/ou par leur proxy George Soros (cf. Rokhaya Diallo, entre autres).

      Et ça ne date pas d’aujourd’hui : j’avais commis un article sur Gloria Steinem, la figure américaine du féminisme depuis les années 50/60, et son appartenance à la CIA  cf. notamment la vidéo à la fin où elle admet être un agent. Le mouvement des droits civiques avec Martin Luther King à sa tête était lui aussi très probablement une création intégrale des services de renseignement.


    • Opposition contrôlée Opposition contrôlée 18 mai 18:46

      @attis

      l’auteur est encore un peu naïf.

      J’espère que c’est de la naïveté.

      Le mouvement des droits civiques avec Martin Luther King à sa tête était lui aussi très probablement une création intégrale des services de renseignement.

      A priori non, pas du temps de Luther King. Il s’est fait flingué, puis remplacé par des leaders plus conciliants, c’est documenté dans les archives officielles également. 

    • quijote 18 mai 19:59

      @Patrick Samba

      T’as raison. Je suis aussi contre le pass sanitaire. A propos de « ce qui se passe sous nos yeux », es-tu pour continuer à laisser venir tous les Africains en France et en Europe au nom du « Bien » ?
      J’attends ta réponse avec impatience, ami Patrick Samba...


    • totof totof 18 mai 20:30

      @Patrick Samba
      Votre commentaire est typique de cette haine du conflit qui règne dans la société de masse alors que la violence du pouvoir atteint des sommets chez nous, et ce n’est pas fini, il faudrait ne pas dénoncer les agissements des collabos !? Bravo pour la puissance de votre réflexion.

      « Or aux USA il n’y a pas de révolution... » C’est faux. Vous n’êtes pas au courant, les USA sont le centre du monde actuellement, pas pour leur pseudo exceptionnalisme mais parce que l’oligarchie veut mettre au pas ce peuple qui est, malgré tout ce qu’on peut en penser, très politique et amoureux de la liberté. L’oligarchie veut les désarmer, comme ça, ils seront aussi faibles que nous, et sans défense face à un pouvoir qui abusent sans cesse. Sauf que eux, ils ne sont pas d’accord : être armé revient à se faire confiance et assurer avec sa communauté sa propre sécurité. Si nous avions eu des armes, les flics auraient été vachement plus polis avec les Gilets Jaunes...

      Ne pas « attiser les haines », véritable préoccupation de bobo émasculé, revient à mettre sous le tapis les problèmes. Typique de cette mentalité de l’élite qui nous fait perdre toutes les guerres. Vraiment, un grand bravo !


    • popov 18 mai 09:17

      Est-ce bien malin de faire une révolution culturelle avec 50 ans de retard sur la Chine et alors que l’histoire a largement démontré que ce fut un désastre.

      Ils sont fous ces gauchistes.


      • Clocel Clocel 18 mai 09:47

        @popov

        L’échec de la Chine commence à faire des envieux...


      • Et hop ! Et hop ! 19 mai 15:03

        @popov

        Si la révolution Woke ressemble à la révolution culturelle en Chine, ce n’est pas parce qu’elle l’a prise pour modèle.

        C’est parce qu’il y a les mêmes sources d’inspiration.

        https://fr.wikipedia.org/wiki/Israel_Epstein

        https://en.wikipedia.org/wiki/Grigori_Voitinsky

        https://fr.wikipedia.org/wiki/Maxime_Litvinov

        «  Les intellectuels juifs ont eu une place dans le mouvement communiste chinois, ils disposaient d’une réelle influence dans l’entourage immédiat de Sòng Qìnglíng, Madame Sun Yat Sen, deuxième épouse du « Père de la Chine moderne, était proche des courants protestants américains, notamment des méthodistes. La plupart sont éditeurs ou journalistes. Beaucoup sont originaires d’Europe Centrale. Parmi ces derniers, des bolchéviques emmenés en Chine dans les bagages de Maksim Litvinov, Commissaire aux Affaires Etrangères de l’URSS. Egalement, des anciens membres du Bund, mouvement socialiste juif créé à la fin du XIX siècle dans l’Empire de Russie. »


        Plusieurs de ces révolutionnaires ont eu leur biographie faite par Anne Kling.


      • Lampion Séraphin Lampion 18 mai 09:50

        Ce n’est que la continuité de processus de manipulation utilisés de longue date en particulier par le camp démocrate (affublé du terme « gauchiste » dans cet article et certains commentaire) : le politiquement correct et ma discrimination positive (affirmative action).

        L’autre camp, « républicain » préfère les « wedge issues » (pommes de discorde) : envoyer sur la place publique un sujet clivant pour détourner les regards du « businesss », mais surtout pour diviser l’adversaire (immigration, avortement, mariage gay).

        Dans les deux « écoles », les questions sociales sont masquées par d’autres, historiques et sociétales (« patriarcat », commerce triangulaire...).

        Les colonies de l’empire dont nous faisons partie singent leurs maitres avec un ou deux temps de retard, ce qui les amène à se mélanger les pinceaux en mélangeant les deux tactiques, le plus souvent à contre-temps et sur des sujets « extraterritoriaux » transposés ou pas (l’Africain remplace le Mexicain). Du coup, on ajoute l’acculturation à l’intox, et ça donne un troupeau effaré, inhibé et désorienté. 

        L’élevage de citoyens n’est pas chose facile quand on a un gros cheptel, mais ça rapporte. Le plus difficile est de trouver des bons cow-boys qui ne tapent pas trop fort sur les bêtes. Et ceux qui ont du doigté se font de plus en plus rares.


        • Olivier Perriet Olivier Perriet 18 mai 14:05

          @Séraphin Lampion

          Et d’après Lampion, Séraphin, reprenant en cela Jeremy Corbyn, le Brexit est cette non question, ce faux problème, cette pomme de discorde.

          En conséquence, il faut donner une non réponse à un non problème.

          Et c’est ainsi que le Labour britannique a disparu.


        • quijote 18 mai 20:05

          @Olivier Perriet

          T’es encore là, toi ?
          Ton psy sait que, pour toi, une policière égorgée fait partie de la rubrique « chiens écrasés » ?


        • Clocel Clocel 18 mai 09:58

          Don’t worry, au final ce seront M16 A4 qui triompheront et ils ne sont pas dans les mains des sous-fiottes efféminées des côtes US, god thank U...


          • lisca lisca 18 mai 10:17

            Deux Amériques : une qui tend vers mao, très vaccinée je crois, les états dits bleus (chez nous rouges). Et l’autre, de type pionnier d’origine, qui vit librement sans masque ni passe ni fermeture de commerces, et qui est ARMEE à la maison.

            Elle est aussi plus blanche, au moins de tradition. Ou asiatique, pas pro-mao.

            Les woke sont souvent noirs, bruns, caramel. Ou universitaires blancs, bobos, comme en France. Les woke, c’est l’esprit plantation : on n’en sort pas, on appartient au maître, on pourchasse l’échappé ; on, c’est aussi l’esclave.


            • Clocel Clocel 18 mai 10:35

              @lisca

              « on, c’est aussi l’esclave. » Attention ! On dit salarié à présent ! smiley

              On ne va quand même pas entretenir des gens dont on n’a pas l’usage, sauf ceux qui servent à foutre le joyeux bordel nécessaire à l’épanouissement de nos z’élites...


            • Olivier Perriet Olivier Perriet 18 mai 14:03

              @lisca
              Deux Amériques : une qui tend vers mao, très vaccinée je crois, les états dits bleus (chez nous rouges). Et l’autre, de type pionnier d’origine, qui vit librement sans masque ni passe ni fermeture de commerces, et qui est ARMEE à la maison.

              Y’a pas à dire, les deux font vraiment envie !


            • Aimable 18 mai 17:22

              @Olivier Perriet
              C’est ce que l’on appelle le rêve Américain tout simplement  smiley


            • Yann Esteveny 18 mai 10:35

              Message à l’auteur,

              Je vous félicite pour cet excellent article !

              Lorsque la régression se prend pour le progrès, nous avons la révolution chinoise ou la « woke culture ». Deux additionné à deux feront ce que l’idéologie du parti aura décidé. L’adhésion au totalitarisme en place est plus aisée que son refus.
              Pour rappel historique, afin de se sortir de ce bourbier qui plongea la Chine dans le chaos, Mao Tsé-Toung envoya les étudiants à la campagne pour les calmer sous prétexte d’aller leur faire prêcher la parole au peuple.

              Respectueusement


              • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 18 mai 11:01

                ’’ La seule façon d’y remédier est que les « antiracistes » identifient et punissent les oppresseurs, c’est-à-dire toutes les personnes de bon sens qui continuent de penser que 2+2 font 4.’’

                 

                Une enseignante de mathématiques bien intentionnée se retrouve trompée par une Amérique post-factuelle.


                • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 18 mai 11:02

                  @Francis, agnotologue
                   

                  «  On ne peut plus rien dire d’intelligent dans ce pays. Si vous critiquez les dogmes économiques en vigueur depuis 30 ans, vous ne passez pas dans les médias. Si vous critiquez l’UE, vous ne passez pas dans les médias. Si vous critiquez le système néolibéral vous ne passez pas dans les médias. Si vous critiquez les médias, bien évidemment vous ne passez pas dans les médias. Si vous déclarez que la France n’est plus une démocratie, alors vous ne passez pas dans les médias. La dynamique est plutôt dans le sens d’une restriction des libertés que d’une libération.

                   
                  « François Boulo.déconstruit le système néolibéral autour d’une métaphore :

                   
                  — La prison des esprits : c’est le dogme économique du néolibéralisme ;
                  — ensuite la prison institutionnelle : c’est l’UE ;
                  — et enfin les gardiens de prison : ce sont les médias et l’État qui ont été colonisés par le pouvoir économique.

                   
                  « Qui a le pouvoir dans ce pays,sinon les classes dominantes, ce qu’on appelle la bourgeoisie, les élites au choix, le pouvoir économique, c’est le 0,1% les 0,01% les plus riches. »

                   

                   
                  Ps. J’ajoute : si vous critiquez la dictature sanitaire, alors vous critiquez les autorités insanitaire, la médecine dite scientifique et qui n’est qu’industrielle, le mythe de la vaccination, vous ne passez pas dans les médias, vous êtes diffamé ou emprisonné sinon pire.


                • Alice Alice 18 mai 18:31

                  @Francis, agnotologue
                  Merci pour cette vidéo ; la fin est inattendue et bien trouvée


                • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 18 mai 18:54

                  @Alice
                   
                   elle est seulement un peu longue, mais on ne s’ennuie pas.


                • lisca lisca 19 mai 12:20

                  @Francis, agnotologue
                  Très drôle !


                • Vivre est un village Vivre est un village 22 juin 14:55

                  @Francis, agnotologue

                  Son dernier livre http://www.editionslesliensquiliberent.fr/livre-Reprendre_le_pouvoir-9791020907585-1-1-0-1.html est excellent en particulier les pages 72 à 75 intituler « La dette est-ce grave Docteur ? » où il parle très intelligemment de comptabilité publique de manière très accessible et très convaincante sur l’idiotie de la dramatisation de la droite...

                  A bientôt.
                  Amitié.


                • Olivier 18 mai 11:02

                  Les talibans de la pensée continuent leur oeuvre de destruction de la civilisation occidentale, cette fois à niveau des universités (après avoir démoli l’enseignement primaire et secondaire par le pédagogisme).

                  Mais cela ne pourrait se faire sans l’impulsion et la complicité active de l’état profond, qui utilise les médias et les politiciens pour mettre en place cet agenda destructeur.

                  A noter le pitoyable Macron à la remorque de tout ça en évoquant « le privilège blanc » et autres élucubrations obscènes. Ce racisme-là ne lui pose aucun problème !


                  • Olivier Perriet Olivier Perriet 18 mai 14:02

                    @Olivier

                    putain, mais vous êtes obsédé par Macron même quand c’est pas le sujet, lol.

                    Faut vous faire psychanalyser smiley


                  • quijote 18 mai 20:12

                    @Olivier Perriet

                    « Psychanalyser »... C’est bien à toi de mettre ça sur le tapis... A ton avis, Olivier Perriet, on doit penser quoi de quelqu’un qui estime qu’une policière égorgée, ça fait partie de la rubrique des « chiens écrasés » ?
                    Ouais, ouais... Chaque fois que je pourrai, je rappellerai à tout le monde ici qui tu es. Parle de psy, toi...


                  • Olivier Perriet Olivier Perriet 19 mai 12:01

                     
                    don qui rote :

                    un quidam égorgé, tu le place où dans ton échelle de valeurs ?


                  • quijote 19 mai 13:51

                    @Olivier Perriet

                    Tu es traité pour ce que tu as ?


                  • joletaxi 18 mai 11:50

                    et toujours cette clique de vielles badernes qui tente d’imposer son monde d’avant

                    https://rclutz.com/2021/05/13/the-actual-letter-from-120-generals-and-admirals/


                    • ZenZoe ZenZoe 18 mai 12:20

                      Article instructif et fascinant, on en voudrait plus des comme ça !


                      • Florian LeBaroudeur Florian LeBaroudeur 18 mai 12:58

                        Le pire est que ces soits-disants éveillés croient réellement être les chevaliers du bien qui transforment le monde sans se poser de question sur la faible opposition, voir l’assistance des chevaliers du mal. 


                        • facta non verba 18 mai 13:28

                          Comme mon profil l’indique, je suis très woke smiley
                          Bien que très informé sur ce mouvement US, j’ai beaucoup apprécié dans cet article la comparaison avec la période mao, que j’ignorais, mais qui me semble judicieuse.
                          Il est bon de rappeler que, parmi les maoïstes « français », on trouve les grands bourgeois Glucksmann, July, Karmitz, Kouchner, Miller, le rabbin extrémiste Benny Lévy, ou le toujours invité sur les plateaux télé Cohn-Bendit, membre des « mao-spontex, » preuve que la position politique de cette grande « famille » s’est avérée très bourgeoise, et financièrement très juteuse.


                          • @facta non verba

                            On y trouve aussi une proportion étonamment élevée de pédophiles.


                          • Pierre 18 mai 14:05

                            @Philippe Huysmans, Complotologue
                            Eh, gros connard plein de frites, tu n’acceptes toujours pas la contradiction ?



                          • Pierre 18 mai 19:43

                            @Philippe Huysmans, Complotologue
                            Ducon, toi qui baves sur les frites, tu ne m’as pas dit pourquoi tu m’interdisais de commenter tes articles dont la débilité mérite tant d’éloges.



                          • Pierre 18 mai 20:50

                            @Philippe Huysmans, Complotologue
                            Un bisou, de toi un antivax plombé ou pas encore par le virus ? Garde ta bave fétide, pouah !


                          • @Pierre

                            Bisou smiley

                            Tu penses vraiment pouvoir me déstabiliser, plouc ? Des petits dans ton genre j’en mange quatre tous les matins avec mon oeuf coque : j’en fais des petits soldats, je les plonge dans le jaune, et... Bon je te raconte pas le reste, c’est violent. 


                          • Pierre 18 mai 21:34

                            @Philippe Huysmans, Complotologue
                            Erreur de tir : tu devrais te les carrer dans l’oignon, histoire de leur faire goûter tes histoires belges...


                          • Olivier 19 mai 13:39

                            @Pierre
                            Si tu fermais ta gueule, ça serait une bonne idée, non ? On essaye d’avoir des échanges et des discussions d’un certain niveau...


                          • Olivier Perriet Olivier Perriet 18 mai 14:01

                            Moi j’avais pris woke dans le sens du plat asiatique, je me demandais quel rapport ? Je pensais à une culture de la diversité, comme dans les woke où il y a plein d’aliments côte à côte.

                            Décidément, je me suis fourvoyé


                            • I.A. 18 mai 18:19

                              J’ai des doutes... Cette révolution culturelle ne semble exister que sur le papier, et dans certains médias à l’approche d’élections...

                              S’ils ont vraiment envie de « déconstruire » la réalité, pourquoi ne s’en prennent-ils pas au KKK, toujours très actif sur leur continent, au point d’avoir fait de très nombreux petits, des groupes nationalistes blancs aux groupes néo-nazis, des négationnistes aux antisémites, en passant par les ségrégationnistes...

                              Non, cette révolution Woke, c’est du cirque, des effets de manches et d’annonces, du style des « états généraux de la laïcité interdits aux blancs » : c’est du mou pour journalistes !


                              • VDob 18 mai 18:56

                                Tout ça disparaîtra comme de la fumée lorsque le pays sera confronté à de sérieuses difficultés et sera obligé de véritablement partir en guerre. A ce moment là, on se rendra compte que toutes ces oies bavardes ne sont en fait qu’un ramassis de poltrons.


                                • LVOLC 18 mai 19:09

                                  Mais qui engage sans cesse des discussions sur le racisme systémique, sinon cette idéologie paranoïaque ? Que veulent-ils tous ces gens, des guerres de sécessions en chaine sur toute la planète, la guerre suicidaire plutôt que nucléaire ?

                                  Mais c’est peut-être ce qu’ils veulent au fond, la guerre nucléaire, pour éliminer la moitié de l’humanité.

                                  • quijote 18 mai 21:53

                                    Les gens qui se savent en dehors de la norme ont une tendance structurelle à la dépression. Ce qui n’est pas drôle. Car c’est douloureux de ne pas être dans la norme. Solution possible : Se regrouper et militer en faveur de ta tribu. La tribu des ceusses qui sont « pas dans la norme ». Vous savez quoi ? Ça marche. Ça calme effectiment la douleur. Plus exactement, ça détourne l’attention de la douleur. Ce qui revient au même le temps que tu le fais. Tu peux pas te changer alors tu fais tout pour changer le monde extérieur. Que tu accuses de ton malaise structurel intérieur lié à ta différence. Homosexuel ? Pas de chance... Alors tu cherches à imposer l’idée que l’homosexualité est une norme à égalité avec l’hétérosexualité. Que tu apprends à détester. Pour ne pas te détester toi-même. Tu « découvres »,formidable, qu’en fait il y a 51 genres différents. Ou 71. On sait plus. Quoi qu’il en soit, guerre contre la norme. Que tu hais. Car c’est moins douloureux que de te haïr toi-même. Malin.

                                    Sauf qu’il n’y a pas de fin : dès que t’arrêtes, paf, retour au point de départ. Le malaise intérieur initial. Qu’a jamais disparu. Ta solution a juste consisté à te distraire... Condamné ad vitam aeternam à essayer d’imposer ta demi-folie à tout le monde. Le coup du médicament que tu peux jamais t’arrêter de prendre, sinon tu retombes... Donc en fait, eh ben ça marche pas. Fausse solution. Solution de demi-fou. De la merde. De la merde woke...

                                    Une seule chose à faire : accepter ta condition de « en dehors de la norme ». Profondément. Et vivre avec. Et par la même occasion, arrêter de faire chier le monde. Mais pour ça, il faudrait travailler sur soi-même... C’est quand même plus facile, dans nos société occidentales, de faire chier le monde. Sauf erreur de ma part, y a pas de wokes en Arabie Saoudite ou en Afghanistan.

                                    Black Lives Matter, c’est différent. C’est de la merde aussi, bien sûr. Mais différente dans ses fondements psychologiques. Manipuler pour acquérir du pouvoir et tous les bénéfices afférents à ce dernier sans avoir à passer par les efforts requis pour devenir quelqu’un de compétent dans un domaine quelconque. Quoi de mieux que le statut de victime pour y arriver ? Mouvement de médiocres et de manipulateurs. Mais aussi de demi-fous : les blancs qui le soutiennent. Pour se renvoyer à eux-mêmes l’idée qu’ils sont des gens bien. Tellement sensibles à la douleur des autres. Même à la douleur qu’existe pas, c’est dire si ils sont sensibles ! Putain de tarés... On a les mêmes en France. Y en a sur ce site...


                                    • babelouest babelouest 19 mai 04:00

                                      @quijote je pense n’être pas dans la norme, mais cela ne me traumatise pas bien au contraire. Des anarchistes uniquement égalitaires, et NON libertaires ne sont pas si fréquents.
                                      .
                                      J’ai eu un copain plus âgé, un vrai maoïste : un jour vers 1968 son micro-parti l’a envoyé en stage en Chine, il est parti avec deux autres qui étaient selon lui sans doute des indics. Ils ont été très bien reçus. Sauf que quand le moment du départ est venu, les deux autres sont repartis, mais lui a demandé volontairement à passer une semaine de plus, à planter du riz avec les paysans : si ce n’est pas avoir « la foi » chevillée au corps, ça ! Lui non plus n’était pas dans la norme, né sur les bords du canal de Suez, il fut métallurgiste (du cuivre), imprimeur, gardien de navire à La Valette, squatteur à Genève, Nantes, et j’en passe !


                                    • Olivier Perriet Olivier Perriet 19 mai 12:03

                                      @babelouest

                                      on peut en déduire que vos amis ont fait des expériences formidaables !


                                    • Captain Marlo Captain Marlo 19 mai 19:50

                                      @quijote
                                      Analyse intéressante. Mais je ne crois pas qu’il s’agisse d’une question de norme, mais d’en finir avec la lutte des classes qui rassemblait les classes populaires contre le patronat.

                                      Le problème pour la Gauche française, c’est de copier bêtement ce que font les Démocrates américains. Aux USA, les minorités ne sont pas considérées comme des citoyens à part entière par les Démocrates. Ils découpent la société en rondelles : les noirs, les juifs, les femmes, les homos, les latinos etc..

                                      La Gauche en Europe a fait pareil, elle a abandonné les classes populaires pour les minorités en rondelles ! C’est le Parti Républicain avec Trump, qui représente désormais les travailleurs en les intégrant en tant que citoyens. Voici un article qui éclairera peut être la question.

                                      "(...) C’est très facile à expliquer. Le Parti démocrate propose aux Noirs, aux homosexuels, aux Latinos et aux « minorités diverses » d’être marginalisés à jamais dans un amalgame d’ « Autres unis ». Le GOP « Great Old Party » (Républicain) offre à ces personnes une intégration immédiate dans le royaume américain en tant que personnes ordinaires. Il vous suffit de vous procurer une casquette de baseball rouge et de vous joindre au prochain rassemblement local. C’est cette unité existentielle la plus fondamentale qui était si vive jadis dans le discours révolutionnaire de Gauche, mais qui ne s’est matérialisée que sous la forme d’un tsunami populiste soutenu de résistance politique dans le contexte de la politique populiste de droite.

                                      Dans le monde à l’envers dans lequel nous vivons, le Parti Républicain est devenu le Parti de la classe ouvrière américaine. Des gens qui se définissent par leur adhésion aux valeurs familiales, à l’église, au travail et qui se considèrent comme les « Américains ». Le Parti Démocrate, qui prétendait être la voix de ces travailleurs, s’est progressivement transformé en un conglomérat urbain identitaire. Un collectif de personnes « en tant que » : des humains qui insistent pour s’identifier à un corset réputé de nature biologique : « en tant que femme », « en tant qu’homosexuel », « en tant que trans », « en tant que noir », « en tant que juif ».etc

                                      Diviser pour aider le patronat à mieux régner, non ? 


                                    • quijote 19 mai 23:18

                                      @Captain Marlo

                                      « Le patronat » comme ennemi de principe ? Prétendre que le patron d’une petite entreprise de province avec 3 salariés est un exploiteur capitaliste qu’il faut combattre est une ânerie à laquelle j’avoue, à ma grande honte, avoir longtemps cru. Depuis, j’ai grandi et j’ai fait le tri dans ce qu’on m’a appris. Je ne m’en porte que mieux.


                                    • Captain Marlo Captain Marlo 20 mai 10:01

                                      @quijote
                                      Prétendre que le patron d’une petite entreprise de province avec 3 salariés est un exploiteur capitaliste

                                      Qui vous parle de l’artisan du coin ? Aux USA, les riches sont encore bien plus riches que les Américains ne le pensent !

                                      En France, le modèle social rend la situation moins inégalitaire.
                                      Mais le Medef trouve encore que c’est beaucoup trop et compte sur l’UE pour détruire petit à petit notre modèle social français.

                                      Quant à l’assistance aux plus riches en France : "L’ordre de grandeur est de 300 milliards d’euros par an, 4,3 fois plus que les aides sociales qui nous coûtent paraît-il « un pognon de dingue ».etc


                                    • docdory docdory 18 mai 23:27

                                      @ TahitiBob 74

                                      Excellent article ! 

                                      Rappelons cette phrase de Churchill, qui avait tout prévu : « Les fascistes de demain s’appelleront eux-mêmes antifascistes. »

                                      Et cette citation prémonitoire d’un certain Halford E. Luccock en 1938 :
                                      « Si et quand le fascisme viendra en Amérique il ne sera pas accompagné d’une mention « fabriqué en Allemagne » ; il ne sera pas marqué d’une swastika ; on ne l’appellera même pas fascisme (...) »

                                      Quels qu’aient pu être les défauts de Donald Trump, une de ces grandes actions est d’avoir tenté de débarrasser les universités ( entre autres ) de l’idéologie « woke » et d’avoir tenté de couper tout financement public pour celles dans laquelle la liberté d’expression n’était pas rigoureusement respectée. 

                                      Nul doute que Trump serait parvenu à ses fins si une fraude électorale massive ne lui avait volé sa réélection...

                                      Espérons que les « mid term elections » si elles ne sont pas trop truquées, mettront des bâtons dans les roues de l’usurpateur Biden, et le mettront hors d’état de nuire, lui et ses sbires « woke » !...


                                      • Olivier Perriet Olivier Perriet 19 mai 12:05

                                        @docdory

                                        Ah oui, mais comme tout est truqué, ça va pas être facile facile...

                                        Du coup, l’élection de Trump en 2016... elle devait être truquée aussi ?


                                      • babelouest babelouest 19 mai 14:46

                                        @Olivier Perriet non justement, ou pas assez, parce que le résultat a surpris « l’État profond » pour lequel le résultat était dans la poche.


                                      • Captain Marlo Captain Marlo 19 mai 19:21

                                        @Olivier Perriet

                                        Absolute Interference - documentaire complet en VF

                                        Publié le 02 May 2021 Le suite de la Preuve Absolue, le documentaire exceptionnel de Mike Lindell sur la fraude aux élections américaines du 3 Novembre 2020. De nouvelles preuves et des intervenants exclusifs.


                                      • Captain Marlo Captain Marlo 19 mai 19:26

                                        @docdory
                                        « Les fascistes de demain s’appelleront eux-mêmes antifascistes. »

                                        Adorno et son échelle fasciste revisités. Par Gilad Atzmon

                                        Si l’on revient sur les travaux de Théodore W. Adorno au sujet de la « personnalité autoritaire » et son « échelle F », on constate qu’en 2020, ce sont en fait les libéraux, les progressistes et la soi-disant « gauche » qui manifestent 8 des 9 attitudes les plus problématiques, antidémocratiques et autoritaires. (...) 

                                        Aujourd’hui, ce sentiment d’exceptionnalisme et d’appartenance à une élite est un territoire progressiste, car les progressistes se trouvent être des personnes qui croient que les autres sont réactionnaires. Les progressistes, en tant que tels, sont des personnes qui se croient supérieures, donc choisies.etc"



                                      • Copain 19 mai 05:57

                                        Тотальная война

                                        DIVERSITY (USA ) traduit littéralement et servilement par diversité Mot de novlangue adopté pour ne pas employer le mot immigration ou immigrés ; pour faire oublier que ces personnes sont différentes mais françaises (qu’elles soient aussi bien étrangères que françaises seulement de papiers).

                                        La diversité est le contraire d’identité (identique).

                                        L’hétérogénéité est le contraire de l’homogénéité,

                                        le morcellement de l’unité, la division de l’union.

                                        L’objectif est d’obtenir qu’être français ne signifie plus rien.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité