• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > La théorie du complot

La théorie du complot

Relancée bien malgré elle par Marion Cotillard, la théorie du complot est une constante dans nos sociétés modernes. Bien entendu elle peut prendre plusieurs formes, la plus radicale consistant à remettre en cause toute vérité officielle, comme l’origine des attentats du 11-Septembre ou la réalité des premiers pas de l’homme sur la Lune, tandis que d’autres formes plus douces mettent en avant une hyper-organisation de certaines structures institutionnelles (Etats, multinationales...), qui sont censées tout connaître et tout savoir immédiatement, dans ce cas, la théorie du complot s’apparente plutôt au mythe de Big Brother.

Dans un article récent du Monde, le philosophe français Robert Redecker explique les ressorts psychologiques à l’œuvre dans les multiples formes de la théorie du complot d’une manière tout à fait convaincante  :

"On devine les avantages narcissiques de la croyance dans cette théorie : son adepte s’épanouit dans le sentiment de détenir un secret d’une extrême importance. Il jouit d’en savoir plus que les plus grands savants. Il n’a pas eu à produire d’efforts pour s’élever au-dessus des sommités, il lui a suffi d’appliquer une disposition d’esprit : le rejet de toute vérité affirmée officiellement. Dans cette négation, triomphe le ressentiment contre les élites de la connaissance et se déploie une figure contemporaine de l’anti-intellectualisme. Plus gratifiant encore : l’adepte de cette théorie éprouve l’ivresse d’avoir réussi à déjouer un piège collectif, dans lequel l’humanité ordinaire tombe. Il se découvre plus malin que le conspirateur qui, sous des guises diverses, trompe l’humanité depuis des siècles !"

Mais cette dimension narcissique, bien qu’essentielle, n’est pas la seule à l’œuvre pour expliquer l’engouement des masses pour la théorie du complot.

En effet, plus qu’une doctrine, la théorie du complot est un substitut à la religion. Ayant renoncé à donner un sens au monde par la volonté de Dieu, l’homme moderne se retrouve sans repères, perdu au milieu d’un monde absurde complètement dénué de fins. Cette situation déroutante conduit certains au nihilisme, mais d’autres ne peuvent se résoudre à une telle absence de sens. Ils cherchent ailleurs une autorité qui redonnerait de la cohérence à ce qu’ils voient et à ce qu’ils vivent : si ce n’est plus Dieu qui régit le monde, alors ce sont les hommes. Mais pas tous les hommes, car peu de gens ont l’impression, dans leur vie quotidienne, de présider aux destinées du monde, seulement une poignée, une oligarchie planétaire qui tire les ficelles, voit tout, entend tout et sait tout. Cette "élite de l’ombre" est aussi bien politique, économique que religieuse, elle chapeaute tous les lieux de pouvoirs. Bien entendu, il n’est pas nécessaire, pour être un adepte de la théorie du complot, de supposer l’unité de cette oligarchie, elle peut se répartir en groupes séparés qui ont des zones d’influences distinctes.

L’intérêt de cette démarche est avant tout de retrouver du sens, ce qui conduit à une situation paradoxale : plutôt que d’inquiéter, la théorie du complot rassure. Qu’importe que le monde soit dirigé par des personnes peu scrupuleuses, au moins y a-t-il quelqu’un aux commandes, semblent se réjouir inconsciemment les adeptes du complot.

A un degré moindre, cette disposition d’esprit conduit l’immense majorité des individus à surestimer l’organisation et le professionnalisme des institutions. Et pour cause, l’une des raisons d’être de ces institutions est d’apparaître infaillibles, nécessaires, pour ne pas dire évidentes aux yeux des citoyens. Pourtant, dès qu’on s’approche un peu, le décor en carton-pâte ne fait plus illusion : aussi prestigieuses soient-elles, les institutions sont avant tout des organisations humaines, c’est-à-dire faillibles. Dans la vie politique, cela se traduit par une obsession de la signification : les observateurs politiques tentent d’interpréter et de donner un sens à tous les actes du pouvoir en place. On parle de dysfonctionnements ou de couacs, pour tout de suite insinuer qu’il s’agit de manœuvres orchestrées par le pouvoir lui-même, le président ne cite pas le nom de son Premier ministre lors d’un discours et on évoque une crise au sommet de l’Etat. Bref, on ne reconnaît pas au pouvoir en général, qu’il soit politique ou économique, le droit de commettre des erreurs ou de se tromper.

La réalité est bien différente, elle est beaucoup plus micro que macro. Le monde est devenu tellement complexe qu’il oblige à l’hyper-spécialisation des tâches, plus personne ne contrôle tout, ni le PDG d’une grande entreprise ni un ministre, pas même un directeur de recherches. Qui plus est, les nouvelles technologies ont accru de manière considérable (parfois excessive) la transparence : pour reprendre l’adage populaire, grâce à internet "tout finit par se savoir". L’idée, pour les puissants, de travestir la réalité pour qu’elle apparaisse aux foules telle qu’ils la souhaitent plutôt que telle qu’elle est, s’avère de plus en plus périlleuse à mettre en œuvre.

Ce qu’il faut accepter, c’est la contingence du monde. Reconnaître que ce qui se joue devant nos yeux n’est pas la représentation d’un pièce écrite à l’avance, mais bien la confrontation des volontés, des intérêts et des talents des individus. En un mot, il faut pousser plus loin le désenchantement du monde amorcé par le reflux des interprétations religieuses.


Moyenne des avis sur cet article :  2.13/5   (319 votes)




Réagissez à l'article

312 réactions à cet article    


  • JL JL 28 avril 2008 10:44

    Vive la République, vous savez ce qu’est le "storytelling" j’imagine.

    Votre position est indéfendable qui revient à dire que les "maîtres du monde" ne sont pas infaillibles mais qu’ils sont honnêtes. En somme un oxymore de plus !


    • JL JL 28 avril 2008 10:59

      Selon moi, la puissance ne suffit pas dans ce monde pour avoir le pouvoir : la force n’est pas naturellement juste. Seule l’alliance de la force et de la ruse confère le pouvoir.

      Ainsi, tel homme politique intelligent et rusé pour conquérir le pouvoir sera incapable de l’exercer correctement, ces deux domaines, conqu^te du pouvoir et exercice du pouvoir étant complètement différents.

      Le stytelling est donc tout naturellement utilisé par ces gens aussi bien pour conquérir le pouvoir que pour le conserver.


    • wangpi wangpi 28 avril 2008 12:47

      "Qui plus est, les nouvelles technologies ont accrues de manière considérable (parfois excessive) la transparence : pour reprendre l’adage populaire, grâce à Internet "tout finit par se savoir". L’idée, pour les puissants, de travestir la réalité pour qu’elle apparaisse aux foules telle qu’ils la souhaitent plutôt que telle qu’elle est, s’avère de plus en plus périlleuse à mettre en œuvre."

      On ne saurait mieux dire.

      Mais en quoi la transparence pourrait être "excessive" ?

      Je pense que "vive la république" n’aime pas la liberté. Je pense qu’ils ne savent même pas ce que ce mot veut dire.

      "L’intérêt de cette démarche est avant tout de retrouver du sens, ce qui conduit à une situation paradoxale : plutôt que d’inquiéter, la théorie du complot rassure. Qu’importe que le monde soit dirigé par des personnes peu scrupuleuses, au moins y’a-t-il quelqu’un aux commandes, semblent se réjouir inconsciemment les adeptes du complot."

      C’est en effet très rassurant d’être "gouverné" par des jobards. "vive la république" est un agrégat d’individus souffrant de troubles psychiatriques avérés, donnant une nouvelle définition de la paranoïa, ô combien lumineuse.

      La paranoïa était, jusqu’à présent, une attitude mentale qui justifiait par des rationalisations une erreur qui éloignait visiblement de la compréhension réelle du monde.

      La paranoïa version redeckerienne-républicaine est inverse : elle paraît tomber plus près d’une compréhension exacte que la déficiente explication officielle du pouvoir en place.

      Allez comprendre !

       


    • quen_tin 28 avril 2008 13:06

      "plutôt que d’inquiéter, la théorie du complot rassure."

      Moi je trouve ça bien vu au contraire.

      "La paranoïa était, jusqu’à présent, une attitude mentale qui justifiait par des rationalisations une erreur qui éloignait visiblement de la compréhension réelle du monde. La paranoïa version redeckerienne-républicaine est inverse : elle paraît tomber plus près d’une compréhension exacte que la déficiente explication officielle du pouvoir en place."

      C’est une mauvaise interprétation. Elle ne parait pas tomber plus près d’une compréhension exacte, mais plus près d’une compréhension rassurante, ce qui est différent. Ce n’est pas incompatible avec la première définition, au contraire, ça lui ajoute une explication tangible.


    • wangpi wangpi 28 avril 2008 13:23

      "je trouve ça bien vu".

      qu’est-ce qui est rassurant, au juste, dans l’interprétation angoissée qui s’avère la plus probable ?

      le fait qu’elle te rassure toi, a contrario, dans ta consommation effrénée d’une non-pensée léthargique, galvaudée, fangeuse, nécrosée et minablement malfaisante ?

      qu’elle te dédouane à priori de ta pensée qui s’affaisse, t’affranchit de devoir identifier l’imposture qui te nourrit, d’obscurcir les bobards qui gigotent dans ta tête, jamais repus de leur veule vacuité ?

      dis moi.


    • quen_tin 28 avril 2008 14:27

      Ce qui est rassurant, dans cette interprétation qui semble finalement la moins probable, c’est qu’il y a des méchants et des gentils, et que les gentils finissent par démasquer les méchants.


    • quen_tin 28 avril 2008 14:32

      Pour le reste je me méfie tout autant des bobards des gens de pouvoirs, je consomme très peu de non-pensée léthargique, ma tête se porte très bien donc, et d’autant plus que je ne substitue pas à ces bobards une pure construction irrationnelle.


    • Onegus onegus 28 avril 2008 16:58

       Après Redeker, encore un autre "philosophe" qui vient tenter d’enfumer les foules en se masturbant sur le concept vide et fourre-tout de "théorie du complot"... Tout cela avec un seul et unique objectif : continuer d’interdire l’examen critique de la "vérité officielle" des attaques du 11-septembre, qui n’est pourtant par définition que la théorie bancale d’un complot islamiste, vendue par le pouvoir US et relayée par les médias de masse sans aucun recul ni examen critique.

      Bref, un adepte de plus de la conspiration islamiste qui vient nous faire son sermon, en évitant comme toujours bien soigneusement de se pencher sur les éléments factuels qui font de sa "version officielle" un conte à dormir debout...

       

      Pour rebondir sur le commentaire de JL, je ne sais pas si l’auteur sait ce qu’est le "storytelling", mais il est en tout cas clair qu’il accueille à bras ouverts le "Nouvel Ordre Narratif Mondial"...


    • quen_tin 28 avril 2008 18:12

      Je suis pas philosophe, mais c’est gentil quand même.


    • Lino Pralino La Praline 28 avril 2008 18:28

       

      Report : Netanyahu says 9/11 terror attacks good for Israel

       
      The Israeli newspaper Ma’ariv on Wednesday reported that Likud leader Benjamin Netanyahu told an audience at Bar Ilan university that the September 11, 2001 terror attacks had been beneficial for Israel. 
       
      "We are benefiting from one thing, and that is the attack on the Twin Towers and Pentagon, and the American struggle in Iraq," Ma’ariv quoted the former prime minister as saying. He reportedly added that these events "swung American public opinion in our favor." 
       
       

    • quen_tin 28 avril 2008 19:08

      Tout ce qui bénéficie à israël n’est pas causé par israël. C’est une faute de raisonnement que de l’affirmer.


    • Djanel 29 avril 2008 00:59

       

      .

       

      .

       

      .

      Vive la république, c’est tartuffe reconverti prêchant la bonne parole dont voici le discours résumé :

      « Croyez moi mais pas les autres car moi seul connaît la vérité car je possède omniscience. Je sais tout d’avance sans avoir étudié. Ceux qui me contredisent sont comme des diables d’anti-républicains. Soutenez moi contre les forces du mal. »

       

      « Amenez moi la gloire d’être le meilleurs parmi vous.

      Ainsi, je  pourrais vous chanter en grégorien » :

       

      ♪ ▪  ♪ ♀ ♀ ♪ ♪ ♫                               

       

      « A MEN MOI LA SOUPE A LA CRÈME DOMINOTUS PATERPUS SACROTUM. »

       « Je vous jure que chanter çà dans une Eglise désaffectée en forum républicain, çà vaut le détour du con. »


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 29 avril 2008 05:17

      Encore un article sur cet inépuisable sujet ! Avant de me voiler la face, je lui ai trouvé trois (3)vertus salvatrices. Je crois qu’il a d’abord le merite de nous rappeler l’excellent article de Taike Eilée publié icil y a quelques temps. Il a ensuite celui de me fournir prétexte a dire encore une fois que je considere Redeker comme un crétin de mauvaise foi : on ne le dira jamais assez. Enfin, il me permet de mousser la parodie que j’ai moi-même publiée ici sur ce theme, il y a des mois, et que je crois en toute modestie plus rigolote que celle-ci...

      Pierre JC Allard


    • JL JL 29 avril 2008 10:59

       

      @ PJCA, excellent scénario en effet : "si non è vero, è bene trovato"


    • Sébastien Sébastien 28 avril 2008 10:47

      Tres bon article. J’approuve tout a fait votre analyse et quand on parle avec des conspirationnistes, on sent qu’ils se sentent superieurs. Eux detiennent la cle de la Verite. A eux, on ne la fait pas. Le vide de sens dont vous parlez est tres pertinent.

      Je lisais ce WE que Al Quaeda denoncait justement ces conpirationnistes et je me demandais quelle nouvelle parade les conspirationnistes allaient pouvoir trouver.

      Alors au plaisir de les lire sur ce fil.


      • Traroth Traroth 28 avril 2008 11:02

        Il est un peu facile de classer tout ceux qui ont des opinions qui vous déplaisent comme des "conspirationnistes", ça évite surtout de se donner la peine de les contredire. En ce sens, cette accusation est le comble de la paresse intellectuelle. L’accusation de tenant de la théorie du complot est devenu un espèce d’anathème qu’on met à toutes sauces. Et on y ajoute de plus en plus de vices : dire "conspirationniste" est une sorte de raccourci qui permet d’accuser quelqu’un, sans même le formuler (courageux, mais pas téméraire), en vrac, d’anti-américanisme (primaire, forcément primaire...) d’antisémitisme, de révisionnisme, de stupidité voire de mégalomanie (comme ici).

        Lamentable de nullité.


        • Anto 28 avril 2008 14:50

          Ce n’est pas ce que j’ai retenu du texte. La theorie du complot sous entend que "les puissants " tirent les ficelles dans un but bien precis. Ce billet dit que la situation est tellement compliquee que "les maitres du monde" sont aux manettes d’une situations qui leur echappe completement. Trop de parametres, trop d’enjeu et de volontes differnetes pour qu’on puisse y deceler un processus qui ne serait pas aleatoire.

          Les theories sur le 1109 sont une tentative de trouver de l’ordre dans le desordre, d’etablir une causalite entre plusieurs evenements a priori decorreles.

          Plus les enquetes avancent, plus les questions s’accumulent, plus on se rend compte que ca a merde a tout les etages (dsl). Pour les gouvernants, c’est une remise en question de leur puissance. Alors vaut il mieux admettre que l’on est completement incompetent pour prevenir ce genre de cataclysme declenche par un cutter rouille OU laisser les gens fantasmer sur d’eventuels buts sous jacent qui certes, les font passer pour des salauds, mais ne remettent pas en question leur controle de la situation ? Est ce que les gens veulent se rendre compte qu’on vit peut etre dans l’anarchie la plus totale ?

          C’est comme ca que je comprend ce billet sur la theorie du complot.

           


        • Alpo47 Alpo47 28 avril 2008 11:06

          Moi, j’avoue, je n’en sais rien ;

          Est ce qu’une quinzaine de personnes, avec des canifs, ont été à même de diriger précisément des jumbo sur des immeubles, ou tout ceci découle t-il d’une gigantesque entreprise de manipulation de "Big brother" ?

          Sais pas.

          Je pose juste une question : A qui profite le crime ?


          • Traroth Traroth 28 avril 2008 11:12

            Et bien si on en croit les dizaines d’autres commentaires sur le même sujet, dire "je ne comprends pas, il y a de grosses zones d’ombre" suffit à faire de vous un adepte de la théorie du complot. Et cet article est juste là pour enfoncer le clou et dire à quel point c’est mâââââlll de ne pas croire aveuglément ce que vous disent les médias.


          • Sébastien Sébastien 28 avril 2008 11:13

            A qui profite le crime ?

            Imaginez une femme dont le mari meurt assassine. Il a de l’argent de cote place sur une assurance vie. A qui profite le crime : a sa femme tiens. D’ailleurs elle s’est achete une nouvelle bagnole. Mais est-elle pour autant coupable ? Heureusement que la police n’a pas ce genre de raisonnement.

            Les US ont eu une gestion opportuniste de ces attentats, c’est evident. Mais sont-ils pour autant derriere ?


          • Traroth Traroth 28 avril 2008 11:17

            Cet article ne parle pas du 11 septembre, et vos propos sont donc hors-sujet. Moi, c’est la démarche même de traiter l’incrédule de crédule qui me dérange. Vous doutez de la version officielle ? En fait, c’est *vous* qui êtes un gogo ! On vit vraiment une époque d’inversion totale de toutes les valeurs.


          • Sébastien Sébastien 28 avril 2008 11:10

            He bien quand on accuse un etat d’avoir fomente, en secret, un attentat ayant coute la vie a plus de 3000 personnes pour s’approprier des ressources petrolieres, on peut en effet parler d’une conspiration et definir les tenants de cette theorie comme des conspirationnistes. C’est la definition du mot a la lettre.

            Que l’on enquete sur le 11.09, que l’on reouvre le dossier, evidemment. D’ailleurs on le doit aux victimes. Mais dans un cadre bien defini et pas pour y mettre tout et n’importe quoi.


            • Traroth Traroth 28 avril 2008 11:19

              Et vous parlez de qui, là ? Il y a quelqu’un sur ce forum qui affirme cela ?


            • Crazy Horse Crazy Horse 29 avril 2008 07:50

              Conspiration : Accord secret fomenté contre le pouvoir établi, complot.

              La thèse officielle, impliquant quelques islamistes extrémiste est une théorie de la conspiration.

              La thèse soutenant que l’Etat corporatiste des USA est derrière les attentats n’est pas une théorie du complot car par définition l’Etat a le pouvoir.


            • aurelien aurelien 28 avril 2008 11:10

              @l’auteur Toutes les théories sur le 11 septembre sont des théories du complot, comme l’indique très justement l’historien suisse Daniele Gänser, et cette dénomination peut s’appliquer à la fois à la théorie du complot interne, externe, ou de complicité.

              Concernant le remplacement de la religion par une théorie du complot, sans doute faut-il voir le mécanisme avec le remplacement de la religion par la République ?

              @Sébastien, Al Qaïda ne s’en prend pas aux conspirationnistes, mais critique des administration d’états qui instrumentaliseraient certaines thèses. Comme toute organisation, peu importe son origine, elle protège une image de marque, mais n’oublions pas que jamais personne n’a revendiqué les attentats du 11 septembre, qui ont été attribués à Al Qaïda par l’administration Bush. C’est une première dans l’histoire du terrorisme : la victime désigne le coupable, et le coupable s’accomode de cette situation sans revendication. Ces radicaux qui pensent se battre contre l’empire américain, et au prix de victimes innocentes, ne font en fait que perpétuer et légitimer la force de cet empire. En ce ce sens Al Qaïda est l’un des plus précieux alliés des américains, l’existence de cette organisation légitime l’effort de guerre américain au grand contentement du complexe militaro-industriel.


              • aurelien aurelien 28 avril 2008 11:11

                « le même mécanisme »


              • ZEN ZEN 28 avril 2008 11:10

                Parmi les dizaines d’articles parus sur ce sujet sur Avox, celui-ci est un des plus simplistes....


                • Castor 28 avril 2008 11:27

                  Zen,

                  serait-ce que la simplicité du mécanisme vous insulte ?

                  Je trouve pour la part très pertinente l’analyse des raisons du "doute systématique". Je n’y vois pas de jugement de valeur, juste une espèce de mode d’emploi qui devrait nous éviter de céder aux sirènes de la facilité de penser et nous inciter, au contraire, à affûter des arguments.

                  Il me semble que la pire des démonstrations est celle qui veut faire entrer les faits dans le postulat imaginé, surtout lorsque ce postulat se résume à un contrepied systématique de la thèse officielle (il me semble que c’est Sir Arthur Conan Doyle qui pointait cette dérive dangereuse dans une enquête de police).

                  Du coup, le rapprochement avec les mécanismes de la religion est très tentant (et drôle) , avec pour dogme le "Tu ne croiras pas" à la thèse des autorités.


                • aurelien aurelien 28 avril 2008 11:33

                  Pourtant l’article est intéressant, j’ai voté +


                • Vive la République Vive la République 28 avril 2008 11:14

                  Retrouvez cet article et bien d’autres sur mon blog de réflexion politique : http://vivelarepublik.blogspot.com.

                   


                  • aurelien aurelien 28 avril 2008 11:28

                    Un petit article sur les conspirationnistes pour améliorer le rendement publicitaire de son blog... ?


                  • Serpico Serpico 28 avril 2008 11:30

                    Vive la truc : "blog de réflexion politique"

                     

                    ***********

                     

                    Ah bon ?


                  • pyralene 28 avril 2008 12:03

                    Vive la république......bananière


                  • Crazy Horse Crazy Horse 29 avril 2008 07:57

                    Je tiens à retourner le compliment à l’auteur :

                    Ceux qui pensent que les institutions sont tenues par des gens stupides qui commettent erreurs sur erreurs se sentent rassurés et grandis de penser ainsi. En effet ils peuvent se sentir tellement intelligent d’avoir compris ce qui a échappé à l’élite politique, économique, scientifique, etc.

                    Depuis dix ans je suis entouré d’intellectuels comme cela, qui ont une très haute estime d’eux-même.

                    Pour ma part je me dit que si je suis capable de comprendre les tenants et les aboutissements d’une situation politique complexe, et si je suis capable de me servir de l’ignorance de la populace pour la manipuler dans ma vie quotidienne (rassurez-vous, je ne le fais pas trop souvent...), alors sans aucun doute ceux qui sont parvenus à des postes clé peuvent au moins en faire autant.

                    Je ne suis donc pas conspirationniste mais je ne prends pas les élites pour des billes...


                  • Wondrak Wondrak 28 avril 2008 11:22

                    Un article foireux de plus, sur la théorie du complot.

                    Non, ceux qui cherchent la vérité sur les attentats du 11 septembre 2001, ne sont pas des "conspirationnistes" illuminés. Ne pas croire aveuglément tout ce qui vient de l’Administration Bush et des médias alignés, me semble être une attitude saine, constructive et nécessaire.


                    • Columbo Columbo 28 avril 2008 11:23

                      Le gros du problème est de faire la bonne démarcation entre le délire paranoïaque et le nécessaire esprit critique que nous devons garder face à ce que disent les médias. Et comme nous mettons tous le curseur à des endroits différents...


                      • morice morice 28 avril 2008 11:23

                        Je ne vois pas pourquoi on continue à voir en Redecker un PHILOSOPHE. Il ne pense visiblement pas. Et d’être pour la théorie officielle l’arrange : on ne peut qu’être croisé de l’occident en Irak et en même temps s’opposer à une réouverture d’enquête sur le WTC911. Comme philosophe des religions, il a tout faux. Comme philosophe tout court, c’est un fanfaron.


                        • Castor 28 avril 2008 11:32

                          Morice,

                          vous jugez encore une fois les gens à l’aune de vos propres opinions et c’est très dommageable car vous perdez en crédibilité.

                          Comme je le répondais à Zen plus haut, il est très tentant de vouloir faire entrer les faits dans une théorie.

                          C’est aussi souvent le choix de la facilité puisqu’il permet de se tirer d’un mauvais pas avec pour postulat affiché un "ILS NOUS MENTENT TOUS" démagogue, crédible encore que nous démontré par autre chose que des précédents sans rapport avec le sujet.

                          Du coup, il ne faut pas vous étonner d’être catalogué "propagandiste".


                        • Castor 28 avril 2008 11:36

                          "encore que NON démontré"

                          ce sera plus lisible comme ça


                        • Olga Olga 28 avril 2008 11:45

                          Etre un "propagandiste", c’est soutenir indéfectiblement la propagande de l’administration Bush, par exemple. Nul besoin d’élaborer de grandes théories pour comprendre que, si l’Administration nous ment sur les armes de déstruction massisve en Irak, elle peut tout aussi bien nous mentir sur sa version du 11 Septembre.

                          Pas de grandes théories ici, juste un peu de bon sens.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès