• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > La rhétorique de Christiane Taubira

La rhétorique de Christiane Taubira

C'est la deuxième, celle de Schoelcher, Lamartine, Arago, de Louis Blanc et bientôt d'Hugo, qui stabilise le triptyque lyrique et magique de la devise républicaine. La fraternité ne se conçoit pas hors la liberté et l'égalité qui, sans elle, ne savent même pas faire lien entre elles.

 

Ainsi débute la nouvelle tribune de Christiane Taubira au sujet du délit de solidarité retoqué par le Conseil Constitutionnel. Pas moins de 5 références littéraires en deux lignes, tout de suite ça vous pose le locuteur, l'écrivaine pardon, l'auteure comme disent les snobinards. Le reste – la suite du texte, pas trop long pour une fois – est à l'avenant. Du Name dropping pour bibliophiles, enrobé de bons sentiments et de grandes valeurs humanistes. Du pur Taubira dans le texte.

L'ex garde des sceaux, reconnaissons lui cela, est lettrée et pas qu’un peu, elle tranche sur le tout venant, manie extrêmement bien la langue française, c'est-à-dire une forme tout à fait originale de langue de bois bienpensante, faite de grandes envolées lyriques parfois superbes sur la forme et de citations d'auteurs en veux-tu-en-voilà. Aime Césaire à la rescousse du mariage gay, je ne sais si tous les auteurs aimeraient être ainsi être récupérés mais ma foi ils font partie du patrimoine, c'est donc autorisé, ça assomme littéralement l'adversaire, bien incapable à son tour de lui opposer pareil savoir et autant de citations sues par cœur.

Madame Taubira, figure politique indéniablement pas comme les autres, adulée par les uns, haie par d’autres jusqu’à la pire vulgarité – guenon, franchement mais quelle honte d'entendre ça – s'appuie sur la littérature pour faire avaler sa sauce, c'est très rusé, très malin, très efficace. Elle a en bouche des mots si beaux, comment avec ça faire autrement que d'y lire de belles intentions …

Justement, parlons-en, de cette rhétorique pour bobos naïfs. Madame Taubira, peu amène dans les relations professionnelles à en croire ses équipes de toujours, est une femme politique de métier qui a de la bouteille. Et donc l'art de faire passer la pilule, de briller plus qu’autrui, de se faire repérer, respecter même par certains de ses adversaires, ce qui n'est pas rien. Mais cela reste de la rhétorique et de la rhétorique pure. Un art de discourir et rien de plus. En se drapant dans une grande culture littéraire, en se revêtant des atours de nos plus grands auteurs. Ce que n'est en rien Madame Taubira, même si indéniablement elle écrit bien, très bien même.

Sauf que ce n'est pas son métier, juste un talent qu’elle maitrise à merveille, pour attirer à elle ou cliver. Sur les migrants – multirécidiviste de l'appel à la générosité populaire et aux bras ouverts fraternellement. Appel au peuple qu’elle ne s’applique guère. Car combien de migrants accueille-t-elle à titre individuel dans sa spacieuse résidence guyanaise – aucun.

Faites ce que je dis, faites pas ce que je fais. Typique de la politique. Voilà ce qui reste quand on ôte son plumage au bel oiseau. Des mots. Du flanc. Madame Taubira dans les faits ne fait pas mieux que Laurent Wauquiez. Elle fait de beaux mots, de belles phrases. Elle ne fait que ça.

Or sur le sujet – toute la misère du monde et donc en particulier celle des migrants – mille choses pourraient être faites par la dame, je veux dire autre chose qu’une tribune grandiloquente et quelque peu culpabilisante. Donner son temps pour aller sur place les aider. Monter une association. Leur filer des fringues.

Sauf que la aussi – rien. Les voilà bien rassurés les pauvres migrants. Recouverts de mots, de belles paroles. C'est-à-dire utilisés et récupérés. Par Madame Taubira comme par tous ses collègues politiciens de tous bords.


Moyenne des avis sur cet article :  2.15/5   (27 votes)




Réagissez à l'article

16 réactions à cet article    


  • zygzornifle zygzornifle 9 juillet 14:33

    Mon dieu la revoilà , je pensait que le cauchemar était fini....

    10 choses à savoir sur Christiane Taubira, l’ex-ministre de la Justicehttps://www.grazia.fr/news-et-societe/news/10-choses-a-savoir-sur-christiane-taubira-l-ex-ministre-de-la-justice-537352

    • berry 10 juillet 07:27

      @zygzornifle

      Grazia nous indique que son ex-mari Roland Delannon a passé dix-huit mois en détention à la prison de la Santé, mais sans nous dire pourquoi,comme si cela était tout naturel.
      Quelle pudeur et quelle délicatesse, c’est touchant.

    • zygzornifle zygzornifle 10 juillet 08:46

      @berry


       il était a la Santé pour raison de santé ....lol

    • MagicBuster 9 juillet 14:39

      Elle n’a pas été ministre — elle a été RI - DI - CU - LE !!!

      Elle a fini de tuer le PS.

      Quel talent ..... Burk


      • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 9 juillet 15:11

        La raie torride de Christiane ?


        • La TAUBE, un avion allemand ou une Colombe ? Colombo n’est plus là pour nous éclairer,.. 


          • covadonga*722 covadonga*722 9 juillet 19:23

            pour ma part , je n’aime pas les traîtres , les ennemis de la France qui ont distribués des tracts appelant au renversement de l’état français et a l’indépendance guyanaise Je n’aime pas ceux qui falsifient l’histoire pour ne pas stigmatiser les racailles banlieusardes 

            Et torde le bras a la volonté populaire en imposant des lois sociétale pour satisfaire un
             lobby électoral 
            Je n’aime pas les hommes et femmes politique qui surjoue la victimisation , se plaigne de racisme oubliant leur propre propos des années précédentes « le seuil de tolérance des guyanais ect.. »
            Et surtout même si madame Taubira est une femme intelligente et cultivée je n’oublie pas moi que celui qui la introduite dans le marigot politique s’appelle Bernard Tapie !
            Et non elle n’est pas Française mais j’entend bien que l’auteur et moi n’en avons pas la même définition.
            asinus : ne varietur 

            • popov 10 juillet 02:18

              @covadonga*722

               
              C’est exactement ce que je j’allais dire.
               
              Et j’ajouterai : ce qui me repousse instinctivement chez cette femme, ce n’est pas la noirceur de sa peau ni de ses yeux ; c’est la noirceur de son regard.

            • Aristide Aristide 10 juillet 12:09

              @popov


              ce n’est pas la noirceur de sa peau ni de ses yeux ...

              Tout de même un petit peu, non ?

            • popov 11 juillet 08:23

              @Aristide

               
              Qu’est-ce qui vous fait penser cela ?

            • philippe baron-abrioux 10 juillet 06:19
              @l’auteur ,

               Bonjour ,

               mais que n’auriez vous pas trouvé à écrire au sujet de CHRISTIANE TAUBIRA , si , comme vous le suggérez dans votre article , elle « avait donné son temps pour aller sur place les aider , monté une association et leur filé des fringues » ?

               bonne fin de journée !

               P.B.A.

              • zygzornifle zygzornifle 10 juillet 09:52

                Dire qu’après avoir fait autant de mal a la France ça touche encore environs 8 SMICS net par mois , quel scandale et on gratte les retraités pour pouvoir continuer a rémunérer grassement les vautours de la « raie pue blique » ....


                • Fergus Fergus 10 juillet 09:58

                  Bonjour, Christophe

                  Taubira, dont j’apprécie plutôt bien ce qu’elle a fait - ou plutôt tenté de faire - comme ministre de la Justice, n’est pas, à mes oreilles, une excellente oratrice, loin s’en faut.

                  Son discours est en effet si délibérément érudit qu’il en devient très vite insupportable de pédanterie. A cet égard, je suis content qu’elle ait disparu du paysage politique.

                   


                  • Aristide Aristide 10 juillet 12:08

                    @Fergus et à l’auteur.


                    pédanterie !!!

                    Allons, la citation du nom de quelques auteurs républicains suffit donc a parler d’une insupportable pédanterie. Vraiment, la police de la pensée se niche partout, là où on s’attend le moins, et pourtant ...

                    Il faudrait donc avoir un discours lisse, sans aucune référence, ... Bon, la singularité de l’auteure, femme donc, noire, cultivée, souvent enflammée dans son expression, ... et si on ajoute à tout cela une érudition insupportable, on comprend mieux la nécessité de la condamnation avec toutes ces circonstances aggravantes. Sa clairvoyance et sa volonté d’expliquer, de convaincre en plus cela devient ... une condamnation au silence.



                  • Fergus Fergus 10 juillet 12:57

                    Bonjour, Aristide

                    « Il faudrait donc avoir un discours lisse, sans aucune référence »

                    Tiens, voilà que vous aussi souffrez du « syndrome Sarkozy ». smiley

                    Rappelons que l’ex-président, interrogé sur une chambre d’hôtel à 14 000 la nuit, avait répondu « Voudrait-on que je descende dans un Formule 1 ? » Un procédé rhétorique connu visant à déstabiliser, voire à disqualifier, ses contradicteurs. Manifestement, Sarkozy a fait des émules !

                    Entre un « discours lisse et sans aucune référence », et un discours émaillé de multiples citations et de formulations byzantines ou emphatiques, ne croyez-vous pas qu’il y a place pour un juste milieu, notamment de la part d’un personnage politique dont les propos ont vocation à être entendus par le plus grand nombre, et pas seulement par des parterres d’intellectuels. Même les discours de Malraux étaient beaucoup plus accessibles !

                    Et je vous renvoie aux nombreux discours prononcés par Hugo. Une langue brillante, là aussi, et basée sur une érudition incontestable, mais qui ne souffrait pas de cette « pédanterie » - je maintiens le mot - qui a trop souvent caractérisé les prises de parole de Taubira.


                  • SPQR Sono Pazzi Questi Romani SPQR Sono Pazzi Questi Romani 10 juillet 10:21
                    A madame Taubira...

                    Les blancs ont été eux aussi des esclaves.
                    Notamment le servage était une forme d’esclavage sans condition .

                    Le pouvoir blanc qu’il soit socialiste, royaliste,républicain,impérialiste,religieux ne fait aucune concession.
                    Il ne fait aucune différence entre le blanc,le noir, le jaune, le rouge ...etc..du moment où il peut exploiter les humains.

                    Aujourd’hui ce pouvoir, des riches, des religieux des politiques, des sectes est Franc-maçon, économique, monétaire, industriel, spéculatif...etc.. 
                    Vous êtes dans la même merde que nous.
                    Alors, arrêtez de casser les oreilles...... 

                     smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès