• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > La Trinité : chrétiens prenez vos responsabilités !

La Trinité : chrétiens prenez vos responsabilités !

Concept né de l'hindouisme, il y a quelque 3 à 3 500 ans, la Trinité chrétienne a pris corps au concile de Nicée (en terre arabe, dans l'actuelle Turquie), en 325 de l'ère commune, quand les évêques catholiques apostoliques et romains, réunis, ont décidé qu'Emmanuel (Mt : 1-23), plus connu aujourd'hui sous le nom de Jésus ou de Christ, serait le fils de Dieu, "Père tout puissant" : le Dieu d'Abraham, l'Eternel !

La Trinité chrétienne, contrairement à la Trinité hindoue, dont elle n'a pu que s'inspirer (le plagiat existe depuis la nuit des temps), n'est pas structurée autour de 3 dieux distincts : Brahma le Dieu créateur, Vishnou le Dieu protecteur et Shiva le Dieu destructeur, mais d'un Dieu unique formé de 3 personnes consubstantiellement égales : le Père, le Fils et le Saint-Esprit. Tous les 3 sont des dieux, réunis en un seul !

Pour comprendre ce tour de… passe-passe, il faut obligatoirement avoir la foi ! Cette foi ne s'obtient que par des messages assénés, péremptoires et inlassablement répétés durant des années, privant les écoutants, généralement, au début, mal dans leur peau, de toute réflexion individuelle, rationnelle et d'esprit critique. Et surtout, leur promettant, pour récompense ultime, d'avoir la vie éternelle s'ils s'y conforment aveuglément, car ces messages sont la Vérité divine, véritables "paroles d'Évangiles". Cela ressemble tristement à de l'endoctrinement.

Ainsi, grâce à la Trinité façon chrétienne, Jésus est considéré, par la presque totalité des églises chrétiennes, comme Dieu. Elle fait de Jésus, que certains chrétiens le veillent ou non, le Dieu Créateur par qui "le Père a créé le Ciel, la Terre et toute autre chose".

Une "légende vénérable, malgré tout assez primitive" écrit Albert Einstein en 1953. Oui, mais pour qui a la foi, c'est la Vérité divine !

Donc, Jésus est Dieu ! Dieu créateur du "Ciel, de la Terre et de toute autre chose" !

Questions :

Jésus-Dieu a-t-il créé "le Ciel, la Terre et toute autre chose" avant sa naissance ? Ou durant sa courte vie de 33 ans ? Après sa mort ? Durant sa réapparition de 3 jours comme le prétend Marie-Madeleine ? Ou bien juste après ? Chaque réponse par l'affirmative met le non- chrétien dans l'embarras. Comment est-ce possible ? Etc., etc.

Bon, admettons !

Mais, Jésus étant Dieu, il est donc aussi le Dieu responsable de tous les crimes, de toutes les atrocités et de toutes les ignominies dont l'Ancien testament est le recueil : génocide planétaire (G : 6-7), lapidation des fils indociles (Dt : 21-18 à 21), éventration des femmes par le bas-ventre (Nb : 25-8), cannibalisme divers (Lv : 26-29), etc. ?

Jésus-Dieu ou Dieu-Jésus est-il le Dieu qui prétend avoir créé la Terre avant la Lune et le Soleil ?

Est-il aussi, ce Dieu qui affirmait de ma manière péremptoire qu'il a arrêté (J : 10-13) la course du Soleil et de la Lune, autour de la Terre, pour permet au guerrier Josué de gagner sa guerre (encore une !) ? J'ai posé la même question à ma petite-fille de 4 ans, elle m'a fait la même réponse ! Je dois reconnaitre qu'elle est en avance pour son âge. Pourtant, personne dans la famille ne la prend pour une Déesse ! Elle aurait sûrement eu ce statut il y a 2 ou 3 000 ans. Nos l'avons échappé belle, car les dieux et les déesses vont et viennent au cours des siècles !

Légendes vénérables répéterait Einstein, oui ! Mais mortifères, car combien de millions de morts ont-elles engendrées depuis le début de la création du Dieu-Jésus, en fait depuis le début de l'ère chrétienne ? Jamais dans l'Histoire de l'Humanité, une croyance n'avait été autant meurtrière. Espérons qu'elle se soit assoupie… la bête immonde ?

Les morts sont là, et… ils regardent les chrétiens, tel l'œil de Caïn !

Je rappelle, quand même, que pour les 6/7 de la population mondiale Jésus est un illustre inconnu. Le Dieu Jupiter et sa planète le sont beaucoup plus, et n'ont, eux, aucun mort à leur actif ! Ils peuvent dormir tranquilles.

Alors, si le Dieu-Jésus est Amour, les chrétiens doivent aussi prendre leur responsabilité en endossant tous ses crimes ! Crimes et autres horreurs dont leur Dieu se vante dans l'Ancien testament.

Sinon, les chrétiens doivent supprimer ce texte (l'Ancien testament) de leur Bible et s'en tenir uniquement aux Évangiles ! La manipulation de cette nouvelle Bible sera par ailleurs meilleure, son poids étant réduit des 2/3 !

 

Crédit photo : Wikipédia.

 


Moyenne des avis sur cet article :  2.79/5   (24 votes)




Réagissez à l'article

146 réactions à cet article    


  • Arthur S François Pignon 24 janvier 12:00

    La trinité est une grille assez répandue et toujours usitée pour analyser le psychisme humain que les religions ont toujours tenté de comprendre avant l’avènement des « sciences humaines ».

    Freud avait introduit pour la psychanalyse les trois instances Moi, Surmoi et Ça, et dans la foulée, Berne a proposé les trois états du Moi : Parent, Adulte, Enfant.

     Libre à chacun d’établir les correspondances entre ces systèmes, mais il y a sans doute filiation.


    • JL JL 24 janvier 12:10

      @François Pignon,
       
      ’’Libre à chacun d’établir les correspondances entre ces systèmes, mais il y a sans doute filiation.
      ’’
       
      Dans le domaine d’un espace vectoriel, on évoquerai un changement de base.


    • JL JL 24 janvier 13:40

      @JL
       
       des extraterrestres habitant une lointaine exoplanète et regardant le même espace galactique que nous n’y verraient pas les mêmes constellations.


    • Alren Alren 24 janvier 15:57

      @François Pignon

      1,2,3 Les premiers nombres ont une valeur « psychanalytiques » et jouent un rôle dans la plupart des mythes.

      Dieu pouvait être imaginé comme 1, unique comme dans la religion que le pharaon Akhenaton, repris plus tard par l’Islam.

      La dualité, le couple, correspondant au chiffre 2 ne pouvait être retenu car trop évocateur du couple Homme-femme, trop « sexuel » en quelque sorte.

      Restait 3, si l’on souhaitait avoir deux « images » du dieu : un dieu sévère et punitif avec le père, un dieu aimant et protecteur avec le fils. Le troisième dieu fondu avec les deux autres étant « éthéré », c’est le Saint-Esprit.

      Mais ce Dieu avec sa composante bienveillante ne rendait pas compte du malheur régnant sur Terre. il fallut donc créer un quatrième dieu, pour le mal, et ce fut Satan. Son autre nom Lucifer, celui qui apporte la lumière de la connaissance traduit bien cette méfiances des religieux pour le savoir rationnel et la logique qui pouvait montrer les paradoxes insurmontables de leurs croyances.

      Enfin n’oublions pas que dans la société céleste très « pyramidale », il y a une cour d’archanges, anges, angelots et saints, dont la Vierge Marie, qui transforme peu ou prou le monothéisme en un faux polythéisme.


    • Arthur S François Pignon 24 janvier 16:33

      @Alren

      Si les faces de la pyramide ont bien trois côtés et trois pointes, la pyramide a quatre faces, ce qui nous renvoie à un système duodécimal (base douze), celui de Sumer, mais aussi de l’ancien régime qui survit dans la mesure des heures, des mois et des œufs, mais aussi dans les mentalités.

      Ce système est simple et pratique, parce que 12 est divisible à la fois par deux, par trois et par quatre. Il a pour origine la comptabilité des sacs de récolte avec une seule main pendant que l’autre faisait autre chose : le pouce passait de l’un à l’autre des quatre doigts qui lui sont opposables, et les trois espace entre ces doigts permettaient d’aller très vite jusqu’à la douzaine. Après, on recommençait une nouvelle douzaine.

      Le premier boulier était la main gauche (pour les droitiers).


    • Ouallonsnous ? 24 janvier 16:57

      @François Pignon

      "Cette foi ne s’obtient que par des messages assénés, péremptoires et inlassablement répétés durant des années, privant les écoutants, généralement, au début, mal dans leur peau, de toute réflexion individuelle, rationnelle et d’esprit critique.« 

      C’est bien le principe »diviseur" de toutes les religions et celui sur lequel s’appuient les publicités. Les humains seront libérés quand ils sauront s’en sortir !!


    • Arthur S François Pignon 24 janvier 17:10

      @François Pignon

      variante :

      Chacun des quatre doigts incriminés a trois phalanges  : 3 x 4 = 12


    • Et hop ! Et hop ! 24 janvier 19:01

      @François Pignon :

      La triade est une figure très répandue partout depuis toujours, presque autant que les paires.

      Les sociétés indo-européennes sont tripartites, il y a des triades de divinités gauloises, il y a les trois grâces, il y a les triolets, etc.

      C’est complètement ridicule de dire que la figure ternaire vient d’Asie, elle est nativr dans toutes les civilisations.


    • Ruut Ruut 25 janvier 06:58

      @François Pignon
      La Trinité intègre la réincarnation via l’Âme dans la descendance.

      Dieu = l’Esprit Saint = le Père = le Fils
      L’Âme (l’Esprit Saint du père est transmise au fils sa descendance qui sera elle même transmise a sa descendance.

      Techniquement L’Esprit Saint = c’est la transition ADN (Âme) + l’éducation morale.

      Tous les descendants de jésus auront l’esprit saint et seront par définition Dieu.


    • Alren Alren 26 janvier 13:50

      @Ruut

      Quand les « théologiens » ont inventé « l’âme » faute de pouvoir imaginer une base matérielle à la conscience (neurones inconnus), ils ne connaissaient pas non plus l’ADN !!!


    • À rebours 24 janvier 12:04

      « Sinon, les chrétiens doivent supprimer ce texte (l’Ancien testament) de leur Bible et s’en tenir uniquement aux Évangiles »


      Vous voulez supprimer l’héritage juif de la religion chrétienne. Vous êtes antisémite.

      Non, partez pas je rigolais.

      en fait vous êtes marcioniste.

      https://fr.wikipedia.org/wiki/Marcionisme


      • P.-A. Teslier P.-A. Teslier 24 janvier 13:31

        @À rebours

        Marcioniste : merci ! je ne connaissais pas.
        C’est effectivement cela. Les chrétiens vivrent avec leurs livres à eux.


      • Et hop ! Et hop ! 24 janvier 19:04

        @P.-A. Teslier :

        Le Nouveau Testament est rempli de références à l’Ancien Testament, Jésus se positionne tout le temps par rapport à la Torah, soit pour dire qu’il en est l’accomplissement, soit pour l’interpréter.


      • Jonas Jonas 25 janvier 00:24

        @À rebours "Sinon, les chrétiens doivent supprimer ce texte (l’Ancien testament) de leur Bible et s’en tenir uniquement aux Évangiles »

        La Bible n’est pas un livre de Bisounours, il reflète la réalité du Monde.

        L’Ancien Testament est violent car les histoires liées au peuple hébreu témoignent de la violence intrinsèque de l’homme car il est atteint du péché originel : violences, meurtres, viols, inceste, mensonges, infanticide. Dieu sans cesse rappelle à l’ordre son peuple qui enfreint ses lois.
        Aujourd’hui encore, tous les jours, des centaines d’enfants sont violés ou massacrés, des meurtres abominables sont commis chaque seconde sur la planète.
        Face à cette barbarie innommable, Jésus, annoncé par tous les Prophètes de l’Ancien Testament se révèle dans le Nouveau Testament,
        sur Terre, il est « l’Agneau de Dieu » qui ôte les péchés du Monde (Jean 1:29).
        Son but est de ramener les brebis égarées sur le droit chemin, par l’amour, la joie, le respect, la vérité, en les sortant du vice, du mal, de la cupidité, et donc de l’Enfer.
        Par la Passion du Christ, sa souffrance sur la Croix, Jésus est immolé, sacrifié par les hommes violents et cupides, pour racheter les péchés du monde.
        Dieu dans sa Miséricorde lui accorde la Résurrection, et donc permet à l’Humanité de se sauver, (Jésus en hébreu veut dire « sauveur », « libérateur ») si elle suit la voie du Christ, qui exige le réveil intérieur à son exhortation silencieuse, présente en nous, afin de nous arracher aux simples habitudes, nous conduisant sur le chemin de la vérité, « Avoir faim et soif de justice », tel est le chemin qui s’offre à chacun de nous, un chemin qui prend fin auprès de Jésus Christ.


      • Gollum Gollum 24 janvier 12:14

        Je sens que vus allez encore vous faire des amis vous.. smiley

        Attention Pascal L va débarquer vous remonter les bretelles.. smiley


        • Pascal L 25 janvier 22:10

          @Gollum
          Mais non, cela n’en vaut pas la peine.


        • eddofr eddofr 24 janvier 12:19

          C’est marrant cette propension de certains non croyant à vouloir dicter aux croyants la manière et le contenu de ce qu’ils doivent croire.

          La foi étant une affaire strictement personnelle qui ne regarde que le fidèle et son dieu, moi, je laisse les chrétiens, et les autres, croire ce qu’ils veulent comme il veulent ... tant que cela ne contredit pas les règle du « vivre ensemble » et tant qu’ils ne cherchent pas à m’imposer leur croyance et les règles qui en résultent.


          • Et hop ! Et hop ! 24 janvier 19:10

            @eddofr

            Tout le monde est croyant en quelquechose, autant vous que les chrétiens,
            il y a des religions et des philosophies qui sont athées, cela ne veut pas dire qu’elles n’ont pâs d’autres idoles : l’argent, la main invisible, l’hédonisme, le socialisme, l’écologisme, le narcissisme, le modernisme, le technicisme, le jeu, etc..


          • Gollum Gollum 24 janvier 12:28

            Ceci dit, et pour devenir un peu sérieux, je rappelle que Stéphane Lupasco a développé une logique de l’énergie trinitaire de haute tenue. Et qui peut être appelée à la rescousse par les croyants si ça leur chante.

            Pour faire un parallèle avec la Trinité hindoue il est clair que le Père correspond à Brahma, Le Fils correspond à Vishnou, et l’Esprit-Saint à Shiva.

            Car tout n’est pas absurde dans le christianisme. C’est un subtil mélange de concepts ésotériques traditionnels et de sectarisme.

            Bien évidemment les sectaires sont incapables d’appréhender les concepts symboliques qu’ils utilisent et régurgitent sans compréhension profonde. Pour la bonne raison qu’on leur demande de croire et non pas de comprendre. 

            Car eux vous disent qu’il n’y a rien à comprendre. Circulez et fermer le ban.


            • Étirév 24 janvier 13:02

              De la Trinité originelle en religion et son évolution

              On discutait beaucoup dans les Ecoles d’Alexandrie sur les trois hypostases divines (suppôts, personnes, en grec hupostaseis), qui avaient formé primitivement une Trinité féminine : Mère-Sœur-Fille. Partout trois grandes Déesses représentaient la Femme sous ces divers aspects :

              Nous trouvons le nombre trois dans la légende des trois patriarches Abraham, Isaac, Jacob, qui sont des matriarches formant une Trinité ; dans les trois enfants d’Adam, les trois enfants de Noah, les trois Grâces, les trois femmes qui se disputent la pomme, etc.

              Cette Trinité s’était modifiée depuis qu’on avait introduit des Dieux masculins dans le Panthéon ; alors elle fut représentée par le Père, la Mère, l’Enfant ; telle la Triade égyptienne Osiris-Isis-Horus, greffée elle-même sur une plus ancienne Triade faite d’Ammon-Mauth-Khons.

              Les Chaldéens avaient eu Anou, Nouah, Bel.

              L’Inde fit d’abord sa Triade de Brahmâ, Nâri, Virâdj. Plus tard, elle fut composée de Brahmâ créateur (principe cosmique), Vishnou conservateur (la Femme), Çiva destructeur (l’homme) qui devint le transformateur, parce qu’il détruit et transforme le monde primitif fait par la Femme.

              Enfin, les Scandinaves avaient Odin, Frigga, Balder ; les Finnois avaient Ukko, Luonnotar, Vainamoïnen ; et les Polynésiens ont encore Taaroa, Ina, Oro.

              Quand les Bouddhistes fondèrent leur religion masculine, ils firent une Trinité composée de :

              1° Bouddha, l’intelligence divine, l’Esprit ;

              2° Dharma, la matière, les éléments concrets (sous-entendu la Mère) ;

              3° Sangha, la réunion des deux principes ou des deux univers.

              Cette Trinité fut apportée à Alexandrie de 270 à 303 par le philosophe Porphyre.

              Mais, avant cette époque, Philon s’était occupé de la Trinité, et ses idées sur ce sujet avaient évolué, car nous trouvons qu’il nous indique une première Triade composée de : le Père créateur ; la Mère, qui est la sagesse, dans le sein de laquelle il engendre « non pas à la manière de l’homme » ; le Fils ou le monde conçu d’un germe divin.

              Nous voyons dans cette façon d’engendrer l’origine de la conception miraculeuse de Marie.

              Dans les Ecoles d’Alexandrie, les trois personnes divines étaient devenues :

              - Le Père, duquel procède la création ;

              - Le Fils, duquel procède l’âme ou l’Esprit ;

              - Le Saint-Esprit, l’intellect divin.

              Par le mot pro-cession, les Néo-Platoniciens croyaient échapper au dogme célèbre de l’émanation sur lequel reposaient les théogonies de l’Inde.

              Les Catholiques paraissent avoir formé leur doctrine de la Trinité avec les démentis opposés aux systèmes antérieurs.

              LE PÈRE, c’est la substitution masculine ....

              LE FILS, c’est l’homme, fils du Père, fils de l’homme. Et cela est dit dans un esprit de réaction contre…

              LE SAINT-ESPRIT, c’est l’esprit…

              Suite…


              • Gollum Gollum 24 janvier 14:19

                @Étirév

                Quand les Bouddhistes fondèrent leur religion masculine, ils firent une Trinité composée de :



                1° Bouddha, l’intelligence divine, l’Esprit ;



                2° Dharma, la matière, les éléments concrets (sous-entendu la Mère) ;



                3° Sangha, la réunion des deux principes ou des deux univers.


                N’importe quoi comme souvent et même quasi toujours avec vous. Cela en devient lassant...


                Le Bouddha c’est à la fois le fondateur du bouddhisme et le but à atteindre pour tout bouddhiste. L’état de Bouddha étant le summum de l’ascèse bouddhiste.


                Le Dharma c’est la Loi : suivre les préceptes bouddhistes. Donc rien à voir avec la matière ; je ne sais pas où vous avez eu vos cours de bouddhisme peut-être un texte du Reader Digest.. Et encore ils sont plus sérieux que vous à mon avis.


                La Sangha c’est la communauté des fidèles. Bref, vous délirez grave une fois de plus.


                Quant à vos fantasmes féministes, issus sans doute de rencontres malheureuses avec les hommes et de longues frustrations, ils sont tout simplement risibles.

                La preuve avec ça : Çiva destructeur (l’homme) qui devint le transformateur, parce qu’il détruit et transforme le monde primitif fait par la Femme.

                C’est du délire. Shiva est destructeur des formes parce qu’il transmute, transforme celles-ci en Esprit, ce que les hindous appellent le monde du sans-forme. 

                Il n’est donc en rien un dieu misogyne qui en veut à la gentille femme... si douce et si gentille alors que l’homme c’est rien qu’un gros méchant, vulgaire et qui opprime la femme... smiley smiley


              • njama njama 24 janvier 13:03

                Si Jésus était Dieu, et donc par Essence divine Immortel comme tous les dieux, il ne pouvait mourir, et donc sa mort sur la croix était un faux-semblant.

                Pour une vraie mort, il fallut nécessairement qu’il fut humain, sinon, c’est Dieu qui pipait les dès pour embrouiller les hommes, proposition peu admissible pour n’importe quel croyant. Le corollaire est d’ailleurs que pour ressusciter il fallut nécessairement qu’il fut mort, d’où il est logique de déduire que Jésus n’était pas Dieu. Tous les chrétiens ne sont pas trinitaires, Dieu merci lol smiley

                La révélation coranique était venue rectifier cette erreur dogmatique, et si l’on lit bien le Verset (sourate 4 V. 171), il dit juste « Ô Gens du Livre, [...] Ne dîtes point : »Trois« . Finissez-en, c’est meilleur pour vous. Certes, Allah Est un Dieu Unique. »

                Chers Chrétiens soyez rassurés, très explicitement le Verset réaffirme d’une part le monothéisme strict de la religion des Israélites, d’autre part il n’en en rien une condamnation de cette croyance, et n’empêche pas d’y croire. Il signifie seulement que cette croyance est de peu d’intérêt (spirituel ?). D’où, la tolérance séculaire des musulmans envers les Gens du Livre désignant à ce sujet les chrétiens plus particulièrement qui ne leur interdit pas de conserver leur croyances et de pratiquer leur rites.


                • Et hop ! Et hop ! 24 janvier 19:17

                  @njama :

                  Mahomet et ses successeurs croyaient que les chrétiens avaient trois Dieux, et il les englobainent dans la condamnation du polythéisme.

                  Or ce n’est pas du tout ça, le Dieu des chrétiens est bien Dieu le père, celui qui est à l’origine de l’Univers, il s’est incarné pour venir sur Terre, et il a un esprit qui éclaire les hommes. Jésus et le Saint Ésprit sont divins, mais ils ne sont pas des divinités distinctes.


                • zak5 zak5 24 janvier 20:18

                  @Et hop !
                  Il est très possible qu’il existait ne Arabie une forme de christianisme tri-théiste, dans un environnement polythéiste, ce n’est pas vraiment étonnant. D’ailleurs le Coran quand il parle de cela, il précise toujours « adorer en dehors d’Allah » « min douni Allah » ce qui peut se traduire par « adorer séparément de Dieu »


                • Christian Labrune Christian Labrune 24 janvier 21:09

                  D’où, la tolérance séculaire des musulmans envers les Gens du Livre désignant à ce sujet les chrétiens plus particulièrement qui ne leur interdit pas de conserver leur@njama croyances et de pratiquer leur rites.

                  ==================================
                  @njama

                  C’est très finement observé, mais comme il convient toujours d’en revenir au texte même de la révélation, je me permets de citer le verset 5 de la neuvième sourate qui est une parfaite illustration de la tolérance prescrite au musulman :

                  " Après que les mois sacrés expirent, tuez les associateurs où que vous les trouviez. Capturez-les, assiégez-les et guettez-les dans toute embuscade. Si ensuite ils se repentent, accomplissent la Salat et acquittent la Zakat, alors laissez-leur la voie libre, car Allah est Pardonneur et Miséricordieux. "


                  associateurs  : ceux qui associent au saint nom du dieu unique d’autres entités, comme le font en particulier ces chiens de chrétiens avec les hypostases de leur abominable Trinité. (je me suis fait quelque peu musulman, le temps de rédiger cette petite note, mais c’est fini. Ouf !)


                • njama njama 24 janvier 22:30

                  @Christian Labrune
                  Et Josué... mieux ? pas mieux ?
                  et machin, le roi Saül qui réclame à David cent prépuces de philistins pour convoler en noces avec sa fille Mikal ... (1 S 18, 25-29)

                  ...] Le Qur’ān, que cet Occident islamophobe combat avec acharnement, sans aucune juste cause, contient 6236 Versets répartis en 114 Sourates/chapitres. Vingt-six Versets traitent du Jihad ; trente-huit Versets traitent du Combat ; et six Verset traitent de la levée en masse. Ce qui fait en tout 70 Versets, de tous les 6236.

                  70 /6236 = 0.011122514

                  Le reste du Corpus, soit les 6166 Versets, traitent et organisent inséparablement, la vie terrestre, dans tous ses secteurs, et celle de l’Au-delà. Prendre 70 Versets, qui ont leur raison d’être, puisque Juifs et Chrétiens ont dévié du vrai Monothéisme, comme prétexte pour combattre et éliminer Islam et musulmans, tient d’un exécrable racisme.

                  Zeinab ABDELAZIZ Le 18 Août 2016, http://www.alterinfo.net/BIBLE-et-TERRORISME_a124727.html


                • njama njama 24 janvier 22:43

                  @Christian Labrune

                  « Étant donné que le texte coranique n’a pas changé depuis et que l’histoire non plus, comment se fait-il que l’islam soit devenu en Occident, via une propagande extraordinairement efficace, la religion la plus intolérante de l’histoire humaine ? Il y a comme quelque chose qui cloche non ? » (lelibrepenseur)

                  Quand la France interdisait la diffusion du Coran, jugé trop ... tolérant !

                  On apprend donc dans ce livre du grand spécialiste américain John Tolan – Mahomet l’européen : histoire des représentations du Prophète en Occident (chez Albin Michel) – que la France au XVIe siècle avait interdit le Coran car il était, selon le clergé de l’époque, jugé trop tolérant ! Étant donné que le texte coranique n’a pas changé depuis et que l’histoire non plus, comment se fait-il que l’islam soit devenu en Occident, via une propagande extraordinairement efficace, la religion la plus intolérante de l’histoire humaine ? Il y a comme quelque chose qui cloche non ?

                  La France catholique en guerre contre le protestantisme, interdisant la liberté religieuse, censura la Coran qui était jugé trop tolérant envers les autres religions et qui fournissait a leurs opposants les arguments nécessaires pour réfuter leurs dogmes et leurs pratiques

                  Les catholiques craignent également une alliance entre protestants et ottomans, les protestants combattus par les catholiques pouvaient trouver refuge et liberté de culte chez les Ottomans qui acceptaient la liberté religieuse quand l’Europe était plongée dans l’intolérance et luttait contre la diversité religieuse.

                  Face à ce danger et désireux de lutter contre l’administration grandissante dont les Turcs et leur tolérance religieuse étaient l’objet, le Coran qui fournissait aux opposants du christianisme des arguments contre leurs dogmes et leurs pratiques fut interdit dès 1564, mais il continuait à être diffusé et apprécié par des intellectuels aussi divers que Guillaume Postel, Joseph Scaliger ou Montesquieu.

                  https://www.lelibrepenseur.org/quand-la-france-interdisait-la-diffusion-du-coran-juge-trop-tolerant/

                  Autre lien http://www.alterinfo.net/Quand-la-France-interdisait-la-diffusion-du-Coran-juge-trop-tolerant-_a144531.html


                • cathy cathy 24 janvier 23:15

                  @zak5
                  Il y a eu des centaines de déclinaison du christianisme dans le moyen-orient. Il existait même un évangile qui résumait les 4. 


                • Jonas Jonas 25 janvier 01:26

                  @njama « Tous les chrétiens ne sont pas trinitaires »

                  La Trinité est un dogme, chez tous les chrétiens.


                • Jonas Jonas 25 janvier 01:34

                  @njama "D’où, la tolérance séculaire des musulmans envers les Gens du Livre désignant à ce sujet les chrétiens plus particulièrement qui ne leur interdit pas de conserver leur croyances et de pratiquer leur rites« 

                  Les chrétiens ont été persécutés ppendant des siècles par les musulmans par millions en Afrique, en Asie, au Moyen-Orient et en Europe.
                  Cela est justifié par les textes coraniques :

                   »Ô les croyants ! Ne prenez pas pour alliés les Juifs et les Chrétiens ; ils sont alliés les uns des autres. Et celui d’entre vous qui les prend pour alliés, devient un des leurs. Allah ne guide certes pas les gens injustes.« 
                  Le Coran 5:51

                   »les Chrétiens disent : « Le Christ est fils de Dieu ». Telle est leur parole provenant de leurs bouches. Ils imitent le dire des mécréants avant eux. Qu’Allah les anéantisse ! Comment s’écartent-ils (de la vérité) ?« 
                  Le Coran 9:30

                   »Tu trouveras certainement que les Juifs et les associateurs sont les ennemis les plus acharnés des croyants."
                  Le Coran 5:82


                • Christian Labrune Christian Labrune 25 janvier 11:22

                  @njama
                  Il y a déjà pas mal de siècles que les chrétiens et les Juifs ne collectionnent plus les prépuces des ennemis tués au combat ! En revanche, les cinq mille chrétiens persécutés, décapités ou crucifiés du côté de Raqqa en application du verset 5 de la neuvième sourate, c’est l’histoire la plus récente.

                  Si vous aviez une connaissance minimale de l’histoire antique, vous sauriez que l’origine de ces pratiques (collections de mains tranchées ou de prépuces) se trouve dans les textes des temples de l’Egypte. Le Livre de Josué, dans la Bible, procède de la même origine.

                  Encore s’agit-il le plus souvent d’une rhétorique des plus conventionnelles : sur le socle de plusieurs statues de pharaons, au Louvre, ou sur le sarcophage de Ramsès III dans la crypte d’Osiris, vous verrez des alignements de prisonniers ligotés que le pharaon, muni de sa massue, assomme consciencieusement, comme déjà sur la palette de Narmer, laquelle date du XXXIIe siècle (!) avant notre ère.

                  Description de cette palette dans l’article que Wikipedia lui consacre :

                  "À l’extrême-droite de la scène sont étendus dix cadavres décapités, victimes des conquêtes de Narmer. Selon une publication de 1998 5, les cadavres décapités sont également émasculés, leur pénis déposé sur leur tête, à l’exception du premier où le membre viril est bien visible sur de bonnes photos. Selon les auteurs cités, l’omission de ce détail lors de la publication de la description de la palette à l’époque victorienne aurait été omis par pudibonderie. L’exception du seul ennemi non-émasculé reste une énigme. Cependant, les auteurs soulignent que la décapitation et l’ablation des pénis était destinée « à faire périr définitivement la victime dans ce monde mais aussi dans l’au-delà, privée de parties vitales de leur corps et ne pouvant renaître ». Ce dernier message est clair : « qui s’oppose à Pharaon reçoit une mort éternelle ».

                  Le Livre de Josué, dans la Bible, avec son cortège de massacres, procède exactement de la même rhétorique, et il est très plaisant de constater que les musulmans, qui nient le plus souvent l’historicité du texte biblique lorsqu’il prouve la présence des Juifs, des siècles avant notre ère, en Palestine, ne remettent jamais en cause l’historicité d’un livre de Josué qui atteste pourtant que le soleil fut durant plusieurs heures arrêté dans sa course, ce qui est à peu près aussi crédible et rationnel que le voyage nocturne du Chamelier de l’islam jusqu’au temple de Jérusalem, venu de La Mecque sur son bourrin Buraq, par le septième ciel, en compagnie de l’ange Gabriel.


                • Christian Labrune Christian Labrune 25 janvier 11:42

                  rendre 70 Versets, qui ont leur raison d’être, puisque Juifs et Chrétiens ont dévié du vrai Monothéisme, comme prétexte pour combattre et éliminer Islam et musulmans, tient d’un exécrable racisme.

                  =================================
                  @njama

                  C’est l’islam qui est raciste, et certainement pas ceux qui le combattent, et les cinq mille chrétiens d’Orient massacrés depuis dix ans en savent quelque chose.

                  Dois-je vous rappeler que 850 mille Juifs, depuis 48, ont dû s’enfuir des pays musulmans, n’ayant souvent pas d’autre choix qu’entre la valise et le cercueil.
                  Personne n’est capable de dire s’il reste aujourd’hui un seul juif dans une Algérie devenue judenrein. Ce que rêvait Hitler, les Algériens l’ont réalisé par des moyens plus discrets.

                  Dois-je vous rappeler que depuis le début de ce siècle, plus de 50 mille juifs des territoires occupés de la banlieue parisienne ont dû se replier sur Paris pour fuir l’antisémitisme des banlieues. Ce qui n’aura pas empêché plusieurs de se faire massacrer dans Paris au nom de la grandeur d’Allah.

                  Ignorez-vous que Soleimani, la semaine passée (islam chiite), rappelait encore publiquement que l’objectif de l’Iran était la destruction d’Israël ?

                  Les ennemis du totalitarisme islamique, dont je suis, se foutent éperdument de savoir si cette idéologie de merde, dernier avatar du nazisme, est véhiculée par des Arabes, des Chinois, des Africains noirs ou des Gaulois convertis.


                • ETIENNE 25 janvier 16:10

                  @Christian Labrune
                  Combien de musulmans ont dû fuir le messianisme juif en 1948 ?
                  Cessez de rire, c’est tous les jours que des colons intégristes juifs persécutent des musulmans au nom d’une promesse divine qui devrait n’engager que ceux qui y croient. Ça ne date pas d’il y a 2000 ans.


                • Christian Labrune Christian Labrune 26 janvier 14:39

                  @ETIENNE

                  Les anciens royaumes de Juda et d’Israël ont été conquis et colonisés au VIIe siècle par le Calife Omar, à l’époque du grand mouvement d’extension hégémonique de l’islam. Les Arabes ont fait la même chose dans l’Egypte copte à partir de 640. Je ne vois pas comment d’anciens colonisés pourraient être appelés « colons » sur des terres qui sont le berceau d’une civilisation originale dont ils sont les inventeurs et dont nous sommes les lointains héritiers, comme tous les peuples dont la culture a longtemps reposé sur la Bible.

                  Si les Juifs s’étaient comportés à partir de 48 comme les Algériens après la décolonisation, il y a longtemps qu’il n’y aurait plus de colons musulmans en Israël. Il reste bien peu de Français en Algérie, et personne ne peut dire s’il y reste un seul Français juif. Or, la population arabe, depuis la renaissance de l’état d’Israël, bénéficie de la citoyenneté démocratique, et elle a été multipliée par 7 dans le temps même où la population juive du Maroc était divisée par 57 !

                  Vous ne trouverez que de parfaits imbéciles totalement ignorants de l’histoire pour prendre ici fait et cause pour un islamo-nazisme palestinien qui dérive directement, aussi bien du côté de l’Autorité que du côté du Hamas, de l’idéologie infecte d’un mufti nazi de Jérusalem qui, après la guerre, aura échappé de très peu au tribunal de Nüremberg.


                • ETIENNE 28 janvier 15:12

                  @Christian Labrune
                  Je vous l’ai écrit, ce lien ancestral est fictif, vous fondez tout sur sa réalité historique, mais ça n’engage que vous.
                  Et vous saoulez avec les nazis, vous vivez dans un monde uchronique.
                  Le rôle du méchant nazisme est aujourd’hui fièrement assumé par le sionisme.


                • ETIENNE 28 janvier 15:23

                  @Christian Labrune
                  Et le VIIè siècle, c’est vieux pour justifier ce qui a été fait depuis 1948, l’exode forcé dans les camps des palestiniens chassés de chez eux et les persécutions actuelles.
                  La question reste suspendue : combien de musulmans chassés de chez eux en 48 par le messianisme juif ?


                • rogal 24 janvier 13:10

                  Le rapport entre trinité divine et responsabilité des chrétiens ne saute pas aux yeux.


                  • CoolDude 24 janvier 13:41

                    @Auteur... au Thé0+0gien menteur !

                    Encore du grand n’importe quoi de quelqu’un qui n’a rien compris et qui ne veut rien comprendre... Mais qui obtient une note au dessus de la moyenne ce qui signifie que cette ensemble d’amalgame haineux fait des adeptes !

                    On se demande qui endoctrine qui ?

                    Bref... Un petit exemple de ce grand n’importe quoi :

                    Mais, Jésus étant Dieu, il est donc aussi le Dieu responsable de tous les crimes, de toutes les atrocités et de toutes les ignominies dont l’Ancien testament est le recueil : génocide planétaire (G : 6-7), lapidation des fils indociles (Dt : 21-18 à 21), éventration des femmes par le bas-ventre (Nb : 25-8), cannibalisme divers (Lv : 26-29), etc. ?

                    Lapidation : C’est Dieu ou Jésus Christ qui lançait des pierres ? Que dit-il au sujet de la lapidation d’ailleurs ?

                    Éventrations : C’est lui aussi qui tenait le couteau... ?

                    Cannibalismes... ?

                    Soit vous êtes possédés, soit c’est de la mauvaise Foi (ce qui revient un peu au même !

                    PS :

                    Jésus est considéré comme le Fils de Dieu, la Parole de Dieu... Ce qui fait de lui un être Divin à la parole Divine indéniable à légal de Dieu par définition et si on en croit les Miracles des Évangiles.

                    Après c’est juste une question de Foi dans les Évangiles et dans sa Parole.

                    Après si vous voulez Éventrer, etc... Dire ensuite que c’est la faute du Christ, un éventreur d’innocent manifeste, cela vous concerne.


                    • CoolDude 24 janvier 13:44

                      @CoolDude

                      Certain dirait que c’est du Macronisme de Très Haut Niveau : JePiteRien !


                    • Christian Labrune Christian Labrune 24 janvier 21:15

                      et si on en croit les Miracles des Évangiles.

                      ===========================
                      @CoolDude
                      Si vous y croyez, vous allez peut-être pouvoir m’expliquer pourquoi Jésus ressuscite le pauvre Lazare. Qu’avait-il bien pu faire au bon Dieu, ce pauvre homme ?
                      Habituellement, on ne meurt qu’une fois, et c’est déjà bien largement suffisant. Pourquoi le faire mourir une seconde fois ? Et de quoi est-il mort, la seconde fois ? On ne me l’a jamais expliqué, et cela m’a toujours préoccupé, mais pas au point d’entreprendre des recherches savantes. Si vous aviez des lumières là-dessus, je serais preneur.


                    • CoolDude 24 janvier 22:33

                      @Christian Labrune

                      Pourquoi pauvre ?

                      Vous projetez... Pour ne pas dire vous fantasmez peut être. smiley

                      Et c’était peut être le souhait de Lazare !?

                      On ne me l’a jamais expliqué.

                      Parce que ce n’est pas expliqué... Faites appel au Saint Esprit peut être qu’Il vous répondra.

                      https://fr.wikipedia.org/wiki/Lazare_de_B%C3%A9thanie

                      Dans l’Évangile selon saint-Jean, chapitre 11, versets 1 à 44 :

                      « Il y avait un homme malade, Lazare, de Béthanie, village de Marie et de Marthe, sa sœur. C’était cette Marie qui oignit de parfum le Seigneur et qui lui essuya les pieds avec ses cheveux, et c’était son frère Lazare qui était malade. Les sœurs envoyèrent dire à Jésus : « Seigneur, voici, celui que tu aimes est malade ». Après avoir entendu cela, Jésus dit : « cette maladie ne mènera point à la mort ; mais elle est pour la gloire de Dieu, afin que le Fils de Dieu soit glorifié par elle ». Or, Jésus aimait Marthe, et sa sœur, et Lazare. Lors donc qu’il eut appris que Lazare était malade, il resta deux jours encore dans le lieu où il était, et il dit ensuite aux disciples : « Retournons en Judée ». Les disciples lui dirent : « Rabbi, les Juifs tout récemment cherchaient à te lapider, et tu retournes en Judée ! » Jésus répondit : « n’y a-t-il pas douze heures au jour ? Si quelqu’un marche pendant le jour, il ne bronche point, parce qu’il voit la lumière de ce monde ; mais, si quelqu’un marche pendant la nuit, il bronche, parce que la lumière n’est pas en lui ». Après ces paroles, il leur dit : « Lazare, notre ami, dort ; mais je vais le réveiller ». Les disciples lui dirent : « Seigneur, s’il dort, il sera guéri ». Jésus avait parlé de sa mort, mais ils crurent qu’il parlait de l’assoupissement du sommeil. Alors Jésus leur dit ouvertement : « Lazare est mort. Et, à cause de vous, afin que vous croyiez, je me réjouis de ce que je n’étais pas là. Mais allons vers lui ». Sur quoi Thomas, appelé Didyme, dit aux autres disciples : Allons aussi, afin de mourir avec lui. Jésus, étant arrivé, trouva que Lazare était déjà depuis quatre jours dans le sépulcre. Et, comme Béthanie était près de Jérusalem, à quinze stades environ, beaucoup de Juifs étaient venus vers Marthe et Marie, pour les consoler de la mort de leur frère. Lorsque Marthe apprit que Jésus arrivait, elle alla au-devant de lui, tandis que Marie se tenait assise à la maison. Marthe dit à Jésus : « Seigneur, si tu eusses été ici, mon frère ne serait pas mort. Mais, maintenant même, je sais que tout ce que tu demanderas à Dieu, Dieu te l’accordera ». Jésus lui dit : « ton frère ressuscitera. Je sais, lui répondit Marthe, qu’il ressuscitera à la résurrection, au dernier jour. Jésus lui dit : je suis la résurrection et la vie. Celui qui croit en moi vivra, quand même il serait mort ; et quiconque vit et croit en moi ne mourra jamais. Crois-tu cela ? Elle lui dit : oui, Seigneur, je crois que tu es le Christ, le Fils de Dieu, qui devait venir dans le monde ». Ayant ainsi parlé, elle s’en alla. Puis elle appela secrètement Marie, sa sœur, et lui dit : « le maître est ici, et il te demande ». Dès que Marie eut entendu, elle se leva promptement, et alla vers lui. Car Jésus n’était pas encore entré dans le village, mais il était dans le lieu où Marthe l’avait rencontré. Les Juifs qui étaient avec Marie dans la maison et qui la consolaient, l’ayant vue se lever promptement et sortir, la suivirent, disant : « elle va au sépulcre, pour y pleurer ». Lorsque Marie fut arrivée là où était Jésus, et qu’elle le vit, elle tomba à ses pieds, et lui dit : « Seigneur, si tu eusses été ici, mon frère ne serait pas mort ». Jésus, la voyant pleurer, elle et les Juifs qui étaient venus avec elle, frémit en son esprit, et fut tout ému. Et il dit : « où l’avez-vous mis ? Seigneur, lui répondirent-ils, viens et vois ». Jésus pleura. Sur quoi les Juifs dirent : « Voyez comme il l’aimait ». Et quelques-uns d’entre eux dirent : « lui qui a ouvert les yeux de l’aveugle, ne pouvait-il pas faire aussi que cet homme ne mourût point ? » Jésus frémissant de nouveau en lui-même, se rendit au sépulcre. C’était une grotte, et une pierre était placée devant. Jésus dit : « ôtez la pierre ». Marthe, la sœur du mort, lui dit : « Seigneur, il sent déjà, car il y a quatre jours qu’il est là ». Jésus lui dit : « ne t’ai-je pas dit que, si tu crois, tu verras la gloire de Dieu ? » Ils ôtèrent donc la pierre. Et Jésus leva les yeux en haut, et dit : « Père, je te rends grâces de ce que tu m’as exaucé. Pour moi, je savais que tu m’exauces toujours ; mais j’ai parlé à cause de la foule qui m’entoure, afin qu’ils croient que c’est toi qui m’as envoyé ». Ayant dit cela, il cria d’une voix forte : « Lazare, sors ! » Et le mort sortit, les pieds et les mains liés de bandes, et le visage enveloppé d’un linge. Jésus leur dit : « déliez-le, et laissez-le aller ». »


                    • Christian Labrune Christian Labrune 25 janvier 10:54

                      Faites appel au Saint Esprit peut être qu’Il vous répondra.

                      =========================
                      @CoolDude

                      Les déclarations du Saint-Esprit, vous en conviendrez, sont assez rares, et je n’ai pas le souvenir que l’AFP s’en soit jamais fait l’écho. Je serais prêt à parier qu’en compulsant les archives de la presse depuis cent ans, on ne trouvera pas la moindre conférence de presse du Saint-Esprit.
                      Vous me renvoyez au texte de l’Evangile que je connais aussi bien que vous, et je passe au Louvre chaque semaine devant une dizaine de tableaux, de différentes époques, qui peignent ce « miracle » en faisant un sort à chacun des détails du texte que vous citez. J’aime beaucoup celui de Gertgen Tot Sint Jans où l’on voit, à gauche, un personnage qui se bouche le nez à cause de la puanteur. Mais cela n’explique rien du tout. Faut croire, même si c’est idiot ! Si on commençait à réfléchir ce que vous ne faites pas le moins du monde dans ce que vous me répondez !-, on rigolerait.
                      Je vous renvoie à ce que Spinoza dit du miracle en général dans sont Traité théologico-politique. Si vous pouvez produire, sans renvoyer à des articles de croyance, une réfutation rationnelle de son argumentation, je serais fort curieux de la connaître.
                      Les penseurs d’un moyen-âge qu’on a trop longtemps assimilé à une période obscurantiste savaient bien pourtant, déjà, que la foi ne pèse pas bien lourd si elle n’est étayée par la raison. Fides quaerens intellectum était déjà l’exigence, au XIe siècle, d’Anselme de Cantorbery.


                    • CoolDude 25 janvier 13:13

                      @Christian Labrune

                      Si connaissez si bien ce texte alors pourquoi vous dite « pauvre » Lazare, si ce n’est qu’un préjugé de votre part...

                      Et y a t’il la moindre explication dans le texte sur ses attentions et ce qu’il s’est passé pendant les deux jours !?
                      Et pourquoi en voulez vous une ?!

                      Pourquoi me posez des questions qui n’ont pas de reponse et pourquoi exigez vous une reponse ???

                      Tel est ma question ?

                      Et que savez vous du Saint Esprit ou de l’esprit Saint ?
                      Peut être qu’il vous parle mais vous ne l’écoutez pas...

                      PS : La Foi, c’est la Foi... Tu fais confiance ou pas... Bref...
                      Blablabla...


                    • CoolDude 25 janvier 13:56

                      @Christian Labrune

                      Sinon, j’ai cité ce texte déjà bien évidement pour vous contre dire, mais aussi car il y a des passages assez croustillants qui résume bien l’ambiance du moment...


                    • Christian Labrune Christian Labrune 26 janvier 17:52

                      @CoolDude

                      C’est un récit d’autant plus idiot qu’à l’époque du Christ et dans cette région, la coutume n’était pas d’enrouler des « bandelettes » autour du corps des morts, comme les Egyptiens faisaient après les avoir momifiés. Les historiens n’ont pas manqué de relever ce détail tout à fait fantaisiste.

                      Je dis « pauvre Lazare » parce qu’il n’avait rien demandé et qu’il lui faudrait nécessairement re-mourir, ce qui n’est guère plaisant. Où était-il, ce pauvre homme, dans l’attente du jugement dernier, entre sa mort et sa résurrection ? Si vous pouviez m’éclairer, ça me rendrait service : la religion chrétienne, là-dessus, n’est pas très claire.

                      Jésus fait donc une petite exception pour complaire à ses copines Marthe et Marie, mais aussi pour sa pub : c’est que tout le monde n’est pas capable de ressusciter les morts et j’en serais personnellement, je l’avoue, tout à fait incapable. C’est vraiment très fort, aussi fort que d’être capable de faire sortir des lapins d’un chapeau, ou de faire sortir entière une charmante jeune femme d’un cercueil où on l’a vue entrer, et qui vient d’être scié par le milieu. Des performances dont je suis tout aussi incapable.


                    • Gollum Gollum 26 janvier 18:42

                      @Christian Labrune

                      Sans compter que l’épisode Lazare ne se trouve que chez Jean et pas ailleurs.

                      Comment un tel miracle, le plus grand sans doute du Christ, celui de redonner vie à un mort, a-t-il pu être ignoré des autres évangélistes ? 

                      Sans doute une facétie de l’Esprit Saint... 


                    • Xenozoid 26 janvier 18:45

                      @Gollum

                      mais la brune est athé.....lol


                    • Christian Labrune Christian Labrune 27 janvier 01:28

                      @Gollum

                      Dieu, s’il existait ce qu’à Dieu ne plaise ! serait nécessairement un gros farceur. Le type même du demeuré qui tire la chaise sur laquelle vous alliez vous asseoir pour que vous vous cassiez la gueule.
                      On doit trouver encore un article sur AgoraVos où j’ai démontré cette thèse qui serait bien difficile à contester.
                      De toute façon, le cas de Jésus n’est pas une singularité dans son temps. La légende d’Apollonios de Tyane, à peu près son contemporain, est remplie de semblables « miracles » très ébouriffants, bien que cet héritier de la philosophie grecque, pythagoricienne en particulier, ne se fût jamais préoccupé du dieu des chrétiens. 


                    • Gollum Gollum 27 janvier 10:05

                      @Xenozoid

                      Labrune compte pas pour des prunes. smiley


                    • zzz999 24 janvier 13:46

                      Le concept de trinité n’est pas chrétien, c’est l’Eglise qui le prétend mais en cela elle s’écarte de la Bible et en particulier de ce qu’a dit Jésus à plusieurs reprises « Mon Père est plus grand que moi (donc pas co-égal comme avec la trinité) » si Dieu=Jésus, qui lui a parlé lors du baptème ? à qui a t ’il parlé sur la croix > ? à lui même ? Qui a sous-tendu l’univers pendant les 3 jours qu’il était dans la tombe ? etc.


                      • Jonas Jonas 25 janvier 01:04

                        @zzz999 « Mon Père est plus grand que moi (donc pas co-égal comme avec la trinité) »

                        La nature du Dieu Éternel se manifeste en trois personnes : Le Père, le Fils et le Saint Esprit.

                        « Moi et le Père nous sommes un. »
                        Jean 10:30

                        La Trinité est l’essence Divine même de la notion de Dieu. Religion vient du mot « lier » (du latin religio), le Père lié au Fils par le Saint Esprit.
                        La Trinité représente le mystère fondamental de la connaissance Divine faisant le lien entre Dieu et l’humanité, entre l’homme et la femme, la mère et son enfant, une définition extrême de l’Amour.
                        Dieu dit dans la Bible :
                        « C’est pourquoi l’homme quittera son père et sa mère, et s’attachera à sa femme, et ils deviendront UNE SEULE chair.’
                        La Bible - Genèse 2:24
                        Cette connaissance de la Trinité révélée au plus profond de l’inconscient de l’Homme, existe depuis toujours.
                        La Bible avec l’avènement de la Parole de Dieu en Jésus-Christ, n’en est que sa révélation pleine et entière.
                        Par l’Eucharistie (célébrée à l’Église tous les dimanches), nous sommes UN dans le corps du Christ, lui même UN avec Dieu, fusionnés par la grâce du Saint Esprit.

                         »afin que tous soient un, comme toi, Père, tu es en moi, et comme je suis en toi, afin qu’eux aussi soient un en nous, pour que le monde croie que tu m’as envoyé."
                        Jean 17:21


                      • njama njama 25 janvier 10:38

                        @Jonas
                        Quand Jésus dit Père, c’est Abba, qui en araméen peut être un géniteur comme un père adoptif, mais la théologie a fait de Dieu son Père putatif (synonymes = estimé, présumé, prétendu, supposé) ce qui n’a rien de très original puisque nous serions tous Fils de Dieu, expression courante dans la Bible

                        De plus dans les Évangiles Jésus se dit « Fils de l’homme » une bonne quarantaine de fois au moins dans mes souvenirs , et non pas Fils du Père.
                        Peut-être ne l’a-t-il pas assez répété pour être entendu ? ou que à l’époque de ce fameux Concile de Nicée en 325 le travail de traduction des Évangiles n’étaient pas abouti et pouvait prêter à de nombreuses confusions, ou opinions sur les hypostases supposées du bonhomme.

                        Si Dieu est Créateur, Jésus ne l’ai pas, vu qu’il fut créé...
                        donc Jésus n’est pas Dieu...

                        après au niveau eschatologique post-mortem, c’est autre chose... a-t-il rejoint « l’espace divin » (?) on peut le penser... de même que Élie fut emporté sur un Chariot de Feu sans passer par la mort... si l’on en croit la Bible, ce qui semble un peu obligé tout de même puisque le Nazaréen n’a rien retranché aux Écritures, ni à la Loi.
                        Amen


                      • njama njama 25 janvier 10:43

                        @Jonas

                        la Lettre de saint Jérôme * au pape Damas, ... travail de traduction, sans doute effectué de 382 à 405 soit bien après ce Concile de Nicée. Dans sa « lettre à Damase », Jérôme admet que les versions latines en circulation montrent de grandes et graves différences. Elles sont presque toutes déficientes et aucune ne pourrait être approuvée"

                        https://fr.wikipedia.org/wiki/Lettre_%C3%A0_Damase

                        Beatissimo papae Damaso Hieonymus

                        Novum opus facere me cogis ex veteri : ut post exemplaria Scripturarum toto orbe dispersa, quasi quidam arbiter sedeam : & quia inter se variant, quae sint illa quae quum Graeca consentiant veritate, decernam. [...]
                        http://www.earlychurchtexts.com/main/jerome/preface_to_four_gospels.shtml


                        la traduction en français :
                        Tu veux me faire transformer un vieil ouvrage en une œuvre nouvelle, quand tant d’exemplaires des Écritures sont dispersés dans le monde, je devrais en quelque sorte faire l’arbitre ; décider de ceux qui ont dévié et de ceux qui sont davantage d’accord avec la source grecque. Œuvre de piété sans doute, mais aussi périlleuse aventure que celle de juger des autres quand on doit soi-même être jugé. Il faudrait changer le langage des anciens et ramener à la simplicité de l’enfance un monde qui vieillit déjà. Qui donc parmi les doctes comme parmi les ignorants prenant en main un volume et constatant qu’il diffère de celui qu’il a jadis mouillé de sa salive ne vociférerait pas immédiatement contre moi en me traitant de faussaire et de sacrilège, moi qui oserais changer, ajuster, corriger les anciens livres. Cette impopularité (ce que je vais affronter) il est deux raisons qui m’en consolent, la première est que c’est toi qui m’a donné cet ordre, la seconde est que ce qui est aberrant ne saurait être vrai, chose qui est admise des plus méchantes langues. S’il faut accorder quelque foi aux manuscrits latins des Écritures, qu’on nous dise quels sont ces exemplaires car il est autant de versions que de manuscrits.

                        S’il faut mettre à contribution plusieurs manuscrits, pourquoi ne pas retourner tout bonnement à l’original grec, faisant ainsi justice des mauvaises traductions, des corrections intempestives de ceux qui se croyaient savants, et des adjonctions introduites par des éditeurs ensommeillés ? Je ne parle pas de l’Ancien Testament où l’on pourrait se demander ce qu’ Aquila ou Symmaque ou Théodotien, qui tient le milieu entre les deux, ont pensé du texte. Notre traduction sera celle que les Apôtres ont reçue (Jérôme s’en tient donc à la Septante). Je parle à présent du Nouveau Testament qui a été indubitablement rédigé en grec, à l’exception de l’Apôtre Matthieu qui rédigea son Testament en Judée et en hébreu. Je laisse de côté ces versions attribuées à un Lucianus ou un Hesychius et que certains défendent avec un acharnement regrettable. Ces derniers n’avaient pas le droit de corriger ce que, à propos de l’Ancien Testament, la Septante avait mis au point. Le texte des Ecritures reçues par de nombreux peuples montre que leurs adjonctions sont autant d’erreurs.

                        La modeste préface que voici propose que les quatre évangiles soient rangés de la manière suivante : Matthieu, Marc, Luc et Jean. Ils sont bien le fruit d’une collation de manuscrits grecs mais ces manuscrits sont anciens. Ce qui ne diffère pas beaucoup de la version latine, nous le signifions par la lettre (b). Dans ce cas, nous nous contentons de changer ce qui a trait au sens, mais nous laissons subsister le reste sous sa forme primitive. Quant au contenu des versions, nous le répartissons en dix, ce qu’a fait Eusèbe de Césarée lequel suivait lui-même Ammonius. Que si des curieux veulent connaître des passages des Évangiles qui sont identiques (dans chaque Évangile), proches les uns des autres ou uniques, ce chiffre de dix les satisfera. En effets dans les versions latines s’est installée avec le temps l’erreur qui rend un Évangile et un autre moins formels, nous le signalons par la lettre (c). Il arrive encore que, quand le sens ne change guère d’un Évangile à l’autre, on ait calqué le texte sur celui des Évangiles qui donnent le premier cette leçon. C’est ainsi que chez nous (chez les Latins) tout s’est mélangé, que Marc répète en maints passages Luc et Matthieu, que Matthieu reproduise Jean et Marc, tandis que chaque Évangile conservait ce qui lui appartenait exclusivement. C’est pourquoi que, lorsqu’on lira la version que nous proposons, il n’y aura plus de confusion, que l’on connaîtra ce qui est semblable chez tous et que l’on rendra à chacun ce qui lui appartient.

                        Dans le premier cas de figure, il y a concordance entre les quatre Évangiles, Matthieu, Marc, Luc et Jean. Dans le second cas, nous ne trouvons plus que trois évangélistes, Matthieu, Marc et Luc. Dans le troisième cas, il y aura Matthieu, Luc, Jean. Dans le quatrième, Matthieu, Marc, Jean. Dans le cinquième, Matthieu et Luc. Dans le sixième, Matthieu et Marc. Dans le septième, Matthieu et Jean. Dans le huitième, Luc et Marc. Dans le neuvième, Luc et Jean. Dans le dixième, on trouvera ce qui est propre à chaque Évangile et qui n’existe pas dans les autres. Dans le cas de chacun des Évangiles, on voit le nombre (des chapitres ?) s’accroître au fur et à mesure que l’on s’éloigne de l’unité.

                        Le nombre (des chapitres ?) sera de couleur noire. Il en comportera un autre au minimum, lequel allant jusqu’à dix, indiquera dans quel évangile on trouvera le passage en question. Lorsqu’on ouvrira son évangéliaire, et qu’on voudra savoir par exemple à quel chapitre appartient telle ou telle version on le verra tout de suite au nombre que nous avons ajouté. On se référera alors au début de l’édition où la masse des versions est consignée. Grâce au nom de la version indiquée au début de chaque Évangile, on trouvera le numéro de chaque évangéliste, avec les titres (?) différents qui appartiennent à chacun d’eux. Trouvant à côté de ce dernier, le nom des autres Évangiles.

                        Tu pourras ainsi consulter les numéros qui se trouvent sous la même rubrique. Dès que l’on aura consulté ces informations, on pourra recourir aux volumes de chacun des évangélistes et, tenant compte des numéros que l’on aura relevés, on pourra retrouver les passages de contenu identique ou semblable (b).
                        Je souhaite que tu te portes bien en Christ et aussi que tu ne m’oublies pas, bienheureux Pape.


                      • njama njama 25 janvier 12:13

                        @Jonas

                        je corrige si Dieu est Créateur, Jésus ne l’est pas, vu qu’il fut créé...
                        donc Jésus n’est pas Dieu...

                        sauf à admettre qu’il fut incréé 
                        auquel cas le Coran doit l’être aussi lol smiley
                        ce qui pourrait mettre fin à la polémique islamo-chrétienne ...


                      • Jonas Jonas 26 janvier 00:29

                        @njama « je corrige si Dieu est Créateur, Jésus ne l’est pas, vu qu’il fut créé... »

                        « Jésus leur dit : En vérité, en vérité, je vous le dis, avant qu’Abraham fût, je suis. »
                        Jean 8:58


                      • Jonas Jonas 26 janvier 00:48

                        @njama « ce qui n’a rien de très original puisque nous serions tous Fils de Dieu, expression courante dans la Bible »

                        Jésus est condamné par les pharisiens et par les musulmans parce qu’il se proclame le Messie, Fils de Dieu :
                        « Commencement de l’Évangile de Jésus Christ, Fils de Dieu. »
                        Marc 1:1

                        "L’ange lui répondit : Le Saint Esprit viendra sur toi, et la puissance du Très Haut te couvrira de son ombre. C’est pourquoi le saint enfant qui naîtra de toi sera appelé Fils de Dieu.« 
                        Luc 1:35

                         »Tous dirent : Tu es donc le Fils de Dieu ? Et il leur répondit : Vous le dites, je le suis. Alors ils dirent : Qu’avons-nous encore besoin de témoignage ? Nous l’avons entendu nous-mêmes de sa bouche."
                        Luc 22:70-71

                        "Et vous, leur dit-il, qui dites-vous que je suis ? Simon Pierre répondit : Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant. Jésus, reprenant la parole, lui dit : Tu es heureux, Simon, fils de Jonas ; car ce ne sont pas la chair et le sang qui t’ont révélé cela, mais c’est mon Père qui est dans les cieux.« 
                        Matthieu 16:15-17

                         »les Chrétiens disent : « Le Christ est fils de Dieu ». Telle est leur parole provenant de leurs bouches. Ils imitent le dire des mécréants avant eux. Qu’Allah les anéantisse ! Comment s’écartent-ils (de la vérité) ?"
                        Le Coran 9:30


                      • Albert123 24 janvier 13:55

                        « Pour comprendre ce tour de… passe-passe, il faut obligatoirement avoir la foi ! »

                        la foi dans le ruissellement néo libéral et celle envers votre petit chef ( désormais nu) adepte du « en même temps » permanent c’est une autre forme de religion.

                        bref les lucifériens, la paille du voisin, la poutre dans leur (unique) œil ...


                        • cathy cathy 24 janvier 15:01

                          Osée 6:1 Venez, retournons à l’Éternel ! Car il a déchiré, mais il nous guérira ; il a frappé, mais il bandera nos plaies. Il nous rendra la vie dans deux jours. 2 Le troisième jour il nous relèvera, et nous vivrons en sa présence. 3 Et nous connaîtrons l’Éternel, nous nous attacherons à le connaître. Son lever se prépare comme celui de l’aurore, et il viendra à nous comme la pluie, comme la pluie de l’arrière-saison, qui arrose la terre.

                          4 Que te ferai-je, Éphraïm ? (les nations) Que te ferai-je, Juda ? Votre piété est comme la nuée du matin, comme la rosée qui dès le matin se dissipe. 5 C’est pourquoi je les frappe par les prophètes, je les tue par les paroles de ma bouche, et mes jugements éclateront comme la lumière. 6 Car c’est la piété que j’aime et non le sacrifice, et la connaissance de Dieu plus que les holocaustes. 7 Mais comme Adam ils ont transgressé l’alliance ; là ils ont agi perfidement contre moi.
                          8 Galaad est une ville d’ouvriers d’iniquité, pleine de traces de sang. 9 Et la troupe des sacrificateurs est comme les bandes qui épient les gens, et qui massacrent sur le chemin de Sichem ; car ils commettent le crime. 10 Dans la maison d’Israël, j’ai vu une chose horrible : là est la prostitution d’Éphraïm ; là Israël se souille ! 11 Pour toi aussi, Juda, une moisson est réservée, quand je ramènerai les captifs de mon peuple.

                          • sound of sound of 24 janvier 15:59

                            @ P.-A. Teslier

                            Il est évident qu’il y’a plusieurs interprétations des textes religieux, d’ailleurs à chaque homme sa perception, mais attention de ne pas se perdre ... Nous avons tous entendu que Dieu, Allah, Yahvé, Jésus, Bouddha est en nous. Mais pour la majorité d’entre nous, cela reste une notion abstraite. Nous avons une idée beaucoup trop vague de ce que sont Dieu, Bouddha, Jesus ... Si on regarde tous ces textes de plus près et à des degrés divers les enseignements se rejoignent, sous forme « d’énergie » dans certains cas c’est l’énergie de la pleine conscience, de la concentration et de la vision profonde. Cette énergie engendre la compréhension, la compassion la joie, la solidarité et la non-discrimination ... Nos amis Chrétiens, selon leurs traditions, disent que l’énergie, c’est l’esprit saint obtenue au travers de la trinité (père, fils et esprit). Chaque fois que l’esprit saint est présent, il y a amour et guérison. Nous pouvons dire que c’est la même chose de la pleine conscience, de la concentration et de la vision profonde. C’est « l’énergie ».... Avec cette vision, cette énergie, nous pouvons pénétrer plus profondément dans la nature de la réalité et nous ne sommes plus prisonniers de l’idée selon laquelle nous sommes seulement ce corps, pendant cette durée de vie. Ce sont des enseignements communs qu’il faut trouver au travers de ces textes, qui en seront depuis de notre esprit de consciences. Alors pour le cas de Jésus-Dieu, Dieu-Jésus ou ce que vous voulez d’ailleurs les enseignements « occultes » sont tous similaires, dans ce cas obtenu par la trinité la pleine conscience du père (créateur, nature ...) fils (réincarnation de jésus, similaire à notre incarnation physique, l’être humain) et l’esprit (notre essence qui habite notre corps) l’acceptation et la réalisation de ce concept donne la pleine conscience qui d’ailleurs est également un grand précepte dans le bouddhisme.... En cherchant des termes particulièrement adéquats ou suggestifs pour la désignation des dimensions spirituelles de l’homme, nous pourrions proposer la quaternité suivante : Objectivité, intériorité, foi et vertu. L’objectivité est la parfaite adaptation de l’intelligence à la réalité objective et l’intériorité est la concentration persévérante de la volonté sur cet « intérieur » qui selon la parole du « Christ » coïncide avec le coeur (corps et esprit), dont il convient de verrouiller la porte après y être entré, et qui s’ouvre sur le « royaume de dieu » lequel en effet est au dedans de nous. Et ceci sur le fondement de la foi de la vertu de l’intensité et du rayonnement sans lesquels l’homme, aux yeux de Dieu (énergie), ne serait pas l’homme. La fonction de l’intelligence, que nous l’appelions connaissances ou compréhension ou autrement, comporte un mode passif, qui est contemplatif, et un mode actif, qui est discriminatif. L’intelligence ne peut être que passive vis à vis de l’objet divin qui la déterminé, mais elle est active en discernant le relatif de l’absolu et en procédant à toute les autres distinctions décrites ci-dessus et qui résultent aussi par cette distinction initiale ; sans oublier que cette activité est celle de l’intellect divin en nous. Notre certitude individuelle est la trace de cette immanence... 

                            Il est donc évident que votre analyse manque de connaissance et d’objectivité, mais c’est un formidable débat d’échange... Cependant il n’est jamais bon d’orienter le débat par des questions ou des visions qui contiennent dans leurs essences les réponses que vous souhaitez entendre ... smiley


                            • zak5 zak5 24 janvier 16:01


                              Selon le Sefer Ha Zohar (ouvrages majeurs de la Kabbale, la mystique juive), ELOHIM, ELEH est rendu par « ceux-ci » parce que Le singulier de ELEH est EL

                              Si l’on étudi en toute objectivité la religion juive, « EL » représente le Dieu absolu dans la mythologie dés l’époque asyrienne, ce Dieu absolu est composé d’une infinité d’attributs confondu et unique, qui empêche leur distinction, car les distinguer c’est morceler l’absolue or c’est l’infini et l’infini ne se divise pas.


                              Le centre, rayon et circonférence sont les trois composantes du cercle, la figure la plus simple et la plus universelle dans notre univers


                              il faut prendre pour cela la traduction litérale de Chouraki et essayer de comprendre le terme «  IHWH-ELOHIM »


                              je ne vois vraiment pas pourquoi vous vous étranglez comme cela a vouloir séparer le christianisme du judaïsme, et tout tenter pour rapprocher le christianisme de l’indouisme, du zoroastrisme etc.

                              Le judaïsme c’est la vraie religion ? les autres de la merdes ?


                              moi je pense qui si l’on peut faire un rapprochement entre le christianisme et l’indouisme par exemple, c’est plutôt un sacré avantage pour les chrétiens, cela augmente son universalisme, mais cela ne veut pas dire que le christianisme ne doit pas avoir un lien avec le judaisme


                              bref votre tentative de séparer le christianisme du judaisme est ridicule jusqu’au niveau le plus bas, vous ne savez absolument rien de la mystique juive qui est à la base de la naissance du christianisme.






                              • sound of sound of 24 janvier 16:02

                                Donc les chrétiens n’ont pas plus de responsabilités que les « autres »... Car cela reviendrais à dire que c’est un peuple ou une religion d’élu, de vérité ... Ce qui est absurde et surtout ne peut que attiser les clivages et ainsi mener des guerres smiley


                                • popov 24 janvier 17:57

                                  @P.A. Teslier

                                  La suppression de parties de la bible dans les traductions, cela s’est déjà vu.

                                  Le moine Ulfilas qui a converti les Wisigoths à l’arianisme au IVe siècle leur a traduit la bible dans leur langue et en utilisant un alphabet adéquat inventé par lui.

                                  Les trouvant suffisamment belliqueux, il évita cependant de leur traduire le Livre des Rois. 

                                  Bien qu’athée, je n’ai pas de problèmes avec la violence dans l’AT. Ces livres sont de la littérature. Ils ne disent pas ce que dieu est, mais relate l’’évolution de l’idée que les hommes s’en font. Le mythe d’Abraham, par exemple, relate la transition entre un dieu qui exige des sacrifices humains et un dieu un peu plus civilisé qui se contente de sacrifices animaux.

                                  Je n’ai pas non plus de problèmes avec la trinité. Dieu n’étant qu’une construction mentale, les gens ont le droit de le définir comme ils veulent. Un dieu trinitaire n’est pas plus vrai ni plus faux qu’un dieu pas trinitaire, mais c’est une entité qui n’existe que dans la tête de ceux qui y croient.


                                  • karim 24 janvier 18:09

                                    116. (Rappelle-leur) le moment où Allah dira : "Ô Jésus, fils de Marie, est-ce toi qui as dit aux gens : “Prenez-moi, ainsi que ma mère, pour deux divinités en dehors d’Allah ? ” Il dira : “Gloire et pureté à Toi ! Il ne m’appartient pas de déclarer ce que je n’ai pas le droit de dire ! Si je l’avais dit, Tu l’aurais su, certes. Tu sais ce qu’il y a en moi, et je ne sais pas ce qu’il y a en Toi. Tu es, en vérité, le grand connaisseur de tout ce qui est inconnu. 117. Je ne leur ai dit que ce Tu m’avais commandé, (à savoir) : “Adorez Allah, mon Seigneur et votre Seigneur”. Et je fus témoin contre eux aussi longtemps que je fus parmi eux. Puis quand Tu m’as rappelé, c’est Toi qui fus leur observateur attentif. Et Tu es témoin de toute chose. 118. Si Tu les châties, ils sont Tes serviteurs. Et si Tu leur pardonnes, c’est Toi le Puissant, le Sage”.119. Allah dira : “Voilà le jour où leur véracité va profiter aux véridiques : ils auront des Jardins sous lesquels coulent les ruisseaux pour y demeurer éternellement.” Allah les a agréés et eux L’ont agréé. Voilà l’énorme succès. (Coran )



                                    • popov 24 janvier 18:59

                                      @karim

                                      Croyez à ces radotages de Bédouins si vous voulez.


                                    • zak5 zak5 24 janvier 19:26

                                      @ Karim

                                      Vous connaissez vous des chrétiens qui adorent Jésus EN DEHORS d’Allah ? Je ne connais aucun Chrétien qui adore le Christ en dehors du Père

                                      vous devriez un peu mieux étudier vos textes, vous demandez par exemple pourquoi le Coran précise « en dehors d’Allah »


                                    • cathy cathy 24 janvier 23:24

                                      @zak5

                                      Regardons d’abord le Psaume 110:1 : « L’Éternel a dit à mon Seigneur : Assieds-toi à ma droite, jusqu’à ce que j’aie fait de tes ennemis le marchepied de tes pieds. » Cité également par Jésus, dans Matthieu 22:43-46 : « Et il leur dit : Comment donc David l’appelle-t-il par l’Esprit son Seigneur, en disant : Le Seigneur a dit à mon Seigneur : Assieds-toi à ma droite, jusqu’à ce que j’aie fait de tes ennemis le marchepied de tes pieds ? Si donc David l’appelle son Seigneur, comment est-il son fils ? Et personne ne put lui répondre un mot ; et depuis ce jour-là personne n’osa plus l’interroger. »


                                    • karim 25 janvier 08:18

                                      @popov
                                      Si c’est des radotages, je ne perd rien et si c’est la vérité, c’est vous le perdant.


                                    • karim 25 janvier 08:42

                                      @zak5

                                      Ce sont les subtilités de la langue arabe qu’il est difficile de traduire. Min douni en arabe est traduit par en dehors. Elle comporte deux sens : adorer quelqu’un d’autre avec Dieu et cet autre ne peut être l’égal de Dieu, comme le font les Chrétiens avec Jésus ou bien adorer exclusivement une autre divinité autre que Dieu.


                                    • popov 27 janvier 15:59

                                      @karim

                                      Si c’est des radotages, je ne perd rien et si c’est la vérité, c’est vous le perdant.

                                      Comment des élucubrations de Bédouins pourraient-elles être la vérité ?
                                      Et comment pouvez-vous ne rien perdre en considérant des radotages comme la vérité ?
                                      Ces livres dits sacrés sont en réalité de sacrés livres de littérature. On ne perd rien à les lire. On se fout le doigt dans l’œil en croyant que ce n’est pas de la fiction.


                                    • karim 28 janvier 08:13

                                      @popov

                                      25. Il en est parmi eux qui viennent t’écouter, cependant que Nous avons entouré de voiles leurs cœurs, qui les empêchent de comprendre (le Coran), et dans leurs oreilles est une lourdeur. Quand même ils verraient toutes sortes de preuves, ils n’y croiraient pas. Et quand ils viennent disputer avec toi, ceux qui ne croient pas disent alors : “Ce ne sont que des légendes des anciens”.(Coran : les bestiaux)


                                    • popov 28 janvier 11:12

                                      @karim

                                      Ben oui, les auteurs du coran, se rendant compte que seuls les esprits crédules pourraient croire aux fables qui s’y trouvent, ont prévu la réponse à donner par les crédules aux incrédules. Ils font passer les incrédules pour des gens à l’esprit fermé.
                                      Petit détail, selon ce verset, c’est Allah lui-même qui aurait fermé leur esprit. On se demande à quoi elle joue, la grotesque idole des Bédouins.


                                    • karim 28 janvier 12:23

                                      @popov
                                      13. Et quand on leur dit : “Croyez comme les gens ont cru”, ils disent : “Croirons-nous comme ont cru les faibles d’esprit ? ” Certes, ce sont eux les véritables faibles d’esprit, mais ils ne le savent pas.(Coran:La Génisse)


                                    • William 28 janvier 13:47

                                      @karim
                                      "cet autre ne peut être l’égal de Dieu« 
                                      Il n’est pas considéré par les chrétiens comme un »autre« , mais comme composante de Dieu (non réduit à un hiérarque confiné dans son fauteuil céleste).

                                      Lorsque l’Islam considère le Coran comme »incréé", il lui attribue alors des
                                      caractéristiques divines. Or selon la tradition musulmane elle-même, il n’est que la recension d’une révélation par l’intermédiaire d’un ange, enseignée par celui qui a reçu cette révélation, puis mis plus tardivement en écrit, reformulé et reclassé par la suite. C’est donc une retransmission puis transcription humaine d’une supposée révélation, tout comme les livres de la bible (qui sont pour leur part reconnus comme tels).


                                    • popov 28 janvier 17:11

                                      @karim

                                      Ben oui, d’après le coran, les mécréants sont des faibles d’esprit. Allez donc voir le classement des pays par QI.


                                    • popov 28 janvier 17:15

                                      @popov

                                      Combien de mahométans prix Nobel de physique ?

                                      Zéro (0,00000) !


                                    • karim 28 janvier 18:40

                                      @popov

                                      Le Verset que j’ai rapporté ne parle pas de QI, ni de science, mais de croyance en Dieu. Si vous niez l’existence de Dieu, alors que les preuves existent, le Coran vous considère comme faible d’esprit même si vous êtes un prix Nobel


                                    • Eric F Eric F 28 janvier 21:30

                                      @karim
                                      si les preuves existaient de manière irrécusable, il y aurait une seule religion de par le monde et tout le monde y adhèrerait depuis l’aube de l’humanité. Mais il n’y aurait pas libre choix.


                                    • popov 29 janvier 02:25

                                      @karim

                                      Les preuves n’existent pas. Si elles existaient, la foi ne serait pas nécessaire. Les mahométans veulent faire passer l’objet de leur foi pour de la connaissance et l’incroyance pour de l’ignorance.
                                      Cette confusion (volontaire) a des conséquences. Il suffit de voir dans quel état de délabrement intellectuel l’islam a réduit les pays où il s’est incrusté.


                                    • karim 29 janvier 08:58

                                      @popov

                                      Sigrid Hunke, Le Soleil d’Allah brille sur l’Occident : Notre héritage arabe
                                      https://www.lescahiersdelislam.fr/Sigrid-Hunke-Le-Soleil-d-Allah-brille-sur-l-Occident.

                                    • popov 29 janvier 13:45

                                      @karim

                                      Et qu’est-ce qu’ils en ont fait les Arabes de ce que les savants persans du début de l’islam avaient compilé à partir des travaux de savants grecs, indiens et chinois ?
                                      Ils se sont assis dessus, n’ont pas osé développer de crainte d’être frappés d’hérésie et se sont plongés dans une sorte de comas intellectuel. Depuis plus de 5 siècles, le monde islamique n’a rien produit d’utile à l’humanité, rien que des fatwas imbéciles.


                                    • karim 29 janvier 15:18

                                      @popov

                                      @ Eric F popov

                                      Les preuves de l’existence de Dieu existent, pourtant la plupart des Hommes n’y croient pas. Ceci s’expliquent par le fait que la raison seule, ni la volonté, ne suffisent pour avoir la Foi, car la volonté humaine est soumise à la volonté de Dieu qui est bien informé sur les cœurs des hommes. La modestie est l’une des clés de la Foi

                                      99. Si ton Seigneur l’avait voulu, tous ceux qui sont sur la terre auraient cru. Est-ce à toi (Mohammed) de contraindre les gens à devenir croyants ? (Coran Yunus-Jonas).


                                    • karim 29 janvier 15:24

                                      @popov

                                      Certes, le monde musulman est dans un état de léthargie. Mais, la civilisation occidentale n’est pas sortie du néant.


                                    • popov 29 janvier 17:22

                                      @karim

                                      Certes, le monde musulman est dans un état de léthargie. Mais, la civilisation occidentale n’est pas sortie du néant.

                                      Aucune civilisation n’est sortie du néant. Chaque civilisation emprunte aux précédentes. Les Arabes de l’âge d’or ont largement puisé dans les connaissances de l’Inde, de la Chine de la Perse et du monde greco-romain. Si des théologiens comme Al Ghazali ne leur avait pas coupé l’herbe sous les pieds, ils auraient marché sur la lue au XVIIe siècle. Mais voilà, la théologie a eu le dessus et les Arabes n’ont pu faire aucune découverte scientifique remarquable.


                                    • popov 29 janvier 17:27

                                      @karim

                                      Encore une fois, vous confondez connaissance et foi.
                                      Quand on a des preuves, il n’est plus nécessaire de croire : on sait. Si on retrouve les empreintes digitales d’un voleur un peu partout dans une maison, on a la preuve qu’il a visité cette maison. On le sait, il ne s’agit pas de croyance, mais de connaissance.


                                    • karim 29 janvier 21:22

                                      @popov

                                      « les Arabes n’ont pu faire aucune découverte scientifique remarquable. »         sans commentaire.


                                    • karim 29 janvier 21:49

                                      @popov

                                      Pour croire ; on a besoin de connaissances. En fonction de ces connaissances, la croyance peut être vraie ou fausse. Donc, il faut confronter les connaissances pour séparer le vrai du faux.


                                    • popov 30 janvier 02:35

                                      @karim

                                      Citez donc quelques exemples de découvertes scientifiques remarquables faites par les Arabes, qu’on puisse comparer à ce que les Européens ont découvert à partir du XVIIIe siècle ?


                                    • karim 30 janvier 08:14

                                      @popov
                                      Vous ne m’avez pas compris, je parle du domaine religieux ou il faut confronter les connaissances sur lesquelles se basent les différentes croyances pour connaitre le vrai du faux. Quand aux découvertes scientifiques, personne ne nie l’énorme apport de l’Europe à l’humanité ; mais, il ne faut pas nier aussi l’apport de la civilisation musulmane en son temps.


                                    • popov 30 janvier 14:12

                                      @karim

                                      Sur quelles connaissances se base la croyance en l’existence d’un dieu ?


                                    • soi même 24 janvier 18:34

                                      Encore un article d’un iconoclaste scientiste, sans intérêt pour comprend de quoi il est question, surtout que cela est présent dans les Évangiles.

                                      Au lieux d’écrires des ineptie aux kilomètres , il devrait plus top lire attentivement le nouveaux testaments d(une manière non scientifique.


                                      • Et hop ! Et hop ! 24 janvier 18:52

                                        «  la Trinité chrétienne a pris corps au concile de Nicée (en terre arabe, dans l’actuelle Turquie), en 325 de l’ère commune »


                                        Tout est faux dans votre introduction.


                                        Nicée n’est pas une terre arabe et ne l’a jamais été.


                                        L’Ére commune c’est l’Ére chrétienne.


                                        Les Turcs sont arrivés en Asie mineure seulement au XVe siècle,

                                        donc 1200 ans plus tard.


                                        En 325, on est deux siècles avant Mahomet.





                                        • Et hop ! Et hop ! 24 janvier 19:32

                                          «   Mais mortifères, car combien de millions de morts ont-elles engendrées depuis le début de la création du Dieu-Jésus, en fait depuis le début de l’ère chrétienne ? »


                                          Vos conclusions sont aussi fausses que votre introduction.


                                          L’Église catholique a inventé les hôpîtaux, les orphelinats, les refuges, les hospices, et en général tout le secteur social, elle a aussi inventé les écoles primaires, les collèges, les Lycées et les universités, ce sont des religieux pour la plupart qui ont inventé toute la science moderne, par exemple Gerbert d’Aurillac qui a introduit la numération de position et inventé les suites harmoniques, Kepler, Copernic et Galilée étaient des moines, quasiment tous les savants ont été des fervents croyants, Pascal, Fermat, Leibniz, Newton, Volta, Ampère, Gauss, Euler, Poincaré, Edison, Marconi, Plank, et même Darwin et Einstein, les athées sont des exceptions.


                                          • Christian Labrune Christian Labrune 24 janvier 20:54

                                            quasiment tous les savants ont été des fervents croyants, Pascal, Fermat, Leibniz, Newton, Volta, Ampère, Gauss, Euler, Poincaré, Edison, Marconi, Plank, et même Darwin et Einstein, les athées sont des exceptions.

                                            =============================
                                            @Et hop !
                                            Vous n’y allez vraiment pas avec le dos de la cuillère ! Ce n’est pas parce qu’on parle de Dieu qu’on est « croyant » ! Dieu, dit Husserl « est un concept-limite qui peut être utile en philosophie », mais cela ne l’empêche évidemment pas d’être athée, et non pas même agnostique.
                                            Descartes et Spinoza (Einstein cite souvent Spinoza) s’appliquent à démontrer rationnellement (et assez ironiquement pour qui sait lire) l’existence de Dieu, mais leurs oeuvres présentent toutes les caractéristiques de la pensée sceptique, et l’athéisme du siècle des Lumières dérive entièrement de Spinoza.
                                            Bref, le dieu des philosophes n’a pas grand chose à voir avec celui d’une quelconque révélation qui trouverait sa source dans la Bible.
                                            Etant athée, je ne peux pas ignorer pour autant que le mot « dieu » existe dans la langue française, qu’il a son équivalent dans d’autres langues, qu’il a un sens, qu’on peut le définir, qu’on peut même disserter à l’infini sur les concepts que ce mot a enveloppés au fil des siècles, mais du mot à la chose, il y a une distance infinie, et bien des mots ne recouvrent que des fantasmes, ne correspondent à aucune chose tangible. Il est donc toujours plus élégant de faire l’économie de ce qui est fumeux. Quand Napoléon interroge Laplace qui lui présente ses travaux mathématiques : « et Dieu, dans tout ça ? », l’autre lui réponde : "Je n’ai pas eu besoin de cette hypothèse.
                                            Nous entrons dans un monde où, Dieu merci, on éprouvera de moins en moins le besoin de parler de Dieu. J’entendais dire aux informations, il n’y a pas une heure, qu’en Amérique, les non-croyants étaient déjà plus nombreux que ceux de n’importe quelle secte. C’est le cas depuis fort longtemps en France, mais cette évolution des manières de penser américaines est de bon augure.


                                          • Gollum Gollum 25 janvier 14:44

                                            @Christian Labrune

                                            Spinoza (Einstein cite souvent Spinoza) s’appliquent à démontrer rationnellement (et assez ironiquement pour qui sait lire)

                                            Spinoza n’avait aucune ironie pour le coup et vous ne savez pas lire. Pour Descartes je n’en sais rien. Mais il y a suffisamment de mises au point, de lettres, de Spinoza, sur son supposé athéisme que le doute n’est pas permis. Spinoza n’était pas athée.

                                            Par contre il met la raclée aux textes bibliques, là dessus on est bien d’accord. La religion étant pour lui un truc pour esprits bornés et incapables de philosophie. Et c’est l’évidence en effet.


                                          • Christian Labrune Christian Labrune 25 janvier 16:15

                                            Spinoza n’avait aucune ironie pour le coup et vous ne savez pas lire. Pour Descartes je n’en sais rien.

                                            ====================================
                                            @Gollum
                                            Pour Descartes, c’est plus que certain : le plan des Méditations est calqué sur celui de la Genèse. Sauf qu’au début, « je suis, j’existe, cela est indubitable ». Dieu n’apparaît qu’au troisième jour.
                                            Je me suis exprimé trop vite et je conviens que j’ai eu tort de prêter une semblable capacité d’humour à Spinoza : c’est un pisse-froid qui peut devenir assez méchant quand on le contredit, comme le montre sa correspondance, et il ne m’inspire pas du tout la même sympathique que l’autre.
                                            Il reste que le Dieu de Spinoza (deus sive natura !). n’est pas plus encombrant qu’un concept mathématique. On peut bien dire qu’il existe, comme le nombre PI qui n’est pas plus connaissable, ça ne mange pas de pain, et à ce compte-là je veux bien croire, étant athée, au Dieu de Spinoza qui ne serait, si on fait momentanément bon marché de la contradiction contenue dans ce concept cantorien, que l’ensemble de tous les ensembles. 




                                              • Gloubi 24 janvier 22:01

                                                Cet article est un résumé du marcionisme un peu sommaire, rien de nouveau sous le soleil. 

                                                En 1925 ans on a plutôt reculé qu’avancé...


                                                • JPCiron JPCiron 24 janvier 22:12

                                                  Ne pas oublier les théologiens thébains qui avaient admis qu’il n’y avait que trois dieux formant une Trinité :

                                                  «  Trois sont tous les dieux.

                                                  Amon, Rê et Ptah qui n’ont pas leur pareil.

                                                  Amon est son nom en tant que caché ;

                                                  Il esr Rê pour la face et son corps, c’est Ptah. »


                                                  • njama njama 24 janvier 23:51
                                                    « les chrétiens, écrit-il, furent si éblouis par la lumière divine réfléchie sur le cœur-miroir de Jésus, qu’ils prirent le miroir pour la lumière elle-même et se mirent à adorer le miroir. » Al-Ghazali
                                                    belle image non ?
                                                    La trinité, une perspective musulmane (’Abd Ul Hakîm Murâd)
                                                    extraits
                                                    Le terme coranique traduisant ici l’idée « d’exagération », ghuluww, est devenu un terme standard de l’hérésiographie musulmane. Il qualifie en l’espèce l’hérésie consistant pour le pratiquant d’une religion quelle qu’elle soit, musulmane ou autre, à diviniser une figure charismatique vénérée. On sait par exemple qu’Ali, le gendre du Prophète, fut décrit de son vivant par quelques uns de ses proches disciples d’origine irakienne, où les cultures hellénistiques et païennes formaient l’essentiel de l’arrière-plan éducatif des convertis, comme Dieu Lui-Même, ou le véhicule d’une incarnation divine – hulul. Cette revendication ne manqua toutefois pas d’exaspérer le quatrième calife puisque celui-ci décida de bannir les thuriféraires de son compagnonnage. Quelques sectes islamiques marginales, comme le Kilzibash en Turquie, ou les Alaouites des montagnes syriennes, entretiennent aujourd’hui encore une cosmologie ésotérique qui stipule que Dieu s’est incarné en ’Alî et dans la lignée des Imams qui lui succèdent.
                                                    ...
                                                    « Quelques années avant lui, un théologien du XIIème siècle, Al Ghazâlî, a illustré les dangers du ghulluw par cette splendide métaphore : les chrétiens, écrit-il, furent si éblouis par la lumière divine réfléchie sur le cœur-miroir de Jésus, qu’ils prirent le miroir pour la lumière elle-même et se mirent à adorer le miroir. Mais ce qui arriva à Jésus n’est somme toute pas tellement différent de ce qui arriva, et continue d’arriver, à n’importe quelle âme purifiée parvenue à la station de sainteté, mais pourquoi donc la présence de lumière divine dans le cœur de Jésus fonderait-elle ipso facto une doctrine le présentant comme l’hypostase d’une trinité divine ? »
                                                    http://www.at-tawhid.net/la-trinit-une-perspective-musulmane-abd-ul-hak-m-mur-d__698.html


                                                    • Gollum Gollum 25 janvier 14:39

                                                      @njama

                                                      Très bonne citation d’Al-Ghazali en effet. Je la trouve très juste.

                                                      Il y a eu une divinisation exorbitante de l’homme Jésus qui s’est faite d’ailleurs au détriment de l’homme. Rien de tel dans le Bouddhisme. Tout homme peut devenir Bouddha. Bref accéder au statut divin. Et l’homme Gautama est purement homme. Comme les autres.

                                                      Dans le christianisme officiel non. L’homme doit se contenter de la vision béatifique qui ne le met jamais à égalité avec le Christ. C’est peut-être moins vrai avec l’Orthodoxie d’ailleurs..

                                                      La vision catholique est une vision misérabiliste qui donne à l’homme, même dans son statut le plus haut, un rôle subalterne.

                                                      On trouve cela sur le site du Vatican : En tant que chrétiens, nous croyons au contraire, que « l’homme est essentiellement créature et qu’il reste tel pour l’éternité, de sorte qu’une absorption du moi humain dans le moi divin ne sera jamais possible.

                                                      Voilà, tout est dit, l’homme restera créature car au fond il faut qu’il reste à sa place faut pas pousser.. smiley


                                                    • CoolDude 25 janvier 14:46

                                                      @Gollum

                                                      C’est une chose qui arrive quand on n’a pas conscience que l’on a des capacités physiques et intellectuelles limitées.


                                                    • Gollum Gollum 25 janvier 15:06

                                                      @CoolDude

                                                      Rien pigé. Désolé. Sans doute mes capacités limitées. smiley


                                                    • Shopi 25 janvier 06:41

                                                      Vraiment, je comprends pas que les modérateurs laissent passer un tel tissu d’âneries :

                                                      « concile de Nicée (en terre arabe, dans l’actuelle Turquie) » La Turquie une terre « arabe » ??? Ouh la la, je suis pas sûre que les Turcs apprécient :)

                                                      Les 6/7 de la population ignorent qui est Jésus ? Mon p’tit chéri d’auteur.... tu dois être très fatigué et je propose que tu ailles te reposer...

                                                      PS : je ne suis pas chrétienne et j’en ai rien à cirer de Jésus, mais il y a des limites à l’ignorance surtout quand on se targue de faire du journalisme


                                                      • Shopi 25 janvier 07:31

                                                        La trinité a été inventée pour faciliter le passage du polythéisme au concept de Dieu unique.

                                                        Ou, si vous préférez, pour proposer une version « light » du judaïsme.

                                                        À l’époque romaine, le peuple a besoin de spiritualité et trouve le concept monothéiste intéressant. Le judaïsme est trop contraignant avec ses commandements, alors on invente un culte intermédiaire, la trinité, entre le concept de Dieu unique et le polythéisme.

                                                        De ce que Paul et les conciles ont fait du christianisme/judaïsme, je pense que Jésus se retournerait dans sa tombe (qu’il a ou qu’il n’a pas ?)...


                                                        • Montdragon Montdragon 25 janvier 07:37

                                                          concile de Nicée (en terre arabe, dans l’actuelle Turquie)

                                                          ça commence fort ! L’Asie Mineure n’a jamais été arabe, ouff ouf...

                                                          La médiocrité en marche vous connaissez ?


                                                          • lloreen 25 janvier 08:55

                                                            En connaissant le présent, on comprend le passé.

                                                            https://www.youtube.com/watch?time_continue=9&v=SvZ06cwI9qk


                                                            • lloreen 25 janvier 09:22

                                                              Ce ne sont pas seulement les chrétiens qui doivent prendre leurs responsabilités mais ceux qui sont incarnés sur la planète, il faut le comprendre une fois pour toutes !La matière est faite d’ondes et « Dieu » est Lumière.La lumière n’a ni barbe ni kippa ni turban...


                                                              • Jean Keim Jean Keim 25 janvier 09:23

                                                                Juste dit comme ça en passant : il n’est pas fait mention de la trinité dans les évangiles et pourtant dans le dogme catholique c’est un monument, curieux n’est-ce pas...

                                                                Trinité finalement est un vocable d’origine latine qui fait référence au nombre trois, comme triptyque, dans les évangiles il est question du Père, du Fils et du Saint Esprit, dans le bouddhisme on cite le Bouddha, son enseignement et la communauté des adeptes, dans les deux exemples on aurait pu pourquoi pas rajouter un quatrième élément comme le monde par exemple, finalement pas de quoi en faire un plat, tout au plus un chandelier.

                                                                Pour l’auteur : si on supprime l’A.T. de la Bible, il reste néanmoins le N.T., ça fait encore du volume, mais si en plus one ne garde que les 4 évangiles, alors le poids restant descend bien en-dessous de 1/3, à peu près à 8%.


                                                                • lloreen 25 janvier 09:34

                                                                  La trinité:les trois états de la matière.


                                                                • Jean Keim Jean Keim 25 janvier 10:34

                                                                  @lloreen

                                                                  Oui mais on en fait quoi et qui le dit ?

                                                                  Jésus a délivré un message, personnellement il me parle, il est accessible dans les évangiles, tout le reste est superfétatoire, le reste sera donné de surcroît.


                                                                • Gollum Gollum 25 janvier 12:43

                                                                  @Jean Keim & lloreen

                                                                  Oui mais on en fait quoi


                                                                  Ben justement les Chrétiens n’en font rien car leur but n’est pas de comprendre mais de croire. Et croire implique que comprendre on s’en fout... smiley


                                                                  La Trinité n’est rien d’autre qu’un concept gnostique que les chrétiens ne peuvent pas comprendre en profondeur parce qu’ils détestent toute connaissance.


                                                                  Et effectivement la Trinité dans le christianisme tel qu’il est ne sert à rien. Juste à se faire mousser dans les conversations de salon en faisant croire qu’on a compris.


                                                                  Sinon je suis frappé de voir la foire d’empoigne de ce fil. Tous les bigots sont de sortie, outrés, récitant leur catéchisme avec un aplomb comme si tout cet étalage de foi allait sauver le monde... smiley


                                                                  C’est toujours aussi jouissif et drôle à lire.


                                                                • CoolDude 25 janvier 13:04

                                                                  @Gollum

                                                                  J’imagine que vous croyez vous même à ce que vous racontez !

                                                                  Gollum : la précieuse lumière des cavernes...


                                                                • Gollum Gollum 25 janvier 14:22

                                                                  @CoolDude

                                                                  Précieux commentaire... Tellement fondamental, mon Précieux, que je ne trouve même pas quoi répondre, c’est dire...


                                                                • Jean Keim Jean Keim 25 janvier 14:48

                                                                  @Gollum

                                                                  Décidément vous ne vous relisez pas et fournissez le bâton pour vous faire battre : « La Trinité n’est rien d’autre qu’un concept gnostique... », c’est exactement cela, rien d’autre qu’un concept, gnostique, si ça peut vous fait plaisir.


                                                                • Gollum Gollum 25 janvier 15:04

                                                                  @Jean Keim


                                                                  fournissez le bâton pour vous faire battre 

                                                                   smiley Diantre. Mais en quoi ? Décidément vous me surprendrez toujours. Vous croyez lire ou voir des trucs qui vont dans votre sens.. Mais dans vos rêves oui.

                                                                  Si vous voulez faire croire que la Trinité n’existe pas dans le christianisme je rappelle ceci : 

                                                                  « Allez donc et faites des disciples de toutes les nations, les baptisant au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit » (Matthieu 28:19)

                                                                  Et donc les chrétiens utilisent bien un concept gnostique. Qui ne sert à rien en effet.

                                                                  Enfin, pour eux.


                                                                • lloreen 25 janvier 16:30

                                                                  @Jean Keim
                                                                  Jésus a transmis un message sous forme de paraboles.Ce n’est pas à prendre à la lettre parce qu’il faut en comprendre le sens.
                                                                  Le Tout est lumière et tout revient à la lumière et les étapes s’appellent la vie.La mort est une invention, cela n’existe pas.


                                                                • lloreen 25 janvier 17:17

                                                                  @Jean Keim
                                                                  Vous le dites aussi en conscience.



                                                                • Jean Keim Jean Keim 25 janvier 18:26

                                                                  @Gollum

                                                                  La trinité est un concept, autrement dit une abstraction, à l’instar du septième ciel ou de l’infaillibilité du Pape, ou de la démocratie, ou encore de la représentation d’un volume de dimension supérieure à 3, ne comprenez-vous pas le sens du vocable « concept » ; il n’est pas interdit d’avoir des concepts et même de leur prêter une réalité, mais il est préférable de ne pas perdre du vue qu’ils ne sont que des concepts, cela évite de courir après des chimères.

                                                                  Jésus ne parle que de choses concrètes, vouloir le rattacher à une (très) ancienne tradition quelle qu’elle soit comme le font les gnostiques est une extravagance.

                                                                  Vous affirmez que tous vos savoirs sont bien rangés dans votre esprit, que par la pensée vous en avez tiré une substantielle unité, alors faites-nous don d’un article, partagez avec nous vos découvertes, expliquez-nous par exemple votre vision de la trinité, expliquez-nous en quoi ce savoir est important pour notre évolution.

                                                                  Il n’y a dans mes propos aucune moquerie, juste le désir de comprendre et n’ayez pas peur de la critique, si elle est constructive elle est la bienvenue, si elle est négative il suffit de l’ignorer.


                                                                • Jean Keim Jean Keim 25 janvier 18:45

                                                                  @lloreen

                                                                  Merci pour le lien mais je ne lis que difficilement l’anglais.

                                                                  Parfois je suis incisif, et je peux heurter, mea culpa, je précise également si besoin est que je ne suis pas dans une démarche particulière et notamment religieuse, dernièrement en voyant des images d’une procession de dignitaires catholiques, je n’ai pu m’empêcher de ressentir un malaise, comme une trahison du message originel.

                                                                  Dans les évangiles il y a des paraboles et aussi du concret, mais jamais je n’y ai trouvé des abstractions, je ne prétends pas avoir tout compris, et je ne suis pas sûr que la meilleure façon de les lire passe par une démarche intellectuelle, par contre j’ai la certitude que plus le lecteur est encombré de savoirs et plus ceux-ci viendront interférer avec la lumière qui ne demande qu’à se révéler.


                                                                • lloreen 25 janvier 21:51

                                                                  @Jean Keim
                                                                  L’intellect est un frein.Et la conscience n’a que faire des lectures.
                                                                  « Et la lumière fut... »


                                                                • Gollum Gollum 26 janvier 11:11

                                                                  @Jean Keim

                                                                  La trinité est un concept, autrement dit une abstraction, à l’instar du septième ciel ou de l’infaillibilité du Pape

                                                                  Sauf que la Trinité se trouve dans les textes chrétiens (voir ma citation plus haut) alors que l’infaillibilité pontificale ne s’y trouve pas...

                                                                  Jésus ne parle que de choses concrètes, vouloir le rattacher à une (très) ancienne tradition quelle qu’elle soit comme le font les gnostiques est une extravagance.

                                                                  Il parle si peu de choses concrètes qu’il utilise des paraboles pour se faire comprendre. Pas besoin de paraboles pour les choses concrètes. Et d’autre part l’ancienne tradition se trouve bien dans les textes. Et ça n’a rien de concret. Je vous met au défi d’expliquer ce qu’est l’Esprit-Saint.. ou d’expliquer ce qu’est le péché contre l’Esprit le seul qui ne puisse être remis.. et bien d’autres choses encore.

                                                                  expliquez-nous par exemple votre vision de la trinité, expliquez-nous en quoi ce savoir est important pour notre évolution.

                                                                  J’y ai déjà fait allusion en parlant de la logique de l’énergie selon Lupasco. Vous lisez toute son œuvre (mais vous ne le ferez pas, le savoir ne vous intéresse pas et est inutile selon vous) et vous méditez dessus. Sinon, si ce n’était pas important on se demande pourquoi les Évangiles en parle.

                                                                  Pour un texte ici il ne faut pas y compter je n’ai pas d’envie de m’y mettre..

                                                                  Sinon les concepts ne sont pas des chimères comme vous essayez de faire croire avec votre matérialisme sous-jacent. Ils servent à avoir les idées claires. Et l’abstraction est d’une utilité évidente. C’est par abstraction que Newton a dégagé les lois de la gravitation universelle, lois qui ont eu des applications tout à fait... concrètes.

                                                                  Dès lors diaboliser l’abstrait et promouvoir le concret comme vous le faites révèle un amateurisme de la pensée tout à fait dommageable. Ah mais c’est vrai, selon vous, faut pas penser...


                                                                • Jean Keim Jean Keim 26 janvier 22:30

                                                                  @Gollum

                                                                  La trinité est un dogme qui n’apparait dans certains textes – avec tous vos multiples savoirs vous ne pouvez pas l’ignorer – qu’à partir de 180.

                                                                  Jésus n’a jamais parlé de trinité et les paraboles qui ont parfois un sens caché, néanmoins traitent de choses concrètes, quand à l’esprit saint, il se trouve qu’en français il y a une étonnante homophonie, c’est tout simplement un esprit sain et de ce fait un esprit simple, pas retors pour un sou, ainsi pour connaître ce que Jésus appelle le Père, il faut au préalable avoir un esprit sain, disponible avec une ouverture pour la manifestation de l’intelligence qui n’a rien à voir avec l’ingéniosité qui se retrouve notamment dans la science et la technologie contemporaine, y compris dans la bombe atomique et l’ordinateur.

                                                                  J’ai lu de Lupasco les 3 matières, il y a des années, autant que je m’en souvienne j’ai trouvé ça intéressant, mais généralement je ne retiens pas le contenu des livres, sauf exception bien sur, cet ouvrage est une vue personnelle voilà tout, elle vous comble, tant mieux j’en suis heureux pour vous.

                                                                  Il faudrait quand même vous guérir de deux propensions récurrentes à l’égard de vos interlocuteurs quand ils ne partagent pas vos idée, d’une part vous les cataloguer et d’autre part vous leur inventez des propos imaginaires, en ce qui me concerne tout récemment : je suis un matérialiste qui diabolise l’abstraction et qui pense qu’il ne faut pas penser.

                                                                  Allez une petite dernière pour vous montrer que vous ne saisissez pas le sens de ce que vous lisez, quand j’écris : « il n’est pas interdit d’avoir des concepts et même de leur prêter une réalité, mais il est préférable de ne pas perdre du vue qu’ils ne sont que des concepts, cela évite de courir après des chimère », vous rétorquez : « Sinon les concepts ne sont pas des chimères comme vous essayez de faire croire ».


                                                                • Gollum Gollum 27 janvier 10:02

                                                                  @Jean Keim

                                                                  Jésus n’a jamais parlé de trinité

                                                                  Fallait oser. smiley

                                                                  quand à l’esprit saint, il se trouve qu’en français il y a une étonnante homophonie, c’est tout simplement un esprit sain

                                                                  Keim a inventé le christianisme trivial c’est plus facile pour lui smiley

                                                                  J’ai lu de Lupasco les 3 matières

                                                                  Ben j’en reviens pas là. 

                                                                  je suis un matérialiste qui diabolise l’abstraction et qui pense qu’il ne faut pas penser.

                                                                  Ben je maintiens désolé. Toute votre prose le montre. 

                                                                  Allez une petite dernière pour vous montrer que vous ne saisissez pas le sens de ce que vous lisez, quand j’écris : « il n’est pas interdit d’avoir des concepts et même de leur prêter une réalité, mais il est préférable de ne pas perdre du vue qu’ils ne sont que des concepts, cela évite de courir après des chimère », vous rétorquez : « Sinon les concepts ne sont pas des chimères comme vous essayez de faire croire ».

                                                                  Oui et alors ? C’est censé démontrer quoi ? Quand vous écrivez ce ne sont que des concepts cela veut bien dire de votre part une dévalorisation des concepts renvoyés à des chimères. Vous vous contredisez dans la même phrase et vous ne vous en rendez même pas compte cela a quelque chose d’effrayant.

                                                                  Je maintiens que vous êtes un matérialiste. Même si ce matérialisme se maquille en spiritualisme chrétien. Vous réduisez la pensée à un processus informatique robotique ce qui est une ânerie manifeste. Il est là votre matérialisme.


                                                                • Jean Keim Jean Keim 27 janvier 12:08

                                                                  @Gollum

                                                                  Vous êtes d’une malhonnêteté confondante, je ne répondrai plus à vos diatribes tant que la méchanceté qui n’a d’égale que votre suffisance sera votre motivation principale.


                                                                • Decouz 25 janvier 10:46

                                                                  R.Guénon, Ternaire et Trinité, extrait de La Grande Triade"

                                                                  "Avant d’aborder l’étude de la Triade extrême-orientale,il convient de se mettre soigneusement en garde contre les confusions et les fausses assimilations qui ont généralement cours en Occident, et qui proviennent surtout de ce qu’on veut trouver dans tout ternaire traditionnel, quel qu’il soit,un équivalent plus ou moins exact de la Trinité chrétienne. Cette erreur n’est pas seulement le fait de théologiens, qui seraient encore excusables de vouloir tout ramener ainsi à leur point de vue spécial ; ce qui est le plus singulier, c’est qu’elle est commise même par des gens qui sont étrangers ou hostiles à toute religion, y compris le Christianisme, mais qui, du fait du milieu où ils vivent, connaissent malgré tout celui-ci davantage que les autres formes traditionnelles"


                                                                  • Christian Labrune Christian Labrune 25 janvier 12:33

                                                                    @Decouz
                                                                    Votre citation est tout à fait pertinente. Ce n’est pas parce qu’on trouve trois divinités rassemblées dans un même espace, comme sur telle stèle thébaine j’ai lu ça plus haut qu’on a une préfiguration de la théologie chrétienne. L’une des plus belles pièces du Louvre, la triade d’Osorkon II, représente simplement Osiris entouré d’Isis et de Horus. Et alors ? Rien à voir, si ce n’est le chiffre 3, avec la Trinité chrétienne !

                                                                    Les différentes cosmogonies égyptiennes ne s’accordent guère : huit dieux dans l’ogdoade d’Hermopolis alors qu’il y en avait neuf à Héliopolis (ennéade). A Abydos, on compte sept dieux à l’origine du monde, et 15 à Thèbes !

                                                                    Les délires sur les chiffres ont toujours fasciné les maniaques. Un mathématicien irrité par les délires concernant les proportions des pyramide, lesquelles auraient révélé une connaissance des grandes constantes de la physique, était allé mesurer une cabane de vendeuse de billets de loterie sur les Champs-Elysées. En triturant les chiffres, il parvenait à leur faire signifier à peu près n’importe quoi.

                                                                    Des religions antiques au christianisme, il y a effectivement une continuité et des constantes. Le christ mort et vivant n’est évidemment pas sans rappeler le statut d’Osiris régnant sur le monde des morts, et la vierge ressemble à Isis par bien des côtés, mais l’origine de la Trinité serait à chercher plutôt dans le néo-platonisme dont Plotin est le dernier grand représentant. Tout le discours construit en 325 à Nicée sur les hypostases procède de sa métaphysique de l’UN, et de rien d’autre.
                                                                    Ironie de l’histoire : Plotin était très hostile aux chrétiens, et plus encore son disciple Porphyre, lequel avait tant fait pour répandre sa doctrine.


                                                                  • Gollum Gollum 25 janvier 14:28

                                                                    @Christian Labrune

                                                                    l’origine de la Trinité serait à chercher plutôt dans le néo-platonisme dont Plotin est le dernier grand représentant.

                                                                    Mouais bof... Pas convaincu. La triade de Plotin ne ressemble guère à la Trinité. L’Un pourrait être le Père, l’Intellect le Fils.. Mais le troisième terme, la Nature, ne ressemble guère au St Esprit.

                                                                    Enfin, ’il s’agit d’une procession. L’Un regroupe le tout, l’Intellect est en dessous. Et ce sont des Intelligibles. L’Intellect lui crée la Nature mais cette dernière n’est pas un Intelligible...

                                                                    Bon, en fait, c’est très différent.

                                                                    Ceci dit je préfère, de loin, la métaphysique de Plotin à la théologie chrétienne.


                                                                  • Christian Labrune Christian Labrune 25 janvier 15:47

                                                                    Ceci dit je préfère, de loin, la métaphysique de Plotin à la théologie chrétienne.

                                                                    =======================
                                                                    @Gollum

                                                                    Moi aussi ! Ce qui a intéressé les chrétiens dans le platonisme, c’est qu’il postule un arrière-monde plus vrai que celui des simulacres dans lequel nous pataugeons, mais là s’arrête la ressemblance. La théologie chrétienne, en fait, est un monstrueux bricolage, plus rhétorique que philosophique, et il est fascinant d’examiner les délires que les gnostiques, déjà, avaient déjà pu produire bien avant Nicée et bien avant que les fantaisies spéculatives deviennent des dogmes totalitaires au service de l’Empire, sous Constantin puis sous l’abominable Théodose.
                                                                    Je me prends à rêver quelquefois de ce que le monde aurait pu devenir si Julien (dit l’apostat) avait pu réussir à rétablir durablement les anciens cultes polythéistes et si la civilisation ne s’était pas engagée alors dans une impasse dont elle mettra quand même plus d’un millénaire à s’extraire.


                                                                  • Zolko Zolko 25 janvier 13:28

                                                                    "Cette foi ne s’obtient que par des messages assénés, péremptoires et inlassablement répétés durant des années, privant les écoutants, généralement, au début, mal dans leur peau, de toute réflexion individuelle, rationnelle et d’esprit critique"

                                                                     

                                                                    et ça c’est pas appris par coeur ? Le message stupide qu’on lit partout. Pour votre info, Jesus prêchait justement la réflexion et l’esprit critique.


                                                                    • Christian Labrune Christian Labrune 25 janvier 16:00

                                                                      @Zolko

                                                                      Faire des miracles comme Jésus pour emporter l’adhésion des masses crédules (et jusqu’à ressusciter un cadavre devant une foule médusée !), avouez que ça ne s’accorde quand même pas très bien avec une incitation à la réflexion et à l’esprit critique !
                                                                      Dans Les pensées, le pauvre Pascal, qui n’était pourtant pas un ignorant, s’y laisse prendre. Il voit, ce crétin, dans les miracles rapportés par les Evangiles, des « preuves » de la vérité du christianisme.
                                                                      Il faudra attendre Spinoza et son Traité théologico-politique pour que l’imbécillité intrinsèque de la notion de miracle reçoive enfin un traitement digne du meilleur esprit critique.


                                                                    • Christian Labrune Christian Labrune 26 janvier 00:07

                                                                      Jugez donc s’il est d’un haut degré de réflexion de voir chaque semaine la Très sainte Vierge et de continuer à parler comme vous faites. 

                                                                      ================================
                                                                      @Julien S

                                                                      Votre propos est évidemment révélateur d’un certain dépit : l’Immaculée Conception n’apparaît plus désormais qu’à des athées et vous ne la verrez donc probablement jamais.
                                                                      Cela dit, si vous avez quelques questions à lui poser, je fais volontiers office d’intermédiaire. Mon tarif, c’est trois cents euros par question, et mille euros pour trois, ce qui ne laisse pas d’être plus avantageux. Jamais plus de trois questions, cela va sans dire.
                                                                      N’y voyez, je vous prie, aucune forme de simonie : c’est pour mes bonnes oeuvres. Charité bien ordonnée commence par soi-même, et les bons cigares sont de plus en plus chers.


                                                                    • lloreen 25 janvier 17:02

                                                                      Ceux qui connaissent les icônes et les images pieuses ont dû remarquer les cercles de lumière autour des grands maîtres religieux.Ils illustrent une réalité physique qui est la relation entre conscience et lumière grâce à la présence de biophotons dans le cerveau.

                                                                      Peu importe la situation des photons dans l’univers, ceux-ci agissent comme des portails de communication (principe d’intrixation quantique).

                                                                      Conscience et esprit ne sont pas contenus dans la chair, c’est le sens du message de Jésus et d’autres personnages dans les autres parties du monde.


                                                                      • Christian Labrune Christian Labrune 26 janvier 00:13

                                                                        ne réalité physique qui est la relation entre conscience et lumière grâce à la présence de biophotons dans le cerveau.

                                                                        ==============================
                                                                        @lloreen

                                                                        Il se passe toute sorte de choses, dans certains cerveaux. Fort heureusement, Dieu a voulu que la boîte crânienne fût totalement opaque pour qu’on ne puisse pas voir ce qui se passe à l’intérieur. Dans beaucoup de cas, un spectacle si dégoûtant ôterait aux spectateurs jusqu’à l’envie de déjeuner.



                                                                        • Eric F Eric F 26 janvier 10:25

                                                                          @l’auteur

                                                                          Vous critiquez des notions sur lesquelles vous faites des contresens, il aurait mieux valu comprendre avant de commenter. Ainsi, vous cherchez à refourguer des références hindouiste, dont ni les Hébreux ni les Grecs, ni les Romains n’avaient la moindre connaissance, sur la seule base du chiffre 3 (il y en a en fait considérablement plus dans l’Hindouisme). Cela rappelle la remarque naïve selon laquelle Christ viendrait de Krishna, simple assonance car le terme est issu du grec traduisant l’hébreu messiah (consacré).
                                                                          On peut trouver dans le judéo-christianisme des influences perses, égyptiennes ou babyloniennes, car les civilisations étaient en contact, mais le concept de trinité n’existe pas dans ces civilisations, ainsi l’Egypte avait de bien plus nombreuses divinités qu’Isis, Osiris et Horus, Râ étant généralement prépondérant.

                                                                          Vous écrivez « Jésus-Dieu a-t-il créé »le Ciel, la Terre et toute autre chose« avant sa naissance ? Ou durant sa courte vie de 33 ans » Or pour le christianisme, le Fils est la parole agissante de Dieu (la Génèse commence par « Dieu dit », c’est la parole de Dieu qui donne l’impulsion au monde). Jésus est l’homme dans lequel il s’est incarné.

                                                                          En tout cas il est vrai que le concept de Trinité chrétienne est exagérément alambiqué, l’idée de base est que Dieu n’a pas de limitation de temps, d’espace ou de nombre (ubiquité et polymorphisme), et on ne peut en avoir qu’une représentation approchante ; le « Fils » étant la manifestation de Dieu dans ses relations avec le monde, et l’« Esprit » la manifestation de Dieu qui inspire les hommes.


                                                                          • njama njama 27 janvier 11:20

                                                                            De même que l’on dit que l’Église est une secte qui a réussi, de même la conception trinitaire est une conception sur la nature de Jésus qui a réussi parmi différentes conceptions en vogue à l’époque 

                                                                            les principales hérésies dans cet Orient étant le monophysisme > consubstantialité père-fils / le docétisme > l’aspect humain du Christ est une pure illusion, d’où la crucifixion une illusion aussi / le nestorianisme > deux personnes, l’une divine, l’autre humaine, coexistaient en Jésus-Christ / la conception trinitaire selon Nicée / l’arianisme > qui défend que la position du Père est supérieure à la position du Fils dans la Trinité.


                                                                            • njama njama 27 janvier 11:34

                                                                               La récente Révélation d’Arès (en ligne  ici )  dans sa première partie dite Évangile récuse indirectement la conception trinitaire, confirmant ce qu’en dit le Coran

                                                                              > "Mouhamad, Mon Messager venu avant toi a enseigné que Jésus n’est pas Dieu, que ceux qui croient cela sont impies.
                                                                              Ma Main a oint les lèvres de Mon Messager ; son enseignement est vrai : l’homme Jésus n’est pas Dieu ; c’est le Christ Qui est Dieu, c’est Moi né de Jésus né de Marie.
                                                                              Un espace plus long qu’un rayon de soleil va de Jésus au Christ ; ... " (32/1-3)

                                                                              Après, on peut douter que ces paroles (récentes) soient « Révélées »  (Christophanies

                                                                              1974 en Arès Gironde) 

                                                                              mais c’est une autre question ... à chacun de se faire une opinion ... à partir du texte.


                                                                              • njama njama 27 janvier 11:44

                                                                                Concernant la divinité de Jésus cette très ÉTONNANTE Révélation d’Arès apporte ces précisions, comprenne qui peut car que faut-il comprendre exactement par « glorifié » , ce qui n’a peut-être pas de sens correspondant dans nos petites conceptions humaines...

                                                                                (Év. 2/ 11-13) "Je suis Celui Qui a parlé par Jésus, Mon Second Fils, celui qui, après Élie, déjà glorifié, a renoncé au vœu d’Adam de dominer la terre et les nations pour le prix d’un tombeau glacé où M’attendre,
                                                                                et qui fut plus glorifié encore. Celui que J’ai oint Moi-même. Celui dont J’ai effacé la tare à cause de ses exploits pour mettre ses pas dans Mes Pas, pour aimer Mon Peuple, en effaçant des registres de César son nom et le nom de sa mère des registres du temple, pour qu’il n’ait plus de génération, pour que sa mère restât une jeune fille, qu’aucune inscription de fiançailles ne demeurât,
                                                                                pour l’enlever à tout ascendant et le faire entrer dans Ma Maison Royale, en faire un Dieu en le fondant en Moi sans retour"

                                                                                (Év. 32/ 3-5) "Un espace plus long qu’un rayon de soleil va de Jésus au Christ ; la distance infinie qui sépare la terre du Ciel il l’a parcourue, parce qu’il a mis ses pas dans Mes Pas, il ne s’En est jamais écarté, il s’est embrasé de Mon Amour pour l’homme, son frère, et comme une fumée pure il s’est élevé vers Moi ; il a accompli en un an, le temps d’un battement d’ailes, ce que le monde pour son salut accomplit dans les siècles des siècles.
                                                                                Je l’ai fondu en Moi ; J’en ai fait un Dieu ; il est devenu Moi. Quelle intelligence d’homme, faible lumignon, peut comprendre cela ?"


                                                                                • njama njama 27 janvier 12:45

                                                                                  Le verset suivant 2/14 manifeste cette « Intimité divine » entre Dieu et Jésus, sans que la Nature de l’Un soit confondue à celle humaine de Jésus fait/devenu Christ en raison de ses exploits.

                                                                                  « ... en le fondant en Moi sans retour
                                                                                  comme l’argent s’allie à l’or, pour former un miroir qui serait plus éblouissant que mille soleils si Je n’y faisais passer Mon Souffle pour en ternir l’éclat et le rendre supportable aux anges et aux élus, Mon Souffle Que J’exhale pour Me rendre visible. »

                                                                                  Ainsi la métaphore utilise l’image de l’alliage or-argent, lequel existe à l’état naturel * (en abondance dans le fleuve Pactole suivant la légende), pour exprimer que bien que de natures séparées, Il plut à Dieu qu’elles fusionnent, métaphore qui devrait pouvoir mettre fin à des siècles de polémiques théologiques sur la nature de Jésus, réconcilier les différentes Églises et ravir tout le monde... espérons-le smiley

                                                                                  * voir Électrum Le mot dérive du grec ἤλεκτρον / ēlektron, lui-même dérivé de ἠλέκτωρ / ēlektōr, « brillant », qualificatif du Soleil et épithète d’Hypérion https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89lectrum


                                                                                  • Hitler aurait-il tué des juifs uniquement au nom du christianisme. Les chrétiens contrairement aux catholique qui fermaient les yeux sur le nazisme était pourchassé. Quand l’homme veut exterminer l’autre par la violence, il le fait pour n’importe raison. La religion générant des sentiments plus passionnels sert souvent de prétexte. Mais l’élargissement du territoire fut bien plus souvent un prétexte à l’hégémonie Hitler, Napoléon).


                                                                                    • Eric F Eric F 27 janvier 17:41

                                                                                      @Mélusine ou la Robe de Saphir.
                                                                                      En effet, les idéologies et religions servent de prétextes à des guerres dont l’objectif profond est la puissance et l’argent. Désormais on intervient militairement au nom des droits de l’homme, mais le but est géo-économico-politique (pétrolier souvent)


                                                                                    • @Eric F

                                                                                      L’homme est un loup pour l’homme et cela restera ainsi avec ou sans religion. DE nombreux assassinats peuvent être considérés comme de la légitime défense. Imaginez un seul homme au milieu de pousse au meurtre genre manipulateurs pervers. Doit-il se laisser mourir ou réagir. Le thème est bien traité dans le livre : L’île de Robert Merle. Suite à un naufrage des individus se retrouvent sur une île/ Deux clans se forment ; l’un plus barbare et guerrier, l’autre, plus pacifiste et démocrate. Sujet de science-fiction bien imaginé.


                                                                                    • Ce n’est pas la religion qui pousse les milliardaires à détruire l’humain et indirectement la planète. Juste l’appât du gain.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès