• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > La survie des banques passe par la transition énergétique

La survie des banques passe par la transition énergétique

Par delà les slogans, la matière brute de la transition énergétique est prosaïque, presque cruelle : l’argent ! Faute d’une généreuse manne, la baisse programmée de la consommation connaîtra un mol élan.

Pourtant, les banques ne manifestent guère l’appétit que leur suggèrent des opérations immatérielles. Précautionneuses, avançant à pas comptés, nullement déploient-elles un effort d’imagination comparable à celui qui inspirait naguère les institutions financières lors de la révolution industrielle ou à l’occasion des trente glorieuses.

Sans doute s’effraient-elles des caractéristiques propres de la transition énergétique : complexité des projets, rendements volatiles, déflation supposée des coûts, etc.

Tel un horizon fini où chacun doit assumer à son niveau une part de responsabilité, entre autres, son engagement contre le réchauffement climatique.

Cependant, alors que ce secteur est par excellence celui de l’avenir, nulle attention particulière n’est réservée aux entreprises innovantes.

De surcroît, alors que les fournisseurs d’énergie se voient imposer des pénalités s’ils n’atteignent pas leur quote-part de réduction énergétique, nulles injonctions n’encombrent les banques.

A ce jeu, sont-elles seulement gagnantes ?

A rester dans un monde clos, elles laissent filer les nouveaux gisements de croissance et donc de profits ! Mais qu'elles se rassurent, d'autres guettent leur frilosité pour mieux en profiter.

D’un côté, les années « volage » ont vécu. Les spéculations outrancières susceptibles de nourrir leur tiroir caisse s’accommodent mal d’une législation chaque fois plus contraignante.

De l’autre, l’organisation bancaire est anachronique par rapport à l’inexorable avancée des nouvelles technologies. Avec l’accroissement des banques en ligne ; des services de paiement accessible à des acteurs non bancaires ; des applications mobiles, les banques chancellent. Sureffectif ; surnombre des agences, la Banque de papa s’effiloche. Pour pallier cette situation, certaines délocalisent des segments de leurs activités alors qu’elles devraient repenser leur métier.

La transition énergétique s’impose naturellement comme un espace de survie.

Plutôt que de voir leurs agences désertées, mieux vaut en réorienter l’emploi. Compte tenu de la complexité des projets dans ce domaine, le rôle des conseillers bancaires est bienvenu. A condition qu’ils bénéficient d'une solide formation, ils sauront apporter un vrai service en associant les collectivités territoriales, les fournisseurs d’énergie, les équipementiers et les particuliers, le tout sur fond de rentabilité. De même, longtemps parent pauvre de leur déploiement, le financement des PME innovantes devrait retrouver une nouvelle jouvence, notamment, en favorisant l’épargne vers ce secteur.

Restaurées dans leur rôle historique d’accompagnement du changement, les banques concourront alors à la redensification industrielle de la France ; à la création de richesse et d’emploi, toutes choses allant de pair avec la reconversion énergétique.

Ecrit en collaboration avec Hakim Chalane, chargé d'enseignement (Paris Est - Marne la Vallée).


Moyenne des avis sur cet article :  3.67/5   (3 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • lsga lsga 21 mars 2015 15:35

    Aujourd’hui, l’immense majorité des multinationales ne font plus de profits, ou presque aucun profit (<3%), et le plus souvent des profits inférieurs à leur niveau d’endettement.

    Nous sommes donc rentré dans une phase du Capitalisme où ce sont les banques qui planifient l’économie, et décident ce qui doit être développé ou non ; indépendamment des profits attendus. 
     
     
    Pour obtenir la transition énergétique, l’abolition du travail, il faudra que les peuples du monde entier s’approprient la planification de l’économie, la retire des mains des bureaucraties bancaires ou étatiques, et la remplace par un système de démocratie directe de production. Cela s’appelle le Socialisme Scientifique, et on ne pourra l’obtenir qu’en passant sur les banques, c’est à dire à travers une Révolution Mondiale. 
     


    • Alren Alren 22 mars 2015 11:30

      @lsga

      « Les capitalistes sont prêts à vendre la corde pour les pendre ! » disait Lénine.

      Si les banques ne financent pas la transition énergétique, c’est que les experts leur ont appris que celle-ci n’est pas « mûre » : tant qu’on n’a pas trouvé le moyen de stocker des quantités énormes d’électricité, les énergies solaires, éoliennes et marémotrices devront être assistées par des centrales nucléaires ou à énergies fossiles. Et loin de soulager le réseau électrique européen, elles le perturbent par des productions épisodiques.

      Seul le laboratoire qui aura trouvé un moyen bon marché, efficace, non polluant de réaliser cet exploit aura un brevet mondial qui lui assurera la fortune que guettent les banques. 
      Tous les autres, comme à la loterie auront des billets perdants et l’investisseur aura perdu sa mise. 

      Cette incertitude a déjà donné lieu à des pertes dans le passé pour les investisseurs aventureux : les voitures à vapeur ou électriques au début du XXe siècle se sont révélées être des impasses face aux voitures à essence de pétrole. Les avions ont voué les dirigeables à l’oubli etc.

      Des articles très prometteurs sur le stockage de l’électricité sont régulièrement publiés, souvent fracassants quand ils proviennent de vantardise US mais pour l’instant rien n’est concluant.

    • julius 1ER 21 mars 2015 19:01

      Pour obtenir la transition énergétique, l’abolition du travail, il faudra que les peuples du monde entier s’approprient la planification de l’économie, la retire des mains des bureaucraties bancaires ou étatiques, et la remplace par un système de démocratie directe de production. Cela s’appelle le Socialisme Scientifique, et on ne pourra l’obtenir qu’en passant sur les banques, c’est à dire à travers une Révolution Mondiale.

      @Isga,
      alors pour tout çà c’est pas gagné !!!

      • lsga lsga 21 mars 2015 20:08

        si c’était gagné, on n’aurait pas besoin d’une révolution. 


      • coinfinger 21 mars 2015 20:13

        Les banques , financer la transition énergétique !...Vous revez là . Méme l’Etat se risque pas à offrir sa garantie , condition pour que les banques et affairistes s’engouffrent .
        Ce monde là recherche l’argent , pas l’avenir de l’humanité , çà ce saurait .


        • julius 1ER 21 mars 2015 22:22

          Restaurées dans leur rôle historique d’accompagnement du changement, les banques concourront alors à la redensification industrielle de la France ; à la création de richesse et d’emploi, toutes choses allant de pair avec la reconversion énergétique

          @l"auteur,
          si on demande à un pompier d’aller éteindre un incendie, cela ne va choquer personne mais par contre de demander à un banquier de faire un travail de banquier
          en accompagnant l’économie, cela en surprendra plus d’un ..... c’est dire quelle est la dérive de ce secteur depuis plus de 40 ans !!!

          • Le p’tit Charles 22 mars 2015 08:31

            La BCE vient de débloquer (heu imprimer...) 1,2 milliard d’euros pour les banques....qui vont aller jouer sur les marchés comme d’habitude...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès