• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > La souveraineté dans la campagne électorale

La souveraineté dans la campagne électorale

la souveraineté dans la campagne électorale.

 

 

Pendant des années, les tenants de la « mondialisation heureuse », ont voué aux gémonies ceux qu’ils appelaient dédaigneusement les « souverainistes »

C’est à dire des personnes passées de mode, ou copinant par la force des choses avec une droite extrême, pestiférée et repoussante, ou à l’esprit quelque peu dérangé. Parce qu’elles osaient observer (et en conséquence critiquer) le fait que les Français étaient soumis aux règles de traités européens ( inattaquables) et aux décisions ( non discutables) d’organismes ad hoc qui mettaient en œuvre les traités et qui s’imposaient aux peuples. Le tout, sans que les parlements nationaux ( dont les membres sont cependant mandatés par les citoyens pour prendre des décisions en leur nom) n’y puissent désormais plus rien.

 

Et qui souhaitaient revenir à ce qui, en France, avait fait la démonstration de son efficacité dans le domaine de la solidité économique du pays ou dans celui des acquis sociaux. Entres autres. Et sans compter la maîtrise de l’admission des étrangers sur son sol. Qui est un thème, jadis honni, exhalant était-il dit, une odeur de racisme. Mais que les études de marché incitent dorénavant à mettre, d’une manière ou d’une autre, dans les catalogues des promesses électorales.

 

Que les traités et décisions des organismes « européens » s’imposent aux Etats et à leur peuples, c’est ce que la classe politique française, avait voulu dans sa majorité. L’abandon de la souveraineté française avait été soigneusement constitutionnalisé par elle : titre XV de la constitution créé par la réforme constitutionnelle de 1992 -avec les modifications de 1999- , pour rendre compatible la constitution française avec le texte du traité de Maastricht .

 

Et voilà qu’on apprend que la Cour suprême de Pologne vient de décider que la loi européenne n’est plus / n’est pas, « supérieure » à la loi polonaise..

On comprend évidemment que les « macroniens » et autres adeptes du dogme (dogme supérieur aux lois de la République), de la mondialisation heureuse, (que les règles européennes permettent d’installer sur le continent européen), aient réagi « au quart de tour » et, qu’en bons disciples des Américains, ils aient menacé les Polonais de représailles.

 

Mais voilà aussi qu’on se rappelle (et qu’on rappelle), que la Cour constitutionnelle allemande avait dit à peu près la même chose ( sans qu’à l’époque, quiconque ait osé le ridicule de proposer des sanctions contre un Etat aussi fort).

 

Mais surtout, voilà que des professionnels de la politique se mettent, (de manière très inattendue ou très paradoxale pour certains), au … « souverainisme ». Alors même que leur parti avait autorisé N. Sarkozy à ratifier le traité de Lisbonne, et qu’ils ont approuvé les « réformes » signées Macron ( sauf à dire parfois que ce dernier n’allait pas assez loin ou pas assez fort) et prescrites par les organismes européens.

Même Xavier. Bertrand. Et même, - pour couronner le tout si l’on peut dire-, Michel Barnier (*) qui a été commissaire européen, et qui a « négocié » comme l’on sait le retrait de la Grande Bretagne de la mécanique.

 

On a également entendu ( sur C News) ce dimanche matin 10 octobre 2021 A. Montebourg, candidat à l’élection présidentielle de 2022 répéter ce que les autres candidats à la même l’élection ont dit (v. ci-dessus).

 

 

Dorénavant, selon ces personnes, on refusera de mettre en œuvre telle décision « européenne » … si on n’en a pas envie.

Mais d’un autre côté, on restera quand même « dans » le système du traité..

 

Evidemment, le raisonnement est un peu bizarre : … on reste dans un système avec l’intention de lui désobéir ! (sic).

 

On voit là se manifester la peur de dire que puisqu’on veut inverser la hiérarchie des normes ( la norme nationale doit l’emporter dorénavant sur la norme européenne) on va, en pratique, mettre à bas le système mis en place par les rédacteurs du traité de Maastricht et ceux du traité de Lisbonne. ( Ce que certains désignent sous le terme - pour quelques temps encore imprononçable - de : « Frexit »).

 

Dans un tel contexte, certains se demanderont ce que voudront bien faire ces personnes, qui saisissent l’occasion d’une campagne électorale pour faire part de leur conversion (ou d’une foi qu’ils taisaient jusque là), après que, d’aventure, l’une d’entre elle se sera installée dans le palais de l’Elysée. Les mêmes sceptiques s’interrogeront-ils sans doute également, sur le poste que leur score électoral permettra à tels de ces candidats de demander éventuellement au vainqueur, alors même que le vainqueur ne serait pas « souverainiste ».

 

Mais il est probable en tous cas, que ces candidats contribuent à faire se « réveiller » les citoyens. Sur la question de la récupération par ces derniers de leur souveraineté .

Donc à inciter lesdits citoyens-électeurs à croire un peu moins que le système européen et la technique de gouvernement qui va avec, - iraient de soi, - seraient irréversibles, et seraient faits, - malgré les résultats observables - pour rendre les gens heureux. 

 

Avec quelles conséquences ? A suivre …

 

Marcel-M. MONIN

m. de conf. hon des universités.

 

(*) Encore que ce dernier a déclaré en substance le 11/09/21 vers 8h45 sur CNEWS en réponse à J.-J. Bourdin, que le droit européen était supérieur au droit français, mais pas à la constitution française. Ce qui n’est en réalité qu’un simple rappel ( et non une remise en cause) de la situation actuelle. Puisque la classe politique a ajouté, comme il a été dit ci-dessus un titre XV à la constitution pour rendre « constitutionnelle » la perte de souveraineté, laquelle permet précisément que la loi européenne soit supérieure à la loi française. Ce qui tend à faire penser que le thème de la souveraineté ( remis à l’ordre du jour) ne pourrait être utilisé par certains ( qui le vident techniquement de sa substance) que pour déclencher le « bon » réflexe ( celui qui leur apportera des voix) chez les électeurs.

 

NB. Sur ces questions, lire : https://www.agoravox.fr/actualites/politique/article/la-souverainete-nationale-180147 

https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/deja-le-gouvernement-mondial-212449 


Moyenne des avis sur cet article :  3.78/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • leypanou 11 octobre 12:59

    Evidemment, le raisonnement est un peu bizarre : … on reste dans un système avec l’intention de lui désobéir ! (sic)  : cette paragraphe ainsi que les 2 paragraphes d’avant rappellent un parti politique assez connu avec les fameux plans A, B, C, avec « on re-négocie les traités » puis si « on n’obtient pas satisfaction on quitte ».

    Vu qu’on a vu le chef de ce parti applaudir le PM grec de l’époque A Tsipras qui venait de s’aplatir devant le Conseil Européen -ou un truc comme çà- , qui peut croire en la volonté de désobéir ou encore de quitter ?


    • eddofr eddofr 11 octobre 14:17

      Il y a tellement d’hypothèses qu’on prend pour des certitudes.

      Il y a tellement d’axiomes qu’on prend pour des théorèmes.

      Il y a tellement de mensonges qui passent pour des vérités.

      Face à un peuple qui ne lit plus, qui ne réfléchit plus, qui ne doute plus (il soupçonne, il accuse, il proteste, il rue dans les brancards, il ronchonne, mais il ne doute plus), il suffit de répéter la même chose encore et encore et plus fort que les autres pour que cela devienne la Vérité.

      Les publicitaires furent les premiers à le comprendre, mais ils ont maintenant été rejoints par les politiciens, les entreprises, les médias, les scientifiques, les organisations ...

      Et même pas les complotistes, qui un temps étaient les derniers à douter, sont maintenant devenus les marionnettes de quelques manipulateurs qui les abreuvent de vérités « alternatives » assenées sur leur médias eux aussi « alternatifs ». 


      • Fergus Fergus 12 octobre 09:16

        Bonjour, eddofr

        Bien analysé !


      • troletbuse troletbuse 12 octobre 09:28

        @Fergus
        Vous avez les résultats du cluster du carnaval de Marseille ?  smiley
        Ils étaient un p’tit pneu complotistes vos articles, celui de Rosemar et lr votre, non ?


      • zygzornifle zygzornifle 11 octobre 14:35

        Et voilà qu’on apprend que la Cour suprême de Pologne vient de décider que la loi européenne n’est plus / n’est pas, « supérieure » à la loi polonaise.. 

        Enfin une autre bonne nouvelle en Europe depuis le Brexit ....



        • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD 11 octobre 15:09

          Je lis dans ce document de Captain Marlo qui n’est pas le traité : La primauté du Droit européen.

          « Le principe de primauté garantie la supériorité du droit européen sur les droits nationaux. Il est un principe fondamental du droit européen. Tout comme le principe d’effet direct, il n’est pas inscrit dans les traités mais a été consacré par la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE). »

          Donc ce principe n’est pas dans les traités, et donc la Cour de Justice de l’UE n’ a pas le droit de consacrer ce principe.


          • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD 11 octobre 15:17

            « (*) Encore que ce dernier (Michel Barnier) a déclaré en substance le 11/09/21 vers 8h45 sur CNEWS en réponse à J.-J. Bourdin, que le droit européen était supérieur au droit français, mais pas à la constitution française. »

             

            Quoi ! Mais cela contredit ce que nous serine Captain Marlo depuis des années. Alors, qui ment ?


            • Laconique Laconique 11 octobre 15:18

              La sovranità non è la soluzione miracolosa. La soluzione politica è stata tentata per millenni, non ha rimosso i problemi. Il problema non è politico, è più profondo.


              • Jeekes Jeekes 11 octobre 15:45

                @Laconique
                 
                Quand t’auras fini de te croire malin avec tes commentaires en rosbif ou en rital, tu pourras peut-être essayer d’écrire en français ?
                 


              • Jeekes Jeekes 11 octobre 15:42

                ’’la Cour suprême de Pologne vient de décider que la loi européenne n’est plus / n’est pas, « supérieure » à la loi polonaise’’

                 

                Bon, ben eux ils l’ont dit.

                 

                Chez nous les pourriticards disent le contraire.

                Quand ça les arrange...

                 

                Le reste du temps, ils se torchent avec ’’la loi européenne’’ mais en loucedé, sans ouvrir leurs grandes gueules.

                Et la ’’loi européenne’’, ben elle ferme sa gueule.

                Sauf quand ça l’arrange...

                 

                Dire qu’il y a encore des cons pour avaler ça !

                 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité