• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > La trahison de Tsipras

La trahison de Tsipras

« Pour la première fois, la Grèce se trouve dans une position où elle peut se fixer une série d’objectifs pour le jour d’après. Elle est de retour avec un plan, une responsabilité. Elle est en marche ».

Ainsi parla Alexis Tsipras en conseil des ministres ce lundi après être parvenu au bout du troisième et dernier plan daide européen – négocié en 2015 –, et rendant, selon ses dires, une autonomie financière à la Grèce.

Celle-ci, libérée nous dit-on des fourches de la Troika, peut ainsi retrouver sa capacité à trouver des financements sur les marchés privés à des taux décents – 4% au lieu des 37%, taux record enregistré au plus haut de la crise en 2012 -consentis précédents par ses frères européens.

Le budget présenté par son gouvernement pour lexercice 2017 satisfait pleinement aux critères dautérité voulus par les bruxellois et présente un excédent primaire de 4% du PIB, ce qui en fait un des meilleurs élèves de la classe après lAllemagne et devant la France. Au vu de la persistance du montant astronomique de la dette grecque – qui était rappelons-le le problème de base et le demeure – le gouvernement sest engagé à produire des excédents de 3,5% jusquen 2022 et de 2,2% jusquen 2060.

Lesquels engagements ne sont guère que des écritures comptables déconnectées de toute réalité, lavenir sur un plan économique notamment ne pouvant faire lobjet de prédictions, à long terme a fortiori, sauf dans le cerveau malade de nos amateurs de tableurs Excel.

Le taux de chomage grec, qui a culminé jusqua 27%, sest stabilisé à 21%, ce qui en fait un des plus importants de la zone euro. La Grece au passage aura perdu le quart de son PIB. Ces deux paramètres nentrent aucunement en ligne de considération tant pour lUE que pour les marchés. La croissance grecque à venir ne repose guère que sur le tourisme, or celui-ci daprès de très nombreux observateurs est déjà à son maximum. En outre les privatisations forcées des aéroports et du Pyrée – dans les mains chinoises – privent le gouvernement des taxes. On a une fois encore privilégié le court terme sur le long terme et les intérêts privés à ceux du peuple. Ce qui convient fort bien et à Bruxelles et à Tsipras.

Lequel Tsipras, en authentique faux-nez de loligarchie, aura cédé sur tout et trompé à un point inimaginable ses concitoyens. A titre dexemple, 150 000 grecs ont dû renoncer à leurs héritages, ne pouvant sacquitter des taxes votées pour remplir les poches de ceux qui en ont déjà trop et ont participé à limmense arnaque de Goldman Sachs sur la dette grecque. Cette crise qui aura mis tout un pays par terre aura spectaculairement enrichi une poignée – Soros, initié, a réalisé une magnifique opération grace à laquelle il a pu créer sa Fondation, ses ONG et financer les vagues migratoires qui déferlent sur notre sol.

Le regard accusateur des bruxellois sest déplacé sur les italiens, le mauvais élève change à présent de camp. Apres avoir dépecé un pays, passons donc au suivant.


Moyenne des avis sur cet article :  3.35/5   (34 votes)




Réagissez à l'article

52 réactions à cet article    


  • cyborg 21 août 11:55

    Gauchiste traître ? Pléonasme !
    En Autriche, en Italie, en Allemagne tous ont compris, et en « France » bientôt ne goberont la bite-à-beurettes, le bonimenteur-bonniche, guère que les génétiquement gogos :
     
    Sahra Wagenknecht (die Linke) lance un parti anti-immigration, pro-russe, anti-UE mondialiste.
     


    • leypanou 21 août 12:19

      @cyborg

      j’ai toujours pensé que tous ces prétendus réfugiés en Allemagne, pays scandinaves, France, Italie, etc, etc ne sont que des parasites qui n’ont rien à y faire.

      Qu’au mieux, ils ont déserté le combat contre l’oligarchie dans leurs propres pays et profiter d’une vie plus facile ailleurs. Pire, il y a même des criminels dans le lot comme ici. quand une jeune femme yazidi a reconnu un de ses ravisseurs daesh en Allemagne, arrivé là comme réfugié.

      La position de Sarah Wagenknecht est très courageuse, car allant à contre courant de celle de tous ces pseudo-humanistes qui veulent résoudre les problèmes de la terre entière, participant ainsi à la destruction des états.

    • zak5 zak5 21 août 12:43

      @leypanou
      Pire, il y a même des criminels dans le lot comme ici.

      oh mais ça c’est très vieux, les islamistes takfiristes qui appelaient au meurtre des intellectuelles laïques algériens pendant la décennie noire se baladaient librement dans Paris


    • Croa Croa 22 août 10:10
      À cyborg,
      Je t’invite à consulter un dictionnaire. Tu sauras ainsi ce qu’est un « pléonasme ».
      Tous les « gauchistes » ne sont pas des traîtres même si ça peut arriver ( la preuve ici). En ce qui concerne la soit-disant gauche modérée c’est bien plus évident vu qu’au départ ce sont déjà des imposteurs tout comme le Partit Socialiste (PS) est une imposture.

    • Le421 Le421 22 août 13:24

      @Croa

      Prendre en compte les déblatérations de Cyborg, vous avez l’esprit large !!  smiley

      Dire que tous ses copains de droite - des braves gens of course - mènent les peuples à la baguette de façon beaucoup plus insidieuse mais avec des résultats terribles, ça ne l’interpelle aucunement.
      Soit, il est bourré de fric et je comprends qu’il défende les nantis - que fait-il sur Agoravox avec la piétaille - soit il est atteint lui aussi du syndrome du larbin.

    • Hecetuye howahkan 21 août 11:56
      Salut, un des plus perfides traîtres oui...en plus n’a t’ il pas exactement la tête de l’emploie version Hollywood, ??

      si il y a un oscar des traîtres il sera dans les nominés c’est sur..

      mais je crois que il s’en fou, contre argent et une position sociale avec pouvoir....certains ne sauraient résister..

      le sort des humains ne les intéressant absolument pas sauf pour s’en servir comme marche pied, serpillière etc et dans absolument il y a absolu

      en clair il doit s’en taper royalement ...

      cependant c’est la volonté de la masse de refuser la coopération et le partage volontairement qui créé ce genre de personnes..

      le lien entre nous et ce qui est , la planète , les autres humains, les animaux etc a été rompu par nous..comme nous devons absolument être relié pour ne serait ce que survivre physiquement , l’argent qui est l’égrégore de notre refus remplace ce lien..

      or le lien universel est bon en absolu, l’argent est mauvais ..

      Y a t’il signe de remise en cause profonde ? aucun !! smiley

      • Passante Passante 21 août 12:10
        c’est intéressant de s’engager jusqu’en 2060, ça trahit tout justement :
        ce genre de durée temporelle étendue est le propre des capitulations majeures
        des guerres mondiales des crimes inouïs précèdent ces grandes soumissions signées...

        mais je crois que « trahison » et « traître » sonnent désormais un peu dix-neuvième, voire même carrément « antiques », au regard de ce qu’il faut décrire :
        Tsipras ou un autre, ces gens n’ont pas le choix :
        -accepter plus ou moins
        -démissionner
        -se suicider collectivement et porter cette responsabilité

        c’est donc bel et bien la boucherie en règle que vous décrivez
        mais dans cette logique, on ne peut plus accuser l’agneau du sacrifice ....

        • Croa Croa 22 août 10:23
          À Passante,
          SI, il avait le choix ! En s’opposant, ce qu’il n’a pas osé faire, il aurait eu le soutient du peuple qui justement avait voté en ce sens. Cela aurait généré des problèmes immédiats, certes (manques de liquidités) mais à terme la Grèce s’en sortait vraiment. Aujourd’hui ça irait déjà probablement mieux.
          *
          Par contre en s’opposant il aurait eu à subir un tir à boulet rouges de tous les médias contre lui. C’est peut-être cette perspective qui lui a fait peur (?). En se soumettant il fait tranquillement carrière même si les gens ne peuvent plus le sentir sauf que cela ne se voit pas. La lâcheté c’est ça.

        • Pierre-Yves Martin 21 août 12:38
          Je trouve très exagéré votre titre. Tsipras a souvent répété, et à juste titre, qu’il n’avait pas de mandat pour sortir la Grèce de l’Euro et que les Grecs ne voulaient pas en sortir.
          Il a été naïf. Il a cru à la possibilité de négocier avec une certaine bonne foi avec l’U.E., sans comprendre que Bruxelles tenait à étrangler la Grèce, et à beaucoup plus forte raison après qu’elle aie votè à gauche... et que la bonne foi n’existe jamais à Bruxelles.
          Beaucoup pensent en Grèce, et je suis de cet avis, qu’il aurait dû démissionner lorsque la fuite organisée des capitaux l’a mis dans l’impossibilité d’appliquer ce que les Grecs avaient voté par referendum.
          Il peut toutefois se dire que cela aurait été pire avec le gouvernement de droite qui lui aurait alors succédé.
          N’étant pas Grec, je ne me sentirais pas le droit d’exprimer ces jugements péremptoires et méprisants que je vois dans cet article et les commentaires.



          • zak5 zak5 21 août 12:45

            @Pierre-Yves Martin
            Je trouve très exagéré votre titre. Tsipras a souvent répété, et à juste titre, qu’il n’avait pas de mandat pour sortir la Grèce de l’Euro et que les Grecs ne voulaient pas en sortir

            et bien il n’avait qu’a ne pas se présenter c’est simple

            allons allons, il ne faut pas nous prendre pour des cons


          • chantecler chantecler 21 août 13:10

            @zak5

            C’est compliqué .... !
            Tsipras était le leader d’un mouvement de gauche , style union de la gauche , qui regroupait des pros UE, des anti UE , des sociaux démocrates , des « radicaux de gauche » .
            Bref une sorte de parti fourre tout , anti machin , qui n’a aucune chance d’aboutir, surtout en période de crise ...
            Il n’avait donc effectivement pas mandat pour sortir la Grèce de l’UE ...
            Maintenant ce que je dis ne le ne dédouane pas :
            sa formation perso devait lui indiquer que son orientation politique était intenable ...

          • Pierre-Yves Martin 21 août 13:28

            @zak5

            C’est pour cela que j’ai écrit qu’il a été naïf : il a cru que c’était possible.
            Il (si c’est de moi que vous parlez c’est moins grave, tout en restant ridicule) vous a « pris pour des cons ». Vous êtes Grec ?

          • Pierre-Yves Martin 21 août 13:40

            @zak5
            Quand on ne sait plus quoi écrire on met une étoile à ses contradicteurs : minable.


          • zak5 zak5 21 août 13:42

            @Pierre-Yves Martin
            c’est vous le naif

            ce n’est pas parce que c’est un politicien de gauche qu’il n’est pas un assoiffé de pouvoir.

            Tsipras est tout simplement un politicien et comme tous les politicien il est tout a fait disposé a s’assoir sur les principes qu’ils a distribué a ses partisans, c’est aussi simple que ça

            j’ai une idée génial pour les gauchistes : les gauchistes n’arrivent pas a mettre en application leur utopie en occident et quand ils essayent, et ils ont essayé, c’est soit na banqueroute soit le goulag ou les deux a la fois le plus souvent. Ce qui leur faut, c’est un terrain Viège, ou un terrain ou l’on ne peut pas aller plus bas. Je leur propose de devenir migrants, avec la même détermination des migrants et de migrer en Afrique par exemple pour réaliser leur utopie, ensuite s’ils réussissent bien (c’est a dire pas de banqueroute ni de goulag), qu’ils reviennent ici 


          • zak5 zak5 21 août 13:46

            @Pierre-Yves Martin
            ce n’est pas moi vous pouvez me croire


          • zak5 zak5 21 août 13:49

            @zak5
            cette histoire d’étoiles ne peut exister que parce que le ce forum accepte les intervenants qui interviennent que pour mettre des étoiles. je serais ravis que ce comportement cesse mais j’en fais pas une obsession, je fais avec 


          • kirios 21 août 13:56

            @Pierre-Yves Martin
            l’étoile , c’est moi !


          • Pierre-Yves Martin 21 août 14:24

            @zak5
            D’accord. Excusez- moi mais c’est venu immédiatement pour deux contradicteurs différents, donc j’ai cru.. à tort.


          • Pierre-Yves Martin 21 août 14:34

            @kirios

            Au moins vous avez le courage de le revendiquer !
            Il vaudrait mieux écrire pourquoi on est ou non d’accord que de mettre des notes comme à l’école. De mon point de vue, les « mauvaises notes » devraient plutôt sanctionner l’agressivité ou la vulgarité que les opinions, mais il est vrai que ce n’est pas comme cela que cela fonctionne ici. Dommage !.

          • Pierre-Yves Martin 21 août 14:48

            @zak5

            Il est vrai que le pouvoir corrompt toujours plus ou moins. Je reste convaincu, même si vous devez me juger « con » ou « naïf » (ce qui m’est égal) que M. Tsipras était sincère au moins au début, mais qu’il avait très mal appréhendé les vraies règles du jeu. Actuellement, je n’ai plus vraiment suivi les choses.
            Vos invectives à l’emporte-pièce rentrent dans une catégorie parfaitement résumée par Talleyrand : « ce qui est exagéré est sans importance ».


          • zak5 zak5 21 août 14:59

            @Pierre-Yves Martin

             « ce qui est exagéré est sans importance ».

             je n’exagère rien, les faits rien que les faits

            les règles du jeux, tous les politiciens les connaissent, ils ont été éduqué au biberon avec ça, sauf bien sur s’ils tombent d’une autre planete


          • Ruut Ruut 21 août 15:11

            @Pierre-Yves Martin

            Donc Tsipras c’est Mélenchon ou Marine.
            Même programme, mêmes mensonges lors de l’application.
            Je comprend pourquoi Macron ne stresse pas il n’as aucune opposition visible médiatiquement.


          • Hecetuye howahkan 21 août 16:29

            @Ruut


            Salut, et probablement pas invisible non plus....

             ??

          • Attila Attila 21 août 21:43

            @Pierre-Yves Martin
            « Je reste convaincu, . . . que M. Tsipras était sincère au moins au début »
            Vous en êtes convaincu peut-être, mais, sincère, Tsipras ne l’était pas. J’avais noté qu’avant les élection, il avait rendu visite aux États-Unis, ce qui n’est pas bon signe dans ce cas. Et François Asselineau avait déclaré aussitôt le résultat des élections grecques connu :
            " les mois qui viennent seront l’occasion, pour le peuple grec, de découvrir l’ampleur de l’escroquerie politique dont ils viennent de nouveau d’être les victimes. "
            Lien

            .


          • kirios 22 août 08:50

            @Pierre-Yves Martin

            je ne suis pas d’accord !
            dans le cadre des commentaires , les étoiles ne sont pas une notation  ; elles permettent de renforcer (ou de dénoncer ) un sentiment exprimé en évitant des répétitions inutiles .

          • Croa Croa 22 août 10:32
            À Pierre-Yves Martin,
             smiley smiley « Tsipras naïf » !  smiley smiley,
            Ce sont les grecs qui ont cru en lui les naïfs ! Ceci dit à leur place nous aurions fait probablement pareil (il faut bien essayer les hommes politiques pour savoir s’ils sont sincères.) Ceci dit Tsipras n’ira pas au delà de son mandat actuel car les grecs ne sont tout de même pas complètement cons.

          • Pierre-Yves Martin 23 août 09:48

            @kirios

            Un désaccord qui en recouvre probablement un assez profond sur ce que devraient être le débat démocratique, notamment sur Internet.
            Et, pour ma part, j’ai relu le texte qui m’a valu 12 notes unanimement au minimum. Je le maintiens totalement sans avoir rien à en retrancher, et notamment pas mon indignation devant le mépris dont font preuve des personnes qui souvent n’ont rien fait d’autre dans les domaines où ils s’arrogent ce qu’ils croient être leur supériorité.

          • Pierre-Yves Martin 23 août 10:38

            @Croa

            Il y a deux ans, une personne visant en Grèce nous disait déjà que M. Tsipras n’irait pas au delà de son mandat et, en effet, c’est très probablement encore vrai.
            C’est quelque part un peu pour cela que j’ai gardé du respect pour lui, tout en étant convaincu qu’il a fait des erreurs importantes. Qui n’en fait pas ?

          • bébert 21 août 12:53

            Sauf que l’Italie est la 3eme puissance économique de l’UE , on joue pas dans la même catégorie que la Grèce ou le Portugal et là avec le nouveau gouvernement adieu l’Europe.


            • Gwynplaine Dr Faustroll 21 août 13:41

              Dans le jeu des 7 familles grecques, les cartes Syriza offrent une belle brochette de tordus dont le moindre n’est pas Yanis Varoufakis : être un ancien  « fellow » de la chaire Hoover d’éthique économique et sociale de l’université catholique de Louvain, puis soutenir la candidature de Macron et se prétendre d’extrême-gauche n’est quand même pas piqué des hannetons.




                  • titi 21 août 15:24
                    Tsípras, après avoir réciter son tissus d’âneries pour se faire élire a du remettre les pieds sur terre.

                    C’est bien beau de vouloir dire merde à ses créanciers, mais pour le faire, il ne faut pas avoir besoin d’eux pour finir sa quinzaine.

                    Et comme tout était de la faute de l’Europe, quand il a voulu aller chercher l’argent de la fraude fiscale, personne n’a rien compris : bah alors ? c’est la faute de l’Europe, ou du clergé qui ne paie pas d’impôt, ou des armateurs qui fraudent beaucoup, ou des citoyens qui fraudent pas mal aussi ?

                    Bienvenu dans monde réel !


                    • zygzornifle zygzornifle 21 août 16:58

                      Brave toutou, tatie Merkel lui a jeté son nonos que Macron a bien léché avant histoire qu’il n’y ait plus rien dessus ....


                      • JMBerniolles 21 août 17:45

                        La vérité d’aujourd’hui dans le monde occidental est que les responsables politiques ne détiennent plus le pouvoir. Donc Tsipras et son mouvement, Syriza, où il y avait un noyau réellement révolutionnaire,- avec Manolis Glezos notamment et d’autres figures importantes— n’avaient aucune idée des conditions nécessaires, spartiates je dirais, pour se reaproprier le pouvoir et reconquérir la liberté d’action pour son pays. Il a mollement essayé d’établir son rapport de forces avec la Troïka : 1). Soutien populaire. 2). Reprise en mains monétaire avec un schéma imaginé par Varoufakis. 3) Basculement commercial, financier et obligatoirement militaire au bout du compte vers la Russie.... Au moment de mettre cela en œuvre il s’est effondré, particulièrement devant le Parlement europeen où Nigel Farage l’a interpellé montrant qu’il n’avait pas l’envergure pour mener à bien cette vraie révolution.

                        Alors il a trahi la Grèce, ses ancêtres et notre civilisation à laquelle la Grèce a tant apporté.

                        Il n’est pas le seul. Pierre Laurent à la tête de son organisation européenne de collaboration, la « gauche européenne », a été très actif, ce funeste été 2015, pour maintenir la Grèce dans l’étau néo libéral.

                        Depuis la Grèce est livrée au dépeçage et n’a plus aucun avenir propre.

                        Erdogan et la Turquie subissant aujourd’hui les mêmes pressions, mettent en œuvre les trois principes précédents. L’avenir proche dira si cela marche. Sans doute oui parce que la Turquie a d’autres arguments...


                        • zak5 zak5 21 août 19:10
                          @JMBerniolles
                          Erdogan et la Turquie subissant aujourd’hui les mêmes pressions, mettent en œuvre les trois principes précédents. L’avenir proche dira si cela marche. Sans doute oui parce que la Turquie a d’autres arguments…

                          vous mettez en parallèle Tsípras et Erdogan l’islamiste, surtout que l’un est grec et l’autre ottoman ? islamogauchisme ? c’est bien pour cela que vous êtes dans la merde

                        • JMBerniolles 21 août 20:40

                          @zak5

                          Faites un effort pour vous débarrasser de vos schémas de pensée erronés...

                          L’islamogauchisme ne veut rien dire, une gauche (et une droite) complice des islamistes extrémistes type frères musulmans, mouvement auquel adhère Erdogan, est au contraire une réalité française ... Et il n’est pas question de cela dans mon commentaire. Je mets juste en parallèle les attaques de l’empire financier occidental à l’encontre de la Grèce puis de la Turquie et fait un constat sur l’action et l’attitude des dirigeants de ces pays respectifs.


                        • jjwaDal jjwaDal 21 août 21:49

                          « Trahison », « faux nez de l’oligarchie », vous y allez sans nuance. Tsipras était juste un poisson rouge au milieu de pyranhas et donc les prédateurs l’ont bien roulé dans la farine et profité des contradictions grecque pour lui coller sur le dos le sale travail. Il faut toujours un bourreau en bout de chaine décisionnelle pour porter le coup final.
                          Varoufakis l’a dit, Tsipras avait renoncé au plan « B », car c’était un saut (d’ailleurs mal préparé) dans l’inconnu et donc sans mandat clair du peuple pour claquer la porte à l’euro il ne pouvait que passer sous la table.
                          Qui a fait entrer la Grèce dans la CEE et la zone euro, alors que les transferts de richesse entre zones riches et pauvres au sein de l’europe ne sont pas au dixième de ce qu’il faudrait pour que la mayonnaise prenne ? Qui lui a collé une monnaie beaucoup trop forte pour son économie ? Qui a décidé de faire chauffer la carte bleue pour faire exploser les dépenses d’équipements militaires, vendeurs allemands et français profitant de l’aubaine ? Le peuple grec , Tsipras ?
                          Qui a décidé que la BCE ne pouvait prêter à taux zéro à un pays en difficulté majeure pour souffler , au lieu de se faire rançonner par les marchés financiers et aller dans le mur ?
                          Etc, etc...
                          Il est juste celui que le hasard et les circonstances ont choisi pour vider à main nue la fosse septique. Un amateur sans doute, pas un « assassin financier » .




                          • sirocco sirocco 22 août 00:47

                            @jjwaDal

                            Rien n’obligeait Tsipras à trahir son peuple comme il l’a fait. Sauf peut-être la corruption... Pourriture !


                          • jjwaDal jjwaDal 22 août 11:56
                            @sirocco

                            Très mal préparés à une négociation dure (par amateurisme politique) les dirigeants grecs (au demeurant divisés sur ce qu’il fallait faire) se sont fait acculer au chaos ou à la reddition la queue basse. La BCE asséchait la Grèce en liquidités pendant que la fuite des capitaux battait son plein et que plus personne ne voulait prêter d’argent à un pays en situation de banqueroute . Il faut comprendre que le gouvernement grec n’avait pas de plan et la Troïka en avait un. Vous avez la mémoire courte pour ne pas vous souvenir des retraits limités depuis les distributeurs à une somme quotidienne dérisoire et de plus en plus de réticence envers toute source de paiement autre que le cash.
                            Il ne voulait pas faire défaut sur sa dette, pas quitter l’euro et sa propre banque centrale, la BCE était en train de l’asphyxier. Toute sortie à l’arrache aurait provoqué un chaos indescriptible dont Tsipras aurait porté le fardeau.
                            Je pense qu’au terme d’une nuit interminable de négociations, il a eu à la fois peur des conséquences et on a dû lui laisser entendre qu’il n’y avait aucun échappatoire au plan de la Troïka.
                            Je n’ai aucune sympathie pour le personnage. Il n’avait pas les épaules assez large pour occuper ce poste à ce moment précis de l’histoire de la Grèce. Il en a fait rêver plus d’un (y compris chez les auteurs sur ce site), alors qu’il n’avait pas de bonnes cartes et pas la connaissance du jeu.
                            Facile d’accuser de trahison derrière son clavier. Le lynchage sommaire devient à la mode, de ce temps... Il est temps de réapprendre le doute et les nuances de gris à tous les niveaux si on ne veut pas finir par « se mettre sur la gueule ». Le manichéisme est une pratique très dangereuse qui pourrait nous faire pousser des champignons en n’importe quelle saison (radioactifs bien sûr).

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès