• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > La suprématie des mathématiques...

La suprématie des mathématiques...

C'est une évidence : depuis des années, les sections scientifiques sont privilégiées dans nos sociétés, et les mathématiques permettent d'opérer une sélection dont on perçoit toute l'injustice et l'incohérence.

Dans les lycées, les classes de séries littéraires sont de moins en moins nombreuses et la plupart des bons élèves sont orientés vers les sections S, avec de nombreuses heures de mathématiques.

Quelle est cette aberration ? On peut ne pas avoir la bosse des maths et être tout à fait performant dans nombre de disciplines.

C'est, pourtant, bien une formation littéraire qui permet à l'être humain de mieux s'intégrer dans la société, de mieux comprendre le monde qui nous entoure, de mieux appréhender le présent tout en faisant référence au passé.

C'est d'ailleurs ce bagage littéraire qui fait défaut, de nos jours, à de nombreux adultes dont on repère assez vite les lacunes et les difficultés en grammaire, en orthographe, ou qui manquent de culture générale...

Oui, on peut parler d'une véritable tyrannie des mathématiques : de nombreux élèves seraient intéressés par des études littéraires, mais la pression des parents, de la société les conduit souvent à s'orienter vers des sections scientifiques jugées plus valorisantes et offrant plus de débouchés.

Il faut changer cette tendance qui conduit à appauvrir les séries littéraires, à les déprécier totalement, tendance d'autant plus dangereuse qu'elle anéantit tout un pan de notre culture.

Les lettres, la littérature, les langues anciennes ou vivantes, l'histoire sont des disciplines fondamentales et essentielles : or, elles sont de plus en plus négligées, mises au rebut.

Il suffit de voir le sort réservé au latin et au grec lors de la réforme des collèges entreprise par le gouvernement précédent pour comprendre que la primauté des mathématiques peut faire des ravages...

Selon le journal Le Point, "plus de 99 % des adultes n'utilisent que les notions de calcul enseignées avant le collège. Un peu d'honnêteté personnelle obligerait chacun d'entre nous à le reconnaître...", déclare le journaliste Didier Raoult.

En revanche, tout adulte a besoin de structures pour comprendre sa langue, la maîtriser, réfléchir sur le monde actuel.

Il serait temps de rétablir des équilibres perdus, depuis longtemps, dans notre enseignement : il n'est plus admissible que les classes de littéraires soient ainsi déconsidérées et méprisées.

Arrêtons de sacrifier des générations d'élèves sur l'autel des sacro-saintes mathématiques. Certes, nos sociétés font une large place à la technicité, à l'informatique, mais justement, il nous faut retrouver le sens de l'humain, des humanités que l'on a tendance à négliger.

Certains bons élèves sont même orientés vers des sections scientifiques, alors qu'ils ont du goût et des compétences pour des études littéraires : il faut encourager ces adolescents et leur donner la possibilité de s'épanouir dans une filière littéraire.

 

Le blog :

http://rosemar.over-blog.com/2015/09/la-tyrannie-des-mathematiques.html

 
 L'article du journal Le Point : 
http://www.lepoint.fr/invites-du-point/didier_raoult/raoult-arretez-la-selection-par-les-maths-11-09-2015-1963909_445.php

 

Documents joints à cet article

La suprématie des mathématiques...

Moyenne des avis sur cet article :  2.04/5   (28 votes)




Réagissez à l'article

160 réactions à cet article    


  • sarcastelle sarcastelle 24 octobre 08:52

    Des mathématiciens il y a plus d’un demi-siècle ont au nom de l’égalité des chances réussi à faire valoir l’idée qu’un enfant de normaliens supérieurs littéraires est dès l’enfance immergé dans un milieu propice à lui donner toutes les chances de devenir après eux ministre à son tour, alors que le talent en mathématiques ne se transmet pas du tout de la même façon et dépend principalement de l’intéressé lui-même. Après quoi les mathématiques triomphantes devenues folles se sont-elles mises à servir à sélectionner les balayeurs et les footballeurs, ou presque. 

    .
    L’extrémisme inverse consiste à surestimer la littérature et la philosophie au point de croire qu’elles dispensent de culture scientifique. C’était sans doute vrai dans une démocratie grecque antique ; c’est devenu inepte dans un monde qui par sa démographie et son niveau de vie repose sur la technique. Le gouvernant ignare en sciences raconte ensuite n’importe quoi en technique et décide des imbécillités au nom de ses lubies et de ses intérêts politiques, par exemple fermer un tiers du nucléaire et en même temps électrifier tout le parc automobile. 

    • gaijin gaijin 24 octobre 09:27

      @sarcastelle
      " et décide des imbécillités au nom de ses lubies et de ses intérêts politiques, par exemple fermer un tiers du nucléaire et en même temps électrifier tout le parc automobile. « 
      c’est la devise du macronisme  » en même temps "


    • baldis30 24 octobre 21:04

      @gaijin
      bonsoir,

      et arrêter Superphénix pour satisfaire ses intérêts électoraux alors qu’en philosophie des sciences, branche de la philosophie ( mais certainement pas de la rhétorique politicienne...) on apprend ... ou plutôt on apprit car le temps semble révolu ... qu’un expérience on la contrôle et qu’on ne l’interdit pas .... mais c’est de la philosophie des sciences ... c’est une abomination ...


    • Djam Djam 24 octobre 22:39

      @sarcastelle
      Ce n’est pas comme ça que ça marche du côté des du gouvernement. C’est votre propre ignorance qui vous fait écrire ces âneries. Les politiciens savent parfaitement ce qu’ils font et si les décisions qu’ils prennent apparaissent (et sont !) souvent ineptes, ce n’est pas parce que le décideur politique est une bille en maths et sciences mais simplement parce qu’ils appliquent des décisions conseillés par des éminences occultes qui, elles, servent d’autres intérêts. Et si le politique a quand même pris une décision imbécile (ce qui est malheureusement devenu fréquent) c’est aussi parce qu’il n’a pas le choix... et oui, on devient politique parce qu’on accepte que ses campagnes soient financées par des prescripteurs qui demandent ensuite le renvoi d’ascenseur qui arrange leurs affaires, fussent-elles idiotes sur le terrain de l’intérêt commun et technique.

      Quant à la littérature et aux lettres, n’en déplaise à ceux qui n’y voient qu’ennui, c’est pourtant justement l’étude de ces disciplines là qui construisent des esprits qui pensent.... Le choix d’orienter un max de cerveaux vers la sciences et les techniques n’a jamais été un choix hasardeux. Il ne répond en aucun cas à une primauté intellectuelle, loin de là, mais à la « nécessité » de produire des nouvelles générations capables de serrer un boulon et de dessiner une fusée mais surtout de penser à la condition humaine réelle et à son aliénation... par les sciences et la techno.


    • JC_Lavau JC_Lavau 24 octobre 22:45

      @Djam. Encore un plaidoyer pour la nullité qui arrange ton narcissisme. Communautarisme de la nullité.


    • jalin 24 octobre 09:10

      On peut être ingénieur sans avoir un haut niveau en maths qui servent assez peu à la plupart des ingénieurs qui utilisent des logiciels désormais ou s’adressent à des spécialistes quand ils en ont besoin. C’est mon cas.


      Einstein lui même a développé sa théorie avec l’aide d’un mathématicien français, Elie Cartan : https://en.wikipedia.org/wiki/Einstein%E2%80%93Cartan_theory

      L’IA va de plus en plus réaliser les tâches nécessitant un haut niveau en maths, en revanche l’IA est très de savoir traiter le langage comme le fait un être humain.

      • baldis30 24 octobre 15:07

        @jalin
        bonjour,

        Einstein a surtout eu besoin de Ricci pour la relativité générale , Cartan est venu bien plus tard ...


      • Alren Alren 24 octobre 20:19

        @jalin

        Einstein lui même a développé sa théorie avec l’aide d’un mathématicien français, Elie Cartan

        Pour expliquer le résultat fondamental de l’expérience de Michelson et Morley qui établissait de manière indiscutable que la vitesse de la lumière arrivant à l’avant d’un mobile était très exactement la même que la vitesse arrivant à l’arrière du même mobile (se déplaçant avec la Terre à grande vitesse donc), Einstein a plagié intégralement pour sa « relativité restreinte » de 1905, les travaux mathématiques de Henri Poincaré qui s’était intéressé à cet apparent paradoxe à la demande du physicien hollandais Lorentz.

        Le monde anglo-saxon nie encore aujourd’hui ce fait incontestable parce que Einstein leur a fait l’honneur de se réfugier aux USA.
        Si Poincaré avait été Étatsunien et Einstein resté en Suisse, ce serait un fait connu et reconnu de tous.

        Pour développer la théorie de la relativité générale, il a longtemps pataugé mathématiquement et a enfin produit une interprétation en recevant une formation sur les espaces non-euclidiens (et donc non-newtonien) par les mathématiciens, dont celui de Riemann datant de 1854 (!)

        Arrivé à Princeton, il n’a plus rien produit de neuf. Son « génie » est très usurpé comparé à celui des « pères » de la physique quantique parmi lesquels on trouve un Français timide et modeste : Louis de Broglie, dont on ne parle qu’incidemment, alors qu’en prouvant que l’on pouvait associer une fonction d’onde à toute particule y compris proton et neutron, il avait sans doute les clés de la théorie unitaire qu’on recherche vainement depuis un siècle en y intégrant l’énergie quantique du vide et la vitesse variable de la lumière, diminuée en proportion de l’énergie quantique du vide quand elle est traversée par exemple par une onde gravitationnelle.


        "On peut être ingénieur sans avoir un haut niveau en maths qui servent assez peu à la plupart des ingénieurs qui utilisent des logiciels désormais ou s’adressent à des spécialistes quand ils en ont besoin.« 

        Ceci est parfaitement exact, l’important est la créativité, voire la fantaisie, qualité intellectuelle qu’on rencontre plus souvent chez les »littéraires« que chez les matheux »besogneux" !


      • Franck Einstein Franck Einstein 24 octobre 21:14

        @Alren
        la relativité générale c’est Hilbert qui l’a mathématisée (ce qui a beaucoup énervé Einstein) après des résolutions simplifiées de Lemaître Friedmann Kerr etc. et de Schwarzschild (déviation solaire) entre autres
        Grossmann aussi au départ
         
        De toute façon on ne retrouvera jamais ces génies après la chute de QI, chances pour l’UE
         
        L’avenir scientifique est jaune.


      • Djam Djam 24 octobre 22:42

        @jalin
        L’intelligence artificielle reste et restera artificielle. Le délire actuel qui, par le truchement des médias, fait croire que l’AI supplantera à terme l’humain est juste une escroquerie intellectuelle vendue à des gens qui gobent les contes fabuleux qu’on leur raconte.

        L’émergence d’un humain est autrement mystérieux et complexe qu’un robot... il faut juste arrêter de mater des films de SF débile et totalement faux sur le fond.


      • sarcastelle sarcastelle 24 octobre 23:27

        @Alren

        .
        Apaisez-vous, défenseur de Poincaré et historien des sciences. 
        Je fais 60 kg. Si je suis traversée par une balle de 10 g qui entre de face à 800 m/s et sort à 700, je recule à quelle vitesse ? (on suppose que je glisse sans frottements sur le sol).



      • sarcastelle sarcastelle 24 octobre 23:29

        @Franck Einstein





      • jalin 25 octobre 11:16

        @Djam

        Je ne prétends nulle part que l’IA supplante l’humain, ce qui correspond au problème de la singularité qui est l’obsession de gens comme Paul Jorion ou Elon Musk, l’IA c’est un nouvel outil, rien de plus, pas un maître du monde.

      • jalin 25 octobre 11:21

        @Alren

        « l’important est la créativité, voire la fantaisie, qualité intellectuelle qu’on rencontre plus souvent chez les »littéraires« que chez les matheux »besogneux » !"

        J’étais pas très bon en maths, sauf pour quelques trucs, mais plutôt bon français-philo au point que les profs voulaient m’envoyer en classes littéraires. Mais je préférais la techno, résultat partout où j’ai bossé dans la RD, j’étais et suis considéré comme un ingénieur créatif d’où pas mal de brevets et d’inventions, ou sérieuses améliorations de produits.

        Je ne travaille plus en France, le patronat, salaires et encadrement y sont lamentables pour les créatifs. Je ne travaille plus qu’avec l’Allemagne et la Suisse.

      • Alcyon 25 octobre 18:11

        @Alren : mais tu racontes vraiment de la merde. Dis, quand on a un niveau de physique d’un lycéen de pro, on évite de parler d’un sujet sur de la physique.


        Et quand en plus on fait le franchouillard pourri « France >>>> reste », on démontre sa connerie profonde. Et en passant, oui tu étais en pro. Ce n’est pas une critique, car les bac pro font des choses admirables dont je suis incapable et, honnêtement, jaloux. Mais j’évite de leur dire ce qu’ils doivent faire.

        1) La relativité de Poincaré est limitée et contient toujours un éther. Avec un éther, il n’y a pas de relativité générale et, même pire, pas de relativité tout court. Tu comprends ce que veut dire « relativité » dans « Relativité Restreinte » ? Un indice : ça parle de repères.
        2) Ton explication sur la vitesse de la lumière prouve que tu ne sais pas de quoi tu parles.
        3) Donc tu démontres que tu n’as lu AUCUN des deux travaux. Alors forcément, le « plagiat », tu ne fais que répéter comme un perroquet ce que tu as lu sur tes sites conspis, et comme un abruti tu ne vérifies pas.
        4) Poincaré est reconnu pour ses travaux en physique, crétin. Einstein est reconnu pour la Relativité Général, crétin. La Relativité Restreinte, formulée par Einstein, sert d’introduction au principe de Relativité, mais dans les faits ON S’EN FOUT DE LA RELATIVITE RESTREINTE car elle parle d’un Univers VIDE. Pour le savoir, encore faudrait-il avoir un niveau de physique supérieur à celui d’un enfant de 8 ans.
        5) De Broglie a fait de la physique quantique et il est RECONNU PAR TOUS LES PHYSICIENS triple buse. Dis, ferme la sur la physique, tu me fais perdre des neurones à lire autant de connerie. La raison pour laquelle les physiciens de mécanique quantique sont moins « connus » est simple : ils sont BEAUCOUP PLUS. Mais alors là, BEAUCOUP PLUS.
        6) Quand tu parles de Princeton, dis quadruple buse, tu es au courant que c’était dans les années 30 ? Non mais tu connais la carrière d’un scientifique ? A plus de 50 ans, les « anciens » ne produisent souvent plus rien de révolutionnaire.
        7) Mais ils sont souvent l’esprit de raison et dirigent les jeunes. Le paradoxe EPR est, par exemple, un sujet encore brûlant et a permis de mieux étudier la mécanique quantique.

        En résumé : tu es un crétin qui ne capte quedalle à la physique, qui croit sur parole d’autres crétins qui inventent de la physique, et tu viens prouver que vous êtes des crétins en le publiant ici. Ne te reproduis pas, il y a déjà trop de crétins sur Terre.

      • baldis30 25 octobre 20:55

        @Alcyon
        bonsoir,

        doucement... doucement ..

        il faut utiliser une autre approche pour distinguer les deux travaux d’Einstein en relativité :

        La RR est une théorie de l’électromagnétisme, la RG est une théorie de la gravitation, c’est bien pour cela qu’il y a des problèmes à partir de l’une pour intégrer ce qui appartient à l’autre ...

        L’exemple récent est celui de la coalescence de deux étoiles à neutrons : entre la réception du signal gravitationnel par LIGO et la réception de l’émission électromagnétique ( flash gamma) par le satellite il se passe deux secondes ... elles sont importantes ces deux secondes parce qu’elles permettent de se poser la question de savoir si les deux types d’ondes (gravitationnelle et électromagnétique) ont les mêmes géodésiques de l’espace temps ...


      • Alren Alren 26 octobre 15:02

        @jalin

        Merci de confirmer mon analyse et l’aberration qui consiste à mettre au sommet de la hiérarchie les polytechniciens qui ne sont au fond que des bons élèves, sans imagination souvent, du système élitiste des grandes écoles, système qui caractérise l’enseignement français et l’aveuglement des recruteurs.


      • Alren Alren 26 octobre 15:40

        @Alcyon

        D’habitude je ne réponds pas à la bave du crapaud.

        Mais là, je ne peux laisser passer cette connerie que les équations de Lorentz corrigées à sa demande par Henri Poincaré font de l’éther une obligation !

        L’existence ou non de l’éther est un problème d’interprétation de la réalité sans rapport avec des équations de pure mathématique.
        Or il n’y a aucune interprétation de cette réalité dans la relativité restreinte, je le répète pour votre cervelle de bois prétentieuse.

        C’est la relativité générale qui en fournit une avec cette aberration qui bloque toute réconciliation entre physique quantique et relativité, qui consiste à poser comme a priori que le vide absolu (comme celui de Newton) totalement indépendant du temps et de la matière puisse cependant être lié à eux par le concept d’espace-temps. Quel est le lien physique entre les trois, quelle particule ? Mystère ! La théorie ne le dit pas. C’est un simple postulat.

        Ce que l’on sait avec certitude, en revanche, c’est que, contrairement à la conception d’Einstein, le vide absolu n’existe pas : du fait du principe d’incertitude, il contient un minimum d’énergie. Donc l’interprétation de la relativité générale est fausse à la base !

        Par ailleurs la relativité générale est incapable d’expliquer l’accélération relativement récente de l’expansion de l’univers, non plus que la matière et l’énergie noires.

        C’est pourquoi on utilise les équations de la relativité générale pour certains calculs en oubliant son interprétation des résultats. On parle ainsi parfois de « dégéométrisation » de la théorie d’Einstein.

        On peut donner une interprétation du lien entre espace, temps et énergie en abandonnant l’autre postulat majeur de la relativité einsteinienne, à savoir la vitesse constante de la lumière dans le vide.

        Or plus l’énergie du vide est importante plus les rayonnements électromagnétiques dont la lumière sont ralentis, jusqu’à avoir une vitesse nulle (ou quasi nulle) dans cette zone que l’on appelle maladroitement trou noir.
        L’énergie du vide augmente en présence de matière et d’autant plus qu’elle est en mouvement (ce qui explique les résultats de l’expérience de Michelson et Morley) ainsi que dans un champ gravitationnel, au passage d’ondes gravitationnelles, dans un champ électromagnétique.
        Cette variation de la vitesse de la lumière est très faible dans l’environnement du système solaire, suffisante cependant pour entraîner une rotation du périhélie de Mercure, planète très proche du soleil dont sa forte énergie globale, masse et rayonnement a un effet mesurable.

        Mais comme cela dépasserait vos capacités intellectuelles et que je vous ai assez consacré de temps comme cela, nous en resterons là.


      • touriste 26 octobre 20:14

        @Djam L’AI a déjà supplanté l’être humain, et depuis janvier 2016 avec un véritable exploit : le jeu de Go est maintenant maîtrisé ! c’était le Graal de l’AI et on l’a trouvé !
        Et la méthode employée va s’améliorer et envahir bien d’autres domaines ...
        Si l’AI agite les Bourses, je ne crois pas que c’est un hasard.


      • sarcastelle sarcastelle 26 octobre 23:53

        @Alren

        .
        Comment faites-vous pour être aussi éblouissant et en même temps énoncer des énormités en physique élémentaire comme je vous l’ai déjà vu faire à plusieurs reprises ? smiley

      • Alcyon 28 octobre 15:51

        @sarcastelle : certains semblent briller jusqu’à ce qu’ils l’ouvrent.


        Pour l’autre zozo avec un niveau de collégien en physique 

        -« L’existence ou non de l’éther est un problème d’interprétation de la réalité sans rapport avec des équations de pure mathématique. »

        N’importe quoi. En plus tu démontres que tu es nul en math, ça fait beaucoup. L’Ether que tu postules comme un ignare devrait être très (mais alors très, actuellement c’est infiniment pour toutes nos observations) rigide, fluide, sans viscosité, sans masse, sans interaction avec la matière, transparent à toutes mes fréquences, incompressible ; et j’en passe. En physique quand un tel objet a des propriétés contradictoires et indétectables, il n’existe pas. Ou alors je postule que des petits lutins invisibles et indétectables jouent avec la lumière pour nous l’amener, ça a autant de sens.

        -« Or il n’y a aucune interprétation de cette réalité dans la relativité restreinte, je le répète pour votre cervelle de bois prétentieuse. »

        Ce n’est pas un argument. C’est équivalent à « tu ne sais pas prouver qu’un dieu n’existe pas, donc mon histoire concernant le dieu que je vénère est plausible (même si elle se contredit) ».
        Mais tu démontres que la logique n’est pas trop fort avec des arguments fallacieux et des syllogismes graves.

        -« C’est la relativité générale qui en fournit une avec cette aberration qui bloque toute réconciliation entre physique quantique et relativité, qui consiste à poser comme a priori que le vide absolu (comme celui de Newton) totalement indépendant du temps et de la matière puisse cependant être lié à eux par le concept d’espace-temps. Quel est le lien physique entre les trois, quelle particule ? Mystère ! La théorie ne le dit pas. C’est un simple postulat. »

        Merci de démontrer que tu ne connais pas la relativité générale ni la physique quantique. La relativité générale ne pose pas le postulat du « vide absolu » puisque que les équations admettent une énergie du vide, sous la forme de la constante cosmologique. En fait, les équations ne la relativité générale possèdent une infinité de solutions en faisant varier ce paramètre.

        -« Ce que l’on sait avec certitude, en revanche, c’est que, contrairement à la conception d’Einstein, le vide absolu n’existe pas : du fait du principe d’incertitude, il contient un minimum d’énergie. Donc l’interprétation de la relativité générale est fausse à la base ! »

        Ce que je sais après ce passage, c’est que tu es un ignare complet sur le sujet. Einstein a appelé la constante cosmologique sa plus grande erreur car il souhaitait obtenir un Univers statique. Dis, tu comprends ce qu’est le tenseur stress-énergie-impulsion ? Donc tu utilises l’argument fallacieux de l’homme de paille, bravo !

        -« Par ailleurs la relativité générale est incapable d’expliquer l’accélération relativement récente de l’expansion de l’univers, non plus que la matière et l’énergie noires. »

        Tu es juste débile ou tu le fais exprès ? En fait tu es tellement inculte sur le sujet que tu ne sais pas que l’énergie noire s’appelle « énergie du vide » et la matière noire « courbure de l’espace temps sans qu’on ne voie rien » ? Allez, je vais même simplifier la dernière phrase, car comme un gros ignare, tu vas plonger dessus car il y a le mot « espace-temps » : la matière noire « le truc qui fait de la gravitation mais qu’on ne détecte pas avec l’électromagnétisme ».

        Einstein a ajouté une constante (comme les équations sont hautement différentielles, ajouter cette constante à une solution ne fait que donner une autre solution sans modifier les équations. Un peu comme f’ = 0 admet d’autres solutions que f = 0. L’objectif de cette constante était d’amener un Univers statique mais en changeant son signe, on obtient un Univers en expansion et ... qui accélère. Mon Dieu, c’est exactement ce qu’on observe !


        Le reste est un délire d’un perroquet qui a lu une théorie fumeuse dont il ne comprend rien, mais qui se doit de la répéter car la mode actuelle est de croire sur parole n’importe quel idiot qui poste des conneries sur son blog, puis de les répéter comme si elles étaient la vérité absolue. Dis, gamin, tu es au courant que la relativité générale prédit bien d’autres choses que ta théorie fumeuse ne prédit pas ? Non ? Ben instruis toi, tu seras moins bête. La dernière en date est les ondes gravitationnelles, mais on n’oubliera pas les GPS, les horloges atomiques, etc.

        Conclusion : tu es incapable de faire de la science. tu es nul en logique, math et physique et la méthode scientifique te passe largement au dessus du crâne. Pas étonnant que tu sois si bête. Instruis toi ou tais toi. Et en passant, la théorie quantique des champs est un début d« union entre la relativité et la mécanique quantique. Il manque la gravitation, mais c’est un problème technique (la gravitation est tellement faible que la mesurer au niveau atomique est hors de notre portée), ce qui amène des difficultés à formuler des théories sans expérience. Les prédictions des théories qui unissent les deux pans de la physique moderne sont actuellement invérifiables, que ce soient la théorie des cordes (où le problème se situe dans l’infinité des variétés de Calabi-Yau et du manque de classification disponibles) et la théorie de la gravitation quantique à boucle qui se heurte à la petite taille de ses »maillons« d’espace-temps.

        Sur ce, j’espère que tu iras t’instruire autre part que sur »MoiJeConnaisLaVraiePhysique.fr" ou, du moins, que tu vérifies ce qu’ils racontent. C’est le minimum en science.

      • gaijin gaijin 24 octobre 09:26

        c’est le règne de la quantité et des sciences positives voulu par auguste comte ......
        un monde ou on peut prouver que toujours plus de merde est un progrès .........



        • foufouille foufouille 24 octobre 09:51

          « Quelle est cette aberration ? On peut ne pas avoir la bosse des maths et être tout à fait performant dans nombre de disciplines. »
          c’est inutile pour fabriquer ton ordinateur.


          • Pere Plexe Pere Plexe 26 octobre 17:39

            @foufouille
            il faut bien se rendre à l’évidence que ceux qui font notre monde, et plus encore celui de demain sont plus des techniciens ou des scientifiques. Pas des littéraires.


            La France est bien un des rares pays ou n’importe quel politique à besoin d’apparaître lettré alors qu’une évidente inculture technologique ne lui portera jamais atteinte.
            Et c’est là que les « experts » et les lobbys qui les payent entre en jeu. 

            De là à y voir une des raisons à nos difficultés il n’y a qu’un pas que je fais volontiers.

          • Xenozoid Xenozoid 26 octobre 17:43

            @Pere Plexe

            il y a des techniciens au pouvoir ? quelque part ?

          • Pere Plexe Pere Plexe 26 octobre 21:24

            @Xenozoid
            Bezos Gates Zukerberg Ma ....j’ai la faiblesse de croire qu’ils ont plus modifier notre monde que Houellbecq ou Nothomb.

            Pour notre pays les Niel Arnault Dassault Drahi doivent plus à la technologie qu’a la poésie non ? 

          • JC_Lavau JC_Lavau 24 octobre 10:07

            Anti-maths et antisciences, l’idolâtre de la langue française...
            Nos élèves sont massivement très faibles à nuls en grammaire. Il ne faut s’ébahir qu’ils soient ensuite nuls en maths : le codage mathématique ne fait qu’encoder sous une forme plus opérationnelle des prédicats tous exprimables dans leur langue vernaculaire qu’ils maîtrisent si mal.

            L’un des secrets les plus honteux de l’échec sanglant de l’enseignement scientifique dans ce pays, est le mépris total des matheux envers les autres métiers, leur ignorance totale des besoins des autres, leur refus d’assimiler les bases de la coopération interprofessionnelle.
             
            En marketing industriel, on nous a martelé : « Allez voir vos clients, tous. Vous ne soupçonnez pas quel usage vos clients font de ce que vous leur fournissez, s’ils le sous-emploient, ou s’ils doivent le suremployer. ». On prend son attaché-case, et on y va.
             
            Même mépris envers les apports des didacticiens. A mesure qu’on s’éloigne de la 6e, les manuels de maths négligent toujours davantage de donner des définitions opérées depuis le monde concret et expérimental, et se garnissent de jeux de mots matho-matheux.
             
            Vu par le didacticien, l’enseignement des maths est un souk dans ce pays. L’élève doit deviner les présupposés clandestins du prof, qui changent subrepticement chaque année. Certains y arrivent, les autres sont classés débiles, et ne songent plus qu’à se venger.
            http://deontologic.org/geom_syntax_gyr/index.php?title=Les_grandeurs_physiques

            Trois exemples de ce mépris :
            « Angle » change subrepticement d’acception (qu’on ne définit pas) au moins trois fois durant la scolarité secondaire.

            Manuel de maths pour BEP 2e année : Vous devez traverser la rivière avec un bateau à moteur. Alors vous avez le moteur qui pousse avec une force comme chti, et le courant qui pousse avec une force comme chta. A quel point de la berge en face aboutirez-vous ?
            Une force ? Cela se mesure avec un dynamomètre. Vous allez l’accrocher où ? Quel est votre protocole expérimental ? Si vous voulez mesurer «  la force du courant », ah c’est curieux ! Votre bateau chavire !
            Bah wi kwa ! Si c’est des bâtons flêchus, alors les vitesses c’est des forces !

            A partir de la 3e, gros décrochage avec l’arrivée du calcul littéral. Oh certes, on respecte la tradition des astronomes des 18 et 19e siècles, et leurs besoins en ergonomie des gros calculs. Sauf qu’on ne leur dit jamais que ces nouvelles lettres sont des identificateurs, ni pourquoi on les réduit à une seule lettre. On ne leur dit pas non plus qu’à la fin de l’exercice, l’identificateur temporaire est relâché, et redevient utilisable pour tout autre usage, qui n’aura rien à voir.
            Tout cela doit être deviné. Celui qui est devenu prof l’avait bien deviné, lui !
            On ne leur dit jamais qu’un calcul algébrique littéral doit être préparé par un dictionnaire des variables, même s’il n’a qu’une seule entrée.
            L’exercice « J’ai trois fois l’âge que vous aviez quand j’avais l’âge que vous avez », est quasi impossible sans commencer par poser le dictionnaire des cinq variables. Ce n’est qu’après cette étape, que l’on peut commencer à réécrire les prédicats de l’énoncé, en sorte qu’ils soient traduisibles en symboles. Il manquait une équation : la somme de nos âges actuels est 60 ans.

            Etonnez-vous après ces rites absurdes, que la masse des gens soient gorgés de haine envers les instruits, et cherchent à tout instant à s’en venger. Sur Agoravox c’est manifeste.


            • JC_Lavau JC_Lavau 24 octobre 10:12

              @JC_Lavau. 

               23.9.1 Au sottisier : le nouveau permis de conduire.

              Citation :

              au nouveau permis de conduire , il y a la question suivante : un paquet de 1 kg est posé sur la lunette arrière d’un véhicule roulant à 100 km/h lors d’un choc brutal, ce paquet devient un projectile : quel est le poids de ce projectile ? Réponse « officielle » : 40 kg Quelqu’un a-t-il une justification ? C’est trop énorme. On vous laisse corriger vous-mêmes. Dans le même genre, quand j’étais minot, une radioteuse voulant faire de la propagande pour la sécurité routière annonçait sérieusement que « notre sang atteint la densité du mercure ».

            • sarcastelle sarcastelle 24 octobre 10:19

              @JC_Lavau
              .

              N’est-ce pas le frère de Simone qui disait quelque chose comme : « Il y a les gens très intelligents, qui s’occupent de..... (suit une paire de domaines mathématiques) ; il y a les gens moyennement intelligents, comme moi, qui s’occupent de.... (un autre domaine) ; et le reste, c’est de la ..... ».
              .
              Mais on ne sait pas si « le reste » est le reste des mathématiciens ou le reste de l’humanité. 

            • JL JL 24 octobre 10:30

              @JC_Lavau
               
              toujours dans le cadre de la sécurité routière, ce journaliste qui disait : par temps de brouillard, il faut absolument voir les feux du véhicule qui vous précède.
               
              On dirait que les journalistes sont recrutés parmi les cancres en logique. Ainsi ce brave Nicolas Stouflet qui pose au banco et super banco adultes, des question de mathématiques niveau école primaire, si ce n’est pas plus facile encore.
               
              Ceci dit, j’aime beaucoup ce jeu de France Inter que j’écoute fidèlement depuis des décennies, et l’animateur actuel ne m’est pas moins sympathique que ses prédécesseurs.
               


            • sarcastelle sarcastelle 24 octobre 10:30

              @JC_Lavau

              .
              Justification : c’est parce que des essais normalisés à l’AFNOR ont montré que le paquet est arrêté par la chair de la nuque sur une distance de 96 centimètres (j’ai pris g = 10). 

            • sarcastelle sarcastelle 24 octobre 10:38

              @JC_Lavau

              .
              Notre sang atteint la densité du mercure
              .
              La journaliste voulait dire que le virage était exécuté bille au milieu à 85,78° d’inclinaison. 
              Vous voyez qu’avec un peu de bonne volonté on se comprend toujours. 

            • JC_Lavau JC_Lavau 24 octobre 10:42

              @JC_Lavau. Je donne quand même le corrigé, connaissant les agoravoxiens.

              Le nouveau permis de conduire.

              L’énoncé officiel a fait l’impasse complète complète sur le temps d’arrêt ou la distance d’arrêt, et est par conséquent absurde. De plus il applique le vocable « poids » là où il est inapplicable. Il s’agit bien d’une force, mais certainement pas d’un poids.

              On peut remonter de l’affirmation farfelue aux conditions implicites. Ils affirment que l’accélération γ est de 40 g = 392,4 m/s² (aucun signe n’est noté, pas nécessaire cette fois d’orienter la droite des abscisses). A ce niveau là on néglige la gravité, assimilant le cosinus à l’unité. Sachant la vitesse initiale v0 = 100 km/h = 27,78 m/s, et supposant la décélération uniforme, le temps est de 0,0707 secondes : v0 = γ t <==> t = v0 / γ

              La distance d’arrêt est donc supposée de 0,98 m : x = 1/2 γ t²

              C’est à peu près cohérent avec les normes de raccourcissement des capots des véhicules en cas de choc frontal, mais incohérent avec la trajectoire d’un objet initialement posé à l’arrière, quand le raccourcissement avant est terminé.

              Pour estimer de combien est dangereux l’objet de 1 kg posé non arrimé sur la plage arrière, c’est son énergie cinétique qu’il aurait fallu calculer et communiquer :

              1/2 m(v_0)^2 = 1/2 kg . (27,78 m/s)^2 = 386 joules. Mieux qu’un carreau d’arbalète.

              Mais l’échec de notre enseignement scientifique est si profond que le grand public refuse de savoir ce qu’est un joule.

              J’ignore si la lettre gamma va apparaître au final. SPIP est si bogué...


            • JC_Lavau JC_Lavau 24 octobre 10:48

              @sarcastelle. Oh la bille ! Si tu voyais les empoignades avec les retraités de l’Armée de l’Air ! 400 ans après, ils n’ont toujours pas assimilé la relativité galiléenne. L’enseignement de la mécanique dans mon pays est très, très malade.


            • sarcastelle sarcastelle 24 octobre 12:24

              @sarcastelle

              .
              Ouf, Lavau n’a pas vérifié le calcul. Il aurait vu que j’avais pris pour densité du sang celle de l’eau ! 

            • sarcastelle sarcastelle 24 octobre 12:25

              @sarcastelle

              .
              Je parlais du sang « à la densité du mercure ». 

            • sarcastelle sarcastelle 24 octobre 12:36

              @JC_Lavau

              .
              Un commandant pilote de chasse en retraite de l’armée de l’air m’a dit qu’on ne pouvait pas s’éjecter dans un piqué trop accentué, parce que l’intensité de l’accélération donnée au siège est inférieure à la vitesse descensionnelle de l’avion. Par exemple si l’accélération vaut 150 m/s² et que le taux de descente dépasse 150 m/s, alors le siège ne peut plus sortir de l’avion. Cela justifie bien une pension de pilote retraité, je trouve. 

            • JC_Lavau JC_Lavau 24 octobre 15:11

              @sarcastelle. Tu l’avais déjà cité, et je l’ai déjà incorporé dans les piégeakons de la mécanique folklorique.


            • baldis30 24 octobre 15:19

              @JC_Lavau
              bonjour

              L’article a complètement oublié que les mathématiques ne constituent pas seulement une manipulation de nombres. Il suffit de se référer par exemple aussi bien à la géométrie, par exemple dans la démonstration du théorème de Pythagore par cette voie, qu’à des notions plus complexes comme la connexité, ... et ne parlons pas de théorie des ensembles ...

              Enfin oubli complet que des mathématiciens qui ont fait particulièrement progresser la philosophie, et partant l’humanité en ne citant pour l’instant que Descartes, Pascal, D’Alembert sans remonter aux grecs ou à Héron d’Alexandrie ....

              Dans oublier Einstein dans sa réplique qui vaut bien d’être citée encore surtout dans ce contexte :

              « Rien ne me donne plus l’idée de l’infini que l’Univers et la bêtise humaine , mais pour l’Univers je n’en suis pas très sûr »

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires